L’accompagnement spirituel








télécharger 78.54 Kb.
titreL’accompagnement spirituel
page1/2
date de publication03.07.2017
taille78.54 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2


Le doigt de Jean-Baptiste

 L’accompagnement spirituel

Je voudrais commencer par rendre grâce au Seigneur pour les accompagnateurs qu’Il a mis sur mon chemin et qui m’ont désigné le Christ…Jacques, Etienne, Edouard, Blaise, Denis, Henri…oui quelques frères qui ont été pour moi des Jean- Baptistes me montrant le Christ à suivre et à aimer.

Sans eux je n’aurais sans doute pas franchi certains ravins de ténèbres, sans eux aussi je me serais engluée dans le rêve ou l’illusion tant il est facile de confondre notre désir et l’exigence évangélique.

L’accompagnateur spirituel pour moi évoque le guide en montagne : tantôt devant, lorsqu’il faut signaler les difficultés ou les voies sans issue, tantôt à côté lorsque le chemin est large, tantôt derrière lorsqu’il s’agit simplement de confirmer le bon chemin. Je reste en effet marquée par une expérience : à un moment très difficile de ma vie, dans une traversée tragique, mon accompagnateur qui était aussi un montagnard chevronné m’a emmenée en montagne pour permettre à mon corps et mon cœur de décharger tensions et angoisses. A un moment de la course, dans le massif du Pelvoux, nous sommes arrivés devant un mur qui ne pouvait se descendre qu’en rappel. Je n’avais jamais fait de rappel. Etienne m’a dit alors « N’aies pas peur, je t’assure » ! Et ce petit mot « assurer » est devenu pour moi définition même de l’accompagnement, définition même de la présence de Dieu à qui, depuis, je dis dans le Notre Père « Assure-moi dans la tentation ». J’aime aussi évoquer pour imager l’accompagnement ce verset du livre des Proverbes « Un frère aidé par un autre frère est une place forte », une place forte que ne peut détruire aucune attaque. 

L’accompagnement prend trois dimensions essentielles : il éduque à la liberté, apprend à discerner, dans une relation particulière.
Si nous parlons d’accompagnement spirituel c’est qu’il y a vie dans l’Esprit

La vie dans l’Esprit est un chemin de croissance comme notre vie physique et psychique. C’est un long chemin qui me conduira, comme dit saint Paul, à passer « du lait de la petite enfance à la nourriture solide des hommes spirituels » (1 Cor 3,1). Le risque que souligne Paul est de demeurer au plan spirituel comme au plan psychologique dans un infantilisme incapable de vivre dans la liberté des enfants de Dieu, liberté qui engage bien au-delà des préceptes à suivre ou de règles à observer, liberté qui est prise de risque, responsabilité, acte de foi comme Abraham allant de campement en campement….La croissance spirituelle n’est jamais achevée, elle passe comme notre croissance humaine par des étapes, des inattendus de l’Esprit, des ravins de ténèbres à l’image de Jésus lui-même. La manière dont Jésus a appris la liberté devient notre chemin : se livrer à l’Esprit qui est amour, dans la fidélité à l’Evangile. C’est cet itinéraire que Jésus a fait parcourir à ses disciples, de passage en passage. Et nous savons combien ce chemin a été pour eux difficile, obscur, lent…jusqu’à la Pentecôte où leur intelligence est éclairée et leur cœur affermi pour sortir du doute et de la peur : « Notre cœur n’était-il pas tout brûlant quand il nous parlait en chemin » (Lc 24,32). L’Esprit les a fait passer de la peur à l’audace et au dépassement de soi, des commandements à la liberté d’inventer, du souci de « bien faire » à l’apprentissage du risque en se recevant d’un autre.

C’est cette expérience de l’Esprit que nous sommes tous appelés à faire. Au baptême, à la confirmation, nous avons été « baptisés dans l’Esprit » événement de Pentecôte par lequel le Christ nous a remis en partage le don le plus précieux qui lui appartient en propre.

