L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le








télécharger 0.52 Mb.
titreL’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le
page3/12
date de publication08.07.2017
taille0.52 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

OBJECTIFS ET INTERET DE L’ETUDE

1.3.1 Objectifs de l’étude

Objectif général

L’objectif général de cette recherche est d’identifier des solutions pour aider à faire baisser le niveau de la cybercriminalité, en Côte d’Ivoire, dans le but de restaurer l’image de notre pays, ternie dans le monde entier par ce fléau.

Objectifs opérationnels ou spécifiques

Pour atteindre l’objectif général, les objectifs opérationnels suivants ont été formulés :

  • Décrire les rapports des jeunes avec la navigation sur Internet et la cybercriminalité ;

  • Identifier les facteurs psychosociaux qui les amènent à établir, maintenir ou entretenir ces rapports et ceux qui les disposent potentiellement à être des victimes de la cybercriminalité ;

  • Identifier les actions pouvant permettre aux pouvoirs publics ivoiriens de faire baisser le niveau de la cybercriminalité des jeunes et de celle les visant ;

  • Proposer des solutions et un plan d’action pour une lutte plus efficace contre la cybercriminalité, en Côte d’Ivoire.

1.3.2 Intérêt de l’étude

Cette étude a pour ambition d’apporter des informations nouvelles au champ de connaissance sur l’ampleur du fléau de la cybercriminalité en Côte d’Ivoire, ainsi que sur les moyens d’y remédier ou d’en réduire le niveau. Leur prise en compte pourrait contribuer à une lutte plus efficace contre la pratique de la cybercriminalité par les jeunes en Côte d’Ivoire, tout en ouvrant des perspectives nouvelles.

    1. DEFINITION DES CONCEPTS

1.4.1 Contribution

La contribution est, selon le Dictionnaire Le Petit Larousse Grand Format (2004), « la part que chacun apporte à une dépense commune », « l’aide, le concours que chacun apporte à une œuvre commune ». Cet ouvrage définit également le contributeur comme « une personne ou un groupe qui prend part à la réalisation d’un projet, d’une entreprise ».

Pour notre étude, la contribution est l’apport de cette recherche à la lutte contre la cybercriminalité des jeunes et contre celle visant les jeunes.

1.4.2 Cybercriminalité

La cybercriminalité est la criminalité commise contre les systèmes d’informations (exemple, les attaques informatiques) ou en se servant des systèmes d’informations (exemple, l’escroquerie en ligne).

Selon Dimba TRAORE, expert en NTIC :

La cybercriminalité a deux aspects : c’est tout ce qui est crime contre les systèmes d’information (par exemple, attaquer un site ou un ordinateur à distance pour détraquer son fonctionnement ou le détruire) et c’est, également, toutes sortes de crimes de droit commun commis par l’utilisation des systèmes d’information (comme l’escroquerie ou le vol de données privées).

Nous définissons, de façon opérationnelle pour notre étude, la cybercriminalité comme étant l’ensemble des actes criminels et délictueux commis sur Internet ou par le biais d’Internet. Celle commise par les jeunes est relative à la fraude, à la falsification, à l’escroquerie, au vol de données privées ou de données bancaires et au piratage informatique. Celle visant les jeunes étant relative aux contenus moralement illicites qui les exposent à la pédophilie, au kidnapping, au trafic d’enfants ou les incitent à la prostitution, à la pornographie, à l’homosexualité, au lesbianisme et à la zoophilie, avec pour appât le gain facile, l’enrichissement rapide, le mariage ou une vie aisée et paisible en Europe ou, de façon plus globale, en Occident.

1.4.3 Lutte

Le Dictionnaire Le Petit Larousse Grand Format (2004) définit la lutte comme étant un « ensemble d’actions menées pour vaincre un mal, des difficultés ».

