Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants








télécharger 25.17 Kb.
titreAvant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants
date de publication16.07.2017
taille25.17 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
Polders_Hollande2.doc

06 09 2007
Un flamand qui explique à un Français la pêche en Hollande!
Dans les pays environnants, et surtout en Belgique, la pêche aux carnassiers est plutôt médiocre. A l´âge de septante ans et pêchant depuis 1960 la Belgique, la France, l´Allemagne , l´Autriche et surtout la Hollande je prétend connaitre un peu le problème.

Selon moi la Hollande a la meilleure réputation pour le sandre et le brochet et excelle certainement dans le rapport prix/qualité.

Je ne pêche quasiment pas en bateau. Ne me questionner donc pas sur « la verticale » Je résume donc mon apport ci-joint à la pêche du bord et surtout dans les polders, dont je raffole. Mais la pêche dans les polders demande une bonne préparation et surtout une claire idée en quoi consiste un “polder” et ses habitants. N´y allez donc pas en novice !

La réglementation de pêche est très complexe en Hollande!

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants.
Pendant des siècles la Hollande a voulu conserver les terrains apparaissant à marée basse et se recouvrant d´eau de mer, à marée haute. Par des jeux complexes d ´écluses ils ont réussi à bloquer le retour de l´eau salée sur des immenses parties.
Pour fortifier le sol suffisamment pour les vaches il fallait d’abord évacuer l´eau au plus vite. Là ou nous avons à la campagne un fil barbelé autour de notre propriété les Hollandais dans les polders ont un petit fossé 2m de large et profond de 30 a 50 cm ! Toute l´eau de pluie s’y rassemble et doit donc être ‘évacuée aussi vite que possible et avant que l´eau du polder ne monte ! Tous les petits polders se rejoignent donc dans des « wettering » qui sont plus larges et plus profonds et des gigantesques pompes refoulent le tout vers la rivière la plus proche.

Comme chaque paysan, propriétaire ou locataire, est entouré d´eau cela offre de gigantesques surfaces idéales pour la reproduction de toutes les sortes de poissons! Et… dès que la profondeur augmente un peu ; les carnassiers sont à l´affut ! Il est donc impératif de comprendre qu´un brochet de 80 cm peut se trouver dans 40 cm d´eau et moins! (j’étais témoin quand Snoekbond en 2004 en a pris un d´un mètre dans 30 cm d´eau !Un spectacle inoubliable. Et en 2006 une prise (aussi 1m !) dans 40 cm d´eau et pris sur un « cochon rose » de Hiro ! )

Seulement ! Le poisson est très attentif ! Et seulement habitué à la marche des vaches et il discerne grâce au sol spongieux, directement le pas d´un être humain. Le nombre de poissons par m² étant faible, des « viandards » connaissant la technique sont donc capable de détruire rapidement un bon polder. Il est donc important de comprendre la grande méfiance des pêcheurs « locaux » vis-à-vis d´un pêcheur inconnu ! Les polders sont très vulnérables, mais heureusement grâce à leurs multiples interconnections ils peuvent se rétablir plus facilement que d´autres eaux.
Les habitants ont une mentalité spéciale. Cela demande des années pour découvrir ce qui les vexe et ce qui leur plaît. Comme il faut presque toujours passer par la basse-cour, et certainement se présenter!, un briefing préalable avec un spécialiste1 pour votre conduite n´est pas du luxe ! Certaines régions (Gouda, Stolwijk, la Frise par exemple) ont des habitants très pratiquants en matière de religion !! Il suffirait de vous y montrer un dimanche et le club de pêche y perdrait tous ces droits pour une éternité !
Le nombre de poissons dans un polder est en fait faible par m² mais la surface disponible est énorme !
La réglementation de pêche.
Etait très complexe, … et depuis 2007 est devenue encore plus compliquée !

