Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de








télécharger 93.78 Kb.
titreAppliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de
page1/3
date de publication17.12.2016
taille93.78 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3


Langinieux Michel

8, rue Édouard Detaille,

75017 Paris.

Tel : 01 42 67 22 62

Paris, le 18 juin 2009

La Sorbonne Nouvelle

L’amiantée
Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-III et continuera pendant 40 ans - la période de latence - à trucider son monde. Rien ne fut mené à terme civiquement, ni juridiquement. C’est dire l’homicide avec intention de poursuivre dans le silence général. Nous n’avons jamais eu droit à l’information : le plus grand employeur de France - l’Éducation Nationale - se tait !

Rendre malade s’est incrusté comme le font les fibres d’amiante en Sorbonne Nouvelle, l’irréversible Faculté amiantée à l’inertie administrative permanente.
Par ailleurs, jamais n’a-t-on autant tué ni aussi facilement que de nos jours, pas seulement par fibres cancérigènes. On peut le faire ouvertement, la preuve en est. Mais il ne faut pas le dire. Seulement prétendre.
Officiellement, le fait s’ignore. Depuis 116 ans, notre pays n’applique aucune loi contre l’amiante qui nécessite une action immédiate sur les dangers connus de longue date, les maladies irréversibles provoquées par ce matériau, les employeurs peu inquiétés (« L’outil d’information n’a pas fonctionné ». Rapports parlementaires n° 2884, page 597.) D’aucuns se font rémunérer pour faire durer cette gabegie par besoin ou par lucre. L’avocate de la Sorbonne Nouvelle gagne sa vie sur la vie des étudiants et des riverains depuis plus de onze ans. Son droit de conseil passe avant les droits de l’homme : l’argent avant les gens. Ses mémoires truffés d’inexactitudes lui permettent de récolter des sommes substantielles sur force niaiseries et morts d’hommes. Ce n’est pas fini, cela perdure. Et jusqu’à quand ?
La vie humaine, considérée comme un sous-produit, se voit en France précipitée vers une fin prématurée de populations entières. Cette psychose imposée, peu républicaine, prend le dessus sur toute forme de soin et respect d’autrui.
La conscience a disparu. Des bureaucrates totalitaires placardent leurs volontés sans exister moralement. Comme des moucherons sans ailes, nos fonctionnaires s’entretiennent sur l’importance de voler, conversant d’excellence. L’action même leur échappe.
Rien ne bouge hygiéniquement au pays des lumières : la finance oblige. Le faire semblant remplace le faire, et le faire offre ses faux-semblants de façades factices. Un seul espoir : le monde international capable encore, d’assainir nos monstruosités sanitaires et les incuries multiples de nos administrations suivant un irrésistible cumul de responsabilités.
Ci-joint, quelques points essentiels rappelés par Michel LANGINIEUX, sans cesse éludés par la Sorbonne Nouvelle qui nie délibérément tout droit et devoir d’information :
I/ La construction du centre Censier sans permis de construire en 1964 (floquant d’amiante 6 km et demi de poutres de fer). (Préfecture de la Seine, 20 avril 1964. V31.352).

« Il a été constaté qu’un bâtiment destiné à servir d’annexe à la Faculté des lettres est actuellement en cours de construction à l’emplacement de la Halle aux cuirs alors que le permis de construire ne vous a pas encore été délivré. J’appelle votre attention sur la gravité de cette situation. Le Préfet de la Seine. »
II/ Les noms de malades, et de morts suspectes (premier décès porté à notre connaissance : Jacqueline SUZZONI, en avril 1995, d’une maladie rarissime spécifique à l’amiante).

Décès :

Pierre GEST (plaques pleurales, malade reconnu par le Dr. KORBA et trois experts),

Malades :

Jean-Yves BRUAL (plaques pleurales, malade reconnu par le président Jean-Louis LEUTRAT),

Christian DEPUYPER (plaques pleurales, malade reconnu par le président Jean-Michel LACROIX),

France GUYOT (plaques pleurales, malade reconnue par le président Bernard BOSREDON),

Jean-Paul ZIMMER (plaques pleurales).
Il n’y eut aucune enquête, expertise, ou autopsie, officielles :

Sur les décès de :

Jacqueline SUZZONI (cancer de la plèvre),

Vincent ARRIGHI (cancer broncho-pneumonie),

Sabine DUPRÉ-LATOUR (cancer généralisé),

Marie-Dominique FALGAYRETTES (cancer broncho-pneumonie),

Paul PERRIAN (cancer broncho-pneumonie),

Serge TERRASSIN (cancer, ablation du poumon),

Sliman CHERNIC (cancer, broncho-pneumonie),

Louise COZIC (cancer broncho-pneumonie),

etc...
Autres malades :

Michèle DRAPER (plaques pleurales),

Jean BITOR (cancer broncho-pneumonie, ablation du poumon),

Michèle BOURGOIN (cancer du poumon, généralisé),

etc...

