Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation








télécharger 62.74 Kb.
titreCours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation
page1/2
date de publication05.10.2017
taille62.74 Kb.
typeCours
l.21-bal.com > droit > Cours
  1   2
Cours / L’Afrique :les défis du développement et de la mondialisation

Cette étude consacrée à l’Afrique suppose une prise en compte globale de la notion de développement ;celle-ci, largement renouvelée en particulier dans le sens du développement durable, ne peut plus se limiter aux seuls indicateurs économiques et financiers (PNB, PNB/habitant, dette, etc.), ni même aux composantes du développement humain ; elle doit aussi intégrer la dimension environnementale.

Elle interroge également la place du continent face à la mondialisation et suppose, en examinant les capacités de réaction, les adaptations et les dynamiques en œuvre, de dépasser le constat d’une Afrique subissant dans la passivité les effets de la mondialisation

L’ensemble de la question « L’Afrique : les défis du développement » se prête aux exercices d’étude critique de document(s) + 2 compositions :

  • le Sahara, ressources et conflits

  • les contrastes de développement en Afrique

+ schémas élémentaires et analytiques pour les compos

1 Croquis BAC N° 7 :

  • Le continent africain : contrastes de développement et inégale intégration à la mondialisation




Composition 1 /le continent africain face au développement et à la mondialisation

  • ETUDES DE CAS :

Activité :Prendre des notes :

Ruée sur les terres en Afrique :le cas de Niger /Mali Le monde Diplomatique ,P.Reverlli

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2011-12-16-terres-agricoles

Arte,Planète à vendre ( landgrabbing en Afrique ,extraits )

http://planete-a-vendre.arte.tv/

Activité :Répondre aux questions

 Madagascar ,un développement difficile pages 288-289

Le golfe de Guinée et son intégration ds la mondialisation Pages 294-295

  • CROQUIS ANALYTIQUES :



  • Schéma A page 318













  • Fiche de travail  : Composition 1 /le continent africain face au développement et à la mondialisation

S’inspirer en Intro de l’Article Afrique de Sylvie Brunel , Dico de géopolitique , premier paragraphe «  Il est temps d’en finir avec l’image d’une Afrique réduite à la misère et aux réserves d’éléphants … »

L'Afrique a atteint en 2009 le seuil d'un milliard d'habitants pour 30,4 millions de km2 alors que le continent est celui dont le PIB est le plus faible au monde en moyenne.Elle comprend 34 des 48 pays classés ds les PMA *.Pour autant, L'Afrique n’ a jamais été en marge du processus de mondialisation ( processus géohistorique avec la colonisation * cf cours de Géo). Mais les défis posés par le développement du continent depuis la décolonisation sont complexes et multiples.

Pb Quelle est la situation actuelle de l’Afrique face aux questions de développement ?Le continent connait-il un réel décollage économique ? Quelle place occupe-t-il dans la mondialisation? Quels défis démographiques, économiques, environnementaux et politiques l’Afrique doit-elle encore relever ?

1. Un continent en marge malgré son potentiel

1.1.Une périphérie dans la mondialisation marchande

Le poids de l'Afrique dans la production et les échanges mondiaux demeure faible . Son PIB correspond à celui de la ville de Tokyo et son commerce extérieur représente moins de 3 des échanges mondiaux. Le stock d'IDE atteint à peine 2 % du stock mondial et les flux 1,5 % des flux mondiaux.

- L'Afrique reste en marge des grands réseaux de transport. Aucune des grandes villes africaines n'est une métropole de premier rang dans les classements internationaux.

l'Afrique détient le tiers des ressources minérales mondiales et demeure un fournisseur de matières premières: 74 % de ses exportations sont des « ressources naturelles», 19% proviennent de produits manufacturés. Dans les deux tiers des pays africains, un ou deux produits constituent les trois quarts de la valeur des exportations .