Depuis lors, l’Esprit est devenu « notre vie », et il nous appartient de nous laisser «  conduire par l’Esprit » (Galates 5, 25).

Encore faut-il en avoir le désir ! Le désir de Dieu, ce lieu, « plus intime à moi-même que moi-même » comme en a fait l’expérience St Augustin, qu’il me faut protéger, nourrir, entretenir. Comme le psalmiste, suis-je capable de cette prière : « Dieu toi mon Dieu je te cherche dès l’aube, mon âme a soif de toi » (ps 62)? Ou cet appel de l’Esprit est-il mon cri : « Viens Esprit-Saint » ? Je ne peux rien sans l’Esprit Saint : vivre l’Evangile devient alors un effort à la force du poignet qui décourage et désespère….tout comme vivre de l’Esprit sans l’ajustement à la Parole conduit aux débordements de l’imaginaire et aux rêves inconsistants. Je pense à Yves prenant l’évangile au pied de la lettre et s’imposant un rythme de vie épuisant ou à Marie, si sûre d’un appel du Seigneur à la vie consacrée alors qu’elle ne pouvait assumer l’ordinaire des jours….

Je sais aussi d’expérience que je vis dans ma chair et mon quotidien une incapacité à vivre de l’Esprit tant pèsent mes limites, mes refus, mes pauvretés, mon péché…tout ce qui me retient, que ce soit un fil de nylon ou un câble d’acier. Comme l’oiseau pris au filet je ne peux m’élancer. De fait la vie chrétienne n’est pas un long fleuve tranquille mais un combat, un combat spirituel si bien décrit par Paul : « Le bien que je veux, je ne le fais pas, et le mal que je ne veux pas je le fais » (Ro 7,19).

Le combat spirituel

Arrêtons-nous un moment sur ce combat spirituel. La foi, le désir de Dieu, m’engagent dans un combat entre la chair et l’esprit, comme dit saint Paul, entre l’accueil du royaume et sa réalité au quotidien. Pour entrer dans cet invisible du Royaume, la tradition chrétienne parle de l’usage de nos « sens spirituels ». Comme nos cinq sens nous font goûter, sentir, voir, entendre, toucher le monde, nos sens intérieurs nous font sentir et goûter l’invisible, la présence de Dieu. Et par eux nous portons un regard différent sur le monde, nous- même, les autres, Dieu. C’est comme cela que je comprends cette parole du Christ : « Je te bénis Père car ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits » (Mt 11,25). Oui, pour reconnaitre Dieu dans nos vies il faut certes des savoirs mais il faut surtout la foi pour interpréter les signes de Dieu. Ou comme le dirait Ignace « ce n’est pas d’en savoir beaucoup qui rassasie l’âme mais de sentir et goûter les choses intérieurement » (Ann.2). Et ce sera une des tâches de l’accompagnateur d’aider à repérer ces « sentis » qui nous traversent.

