Cours de Droit administratif








télécharger 70.14 Kb.
titreCours de Droit administratif
date de publication21.12.2016
taille70.14 Kb.
typeCours
l.21-bal.com > droit > Cours
Cours de Droit administratif

Année 2007 Licence 3

Daphnée Principiano
Il y a en France 12 millions de Mètres carrés d’immeubles publics. Pour gérer cette situation il y a le Droit administratif des Biens.


§1 L’objet de ces biens

Détenues pas les personnes publiques relatives à l’acquisition des biens , donc il y a inaliénabilité pour ces biens et le plus souvent ce sont les règles du droit administratif (exorbitant du droit commun) qui s’appliquent.

Au contraire pour certaines catégories de biens c’est le droit privé qui s’applique .

On observe donc une dualité des règles de droit en la matière.
Rappelons que le caractère exorbitant d’une règle ne signifie pas toujours que l’Administration détient des prérogatives de puissance publique.

Au niveau des biens, l’administration à énormément de prérogatives :

Exemple : L’aménagement des biens, l’appropriation des biens.

Le caractère exorbitant du droit commun , peut être inversé.

Les collectivités territoriales peuvent être désavantagées pas rapport à une personne privée.

Il s’agit dans ce cas de « sujétions du droit commun »

Exemple : En matière de responsabilité, s’agissant des dommages causés par des travaux publics, les régimes de responsabilités sont plus durs que concernant les personnes privées.

( cas de la responsabilité sans faute)
Exemple : pour la passation des contrats, alors que la personne privée choisit librement son co-contractant , la personne publique doit se soumettre à certaines règles de passation.
Définition du droit administratif des biens :C’est l’étude des règles exorbitantes du droit commun relatives à l’acquisition des biens , au régime juridique de ces biens et à leur aménagement.
L’essentiel du droit administratif des biens concernera les biens immobiliers , même si pour les biens de domaine public il peut également s’agir de biens meubles.
§2 Les sources du droit administratif des biens

site : http://dtouret.free.fr/droitadmdesbiens/index.htm

Bibliographie :

Jean-Marie AUBY, Pierre BON, Jean-Bernard AUBY, Droit administratif des biens, Précis Dalloz.
► René CHAPUS, Droit administratif général, tome 2, Montchrestien.
► Odile de DAVID BEAUREGARD-BERTHIER, Droit administratif des biens, Gualino éditeur.
► Charles DEBBASCH, Jacques BOURDON, Jean-Marie PONTIER, Jean-Claude RICCI, Droit administratif des biens, Thémis, PUF.
► Philippe GODFRIN, Droit administratif des biens, Armand Colin.
► André de LAUBADERE, Jean-Claude VENEZIA, Yves GAUDEMET, Traité de droit administratif, tome 2, L.G.D.J.
► Christian LAVIALLE, Droit administratif des biens, coll. « droit fondamental », P.U.F.
► Jacqueline MORAND-DEVILLER, Cours de droit administratif des biens, Montchrestien.
► Gustave PEISER, Droit administratif, Mémentos Dalloz.
► Jean-François POLI, Droit administratif des biens, Ellipses.

Sur le plan historique, on remarque que parfois certaines règles remontent loin dans le passé même si aujourd’hui certaines de ces règles ont été abrogées.

Exemple : le code du domaine public fluvial et de la navigation intérieure

  • Pour les travaux publics la loi du 28 pluviôse an VIII est toujours en vigueur. Par cette loi on attribue au juge administratif la réparation des dommages de travaux publics.




  • L’art 17 de la Déclaration des Droits de l’Homme prévoit l’expropriation pour utilité publique.




  • La loi de 1810 de Napoléon pose les principes fondamentaux d’expropriation.


Par contre les règles qui concernent le domaine public sont plus récentes car elles ont été fixées au XX° siècle.
Quelle est la place respective du droit jurisprudentiel et du droit écrit ?

Historiquement la jurisprudence a un rôle prédominant mais aujourd’hui le droit écrit prend de plus en plus de place.
Comme pour les contrats administratifs, les critères des travaux publics et la définition de l’utilité publique ainsi que les critères de distinction entre domaine public et domaine privé ont été définis par la jurisprudence.

