Les troupes annamites du Cambodge








télécharger 419.77 Kb.
titreLes troupes annamites du Cambodge
page1/9
date de publication18.01.2018
taille419.77 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9


Ang Duong

La guerre pour chasser

les troupes annamites du Cambodge

Les forces en présence

La prétendue double vassalité
Dans un pays, une loi n’est appliquée que s’il y a une force pour le faire. Il en est de même sur le plan international. Un traité n’est appliqué que si l’Etat bénéficiaire a la force nécessaire pour le faire appliquer. Citons le cas du traité de « paix » entre Hanoi et Washington du 27 janvier 1973. Le 2 mars Conférence internationale avec la présence du Secrétaire général de l’Onu « prend acte » de ces Accords. Le 29 mars départ (définitif) des derniers militaires de l’armée américaine. Washington est obligé, sous la pression populaire de retirer ses troupes, conformément aux Accords. Hanoi va en profiter pour lancer ses offensives le 7 janvier 1975, une semaine après avoir constaté que les Etats-Unis sont restés passifs après l’offensive des Khmers Rouges, lancée depuis le 1er janvier 1975. Les Khmers Rouges sont arrivés à Phnom Penh le 17 avril 1975, Hanoi arrivera à Saigon le 30 avril 1975.
Le Siam n’a dû son indépendance qu’au fait que les Anglais ont besoin des forces Françaises pour attaquer la Chine en particulier pour prendre Pékin en 1900, avec en particulier la destruction et le pillage de l’inestimable Palais d’été. Des objets de valeur du pillage du Palais d’été sont, de nos jours, vendus aux enchères en Occident. Les Anglais et les Français, par l’accord du 15 janvier 1896 s’accordent pour délimiter les sphères d’influence au Siam. Les Britanniques abandonnent l’exigence d’un glacis entre les colonies françaises et la Birmanie. La France s’engage à garantir l’indépendance du Siam. Les provinces de Battambang et d’Angkor seront cambodgiennes.
La cour de Hué était vassal de la Chine au moment de l’arrivée des Français à Saigon. Pour conquérir le Tonkin, les forces françaises se battaient contre l’armée chinoise. Finalement la France est obligée de mener une guerre contre la Chine, pour l’obliger à renoncer à sa suzeraineté sur l’Annam et le Tonkin.


  • 11 mai et 9 juin 1884 : Signature des traités de Tianjin. La Chine reconnaît le traité de Hué (1883), établissant le protectorat français sur l’Annam.




  • 23 juin 1884 : les Français sont battus par les Chinois qui n’appliquent pas le traité de Tianjin.




  • 12 juillet 1884 : La France envoie un ultimatum à la Chine et exige le paiement des indemnités de guerre.




  • 5 août 1884 : La marine française bombarde le port de Fuzhou et établit un blocus de Taiwan.




  • 9 juin 1885 : Les troupes chinoises sont battues par les forces françaises qui occupent le port de Ningpo et les îles Pescadores. Par le second traité de Tianjin, la Chine renonce à sa souveraineté sur le Tonkin et l’Annam.


Le meilleur livre pou connaître les relations entre la France et la cour de Huê est « Histoire de l’Indochine, la Perle de l’Empire, 1624 – 1984 » par Philippe Héduy, éd. Albin Michel, Paris 1998.

En 1802 le roi d’Annam Gia Long a dû demander l’investiture de la Chine. Nous venons de voir que c’est par la force que la France a obligé la Chine à renoncer sa souveraineté sur l’Annam et le Tonkin.
Ang Duong a obligé la cour de Bangkok et la cour de Huê à satisfaire d’abord à ses conditions. Ce n’est donc pas un signe de faiblesse. Il a su exploiter la victoire sur les forces annamites pour ne pas appliquer le traité signé avec la cour de Bangkok et celui du Hué.
Pour comprendre l’importance des victoires des forces cambodgiennes sur celles de la cour de Hué, il est nécessaire d’abord d’évaluer les forces de Hué face aux forces de Bangkok.

