Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports








télécharger 2.85 Mb.
titreRésumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports
page6/29
date de publication09.08.2018
taille2.85 Mb.
typeRésumé
l.21-bal.com > droit > Résumé
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

3.2. Indicateurs sociaux




(a) Pauvreté





  1. La reprise macro-économique de la fin des années 90 a été accompagnée d’une réduction modeste du niveau de pauvreté. La proportion des citoyens vivant en dessous du seuil de pauvreté - défini comme le niveau de dépenses totales permettant d’acheter un panier minimum de 2 100 calories par tête - a diminué de 2 % entre 1997 et 19997.




  1. Cette amélioration modeste de la situation n’a été ressentie qu’en milieu urbain. Le phénomène de la pauvreté à Madagascar est donc plus accentué en milieu rural.




  1. La proportion des Malagasy vivant en dessous du seuil de pauvreté est respectivement de 70 % en 1993, 73,3 % en 1997, 71,3 % en 1999, 69,6 % en 2001 et 80,7 % en 2002. Depuis, on constate une nette baisse de l’incidence de la pauvreté qui se situe à 72,1 % en 2004 et 68,7 % en 2005.




  1. Pour lutter contre la pauvreté, Madagascar a mis en place son Document Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté (DSRP) en juillet 2003. Le premier rapport annuel de mise en œuvre a été publié en juillet 2004, puis le document a été révisé en juin 2005. Actuellement, le Madagascar Action Plan (MAP) a pris le relais.

Tableau 14 Indicateurs de pauvreté par strates en 2004

Unité : %







Ratio de pauvreté

Intensité de pauvreté

Part dans la population

Part des consommations

Antananarivo

Urbain

39,2

11,8

8,3

13,9




Rural

68,2

26,6

20,4

20,2

Fianarantsoa

Urbain

78,4

34,4

3,5

3,1




Rural

87,5

41,5

18,4

12,4

Toamasina

Urbain

63,7

25,3

3,4

4,1




Rural

80,8

43,2

12,0

14,3

Mahajanga

Urbain

54,3

21,3

2,3

2,7




Rural

79,0

36,6

9,0

7,0

Toliara

Urbain

60,5

23,6

3,3

3,7




Rural

75,5

31,2

12,0

10,6

Antsiranana

Urbain

36,7

12,6

1,3

2,0




Rural

71,7

30,5

6,1

6,1

Ensemble




72,1

31,6

100,0

100,0

Source : INSTAT/DSM/EPM 2004

(b) Population active





  1. En 2002, Madagascar, dont la population potentiellement active est estimée à 12 853 100 personnes, compte 8 416 500 actifs.



(c) Taux d’activité





  1. En 2002, le taux d’activité est de 65,5 %. Ce taux a subi une forte baisse de -3 points après la crise de 2002, puisqu’il était de 68,7 % en 2001. C’est en milieu urbain que la baisse est la plus importante : -3,8 points contre -2,8 points en milieu rural. La baisse du taux d’activité est plus importante chez les hommes (-4,2 points) que chez les femmes (-2,2 points).



(d) Emploi


Tableau 15 Répartition des emplois pour le secteur d’activité selon le milieu de résidence





GCU

CUS

Rural

Ensemble

Agriculture/primaire

11,7

71,8

90,1

82,4

Industrie alimentaire

1,6

0,4

0,2

0,3

Textile

6,0

0,3

0,4

0,8

BTP/HIMO

4,6

1,4

1,3

1,5

Autres industries

7,4

2,1

1,0

1,6

Commerce

21,2

9,6

1,7

4,0

Transport

5,9

1,5

0,6

1,1

Santé privée

0,6

0,2

0,1

0,1

Enseignement privé

2,1

0,8

0,2

0,4

Administrations publiques

10,6

4,0

2,0

2,9

Autres services privés

28,3

8,0

2,5

4,9

Ensemble

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : INSTAT/DSM/EPM2004

(e) Revenus salariaux





  1. On estime que 78 % de la population active dans les villes travaillent dans le secteur informel. Au total, 1,6 millions d’individus sont concernés, soit 10 % de la population. Les salaires dans le secteur informel sont particulièrement bas et les conditions précaires.




