Les amis de Job au fil du texte








télécharger 32.94 Kb.
titreLes amis de Job au fil du texte
date de publication29.11.2016
taille32.94 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
Les amis de Job au fil du texte

2 12-13 : Levant leurs yeux de loin, ils ne le reconnurent pas. Ils pleurèrent alors à grands cris. Chacun déchira son manteau, et ils jetèrent en l’air de la poussière qui retomba sur leur tête. Ils restèrent assis à terre avec lui pendant sept jours et sept nuits. Aucun ne lui disait mot, car ils avaient vu combien grande était sa douleur.
4 1 Alors Elifaz de Témân prit la parole et dit :

2 Te met–il pour une fois à l’épreuve, tu fléchis ! Mais qui peut contraindre ses paroles ?

3 Tu t’es fait l’éducateur des foules, tu savais rendre vigueur aux mains lasses.

4 Tes paroles redressaient ceux qui perdent pied, tu affermissais les genoux qui ploient.

5 Que maintenant cela t’arrive, c’est toi qui fléchis. Te voici atteint, c’est l’affolement.

6 Ta piété ne tenait–elle qu’à ton bien–être, tes espérances fondaient–elles seules ta bonne conduite ?

7 Rappelle–toi : quel innocent a jamais péri, où vit–on des hommes droits disparaître ?

8 Je l’ai bien vu : les laboureurs de gâchis et les semeurs de misère en font eux–mêmes la moisson.

9 Sous l’haleine de Dieu ils périssent, au souffle de sa narine ils se consument.

5 16 Il y eut pour le faible une espérance, et l’infamie s’est trouvée muselée.

17 Vois : Heureux l’homme que Dieu réprimande ! Ne dédaigne donc pas la semonce du Puissant.

18 C’est lui qui, en faisant souffrir, répare, lui dont les mains, en brisant, guérissent.

19 De six angoisses il te tirera et à la septième, le mal ne t’atteindra plus.

20 Lors de la famine, il te rachètera à la mort et en plein combat au pouvoir de l’épée.

21 Du fouet de la langue, tu seras à l’abri ; rien à craindre d’un désastre à venir.

22 Désastre, disette, tu t’en riras, et des bêtes sauvages, n’aie pas peur !

23 Car tu as une alliance avec les pierres des champs, et l’on t’a concilié les fauves de la steppe.

24 Tu découvriras la paix dans ta tente ; inspectant tes pâtures, tu n’y trouveras rien en défaut.

25 Tu découvriras que ta postérité est nombreuse et que tes rejetons sont comme la verdure de la terre.

26 Tu entreras dans la tombe en pleine vigueur, comme on dresse un gerbier en son temps.

27 Vois, cela, nous l’avons étudié à fond : il en est ainsi, écoute et fais–en ton profit.(Elifaz)

8 2 Ressasseras–tu toujours ces choses en des paroles qui soufflent la tempête ?

3 Dieu fausse–t–il le droit ? Le Puissant fausse–t–il la justice ?

4 Si tes fils ont péché contre lui, il les a livrés au pouvoir de leur crime.

5 Si toi tu recherches Dieu, si tu supplies le Puissant,

6 si tu es honnête et droit, alors, il veillera sur toi et te restaurera dans ta justice.

7 Et tes débuts auront été peu de chose à côté de ton avenir florissant.

8 Interroge donc les générations d’antan, sois attentif à l’expérience de leurs ancêtres.

9 Nous ne sommes que d’hier, nous ne savons rien, car nos jours ne sont qu’une ombre sur la terre.

10 Mais eux t’instruiront et te parleront, et de leurs mémoires ils tireront ces sentences :

11 « Le jonc pousse–t–il hors des marais, le roseau peut–il croître sans eau ?

12 Encore en sa fleur, et sans qu’on le cueille, avant toute herbe il se dessèche. »

13 Tel est le destin de ceux qui oublient Dieu ; l’espoir de l’impie périra,

14 son aplomb sera brisé, car son assurance n’est que toile d’araignée.

15 S’appuie–t–il sur sa maison, elle branle. S’y cramponne–t–il, elle ne résiste pas.

16 Le voilà plein de sève sous le soleil, au–dessus du jardin il étend ses rameaux.

17 Ses racines s’entrelacent dans la pierraille, il explore les creux des rocs.

18 Mais si on l’arrache à sa demeure, celle–ci le renie : « Je ne t’ai jamais vu ! »

19 Vois, ce sont là les joies de son destin, et de cette poussière un autre germera.

20 Vois, Dieu ne méprise pas l’homme intègre, ni ne prête main–forte aux malfaiteurs.

21 Il va remplir ta bouche de rires et tes lèvres de hourras.

22 Tes ennemis seront vêtus de honte, et les tentes des méchants ne seront plus.(Bildad)


11 2 Un tel flot de paroles restera–t–il sans réponse ? L’homme éloquent aura–t–il raison ?