III/ Les travaux lourds de 1993/1994 (PV n° 75-105-92-76178, Préfecture de Paris, le 15 mars 1993) : l’implantation sans précaution d’un bâtiment de trois étages dans deux bâtiments amiantés, libérant des pics de fibres par milliards (or, la Sorbonne Nouvelle, Maître d’ouvrage, est responsable des fibres qu’elle a sous sa garde). [Avec l’extension du logement de M. Bernard DHOOGE, Chef du Service de l’Intendance, en toiture terrasse (n° 75-105-93-70911).]
IV/ Les deux procès-verbaux du « C.C.H.S » Comité Central Hygiène et Sécurité national :

Sous la présidence de Serge HERITIER de la DPATE (Direction des personnels Administratifs, Techniques et d’Encadrements). Dénonciation formelle le 6 juillet et le 17 décembre 1999 (avec l’autorité de Michel GARNIER, Directeur de la Programmation et du Développement) par le Ministère de l'Éducation Nationale et de la Recherche du président et chefs de service de Censier la Sorbonne Nouvelle, MM. LEUTRAT, DHOOGE et Mme CHIEZAL.
V/ Les travaux de la police judiciaire (D117 Police nationale) :


  • Non respect de l’obligation générale des risques (articles 2 et 27).

  • Non respect de l’information et la formation des travailleurs (articles 3 et 4).

  • Non respect des moyens de protection collective et individuelle (articles 5, 28, 29, 30).

  • Non respect du contrôle d’une valeur limite (articles 5 et 30).

  • Non respect des mesures d’hygiène (article 6).

  • Non respect de l’obligation d’établir une fiche d’exposition (article 31).

  • Non respect de la mise en œuvre d’une recherche médicale appropriée (article 32).

Regroupés par l’officier de la Police Judiciaire d’avril à juillet 2000 (et ignorés par les juges impliqués).

(Voir section 10/ « L’amiante, le crime à Censier la Sorbonne Nouvelle » ).
VI/ Les preuves de présence d’amiante à Censier en août et décembre 1996 :

Dès le 13 août 1996, le Bureau VERITAS ; puis CENSIER le 17 décembre 1996, déclarent :

"Présence d'amiante dans les locaux".

  • Plus précisément, sur un rapport au Conseil d'administration de Paris-III : "La partie supérieure des gaines techniques n'est pas traitée, le joint de dilatation entre les bâtiments A et B n'est pas totalement étanche, un pied de poteau relève une présence d'amiante".

  • L'intendance qui gérait le problème rédige l'obligation des travaux pour les vacances de Noël 1996 et les vacances 1997, avec opération de stabilisation (les travaux, de fait, prirent place en juillet-août 1999, trois ans plus tard). Courrier DI/FC/MCL/ n° 612.


VII/ Les rapports de l’expert judiciaire Marcel DELPORTE du 14 février 2000.

À l'opposé des incorrections de l'avocate WILLIÉ certifiant que "la procédure de sécurité spéciale du décret 96 était régulièrement mise en œuvre", l'Expert Marcel DELPORTE annonce sur son rapport judiciaire "dénué de toute ambiguité" (Ref : 62972/98 (KI), 63550/98 (FF), 63808/98 (KI), exactement le contraire :
. "La sécurité des personnels et des usagers de l'immeuble, la protection de l'environnement intérieur et extérieur de l'immeuble, n'ont pas été assurées en cours de travaux, notamment pendant la période de réduction des taux d'empoisonnements" (en août 1998).

Page 105, sur son rapport d'expertise caché à l'Université depuis 10 ans.
. "Un grave préjudice pour les salariés des entreprises intervenantes, des personnels et des usagers de l'Université Paris-III Sorbonne Nouvelle, peut résulter de leur exposition à de forts taux d'exposition aux poussières d'amiante".

