Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie








télécharger 116.1 Kb.
titreReina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie
date de publication21.12.2016
taille116.1 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > littérature > Documentos

1)- UNE NUIT D’ORAGE

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie.

Dans ce village, il y a un fort militaire1 avec des soldats espagnols et aussi une église ; c’est la mission2 espagnole. Des moines3 espagnols habitent à la mission. Autour du village, il y a des maisons, belles et grandes avec des patios4.

Cette nuit il y a un terrible orage. Dans la taverne5 du village des soldats et des hommes parlent devant un verre. Le sergent6 Gonzales est là aussi. C’est un homme énorme, très fort7.

  • Il pleut toujours en février, dit un soldat.

  • Vous imaginez Zorro sous la pluie ? demande un deuxième soldat.

  • Zorro ! Ne prononce pas ce nom ! C’est un bandit8, un hors-la-loi9 ! dit le sergent Gonzales.

  • C’est la terreur10 de la Californie du sud, déclare un autre soldat. Le peuple dit qu’il vole les riches pour donner aux pauvres !

  • C’est un ami des gens originaires d’ici11 et des moines. Il punit les gens corrompus12 ! dit encore un vieil homme.

  • Ah ! Zorro est un personnage mystérieux ! Nous ne savons pas son nom, nous ignorons son origine. Il porte toujours ce masque13 noir et nous ne pouvons voir son visage. Il passe sur la voie royale14 sur son cheval rapide. Il est très habile15 à l’épée16, dit le sergent.

  • Oui et il laisse son signe partout, un Z, dit le vieil homme.

  • Le gouverneur de Californie offre une belle récompense pour sa capture17, dit encore un soldat.

A ce moment un homme entre dans la taverne. Il est jeune et beau. Il a les cheveux et les yeux noirs. Ses vêtements sont élégants18.

  • Don Diego Vega, mon ami ! dit le sergent Gonzales. Vos vêtements sont mouillés19. Où est-ce que vous allez donc, sous la pluie ?

Don Diego fait un sourire et dit :

  • Je rentre à l’hacienda20 mais j’ai froid. Je veux boire un verre de vin.

  • Il fait chaud près du feu ! Voici un bon verre de vin ! s’exclame21 le sergent.

  • Merci mon ami, dit Don Diego, mais continuez votre conversation.

  • Nous parlons de Zorro ! Tout le monde a peur !

  • Vous aussi, sergent, vous avez peur ? demande Don Diego.

  • Non, je n’ai pas peur et je suis prêt à me battre avec ce bandit ! Je suis un champion à l’épée. Vous êtes d’accord Don Diego ?

  • Tout le monde parle du mystérieux22 cavalier23. Beaucoup de gens ont une bonne opinion de Zorro, dit Don Diego.

  • Je veux capturer ce cavalier mystérieux et recevoir la récompense24, déclare le gros sergent.


  • 1 Un fort militaire : 堡垒

    2 La mission : 转教士的驻地

    3 Un moine : 修道士

    4 Un patio : 内院

    5 Une taverne : un bar

    6 Un sergent : 中士

    7 Une personne forte : qn de gros

    8 Un bandit : 强盗

    9 Un hors-la-loi : une personne qui ne respecte pas la loi

    10 La terreur : 危险人物

    11 Les gens originaires d’ici : 1769年被西班牙殖民、1822年墨西哥吞并的加利福尼亚居民

    12 Corrompus : 堕落的,腐败的

    13 Un masque : 面具 (être masqué : 用假面具)

    14 La voie royale : (un nom de route) 神道

    15 Etre habile : 灵巧

    16 Une épée : 剑

    17 Une capture : 捕获

    18 Elégant : 雅致的

    19 Mouillés : 潮湿的

    20 Une hacienda : (西班牙语) 庄园, 农场

    21 S’exclamer : 大声说

    22 Mystérieux : 神秘的

    23 Un cavalier : qn qui monte un cheval (*monter un / à cheval)

    24 Une récompense : 奖赏

    25 Une arme : 武器

    26 La violence : 强暴、暴力

    27 Etre sincère : 真诚

    28 Punir : 惩办、惩罚

    29 Raffiné : 高雅的

    30 Noble : 贵族
    Oh ! Je ne peux pas entendre parler de combat ! je déteste les armes25, les combats et la violence26 mais, à mon avis, Zorro est sincère27. Il punit28 seulement les gens corrompus. Il protège les pauvres, les habitants originaires de la Californie et les moines. Il faut laisser Zorro faire son travail !