Dans le cadre de notre étude, la lutte prend le sens d’actions soutenues à déterminer et à réaliser afin d’aboutir à des résultats efficients qui se traduisent par la régression de la cybercriminalité chez les jeunes, ainsi que de ses conséquences sur leur intégrité morale et physique. Une telle définition nous impose l’élaboration d’un plan d’action contre ce fléau.

1.4.4 Jeune

Selon Olivier GALLAND20 (2007), la jeunesse est une catégorie aux contours incertains. A quel âge débute-t-elle, à quel âge finit-elle ? La sociologie, dit-il, montre que la jeunesse est avant tout un passage dont les frontières et la définition ont évolué au cours de l'histoire et se modulent selon les situations sociales. L'affaiblissement des rites de passage, l'allongement des transitions professionnelles et la prolongation du temps des expériences qui tendent à repousser toujours plus tard l'accès à un plein statut adulte font, souligne-t-il, que la jeunesse se décompose désormais en plusieurs phases, de l'adolescence au statut de jeune adulte.

La jeunesse est donc une notion relative, selon GALLAND (2007) ; si l’on tient, en fait, compte des considérations sociales, culturelles, physiologiques, civiles, sociologiques et psychologiques. Mais, nous pourrons dans une première esquisse, en prenant toujours appui sur GALLAND, considérer la jeunesse comme l’ensemble des individus dont la période de vie se situe entre l’adolescence et l’âge adulte. Cette première approche définitionnelle n’enlève toutefois pas l’ambiguïté du champ de la jeunesse.

Nous pouvons, en définitive, définir le jeune comme une personne qui est entre la dépendance enfantine et l’autonomie de la maturité. Le jeune n’est ni enfant ni adulte, ni dépendant ni autonome. C’est celui qui traverse une phase « critique » de son évolution psychologique, mentale et physiologique, une phase de mutation dans laquelle il s’expose à de nombreuses menaces et risques tels que la délinquance et la déviance morale, sociale et spirituelle.

L’article 2 du Décret 72-746 du 24 Novembre 1972, portant Organisation des associations de jeunesse, en Côte d’Ivoire, considère comme jeunes, les personnes dont l’âge est compris entre seize (16) et trente cinq (35) ans.

Pour les besoins spécifiques de notre étude, nous considèrerons comme jeune une personne âgée de 12 à 35 ans. En effet, la majeure partie des écrits consultés dans le cadre de cette recherche indique que la cybercriminalité, en Côte d’Ivoire, est essentiellement le fait des jeunes. Leur contact avec Internet est de plus en plus précoce ; leurs pratiques cybercriminelles aussi. Elles baisseraient drastiquement avec l’âge.
1.5 DELIMITATION DE L’ETUDE

1.5.1 Limites géographiques et sociologiques

Le cadre retenu pour notre recherche est le District d’Abidjan où se trouve la majorité des cybercafés et où vit le plus grand nombre de jeunes de toutes les catégories et classes sociales que peut abriter une ville de Côte d’Ivoire. En effet, Abidjan ou plus exactement la Région des Lagunes, compte dans ses limites plus du tiers de la population ivoirienne, depuis la survenue de la crise sociopolitique qui a favorisé le déplacement d’un grand nombre de populations vers le Sud du pays. C’est également à Abidjan que sévissent avec acuité les cybercriminels et que les jeunes sont le plus victimes d’actes de cybercriminalité. Ainsi, la mauvaise réputation des communes de Marcory et de Treichville en cette matière leur vaut d’avoir été retenues par nous, dans le District d’Abidjan, comme cadre de cette recherche.

1.5.2 Limites temporelles

Notre étude couvre la période allant de 2000 à 2010 car elle représente la décennie qui a vu la montée fulgurante du phénomène de la cybercriminalité, en Côte d’Ivoire. Néanmoins, elle ne prendra véritablement en compte que les cinq (05) dernières années, c'est-à-dire les années 2005 à 2010, qui ont vu une explosion sans nulle autre pareille de ce fléau en terre ivoirienne.

