Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain»








télécharger 36.11 Kb.
titreLe symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain»
date de publication25.12.2016
taille36.11 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos



DOSSIER DE PRESSE

12 octobre 2016

c:\users\tat\desktop\sans titre.png

Sommaire
Communiqué de presse 3
Le SYMOP restitue son Manifeste «  France, Terre de Production – 5 ans pour penser
et bâtir l’industrie de demain »

France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain 5

Enseignements et orientations
Une industrie française en retard 7
3 questions à… Jean Tournoux, Délégué Général du SYMOP 8
A propos du SYMOP 9




COMMUNIQUE DE PRESSE

12/10/2016





INVESTISSEMENT PRODUCTIF – INNOVATION – COMPETITIVITE

Le SYMOP restitue son Manifeste «  France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain »


Fruit d’une démarche collective, ce Manifeste porté par le SYMOP, le syndicat des machines et technologies de production, rassemble industriels, économistes, chercheurs et propose une réflexion sur les méthodes productives innovantes et les réussites nationales. Il formule des propositions clés en faveur de l’industrie française, à l’aune des échéances électorales. Ce manifeste vient ainsi s’inscrire dans la continuité des réflexions portées depuis 7 ans par le SYMOP sur la robotique industrielle et sur l’investissement productif.

A l’heure où la révolution numérique vient transformer notre manière de consommer, mais aussi de produire, l’investissement des PME-PMI françaises reste insuffisamment tourné vers les technologies d’avenir. Ce Manifeste vient en particulier souligner la nécessité de repenser notre rapport à la production avec la conviction forte qu’une renaissance de la production française sous un modèle différent est aujourd’hui possible.

«  Que l’industrie, sous un modèle différent, retrouve sa place dans la création de richesse nationale, telles sont les ambitions de ce Manifeste. Le rapport Gallois a mis en exergue le déficit d’équipement de notre tissu d’entreprises mais également l’obsolescence accrue de l’appareil productif existant, résultant en un retard en compétitivité hors coût de notre industrie. Par ce Manifeste, nous souhaitons replacer l’Industrie et son renouvellement productif au centre du débat national, » explique Constant BERNARD, président du SYMOP.
Un appel aux pouvoirs publics et candidats à la présidentielle

Avec ce Manifeste, le SYMOP vient proposer un contrat de mandature ; un cap partagé par les industriels et les pouvoirs publics sur les 5 prochaines années. Un véritable appel aux candidats qui vient poser les conditions du renouveau industriel français : investissement, innovation productive et formation.

« Pour investir dans les solutions de production en France, les industriels ont aujourd’hui besoin de visibilité et de clarté, ce qui passe par des prises de position claires par les pouvoirs publics. Nous proposons avec ce Manifeste des orientations réalistes. Produire en France avec des technologies pensées et fabriquées en France, Moderniser notre définition de l’innovation pour encourager les investissements productifs, repenser le logiciel de l’investissement productif, etc - en tout, le contrat de mandature formule 5 orientations pour repenser avec l’ensemble des parties-prenantes la production française sous un modèle différent et inscrire le renouveau industriel dans le temps long, » explique Constant BERNARD.

Et de conclure, « Soyons audacieux. A la fin du prochain quinquennat, un nouveau modèle de production industrielle doit émerger. »

À propos du SYMOP

Le SYMOP, Syndicat des machines et technologies de production, est l’un des principaux membres de la Fédération des Industries Mécaniques (FIM). Ses 270 entreprises regroupent 16 500 salariés et réalisent un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Il est, en 2005, l’initiateur de l’opération « Robotcaliser - Robotiser pour ne pas délocaliser » et aujourd’hui l’un des porteurs du dispositif ROBOT Start PME qui accompagne 250 PMI dans l’acquisition de leur premier robot. Il a lancé en 2012 l’action Productivez ! - Réindustrialisez grâce aux machines et technologies de production. Depuis juillet 2015, il est l’un des 11 membres fondateurs de l’Alliance Industrie du Futur à laquelle l’État a confié la mise en œuvre du plan du même nom.
www.symop.com
Contacts presse :

Agence Comfluence

Vanessa Ibarlucea - 01 40 07 98 20 – vanessa.ibarlucea@comfluence.fr

Tiffany Allenet – 01 40 07 34 25 – tiffany.allenet@comfluence.fr

SYMOP

Anne-Solène Degon – 01 47 17 67 14 – as.degon@symop.com






France, Terre de Production – 5 ans pour bâtir l’industrie de demain

Enseignements et orientations

Un constat unanime ressort des différentes contributions des experts participants à l’écriture du Manifeste : il est aujourd’hui, plus que nécessaire, de moderniser l’outil de production et renforcer la compétitivité hors coût de l’industrie française. Cela passe par de l’investissement, pour gagner en productivité et produire « plus vite et mieux », ainsi que par l’innovation pour gagner en agilité et fabriquer « en temps réel » et in fine, produire en France.