  • Vous êtes un homme raffiné29, vous aimez la musique et la poésie. Vous ne pouvez pas comprendre, mon ami. Vous êtes riche et noble30, dit le sergent.

Don Diego fait un beau sourire et dit :

  • Il est six heures, je dois rentrer à l’hacienda. Bonsoir !

Il ouvre la porte de la taverne et s’en va sous la pluie.

2)- Une visite surprise

A sept heures, le sergent Gonzales et ses soldats sont encore dans la taverne, près du feu. Ils parlent encore du riche Don Diego et de sa famille. La porte s’ouvre. Ils tournent la tête et voient un homme. Il est habillé de noir, il porte un masque et un sombrero1 noirs.

  • - Zorro ! crient les soldats

  • - Bonsoir ! dit l’homme masqué. Les hommes dans la taverne sont surpris2 et ils ont peur.

L’énorme sergent Gonzales regarde l’homme masqué et dit :

  • Est-ce que vous voulez mourir Zorro ?

Zorro se met à rire.

  • Non, je suis seulement ici pour vous punir, sergent !

  • Pour me punir ? demande Gonzales. Est-ce que vous plaisantez3 ?

  • Je sais que vous frappez4 les pauvres gens. Je suis leur ami. Je suis ici pour vous punir.

  • Vous êtes un imbécile5 ! déclare le sergent. Le gouverneur vous veut mort ou vif.

Gonzales dégaine6 son épée pour se battre.

Zorro prend son pistolet7 et observe8 les soldats tranquillement.

  • Les hommes courageux n’utilisent pas leur pistolet mais leur épée. Vous n’êtes peut-être pas courageux Zorro !

  • Ce pistolet est nécessaire parce qu’il y a vos amis, ici ! Ils doivent rester près du feu, sans faire un geste ! dit Zorro. J’ai un pistolet mais j’ai aussi une épée. Je suis prêt, sergent Gonzales !

  • Alors en garde9 Zorro !

Les deux hommes se battent. Leurs épées sont rapides. Ce sont des adversaires10 habiles mais Zorro est vif11 et léger et Gonzales est lent et lourd. Zorro saute sur une table, puis sur une chaise. Le combat continue et Zorro fait tomber l’épée du sergent. Le visage du sergent est pâle, il a peur. Alors Zorro donne une grande gifle12 sur la grosse joue de Gonzales et dit :

  • Voici votre punition, Gonzales ! puis il dessine un « Z » sur la poitrine13 de l’énorme sergent avec la pointe de son épée, va à la fenêtre et salue :

  • Au revoir Señores14 !

Un instant plus tard il est dehors et disparaît15.

3)- L’hacienda de la famille Pulido

Le lendemain, il fait chaud, le soleil brille. Très tôt, Don Diego saute sur son beau cheval noir et se rend à1 l’hacienda de Don Carlos Pulido. Don Carlos est un ami de Don Alejandro, le père de Don Diego. Leurs familles sont alliées2.

Le gouverneur3 de la Californie n’aime pas Don Carlos et il veut prendre ses terres.

Don Carlos est heureux de voir le fils de son ami.

  • Bonjour, Don Diego. Voilà une bonne surprise ! Allons dans le patio !

  • Merci. Je suis ici parce que je dois vous dire une chose importante, dit Don Diego.

  • Je vous écoute.

  • J’ai vingt-cinq ans et je dois penser à me marier, à fonder une famille. C’est le souhait de mon père. Mon père aime beaucoup votre fille Lolita.

  • Lolita est très belle et délicieuse, répond Don Carlos.

  • Oui, Lolita est très belle, dit Don Diego. Puis-je vous demander la main4 de votre fille ?

Don Carlo fait un sourire. Il est heureux.

  • C’est un honneur5 pour nous de faire partie de votre famille ! Vous avez mon consentement6, Diego ! Désirez-vous7 voir Lolita ?

  • Oui, c’est nécessaire, déclare Don Diego.

Don Carlos appelle sa fille. Elle vient retrouver son père dans le patio. Lolita a dix-huit ans, elle est belle avec ses longs cheveux et yeux noirs.

  • Lolita ! Don Diego est ici pour une chose importante !

