Rapport de recherche








titreRapport de recherche
page8/18
date de publication02.12.2016
taille0.6 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   18

INTRODUCTION


Le deuxième volet de notre recherche a pour but de faire un bilan de l’état de la situation en ce qui concerne les services d’accompagnement de la région de Montréal. Pour ce faire, nous avons utilisé deux stratégies méthodologiques différentes. Dans un premier temps, nous avons fait des entrevues individuelles dirigées auprès de personnes ressources travaillant pour des organismes qui donnent ou qui voudraient donner des services d’accompagnement. Dans un deuxième temps, nous avons réalisé des groupes de discussion composés de parents de personnes avec incapacité et de personnes ayant elles-mêmes des incapacités résidant dans la région de Montréal.

LA MÉTHODE DE COLLECTE DE DONNÉES

1.6Les entrevues individuelles dirigées


Au cours des entrevues individuelles dirigées d’une durée d’environ une heure trente, nous avons soumis aux répondants une série de questions sur le thème de l’accompagnement. Les questions ont été posées de manière à obtenir de l’information sur les accompagnateurs, sur les principales difficultés rencontrées par les organismes, sur l’état actuel de leurs services et sur les améliorations qu’ils voudraient voir apporter à ces derniers (pour une liste exhaustive des questions, veuillez vous référer à l’annexe D). La participation des répondants s’est effectuée sur une base volontaire. Chacun d’entre eux a signé un formulaire de consentement nous permettant d’utiliser ses propos (annexe E).

1.7Les participants aux entrevues individuelles dirigées


Nous avons rencontré 9 personnes ressources travaillant pour des organismes qui donnent ou voudraient donner des services d’accompagnement. Le tableau 8 dresse un portrait de leur expérience et de leur fonction en plus de fournir une description des organismes ou établissements auxquels ils sont rattachés. Il est important de souligner que la plupart des personnes que nous avons interrogées travaillent pour des organismes qui offrent des services d’accompagnement et que leur vision des services d’accompagnement peut être influencée par le type de services qu’ils ont l’habitude de donner.

Tableau 8 : Renseignements généraux sur les participants (n=9) et les organismes (n=8)

Nombre d’années d’expérience auprès des personnes avec incapacité

Moyenne d’années d’expérience

16 ans

Étendue d’années d’expérience

4 à 25 ans

Nombre d’années d’expérience dans un domaine relié à l’accompagnement

Moyenne

9 ans

Étendue d’années d’expérience

2 à 19 ans

Ne s’applique pas*

2 personnes

Titre du poste occupé

  • Intervenante familiale et communautaire

  • Responsable du service d’aide bénévole

  • Directeur général (4)

  • Coordonnateur du service accompagnement

  • Coordonnatrice du gardiennage accompagnement

  • Coordonnatrice professionnelle au programme surdicécité

Organismes concernés

  1. Promotion intervention en milieu ouvert (PIMO)

  • Organisme à but non lucratif

    • Mission : offrir des services d’accompagnement individuels et promouvoir le droit à l’accompagnement.

    • Clientèle visée : personnes âgées de 18 à 65 ans ayant une incapacité motrice.

    • Service gratuit

    • Nombre d’heures maximum : 4 heures par semaine par personne (en une seule fois)

    • Horaire : 7 jours semaine de 7 à 23 heures

    • Les clients ne peuvent choisir leur accompagnateur.

    • Statut des accompagnateurs : salariés (rémunérés par l’organisme)

    • Formation des accompagnateurs : ceux-ci doivent maîtriser les principes de déplacement sécuritaire des bénéficiaires (PDSB) et suivre la formation en secourisme de l’ambulance Saint-Jean. Certains accompagnateurs ont aussi suivi une formation avec Suicide Action qui n’est pas obligatoire. Des réunions bimensuelles ont lieu entre les accompagnateurs et les responsables de l’organisme qui assurent leur encadrement.




