Rapport parallèle des ong au rapport périodique








télécharger 0.52 Mb.
titreRapport parallèle des ong au rapport périodique
page4/9
date de publication27.12.2016
taille0.52 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > droit > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Tab. 7 : Evolution des effectifs des scolarisés au niveau du primaire, du collège

et du secondaire de 1990-2001 selon le sexe





M

F







Effectif (milliers)


(%)


Effectif (milliers)


(%)


Ecarts (milliers)


1993-94


2718,33


60,1


1804,67


39,9


913,66


1996-97


2905,54


58,9


2027,46


41,1


878,08


2000-01


2947,5


54,9


2421,56


45,1


525,94


Source : MEN, Statistiques scolaires, 2000-2001

84. En termes d’effectifs, atteindre la parité signifie, d’abord, scolariser plus de 500.000 fillettes au niveau de l’enseignement primaire, collégial et secondaire.




Tab. 8 : Taux net de scolarisation tous niveaux  (du primaire au supérieur)

( Situation 2001-200235)





M

F

Ecarts

Primaire

2169640

1859472

310168

Collège

621560

474061

147499

Secondaire

278221

236911

41310

Supérieur*

147058

114571

32487

Total

3.216.439

2.685.015

531.424



85. En termes d’indices de parité pour l’enseignement de base et selon le milieu de résidence: c’est dans le milieu rural, tous niveaux confondus comme mentionnés plus haut, et au niveau du collège tout particulièrement que les filles souffrent plus de discrimination.
Tab. 9 : Evolution de l’indice de parité entre les sexes selon le milieu de résidence





1990-1991


1995-1996

2001-2002

Niveau


rural

urbain

rural

urbain

rural

Urbain

Primaire


0.44

0.92

0.55

0.92

0.83

0.94

Collège


0.33

0.78

0.34

0.81

0.50

0.85

Source : MEN, Evolution des taux de scolarisation de 1990-1991 à 2000-2001, avril 2001, statistiques scolaires 2001-2002.

86. Les principaux facteurs de blocage sont relatifs à l’offre et à la demande scolaire. L’éloignement des écoles et la pauvreté sont parmi les premières entraves qui privent des fillettes d’accéder à l’école et de s’y maintenir au-delà de l’enseignement primaire. Plusieurs initiatives sont menées par des ONG pour faire face à ces problématiques. Le Comité d’Appui à la scolarisation des Filles Rurales (CSSF) fonctionne comme réseau d’associations locales qui encouragent par le projet « une bourse pour réussir » à démontrer la faisabilité d’actions qui font accéder les filles rurales au collège.
87. En effet, quelle que soit l’intervention des ONG, à encourager, dans ce domaine, l’Etat doit assumer son entière responsabilité dans l’application de ses propres engagements concernant la généralisation de l’enseignement et de ce fait, la protection de centaines de milliers de filles (et de garçons) actuellement sur le marché du travail à un age très précoce. Les récents engagements du Maroc par la ratification des conventions 138 et 182 de l’OIT n’empêchent pas l’exploitation économique des enfants, et notamment des fillettes. Toutefois, ce sujet tabou, vient d’être brisé et le projet du Code du Travail prévoit l’interdiction du travail avant 15 ans.
3.2. Scolarisation : indicateurs qualitatifs
88. L’évolution, en termes d’indicateurs quantitatifs, est beaucoup plus lente, surtout lorsqu’il s’agit de la promotion de la culture de l’égalité à travers les contenus et les pratiques scolaires. Des faits positifs, mais insuffisants, sont à mettre en exergue, il s’agit notamment  :
- Du « Programme national de promotion de la culture des droits de l’homme en milieu scolaire » qui a été mis en place par le Ministère des Droits de l’Homme et le Ministère de l’Education nationale depuis décembre 1994. Ce programme a permis en 1997 l’identification des contenus sexistes lors de l’analyse de 120 manuels scolaires, ainsi que l’élaboration d ‘un curriculum transversal qui intègre le concept de l’égalité.
- De la charte nationale de l’éducation formation élaborée en 1999 qui stipule que « Seront respectés, dans toutes les prestations de services d’éducation et de formation, les principes et les droits reconnus à l’enfant, à la femme et à l’homme, en général, tels que les stipulent les conventions et les déclarations internationales ratifiées par le Royaume du Maroc. Des programmes et des sessions éducatives adéquates seront consacrés à exposer ces principes et droits et à apprendre à les respecter et à les mettre en œuvre.»36 .
- Des orientations qui cadrent la réforme des curricula entamée en 2001 et qui adoptent parmi les entrées pédagogiques l’éducation aux valeurs, dont les valeurs universelles de droits humains. et introduit une nouvelle discipline intitulée « éducation à la citoyenneté ».
89. Le mouvement pour les droits humains et les droits des femmes a contribué à bousculer le conservatisme de l’institution éducative. Citons à titre d’exemple A titre le séminaire « école et culture de l’égalité » organisé par l’ADFM en 2001 un séminaire au profit des cadres du Ministère de l’Education Nationale (avec l’appui du FNUAP), ainsi et une formation pour les points focaux genre du même ministère. D’autres associations contribuent à la promotion des valeurs universelles dont l’égalité par des actions de partenariats avec le ministère tel que l’Association pour l’Education aux Droits Humains, Amnesty International Maroc, l’Association Marocaine des Droits Humains. Ces actions, qui s’inscrivent dans la durée contribuent sans doute à sensibiliser mais l’opportunité qu’offre la réforme en cours n’est pas entièrement saisie par les pouvoirs publiques.
90. En effet, le passage des intentions à l’application souffre d’absence de mécanismes qui institutionnalisent la culture de l’égalité. Les associations féminines ont d’ailleurs interpellé le ministère (voir communiqué) à ce sujet en son temps.