1 / L’armée de la cour de Huê
« Fin juillet 1511, pendant qu’il (Afonso de Albuquerque) encercle la (ville) de Malacca, il envoie Duarte Fernandes comme ambassadeur au Siam. L’Ambassadeur est bien accueilli, étant donné que Duarte Fernandes était l’un des hommes qui avaient été retenu pendant deux ans avec Rui de Araujo, à Malacca Pendant ce temps, il a appris le malais et un peu le thaï. Très vite, Afonso de Albuquerque s’est rendu compte de l’importance stratégique d’Ayutthaya, non seulement comme partenaire commercial et fournisseur d’aliments (sans compter qu’ils étaient de confession non-musulmane), mais aussi comme un possible allié dans la guerre contre Malacca, ancien vassal du Siam qui avait déclaré la guerre au roi siamois une vingtaine d’années auparavant.
« Duarte Fernandes part pour le Siam (août 1511), parcourant le Golf de Thailande et remontant le fleuve Chao Praya jusqu’à Ayutthaya sur une jonque chinoise. L’ambassade fait sensation parmi le peuple, étonné de voir des hommes blancs avec de longues barbes et vêtus d’habits étranges. Ils sont les premiers Européens à arriver dans l’actuel Thailande et qui ont essayé d’établir des rapports amicaux. Le roi Rama Thibodi II reçoit Duarte Fernandes dans son palais et accepte les cadeaux de l’ambassadeur portugais. »
« A la suite de cette entrevue, un traité fut signé (le premier traité entre le Siam et un Etat occidental) accordant aux Portugais le droit de résider, de commercer dans l’intérieur du pays en échange de canons et munitions. Ils ouvrent ainsi un nouveau chapitre dans l’histoire du Sud-Est Asiatique et de l’Asie de l’Est. »1
Il est intéressant de savoir comment les Malais de leur côté ont écrit la conquête de Malacca par les Portugais :
« Extrait d’un texte malais du XVIIè ou XVIIIè siècle qui décrit l’arrivée des Portugais à Malacca, décrit par un texte malais du XVII ou XVIIè siècle.

« Les Portugais arrivaient par dix bateaux…

« Ensuite les bateaux portugais rentrèrent à Melaka, y exerçant leur négoce durant quarante jours, plus ou moins. Et les Portugais vinrent à terre, une nouvelle fois, pour offrir des coffres et encore des coffres de réaux et de l’or et beaucoup de beaux tissus, dont ils firent présent à Sa Majesté le sultan Ahmad Syah. Et le sultan Ahmad Syah en fut satisfait.

« Une fois encore, le sultan Ahmad Syah parla au capitaine portugais :

  • Qu’y a-t-il de plus que nos amis puissent attendre de nous, pour nous apporter un si joli présent ?

« Ce à quoi, les capitaines des bateaux lui dirent tous :

  • Nous n’attendons qu’une chose de notre bon ami ; du moins si notre bon ami veut demeurer notre ami, l’ami des hommes blancs.

« Ce à quoi le Sultan Ahmad Syah leur répondit :

  • Demandez donc puisque nous vous l’accordons ! Si c’est quoi que ce soit que nous possédons, nous ne manquerons pas de satisfaire le désir de nos amis !

« Alors les capitaines des bateaux dirent :

  • Nous aimerions vous demander un morceau de terre, de la taille de la peau séchée d’un animal.

« Et le monarque parla :

  • Ne soyez pas triste, amis : prenez la quantité de terre qui vous fait plaisir ; et si elle est de taille dite, gardez cette terre.

« Alors le capitaine portugais fut pleinement satisfait. Aussitôt les Portugais descendent à terre en apportant leurs pioches pour creuser, des briques et de la chaux. Et ils vont chercher la dite peau, en font une corde et avec cette corde tracent un carré. Et ils font un très grand bâtiment, fortifié, et dans le même temps ils font des ouvertures pour les canons. Et tous les habitants de Melaka demandent :

  • Que sont ces ouvertures ?

« Ce à quoi les Portugais répondirent :

- Ce sont des ouvertures que les Blancs utilisent comme fenêtres. Et les habitants de Melaka se turent. Ensuite, quand les habitants se furent tus, le Bandahara et le Temenggong firent, à plusieurs occasions, respectueusement remarquer au roi :

- Mon Seigneur ! Ne permettez pas à ces hommes blancs de faire une grande maison !

Et le roi parla

- Ces hommes blancs ne peuvent en aucune façon être la cause de la ruine de notre pays ! Je vois bien que les hommes blancs ne sont pas nombreux ; et si leurs intentions sont mauvaises, nous le saurons en observant leur conduite ; et si nécessaire, nous ferons envoyer des amok.

« Après cela, le Bendahara et le Temenggong n’étaient pas toujours satisfaits au fond de leur cœur car, l’un comme l’autre, c’étaient des hommes sages. Et telle fut la conduite des Portugais : à la nuit tombée, ils déchargeaient des canons de leurs bateaux et des mousquets cachés dans des coffres et ils disaient qu’il y avait des tissus dans ces coffres : telle était la conduite des Portugais pour tromper les habitants de Melaka. Et ils agirent afin que les habitants de Melaka ne se doutent de rien. Puis, du temps s’était écoulé, la maison de pierre fut terminée et toutes les armes prêtes. Aux alentours de minuit, alors que tout le monde dormait, c’est alors que les Blancs bombardèrent la ville de Melaka et toutes les maisons des habitants de Melaka furent transformées en ruines, tout comme le fort en tronc de palmier.