CHAPITRE II : RECENSION DES ECRITS

Dans ce chapitre, nous présentons les ouvrages et documents sélectionnés sur la base de leur pertinence et de leur utilité pour notre étude.

L’étude s’article autour de la question de recherche suivante : « Comment lutter plus efficacement contre la cybercriminalité des jeunes et celle visant les jeunes, en Côte d’Ivoire ? ». Cette recension des écrits portera sur l’avènement, l’essor et l’envergure d’Internet, les représentations qu’en ont les pouvoirs publics et les entreprises, les origines de la cybercriminalité, les modes d’action des cybercriminels, le cas spécifique ivoirien, les cas les plus retentissants dans le monde et les dispositions prises dans certains Etats, en Europe, pour la combattre, à défaut de pouvoir l’éradiquer.

2.1 CRITERES DE SELECTION DES ECRITS

Pour atteindre les objectifs de notre étude, notre enquête documentaire a dû se soumettre à des critères de spécificité et de pertinence des ouvrages, de richesse de leur contenu et de leur rapport avec notre sujet. Ceci nous a conduit à consulter des rapports d’enquêtes et d’informations, des rapports de conférences internationales et de forums mondiaux, des articles de journaux traitant de la cybercriminalité, des avis de spécialistes du Droit lus sur des sites Internet, des ouvrages et magazines spécialisés. Nous avons été aussi amenés à suivre plusieurs documentaires sur des chaînes de télévisions par satellite, proposant d’excellentes enquêtes sur la question, pour mieux comprendre le phénomène.

Ces documents et reportages qui présentent le problème de la cybercriminalité dans le monde et en Côte d’Ivoire, ses causes et ses conséquences ainsi que ses origines et ses modes opératoires, proposent également des solutions, même s’ils ne traitent pas tous exclusivement du cas ivoirien.

2.2 PRESENTATION DES ECRITS

2.2.1 De l’avènement d’Internet

Selon Patrice FLICHY21 (2007), professeur à l'Université de Marne-La-Vallée, les origines d’Internet remontent à la naissance d’Arpanet, en 1969, dans l’armée américaine. Arpanet est l’ancêtre militaire d’Internet. C’est un réseau militaire américain qui servait principalement à relier entre eux les états-majors et les services de l’armée américaine. Par la suite, sa vulgarisation a permis, dans une première phase, d’interconnecter des chercheurs en informatique dans le monde entier, et dans une deuxième phase (1994), de s’ouvrir au grand public, par son usage social, professionnel et commercial.

2.2.2 L’essor et l’envergure d’Internet dans le monde

Patrice FLICHY (2007) considère que pendant près d’un quart de siècle, de la naissance d’Arpanet22 (1969) au démarrage du web dans le grand public (1994), Internet s’est développé sur les principes de l’échange et de la coopération tous azimuts. De sorte que les grands choix technologiques du réseau ont été faits dans ce sens et de nombreuses expériences d’usages ont également été menées dans ce cadre. Alors que les réseaux de télévision diffusent la même information du centre vers les usagers, que les réseaux de télécommunications, s’ils permettent une communication d’un point vers un autre point, ont une architecture centralisée, Internet, au contraire, est un réseau totalement décentralisé où chaque intervenant a le même pouvoir de diffusion que les autres et vers les autres.

Les créateurs de cette architecture ont été les premiers à mettre en place des usages expérimentaux axés sur la messagerie, les forums, des bases de données hypertextuelles (qui grâce à un simple clic sur un lien donne accès à d’autres documents et d’autres liens relatifs à un sujet donné). Autant de services dans lesquels l’usager est directement impliqué, dans lesquels il peut structurer l’information comme il le souhaite.

Ainsi, Internet n’est pas seulement un nouveau média, mais un nouveau dispositif de traitement de l’information et également un nouveau dispositif de communication, présent aussi bien dans la vie privée, dans la vie professionnelle que dans la sphère publique.