91. C’est ainsi que les résultats et les recommandations émises lors de l’analyse (citée en haut) des manuels scolaires n’ont pas été mis à la disposition des concepteurs des nouveaux curricula, Ces derniers n’ont d’ailleurs pas eu de termes de références les incitant à rompre avec la dévalorisation de l’image des femmes à travers les contenus. Les cahiers de charge pour l’élaboration des manuels scolaires, principaux supports pédagogiques ne contiennent aucune exigence dans ce sens. Les quelques percées observables au niveau de certaines disciplines sont plus dues à des initiatives de personnes qu’a une implication de l’institution.

Recommandations

92 Au stade ou est aujourd’hui la réforme il est primordial d’intervenir d’urgence pour agir sur les étapes en cours et à venir.


  • Un engagement politique est à exprimer, non seulement en termes d’intentions, mais de vision cohérente et plan d’action concret et suffisamment opérationnel afin de lutter contre la discrimination dans le domaine de l’éducation.




  • Une véritable stratégie de lutte contre l’analphabétisme, et tout particulièrement celui des femmes et des fillettes est à mettre en œuvre avec des objectifs chiffrés, des mesures concrètes, et des modalités d’application. Une évaluation rigoureuse doit être faite des initiatives précédentes pour identifier les sources de blocage et mieux orienter l’intervention.




  • Des dispositions structurelles sont à prendre en vue de la « gendérisation » de la politique éducative et notamment au niveau de la planification stratégique, du pilotage du système, du budget et du dispositif de décentralisation. L’égalité de genre doit être explicitement ciblée tant pour l’ensemble des indicateurs quantitatifs que qualitatifs relatifs à l’éducation.




  • Des « actions affirmatives » sont à mener d’urgence pour éliminer les écarts entre garçons et filles notamment en milieu rural.




  • Un « rattrapage » est indispensable au niveau des termes de références et cahiers de charges de l’ensemble des actions qui sont actuellement menées, notamment la production de supports pédagogiques y compris les manuels scolaires, les programmes de formations d’enseignants et autres professionnels de l’éducation.