Aujourd’hui depuis l’ordonnance du 21 avril 2006 il y a un recul de la jurisprudence , avec la création d’un code général de la propriété des personnes publiques (CGPPP)

Il existe en matière d’expropriation un code qui remonte à 1977 avec une partie législative et une partie réglementaire.

En matière de travaux publics, il n’y a pas de codification.

S’agissant de la question du domaine public jusqu’à l’ordonnance de 2006 il y avait trois codes :

  • Le Code du domaine de l’état 1962 (abrogé)

  • Le Code du domaine public fluvial et de navigation intérieur 1964 (abrogé)

  • Le Code de la voirie routière (maintenu)



Quelle est la place des différentes règles dans la hiérarchie des normes ?
Les règles à valeurs constitutionnelles sont très limitées concernant le droit des biens

Les règles de droit international ne sont pas très nombreuses non plus

Cependant la jurisprudence de la CEDH en matière d’expropriation à aboutit à un changement du droit positif.
Quelle a été l’évolution des règles du droit des biens ?
On a pris conscience de la nécessité de mettre en valeur le domaine public

Pour valoriser le domaine public des réformes sont intervenues introduisant la possibilité d’un droit réel.

La jurisprudence a opéré des revirements spectaculaires

Exemple :Il y a concernant les travaux publics, la reconnaissance dans la décision CE sect de 2003 par le juge administratif de la destruction d’un bien public mal situé.
La jurisprudence administrative avait développé des critères tendant à hypertrophier le domaine public. Ainsi l’ordonnance du 21 avril 2006 procède a une réduction du champ d’application du domaine public.
Quelles relations entre les trois questions (expropriation, travaux publics, et domaine public) ?

Il y aura toujours l’idée de Service Public , d’intérêt général, de mission publique , d’utilité public.

Cependant peu d’association peuvent se faire entre les trois notions :

Bien sûr une expropriation peut faire l’objet de travaux public et entrer dans le domaine public !Mais les dissociations sont possibles.
Exemple : La plupart des biens qui appartiennent au domaine public ne proviennent pas d’une expropriation

De plus, certains biens du domaine privé sont susceptibles de travaux public : exemple : les chemins ruraux font partie du domaine privé mais les travaux effectués sur ces chemins peuvent être des travaux publics.
Enfin une expropriation n’aboutit pas forcement a des travaux publics et cette expropriation peut faire acquérir à la personne publique un terrain qui n’est pas du domaine public.
1er partie : L’acquisition des biens
Rien n’interdit aux personnes publiques d’acquérir les biens dont elles ont besoin par les règles du droit privé.

Mais les personnes publiques peuvent avoir besoin d’acquérir un bien que les particuliers ne veulent pas céder à l’amiable.

Ainsi des procédés contraignants doivent être mis en œuvre.

Le régime essentiel est celui de l’expropriation.

Il y a également d’autres procédés plus ou moins contraignants.
Chapitre I : L’expropriation pour cause d’utilité publique.

Les règles de cette matière se situes dans le code de l’expropriation et dans la jurisprudence

Section I :Définition et idée générale


L’expropriation est une procédure mixte

Définition  : Procédure minutieusement réglementée mi administrative, mi judiciaire présentant certaines garanties permettant à l’ autorité de l’état de contraindre dans un but d’utilité publique certaines personnes (publiques ou privées) à céder la propriété d’un immeuble ou d’un droit réel immobilier à d’autres personnes (publiques ou privées)
Explication de la définition :

  • C’est une procédure minutieusement réglementée développée dans le code de l’expropriation .Cette procédure vise à protéger l’administré.




  • Concernant la dualité d’autorité :Avant la révolution, le Roi dépossédait les particuliers sans aucunes garanties , c’est Napoléon 1er qui a souhaité que cette procédure ne soit pas arbitraire car elle viole le droit de propriété.



Note de Napoléon installé au château de SCHÖNBRUNN pendant la campagne d’Autriche a CAMBACERES 1809

« Aucun citoyen ne peut être exproprié que par un acte judiciaire »

Cela représente déjà une garantie car une procédure en soi est une garantie.