  • Señorita8, j’ai l’honneur9 de demander votre main à votre père.

  • Oh, Señor ! Vous voulez ma main ?! Lolita est surprise elle rougit10 !

  • Vous pouvez réfléchir et donner votre réponse à mon domestique11, demain !

  • A votre domestique ?!

  • Oh ! J’habite très loin et le voyage à cheval est fatiguant. Je préfère attendre votre réponse à l’hacienda.

  • Voilà l’importance que vous donnez au mariage ?! Je veux me marier avec un homme fort mais aussi sensible12 et romantique. Est-ce que vous avez un cœur ? demande Lolita en colère. Elle quitte le patio et va raconter à sa mère les intentions13 de Don Diego.

Doña Catilina dit :

  • Tu as de la chance, Lolita. Don Diego est très riche. Sa famille est noble, le gouverneur fréquente14 sa demeure15. C’est une grande chance pour notre famille.

Dans l’après-midi, la jeune fille est seule dans le patio. Elle pense à Don Diego. Soudain, elle entend un bruit et elle tourne la tête. Zorro est là, il la regarde. Lolita murmure16 son nom.

  • Il ne faut pas avoir peur, Señorita. Je punis seulement les hommes corrompus. J’ai une grande estime17 pour votre père parce que c’est un homme honnête18. Je suis ici pour vous, pour admirer19 votre beauté.

  • Vous ne devez pas rester ici, vous êtes en danger, répond la jeune fille.

  • Vous êtes belle et adorable20, Lolita, dit Zorro et il pose un baiser21 sur sa main.

Lolita regarde Zorro dans les yeux, sourit et se sauve22 vers la maison.

  • Quel homme courageux ! Zorro est un hors-la-loi mais j’ai une grande amitié et une grande estime pour ce hors-la-loi !




Se rendre à / chez : aller à / chez

2 Allié : ami

3 Un gouverneur : qn qui dirige le pays

4 Demander la main : demander en mariage

5 C’est un honneur pour nous… : être fier d’être choisi

6 Un consentement : 答应、许可

7 Désirez-vous : voulez / souhaitez-vous

8 Señorita : (西班牙语) 小姐

9 J’ai l’honneur de : j’ai le plaisir de

10 Rougir : 脸红

11 Un domestique : un serviteur, 仆人, 佣人

12 Quelqu’un de sensible : 可感觉的人

13 Une intention : une volonté de faire qch

14 Fréquenter : aller de temps en temps / souvent (fréquenter un endroit, qqn)

15 Une demeure : une maison, une résidence (le verbe demeurer : habiter)

16 Murmurer : parler à voix basse

17 Avoir de l’estime pour qqn : 尊重

18 Etre honnête : 诚实的

19 Admirer : 赞赏

20 Adorable : 可爱

21 Un baiser : 吻

22 Se sauver : 逃走、快步走

4)- Le capitaine Ramón

Il est huit heures. Don Carlos et sa famille sont à table pour dîner. Soudain on entend frapper à la porte.

Une servante1 ouvre et Zorro apparaît !

Don Carlos, Doña Catalina et Lolita se lèvent. Les parents de Lolita ont peur.

  • Bonsoir, dit Zorro. Vous ne devez pas avoir peur, Don Carlos. Vous êtes un homme honnête ! J’ai seulement besoin de manger et de boire.

Zorro s’approche de Lolita et murmure :

  • Je ne peux oublier cet après-midi dans le patio.

  • Vous ne pouvez pas rester ici. C’est dangereux, murmure la jeune fille.

Tout d’un coup, un soldat espagnol entre dans la pièce. Il vient arrêter Zorro. Le cavalier mystérieux prend son épée et les deux hommes commencent à se battre. Ils sont très habiles.

  • Zorro ! Vous êtes l’ennemi public numéro un ! Je veux faire de vous mon prisonnier.

  • Mais vous ne réussissez pas à me prendre ! s’exclame Zorro et il blesse2 le capitaine à l’épaule. Ramón tombe.

  • Le capitaine a besoin de votre aide ! dit Zorro à Don Carlos, puis il fait un sourire à Lolita et disparaît dans la nuit.

Don Carlos et sa femme aident le blessé. Le soldat regarde Lolita, il la trouve très belle et il l’aime depuis longtemps.