  1. Le salaire médian d’un travailleur masculin ayant été à l’école primaire dans le secteur informel est la moitié de celui qui a le même niveau d’éducation dans le secteur formel. Le salaire médian des femmes dans le secteur informel est encore plus bas que celui dont disposent les femmes dans le secteur formel. A statut égal, les femmes salariées gagnent en moyenne deux tiers de la rémunération des hommes salariés.


Tableau 16 Rapport des revenus gagnés par les femmes et par les hommes par CSP et secteur institutionnel

Unité : %

CSP

1993

2001

Cadres supérieurs ou moyens

47,6

75,3

Employés et ouvriers

64,5

59,5

Main d’œuvre sans qualification

60,6

74,7

Ensemble

64,4

61,8

Source : INSTAT/DSM, EPM1993 et EPM 2001


  1. En 2002, le niveau annuel moyen des revenus salariaux est évalué à 763 200 Ar et le niveau médian à 516 000 Ar. Les employés en milieu urbain sont mieux rémunérés que ceux en milieu rural. Les occupants des postes d’encadrement gagnent plus que le triple du salaire de la main d’œuvre non qualifiée.




  1. Les emplois féminins dans le secteur privé et le secteur informel sont moins rémunérés.

  2. Une hausse de 8,0 % en terme nominal du niveau de salaire a été enregistrée entre 2001 et 2002.

(f) Chômage




f1 - État du chômage





  1. Les travailleurs du secteur informel ne bénéficient pas de système de protection sociale. Ils sont plus facilement victimes du chômage. La crise politique de 2002 a conduit beaucoup d’entreprises à réduire ou à arrêter leurs activités, ce qui s’est traduit par une augmentation considérable du taux de chômage en ville.




  1. Les résultats de l’enquête EPM2002 donnent un chiffre de 385 400 chômeurs à Madagascar en 2002, soit plus de 90 000 chômeurs de plus par rapport à 2001. Le taux de chômage a gagné près de 1 point en un an allant de 3,6 % en 2001 à plus de 4,5 % en 2002. Cependant, une nette amélioration a été observée en 2004 car ce taux est passé à 2,7 %.




  1. Les jeunes entre 15 et 24 ans constituent l’autre groupe d’actifs connaissant le plus de difficulté pour chercher un emploi. En effet, le taux de chômage au sein de ce groupe est passé de moins de 5,1 % en 2001 à plus de 7,3 % en 2002. Ces résultats sont dus à la mise en chômage technique et aux licenciements massifs opérés dans les entreprises franches durant la crise de 2002.



f2 -Caractéristiques sociodémographiques des chômeurs





  1. Près de 43 % des chômeurs vivent en milieu urbain dont 15 % dans la capitale. Le plus grand nombre de chômeurs se trouvent dans la province d’Antananarivo (plus de 35 % de l’ensemble). Par ailleurs, la province de Mahajanga est le moins touchée avec moins de 8 % de l’ensemble des chômeurs.



f3 Demandes d’emploi





  1. En 2003, le nombre d’actifs ayant déposé une demande d’emploi auprès des services provinciaux de placement s’élève à 6 191 personnes, dont 51,1 % sont des hommes et 48,9 % des femmes. Plus de 85 % d’entre eux ont au moins un niveau secondaire et plus de 18 % possèdent un niveau universitaire. 52,2 % des demandeurs d’emploi sont des primo demandeurs. La proportion des primo demandeurs est légèrement plus importante chez les hommes que chez les femmes.



(g) Santé





  1. Le secteur santé fait partie des secteurs prioritaires de développement, aussi bien dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies que dans le cadre du Document Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté de Madagascar. Cette section vise essentiellement à fournir les principaux indicateurs de ce secteur.




  1. La politique nationale de santé introduite en 1995 a annoncé deux grands changements d’orientation :




  1. la décentralisation progressive des services de santé administrés désormais à travers les 111 districts sanitaires et ;




  1. la politique de recouvrement des coûts ou de participation financière des usagers, à travers les frais d’utilisateurs.




