Chers Camarades, chers amis








télécharger 25.53 Kb.
titreChers Camarades, chers amis
date de publication10.10.2017
taille25.53 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
Chers Camarades, chers amis,
Merci d’être présents en ce 1er mai 2013, date symbolique pour tous les travailleurs. Nous sommes rassemblés à l’appel de la CGT, de la FSU et de Solidaire.
Nous salariés, retraités, privés d’emploi, nous disons une fois de plus, en cette occasion, NON à l’homophobie, NON au fascisme, Non au racisme, Non au libéralisme.
En cette période de mise à mort du code du travail et de continuité pour faire payer aux salariés, aux retraités et aux privés d’emploi la facture des échecs des différents gouvernements tout en continuant une politique d’allègement de cotisations pour les employeurs, il est bon en ce 1er mai de rappeler ce que jamais nous ne devrions oublier.
Depuis 1889, chaque 1er mai est une journée de manifestations pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de cette classe laborieuse dont nous faisons partie. A l’époque, les travailleurs se battaient pour la limitation à 8 heures de la journée de travail, et pour obtenir la semaine de 48h. On les traitait de fous, on les accusait de vouloir la ruine des industries et de la France.
A chaque fois que nous, travailleurs, essayons d’améliorer notre sort, à chaque fois que nous luttons pour avoir des avancées, à chaque fois que nous nous battons pour exiger plus de justice sociale, nous entendons les voix de ceux que cela menace s’élever et tenter de couvrir les nôtres. Le gouvernement et les parlementaires doivent nous entendre. Les salariés n’ont pas vu de changement pour eux, ils ont même vu la poursuite d’une politique et donc l’aggravation de leur situation avec l’accélération de la politique d’austérité. Ensemble nous disons NON à l’austérité, oui au plein emploi et à la croissance.
Mais nous sommes les plus nombreux et les plus forts : nous devons nous faire entendre et ils seront obligés de nous écouter et de répondre à nos attentes.
Plus que jamais, il est temps pour nous tous de faire grandir la mobilisation.
Depuis des années, nous sommes victimes de la casse sociale, de la perte considérable de droits conquis à force de luttes et de courage par nos aînés.
Avec l’accord du 11 janvier 2013 de sécurisation des entreprises et des parcours professionnels, le MEDEF a imposé sa loi au gouvernement, devenu le scribe du patronat, l’encre et stylo étant fournis par la CFDT, la CGC et la CFTC. Nous en voyons déjà la couleur avec la politique salariale de chez Renault et des conséquences sur la SBFM devenue Fonderie de Bretagne, et ensemble CGT, FSU et Solidaires nous lutterons contre chaque accord dit « pour l’emploi », accord de baisse des salaires - accord d’augmentation de temps de travail - accord des mutations imposées.
Ils facilitent les licenciements en période de crise alors que c’est précisément là qu’il faut protéger les salariés. Il y a un an déjà nous dénonçions ce non-sens. Car lorsque tout va bien, que les sociétés font des bénéfices, que les actionnaires s’enrichissent, on ne répartit pas ces richesses au sein de la collectivité de travail. En revanche, lorsque les employeurs réalisent des marges plus faibles, qu’ils gagnent un peu moins, alors on demande aux salariés de faire des sacrifices ou ils les jettent à la rue.
Il y a 6 ans, Sarkozy lançait le « travailler plus pour gagner plus » qui était un mensonge outrageant.
Maintenant nous avons le travailler Plus, gagner moins et loin de chez soi et de sa famille. Voilà l’Europe et la France du 21ème siècle.
Monsieur HOLLANDE, il y a 1 an, les français mettaient Sarkozy dehors et votaient pour le changement, oui le changement nous le voulons maintenant et tout de suite.
Ensemble partageons les richesses, ensemble pour la justice sociale. Nous n’avons que faire des PDG du CAC 40 et autres actionnaires qui se gavent et n'ont jamais assez.
2013 c’est la mort du code du travail
2013 c’est la négociation des régimes de retraites complémentaires qui est désastreux pour les retraités et les actifs et pour la poursuite des négociations sur le régime général.
2013 c’est l’augmentation de pauvreté
2013 c’est la poursuite du gel des salaires des fonctionnaires
2013 c’est l’augmentation du chômage
2013 c’est une réforme des rythmes scolaires sans concertation qui casse l’égalité de la scolarité
2013 c’est la modification de la fiscalité qui vise plus particulièrement les plus nombreux c'est-à-dire nous les salariés et les retraités.
2013 c’est la encore des richesses concentrées entre les mêmes mains, sans partage.
2013 c’est la mise à mort du 1% logement et la baisse continue des services en réponse aux besoins des salariés. Nous, nous sommes disponibles pour construire les convergences syndicales et sociales qui s’imposent, pour mobiliser les salariés pour défendre le 1% logement. Car il y a urgence à changer la politique gouvernementale pour garantir le droit de toutes et tous au logement. Il y a aussi urgence à la mise en œuvre de l’accord interprofessionnel pour le logement des salariés signé par tous les acteurs sociaux en 2012 visant à étendre le droit au logement aux salariés qui en sont aujourd’hui exclus, aux jeunes ainsi que de développer la construction par la production de 100 000 logements par an à partir des besoins recensés dans les territoires, l’emploi et les filières de formation et de production.