  • Don Carlos, j’aime la Señorita. Ma famille est une excellente famille et je suis l’ami du gouverneur. J’ai vingt-trois ans et je suis déjà le capitaine du fort. Puis-je avoir la permission de courtiser3 votre fille ?

  • Don Diego Vega désire aussi épouser4 Lolita mais ma fille est libre de choisir elle-même son futur époux. Vous avez la permission5 de courtiser ma fille.

Le lendemain, il y a une grande agitation6 au fort. Don Diego et d’autres hommes observent les soldats sur leurs chevaux. Le sergent Gonzales parle à ses hommes :

  • Aujourd’hui est un grand jour ! Nous devons trouver Zorro ! Vous devez chercher dans les haciendas, dans les maisons ! Et n’oubliez pas, le gouverneur promet une grosse récompense pour la capture de ce hors-la-loi !

Ce même jour, Don Diego envoie une lettre à Don Carlos.

« Mon cher ami,

Le Sergent Gonzales et ses hommes cherchent Zorro dans les haciendas. Venez à Reina, avec votre famille, je vous offre ma maison à Reina. Cette demeure est tranquille. Je dois partir pour quelques jours. Je vous salue.

Votre dévoué. Diego Vega »

Don Carlos reçoit la lettre de son ami et déclare :

  • Quelle bonne idée et quelle idée généreuse ! Don Diego veut protéger Lolita. Nous partons aujourd’hui même !


Une servante : un serviteur, une servante : un domestique

2 Blesser : 负伤

3 Courtiser : 追求

4 Epouser : 娶

5Avoir la permission : avoir l’autorisation, être autorisé à

6 Agitation : 骚动

5)- Lolita est amoureuse

La demeure de Don Diego à Reina de Los Angeles est une grande maison accueillante. Il y a beaucoup de pièces et beaucoup de domestiques, et dans le parc, des arbres magnifiques.

Don Carlos et sa femme trouvent la maison très belle.

  • Lolita ! Epouse Don Diego ! Cette maison est très belle. Elle peut être à toi ! dit la mère de Lolita.

  • Je n’aime pas Don Diego ! Je ne veux pas me marier avec Don Diego !

  • Lolita ! Nous devons rencontrer nos vieux amis ce soir, peux-tu rester seule ? demande Don Carlos à la jeune fille.

  • Bien sûr ! Il y a beaucoup de livres dans la bibliothèque de Don Diego. Je peux lire ce soir !


Lolita regarde les livres.

  • Quel homme étrange ! Les livres de Don Diego parlent d’amour, de passion16, de chevaux, de héros mais lui est sans vie et sans énergie17 !

Soudain un domestique ouvre la porte et fait entrer le capitaine Ramón. Il va vers Lolita et dit :

  • Quelle surprise ! Je suis content de vous trouver ici et seule ! Vous êtes belle Señorita ! Don Diego vous courtise, je sais, mais c’est un homme sans intérêt, sans qualité18. Moi, je suis le capitaine du fort et…

  • Vous ne pouvez pas rester ici, je suis seule ! Partez capitaine Ramón !

  • Lolita, je vous aime ! Je veux rester près de vous ! Je vous aime, je veux un baiser de vous ! Je…

Lolita donne une gifle au capitaine. Ramón recule19, furieux20.

A ce moment Zorro entre dans la pièce et dit :

  • - Capitaine Ramón, vous êtes un homme méprisable21. Sortez !

  • - Je ne peux accepter une injure22 semblable23 ! J’ai une bonne mémoire et un jour… mais il ne finit pas sa phrase car Zorro ouvre la porte et fait sortir le capitaine avec un coup de pied dans… le derrière !

  • Merci de votre aide Zorro, s’exclame la jeune fille. Vous êtes courageux et généreux ! Je vous aime !

  • Je vous aime aussi, chère Lolita ! ajoute Zorro. Lolita et Zorro se donnent un baiser.



6)- Frère Felipe

Le capitaine Ramón revient au fort. Il est furieux.

  • Je dois punir Lolita, sa famille et Zorro ! Je veux écrire une lettre au gouverneur. Don Carlos Pulido est l’ami de Zorro. Il aide et protège24 ce bandit. C’est un traître25.

Le capitaine fait donc une lettre au gouverneur. Il relit sa lettre et dit, à haute voix, avec un sourire mauvais :

  • Je veux voir la famille de Don Carlos en prison26.