A partir de ce constat, le SYMOP propose un contrat de mandature entre industriels et pouvoirs publics pour repenser et accompagner la production française sur les 5 prochaines années. 5 orientations pour rassembler les parties-prenantes et faire émerger des propositions consensuelles pour inscrire le renouveau industriel dans le temps long.
Un contrat de mandature pour bâtir l’industrie de demain


  1. Conditionner l’investissement au carnet de commandes : un logiciel de décision qui doit être repensé

Le constat est largement partagé : le décrochage de l’industrie française est lié à un déficit général d’investissement mais également au fait que les investissements consentis sont trop faiblement orientés vers les technologies de production innovantes. Il est nécessaire aujourd’hui d’accompagner les industriels. L’investissement privé doit aller dans les entreprises et le capital productif – celui affecté à la production – doit être valorisé à sa juste valeur. Pour soutenir ce mouvement en faveur d’une nouvelle forme de production dans nos territoires, les pouvoirs publics doivent encourager l’investissement dans le capital productif. La fiscalité est un des leviers indispensables sur lequel les pouvoirs publics doivent intervenir.


  1. Préparer et accompagner la transformation technologique pour un plan « France Transformation »

Les grandes nations sont celles qui entretiennent leur capacité à créer, fabriquer, innover. Notre ambition est de préparer dans les 5 prochaines années la société française à la transition numérique. Une transformation qui appellera à l’émergence de compétences et de métiers nouveaux qu’il est indispensable d’anticiper. Au travers d’un audit national, l’Etat et l’ensemble des acteurs (dont les producteurs de technologies) doivent être capables de cartographier l’ensemble des secteurs et emplois industriels concernés par la transformation technologique et numérique. C’est sur la base de ce diagnostic qu’un effort commun (Etat, régions, entreprises, partenaires sociaux, écoles) en faveur de la formation – initiale et continue – pourra être engagé de manière efficace.

  1. Renouveler et adapter la définition de l’innovation : pour une « prime » à l’innovation productive

La définition de l’innovation est actuellement trop étroite en France et les mesures qui la favorisent trop restrictives ; ce qui exclut la plupart des PMI qui sont engagées dans des processus de modernisation des mécanismes actuels de soutien à l’innovation.

A l’échelle de beaucoup de petites entreprises, moderniser son outil de production, renouveler ses process, quand ceux-ci n’ont pas été modifiés depuis 5 ou 10 ans, représente une véritable « innovation ». Elle doit être considérée en tant que telle. Aussi, nous proposons de créer une « prime » pour l’innovation productive quoi soit une incitation similaire pour les PMI à celle du crédit impôt innovation, qui les encourage à participer aux travaux de normalisation volontaire et leur permette d’amortir sur 24 mois leurs investissements productifs.

  1. Agir sur le coût du travail : pour accompagner la montée en gamme de notre industrie

L’enjeu est majeur : créer les conditions de la « confiance ». Si, dans leur façon d’appréhender l’investissement les entreprises doivent faire leur propre révolution, c’est aux pouvoirs publics que reviennent la tâche de mettre en place l’environnement adapté. Sans marges, les entreprises ne peuvent pas investir et entreprendre la montée en gamme attendue. Alors que beaucoup se prononcent pour de nouveaux allègements de charges sociales, nous préconisons qu’ils profitent prioritairement au secteur industriel pour les salaires se situant entre 1,6 et 3,5 fois le smic.


  1. Produire en France avec des technologies pensées et développées en France

Alors que les technologies de production du futur naissent aujourd’hui, que les fabriquer, les installer et assurer leur maintenance constituera un vivier important pour l’emploi, notre pays ne peut se contenter de n’être qu’un simple installateur d’outils pensés et développés à l’étranger. Les pouvoirs publics en lien avec les industriels français et étrangers concepteurs et intégrateurs de technologies de production, doivent renforcer l’attractivité de nos territoires (aides directes et indirectes, formation des chercheurs, qualité des infrastructures) afin que soient pensées, développées et produites dans notre pays les technologies de demain.