  1. Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM)

  • Organisme communautaire à but non lucratif

  • Mission : défendre les droits et promouvoir les intérêts des personnes aveugles ou amblyopes ainsi que favoriser leur intégration sociale.

  • Clientèle visée : personnes aveugles ou amblyopes ambulantes ayant plus de 18 ans

  • Service gratuit

  • Nombre d’heures maximum : il n’y pas de limite

  • Horaire : 7 jours semaine en fonction de la disponibilité des bénévoles

  • L’organisme ne peut garantir le choix de l’accompagnateur.

  • Statut des accompagnateurs : bénévoles

  • Formation des accompagnateurs : des spécialistes en mobilité de l’Institut Nazareth et Louis-Braille enseignent aux bénévoles les techniques pour guider une personne aveugle ou amblyope.

  1. L’Institut Raymond-Dewar (IRD)

  • Établissement du réseau public de la santé et des services sociaux du Québec

  • Mission : donner des services régionaux et suprarégionaux pour les personnes ayant une déficience auditive ou langagière, recherche, évaluation des technologies et des modes d’intervention en réadaptation.

  • Clientèle visée par l’accompagnement : les personnes de tous âges présentant la double déficience auditive et visuelle

  • Service : suite à une évaluation des besoins de la personne, un budget est alloué à cette dernière pour qu’elle puisse engager un accompagnateur.

  • Horaire : 7 jours sur 7, en fonction de la disponibilité de l’accompagnateur

  • Nombre d’heures maximum : dépend du budget de la personne

  • Pour les usagers qui ne trouvent pas d’accompagnateur à l’intérieur de leur réseau social, l’IRD propose un accompagnateur et le client a le choix de refuser.

  • Statut de l’accompagnateur : l’usager donne une compensation financière de 8 $/heure à l’accompagnateur.

  • Formation de l’accompagnateur : les accompagnateurs appartenant au réseau social de l’usager sont fortement encouragés à participer à des activités de sensibilisation ou d’information sur l’approche et les stratégies de communication et de déplacement pour guider les personnes aveugles. Les accompagnateurs référés par l’Institut doivent recevoir cette formation et doivent également maîtriser la langue des signes québécoise (LSQ) ou la langue des signes tactile lorsque cela s’avère nécessaire.

  1. Solidarité de parents de personnes handicapées (SPPH)

  • Organisme communautaire à but non lucratif

  • Mission : briser l’isolement des familles qui vivent avec un ou plusieurs enfants handicapés

  • Clientèle visée par l’accompagnement : personnes âgées de 0 à 30 ans ayant une incapacité

  • Service : soutien personnalisé de recrutement d’accompagnateurs. Le service de recrutement est gratuit, mais l’accompagnateur choisi est rémunéré par la famille

  • Horaire : en fonction de la disponibilité de l’accompagnateur

  • Nombre d’heures maximum : dépend de la capacité de payer des parents

  • Les personnes ont le choix d’accepter ou non l’accompagnateur proposé par l’organisme. Il est difficile d’obtenir les services d’un accompagnateur de sexe masculin puisque l’offre d’accompagnateurs est composée en majorité de femmes.

  • Statut de l’accompagnateur : Salarié (rémunéré par la famille, 11 $/heure)

  • Formation de l’accompagnateur : la grande majorité de ceux-ci sont aux études dans un domaine pertinent à l’emploi (éducation spécialisée, etc.)

  1. Autisme et troubles envahissants du développement Montréal (ATEDM)

  • Organisme sans but lucratif

  • Mission : défendre les droits et les intérêts des personnes autistes ou ayant des troubles envahissants du développement et de leur famille, faire la promotion et la sensibilisation de la problématique vécue par ces personnes et développer des services directs répondant à leurs besoins.

  • Clientèle visée par l’accompagnement : autiste avec ou sans handicap associé, de tous âges.