« Il s’ensuit que, sous le bombardement des Blancs, à la mi-nuit, le roi Ahmad Syah avec ses sujets s’enfuit sans savoir où se diriger, sans avoir la moindre chance de résister. »
Après l’arrivée de Christophe Colombe en Amérique en 1492, l’arrivée par mer des Portugais à Malacca en 1511, et le premier voyage autour du monde, entrepris par Magellan en 1919, on ne peut plus écrire l’histoire du monde et plus particulièrement celle de l’Asie du Sud-Est et de l’Asie de l’Est, sans tenir compte de ces nouveaux facteurs. La surface des mers et océans occupe plus des deux tiers de la surface du globe terrestre. Qui détient la maîtrise des mers, domine le monde. C’est encore vrai de nos jours.

La supériorité des Européens réside certes de leur supériorité navale, mais aussi surtout dans leurs armes à feu et leurs connaissances. Les peuples qui ont des relations avec eux sont donc avantagés par rapport aux peuples qui n’ont pas de port, donc peu de contact avec eux. En plus il y a des mercenaires portugais en Birmanie et au Siam. Au Siam, il y a même un Grec Constantin Phaulkon (1647 – 1688) qui a joué très important durant le règne du roi siamois Narai. Après la mort de Narai le 11 juillet 1688, Phaulkon fut mis à mort et son corps coupé en morceaux. Après sa mort, en 1689, la France lui signait des lettres de nationalité et octroyait à sa famille 3 000 livres de rente annuelle. L’écrivain Anglais Axel Aylwen lui consacra un roman en trois volumes sous le titre « The Faucon of Siam ». Ce roman sera traduit et publié en français sous le titre « Le Faucon du Siam », éd. Anne Carrière, Paris 1990. Dans le cas de l’Annam il y a des mercenaires français dirigés par Mgr de Béhaine qui ont aidé Gia Long à vaincre les Tay Son et à se faire couronner avec le consentement de la Chine en 1804. Ci-dessous, nous reproduisons un témoignage de l’importance de ces aides d’après le journal de George Finlayson en 1822.
« The European presence in Ayutthaya simply fed into the continuing process of the state development, mainly due to the military technology they introduced at a time when Ayutthayan king were attempting to assert their superiority over often reluctant vassals. In a climate where attractive because they could be effectively combined with traditional fighting methods to give the possessor a distinct advantage, even if it was simply to inspire terror through the noise of explosives. Thus a contract made with Ramathibodi in 1518 allowed the Portuguese to trade in Ayutthaya, Ligor, Tenasserim and Pattani in return for guns and war munitions, and a number of Portuguese mercenaries were attached to Ayutthayan army.
However, it was in Burma where European military technology apparently had its greatest appeal, and may have made a measurable contribution to the resurgence of Burman strength. The founders of a new dynasty originating from Toungoo, Tabinshwehti (r. 531-50) and his successor Bayinnaung (r. 151-81), aimed from the outset to recreate a centralised state in the Irrawaddy basin, and the advent of the Europeans was thus successful attacks on the Mon capital of Pegu in the late 1530s and on Martaban in the 1540s several hundred Portuguese mercenaries were reportedly deployed. While it would be wrong to overestimate the effect of the European firearms, local chronicles speak with awe of the “great guns” by which Tabinshwehti could “smash the [Shan] saw-bwas” warboats to splinters since they “had no cannon or large mortars”. By the late 1550s most Shan states had accepted Bayinnaung’s overlordship and in 1558 he even defeated Chiengmai which had successfully resisted the armies of eminent Thai prince, the viceroy of the northern provinces, was even by Bayinnaung’s army, Ayutthaya fell in August 1569 and by 1574 Vientiane in Lan Sang was also in Burman hands. For the first time in history Burman rulers had been able to subdue the “great arc of Thai-speaking peoples”, and from Chiengmai to Ayutthaya splendid new pagodas built at Bayinnaung’s direction proclaimed the power of the king whom the Mons referred to in awe as “Victor of the Ten Directions”2
Puis les Portugais arrivent, en 1535, à Fai Fo (aujourd’hui Hoi An), sur les côtes d’Annam, à 100 km au Sud de Huê et un peu au Sud du port de Da Nang. Rappelons que le mariage d’un roi du Cambodge avec une princesse de la Cour de Huê date de 1620, soit presque un siècle après l’arrivée des Portugais à Fai Fo. La Cour de Huê est donc bien au courant des nouvelles connaissances apportées par les Européens, depuis 1535. Notre infériorité par rapport à nos voisins, réside essentiellement dans notre ignorance des nouvelles connaissances apportées par les Européens : leurs connaissances en sciences de construction navale pour construire des bateaux capables de faire le voyage autour du monde commencé pour la première fois par Magellan en 1519, en astronomie, en mathématiques, en organisation étatique et surtout en arme à feu.
La première bataille importante en Asie, utilisant 3000 armes à feu, en l’occurrence des arquebuses, se déroule à Nagashino, château situé dans la province japonaise de Mikama, en 1575. Les défenseurs du château sont seulement 12 000 contre 38 000 attaquants, comprenant des cavaliers d’élites bien équipés et cuirassés. Pour la première fois dans l’histoire de l’Asie, les défenseurs disposent de 3 000 arquebusiers disposés à la manière européenne pour permettre l’utilisation efficace de cette nouvelle arme pour l’Asie. Les arquebuses sont chargées par la gueule. Il faut donc un certain temps pour le charger. Les attaquants sont refoulés avec des pertes de plus des trois quarts, les meilleurs des samouraïs. En 1980, cette bataille est portée au cinéma par le célèbre metteur en scène japonais Akira Kurosawa sous le titre « Kagamusha ».