Le philosophe du droit Lessing disait : « La procédure , sœur jumelle de la liberté »

Il y a des garanties a priori et à posteriori


  • A priori : il y a un contradictoire très développée grâce à deux enquêtes préalables :

      • La DUP déclaration d’utilité publique

      • L’arrêté de cessibilité

Auparavant une enquête est faite
Il y a aussi une garantie de nécessité, car aucune expropriation n’est décidée sans nécessité.

Art 17 DHC «  La propriété étant un droit inviolable et sacré nul ne peut en être privé si ce n’est lorsque la nécessité publique est légalement justifiée et par l’octroi d’une juste indemnité préalable ».


  • A posteriori : Les décisions administratives DUP et les arrêtés de cessibilité sont contrôlées par le juge administratif. Elles peuvent être annulées, suspendues et aboutir à une rétrocession du bien en conséquence de l’annulation d’une des deux décisions administratives.


Il y a donc des recours possibles.

En cette matière, la France a été plusieurs fois poursuivie et condamnée par la CEDH.

Exemple : Art 6§1 CEDH pour non-respect du délai raisonnable

Il y a également possibilité de mise en œuvre d’une contestation devant le juge constitutionnel.

Exemple : La construction d’une voie de tramway a Strasbourg. La DUP a été annulée et les élus strasbourgeois ont demandé au Parlement une validation législative de la DIP pour contourner son annulation. Mais les validations législatives sont contrôlées par le Conseil Constitutionnel qui dans le cas d’espèce a considéré que la validation était inconstitutionnelle.
Malgré toutes ces garanties, cette procédure est très critiquée par les associations d’usager ou de propriétaires qui estiment les garanties insuffisantes et pas assez démocratiques.

En effet il n’y a pas de discussion préalable à la présentation du dossier d’expropriation.

Depuis quelques années un débat public intervient au début de l’opération mais cela ne concerne que les grands travaux.
Le projet émane des élus locaux mais c’est l’Etat qui détient la maîtrise de l’utilité publique. Le maire n’est pas compétent pour se prononcer sur l’existence ou non d’utilité publique. C’est l’Etat qui a le dernier mot pour décider l’existence d’une utilité publique.
Une autre critique est cette fois prononcée par les juristes qui estiment que sur certaines dispositions, le droit de l’expropriation n’est pas compatible avec le droit européen.

Même si le décret de 2005 a tenté de rétablir cette incompatibilité la France risque toujours d’être condamnée.
L’Etat est seul titulaire du droit d’exproprier, il n’y a pas de décentralisation pour les élus locaux notamment dans la phase administrative. Même l’importante loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité a maintenu ce monopole du Conseil d’Etat, cette loi si elle a opéré une déconcentration n’a pas autorisé la décentralisation.


  • L’expropriation représente une contrainte, une prérogative de puissance publique car il s’agit d’une atteinte au droit de propriété.

Il y a donc des procédés très contraignants et d’autres qui le sont moins 

Dans l’expropriation une personne peut être dépossédée d’un bien contre sa volonté, par contre les droits de préemptions ne sont pas contraignantes car elle concerne uniquement les biens mis en vente, si le vendeur n’est pas d’accord avec le droit de préemption, il peut renoncer à vendre.


  • L’expropriation ne peut légalement intervenir que dans un but d’utilité publique.

L’Art 17 DDH parle de « nécessité publique » mais dés l’adoption du code civil c’est le terme « utilité publique » qui est utilisé.

Le 1er protocole additionnel à la CEDH dans son art 1er parle également « d’utilité publique »
Le problème est qu’aucun texte de portée générale ne définit ce qu’est l’utilité publique. C’est donc le juge administratif qui a à préciser à quelles conditions il y a ou non utilité publique.

Dans l’arrêt CE 21 mai 1971 VILLE NOUVELLE EST Le CE a défini pour la 1ere fois une méthode pour apprécier s’il y a ou non utilité publique : C’est la théorie du bilan/avantage, où la JA compare les avantages et inconvénients pour dire s’il y a ou non utilité publique.

Le rôle du législateur n’est qu’un rôle résiduel et ponctuel pour juger de l’utilité publique.