Une voix derrière le capitaine dit :

  • Je veux vous voir, vous, en prison. Surpris, Ramón se retourne27 et voit Zorro. Zorro dit encore :

  • Vous êtes un homme indigne28, battez-vous avec moi mais laissez tranquille la famille de Don Carlos !

Le capitaine va à la porte et crie :

  • Sergent ! Sergent ! A l’aide ! Zorro est ici ! mais quand il se retourne la pièce est vide !

  • Me voici, capitaine ! dit le gros sergent.

  • Prenez vos hommes ! Il ne doit pas être loin. Nous devons capturer Zorro !

Les soldats partent sur les traces29 de l’homme masqué mais il fait nuit et il est difficile de suivre30 le cheval rapide de Zorro.
Le lendemain matin, les hommes de Gonzales rentrent au fort, sans Zorro. Ils sont fatigués et furieux. Zorro est encore en liberté31 !

Il y a beaucoup de monde devant le fort quand ils rentrent. Don Diego est là, lui aussi, il demande :

  • Pourquoi est-ce qu’il y a tant de monde ce matin ?

Un vieux moine est debout devant le juge32. Il est enchaîné33.

  • Je ne suis pas un voleur34, déclare le frère, je suis seulement un pauvre moine !

  • Pourquoi Frère Felipe est ici ? demande Don Diego au juge.

  • Le vieux moine est un voleur, il doit être puni ! répond le juge.

  • C’est impossible, déclare Don Diego, Frère Felipe est un homme honnête, je connais Frère Felipe depuis longtemps.

  • Non, vous vous trompez35 ! assure36 le juge et il appelle deux soldats.

  • Fouettez le moine quinze fois !

Les soldats donnent quinze coups de fouet37. Le vieux moine tombe. Don Diego est en colère car Frère Felipe est son ami. Il rentre à l’hacienda.


  • Bonjour, mon fils, dit Don Alejandro Vega. Je suis heureux de pouvoir parler avec toi ! Qu’est-ce que tu penses de la fille de notre ami Don Carlos ? Est-ce qu’elle accepte de devenir ta femme ?

  • Lolita ? J’aime la fille de Don Carlos mais elle aime seulement les hommes romantiques. Que puis-je faire ? dit Don Diego.

  • Les jeunes filles aiment les hommes courageux et romantiques ! Il faut parler d’amour avec Lolita. Il faut jouer de la guitare sous son balcon. Les femmes aiment les fleurs et les chansons d’amour. Les jeunes gens romantiques font comme ça ! explique Don Alejandro à son fils.

  • Mais c’est ridicule38 ! Je ne veux pas faire ça !

  • Il faut essayer ! Lolita est une jeune fille charmante39 ! ajoute le père de Don Diego.

  • C’est trop compliqué ! Je vais me reposer !

7)- Les justiciers

Dans la soirée, le juge et ses amis sont à la taverne. Ils parlent du vieux moine et ils rient beaucoup.

  • Pourquoi est-ce que vous riez ? demande une voix.

Le juge et ses amis regardent vers la porte. Zorro est là, il regarde le juge.

  • Le frère Felipe n’est pas un voleur, vous savez très bien cela, monsieur le juge, déclare Zorro. Je suis ici pour vous punir !

  • Je suis un juge très puissant et je n’aime pas les moines parce que ce sont vos amis.

Zorro donne un fouet à un ami du juge et dit :

  • Et maintenant donnez quinze coups40 de fouet au juge.

  • Mais je ne peux pas faire une chose semblable ! s’écrie l’homme.

  • Fouettez le juge ou je vous fouette, vous !

Alors l’homme fouette le juge. Après la punition, le juge tombe.

  • Voilà la punition des gens malhonnêtes, dit Zorro.


Le lendemain, le pays entier parle de la punition du juge.

Un groupe de jeunes gens décident d’aider le capitaine Ramón et de capturer Zorro. Ils cherchent dans les collines41, dans les vallées42 et vers le soir ils s’approchent43 de l’hacienda de Don Alejandro.

  • Que voulez-vous ? demande Don Alejandro surpris.

  • Nous sommes à la recherche de Zorro, nous voulons la récompense mais il est tard et nous avons faim. Pouvons-nous manger ?

  • Posez vos armes près de la porte et venez avec moi ! Ces gâteaux et ce vin sont pour vous !

Don Alejandro, Don Diego et les jeunes gens bavardent ensemble mais à neuf heures, Don Diego se lève pour aller dormir.