C’est la raison pour laquelle Jésus a tant parlé en paraboles. Il faut certes dans le champ voir l’ivraie qui pousse mais pour Jésus ce qui compte c’est la bonne semence qui va donner l’herbe puis l’épi. L’ivraie vient après. Les serviteurs sont plutôt tournés vers l’ivraie mais le Royaume c’est  le semeur, la semence, le champ. C’est une conversion du regard que les disciples n’ont pas encore faite : ils restent fixés sur l’ivraie. Et Jésus les recentre sur celui qui sème et sur le bon grain. Nous savons d’expérience que l’ivraie est en nous mais la sagesse de l’évangile nous invite à ne pas nous livrer à la violence de l’arrachement mais au discernement, au tri, à la patience et surtout à faire des choix de vie qui nous font ressembler au Christ « pauvre et humble ». Il ne s’agit pas d’ignorer la chair car « qui veut faire l’ange fait la bête »…il s’agit d’apprendre à aimer en elle, par elle. Le combat va donc toucher ma manière de vivre et non la chair qui est don de Dieu. Ce sera essentiellement ma manière de vivre ma relation aux autres, aux biens, à la nature, au pouvoir…Il y a une manière avide, possessive, cumulative, dominatrice de vivre ma relation à l’argent, à mon conjoint, mes amis, mes collègues de travail, au pouvoir qui s’oppose au style de Jésus qui trouve sa joie dans la partage, la pauvreté, le respect, le pardon, le don de soi, le service dont il nous invite à revêtir le tablier comme il l’a fait lui-même le soir du jeudi saint dans cette scène magnifique que nous raconte saint Jean (Jn 13,1 et ss). C’est cette tension que nous décrit Paul de manière fort réaliste dans l’épitre aux Galates : « La chair s’oppose à l’esprit et l’esprit à la chair ; entre eux c’est l’antagonisme ; aussi vous ne faites pas ce que vous voulez. Mais si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes plus soumis à la loi. Marchez sous l’impulsion de l’Esprit » (Ga 5,16)

Le combat est donc à situer d’abord contre le désir d’appropriation et de jouissance « Qu’as-tu que tu n’aies reçu » nous interpelle l’Apôtre. Jésus lui-même nous montre ce qu’est ce combat dans la triple tentation au désert : tentation de l’avoir, du pouvoir, de se faire soi-même. Nous sommes bien loin du mépris ou de la mutilation de la chair dont certains nous font croire que là est le combat à mener. Une ascèse mal comprise, nous le savons, peut mener à l’orgueil et à la suffisance ! Notre combat n’est rien d’autre qu’une libération de notre liberté. Et à la suite du récit des tentations au désert nous pouvons nous poser la question aujourd’hui : « Si tu es fils, fille de Dieu, comment combles-tu tes faims ? Comment affirmes-tu ta puissance ? Comment fais-tu grandir la vie ? Pourquoi as-tu peur du regard de l’autre ? Du jugement de l’autre ? ». Le travail de l’Esprit est de nous rendre libres, libres pour aimer, pardonner, partager, pour chanter. Car la joie et la paix sont les fruits de ce combat….et je rends grâce pour les beaux témoignages que nous ont confiés chacun avec son charisme propre Sr Emmanuelle ou l’abbé Pierre par exemple.

Rien donc à la force du poignet mais dans la douceur de l’Esprit se laisser transformer – corps, âme, intelligence – par l’action de grâce, la louange, la contemplation du Christ dans l’évangile. Contempler c’est devenir, c’est laisser peu à peu le Christ prendre chair en nous, nous devenons des Christs selon la belle expression de saint Cyrille de Jérusalem. Contempler le Christ c’est à force de le regarder, de l’écouter me laisser transformer par la connaissance intime et amoureuse : la prière dans ce rythme lent conduit à la ressemblance.

L’expérience spirituelle

Il s’agit bien là d’une expérience, une expérience de l’Esprit qui nous conduit à la Source. Pour certains le sentiment de cette présence s’est fait d’une façon forte et inattendue, pour d’autres elle s’inscrit dans le temps, dans une lente transformation de l’être mais il s’agit toujours d’une « connaissance » intime bien différente de tous nos savoirs sur Dieu. Il s’agit d’une révélation ! Et les chemins sont bien variés. Je pense en souriant à Chantal qui a reçu dans un éblouissement sa vocation à la vie religieuse en faisant la vaisselle ou au chemin peineux de Jean pendant une longue retraite sans consolation et qui a débouché tout à coup sur la lumière. L’évangile de Jean nous montre combien ont été variés les chemins de la reconnaissance du Ressuscité : par l’intelligence qui comprend les Ecritures pour Jean devant le tombeau vide, par le cœur et son amour fou pour Jésus chez Marie de Magdala dans le jardin, par le doute chez Thomas….mais c’est toujours le fruit de l’ouverture à une rencontre.