La croissance africaine est vulnérable car elle est subordonnée à l'instabilité des prix des matières premières. Elle dépend en partie des flux compensatoires de l'aide publique au développement (APD*) venant des pays du Nord , et de négociations sur la dette extérieure avec les institutions internationales. (FMI)

1.2 . Un continent marqué par la pauvreté et l'instabilité politique

L'Afrique demeure le continent de la pauvreté monétaire. Selon la Banque mondiale, il y avait 415 millions de pauvres en 2010 . Or, la pauvreté africaine a des spécificités et il faudrait au moins 7% de croissance économique annuelle pour la faire reculer.

la mortalité infantile de l'Afrique reste la plus élevée du monde. La progression du sida a été enrayée, mais 23 millions des 34 millions de séropositifs du monde vivent en Afrique. Le paludisme persiste et les risques sanitaires sont nombreux. Selon l'Unesco, on compte 160 millions d'adultes analphabètes .

l'Afrique est le continent qui recueille le plus de populations déplacées et réfugiées: 11 millions de personnes sur 37 millions dans le monde, selon le Haut-commissariat aux réfugiés. Ces mobilités forcées résultent de l'état d'insécurité. L'Afrique est en deuxième position pour les conflits armés. Depuis la fin du monde bipolaire, le continent est redevenu un enjeu pour le contrôle des ressources et des populations. Il détient le palmarès du nombre d'opérations de maintien de la paix par les Nations unies. La piraterie, les narco- trafics et la production de drogues sont en plein essor.

1.3. Pourtant, un potentiel de développement considérable

Le continent africain détient le tiers des réserves minérales mondiales [4). En 2015, il produira 78 % du platinium, 60% du cobalt, 57% du manganèse et des diamants, 34% du palladium, 22% de l'or et de l'uranium du monde. Avec 13 % des réserves prouvées de pétrole, 8 % des réserves de méthane et 10 %du potentiel hydroélectrique, l'Afrique dispose d'une base énergétique pouvant soutenir une vive croissance industrielle.

Dans la décennie 2000, l'Afrique est devenue attractive. La forte demande des puissances émergentes a provoqué un retour à une croissance forte malgré la crise financière mondiale de 2008 à laquelle le continent a bien résisté. Les exportations progressent ainsi que les IDE et les envois de fonds des migrants.

Le renouveau politique est engagé. Le « printemps arabe *» a balayé les autocrates; la « décompression autoritaire» progresse vers le multipartisme, mais la démocratie tarde à s'installer . Les réformes de décentralisation ont favorisé l'apparition de nouveaux acteurs locaux, associations, ONG, nouvelles élites. L' « afro-pessimisme» de la fin du xx è siècle laisse la place à l'« afro-optimisme».

2) Leviers et obstacles au décollage économique

2.1 Une Afrique en mouvement

Dans la décennie 2000, la forte croissance économique de l'Afrique a permis une progression annuelle de 4 % du PIB par habitant et soutenu la consommation intérieure. Des couches modestes solvables émergent, formant une nouvelle clientèle.
L'Afrique est perçue comme un marché d'avenir, qui regroupera le tiers de la population mondiale âgée de moins de vingt-cinq ans en 2025.

la révolution des télécommunications est en marche. La progression de la téléphonie mobile a été foudroyante. En 2010, la couverture territoriale atteint 90 %dans la plupart des villes, 40 % dans les campagnes. La connectivité internationale et l'aménagement numérique ont progressé à partir de 2013 avec la diffusion massive du haut-débit .

Des pays qualifiés de «  Lions africains»* émergent = ( terme qui désigne groupe de pays considérés comme émergents :Afrique du Sud, Nigéria,Algérie, Maroc ,Angola etc.. en référence aux tigres asaisatiques) Ils fournissent 60 % du PIB total en 2011; 40 entreprises, dont 18 sud-africaines, sont considérées comme de bons compétiteurs mondiaux.