Au fil du temps, le champ de l’expropriation a été considérablement élargi.

Au début du XX°s il s’agissait uniquement d’expropriation pour construction d’ouvrages publics.

Aujourd’hui, cela concerne, la santé publique, les fouilles archéologiques, ou même dans un but sportif ou économique ( exemple en 1967 le législateur autorise les Collectivités territoriales a exproprier pour construire des réserves foncières).
Aujourd’hui il est même possible d’exproprier dans un but d’ordre public. Exemple la loi BARNIER de 1995 modifiée en 1999 qui permet d’exproprier des biens exposés à des risques majeurs naturels (avalanches, crue , mouvement de terrain) « menace grave pour la vie ou la sécurité des personnes, […]lorsque les moyens de sauvegarder et protéger les populations sont plus coûteux que l’expropriation »

C’est une expropriation dans l’intérêt des propriétaires.

Quels sont les victimes possibles de l’expropriation : Le plus souvent ce sont les personnes privées qui subissent cette procédure .Ce n’est qu’exceptionnellement que les biens d’une personne publique font l’objet d’une expropriation .Ne sont susceptible d’être expropriés que les biens du domaine privé appartenant a une personne publique .
- Quels sont les droits susceptibles d’être expropriés ?

Les droits de propriété des immeubles bâtis ou non bâtis sont susceptibles d’expropriation. L’expropriation peut être totale ou partielle.

Les propriétaires concernés par une réquisition partielle ont la possibilité de solliciter la « réquisition d’emprise totale » Cette possibilité est prévue par l’art L13-10 et R13-17 du code de l’expropriation .

Alors que l’expropriant n’envisageait qu’une expropriation partielle, la victime demande une réquisition d’emprise totale.
D’autres droits réels immobiliers sont concernés par l’expropriation : c’est le cas de l’usufruit, ou de la servitude .


  • concernant les bénéficiaires de l’expropriation .

Le plus souvent ce sont des personnes publiques : Etat, CT Etablissement publics.

De plus en plus les expropriants exproprient non pas pour conserver dans leur patrimoine le bien mais pour le céder à d’autres personnes privées.

Exemple : Les communes qui exproprient des biens et qui les cèdent a un promoteur pour les aménager, les reconstruire et les vendre à des personnes privées.

Section II : La phase administrative de la procédure d’expropriation


Cette phase administrative se déroule en deux étapes, qui se terminent chacune par une décision administrative prise après enquête publique


  • la 1er étape aboutit à l’acte de DUP

  • La 2eme étape aboutit à l’arrêté de cessibilité


Sous section I : La procédure jusqu'à l’acte déclaratif DUP
§1 La procédure préalable à l’acte

Que ce passe t-il avant que l’autorité de l’état se prononce sur la DUP ?

A.L’initiative de l’expropriation


Quelles sont les personnes expropriantes ?

Cette personne doit lancer la procédure.

Au départ, seul l’état pouvait exproprier puis progressivement ce droit a été reconnu aux collectivités territoriales .

C’est l’organe délibérant qui décide de lancer la procédure.
Concernant les établissements publics : pendant longtemps ils ne pouvaient pas prendre l’initiative de la procédure.

Ce n’est qu’en 1972 que le CE dans un arrêt Ministre de la SANTE PUBLIQUE/LEVESQUE décide :  « considérant que les établissement publics peuvent en leur qualité de personnes publiques recourir à l’expropriation »
D’autres personnes que les personnes publiques peuvent recourir à l’expropriation.

Il s’agit des concessionnaires de travaux publics ou de service public.

Après la Seconde Guerre mondiale, il y a eu un élargissement des personnes privées pouvant agir en la matière notamment les société d’économies mixtes et même des société purement privées (ex : chargé de construire les autoroutes) .

Enfin en l’absence de textes, le CE a admis que certaines personnes de droit privé puissent lancer une procédure d’expropriation CE 1973 ANSELL, il s’agissait d’une caisse régionale de sécurité sociale.

On peut donc dire que seules certaines personnes privées chargées de gérer un service public ou de participer a une mission publique peuvent engager une procédure d’expropriation .
La première mission de l’expropriant est d’établir le dossier soumis à l’enquête préalable d’utilité publique.

