Rapport parallèle des ong au rapport périodique








télécharger 0.52 Mb.
titreRapport parallèle des ong au rapport périodique
page5/9
date de publication27.12.2016
taille0.52 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > droit > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9

96. La pandémie du Sida reste relativement limitée au Maroc (963 cas de SIDA cumulés en 2001).38 Toutefois, cette pandémie enregistre récemment une évolution inquiétante dans la mesure où les femmes commencent à être touchées d’une façon significative par cette maladie (35%). Le sexe ratio est et passé de 4,4 sur la période de 1986-0 à 1,37 en 2000, révélant, ainsi, une convergence progressive vers une situation où il y aurait autant de nouveaux cas d’hommes atteints que de femmes. La vulnérabilité des femmes au Sida est grande compte tenu de la faible maîtrise de leur sexualité et de leur statut dans la société dans la mesure où les statistiques montrent que les hommes sont largement responsables de la transmission du virus à leurs partenaires ( mode de transmission hétérosexuel est prédominant dans plus de 65% des cas et particulièrement chez les classes d’âges ayant une activité sexuelle potentielle élevée)39.


97. Par contre, les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) constituent actuellement un véritable problème de santé publique avec 350.000 nouveaux cas par an( 2001)40. Les IST sont préoccupantes dans la mesure où elles font le lit du SIDA et dans la mesure où ce sont les femmes qui sont les plus atteintes (78% des cas). En effet, cette situation est d’autant plus préoccupante que l’hypocrisie sociale et le manque de pouvoir des femmes font que ces dernières ont des difficultés à se protéger contre ces maladies. La volonté du gouvernement et de la société civile de lutter contre le Sida et les IST se trouve confrontée à l’activisme des groupes politiques conservateurs41 qui tentent de s’opposer aux programmes de sensibilisation et d’éducation sexuelle auprès des populations et auprès des jeunes. En effet, le taux d'utilisation des préservatifs ( moins de 6%) est révélateur de la faible perception du risque chez la majorité de la population masculine.



  1. Alors que le Maroc a adopté la Plate- forme de la CIPD du Caire, l’approche adoptée, à ce jour, en matière de santé consiste à ne voir dans les femmes que des reproductrices. L’approche Droits est très peu développée dans la mesure où l’on ne s’intéresse qu’à la fécondité des femmes pour lesquelles l’Etat développe des programmes « Santé de la mère et de l’enfant ». Ce n’est que récemment que le concept de santé reproductive a commencé à faire son chemin42 tout au moins sur le papier.


99. Les données sur le cancer du sein et du col de l’utérus ne sont pas disponibles et ces maladies graves ne font l’objet d’aucun programme spécifique. L’avortement pour des raisons non thérapeutiques, interdit au Maroc, conduit des milliers des femmes à le pratiquer à des prix coûteux pour celles en ayant les moyens et dans des conditions dangereuses pour leur santé, voire pour leur vie, pour les plus pauvres d’entre elles.
Recommandations
100. Mettre en place un programme national unique de  santé reproductive par la restructuration des différents services et programmes de santé et le décentraliser afin de les doter de l’ autonomie nécessaire et de moyens humains et financiers suffisants.
- Adopter une approche multidisciplinaire associant des  personnes d'horizons divers à l'élaboration et la réalisation des activités ( départements ministériels, secteur privé, collectivités locales et société civile)


  • Renforcer et intégrer des modules de santé reproductive dans les centres de formation professionnelle, les centres de l'entraide nationale et les cours d'alphabétisation.




  • Elargir et mieux cibler les campagnes de sensibilisation pour atteindre les différents groupes cibles, notamment des jeunes au niveau des maisons de la jeunesse, des clubs, des colonies de vacances, les pharmacies, les centres de planification familiale, etc. La télévision et la radio pourraient y participer d’une façon plus importante.




  • Augmenter et mieux répartir les effectifs du personnel médical, particulièrement féminin (y compris les spécialités afférentes à la santé reproductive) pour répondre aux besoins des populations qui sont les plus enclavée et les plus défavorisées.