Fai Fo devient un port important à la fin du XVIè siècle et devient un carrefour cosmopolite. Le livre très intéressant : « Japon – Vietnam Histoire d’une relation sous influence », Guy Faure et Laurent Schwab éd. IRASEC, Paris et Bangkok 2004, page 1. Ce livre contient une chronologie intéressante de notre histoire contemporaine et de l’histoire des relations entre le Japon et le Vietnam depuis 1954. Il contient aussi les relations étroites politiques et économiques entre ces deux pays surtout depuis le début du XXè siècle. Ce livre contient aussi des informations intéressantes sur les aides et investissements japonais au Vietnam et aussi des projets de développement des ports vietnamiens par la construction des autoroutes Ouest - Est pour transformer les régions de l’Ouest depuis la Birmanie, la Thailande, le Laos et plus au Sud les provinces septentrionales du Cambodge, comme arrières pays des ports vietnamiens. Car le Vietnam n’a pas d’arrière pays pour développer leurs nombreux ports.
Les premiers missionnaires catholiques Francesco de Pina et le Luso-Japonais Pedro Marquez débarquent à Fai Fo en 1619. Ainsi en 1620, soit près d’un siècle après l’arrivée des premiers Portugais en Annam, Les Annamites sont pas mal informés des connaissances administratives et militaires apportées par les Portugais et autres Européens. Alors que le Cambodge, n’ayant pas de port, reste dans l’ignorance de ces connaissances.
Le Jésuite Alexandre de Rhodes arrive à Fai Fo en décembre 1624. C’est un polyglotte capable d’apprendre une langue en quelques mois. Il publiera un « Dictionarium Annamicum Lusitanium et Latinum » à Rome en 1651. Cette romanisation de la langue annamite n’est pas utilisée par les Annamites. C’est l’administration coloniale qui va l’imposer :
« En Indochine orientale (« Tonkin », « Annam », et « Cochinchine »), la cible était cette fois la Chine et la civilisation chinoise. Alors même que les dynasties de Hanoi et de Hué défendaient depuis des siècles leur indépendance à l’égard de Pékin, elles régnaient à travers un système mandarinal délibérément calqué sur celui des Chinois. La bureaucratie recrutait en soumettant les postulants à des examens écrits sur des classiques confucéens ; les documents dynastiques étaient rédigés en caractères chinois ; et la culture de la classe dirigeante était fortement sinisée. A partir de 1895, ces liens anciens prirent encore un tour plus indésirable, lorsque les écrits des réformateurs chinois comme Kang Yu-wei et Liang Chi-chao, mais aussi de nationalistes comme Sun Yat-sen, se répandirent à travers la frontière septentrionale de la colonie. En conséquence, les examens confucéens furent successivement abolis au « Tonkin » en 1915, puis en « Annam » en 1918. Dès lors, le recrutement dans la fonction publique en Indochine (Vietnam) devait se faire exclusivement par un système de formation colonial en plein essor. De surcroît, le quôc ngû, écriture phonétique romanisée, conçue par les missionnaires jésuites au XVIIè siècle et adaptée dès 1860 pour la « Cochinchine », fut délibérément encouragé afin de rompre les liens avec la Chine – et peut-être aussi avec le passé indigène, en rendant les chroniques dynastiques et les littératures anciennes inaccessibles à une nouvelle génération de Vietnamiens colonisés. »3
Concernant le nom : Vietnam, citons encore Benedict Anderson :
« A son couronnement, en 1802, Gia-long désirait appeler son royaume « Nam Viêt » et dépêcha des émissaires pour obtenir l’assentiment de Pékin. Mais le Fils du Ciel mandchou insista pour que ce fut « Viêt Nam ». La raison de cette inversion est la suivante : « Viêt Nam » (ou en chinois Yüeh-nan ) signifie en gros « au sud du Viêt (Yüeh) », royaume conquis par les Han dix-sept siècles plutôt et censé correspondre aux actuelles provinces chinoises du Guangdong et du Guangxi, ainsi qu’à la vallée du fleuve Rouge. En revanche le « Nam Viêt » de Gia-long signifiait « Viêt / Yüe méridional » : autrement dit, il se réclamait de l’ancien royaume. Comme l’observe Alexander Woodside, « il y a un siècle le nom de Viêt-nam n’était pas aussi estimé qu’aujourd’hui des dirigeants vietnamiens, car il avait été imposé par Pékin. Appellation artificielle, les Chinois s’en tenaient à « Annam », appellation blessante des Tang […]. Tandis que, dans les années 1938-1939 (durant la période colonial), la cour vietnamienne inventa un autre nom pour son royaume, sans prendre la peine d’en informer Pékin. Son nouveau nom, Dai-Nam, le « Grand Sud » ou le « Sud impérial » figurait régulièrement sur les documents de la cour et les chroniques historiques officielles. Mais il n’a pas survécu jusqu’à aujourd’hui (« Vietnam and the Chinese Model » de Alexander Woodside, p. 120-121). Ce nouveau nom est intéressant à double titre. Premièrement, il ne contient pas « Viêt »-namien. Et deuxièmement sa référence territoriale paraît purement relationnelle : il est au « sud » - de l’empire du Milieu.
« Que les Vietnamiens défendent aujourd’hui fièrement un Viêtnam inventé avec mépris au siècle dernier par un dynaste mandchou rappelle le mot de Renan, suivant lequel les nations doivent avoir « oublié bien des choses », mais aussi paradoxalement la puissance imaginative du nationalisme. »4
Ainsi les pays peuvent changer de nom, mais le peuple cambodgien ne peut pas changer le nom nos voisins aux grès de leurs changements politiques. Heureusement la grande majorité des pays ne changent pas leur nom trop souvent. Les Vietnamiens eux-mêmes ne prononcent-ils pas Yietnam ? Le V vietnamien ne se prononce-t-il pas comme un Y français ? Car le mot Viet, vient du peuple Yué vivant au Sud de la Chine et revendiqué par Lê Than Khoi dans son livre « Histoire du Vietnam ».
Une autre remarque intéressante : en Thailande, nous pouvons désigner ses habitants de « Thais », sans problème. Car Thailandais est trop long. Au Vietnam on ne peut pas désigner ses habitants de « Viets », jugés péjoratifs ! Au lieu de Vietnamiens jugés trop long aussi. Pourquoi ? Pourquoi cette guerre de vocabulaire, est soutenue parles médias occidentaux ?
Les Chinois continuent toujours à appeler nos voisins de l’Est « Yüeh Nan » sans soulever l’ire des Vietnamiens, ni des médias occidentaux ! Le Japon utilise, en kanji le seul caractère chinois « Yüeh » ou « Viet » en romanisé sans soulever l’ire des intéressés et des médias occidentaux aussi, sans le « Nan »,