Où l’on parle d’accompagnement spirituel !

Vous l’avez compris, la vie dans l’Esprit n’est pas alors sans risque : les dangers de l’illusion sont fréquents et seul on ne peut les discerner. C’est le chemin des « égarés » qui prennent leur rêve pour la réalité, leur imaginaire pour la volonté de Dieu, leur sur-moi pour la parole de Dieu. Ceux qui s’enferment et ignorent la liberté de l’amour, ceux qui pensent que Dieu prend plaisir aux sacrifices, ceux qui sacralisent à l’excès lieux et rites, ou ceux qui pensent que dire suffit, inutile de faire, ceux qui sont dévorés par le scrupule…d’où la nécessité d’être accompagné.

C’est une longue tradition ecclésiale que l’on trouve dès le IVe siècle dans les débuts du monachisme en particulier en Egypte autour des pères du désert qui apprenaient aux débutants à vivre selon l’Esprit – dans une conversation spirituelle où le disciple s’ouvre à l’ancien qui - lui-même expérimenté dans les voies de Dieu - peut comprendre le travail de l’Esprit dans son compagnon. C’est en quelque sorte une conversation triangulée par l’Esprit à qui chacun est soumis. La figure de l’accompagnement est ici une « paternité spirituelle » qui se vit en compagnonnage et dans le dialogue. Grégoire le Sinaïte nous avertit : « celui qui voit quelque chose dans sa pensée, dans ses sens, même venant de Dieu et l’accueille sans prendre l’avis des experts se trompe facilement ou il se trompera parce qu’il est trop complaisant à accepter ». La tradition se continue dans l’Eglise d’Orient. Ecoutons le père Matta El Meskin du monastère égyptien de St Macaire que j’ai visité : «  Le père spirituel est celui qui aide chacun à développer sa propre personnalité, selon la liberté intérieure de l’Esprit. Le moine pourra quitter le monastère pour s’enfoncer dans le grand désert quand il aura appris à distinguer la volonté propre de l’inspiration ».

Je repère l’importance de la parole dite à quelqu’un qui peut l’entendre, une ouverture dans la confiance pour éviter illusions généreuses ou pièges de l’imaginaire. Déjà Grégoire de Nysse soulignait le danger de se fier à son propre jugement : «  Certains en effet, avec les meilleures intentions dans leur désir de vie parfaite et après l’avoir choisi et en avoir approché la perfection, ont succombé par l’orgueil à une chute étrange, étant tombés dans l’illusion par un égarement d’esprit qui leur a fait estimé bon tout ce vers quoi leur pensée se portait »

Au Moyen- Age et début du XVIe nous assistons à un élargissement de ce ministère dans l’Eglise avec la naissance des frères mineurs autour de François qui mettra l’accent sur la fraternité comme lieu d’accompagnement et de croissance, l’intelligence de la grande Thérèse qui eut besoin pour elle-même et ses sœurs de « conseillers spirituels », Charles Borromée, plus tard François de Sales mais surtout Ignace de Loyola sur qui je reviendrai. Appuyés sur les écrits des pères du désert ces maitres spirituels ont insisté sur la façon d’exercer ce service: écoute et ouverture d’âme sur les états intérieurs, apprentissage de la prière, relecture, discernement par la connaissance des chemins de l’Esprit de lumière et les ruses de l’ange des ténèbres comme les décrivent les apophtegmes des Pères du désert. Et aussi l’enseignement, en particulier la lecture de l’évangile car la vie spirituelle, c’est la vie même de Jésus-Christ. Cette tradition est restée vivante dans l’Eglise.