  • Réduire la mortalité et la morbidité maternelle par l’encouragement et la généralisation des maisons d'accouchement. L'instauration d'un système de consultations prénatales et de visites postnatales à domicile et l'élaboration d'un livret pour les femmes enceintes seront à même de participer à prévenir la mortalité maternelle.




  • Améliorer la prise en charge des cas de stérilité, de la ménopause ainsi que la prise en charge des cancers du sein et du col de l'utérus par la décentralisation des structures d'accueil, le dépistage et l’accès à l'information et aux moyens de prévention.


- Améliorer la prévalence contraceptive par l’élargissement, l’extension des prérogatives des services de planification familiale et leur décentralisation.


  • Prévenir les MST/SIDA par l’instauration d’une approche multi-sectorielle basée sur un message clair et franc sur les dangers des IST.


- Combattre l’avortement clandestin en s'attaquant à ses véritables causes. Si «l'avortement ne devrait en aucun cas être promu en tant que méthode de planification familiale, l'information et la sensibilisation sur ses dangers, l'accès aux moyens contraceptifs et l'atténuation des facteurs socio-économiques qui favorisent l'avortement sont des actions susceptibles de réduire ses effets43.

  1. L’emploi et la participation des femmes à l’économie


Article 11 de la CEDAW



1. Les Etats parties s'engagent à prendre toutes le mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l'égard des femmes dans le domaine de l'emploi, afin d'assurer, sur la base de l'égalité de l'homme et de la femme, les mêmes droits, et en particulier :

a) Le droit au travail en tant que droit inaliénable de tous les êtres humains;

b) Le droit aux mêmes possibilités d'emploi, y compris l'application des mêmes critères de sélection en matière d'emploi; ….

c) Le droit au libre choix de la profession et de l'emploi, le droit à la promotion, à la stabilité de l'emploi et à toutes les prestations et conditions de travail, le droit à la formation professionnelle et au recyclage, y compris l'apprentissage, le perfectionnement professionnel et la formation permanente;

d) Le droit à l'égalité de rémunération, y compris de prestation, à l'égalité de traitement pour un travail d'égale valeur aussi bien qu'à l'égalité de traitement en ce qui concerne l'évaluation de la qualité du travail;

e) Le droit à la sécurité sociale, notamment aux prestations de retraite, de chômage, de maladie, d'invalidité et de vieillesse ou pour toute autre perte de capacité de travail, ainsi que le droit à des congés payés;

f) Le droit à la protection de la santé et à la sécurité des conditions de travail, y compris la sauvegarde de la fonction de reproduction.

2. Afin de prévenir la discrimination à l'égard des femmes en raison de leur mariage ou de leur maternité et de garantir leur droit effectif au travail, les Etats parties s'engagent à prendre des mesures appropriées ayant pour objet :

a) D'interdire, sous peine de sanctions, le licenciement pour cause de grossesse ou de congé de maternité et la discrimination des les licenciements fondée sur le statut matrimonial;

b) D'instituer l'octroi de congés de maternité payés ou ouvrant droit à des prestations sociales comparables, avec la garantie du maintien de l'emploi antérieur, des droits d'ancienneté et des avantages sociaux;

c) D'encourager la fourniture des services sociaux d'appui nécessaires pour permettre aux parents de combiner les obligations familiales avec les responsabilités professionnelles et la participation à la vie publique, en particulier en favorisant l'établissement et le développement d'un réseau de garderies d'enfants;

d) D'assurer une protection spéciale aux femmes enceintes dont il est prouvé que le travail est nocif.

3. Les lois visant à protéger les femmes dans les domaines visés par le présent article seront revues périodiquement en fonction des connaissances scientifiques et techniques et seront révisées, abrogées ou étendues, selon les besoins.

1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport parallèle au rapport périodique du gouvernement marocain...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport alternatif de la ligue des droits de l’homme à propos du...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport alternatif des ong belges

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport parallèle au comité des nations unies des droits de l'homme

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconQuatrième rapport périodique

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport initial et deuxième périodique présenté

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport a mi-parcours de la mise en œuvre des recommandations de...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconObservations finales concernant le cinquième rapport périodique du France*

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport périodique de la France devant le Comité des droits de l’homme...
«droits de l’homme», Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport rapport au Président de la République relatif à l’ordonnance...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com