L´ancienne période, donc jusqu’a 2006, exigeait un permis de l´état (Sportvisakte) et un permis local, généralement d´un club de pêche. Plusieurs clubs (des milliers !) se sont rejoint sous des Fédérations (Quelques dizaines de très grandes) D´autres grandes organisations comme les « Waterschappen » de l´état gèrent et surveillent tous ce qui se passe en rapport avec l´eau et ont aussi un œil vigilant vers le secteur pêche. (Ils accordent le « droit de pêche a tel ou tel individu ou club selon des règles « médiévales » inconnues et obscures !)

Réunissons nous est un vœu des pêcheurs depuis une vingtaine d´années. Des habiles fonctionnaires (NVVS) ont réussi à regrouper des milliers de clubs sous leur organisation. Tous les clubs, nouveaux venus, devaient apporter « dans leur trousse de mariage » une des parties d´eau dont ils avaient le droit de pêche ! Et donc les rendre accessibles pour les autres affiliés. Une liste fut construite sous le nom de « Grote Vergunning » Inutile de spécifier donc que ce sont les eaux les plus médiocres de chaque club de pêche  qui s´y trouvent ! L´inconvénient était que si on était membre de 5 clubs il fallait payer 5 fois la cotisation  « Grote vergunning »

Fin 2006 la Reine a changé la loi et le mot « permis » en « autorisation écrite du propriétaire » On a créé une nouvelle très grande organisation (sportvisserij Nederland http://www.sportvisserijnederland.nl/ ) Au fond, c´est l´état qui se retire. Un nouvel organisme privé, mais « reconnu » le remplace! Tous les anciens services de l´état concernant pêche y ont été transvasés. Ils ont créé le « Vispas » depuis 2007 et même en plusieurs variantes ! Ils ont à leur disposition un fichier central qui est en connexion via e-mail avec chaque club. Chaque club a donc du déléguer et former un volontaire spécialisé en e-mail et software! Ce qui n´était pas une mince affaire vu certains clubs qui n´avaient jamais entendu parler de l´internet ! Le but est que chaque pêcheur, voulant avoir à sa disposition une grande variante d´eaux possibles, aura certainement payé une fois l´adhesion à un club local et surtout à une fédération via leur organisation Sportvisserijnederland.
Cela vous coute 32 € + les frais d´inscription, généralement 8 €. Vous obtiendrez dans un magasin de pêche d’abord un document provisoire valable un mois, et ensuite on vous envoie le vispas à votre adresse. Cette carte porte votre nom, le nom du club concerné, et un mystérieux numéro se composant uniquement de chiffres. Personnellement j´appelle cela le « grand vispas »!
Par contre un autre vispas avec un * derrière votre numéro existe aussi. Il coute généralement 21 € + frais d´inscription 5 € . Il indique que vous êtes en supplément membre de ce club là ; mais que vous possédez déjà « quelque part d´autre » un autre vispas ou la fédération était déjà incluse. Jamais vous ne pouvez obtenir ce « petit vispas, » sans avoir payer quelque part le « grand vispas » ! Les règles du « privacy » bloquant toutes les intercommunications, la pagaille est énorme !

Le pauvre pêcheur, voulant être en règle dans différents clubs, a payé beaucoup trop, a obtenu la promesse de Sportvisserijnederland d´être remboursé, mais n´a encore rien vu revenir.

Le « grand vispas » est accompagné d´un bouquin volumineux (Landelijke lijst van Viswateren 190 pages !) de forme inadéquate pour la poche !, et mentionnant toutes les eaux où vous avez le droit de pêche. Si vous êtes contrôlé, vous devez avoir ce bouquin sur vous, et « pouvoir indiquer sur quelle page est située vraiment l´eau ou vous êtes en train de pêcher » ! La réglementation applique ici le principe de la charge inverse ! Donc c´est à vous de prouver que vous êtes dans votre droit ! Une tâche qui dans d’autres pays se ferait par le contrôleur, mais ici presque impossible ; même pour les indigènes ! Et le tiers des pêcheurs actuels en 2007 est ; ou ignorant de cette clausule, ou en rage en recevant une forte amande!