écrit parfois selon les besoins en « Kana ».
Le livre le plus intéressant, concernant les relations entre la France et l’Annam est « Histoire de l’Indochine La Perle de l’Empire 1624 – 1954 », de Philippe Héduy éd. Albin Michel, Paris 1998. Dans ce livre nous nous intéressons aux aides militaires apportées par Mgr Pigneau de Béhaine et ses compagnons pour aider Nguyen An à vaincre la rébellion des frères Tayson. Mgr de Béhaine et ses hommes ont organisé l’armée annamite à la française avec des armes françaises les plus modernes de l’époque. Les forts à la Vauban de Quang Tri et de Huê sont encore de nos jours les témoignages de ces aides. Ci-dessous la forteresse de Huê décrite par Fynlayson. Finalement Nguyen An finit par vaincre en 1802 et reçu l’investiture de la Chine en 1804 avec l’octroie d’un Sceaux. C’est cette armée, organisée, entraînée à la française et utilisant des armes à feu de tous calibres les plus récentes de l’époque, qui vient envahir et occuper le Cambodge durant une partie de la première moitié du XIXè siècle.
Puis Philippe Héduy raconte avec beaucoup de détails la guerre contre les troupes chinoise pour conquérir le Tonkin : la découverte des mines d’anthracite de très bonne qualité de Hong Gai (ce qui permet à la flotte française de se passer du charbon anglais à Singapour) et la nécessité de porter la guerre contre la Chine sur son territoire pour l’obliger à renoncer sa suzeraineté sur le Tonkin et l’Annam par le second traité de Tianjin le 9 juin 1885.