4. La santé reproductive

Article 11 de la CEDAW


1. Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour éliminer la discrimination à l'égard des femmes dans le domaine des soins de santé en vue de leur assurer, sur la base de l'égalité de l'homme et de la femme, les moyens d'accéder aux services médicaux, y compris ceux qui concernent la planification de la famille.

2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1 ci-dessus, les Etats parties fournissent aux femmes pendant la grossesse, pendant l'accouchement et après l'accouchement, des services appropriés et, au besoin, gratuits, ainsi qu'une nutrition adéquate pendant la grossesse et l'allaitement.



93. Depuis l’indépendance du Maroc, les progrès accomplis dans l’amélioration de l’ensemble des indicateurs de santé sont importants. Cet effort permet aujourd’hui d’afficher des indicateurs qui placent le Maroc dans une phase de transition épidémiologique caractérisée par l’augmentation des maladies non transmissibles.
Tab. 10 : Principaux indicateurs de la santé


INDICATEURS

Dates et valeurs




1991

1998

2000*

Espérance de vie à la naissance

  • Femmes

  • Hommes


Quotient (en %) de mortalité infantile

  • Filles

  • Garçons


Taux (en %) de prévalence contraceptive

  • National

  • Urbain

  • Rural


Assistance à l’accouchement (% des naissances vivantes)

  • National

  • Urbain

  • Rural

Décès maternels pour 100 000 naissances vivantes (mortalité maternelle)

  • National

  • Urbain

  • Rural


Taux (en %) de morbidité

  • Femmes

  • Homme

(1987)

66.4

63.7
(1987/92)

57.4

68.6
(1992)

41.5

54.5

31.6
(1992)
28.4

58.7

12.5
(1985/91)
332

284

362

14.9

15.2

(1997)

70,7

67,1
(1992/97)

34.0

39.1
(1997)

58.4

65.8

51.7
(1997)
45.6

75,2

26,6
(1992/97)
228

125

307

18.1

15.3


71.8

67.8


Sources: - M.S: ENFPE (1979- 80); EPR ( 1986-88) ; ENPS (1987); ENPS II (1992) ; Papchild ( 1997).

- D. S ( 2001)
94. Parmi les plus grandes réalisations, l’allongement de l’espérance de vie, le recul de la mortalité, notamment infantile, et la couverture vaccinale presque systématique. Le recours aux moyens contraceptifs ( prédominance de la pilule) a enregistré également un net progrès grâce à la politique volontariste et anti-nataliste de l’Etat et surtout grâce aux progrès de l’éducation et d’activité des femmes. Tout à fait dernièrement(2002), un projet de loi portant sur l’assurance maladie obligatoire vient d’être approuvé par le parlement. Ce projet vise à porter le taux de couverture des salariés et des retraités de 15% actuel à 30% de la population marocaine
95. Toutefois, certains indicateurs clés qui caractérisent les pays en développement restent alarmants surtout pour la santé des femmes les plus défavorisées dans le monde rural notamment et dans les provinces du BAJ37. La mortalité maternelle surtout en milieu rural, le suivi et l’assistance à l’accouchement, la mortalité juvénile et, d’une façon plus globale, l’offre des services de santé se caractérisent par des inégalités criantes entre le rural et l’urbain et entre différentes régions du pays.

1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport parallèle au rapport périodique du gouvernement marocain...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport alternatif de la ligue des droits de l’homme à propos du...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport alternatif des ong belges

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport parallèle au comité des nations unies des droits de l'homme

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconQuatrième rapport périodique

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport initial et deuxième périodique présenté

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport a mi-parcours de la mise en œuvre des recommandations de...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconObservations finales concernant le cinquième rapport périodique du France*

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport périodique de la France devant le Comité des droits de l’homme...
«droits de l’homme», Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des...

Rapport parallèle des ong au rapport périodique iconRapport rapport au Président de la République relatif à l’ordonnance...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com