Le sénateur français David ASSOULINE (2008) affirme que dans la revue Esprit, M. Laurent Sorbier prophétisait, en 2006, que la révolution numérique, conjonction historique de la numérisation généralisée de l’information et de sa mise en réseau au niveau planétaire via Internet, était désormais largement engagée. Laurent Sorbier la décrit comme la diffusion dans nos sociétés, à une vitesse sans précédent connu, de l’usage de l’ordinateur personnel et de l’Internet, puis de toute une panoplie d’outils numériques – du téléphone mobile au lecteur MP3 (et, aujourd’hui en 2010, au MP4, au iPhone ou iPod Touch et au iPad américain) – qui s’accompagne selon lui d’un discours messianique sur l’avènement d’une société de l’information. Indéniablement et comme l’avaient prophétisé certains chercheurs, il y a 15 ans23, Internet et les nouvelles technologies sont devenus omniprésents dans notre quotidien et leur impact économique, social et culturel est très puissant24.

Internet constitue une révolution à la fois technologique et médiatique dans la mesure où il rassemble sur un même support tous les médias traditionnels. Ce faisant, Internet concurrence l’ensemble des médias en rendant les informations accessibles rapidement, gratuitement et sans intermédiaire (vendeur, distributeur…). Spécificité majeure, en outre, ses usagers interagissent avec les contenus diffusés voire produisent eux-mêmes directement de l’information.

Selon Sylvanus KLA, Directeur Général de l’Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI), cité par NTIC NEWS, Le Premier Magazine Ivoirien des Nouvelles Technologies (2005), la révolution numérique amenée par Internet bouleverse nos modes de penser, nos comportements, nos façons de communiquer, nos façons de travailler, transforme la création et la diffusion du savoir, modifie la gestion des affaires et la façon dont l’administration et les administrés travaillent ensemble et offre de nouveaux débouchés à l’industrie et aux services.

Il est donc évident pour tous qu’Internet se positionne, aujourd’hui, comme un outil privilégié de communication multidirectionnelle, un instrument du savoir et de la culture et un dispositif pour l’accomplissement et l’épanouissement individuels et communautaires.

2.2.3 Internet, un atout social mais aussi un sujet d’angoisse pour les

pouvoirs publics

L’envergure d’Internet ainsi relevée est telle, ces dernières années, qu’elle suscite des inquiétudes voire des angoisses quant à son usage pas toujours licite ou légal par les internautes, à son impact sur les populations (notamment jeunes) et sa gestion par les pouvoirs publics qui constatent de plus en plus leur impuissance devant ce nouvel outil démocratique et populaire, désormais incontournable, mais dont le contrôle leur échappe.

Selon le sénateur David ASSOULINE (2008) :

Les inquiétudes liées à l’impact d’Internet sur la jeunesse sont inhérentes au fait que la jeunesse se situe au cœur même de cette immense révolution numérique. En effet, pour lui, non seulement les jeunes n’ont pas échappé au bouleversement numérique mais ils en sont même les fers de lance : ils sont les principaux utilisateurs des nouvelles technologies (en France, par exemple, près d’un tiers des internautes sont des jeunes âgés de 16 à 24 ans alors qu’ils ne représentent que 13 % de la population); ils ont tendance à les utiliser de manière combinée (67,5 % des 11-20 ans déclarent utiliser régulièrement plusieurs médias en même temps), et ils ont créé des usages originaux, à tel point que leurs pratiques médiatiques contribuent de manière essentielle à la définition d’une « culture jeune ».

C’est précisément devant les appréhensions justifiées et les sentiments divers qu’inspire Internet que la Déclaration de Grünwald (Allemagne, 2008) stipule :

Plutôt que de condamner ou d’approuver l’incontestable pouvoir des médias, force est d’accepter comme un fait établi l’impact significatif qui est le leur et leur propagation à travers le monde et de reconnaître en même temps qu’ils constituent un élément important de la culture dans le monde contemporain (…). Les systèmes politiques et éducatifs doivent assumer les obligations qui leur reviennent pour promouvoir chez les citoyens une compréhension critique des phénomènes de communication. (Déclaration de GRUNWALD, 2008).