  • Service : soutien personnalisé de recrutement d’accompagnateurs. Le service de recrutement est gratuit, mais l’accompagnateur choisi est rémunéré par la famille

  • Horaire : en fonction de la disponibilité de l’accompagnateur

  • Nombre d’heures maximum : dépend de la capacité de payer des parents

  • Les personnes ont le choix d’accepter ou non l’accompagnateur proposé par l’organisme. Il est difficile d’obtenir les services d’un accompagnateur de sexe masculin puisque la banque d’accompagnateurs est composée en majorité de femmes.

  • Statut de l’accompagnateur : salarié (rémunéré par la famille, 9 à 12 $/heure)

  • Formation de l’accompagnateur : il doit avoir de l’expérience auprès de personnes autistes ou être en formation dans un domaine pertinent à l’emploi. Il y a une formation obligatoire de trois heures portant sur l’autisme et la gestion des troubles graves du comportement. Il y a aussi des formations supplémentaires mensuelles données aux accompagnateurs travaillant dans la maison de répit de l’organisme.

  1. Corporation l’Espoir du déficient

  • Organisme à but non lucratif

  • Mission : favoriser l’intégration sociale, encourager la participation à la vie collective et promouvoir les droits des personnes présentant une déficience intellectuelle.

  • Clientèle visée par l’accompagnement : personnes ayant une déficience intellectuelle de tous âges.

  • Service : soutien personnalisé de recrutement d’accompagnateurs. Le recrutement est gratuit, mais l’accompagnateur choisi est rémunéré par la famille

  • Horaire : en fonction de la disponibilité de l’accompagnateur

  • Nombre d’heures maximum : dépend de la capacité de payer des parents

  • Les personnes ont le choix d’accepter ou non l’accompagnateur proposé par l’organisme.

  • Statut de l’accompagnateur : Salarié (rémunéré par la famille, 7 à 9 $/heure)

  • Formation de l’accompagnateur : doit avoir un minimum de six mois d’expérience avec une personne qui a une déficience intellectuelle ou étudier dans un domaine pertinent à l’emploi. La formation est donnée cas par cas. Des informations sont données sur la personne qui a une déficience intellectuelle pour savoir comment réagir avec elle dans différentes situations.

  1. Centre de la communauté sourde du Montréal métropolitain (CCSMM)

  • Organisme à but non lucratif

  • Mission : promouvoir les intérêts et défendre les droits des personnes sourdes.

  • Service : faute de financement, l’organisme ne peut offrir d’accompagnement à ses membres.

  1. Association québécoise des personnes aphasiques (AQPA)

  • Organisme à but non lucratif

  • Mission : offrir aux personnes aphasiques un lieu d’appartenance et un support afin de favoriser leur épanouissement et leur intégration sociale.

  • Service : faute de financement, l’organisme ne peut offrir d’accompagnement à ses membres.



1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   18

similaire:

Rapport de recherche iconRapport de Recherche

Rapport de recherche iconRapport de recherche

Rapport de recherche iconRecherche scientifique qui m’ont envoyé leur rapport. Aéroports

Rapport de recherche iconRapport de stage effectué au lasaare (Laboratoire d’Analyse et de...

Rapport de recherche iconRapport de recherche final préparé pour l'ophq
«Projet d'expérimentation» de l'Office des personnes handicapées du Québec (ophq)

Rapport de recherche iconRecherche L’alphabet français semble mieux convenir à la fonction...

Rapport de recherche iconLa Recherche Scientifique
...

Rapport de recherche iconRecherche en santé mentale
«corps et psyche» est une association de recherche «Loi 1901»; déclarée au Journal Officiel de la République en décembre 2007

Rapport de recherche icon3-Objet de recherche : 2 grandes orientations 4-1er axe : concerne...

Rapport de recherche iconRecherche juridique htm >recherche juridique
«ne fait pas obstacle à ce que celui-ci puisse être saisi en vue d'assortir d'une astreinte la décision qu'il a rendue» (Cass civ.,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com