Au sujet du logement nos organisations syndicales saluent l’action de l’association « un toit pour tous ». Avec ou sans papiers, avec ou sans travail, un logement décent est une nécessité. Lorsqu’une usine désaffectée sert de refuge, et que la seule réponse du préfet est de les faire descendre au rez-de-chaussée pour des raisons de sécurité où va le respect de nos valeurs universelles.
Mais, 2013 c’est aussi les 100 ans de la CGT sur le Morbihan et je remercie la FSU et Solidaires de s’associer à cet évènement. 100 ans de luttes, 100 ans de moments plus difficiles, mais aussi 100 ans de victoires. Qui parmi nous n’a pas le souvenir de sourires, de larmes de joie et d’émotion lorsque nous gagnons.
SOYONS FORTS CAMARADES, NOUS SOMMES LES PLUS NOMBREUX
Hier et comme chaque 30 avril nous avons commémoré la fusillade de 2 cheminots alréens. Le 30 avril 1942, Henri CONAN et Jean MARCA, militants de la CGT et communistes, furent fusillés par les nazis pour avoir mis leur compétence, leur savoir-faire en matière ferroviaire et leur militantisme au service de la résistance contre l’armée d’occupation.
Ce 1er Mai est pour nous l’occasion de saluer tous les militants, tous les résistants qui ont permis à notre pays de retrouver la liberté et la dignité. Parmi ceux qui ont laissé leur vie pour cette cause, de nombreux militants syndicalistes, que nous n'oublions pas.
Nous disons non à l’homophobie, non au racisme, à la xénophobie et au fascisme.
Nous disons oui au progrès social.
Comme je l’ai dit 2013, c’est l’ouverture anticipée d’une nouvelle réforme du régime général de retraite, nous espérons que tous ceux qui étaient dans la rue en 2009 et 2010 se souviennent qu’on était ensemble à Dire NON à la réforme pour un départ à la retraite à 62 ans.
La relance par l’augmentation des salaires est nécessaire, la création d’emplois intervient avec une croissance à 1 point 9. OUI à l’augmentation des salaires Oui au plein emploi.
Il y a bien sûr aussi les conditions de travail : port de charges lourdes, exécution de travaux pénibles et salissants, exposition à de fortes chaleurs ou à des températures glaciales, à des matières dangereuses, explosion des troubles musculo-squelettiques dus aux mouvements répétés… Nos dirigeants devraient venir avec nous, travailler sur les chantiers ou dans nos usines, dans les écoles ou encore les hôpitaux juste une journée, pour qu’ils comprennent de quoi nous parlons, pour qu’ils vivent l’espace d’un instant ce que nous endurons toute notre vie. Là peut-être accepteraient-ils que les salariés ayant de tels métiers usants, pénibles, puissent avoir le droit de partir dignement à la retraite. Car oui, il s’agit d’un droit à la dignité. Les classes dirigeantes nous disent toujours, lorsqu’elles veulent justifier une injuste réforme des retraites, que l’espérance de vie a augmenté, et que par conséquent, il nous faut travailler plus longtemps c’est aussi occulter le fait que l’espérance de vie en bonne santé elle, n’augmente pas.
Sans même mentionner le fait que depuis la création du système de retraites nous produisons plus de richesses et que pour financer nos retraites taxer leurs profits suffirait à financer notre système. Et sur ce point, nous savons très bien que les travailleurs et les classes dirigeantes ne jouent pas dans la même catégorie.
C’est le moment d’affirmer avec vigueur que nous, citoyens, travailleurs salariés, nous sommes ceux qui faisons vivre ce pays, c’est nous qui en sommes la richesse. Nous avons le pouvoir de changer les choses, nous avons le pouvoir d’agir sur notre avenir.

