John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette








télécharger 16.04 Kb.
titreJohn Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette
date de publication29.11.2016
taille16.04 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette théorie véhicule a priori l’idée de justice pour une société démocratique et pour les institutions à l’américaine, à travers deux grands principaux principes de Justice, le principe des libertés égales et le principe de l’inégalité (ou principe de différence), nous estimons que cette vision peut toujours s’inculturer dans une culture non-américaine ou même non démocratique, puisqu’il s’agit du bien-être en société de l’individu. C’est donc à l’intérieur des enjeux des principes rawlsien de la justice que nous soutiendrons ce propos.

En ce qui a trait aux enjeux des principes de la justice de John Rawls, nous analysons les impacts de l’égalité des chances et de l’inviolabilité de la personne. Quand on parcourt la déclaration universelle des droits de l’homme1 du premier au dernier article, on constate que tous les articles de cette déclaration sont résumés dans les deux principes de Rawls. Ceci nous rappelle que les principes de John Rawls, quoique théoriques et très critiqués rejoignent les grandes idées de la politique sociale mondiale et on gagnerait à l’ancrer dans l’anthropologie historique de tous les peuples. Le texte rawlsien sert aujourd’hui de texte de base à plusieurs défenseurs des droits humains, de la justice distributive et de la discrimination positive.

Il est vrai que l’égalité des chances n’est pas un concept nouveau dans l’univers de la philosophie politique, mais Rawls a fait un saut remarquable quand il a adjoint au mot « formelle » le mot « équitable », montrant ainsi qu’il ne suffit pas que cette pratique soit écrite, mais qu’il est important qu’elle s’enracine véritablement dans le vécu des citoyens. Aujourd’hui encore, plusieurs débats, à travers le monde, lorsqu’il s’agit de penser la justice sociale, ne peuvent pas faire abstraction de l’idée d’égalité des chances. En tant qu’elle est une exigence de la justice sociale, la question de l’égalité des chances répond à la question du comment vivre en société et donc des droits humains.

A vrai dire, aussi banale qu’elle puisse paraître, cette question est celle qui, aujourd’hui, rejoint les questionnements de tous les systèmes politiques et de tous les citoyens qui estiment que tous, sans différence de sexe, de religion, de classe doivent avoir accès, comme l’a si bien souligné Rawls, aux mêmes positions dans la société, de manière réelle et équitable, avec leurs semblables. Car l’origine sociale ou la fortune ne peut pas déterminer l’accès à un poste pour telle ou telle autre personne. C’est pourquoi, l’accès à l’éducation pour tous apparaît primordial. C’est cela l’expression d’une société bien ordonnée, sa caractéristique première étant d’être juste sur le plan social. Avec le principe d’égalité équitable des chances et de différence, il apparait clairement que Rawls fait référence à des questions de justice sociale ; questions qui ne sont pas en marge de la situation socio-économique actuelle du monde. Les questions d’identité, de diversité culturelle et de répartition qui peuplent les affiches des médias en sont la preuve éloquente. Ce qui est assez intéressant, c’est que John Rawls ne limite pas le principe d’égalité des chances pour une période donnée. Il estime que cela devrait s’inscrire dans la temporalité. Il l’ouvre à l’avenir. Aussi il nous semble que la direction donnée par Rawls, au sujet de l’égalité équitable des chances semble s’adapter à la situation actuelle et aussi aux attentes légitimes actuelles des populations.

Dans le contexte actuel de la politique mondiale et de la multipolarisation de la question des droits humains, le problème de l’égalité des chances se repose avec acuité et vivacité, car si les richesses demeurent concentrés envers une frange de personnes de la société et que de l’autre, il y a des citoyens qui ne jouissent de rien, ce principe n’a pas de raison d’être. La justice sociale n’a pas d’existence en dehors de l’égalité des chances qui constituent l’un de ses dynamismes fondamentaux. Et John Rawls en opposant l’égalité des chances à l’égalité équitable des chances, a introduit le terme équitable pour montrer que l’univers politique et social doit avoir une capacité d’adaptabilité réelle qui l’insère dans les réalités sociales telles que vécues par les citoyens.

En ce qui concerne l’inviolabilité de la personne, elle peut être vue, dans la théorie rawlsienne, comme axiome des principes de justice. Les deux principes énoncés par John Rawls, comme nous l’avons vu prennent en compte la personne dans toute sa dimension politique et sociale sans pourtant écarter la dimension morale. Le premier principe concerne les libertés de base et les droits fondamentaux ; le second principe, quant à lui s’intéresse aux questions d’efficacité économique, notamment dans la répartition et dans la prise en compte des inégalités. Pourtant à y voir plus clair, ces principes partent du postulat que sous aucun prétexte, la personne humaine ne doit être mise en deuxième place. Dès le début de Théorie de la justice, on voit apparaître sous la plume de Rawls cette prise de position catégorique :