  1. Le Gouvernement malagasy a introduit en 2006 dans sa Politique Nationale de Santé l’atteinte des objectifs suivants :




  1. La réduction de 50 % de la charge socio-économique due aux principales maladies transmissibles y compris les maladies émergentes et réémergentes,




  1. La réduction de 20 % de la morbidité due aux maladies non transmissibles,




  1. La promotion de la santé de la mère et de l’enfant,




  1. L’intensification de la lutte contre la malnutrition ; et




  1. L’amélioration de la performance du système de santé.




  1. Les détails de cette analyse seront effectués dans les chapitres ultérieurs.



g1 - Santé maternelle et infantile




  1. Consultations prénatales




  1. En 2002, le taux d’utilisation des services de consultations prénatales au niveau des CSB atteint 63,8 %.



  1. Vaccination




  1. Parmi les femmes enceintes, 54,1 % ont reçu le vaccin ATT deux fois et plus. L’administration de ce vaccin est plus fréquente dans la province de Fianarantsoa avec plus de 69,6 % des cas.


Tableau 17 Naissances protégées contre le tétanos néo-natal au niveau des CSB par province en 2002

Faritany

Grossesses

Attendues

Nombre de femmes enceintes ayant reçu le vaccin ATT 2 et +

Nombre

 % Naissances Protégées

Antananarivo

207 773

125 120

60,2

Antsiranana

55 300

26 917

48,7

Fianarantsoa

147 137

102 388

69,6

Mahajanga

78 285

36 267

46,3

Toamasina

114 795

52 282

45,5

Toliara

101 381

38 323

37,8

Total pays

704 671

381 297

54,1

Source : Ministère de la santé et du planning familial


  1. Depuis le dernier rapport, le Gouvernement malagasy a déployé des efforts considérables pour atteindre un taux de vaccination élevé. La situation vaccinale des enfants de 0 à 11 mois a donc connu une nette amélioration. Les résultats suivants ont été enregistrés en 2004 : BCG 89 %, DTC3 78,2 %, POLIO3 78,2 %, Antirougeoleux 95 %.



  1. Accouchement




  1. La majorité des femmes accouchent en dehors des formations sanitaires. Une parturiente sur cinq accouche dans les services de maternité des CSB.


Tableau 18 Utilisation de la maternité au niveau des CSB par province en 2002

Faritany

Nombre de Grossesses Attendues

Nombre

d'Accouchements

Nombre

d'Avortements

Taux d'Utilisation

de la Maternité

Antananarivo

207 773

53 852

3 732

25,9

Antsiranana

55 300

12 691

682

22,9

Fianarantsoa

147 137

29 708

1 826

20,2

Mahajanga

78 285

12 438

892

15,9

Toamasina

114 795

19 318

1 056

16,8

Toliara

101 381

13 066

743

12,9

Total pays

704 671

141 073

8 931

20,0

Source : Ministère de la Santé et du Planning Familial


  1. Si l’on analyse les issues des naissances opérées dans les Centres de Santé de Base (CSB), près de 9 cas sur dix se sont passés normalement. Le décès maternel pendant l’accouchement s’est produit dans près de 2,6 % des cas d’accouchement.


Tableau 19 Issues des naissances au niveau CSB par province en 2002


Faritany

 


Accouchements


Nouveaux-nés Vivants

Mort-nés

Décès Maternels

Nombre

Enfants à p < 2 500g

Nombre

 %

Nombre



Nombre

 %

Antananarivo

53 852

52 262

4 211

8,1

1 056

2,0

132

2,5

Antsiranana

12 691

12 396

1 003

8,1

361

2,9

16

1,3

Fianarantsoa

29 708

29 128

2 659

9,1

917

3,1

88

3,0

Mahajanga

12 438

12 239

815

6,7

338

2,8

55

4,4

Toamasina

19 318

18 920

1 941

10,3

542

2,9

43

2,2

Toliara

13 066

12 691

749

5,9

392

3,1

26

2,0

Total

141 073

137 636

11 378

8,3

3 606

2,6

360

2,6

Source : Ministère de la Santé et du Planning Familial


  1. Après l’accouchement dans un CSB, deux femmes sur trois ont suivi des consultations postnatales auprès de ce type de centre de santé.



g2 - Actions préventives contre le paludisme





  1. L’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticides a commencé en 1997 pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans.