A travers cette déclaration dont nous n’avons proposé, ici, qu’un extrait, l’Europe est unanime pour reconnaitre l’immense pouvoir des nouveaux médias, et notamment d’Internet, et propose de les intégrer comme faisant partie de la culture contemporaine, plutôt que d’adopter des postures apeurées ou rigides à leur égard, de les combattre ou d’en faire béatement les éloges. Elle encourage les pouvoirs publics à mener une vaste action d’information, de sensibilisation et d’éducation auprès des populations pour qu’elles soient en mesure de s’en servir comme d’un outil de communication et de socialisation privilégié dans le monde actuel, tout en étant capable de développer une attitude et un regard critiques sur ces phénomènes nouveaux dont l’ampleur prend un peu à contre-pied les habitudes traditionnelles.

Traduisant l’angoisse des pouvoirs publics pour le mauvais usage d’Internet, Suleyman ANIL, en charge de la sécurité informatique de l’OTAN, cité par le bimestriel européen HACKER NEWS MAGAZINE (2008)25, expliquait lors de la conférence E-crime Congress de Londres que la cybercriminalité, et plus spécifiquement le piratage informatique, était devenu une des inquiétudes de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). L’espionnage en ligne et l’e-terrorisme représentant maintenant une vraie menace, au plus haut niveau, avec les attaques de missiles et l’énergie. Selon Suleyman ANIL :

Ces attaques sont de plus en plus nombreuses ; nous ne croyons pas que ce problème disparaisse rapidement à moins que des mesures à l’échelle mondiale soient prises. Le piratage informatique peut devenir un problème global, c’est-à-dire un problème pour la survie même de l’homme. (ANIL, 2008).
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconIntroduction aux droits de l'informatique
«création intellectuelle» : invention, solution technique, œuvre littéraire ou artistique, marque, dessins et modèles industriels,...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconL’histoire de l’école
«super» débat de Claude Thélot en passant par les commissions Legrand, Prost, Fauroux, Lesourne, l’enquête Meirieu, on n’a pas cessé...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconStrict embargo : Jeudi 27 juillet, 21 : 00 heure locale
Dès ses débuts en 1925, la Rolls-Royce Phantom a été le choix de prédilection des hommes et des femmes les plus puissants et les...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconL’histoire de l’aide juridique c’est plus que l’histoire d’un gros...
[constituer] de façon analogue au droit des sociétés, au droit fiscal et au droit criminel, une autre spécialisation de la science...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconHongrie: des zones dorénavant interdites aux sans-abri
«l'ordre public, la sécurité, la santé et les valeurs culturelles», le texte donne la possibilité aux autorités locales de définir...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie
«afin de prévenir les actes de terrorisme, les agents des services de police et de gendarmerie nationale peuvent exiger des opérateurs...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconAccord Égalité professionnelle femmes-hommes : les impacts pour les structures
«Égalité professionnelle femmes-hommes» au sein de la branche des Acteurs du lien social et familial (Alisfa). Quelles sont pour...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconChap. 1 Quelles sont les sources de la croissance économique?
«état stationnaire» prophétisé par Ricardo, mais obtenir une croissance améliorée par le progrès technique, considéré comme exogène...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconLa consommation mondiale d’énergie ne cesse d’augmenter, influencée...

L’histoire des hommes a été sans cesse marquée, ces derniers siècles, par les découvertes scientifiques et les progrès de la technique. De façon globale, le iconChapitre 5 : La Seconde Guerre Mondiale
«jamais dans l’Histoire, autant d’hommes n’ont été redevables à si peu», les pilotes de la raf utilise surtout sa nouvelle arme :...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com