Page 81 du même rapport d'expertise.
. "J'ai conclu à la subsistance d'un risque réel d'exposition et d'inhalation de poussières d'amiante pour les personnes, ainsi qu'à l'existence d'un risque réel de pollution environnementale. J'ai affirmé l'urgence à faire cesser les raisons de l'exposition".

Page 16 (sans suivi de l'administration).
. "Dans ma note d'expertise n° 988/75/01/03 du 23 novembre 1998, j'ai confirmé l'urgence à faire cesser les risques d'exposition aux poussières d'amiante pour les occupants et les personnels de maintenance internes ou externes au Centre Universitaire Censier à Paris, et demandé dans les meilleurs délais, la mise en œuvre des mesures correctives qui s'imposent". (Sans action corrective de la part du Président LEUTRAT, si ce n'est désinformer la Faculté et la mettre en danger davantage avec un acharnement incompréhensible. )
VIII/ Un grand nombre d’infractions diverses contraires aux demandes de l'article 8 du nouveau Code pénal, décret 96-97, exposent la matérialité des faits, résultant :
- Du masquage des exigences réglementaires dès la construction du Centre en 1964.

- De l'absence du médecin de prévention [médecine des personnels] pendant 34 ans dans les lieux.

- De l'omertà systématique de la médecine préventive [médecine des étudiants] de la Fac.

- Des dangers indubitables prouvés par :

les travaux d'encoffrement de 1979 à 1983,

le désamiantage sauvage au 5e étage en juillet/août 1995 avec les personnels,

le dépoussiérage d'août 1998 (480 fibres par litre d’air),

le déflocage des gaines en juillet-août 1999.

- De l'ouverture des gaines techniques ordonnée par l’intendant ACMO Bernard DHOOGE une à deux fois par mois, sans précaution pendant 25 ans.

- De mille fenêtres dangereuses, amiantées (Le Moniteur, octobre 1997) dont certaines tombent.

- De l'absence de C.H.S. légal, jusqu’en 1999 (indiqué par les procès-verbaux du C.C.H.S. du Ministère de l’Éducation Nationale).

- Du refus absolu de l'administration de communiquer les mauvaises mesures d'amiante.

- Des tractations du Président LEUTRAT coûtant 4.930.343,80 francs T.T.C. sur les travaux de juillet/août 1999, tractations avec lesquelles l'avocate Anne WILLIÉ se trouve juridiquement impliquée (le rapport judiciaire DELPORTE, page 60).

- De complicités implicites d'empoisonnements de nature à tuer, cachant sciemment à des populations entières la vérité précisée par les experts (Rapport THOMSON-CFS, décembre 1997).

- De faussetés habituelles de Maître WILLIÉ affirmant que les "affabulations de LANGINIEUX" constituent "un risque réel pour les occupants et les personnels" : ce conseil élude les conclusions de 180 spécialistes (ingénieurs, techniciens, entrepreneurs, docteurs, etc.) dont une trentaine d’experts, et l’absence de D.T.A.
Les assertions suivantes (soulevées sur divers mémoires de l’avocate WILLIÉ) démontrent que :
. "La maîtrise d'ouvrage de ces travaux d'encoffrement et leur conduite assurée par le Rectorat de Paris (Service Constructeur des Académies de la Région Île de France)", ignorant toute législation, provoqua des pollutions graves en quatre zones au moins (Rapport THOMSON-CFS).

. Le "point circonscrit du 5e étage" en juillet-août 1995, de par son encoffrement, établit que, durant 30 années sans test d'air, les ascenseurs ont pollué à des taux supérieurs sur 5 étages. Ce point aurait dû être circonscrit 30 ans auparavant. (Rapport THOMSON-CFS, décembre 1997).

. Les "prélèvements de poussières en suspension dans l'air menés ultérieurement de façon satisfaisante" précisent a contrario, qu'ils ne le furent pas antérieurement. (Rapport THOMSON-CFS, décembre 1997).

. La vérification par le ministère de l'état de l'encoffrement réalisé, pousse Michel GARNIER, Directeur de la Programmation et du Développement au Ministère, à désinfecter les gaines techniques en juillet 1999, en conséquence des alertes de Michel LANGINIEUX et de celles du Docteur KORBA. Cette action confirme la prise en considération de la plainte initiale du 25 février 1997 au procureur de la République, antérieure de 2 ans à l'action ministérielle.