Pour corser le tout chaque club garde jalousement une partie des eaux en exclusivité pour eux-mêmes2 ! Et.. vous donne encore un second bouquin descriptif.. mais beaucoup plus petit et heureusement ces eaux la sont véritablement de très haute qualité! Rien ne vous empêche d´adhérer à d´autres clubs supplémentaires mais espérons que vous payerez moins ! (Voir plus haut les difficultés de l´année de la création du système !)
Moi même j´ai dix vispas et c’est probablement le record de la Hollande ! (90% des pêcheurs Hollandais n´a qu´un « vispas » )
Exception ? Certainement !

Certains clubs ou même des fédérations se foutent du système ! Du moment où ils restent strictement chez eux ! … dans leurs propres eaux !... ils n´ont pas besoin de vispas !

Si un propriétaire a donc gardé le droit de pêche de son terrain, depuis 2007 son autorisation à lui seul vous suffit ! En France on parlerait d´eau privée. Et là démarre la « chasse » au rare paysan local, ayant chassé pendant 20 ans, tout porteur de canne à pêche de son terrain ! Si vous êtes fin psychologue il accepte peut-être enfin votre bouteille de porto ! Et vous pouvez rentrer enfin dans « l´ eldorado vierge », à la recherche du grand-père « snoek », jamais dérangé ! et pêcher là sans vispas !


Le contrôle


En comparant le contrôle des différents pays je dois admettre que la France et la Belgique figure en bas de liste pour la fréquence des contrôles. En Hollande on m´a ( 1960- 2006) beaucoup plus fréquemment contrôlé. Seulement les pêcheurs Hollandais eux-mêmes demandaient encore beaucoup plus de contrôle!3 Maintenant en 2007 leurs vœux sont réalisés. Partout on me signale des contrôles massifs mais malheureusement avec une importante partie de fonctionnaires connaissant encore insuffisamment les nouvelles règles ! On y ajoute donc encore une masse grandissante de contrôleurs privé d un club spécifique. (Personnellement jý suis contrôleur de trois clubs, chose extrêmement rare pour un étranger !) Ceux là se dirigent en groupe grandissant vers des formations spécifiques de contrôleur. Ces formations sont payées par l´organisation et les clubs ! Mais les contrôleurs de club sont des bénévoles. ( qui vont probablement ?? recevoir un uniforme de l’organisation « sportvisserij Nederland » en 2008 ?)


Tous ce « changement » fait trembler une multitude de « pêcheurs en noir » et on a déjà (juin 2007) vendu 30.000 « vispassen » de plus que prévu ! On prévois 4 a 500.000 vispassen ! L´augmentation sensible du tarif des amandes y est certainement aussi pour quelque chose. Un allemand pris en faute dans le passé se tenait les côtes de rire. En effet le tarif de l´amande était une fraction de ses frais de déplacement. Depuis 2007 il ne rit plus !
Professionnel/amateur

Spécifiquement en Hollande survit un groupe restreint (1000 ? 2000 ? ) de pêcheurs professionnel qui sont exagérément protégé par des règles incultes et immuables.4 Créée dans un passé de famine, leur existence résiste mystérieusement a tous changement. Ils ont plus de privilèges que 500.000 pêcheurs ± sportif, qui eux sont soigneusement enregistrés! Les professionnels refusent catégoriquement de se faire comptabiliser ou de participer à toute étude sur leur réelle valeur économique. Mais enfin… doucement des attaques du fisc sur leurs revenus se préparent !
Le problème : relation professionnel/amateur est très délicat, intensivement traité sur les forums électroniques de pêche, mais la presse écrite évite à tous prix de prendre position à ce sujet. Il est presque impossible a la politique de mettre en doute leurs privilèges excessifs !

La triste réalité du membre de club, pratiquant le no-kyll obligatoire du club, et en contraste voyant le résultat enlevé légalement par un individu, à privilège mystérieux et transmis de père en fils, et pratiquant par exemple la pêche électrique, reste une bombe à retardement pour un conflit.
Heureusement le vrai polder est, vu techniquement, terrain difficile pour eux. Mais.. Dés que cela devient un peu plus profond, ils y arrivent avec leurs bateaux à fond plats et le danger guette !



Pour allécher le pêcheur étranger
à la recherche de…
et on vous propose le paradis !