2.2. Un continent attractif

l'Afrique est convoitée pour ses ressources énergétiques et minières. Ses terres cultivables sont recherchées par des pays déficitaires en productions alimentaires (land grabbing*Chine par exemple ).

les réserves énergétiques et minières sont un enjeu pour les États-Unis et pour les pays émergents. Si l'emprise des anciennes puissances coloniales décroît, la Chine, l'Inde, le Brésil, et plus récemment la Turquie, sont devenus des acteurs majeurs.

la part de l'Asie progresse dans les échanges extérieurs . La Chine, premier partenaire commercial depuis 2010, et l'Inde sont des moteurs de l'investissement: la Chine est déjà présente dans quarante pays = «Chinafrique » ; l'Inde étend de plus en plus ses bases anciennes d'Afrique australe et orientale =« Indafrique ».

De grands chantiers sont en cours: nouveaux ports (Djibouti), lignes de TGV au Maroc, corridors de circulation (en Afrique australe), liaison câblée à haut-débit. De grands projets ont été élaborés: ports en eau profonde (Mombassa), transferts d'eau (du Lesotho vers le Gauteng).

2.3 L'envers de la croissance économique

l'essor du PIB résulte surtout d'exportations de matières premières, l'économie de rente extensive a été reproduite par les nouveaux acteurs asiatiques. La bifurcation vers l'industrie manufacturière n'est pas engagée; des industries de produits bas de gamme délocalisées par la Chine apparaissent mais, sur le court terme, le problème de
l'accumulation du capital n'est pas résolu .

la libéralisation du jeu politique reste partielle. Elle n'est parfois qu'apparente, avec des compétitions électorales manipulées par les anciens autocrates (Zimbabwe, Cameroun, Burkina Faso) . La violence et la guerre demeurent des moyens de conquête du pouvoir (Somalie, République centrafricaine, Mali).

la vive croissance a été accompagnée d'un accroissement des inégalités spatiales à toutes les échelles. les espaces les plus dynamiques sont de type nucléaire (noyaux miniers et agro-industriels, villes et leurs périphéries), linéaire (axes routiers), transfrontaliers (zones franches aux marges des États); le «corridor*» est devenu le modèle d'aménagement.

la gestion de cette mosaïque spatiale et du développement inégal est compliquée; la fragmentation mal régulée des Afriques, qui cherchent toujours leur unité, est un risque majeur pour l'avenir du continent.

3) Un continent confronté à de nombreux défis pour demain

3.1 Faire face à la croissance des populations

L'Afrique connaît une énorme croissance démographique. Sa population a été multipliée par 4,5 de 1950 à 2010. Elle atteindra 2 milliards en 2050 dont 1,8 milliard en Afrique subsaharienne. Elle comptera alors trois des dix poids lourds démographiques mondiaux
Depuis les années 1980, les mobilités sont devenues intenses. Aux déplacements forcés s'ajoutent les migrations économiques qui se sont accélérées, en particulier entre le Sud et le Nord du Sahara, et d'Afrique centrale vers l'Afrique du Sud.

La population urbaine a été multipliée par X 13 depuis 1950. Même si la majorité des citadins vit dans des villes petites et moyennes, le surgissement de mégapoles s'accompagne de la prolifération d'habitats précaires et de pollutions ayant de graves conséquences sur la santé publique.

Dans ces conditions, subvenir aux besoins vitaux d'une population croissante (nourriture, eau, énergie, soins ), réduire la pauvreté, gérer de très grandes villes étalées restent des défis majeurs pour le continent.

3.2 Nourrir les hommes et le défi environnemental

Les agricultures africaines sont en mouvement. Les paysans ont su tirer parti de la demande urbaine pour développer le vivrier marchand. Des recherches génétiques locales ont permis la mise au point de variétés à haut rendement (comme le riz Nerica - New Rice for Africa -, l'igname Florido).

Sauf en cas de conflits et de sécheresse, l'extension des surfaces cultivées a permis de faire à peu près face à la croissance démographique depuis les années 1980, malgré un contexte défavorable (incertitudes climatiques, mauvais état des routes, problèmes de stockage, concurrence des cultures d'exportation, dumping des pays riches sur les céréales). Mais le problème du passage à une agriculture intensive reste posé.