  1. Le nombre de Moustiquaires Imprégnées d’Insecticides (MII) est passé de 8 100 en 1997 à 55 500 en 2001. La vulgarisation est assurée par l’Etat Malagasy avec la collaboration des ONGs.



g3 - VIH / sida





  1. La pandémie du sida est devenue une préoccupation nationale. Depuis la découverte du premier cas de séropositivité en 1984 par l’Institut Pasteur, la maladie a connu une évolution exponentielle. Concernant la distribution par sexe des personnes vivant avec le VIH/sida de 1987 à février 2003, on constate que les femmes sont plus nombreuses avec un ratio de 49 % contre 42,5 % pour les hommes8.



Tableau 20 Personnes vivant avec le sida à Madagascar, nombre cumulatif des cas





1987

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1994

1995

Sidéens

0

1

3

3

3

4

10

18

22

Séropositifs

2

5

8

17

25

32

52

74

101




1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003




Sidéens

27

36

37

37

42

45

56

59




Séropositifs

150

163

197

208

219

226

226

226




Laboratoire National de Référence (LNR) juin 2003 Note : (*)

en tenant compte de la date de notification. Individus testés : 218 310


  1. Le taux de prévalence du sida, 1,1 en 2004, est devenu 1,5 en 2005.




  1. Les détails de cette analyse seront effectués dans les chapitres ultérieurs.



(h) Éducation





  1. L’État Malagasy a souscrit au plan Education Pour Tous (EPT) défini par la Conférence de Jomtien -Thaïlande en 1990 et de Dakar - Sénégal en 2000. Pour Madagascar, les objectifs prioritaires sont :




  1. L’universalisation de l’éducation fondamentale,




  1. Le taux d’achèvement à 100 % pour le cycle du primaire,




  1. La réduction de 50 % du taux d’analphabètes.




  1. Les efforts du Gouvernement portent sur trois paramètres essentiels, à savoir :




  1. l’accès, c’est-à-dire, l’augmentation des capacités d’accueil pour la scolarisation de tous les enfants malagasy à l’horizon 2015,




  1. l’équité, c’est-à-dire l’assurance d’une évaluation de qualité tant en milieu rural qu’urbain pour réduire le taux d’abandon,




  1. la qualité, c’est-à-dire l’amélioration de l’enseignement et des équipements pédagogiques pour réduire le taux de redoublement à 8 % et atteindre le taux d’achèvement de 100 % en 2015.




  1. Pour atteindre ces objectifs, l’Etat malagasy a bénéficié d’un crédit supplémentaire de 10 000 000 de dollars US dans le cadre du «Fast Track Initiative» ou Initiative de Mise en Œuvre Accélérée.




  1. Des réformes législatives et réglementaires ont été entreprises dans le domaine de l’éducation.



1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

similaire:

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconRésumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits...

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconApplication du pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconMise en oeuvre du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconDéclaration liminaire de la délégation togolaise à l’occasion de...

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconDroit de chacun de participer à la vie culturelle (art. 15, par....

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconPacte international relatif aux droits civils et politiques

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconPacte international relatif aux droits civils et politiques

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconComposition sur un sujet d'ordre général relatif aux grands problèmes...

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports iconComité des droits économiques, sociaux et culturels

Résumé Madagascar a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, le 22 septembre 1971. Son dernier rapport date de 1986. Le pays est ainsi en retard de plusieurs rapports icon2. 1 Quels sont les fondements du commerce international et de l’internationalisation...
«comparatif» parce qu'il est envisagé par rapport aux autres pays et surtout par rapport aux autres biens que le pays est susceptible...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com