B.Le dossier d’enquête


Ce dossier à un contenu précisément réglementé par l’art R11-3 qui sous-distingue deux situations : R 11-3 I R 11-3 II

1ere situation : la constitution d’un dossier complet maximal

2eme situation : la constitution d’un dossier simplifié allégé.



  • Que comporte le dossier complet  maximal?

Il doit être constitué lorsqu’il s’agit d’acquérir la propriété d’un terrain pour y faire des travaux publics. Il doit comporter


  1. Notice explicative qui précise l’objet de l’expropriation, les raison pour lesquelles parmi les différentes options c’est ce projet qui a été retenu.

  2. Un plan de situation des immeuble a exproprier

  3. Le plan général des travaux complété par

  4. les caractéristiques principales des ouvrages les plus importants , leur nature , leur localisation

  5. L’appréciation sommaire des dépenses : il s’agit d’estimer financièrement le coût du projet.

  6. L’étude d’impact ou notice d’impact

Instituée par loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature et par certains décrets du 12 octobre 1977 modifiés.

Elle est imposée lorsque les ouvrages sont susceptibles par leur importance, de porter atteinte au milieu naturel.

Il y a plusieurs critères :Il s’agit souvent des travaux qui atteignent 2 millions d’euros , ou des travaux qui quels que soit leur coût en raison de leur nature ont besoin d’une étude d’impact.

Des annexes précises le listes des ouvrages ou l’étude d’impact n’est pas nécessaire car une simple notice d’impact sera suffisante.
Qu’est ce que l’étude d’impact?

  • analyse de l’état initial du site

  • analyse des effets directs et indirects temporaires et permanents du projet , et de ses incidences sur l’environnement.


Doit être pris en compte les incidences , sur la faune, la flore, l’eau, l’air, la terre, le climat, les équilibres biologiques, l’hygiène, la sécurité, la salubrité publique…


  1. Pour les grands projet d’infrastructure de transport est également nécessaire une évaluation socio/économique .Ces grands projets peuvent également être soumis au débat public.



  • Que comporte le dossier allégé?

Il s’agit ici uniquement de l’acquisition de biens fonciers sans réalisation de travaux.

    1. notice explicative

    2. plan de situation

    3. périmètre des immeubles a exproprier

    4. estimation sommaire des dépenses

Lorsque le dossier est constitué , la communauté expropriante le transmet à l’autorité compétente de l’état afin que soit mis en place l’enquête préalable à la DUP.(déclaration d'utilité publique)


  1. L’enquête préalable à la Déclaration d' Utilité Publique

Le droit français des enquêtes publiques est très riche mais également touffu avec de nombreux régimes .Le gouvernement à reçu pour mission d’unifier et d’harmoniser.

Il y a deux régimes :

  • Le droit commun, régime général défini dans le code de l’expropriation

  • Le régime spécifique institué en 1983 par la loi BOUCHARDOX relative à la démocratisation des enquêtes publiques et à la protection de l’environnement. cette loi expose une procédure particulière d’enquête. Cette procédure concerne l’enquête préalable à l’adoption de document d’urbanisme ou des travaux pour lesquelles une DUP n’est pas nécessaire car la collectivité est déjà propriétaire des terrains sur lesquels elle souhaite faire des travaux, art L123-1 et suivant.


Cette procédure comportait des différences importantes jusqu'à la loi de 2002 concernant la démocratie de proximité, depuis cette loi un rapprochement a été opéré entre les deux procédures et sur un point important (la désignation et pouvoirs du commissaire enquêteur) les règles de la loi BOUCHARDOX on été étendues à la règle générale.


  • La procédure de droit commun

Il y a tout d’abord un arrêté du préfet décidant d’ouvrir l’enquête préalable à la DUP. Il s’est saisit du dossier complet, il décide d’ouvrir l’enquête. il n’en est pas obligé.( si le préfet décide d’ouvrir l’enquête, cette décision n’est pas susceptible de recours),Cependant l’acte négatif ou le retrait est susceptible de recours CE 1979 commune de Vestris.