3 Tes hâbleries laissent les gens bouche bée, tu railles sans qu’on te fasse honte.

4 Et tu as osé dire : « Ma doctrine est irréprochable, et je suis pur à tes yeux ! »

5 Ah ! si seulement Dieu intervenait, s’il desserrait les lèvres pour te parler,

6 s’il t’apprenait les secrets de la sagesse–car ils déroutent l’entendement–alors tu saurais que Dieu oublie une part de tes crimes.

7 Prétends–tu sonder la profondeur de Dieu, sonder la perfection du Puissant ?

8 Elle est haute comme les cieux–que feras–tu ? Plus creuse que les enfers–qu’en sauras–tu ?

9 Plus longue que la terre elle s’étend, et plus large que la mer.

10 S’il fonce, emprisonne et convoque le tribunal, qui fera opposition ?

11 Car lui connaît les faiseurs de mensonge, il discerne les méfaits sans effort d’attention ;

12 tandis que l’homme accablé perd le jugement et que tout homme, à sa naissance, n’est qu’un ânon sauvage.

13 Toi, quand tu auras affermi ton jugement, quand tu étendras vers lui les paumes de tes mains,

14 s’il y a des méfaits dans tes mains, jette–les au loin, et que la perversité n’habite pas sous ta tente.

15 Alors tu lèveras un front sans tache ; purifié des scories, tu ne craindras plus.

16 Car tu ne penseras plus à ta peine, tu t’en souviendras comme d’une eau écoulée.

17 La vie se lèvera, plus radieuse que midi, l’obscurité deviendra une aurore.

18 Tu seras sûr qu’il existe une espérance ; même si tu as perdu la face, tu dormiras en paix.

19 Dans ton repos nul n’osera te troubler et beaucoup te caresseront le visage.

20 Quant aux méchants, leurs yeux se consument et tout refuge leur fait défaut. Leur espérance, c’est de rendre l’âme. (Tsofar)

15 2 Est–ce d’un sage de répondre par une science de vent, de s’enfler le ventre de sirocco,

3 d’argumenter avec des mots sans portée, avec des discours qui ne servent à rien ?

4 Tu en viens à saper la piété, et tu ruines la méditation devant Dieu.

5 Puisque ton crime inspire ta bouche et que tu adoptes le langage des fourbes,

6 c’est ta bouche qui te condamne, ce n’est pas moi, tes propres lèvres témoignent contre toi.

7 Es–tu Adam, né le premier, as–tu été enfanté avant les collines ?

8 Aurais–tu écouté au conseil de Dieu pour y accaparer la sagesse ?

9 Que sais–tu que nous ne sachions ? Qu’as–tu compris qui ne nous soit familier ?

10 Vois parmi nous un ancien, un vieillard, et l’autre plus chargé d’ans que ne le serait ton père.

11 Sont–elles indignes de toi, les consolations de Dieu, et les paroles si modérées que nous t’adressons ?

12 Pourquoi la passion t’emporte–t–elle et pourquoi ces yeux qui clignent,

13 lorsque tu tournes ta rancoeur contre Dieu et que ta bouche pérore ?

14 Qu’est–ce donc que l’homme pour jouer au pur, celui qui est né de la femme, pour se dire juste ?

15 Même à ses saints Dieu ne se fie pas et les cieux ne sont pas purs à ses yeux.

16 Combien moins le répugnant, le corrompu, l’homme qui boit la perfidie comme de l’eau ! (Elifaz)

22 2 Est–ce à Dieu qu’un brave peut être utile, alors que le sage n’est utile qu’à lui–même ?

3 Le Puissant s’intéresse–t–il à ta justice, que gagne–t–il si tu réformes ta conduite ?

4 Est–ce par crainte pour toi qu’il te présentera sa défense, qu’il ira avec toi en justice ?

5 Vraiment ta méchanceté est grande, il n’y a pas de limites à tes crimes.

6 Tu prenais sans motif des gages à tes frères, tu les dépouillais de leurs vêtements jusqu’à les mettre nus.

7 Tu ne donnais pas d’eau à l’homme épuisé, à l’affamé tu refusais le pain.

8 L’homme à poigne possédait la terre et le favori s’y installait.

9 Tu as renvoyé les veuves les mains vides, et les bras des orphelins étaient broyés.

10 C’est pour cela que des pièges t’entourent, que te trouble une terreur soudaine. (Elifaz cf 4,3)

25 4 Et comment l’homme serait–il juste contre Dieu, comment jouerait–il au pur, celui qui est né de la femme ?