Nous-mêmes nous vivons depuis plusieurs décennies une intense recherche spirituelle qui traverse toutes les confessions, toutes les religions, recherche d’intériorité et de repères pour vivre « mieux » en unité avec soi-même et avec les autres. Le souffle puissant du renouveau charismatique qui a traversé les Eglises par exemple a fait réapparaitre le désir « d’être accompagné » en particulier pour se « laisser conduire par l’Esprit » au quotidien, pour relire sa prière ou prendre des décisions après un travail de discernement.

Le changement de vocabulaire est d’ailleurs intéressant : ni directeur, ni père spirituel, ni coach à la mode aujourd’hui, mais simplement accompagnateur spirituel. Le lien qui se crée ni autoritaire ni paternaliste est basé sur l’écoute ensemble de l’Esprit, la recherche de la vérité, le discernement.

Une telle relation particulière aura quelques exigences :

  • De la part de l’accompagné, un désir de s’engager à la suite du Christ, un souci de vérité, d’ouverture, de foi surtout en l’action de Dieu en chacun, de confiance en soi, en l’accompagnateur : sans la confiance il ne peut y avoir accueil d’aucune parole extérieure ou intérieure. Je suis moi-même souvent bouleversée de la confiance entière que me font les personnes qui entrent en retraite spirituelle…cela leur demande du courage mais donne des ailes à l’accompagnatrice ! Ni simple rencontre amicale, ni lieu thérapeutique, la rencontre n’est pas juste pour parler ou trouver des solutions à ses questions mais désir de créer sa propre vie avec Dieu.

  • De la part de l’accompagnateur, comme pour tout ministère : du goût pour cela, un appel de la communauté, confirmé par la pratique. Une sagesse spirituelle acquise par l’expérience des façons de faire de Dieu dans la prière : « il doit être prudent, je précise donc qu’il ait un esprit sûr et de l’expérience, et si à cela il ajoute la doctrine, c’est un très grand bien » précise Thérèse d’Avila et d’ajouter « les deux premières sont les plus importantes….Les commençants tirent peu de profit selon moi des savants qui ne sont pas adonnés à l’oraison ». (Vida de Santa Teresa de Jesús ch 13).

Qu’il sache écouter ce qui n’est pas si « naturel » qu’on le pense, « Ecouter, c’est faire, comme écrit Bonhoeffer dans De la vie communautaire, ce que Dieu a fait pour nous : son amour ne se borne pas à nous parler mais aussi à nous écouter ». Une écoute sans a priori, un accueil sans limite car l’action de l’Esprit est toujours dans l’inattendu, et surtout avec une grande foi et espérance car en Dieu aucune situation n’est jamais définitivement bloquée : l’accompagnateur est comme le jardinier de l’évangile devant le figuier stérile qu’il ne peut se résoudre à couper. Homme et femme de prière, il a acquis la connaissance des mouvements de l’Esprit, il sait s’émerveiller, il sait qu’il peut se tromper mais aime le risque. Il sait parler mais aussi se taire, ne pas juger, respectueux du temps qu’il faut pour grandir, il sait porter avec, compatir….

Le fruit de l’accompagnement est la croissance de notre liberté intérieure pour n’être plus « des enfants à la dérive » comme dit St Paul. Et pour « apprendre de ta propre démarche que tu es sur la bonne route » comme conseille Augustin. Sinon c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Si notre vie spirituelle ne fait pas de nous des « hommes et des femmes vivants » gloire de Dieu comme dit Irénée, c’est que nous stagnons ; si l’accompagnement crée en nous un infantilisme psychologique, une dépendance spirituelle ou s’il ne diminue pas nos scrupules, nos peurs, nos liens c’est que quelque chose n’est pas dans l’ordre. Si l’accompagnateur n’a jamais à décider pour l’autre (car il ne « sait » pas) il l’aidera à reconnaitre les mouvements de l’Esprit en lui, les forces qui le travaillent et le font vivre (l’important à entendre n’est pas seulement le discours pieux qui peut masquer la réalité). Je pense à ce conseil d’Ignace à l’accompagnateur de retraite : « Si le directeur voit que le retraitant se trouve consolé et plein de ferveur il doit le mettre en garde contre toute promesse ou vœu inconsidéré ou précipité. Plus il lui connaitra un tempérament léger, plus il devra le mettre en garde…Il faut faire grande attention au tempérament propre du retraitant et à ses aptitudes ».