Quel est le contenu de cet arrêté préfectoral ?


  • Il précise l’objet de l’enquête d’UP, le projet de l’enquête.

  • Il précise l’heure et le lieu ou le public pourra prendre connaissance du dossier, et formuler ses observations, ainsi que la durée de l’enquête.

  • Avant , il comportait la désignation des enquêteurs , aujourd’hui c’est le président du Tribunal Administratif qui opère cette désignation .

Cet arrêté du préfet fait l’objet d’un avis au public fait par la voie d’affiches et d’avis dans la presse.

Un registre doit être tenu à disposition du public pour qu’il puisse exprimer ses opinions.


  • Il comprend également un avis motivé du commissaire enquêteur ou de la commission d’enquête.

  • Cet avis peut être positif ou négatif ou favorable mais avec réserves.


Aujourd’hui ,mais depuis peu, l’avis du commissaire enquêteur n’a plus d’incidence sur l’autorité compétente pour déclarer l’utilité public. Alors que jusqu'à la loi de 2002, l’avis défavorable du commissaire enquêteur avait pour effet de rendre toujours compétent le gouvernement, statuant par voie de décret en CE.

Aujourd’hui, il n’y a plus aucune portée donnée à l’avis du commissaire enquêteur concernant l’autorité compétente pour la DUP.
La loi de 2002 institue une obligation nouvelle : c’est la déclaration de projet qui est une obligation pour les collectivités territoriales.

On considère que pour l’état, la DUP va tenir lieu également de déclaration de projet, mais pour les collectivité territoriales, il y a une nouvelle exigence d’une déclaration de projet .

Le CE a jugé que la disposition de la loi de 2002 ,n’était pas applicable faute d’un décret d’application .Le décret d’application n’a été adopté que le 30 mai 2006.
Qu’est qu’une déclaration de projet ?:

au terme de l’enquête publique l’autorité compétente de l’état demande à la collectivité territoriale de se prononcer sur l’intérêt général du projet c’est a dire rendre une déclaration de projet.
Si la déclaration de projet n’intervient pas dans un délais d’UN an après la clôture

de l’enquête, l’opération de l’expropriation ne pourra pas être réaliser sans une nouvelle enquête.
§2 La Déclaration d'Utilité Publique
C'est la Décision par laquelle l’autorité compétente de l’état accepte de reconnaître qu’il y a Utilité Publique à réaliser le projet qui a été soumis a enquête.


      1. Les autorités compétente pour décider l’utilité publique

Avant 1958 le législateur était parfois compétent pour décider de l’UP d’une opération .Depuis 1958, c’est toujours, une autorité exécutive de l’état à l’exclusion du Parlement.

Aujourd’hui, la DUP est prononcée par arrêté, c’est un acte préfectoral du préfet ou des préfets. Il peut s’agir aussi d’un arrêté ministériel. L’exception c’est le décret en CE c’est à dire un décret (acte pris par la président ou le 1er ministre uniquement) qui est pris après avis du CE.

Un décret de 2004 qui précise les 7 hypothèses dans lesquelles la DUP doit être prise par décret en CE
Aujourd’hui l’avis du commissaire enquêteur n’a plus d’incidence sur l’autorité compétente .


      1. L’acte déclaratif d’utilité publique.




  • L’objet de cet arrêté ou du décret est de décider si oui ou non le projet est d’utilité publique ;

L’autorité a un pouvoir d’appréciation qui n’est pas autoritaire mais discrétionnaire c’est à dire il y a un contrôle du juge administratif.

Le refus peut se faire pour motif d’illégalité u d’opportunité.

L’autorité compétente ne peut déclarer d’utilité publique que le projet soumis à enquête.

L’autorité compétente pour décider si il y a utilité publique ou non doit prendre en compte le textes, ou en absence de texte se référer à la notion d’utilité publique telle qu’elle a été définie dans la jurisprudence du CE.
Depuis la loi de 2002, l’acte déclaratif d’UP doit être motivé , c’est à dire un document doit l’accompagner afin d’exposer les motifs justifiant la caractère d’UP de l’opération, ce sont des motifs de droit et de faits.
En cas de refus de déclarer l’UP l’autorité compétente doit également motiver.