  • Il est seulement neuf heures, mon fils, pourquoi est-ce que tu ne restes pas encore avec nous ?

  • Je suis fatigué, mon père.

  • Fatigué ? Tu es toujours fatigué ! Regarde ces jeunes gens, ils ne sont pas fatigués.

  • Vous avez raison, mon père. Bonne nuit à tout le monde !

Les jeunes gens mangent, boivent et chantent.

A minuit un homme masqué apparaît à la porte.

  • - Zorro ! dit un des jeunes gens, le bandit !

  • Mon nom est Zorro mais je ne suis pas un bandit ! Je lutte44 contre les hommes corrompus et j’aide les pauvres, les faibles et les moines ! Et vous, pourquoi est-ce que vous luttez ?

  • Nous désirons45 aider les pauvres, les habitants originaires de la Californie et les moines, nous aussi ! crie un jeune homme.

  • Nos idées sont semblable ! dit un autre.

  • Alors luttez avec moi ! Combattons pour la même cause !

  • Mais qui êtes-vous ? Où habitez-vous ? demande un des jeunes gens.

  • Je ne peux rien vous dire, c’est un secret46.

Le jeune homme continue.

  • Oui, nous voulons lutter avec vous, nous voulons la justice en Californie Nous sommes « Les justiciers47 » !

  • Oui, oui, nous sommes les justiciers ! s’écrient les jeunes gens.

  • Et alors luttons ensemble ! s’exclame Zorro. Il quitte la pièce et disparaît dans la nuit.

8)- L’évasion

  • Le gouverneur de Californie est ici, dit le capitaine Gonzales.

  • Très bien, ajoute le capitaine Ramón. Je dois parler avec lui.

  • Bonjour capitaine, dit le gouverneur. Je vous remercie des informations sur la famille Pulido. Ce sont des amis de Zorro, ce sont des traîtres ! Ils doivent être mis en prison et exécutés48.

  • Très bien. Mes hommes peuvent arrêter49 Don Carlos et sa famille aujourd’hui, dit le capitaine.

Un groupe de soldats va à l’hacienda de la famille Pulido. Ils arrêtent Don Carlos, Doña Catalina et Lolita et les conduisent50 en prison. Don Carlos est furieux, les deux femmes pleurent.

Quand Don Diego apprend la nouvelle, il va trouver le gouverneur. Il lui demande pourquoi ses amis sont en prison. Le gouverneur répond :

  • Ce sont des amis de Zorro. Ils aident et protègent ce bandit. Ce sont des traîtres !

  • Je ne peux pas croire cela. Je connais la famille de Don Carlos. Ils n’aident pas les bandits !

  • Vous avez tort, Don Diego. Ils doivent être punis. Ce sont des traîtres et les traîtres doivent être exécutés, déclare le gouverneur.

Zorro décide d’envoyer un message aux justiciers. Il écrit :
Nous devons nous rencontrer51 à minuit, près du lac. Apportez vos épées et vos pistolets.
A minuit, Zorro et les justiciers se rencontrent au lac. Chaque justicier a un masque noir sur le visage.

Zorro dit :

  • Nous sommes ici pour sauver Don Carlos et sa famille. Nous devons les faire sortir de prison. Nous devons pénétrer52 dans le fort, désarmer53 les gardes et conduire Don Carlos dans le village de Pala,

Doña Catalina à l’hacienda et Lolita chez le Frère Felipe.

Les hommes masqués pénètrent dans la prison, surprennent les gardes et font sortir les prisonniers54. Don Carlos et sa femme sont bientôt à l’abri55. Les soldats réussissent à suivre Zorro et lolita mais le cheval de Zorro est très rapide. Zorro arrive enfin chez le Frère Felipe. Il dit :

  • Frère Felipe, cachez56 et protégez Lolita pendant quelques jours. Sa vie est en danger ! puis il donne un baisez à la jeune fille, murmure « Je vous aime ! ne l’oubliez pas ! » et il repart57 au galop58 dans la nuit.

9)- L’homme masqué

Les soldats suivent le cheval de Zorro pendant longtemps mais ils ne réussissent pas à capturer Zorro.

Plus tard, Zorro pénètre dans la demeure du gouverneur. Il désire parler avec le gouverneur et le capitaine Ramón. Les deux hommes sont près du feu.