5 Si même la lune perd sa brillance, et si les étoiles ne sont pas pures à ses yeux,

6 que dire de l’homme, ce ver, du fils d’Adam, cette larve ! (Bildad)

32.1 Alors ces trois hommes cessèrent de répondre à Job, puisqu’il s’estimait juste.

2 Mais Elihou se mit en colère. Il était fils de Barakéel le Bouzite, du clan de Ram. Il se mit en colère contre Job parce que celui–ci se prétendait plus juste que Dieu.

3 Il se mit en colère aussi contre ses trois amis parce qu’ils n’avaient plus trouvé de réponse et avaient ainsi reconnu Dieu coupable.

4 Or Elihou s’était retenu de parler à Job parce que les autres étaient plus âgés que lui.

5 Mais quand Elihou vit que ces trois hommes n’avaient plus de réponse à la bouche, il se mit en colère.

6 Alors Elihou, fils de Barakéel le Bouzite, prit la parole et dit : Je suis un jeune, moi, et vous, des vieux. Aussi craignais–je et redoutais–je de vous exposer mon savoir.

7 Je me disais : « L’âge parlera, le nombre des années enseignera la sagesse. »

8 Mais en réalité, dans l’homme, c’est le souffle, l’inspiration du Puissant, qui rend intelligent.

9 Etre un ancien ne rend pas sage, et les vieillards ne discernent pas le droit.

10 C’est pourquoi je dis : « Ecoute–moi, et je t’exposerai mon savoir, moi aussi. »


33 4 C’est le souffle de Dieu qui m’a fait, l’inspiration du Puissant qui me fait vivre.

5 Si tu le peux, réponds–moi, argumente contre moi, prends position !

6 Vois, devant Dieu je suis ton égal, j’ai été pétri d’argile, moi aussi !

7 Voyons, la terreur de moi n’a pas à t’épouvanter, et mon autorité n’a pas à t’accabler.

8 Mais tu as bien dit à mes oreilles et j’entends encore le son des paroles :

9 « Je suis pur, sans péché. Je suis net, moi, exempt de faute.

10 Mais Dieu invente contre moi des griefs, il me traite en ennemi.

11 Il me met les pieds dans les fers et il épie toutes mes traces ! »

12 Voyons, en cela tu n’as pas raison, te dirai–je. Car Dieu est bien plus que l’homme.

13 Pourquoi lui as–tu intenté un procès, à lui qui ne rend compte d’aucun de ses actes ?

14 Pourtant Dieu parle d’abord d’une manière et puis d’une autre, mais l’on n’y prend pas garde :

15 dans le songe, la vision nocturne, lorsqu’une torpeur accable les humains, endormis sur leur couche.

16 Alors il ouvre l’oreille des humains et y scelle les avertissements qu’il leur adresse,

17 afin de détourner l’homme de ses actes, d’éviter l’orgueil au héros.

18 Ainsi il préserve son existence de la fosse et l’empêche d’offrir sa vie au javelot.

19 Parfois, il le réprimande dans son lit par la douleur, et la lutte n’a de cesse dans ses os.

20 Le pain lui donne la nausée, il n’a plus d’appétit pour la bonne chère.

21 Il dépérit à vue d’œil, ses os qu’on ne voyait pas deviennent saillants.

22 Alors son existence frôle la fosse, et sa vie est livrée aux exterminateurs.

23 Mais s’il se trouve pour lui un ange, un interprète entre mille pour faire connaître à l’homme son devoir,

24 qu’il ait compassion de lui et dise : « Exempte–le de descendre dans la fosse, j’ai découvert une rançon ! »

25 Alors sa chair retrouve la sève de la jeunesse, il revient aux jours de son adolescence,

26 il invoque Dieu qui se plaît en lui, criant de joie il voit la face de celui qui rend à l’homme sa justice ;

27 il chante devant les hommes en disant : « J’avais péché, j’avais violé le droit, mais lui ne s’est pas conduit comme moi.

28 Il a racheté mon existence au bord de la fosse et ma vie contemplera la lumière ! »

29 Vois, tout cela Dieu l’accomplit, deux fois, trois fois pour l’homme,

30 pour retirer son existence de la fosse, pour l’illuminer de la lumière des vivants.