2 / L’armée de la cour de Bangkok
Nous avons vu que les Portugais arrive à Ayuthia peu de temps après leur installation à Malacca en 1511. Les Siamois connaissent, donc, l’utilisation des armes à feu depuis ce temps là. Mais les Birmans font mieux, ils utilisent des mercenaires Portugais en grand nombre comme nous venons de voir plus haut. De nos jours il y a, en Birmanie, de nombreux descendants de Portugais.
Ainsi l’armée siamoise savait utiliser les armes à feu et même des canons. Dans cette armée il y a aussi des mercenaires portugais. Elle a dû pourtant attaquer deux fois Longvêk pour le prendre en 1594. Du côté cambodgien, il y avait un portugais comme garde corps du roi. Finalement le roi s’enfuyait avant l’assaut final siamois.
« Mercenaires, armes à feu et membres de la cinquième colonne
« Il existait pourtant un groupe beaucoup plus important, celui des mercenaires et des hommes de guerre indépendants dispersés sur le littoral du golfe du Bengale, en Asie du Sud-Est continentale et dans l’archipel indonésien. D’après les déclarations de Joao Ribeiro, il y avait, dans les dernières années 1620, environ 5 000 Portugais employés par des Etats asiatiques entre le Bengale et l’Est de l’Indonésie, « avec peu d’espoir de retour, car ils etaient habitués à une vie libre. Ce nombre est assez élevé comparé à celui des casados brancos en Asie portugaise pendant cette même période ou à celui des soldados à Goa à la même époque. Dans les années 1630, on estime leur nombre à un millier, tandis qu’il pouvait atteindre entre 1 500 à 2 000 au début du XVIIè siècle.
(…)