L'agriculture exportatrice et l'utilisation d'OGM provoquent des dégradations de sols et inquiètent l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les surfaces forestières ont reculé depuis 1980, mais les situations sont contrastées. Au Sahel, des espaces reverdissent et la «désertification*» n'apparaît plus irréversible. Selon les scénarios du GIEC *, les consé-quences du réchauffement climatique pourraient être considérables.

3.3. Des blocages structurels à surmonter

L'économie de rente* demeure prédominante. De nombreux verrous entravent le changement, comme les coûts élevés de l'électricité et des transports et les déficiences des services. Pour emprunter le chemin de l'émergence que suit l'Afrique du Sud, il faudrait favoriser l'économie de la production plutôt que celle de la circulation et promouvoir un développement adapté aux sociétés africaines.

Face à la mondialisation compétitive, l'Afrique reste trop divisée et doit construire des organisations régionales efficaces . Les plus importantes, comme la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC*), ont peu d'effets intégrateurs. L'Union africaine* ( ancienne OUA = 70 ème anniversaire en 2014) demeure un forum politique. Enfin, le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD*) n'a pas encore produit les résultats escomptés.

La nature de l'État est également un lourd handicap . Le pouvoir politique fonctionne trop souvent comme une machine d'extraction-redistribution de la rente au profit de clientèles particulières. Or, l'équité est une condition du changement social et la notion récente d'État développementiste pourrait être l'une des issues possibles.

Conclusion :S’inspirer de l’article de Sylvie Brunel ( Dico de géopolitique ..) page 321 dernier paragraphe =«  le renouveau du continent passe par la Paix et le panafricanisme …….

  • Croquis de synthèse BAC N° 7

  • page 312-313



Titre / le continent africain : contrastes de développement & inégale intégration ds la mondialisation



2.COMPOSITION / Le Sahara : Ressources et conflits ( Etude de cas )

Manuel hachette page 276 à 281

Introduction : Arte , le Sahara : un désert vide ?



Le Monde,La Mali décrypté

http://www.lemonde.fr/afrique/video/2013/01/18/video-la-carte-du-mali-decryptee-en-5-minutes_1818849_3212.html

PB :Quels sont les enjeux économiques et géopolitiques de l’ensemble saharien au regard des ressources qu’il recèle ? Quelles sont les multiples convoitises qui s’y manifestent ?

  • Notions -clés

Mal-développement : la notion renvoie au déficit qualitatif du développement associé à une mauvaise gestion politique et économique (corruption, clientélisme), et à une mauvaise répartition des richesses entre populations (dimension sociale) et entre territoires (dimension spatiale). Dans les États du Maghreb, riches en ressources énergétiques, les revenus auraient pu contribuer davantage au développement des économies locales et au mieux-être des populations.

Économie de rente : la richesse du pays est fondée sur l’exploitation d’une ou de quelques ressources privilégiées (le pétrole, le gaz, le plus souvent), ce qui produit fréquemment des tensions entre ceux qui les détiennent et les autres. En Algérie, le développement urbain des villes sahariennes a pu se faire grâce à la rente pétrolière et l’essence est très bon marché dans tout le pays ; cependant, cette richesse est étroitement liée aux cours du brut sur les marchés internationaux et elle suscite la convoitise des investisseurs étrangers – chinois en particulier.

Enjeu géopolitique : l’expression renvoie aux conflits et tensions entre acteurs dans des territoires déterminés ; par exemple entre États (entre le Soudan et le Soudan du Sud), ou entre groupes et États (cas des conflits touarègues). On y intègre aussi les acteurs internationaux (grandes puissances, organisations internationales comme l’ONU ou FTN) qui interviennent localement. L’exemple de la révolution et de la guerre civile libyennes illustre bien cette association d’acteurs et d’échelles.