31 Sois attentif, Job, écoute–moi ; tais–toi, c’est moi qui parlerai.




34 31 Mais si quelqu’un dit à Dieu : « J’ai expié, je ne ferai plus le mal.

32 Ce qui échappe à ma vue, montre–le–moi toi–même ; si j’ai agi en pervers, je ne récidiverai pas. »

33 Selon toi, devrait–il punir ?… Je sais que tu t’en moques. Ainsi en as–tu décidé, toi, mais pas moi. Dis quand même ce que tu en sais.

34 Les hommes sensés me diront, comme tout homme sage qui m’écoute :

35 « Ce grand parleur de Job n’y connaît rien, il discourt sans rime ni raison. »

36 Je veux qu’on soumette Job à la question, jusqu’à ce qu’il cède, sur ses propos dignes d’un mécréant ;

37 car à sa faute il ajoute la révolte, il sème le doute parmi nous et accumule ses remontrances contre Dieu.

35.1 Alors Elihou reprit et dit :

2 Prétends–tu être dans ton droit quand tu dis : « Je suis plus juste que Dieu »?

3 Puisque tu déclares : « Que t’importe, et quel profit pour moi à ne pas pécher ? »

4 Moi je te réfuterai par mes discours, toi et tes amis du même coup.



36 22 Vois, Dieu est souverain dans sa puissance, quel maître enseignerait mieux ?

23 Quelqu’un inspecte–t–il sa conduite, quelqu’un lui dit–il : « Tu commets le mal »?

24 Songe à célébrer son oeuvre que chantent les hommes.

25 Tous les humains la contemplent, de loin le mortel la distingue.

26 Vois, Dieu est grand et nous ne comprenons pas. Le nombre de ses ans est incalculable.


37 14 Prête l’oreille à cela, Job, arrête–toi et considère les miracles de Dieu.

15 Lorsque Dieu les projette, le sais–tu ? Sais–tu quand il fait briller la foudre dans sa nuée ?

16 Sais–tu l’équilibre des nuages, merveilles d’un savoir sûr ?

17 Toi dont les vêtements sont trop chauds quand la terre s’alanguit sous le vent du midi,

18 l’assistais–tu pour laminer les nues, solides comme un miroir de métal ?

19 Apprends–moi ce que nous pourrions lui dire ! – Mais nous ne pourrons argumenter à cause des ténèbres.

20 Quand je parle, faut–il qu’on l’en avise ? Faut–il le lui dire pour qu’il en soit informé ?

21 Soudain, on ne voit plus la lumière, elle est obscurcie par les nues, puis un vent a soufflé et les a balayées.

22 Du nord arrive une clarté d’or, autour de Dieu, une effrayante splendeur.

23 C’est le Puissant que nous ne pouvions atteindre, suprême en force et en équité, il n’opprime pas celui en qui la justice abonde.

24 C’est pourquoi les hommes le craignent, mais lui ne tient pas compte de ceux qui se croient sages.

trad. T.O.B.


Qu’entendent-ils des paroles de Job ?

Comment essayent-ils d’aider, de « faire bouger » Job ?

Que disent-ils de Dieu ?

Que disent-ils de l’homme en général ?

similaire:

Les amis de Job au fil du texte iconTd em3 : Champ magnétostatique
«fil infini» est un fil constitue une bonne approximation d’une situation où l’on considère le champ à une distance d’un fil très...

Les amis de Job au fil du texte iconPharmacologie de l’amitié
«amis», de cette industrialisation de la façon de se faire des «amis» en référence à laquelle j’ai élaboré mes questions

Les amis de Job au fil du texte iconLes Amis de Perpezac-le-Blanc reglement du concours photos
«Les Amis de Perpezac le Blanc» (ci-après dénommée «l’Organisateur»), sise au bourg – 19310 – Perpezac le Blanc, organise du 15 avril...

Les amis de Job au fil du texte iconStéphane Dervin fabrique déjà quelques produits médiévaux. La nouvelle...
«Les amis de l'Hypocrass de Charmes», créée IL y a quelques mois dans la commune

Les amis de Job au fil du texte iconJob d’ete : regles essentielles a respecter

Les amis de Job au fil du texte iconClub et Association des Amis du Boxer du Languedoc Roussillon
«Club des Amis du Boxer» et à présenter au club avec les pièces justificatives demandées

Les amis de Job au fil du texte iconLes amis de lewis

Les amis de Job au fil du texte iconLes amis de lewis

Les amis de Job au fil du texte iconLes amis de lewis

Les amis de Job au fil du texte iconLes amis de lewis








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com