« A l’époque de Van de Coutere, comme plus tôt en début du XVIè siècle, Malacca était un centre important d’où les mercenaires et les soldats indépendants se dispersaient dans le golfe de Bengale, le Sud-Est de l’Asie et l’Extrême-Orient. Malacca plus que Goa, que Cochin et peut-être même plus qu’Ormuz, était le point de rencontre entre deux mondes, le monde malais et le monde indien et, même à la fin du XVIè siècle Malacca était le carrefour d’une population extrêmement cosmopolite où se côtoyaient Tamouls (Kelings en Javanais), Chinois des provinces du Sud-Est, Vénitiens et Portugais. Van de Coutere, qui dirigea les opérations à l’extérieur de Malacca pendant près d’une décennie jusqu’à son retour à Goa en 1603, nous dit avoir exploré une grande partie des lieux de commerce malais en commençant par Pahang, puis plus tard Johore, Ayuthia, le Cambodge, Manille et Patani (et aussi la plupart des ports des côtes occidentales de Sumatra le célèbre Diogo Veloso (1559 – 1599), un mercenaire que nous avons déjà rencontré et qui, dès les premières années 1580, déployait ses activités au Cambodge et au Laos. Van de Coutere rencontra beaucoup d’autres Portugais qui, comme c’était la coutume à l’époque, se partageaient entre les activités commerciales et la guerre. Le récit antérieur de Fernao Mendes Pinto qui passa plus de vingt ans en Asie entre la fin des années 1530 et la fin des années 1550, mentionne également la présence de commerçants, mercenaires et travailleurs indépendants portugais dans des endroits les plus invraisemblables.
« Une hypothèse séduisante, qui expliquerait l’augmentation du nombre de mercenaires portugais à cette époque, est que celle-ci aurait correspondu à la diffusion des armes à feu durant ces années. On a prétendu dans le passé que les XVIè et XVIIè siècles ont vu en Asie des « empires de la poudre à canon » qui dépendaient vraisemblablement de la présence d’experts dans le maniement de ces nouvelles armes. En général, en Asie, au début de la période moderne, les deux groupes sociaux reconnus comme étant les plus capables d’utiliser les canons et autres armes plus petites étaient les Portugais (firangis ou en sanscrit Parasikas) et les Turcs originaires du Sud de l’Inde, les Sahityaratnakara, contient une description de l’enceinte d’un palais dans l’Etat Nayaka de Tanjavur, dans laquelle la cour la plus à extérieur était occupé par des mercenaires parasika ; ils portaient des armes à feu (agniyantra), se distinguaient par « leur regard imbibé d’alcool » et le vent « qui s’engouffrait bruyamment dans le canon de leur agniyantra remplissant l’espace tout entier, semblait proclamer inlassablement leur mission de tuer sans attendre, les ennemis du roi. »5
Nos ancêtres nous ont laissé cette légende : « La ville de Longvêk est protégée par des forêts de bambou. Ne pouvant passer à travers ces forêts de bambou, les Siamois ont tiré des balles en argent dans cette forêt. Alors les Cambodgiens détruisent ces forêts pour récupérer ces balles en argent. Ce qui a permis les Siamois de prendre facilement Longvêk. »
Il est intéressant d’essayer d’interpréter ce message, codé, légué par nos ancêtres. D’abord, les Siamois tiraient des balles en argent, cela veut dire qu’ils possédaient des armes à feu. Les forêts de bambou ne représenteraient-elles pas le peuple ? Ceux qui détruisent ces forêts pour ramasser les balles en argents ne sont-ils pas des hautes personnalités ? ». On dit qu’après l’échec de la première tentative d’attaquer Longvêk, les Siamois ont envoyé des bonzes à la cours de Longvêk. Ils ont fait en sorte que le roi ait en permanence des maux de tête. Ces bonzes ont dit que ces maux de tête proviendraient du grand stupa qui est le symbole de la puissance de Longvêk. Le roi fini par commander la destruction de ce stupa. Puis le roi fini par s’enfuire au Laos. Cette légende n’est-elle pas d’actualité de nos jours ? La défense d’un pays réside dans le peuple. De nos jours la défense d’un pays réside fondamentalement aussi dans le peuple mais bien instruit. De nos jours refuser d’instruire le peuple n’est-il pas une forme de destruction des forêts de bambou protégeant Longvêk ? Une forme d’accepter la domination étrangère ?
Longvêk, la capitale du Cambodge à cette époque est prise par les Siamois en janvier 1594. Peu de temps après le Prince Reamear Choeung Prey à la tête d’une armée, chasse la garnison siamoise installée à Longvêk, se proclame roi du Cambodge et choisit Srey Santhor comme capitale. Le 12 avril 1595, arrive à Phnom Penh un petit groupe de quelques Espagnoles. Puis ce groupe va à Srey Santhor rencontrer le nouveau roi. N’arrivant pas à se mettre d’accord, ce groupe tue le nouveau roi dans la nuit du 11 au 12 ou du 12 au 13 mai 1595. Ce fait montre qu’un petit groupe d’hommes armés d’armes à feu et rusés, peut, sans trop de difficultés, assassiner le roi du Cambodge dans son palais. Il est probable que l’entourage de Reamear Choeung Prey ne possède pas d’armes à feu.
Taksin, dont le père est un Chinois teochu, est adopté par un noble Siamois qui lui a donné le nom de Sin. A 30 ans, en 1764, il est nommé Gouverneur de la province Tak, d’où son nom Taksin.
Après s’être échappé d’Ayuthia, occupé par les Birmans, en 1767. Il lève une armée et reprend Ayuthia. L’invasion de la Birmanie par les Chinois a, sans doute, facilité sa tâche. La chute d’Ayuthia a aussi fait éclater le Siam en plusieurs morceaux qui réclame chacun son indépendance. Taksin doit encore refaire l’unité du Siam et aussi rétablir l’influence siamoise au Laos et au Cambodge. Les Siamois se lassent de ces guerres incessantes et le meilleur des généraux de Taksin, Chakri prend le pouvoir en 1781 et assassine Taksin et toute sa famille. De nos jours, en Thailande c’est toujours la dynastie Chakri qui gouverne. Au début du XIXè siècle le Siam a toujours des problèmes avec son voisin de l’Ouest. Nous retrouvons le reflet de cette situation dans les descriptions de George Finlayson ci-dessous.
*
* *

Le document ci-dessous nous donne des informations intéressantes sur la situation au Siam et en Cochinchine (Annam) en 1822 :
Mission au Siam et en Cochinchine

L’Ambassade de John Crawfurd en 1821 – 1822

Par George Finlayson
Traduit de l’anglais, éd. Olizane Genève 2006

Livre original en anglais disponible dans Google :
The Mission to Siam and Hue, the Capital of Cochin China

In the Years 1821 – 1822

From the Journal of the late George Finlayson, Esq

Surgeon and Naturalist to the Mission

With a Memoir of the Author

By Sir Thomas Stamford Raffles, F. R. S.
London : John Murray, Albemarle-Street MDCCCXXVI