  • Ne bougez pas, ne faites pas un bruit ! Je veux parler avec vous ! dit le cavalier masqué.

Il a son pistolet et son épée.

  • Zorro ! vous ici ?! s’exclame le gouverneur.

  • Vous êtes un homme mort ! s’écrie le capitaine Ramón.

  • Je suis ici pour défendre59 la justice et la vérité ! Pourquoi est-ce que vous voulez punir Don Carlos et sa famille ?

  • Ce sont des traîtres. Ce sont vos amis ! Ils vous aident. Vos amis sont mes ennemis, dit le gouverneur.

  • Ce ne sont pas des traîtres. Ce ne sont pas mes amis, ajoute encore Zorro.

  • Voilà une lettre, elle accuse Don Carlos et sa famille.

Zorro lit la lettre et déclare :

  • C’est la lettre du capitaine Ramón. Il se tourne vers le capitaine et dit :

  • Capitaine Ramón, vous êtes un menteur et je suis ici pour vous punir. Racontez au gouverneur la vérité60 sur la famille Pulido !

Le capitaine ne dit pas un mot. Il est pâle.

  • Racontez la vérité, menteur61 ! dit encore Zorro.

  • Et bien oui ! c’est exact ! c’est un mensonge62 !

  • Vous capitaine du fort, vous osez63 envoyer à votre gouverneur une lettre semblable ?!

Le capitaine prend son épée et tente de frapper Zorro, en traître. Zorro donne un coup mortel64 à Ramón et dit :

  • Le capitaine est mort.


Dehors, Zorro voit des soldats partout. Il y a aussi Lolita à cheval. Zorro appelle la jeune fille :

  • Lolita, venez ! nous pouvons nous réfugier65 dans la taverne. Il y a des soldats partout, il est impossible de nous sauver !

  • Zorro ! je suis avec vous, je suis heureuse, je n’ai pas peur !

Ils vont à cheval vers la taverne. Les soldats essaient d’enfoncer66 la porte. Zorro est prêt à tirer67.

Soudain les justiciers arrivent au secours68 de Zorro et Lolita réfugiés dans la taverne. Ils demandent à parler avec le gouverneur, ils veulent expliquer la vérité, l’histoire de Zorro, le justicier masqué…
Lolita et Zorro sortent enfin de la taverne. Ils sont libres. Les gens sont contents. Le gouverneur dit à Zorro :

  • Vous êtes libre Zorro, oublions le passé mais je veux voir votre visage !

Les gens s’écrient :

  • Oh oui ! nous voulons voir son visage !

Alors Zorro retire69 son masque noir.

  • Mais c’est Don Diego Vega ! s’exclame le gros sergent Gonzales. C’est incroyable70 !

  • Vous, mon fils ! s’écrie Don Alejandro. Est-ce possible ?


Lolita se tourne vers Zorro et dit :

  • Est-ce que c’est possible ? Vous, Don Diego, vous êtes Zorro ?

L’homme sans masque enlace71 la jeune fille et murmure :

  • Zorro, Don Diego ? Je veux seulement être votre futur époux !