. Les manipulations de résultats de diagnostics tronqués (biaisage des comptages), totalement oubliés de 1983 à 1995, amplifièrent et précipitèrent les catastrophes. (Rapport THOMSON-CFS).

. La campagne de LANGINIEUX "menée de façon isolée", se trouve abondamment fournie par de multiples informateurs de Censier, avec les remerciements de 77 personnalités qui reconnaissent son travail de prévention et le danger du lieu contaminé (Lettre à Monsieur Nicolas SARKOZY du 29 septembre 2007 : ).

. La "paix publique" n'est pas l'apathie publique. Elle ne se trouve pas dérangée par un empêcheur de tuer en rond, au contraire. (Rapport THOMSON-CFS, décembre 1997).

. Les "règles de sécurité et de prévention" ne furent pas suivies à Censier jusqu'au désamiantage des gaines techniques en juillet 1999. La désinformation, par contre, subsiste. Il n'y eut jamais de règles suivies, sauf celles soulignées par le médecin KORBA et l'étudiant LANGINIEUX (tous deux renvoyés par le président LEUTRAT, responsable de cette Université).

. "Le point de vue exclusif de LANGINIEUX" reflète celui du Législateur. Ses "fausses nouvelles" consistent à diffuser les chiffres officiels.
- "L'activisme contentieux aussi abusif que mal fondé" de Michel LANGINIEUX révèle les meurtres orchestrés au Centre Censier depuis 45 ans.
Michel LANGINIEUX fut étudiant à Censier de 1993 à 1997. Suivant sa soutenance de maîtrise le 25 juin 1996, il déposa ses "demandes préalables" près du Président Jean-Louis LEUTRAT le 18 Juillet 1996, avec qualités requises d'étudiant en DEA, introduisant sa thèse.
Le 9 janvier 1997, il déposait sa requête pour "abus de pouvoir" au Tribunal administratif de Paris. En vain. Après 7 ans de procédure, le mot "amiante" n'est pas notifié une seule fois sur le rejet du vice-président Joëlle LACKMANN : mentalité typique d'un système hors-la-loi.
Or, « chaque fois que la puissance publique faillit à son obligation de prévenir, elle commet une faute » : Rapports parlementaires n° 2884, page 600. Madame PRADA-BORDENAVE.
Autres désinformations propagées par l’avocate WILLIÉ :
  1   2   3

similaire:

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconIntervention de Denis basset, secrétaire général de la branche «Santé»...
««ce n’est pas le moment», ou encore «à trop revendiquer, vous faites le jeu des aventuriers». Nous serions un facteur de déstabilisation...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconThèse : face à une loi injuste, IL faut
«lutte légale» prend trop de temps; or je n’ai pas à gaspiller ma vie à tenter d’améliorer le monde; en revanche, ce que j’ai le...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconProgramme : sct-4061
«pettés» et là, IL est trop tard, les magasins sont déjà fermés. Je ne sais pas quoi faire!

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconLa Sorbonne Nouvelle (Paris III)
«Censier a été floqué d’amiante lors de sa construction». «L’université l’a fait encoffrer d’un revêtement de plâtre étanche (entre...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconDes faux espoirs sur l’adoption qui vont faire mal
«servir» en enfant. Elle va être crue comme d’autres dans le passé qui ont fait des promesses identiques. Elle va faire mal à des...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconLes Commerces de gros à Paris et à Rome
«protocole» par lequel IL s’engage à ne pas y installer une activité un commerce de gros (pour 14 ans en principe). Si le commerçant...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconSerdeaut-fap
«Pas d'intérêt, pas d'action». Pour pouvoir agir devant les juges civils, les associations doivent justifier d'un intérêt légitime...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconIl me dit la fille est partie je sais pas quoi faire IL me dit j’ai...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de iconThèse Premièrement, IL est évident que Socrate, tel que raconté par...
«Socrate est coupable en regard de la loi de corrompre la jeunesse et de reconnaître non pas les dieux que reconnaît la cité, mais...

Appliquer le droit ou pas, agir ou pas, prévenir ou pas, s’avère trop tard : le mal est fait à Censier Paris-iii et continuera pendant 40 ans la période de icon§8 «S’ils ne veulent pas s’intégrer…» «Vous avez le droit de partir !»
«On ne sait pas ce qu’on achète. On ne se croirait pas en Belgique !» C’est à cause de petites choses comme ça que nos jeunes deviennent...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com