  • Le délais : Le principe est que l’autorité compétente à un an après la clôture de l’enquête préalable pour décider de l’UP, avec un délais complémentaire de 6 mois lorsque la DUP doit être prise en décret en CE. Si le délais est dépassé, la procédure doit être recommencée depuis le début.

  • La nature juridique de cette décision :Ce n’est pas un acte réglementaire , ce n’est pas un acte individuel. Le CE ne le qualifie pas .La doctrine propose l’expression d’acte sui generis, actes spécial, ni individuel ni réglementaire.


Bien que la DUP ne soit pas un acte réglementaire, le CE applique à la DUP sur un point essentiel le régime de l’acte réglementaire.

Il s’agit de l’exception d’illégalité.

Cette DUP sur un 2de plan s’apparente à l’acte réglementaire c’est la publicité.


  • Les effets de la DUP

    • A l’égard des acteurs de l’expropriation :

A l’égard des expropriés, la DUP n’a pas d’effets immédiat , elle n'opère aucun transfert de propriété ;il y a tout de même une atteinte au droit de propriété car les personnes se voient dans l’impossibilité d’apporter des amélioration à leur biens car ces amélioration auraient de forte chance d’être présumées faites en fraude.
Ils possèdent plusieurs droits :

  • notamment le droit de demander la réquisition d’emprise totale, dans l’hypothèse ou il ne serait concerné que partiellement concernant un bien donné.

  • Droit au déclassement en matière d’expropriation art L11-7 et R 11-8 du code de l’expropriation .Ils ont la possibilité un an après la DUP de mettre en demeure l’expropriant d’acquérir leur bien , après cette mise en demeure la collectivité expropriante à deux ans pour acquérir le bien .

Si la collectivité n’accepte pas, l’intéressé peut saisir le juge judiciaire pour qu’il fixe l’indemnité et détermine le transfert de propriété.
A l’égard des expropriants, la DUP permet de poursuivre la procédure


  • Les effets dans le temps de la DUP

La question est de savoir pendant quel délais l’UP déclarée va produire ses effets. Quant est ce que la DUP devient caduque?

Depuis 1958 la DUP doit préciser le délais dans lequel la DUP est valable.

Le principe est que la DUP a une durée de validité de 5 ans; l’autorité compétente peut cependant proroger les effets de la DUP pour une durée au plus égale à 5ans.

Cette prorogation se fait sans formalisme.

Cet acte pro rogatoire doit intervenir avant l’expiration du délais, pour obtenir une durée encore supérieure, il faut qu’il s’agisse d’un décret en CE.


  • Les effets sur les travaux prévus lorsqu’il y en a


CE 2 juillet 2001 commune de la Courneuve

Dans cet arrêt le CE à considéré que les travaux ultérieurement réalisés ne doivent pas avoir des caractéristiques différentes de ceux qui ont été déclarés d’UP au vu du dossier soumis à enquête.

Dans cet arrêt le CE annule un arrêté du ministre autorisant des travaux différents de ceux prévus dans le DUP.ainsi , la DUP est opposable aux décisions de travaux.

«  Les modification ne doivent pas affecter de façon substantielle les caractéristiques substantielles de l’opération telles qu’elles ont été qualifiées dans la DUP »


      1. La notion jurisprudentielle d’utilité publique.


Jusqu’en 1971 la notion d’UP était définie de manière abstraite : in abstracto. L’autorité compétente et le juge se contentaient de rechercher si en soit la projet présentait une utilité publique.

L’utilité publique était donc admise aisément, le contrôle du juge était limité et très léger.
En 1971 est intervenu un revirement de jurisprudence CE 21/05/1971 Cille nouvelle EST qui impose une recherche non plus abstraite mais concrète de l’UP : in concreto. notamment par la méthode du bilan .

Dans l’arrêt de 1971 le projet envisagé aboutissait à détruire 250 habitations.

Le CE a admis dans cette affaire qu’il y avait utilité publique car le projet aboutissait à créer une ville nouvelle de 150 mille habitants dont 20 milles étudiants.