1 Un sombrero : (西班牙语) 阔边毡帽

2 Surprendre qn : 当场捉住

3 Est-ce que vous plaisantez ? (Plaisantez-vous ?) : 您看玩笑 ?

4 Frapper : taper

5 Un/une imbécile : 笨蛋

6 Dégainer : 拔 (匕首、剑) 出鞘

7 Un pistolet : 手枪

8 Observer : 观看、观察

9 En garde ! : 准备、接招

10 Un adversaire : 反对者

11 Etre vif : 此处指灵活、敏捷的

12 Une gifle : taper sur la joue 耳光

13 La poitrine : 胸脯

14 Señores : (西班牙语) 先生们

15 Disparaître : 消失

16 Une passion : 激情

17 De l’énergie : 精力

18 Une qualité : 长处

19 Reculer : marcher en arrière

20 Furieux : en colère

21 Méprisable : 可鄙的

22 Une injure : 侮辱

23 Semblable : pareille

24 Protéger : 保护

25 Un traître : 叛徒

26 Une prison : 监狱、监牢 (derrière les barreaux, être en tôle)

27 Se retourner : 转身

28 Indigne : 可鄙的

29 Les traces : 痕迹、足迹

30 Suivre : 追击 [= poursuivre (l’ennemi)]

31 Etre en liberté : ne pas être en prison

32 Un juge : 法官 (verbe juger)

33 Enchaîner : 用链系住

34 Un voleur : 小偷 (verbe voler)

35 Vous vous trompez : 您弄错了

36 Assurer : 保证

37 Un fouet (le verbe fouetter) : 鞭子 (donner un coup de fouet)

38 Ridicule : 荒谬的

39 Charmant-e : 可爱的

40 Un coup de fouet : 鞭子抽一鞭

41 Une colline : 山丘

42 Une vallée : 山谷

43 S’approcher : s’avancer vers

44 Lutter : se battre, combattre

45 Désirer : souhaitez, vouloir, avoir envie

46 Un secret : 秘密

47 Un justicier : 侠士、侠客

48 Exécuter : 处决

49 Arrêter : 逮捕、拘留

50 Conduire : amener

51 Se rencontrer : se voir

52 Pénétrer : entrer

53 Désarmer : enlever les armes à

54 Un prisonnier : une personne en prison

55 Etre à l’abri : en sûreté, 受到保护

56 Cacher : 藏身

57 Repartir : partir encore une fois

58 Au galop : (pour un cheval) 奔驰

59 Défendre : 为… 辩护

60 La vérité : 真话

61 Un menteur, une menteuse : 说谎话的人

62 Un mensonge : 谎话

63 Oser qchose : 敢于、胆敢

64 Mortel : adjectif de la mort

65 Se réfugier : se cacher, se mettre à l’abri

66 Enfoncer : 打破 (enfoncer une porte : 撞破门)

67 Tirer = tirer un coup de pistolet

68 Arriver au secours de qn : venir essayer de sauver qn

69 Retirer : enlever

70 C’est incroyable ! : ce n’est pas possible ! , ce n’est pas vrai !

71 Enlacer : 拥抱

1


2


 La mission : 转教士的驻地

3 Un moine : 修道士

4 Un patio : 内院

5 Une taverne : un bar (dans l’ancien temps)

6 Un sergent : 中士

7 Une personne forte : une personne grosse

8 Un bandit : 强盗

9 Un hors-la-loi : une personne qui ne respecte pas la loi

10 La terreur : 危险人物

11 Les gens originaires d’ici : 1769年被西班牙殖民、1822年墨西哥吞并的加利福尼亚居民

12 Corrompus : 堕落的,腐败的

13 Un masque : 面具 (être masqué : 用假面具)

14 La voie royale : (un nom de route) 神道

15 Etre habile : 灵巧

16 Une épée : 剑

17 Une capture : 捕获

18 Elégant : 雅致的

19 Mouillés : 潮湿的

20 Une hacienda : (西班牙语) 庄园,农场

21 S’exclamer : 大声说

22 Mystérieux : 澳秒

23 Un cavalier : une personne qui monte un cheval (*monter un/à cheval)

24 Une récompense : 奖赏

25 Une arme : 武器

26 La violence : 强暴、暴力

27 Etre sincère : 真诚

28 Punir : 惩办、惩罚

29 Raffiné : 高雅的

30 Noble : 贵族



similaire:

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconPourquoi les gens ne guérissent pas ? de Maria de los Ángeles Rodeiro

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconMalgré la loi Littoral, les villas ont toujours la côte
«Marines du Soleil», un… village vacances construit dans les années 1970. «Occupé seulement par quelques personnes à l’année, IL...

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconBibliographie chapitre premier
En partant des montagnes Bédjin-taou, le cours de la rivière Khorgos, jusqu'à l'endroit où celle-ci se jette dans la rivière ILI...

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconLa vente commerciale en droit ohada
«la coopération régionale s’affiche comme un instrument clé d’intégration «économique» des Etats africains dans l’économie mondiale»...

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconYvon bilisko pasteur de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour des Alpes...
«Tout ce que Dieu a créé est bon», c’est l’affirmation de saint Paul dans sa première Epître à Timothée 4

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconLos cubanos y la normalidad

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconPRÉface du géNÉral debeny
«L’intention de la Direction supérieure de l’armée est de refouler les Français dans la direction du sud-est, en les éloignant de...

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconCours d’Espagnol

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconL’entrée du village de Biert par la route venant de Massat. La montagne...

Reina de Los Angeles est un village espagnol dans le sud de la Californie iconFrançais – Anglais Espagnol








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com