Avec la loi sur l’Amnistie syndicale le Sénat donne le moyen au gouvernement d’être avec les salariés et leurs représentants. Le sénat l’a adopté et le gouvernement dit NON.


Nous appelons les salariés, les privés d’emploi et les retraités à s’unir pour résister et se battre.
Il faut une véritable politique de croissance, prenant en compte les enjeux écologiques, qui passent par l’amélioration du pouvoir d’achat et la création d’emplois.
Pour nous demain, c’est :
Ensemble, mobiliser et se mobiliser :

  • Dénoncer la transposition de l’ANI du 11 janvier en loi pour empêcher les reculs sociaux pour les salariés;

  • mobiliser sur les priorités sociales et les préoccupations des salariés, des demandeurs d’emploi, des jeunes et des retraités, en France et en Europe ;

  • revendiquer pour la défense des droits fondamentaux et des libertés partout dans le monde ;

  • faire reculer la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie.



Ensemble, porter les revendications :

  • Rompre avec l’austérité pour la majorité alors que le profit de quelques-uns s’accroît, pour une répartition plus juste de la richesse que nous produisons.

  • pour la priorité à l’emploi, en particulier des jeunes, alors que depuis des mois les restructurations, les licenciements sont le quotidien de nombreux salariés.

  • pour la lutte contre la précarité qui provoque des situations de pauvreté intolérable,

  • pour l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat,

  • pour un véritable droit au logement pour tou-te-s.



Ensemble, construire l’unité des salariés pour faire naître l’espoir

Car partout la même politique d’austérité et la restriction des droits démocratiques est imposée aux salariés et aux populations.

Elle aggrave la crise, plonge les peuples dans la misère et provoque la récession notamment dans toute la zone euro.

Ensemble, rassembler et être plus forts !

Oui, tous ensemble pour la justice sociale et la solidarité

Nous ne lâcherons rien !



Intervention syndicale 1er Mai – SOLIDAIRES FSU CGT

similaire:

Chers Camarades, chers amis iconMonsieur le Président, mes chers Confrères, Mesdames, Messieurs, chers amis

Chers Camarades, chers amis iconChères et chers collègues

Chers Camarades, chers amis iconA mes très chers parents

Chers Camarades, chers amis iconRapport moral de M. Président, relatif à l’année Mesdames, Mesdemoiselles,...
«grand’messe» diront certains, «futilité» penseront d’autres, peu nombreux je l’espère, moment privilégié de dialogue et d’échange...

Chers Camarades, chers amis iconSynthèse Chers confrères
«avancée décisive». IL a enfin rappelé l’objectif d’un accès à des soins de qualité pour tous

Chers Camarades, chers amis iconMadame la Ministre, chère Laurence, chers ami e. s
«être féministe n’est pas un travail facile, et qu’il ne faut jamais rien lâcher !»

Chers Camarades, chers amis iconBulletin d’adhésion 2017 2018 Chers parents, Une association de parents...
«le Club des Parents My School» est une association à but non lucratif (Loi 1901). Elle est libre, indépendante et n’est rattachée...

Chers Camarades, chers amis iconPharmacologie de l’amitié
«amis», de cette industrialisation de la façon de se faire des «amis» en référence à laquelle j’ai élaboré mes questions

Chers Camarades, chers amis iconClub et Association des Amis du Boxer du Languedoc Roussillon
«Club des Amis du Boxer» et à présenter au club avec les pièces justificatives demandées

Chers Camarades, chers amis iconPolitiques publiques et reformes en matiere de formation”
«formation» de l’espace revendicatif et les camarades ayant participé à la négociation interprofessionnelle, ce dossier est composé...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com