    1. un espace de fortes contraintes physiques, mais disposant de ressources.Page 276-277

  • Le désert ( l’aridité )=une contrainte radicale

Le nom même, al-sahrà(désert) = immense espace (8,5millions de km²) dont les limites Bioclimatiques ( végétation …) peuvent varier selon les critères retenus = contrainte radicale due à l’aridité ( - de 200mm d’eau par an )

http://www.cosmovisions.com/cartes/relief-sahara.jpg

http://img.over-blog.com/500x290/3/29/27/36/laetitia-sahara.jpg

  • Le Sahara est peu peuplé hormis le couloir du Nil = 10 millions d’habs

Une autre contrainte réside dans la répartition déséquilibrée de la population en faveur des littoraux méditerranéen et atlantique et en défaveur du Sahara où les populations se concentrent dans les oasis et les villes au croisement des routes commerciales N/S. et + au Sud .Ms les pop, se sédentarisent et le désert tend act. à se peupler ( cf vidéo Arte ) = Sahara Towns( + de 21 villes de 100.000 habs)

  • Il dispose de ressources, principalement souterraines (phosphates, hydrocarbures, nappes aquifères fossiles) ; il est aussi propice à un tourisme d’aventure (Trek) contrarié par une insécurité endémique



Schéma page 282

La ressource en eau fossile est importante mais son exploitation est difficile et coûteuse : elle est l’objet d’aménagements de grande ampleur tels que les stations de pompage, les aqueducs, les grands canaux d’irrigation construits par les États, en particulier la Libye et l’Égypte pour les plus importants d’entre eux (doc. 2). La culture irriguée moderne est très consommatrice d’eau et concurrence les cultures traditionnelles, plus économes et rationnelles dans leur gestion de l’eau (doc. 4). On s’interroge actuellement sur la durabilité de ces aménagements face à l’épuisement, à terme, des ressources en eau fossile.

Les ressources énergétiques ne bénéficient pas ou peu aux populations sahariennes : elles sont destinées à l’exportation (minerais et hydrocarbures) ou aux populations littorales (hydrocarbures peu chers), mais elles sont peu génératrices d’emploi (cf. taux de chômage) ou de construction d’équipements locaux, autres que ceux liés à l’industrie ou aux mines, qui bénéficieraient aux populations. Enfin, les bénéfices financiers liés aux revenus de l’énergie ne semblent pas profiter aux pays les plus pauvres de la région, comme le montrent les niveaux d’IDH et de revenus (Niger, Mali, Tchad, Soudan).
  1   2

similaire:

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconL'Afrique dans le contexte de la mondialisation
«Marginalisée économiquement et déclassée géopolitiquement, l’Afrique est longtemps restée à l’écart de la mondialisation», écrit...

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconActualité de l’œuvre de Cheikh Anta Diop face au racisme scientifique...

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconPourquoi l’afrique reste en retard pour son developpement?

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconThème 1 – Géographie : La Mondialisation
«universelles» à l’échelle de la planète inscrivent ces valeurs dans le processus de mondialisation

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconLe cours de cette année est centré sur l’histoire de la mondialisation du 14

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconAbécédaire partiel, et partial, de la mondialisation
«mondialisation de l'économie», et son corollaire plus direct de «victoire du marché», se cache un mode de fonctionnement et de domination...

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconLe rapport condamne
«une main d’œuvre solide et adaptée à la demande du marché du travail» (II. Réformes en cours et défis. Les réformes actuelles vont...

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation icon3. cif qui peut prétendre au cif les démarches à accomplir Le financement...
«de favoriser l’insertion ou la réinsertion professionnelle, le maintien dans l’emploi, le développement des compétences, l’accès...

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconAfrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian...
«D'ailleurs, poursuit-il, tous les secteurs qui étaient naguère sous le contrôle de Boko Haram dans les Etats d'Adamawa, de Borno...

Cours / L’Afrique : les défis du développement et de la mondialisation iconDéfinir la notion de mondialisation : une notion qui ne se réduit...
«la galaxie Gutenberg». Le terme anglais «globalism» est cité pour la première fois en 1968 dans la seconde édition d’Oxford English...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com