L’accompagnement sera toujours du sur mesure (jamais des recettes à appliquer) qui demande un minimum de connaissances psychologiques, et surtout une connaissance intérieure de la « façon de faire » de Dieu acquise par la lecture de l’Ecriture, des écrits des grands spirituels et de leur témoignage. La façon de faire de Jésus avec ceux et celles qu’il rencontre est une pédagogie de l’accompagnement : le but de Jésus : conduire à la foi ! Il ne retient personne, n’oblige personne, n’engage aucune conversation inutile, ose dire la vérité…Je pense à quelques beaux épisodes comme la femme qui a des pertes de sang, ou la cananéenne, sans parler de tous les récits de guérison…signes donnés pour laisser jaillir et grandir la foi. Ah ! Cette façon de Jésus de poser des questions, inattendues, percutantes toujours dans le respect et la douceur ! C’est le chemin qu’Il fait faire aux disciples d’Emmaüs : c’est d’abord une relecture des événements à la lumière des Ecritures, non que l’Ecriture dise ce qu’il faut faire mais elle éclaire ma vie, donne sens, permet d’interpréter…et c’est plus tard que je me rends compte, oui que mon cœur était brûlant ! Le père de Lubac soulignait «  L’âme et l’Ecriture s’éclairent mutuellement. Ce sont deux livres qu’il faut lire et commenter l’un par l’autre » (Histoire et Esprit : L'Intelligence de l'Écriture d'après Origène, Les Editions du Cerf) Et je pense ici à cette belle icône copte de Jésus accompagnant l’abbé Mina en posant délicatement son bras sur ses épaules.

Je disais tout à l’heure qu’un des buts de l’accompagnement était de nous aider à repérer les mouvements qui traversent et affectent notre sensibilité, notre raison, nos comportements et d’apprendre à les nommer, les trier, les interpréter, bref à discerner….Mais qu’est-ce que discerner ? Ecoutons Saint Paul :
  1   2

similaire:

L’accompagnement spirituel iconN° 153, H. S. Pour Saint Ignace, l’auteur des Exercices spirituels,...
«aide à comprendre ce que Dieu attend de nous» résumait Benoît XVI. (Catéchèse du 30 juin 2010)

L’accompagnement spirituel iconDialogue-autisme
«plans autisme» prévoyant des mesures d’accompagnement et des moyens pour les mettre en œuvre, les associations mais aussi des instances...

L’accompagnement spirituel iconCours 3 Séance 3 du 27 janvier
«deux Glaives» qui marque l’apogée du pouvoir spirituel relativement au temporel, 3 solutions se présentent pour le politique

L’accompagnement spirituel iconOraisons funèbres
«classique». Lors même qu’on redécouvre en lui le philosophe et le spirituel, IL reste emblématique du genre comme La Fontaine l’est...

L’accompagnement spirituel iconLa réVÉlation de la “sphera”
«festin spirituel» où en qualité d’un plat principal étaient proposées les notes des journaux de H. Roerich, semblait fausse et ne...

L’accompagnement spirituel iconMystère de l’Espérance au cœur de l’histoire
«un combat spirituel», des remises en cause qui interviennent à travers les générations, siècle par siècle

L’accompagnement spirituel iconRapporté par A
...

L’accompagnement spirituel iconPieces d’accompagnement a la vente

L’accompagnement spirituel iconContrat d’accompagnement dans l’emploi

L’accompagnement spirituel iconLe contrat d’accompagnement dans l’emploi








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com