Le thème a une valeur économique certaine ! Le tourisme, les revues de pèche, le bon amateur, rêvant d´en faire son gagne-pain comme guide, font tous leur possible !
Mais…il est totalement impossible de jouer au guide payé directement ou indirectement dans les polders ! le type d´eau est beaucoup trop fragile !
Pendant 20 ans un « guide » connu pour sa promotion du DYNEEMA , a rassemblé habilement tous les amateurs et dirigé vers le polder « Grootslag » en Frise. Par bus entiers Allemands, Belges, Francais, , Italiens… affluaient. Ils se voyaient déversé via un bateau plat en plein polder avec un casse-croute et quelques conseils. Naturellement pourvus en dernière minute de leurres à succès local et de l´indispensable Dyneema. Apres 20 ans de cette sottise, le no-kyll a un peu retardé le drame. Mais avec le dressage supplémentaire et inévitable du brochet, … la bougie s´est éteinte doucement.

Entre autres; un nombre de Belges, trop surexcités par des « histoires de pêcheurs», et donc finalement frustrés, m´en font régulièrement la confession à leur retour, et sont en rage de leurs dépenses!

Promettre un week-end en polder avec des résultats fabuleux est de la sottise 5!

Je connaissais(1965) cette région là avant la masse q´on y a amené depuis 1975 et je vois actuellement à quel désastre cela a conduit !

Conclusions

La pèche au carnassiers en polder est très délicate et terriblement influencé par le nombre de visiteurs par saison. Le no-kil y est indispensable mais doit être aidé par un nombre restreins de « visites » Commercialiser ces escapades est de la folie. Les véritables polders sont très très limpides et une pèche n´est que fructueuse les jours ou une légère brise déforme la vue du brochet attentif. Alors encore il faut se déplacer en marche de sioux. Statistiquement une sortie, de seulement « un weekend », sera plutôt médiocre que succès, même en connaissant parfaitement les lieux !
Fik

1 Il parait que dans ce domaine j´ai une solide réputation !

2 Au fond c´est leur unique chance de survie!

3 Surtout les pays de l´Est ont une fâcheuse réputation de viandard absolu. (déjà 50.000 « vispassen » vendu à des Allemands en 2007 !) et des problèmes terribles pour encaisser les amendes !

4 En Flandre le Ministre Peeters a supprimé en 2007 la profession pêcheur professionnel ! je lui en saurai gré le reste de ma vie !

5 Mais actuellement certains cocos appellent cela du bon marketing !

similaire:

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconL’ordonnance n°62-072 du 29 septembre 1962 (article 15 et 16)
«nature du bail», qui regroupe les décisions qui ont eu à se prononcer sur la nature du bail et donc sur l’ordonnance applicable

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants icon12 juin 2016 11
«J’ai péché contre le Seigneur !» Nathan lui répondit : «Le Seigneur a passé sur ton péché, tu ne mourras pas.»

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconFédération de Seine et Marne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
«La désignation des lots où l'exercice de la pêche est jugé nécessaire à une gestion rationnelle des ressources piscicoles»

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconCour suprême du Canada : le bilinguisme. Les juges nommés devraient...

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconAvant de parler du symbole, retrouvons le sens de l’outil L’équerre...

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconRéférences : Code Forestier (CF), Code de l’Environnement (CE), Code...
«C’est la jouissance en nature des produits ligneux d’une forêt communale au profit des habitants de cette commune»

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconLoi de Modernisation de l’Agriculture et de la Pêche
«Parce que ce projet de loi n’était pas à la hauteur ni de ses ambitions affichées, ni des besoins réels des professionnels de l'agriculture,...

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconLa méthode d’abattage islamique
«Ils t’interrogent sur les boissons alcoolisées et les jeux de hasard. Dis : «Dans les deux, IL y a un grand péché et quelques avantages...

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconHutu–tutsi : osons parler de la question ethnique
«L’actualité politique au Rwanda», en pleine effervescence de la période révolutionnaire, que le régime d’apartheid en Afrique du...

Avant de parler de pêche parlons donc géographie, nature, habitants iconIntroduction (Camille Humbert)
«la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme; tout citoyen peut donc parler,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com