Réimprimé par La Vergne, USA 2011
8 avril 1822
Audience royale à Bangkok (Siam)
(…)
« Nous trouvâmes deux Portugais nés dans le pays ; l’un d’eux avait un air très respectable. Apparemment on les avait envoyés pour nous servir d’interprètes. Celui qui avait l’air le plus respectable, voyant que je parlais très parfaitement le portugais, se mit à ma grande surprise à me parler en latin.(p. 102, 103)
(…)
« L’endroit où nous débarquâmes était sale, malcommode, et encombré de bois et de petits canots. On aurait pu le prendre pour l’entrée du dépôt d’un négociant en bois, du reste moins pratique et propre que beaucoup. Une foule presque entièrement d’hommes, aussi nombreux qu’il était possible d’en faire tenir dans un espace aussi restreint, y était assemblée et nous regardait avec une vive, mais je ne pourrais dire respectueuse curiosité. La porte et la muraille du palais étaient d’une grande hauteur mais de peu de majesté et d’assez mauvais goût ; et les trois autres portes et enceintes que nous eûmes à franchir n’était pas davantage remarquables de ce point de vue, et pas même pour la qualité de leur construction ou la force de leur conception. » (p. 103)
« Nous n’avions jusque là aucun garde ni personne en arme, et non plus personne de service, à l’exception des gens postés à la dernière porte. » (p. 104)
(…)
« Sur chaque côté de l’allée et jusqu’à la porte suivante se tenait un rang d’hommes armés de mousquets. Il ne pouvait y avoir rien de plus ridicule ou de moins militaire d’apparence que cette garde composée d’adolescents malingres, à peine capables de se tenir en armes, et d’hommes de tous âges. La seule uniformité notable, résidait dans leurs coiffures, qui étaient toutes de couleur rouge et dont il m’est impossible de donner une meilleure idée qu'en disant qu’elles ressemblaient exactement aux casques à la visière basse que portaient autrefois chez nous les servants de pompe à incendie. C’est à peine s’ils avaient le courage de nous regarder en face à notre passage ; et dans tout ce groupe, au nombre peut-être d’une centaine, nous ne vîmes pas une seule pierre à fusil ni un seul mousquet en état de tirer. Quelques-uns avaient une baïonnette dans son fourreau sur leur mousquet et d’autres des fourreaux sans baïonnette. Portant leurs armes maladroitement et sans attention, certains sur l’épaule droite et d’autres sur l’épaule gauche, ils ne semblaient même pas se rendre compte de notre présence. » (p. 105 – 106)
(…)
Revenant par l’allée par laquelle nous étions arrivés, nous franchîmes à nouveau la porte intérieure et la seconde porte du palais, ce qui nous ramena dans la cour où nous nous étions arrêtés quelque temps avant de pénétrer dans la salle d’audience. En cet endroit les seuls objets dignes de retenir l’attention étaient plusieurs canons de bronze ridiculement et inutilement sur dimensionnés. Ces dimensions devaient en fait, les rendre à la fois impossible à servir et à manœuvrer. La possession de canons de tel calibre paraissait cependant ne pas peu exciter la fierté des Siamois. Ces pièces semblaient avoir été exceptionnellement bien coulées.(p. 120)

  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Les troupes annamites du Cambodge iconLes rois et la Maison Royale du Cambodge

Les troupes annamites du Cambodge iconLe secteur bancaire au Cambodge 19 juin 2006

Les troupes annamites du Cambodge iconRéaliser une recherche documentaire puis faire la synthèse de l’information
«la victoire sur le nazisme», en Algérie, les troupes et les gendarmeries françaises tiraient sur une foule de manifestants

Les troupes annamites du Cambodge iconRené Cassin l'engagement d'un homme dans un siècle violent
«saillant» de Saint-Mihiel ne sera résorbé qu'en septembre 1918 par les troupes américaines, après des combats acharnés menés par...

Les troupes annamites du Cambodge iconAfghanistan État islamique d'Afghanistan
«bataille de Kaboul» entre troupes gouvernementales et forces du Hezb-i-Islami

Les troupes annamites du Cambodge icon1 période révolutionnaire : révolution des droits et instauration de la 1ère République
«journée des Tuiles» à Grenoble, en soutien du Parlement du Dauphiné et pour le maintien de ses privilèges. Le gouverneur de Dauphiné...

Les troupes annamites du Cambodge iconRdc: des millions de morts, un conflit oublié !
«la preuve matérielle irréfutable» de massacres perpétrés dans l'est de l'ex-Zaïre par l'afdl de Kabila et le fpr-apr, alliés rwandais....

Les troupes annamites du Cambodge iconIl est situé face aux massifs de Belledonne, de l'Oisans, du Dévoluy...

Les troupes annamites du Cambodge iconEn prenant en considération le cas de l’économie marocaine et des...
«logisteuo» signifiant avant tout administrer(2). Elle désigne l’art de combiner tous les moyens de transport, de ravitaillement...

Les troupes annamites du Cambodge iconLa réforme du classement des hébergements touristiques concerne les...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com