Conclusion du commissaire du gouvernement Breban :  « il faut mettre en balance les inconvénients avec les avantages ».

Une critique de la doctrine est de dire que peu d’annulations concernaient les grands projets , mais cela à changé .

En 1997 CE Ass/Projet d’autoroute trans chablaisienne Le CE constate que les deux villes sont déjà reliées par une route nationale et départementale a deux voies, deux voies de plus le coût est important :  « au regard du trafic attendu ce coût financier à lui seul doit être regardé comme excédant l’intérêt de l’opération » le CE annule le décret en CE.
CE 21/06/2006 Ass/Projet de nouvelle ligne a haute tension «  les atteintes graves portées par le projet a ces zones d’intérêt exceptionnel excède l’intérêt de l’opération et lui retire son caractère d’UP ».
La jurisprudence du CE est critiquée par la doctrine .

Il y a une limite actuelle à un contrôle approfondi de l’utilité publique. Le conseil d'état se déclare incompétent pour choisir entre plusieurs possibilités déclarées toutes d'utilité publique.

Cela concerne surtout les autoroutes. Il faut supposer que plusieurs tracés d’autoroute soient considérés d’UP. Le CE refuse de préciser lequel de ces tracé réalise l’UP optimale.

CE arrêt 1997 « il n’appartient pas au CE de procéder à la comparaison des tracés ».

Sous section II : La phase administrative postérieure à l’acte déclaratif d’UP
Comme dans la première phase, il y a une enquête qui aboutit à une décision
§1 L’enquête parcellaire
Elle a souvent lieu après la DUP mais elle peut également être conjointe à l’enquête préalable d’UP mais cela reste rare.


      1. Le dossier de l’enquête parcellaire


Ce dossier est adressé au Préfet :

  • Plan parcellaire des immeubles à exproprier avec les références cadastrales précises

  • La liste des propriétaires ou ayants droit


Ce dossier fait l’objet d’une publicité qui est la notification individuelles aux propriétaires du dépôt en mairie du dossier qui est consultable.


      1. L’enquête parcellaire

L’enquête est ouverte par arrêté préfectoral qui fait l’objet d’un avis au public.

Cet arrêté fixe les modalités de cette enquête parcellaire ; à ce stade le préfet pourrait décider de ne pas ouvrir l’enquête parcellaire CE 14/01/1998 Département de Vendée

« Le préfet est en droit de refuser de prescrire l’enquête parcellaire si des éléments de faits ou de droits sont susceptibles de s’opposer à ce que la procédure d’expropriation soit menée à son terme ».
§2 L’arrêté de cessibilité
C’est la décision du préfet par lequel il déclare cessible les parcelles indiquées.

Cet arrêté est notifié au propriétaire .Comme la DUP il n’a aucun effets sur les propriétés , il va seulement permettre la poursuite de la procédure .

La durée de validité est de 6 mois avec possibilité de renouvellement de l’arrêté de cessibilité.
Section III : Le contentieux des actes de la phase administrative.






similaire:

Cours de Droit administratif iconCours de Droit Administratif Cours du Mardi 16h00-19h45

Cours de Droit administratif iconTravaux diriges de droit administratif
«Les sources du droit administratif. Permanence et novation», D. 1971. chr. 255

Cours de Droit administratif iconA. Le droit constitutionnel b. Le droit administratif c. Le droit...

Cours de Droit administratif iconIntroduction au droit administratif

Cours de Droit administratif iconProgramme de droit administratif français

Cours de Droit administratif iconDarya Gasskov Droit administratif

Cours de Droit administratif iconLes relations entre le Droit Administratif Général et le Droit de la Fonction Publique
«fonction publique» est déterminée pour partie au moins par des considérations d'ordre politique

Cours de Droit administratif iconChapitre I : la protection du citoyen contre l’arbitraire administratif apercu de droit compare

Cours de Droit administratif iconEt administratives
«Les sources du droit administratif. Permanence et novation», D. 1971. chr. 255

Cours de Droit administratif iconLe cours de droit des sûretés est le prolongement nécessaire du cours...
«par dérogation aux art 2092 et 2093 une Personne Publique immatriculée à un registre de publicité légale à caractère professionnel...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com