Chaque personne possède une inviolabilité fondée sur la justice qui, même au nom du bien-être de l’ensemble de la société, ne peut être transgressée. Pour cette raison, la justice interdit que la perte de liberté de certains puisse être justifiée par l’obtention, par d’autres, d’un plus grand bien. Elle n’admet pas que les sacrifices imposés à un petit nombre puissent être compensés par l’augmentation des avantages dont jouit le plus grand nombre. C’est pourquoi, dans une société juste, l’égalité des droits civiques et des libertés pour tous est considérée comme définitive ; les droits garantis par la justice ne sont pas sujets à un marchandage politique ni aux calculs des intérêts sociaux2

Une société n’est donc juste selon John Rawls, que lorsqu’elle prend en compte cette dimension de l’inviolabilité de l’être humain. L’aspect formel de cet énoncé de Rawls, montre que le principe de l’égale liberté est un principe anti sacrificiel et que sous aucun prétexte, même pour la réalisation du deuxième principe, il ne peut être sacrifié. En même temps Rawls insiste sur le caractère égalitaire des droits civiques et des libertés. C’est aussi le sens qu’il donne à la priorité lexicale entre les principes de justice. Mais, étant donné que cette inviolabilité de la personne humaine n’est qu’un postulat, ou encore pour reprendre les mots de Rawls, « une prémisse ». Ce sont donc les principes de la justice qui lui donnent un sens.

Pour conclure, nous estimons avec Ernest Marie Mbonda que « toute théorie de la justice qui n’est pas structurée autour de l’idée régulatrice de l’inviolabilité de la personne humaine est défaillante sur le plan de la philosophie du droit ; c’est cette idée qui donne à la théorie de Rawls tout son poids à côté des autres théories comme l’utilitarisme et, qui, dès lors, interdit de la considérer comme métaphysiquement neutre. »3. Mais une ouverture assez intéressante élaborée par le philosophe camerounais Fabien Eboussi Boulaga nous invite à repenser cette idée des droits humains en lien avec la Théorie de la justice non pas comme un « prêt à porter » pour l’Afrique , mais de constater que

L’expérience africaine et comme celle d’autres humanités comme l’indienne ou la chinoise ne sauraient être embrassées par le corps des théories occidentales de la justice et de la politique. Le pari est de penser d’une façon vigoureuse telle qu’on n’entrave pas la marche vers une vue plus riche et respectueuse de la variété des façons irréductibles d’être des humains. À viser moins, on n’obtient que des broutilles, sinon rien. Dans la situation de dépendance et de servilité intellectuelle qui nous cerne de toutes parts, notre pratique des canons en vigueur se droit d’être hérétique, délibérément et allègrement 4

1 Déclaration universelle des droits humains, 1948

2 Rawls, Théorie de la justice, op. cit, pp. 29-30.

3 Ernest Marie Mbonda, John Rawls, Droits de l’homme et Justice politique, Presses de l’Université Laval et Presses de l’Université Catholique d’Afrique centrale, p.25, 2008.

4 Ibidem, p.213

similaire:

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette icon«bonheur» ou «satisfaction des desirs» ? L’erreur de john rawls sur l’utilitarisme
«le bonheur» (une vie agréable, avec le plus de joie et le moins de souffrance possible), que les utilitaristes considèrent comme...

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconRapport d’information n°1828
«La maladie xxième siècle» et certains facteurs ne sont toujours pas connus. IL est pourtant clair dans cette citation que l’environnement...

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconRésumé Dans cette étude, nous avons tenté de tester empiriquement,...

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconRésumé de théorie
«Le courant induit a un sens tel que ses effets s'opposent à la cause qui lui a donné naissance». C'est pourquoi la bobine s'oppose...

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconManuel d’économie, publié récemment par les Editions Libris, d'avoir...
«juste», c’est dans ce sens large qu’il est utilisé. L’expression «justice» désigne, dans cette acception du mot, toutes les vertus....

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconLe journal Montpellier Notre Ville est désormais disponible en version...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconLa Théorie des Cycles Réels cherche à expliquer du point de vue de...

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconLa théorie du genre existe-t-elle ? A partir de cette question si...
«théorie» soit cachée derrière ce concept. Mais cette dénégation n’a tout simplement aucun sens

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconRemède à l’instabilité nerveuse et banale de notre époque ?
«Votre œuvre nous propose une nouvelle conception unifiante du sens de la vie, et elle est à ce titre un remède à l'instabilité de...

John Rawls est l’un des auteurs les plus lus commentés de notre siècle. Plus de 7000 commentateurs sur son œuvre Principal Théorie de la Justice. Si cette iconProgramme 2014. Février/Mars. Mise en œuvre du programme
«Gouverner» : action de diriger et administrer, liée à son acteur principal (la France); le pouvoir exécutif (chef de l'Etat et gouvernement)...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com