Une industrie française en retard qui doit intensifier son effort de modernisation
Le retard de la France en matière de compétitivité « hors coût », souligné par le rapport Gallois, s’exprime sous deux angles : d’une part, le déficit d’équipement de notre tissu d’entreprises (notamment les PME-PMI) en technologies de production innovantes (numérisation, automatisation, robotisation, machines-outils, mesure en ligne, process productif), d’autre part l’obsolescence accrue de l’appareil productif existant.

La question de la robotique industrielle est l’illustration implacable du premier point. L’ensemble des experts s’accorde aujourd’hui pour reconnaître que la France est passée à côté de cette transformation industrielle initiée dans les années 90. Ainsi, si près de 35 000 robots sont actifs en France, on en compte deux fois plus en Italie et quatre fois plus en Allemagne. La France accuse un retard considérable dans l’équipement de son industrie par les robots.

Ainsi, en 2013, le nombre de robots industriels achetés en France a chuté de 27 % (2 160 nouveaux robots contre 2 950 en 2012) alors que la même année, ce nombre a progressé en Italie de 7 % (4 700 nouveaux robots), en Espagne de 37 % (2 800 nouveaux robots) et en Allemagne de 4 % (18 300 nouveaux robots)1.

La France est dépassée, y compris par l’Espagne … Plus précisément, on compte en France 32 300 robots industriels en fonctionnement en 2013, qui ont une moyenne d’âge élevée, contre 69 000 en Italie et 167 600 en Allemagne.

Même en calculant le nombre de robots par tranche de 10 000 personnes employées dans l’industrie (pour corriger les effets de taille), la France est loin du peloton de tête des pays industrialisés, avec seulement 125 robots industriels pour 10 000 salariés de l’industrie, là où l’Espagne en compte 141, Taïwan 142, les États-Unis 152, le Danemark 166, la Belgique 169, l’Italie 170, la Suède 174, l’Allemagne 282, le Japon 323 et la Corée du Sud 4372.

Alors que ces dernières années le développement de la robotique industrielle s’est effondré en France, il n’a cessé de croître dans le monde. En 2013, ce sont près de 178132 nouveaux robots industriels qui avaient été installés dans les usines du globe. En deux années, ce chiffre a connu une très forte augmentation (+ 40%). En effet, en 2015 ce sont près de 250 000 nouveaux robots industriels qui ont été installés, dont 56 000 pour la seule Chine et ... 2 900 en France.
3 questions à…

Constant BERNARD, président du SYMOP
Quelle a été la démarche derrière ce Manifeste ?

Le SYMOP a fait du redressement de l’industrie française sa priorité absolue depuis 7 années, en appuyant notamment la robotisation et l’investissement productif. Une action au service de l’intérêt général, qui a un impact concret sur l’adaptation des industriels aux problématiques de production. Il est aujourd’hui urgent que la France modernise son outil de production, et qu’elle prenne le virage numérique. Ce Manifeste vient s’inscrire dans cette démarche de sensibilisation des pouvoirs publics et des Français. Nous avons choisi de donner la parole à des industriels, économistes et chercheurs pour créer une réflexion autour de l’industrie et pour formuler des propositions clés en faveur du développement de notre tissu productif.

Ce Manifeste a également pour ambition de remettre l’industrie au cœur du débat, et de donner à la France de nouvelles ambitions industrielles en interpellant les pouvoirs publics et les candidats à la présidentielle sur ce sujet.
Qu'attendez-vous aujourd'hui des pouvoirs publics ?

De la constance !

Comme le démontrent les enseignements du Manifeste, l’investissement dans l’outil de production est essentiel pour maintenir notre industrie, mais également ses emplois. Nous attendons aujourd’hui des pouvoirs publics des positions claires en faveur de l’industrie, pour apporter aux industriels de la visibilité et de la clarté au moins sur le moyen terme.

Le dispositif fiscal du suramortissement que nous avons porté, et qui devrait être prorogé jusqu’à fin 2017 est aujourd’hui gelé. En l’état, la loi prévoit que le dispositif s’arrête en avril 2017. A ma grande surprise, et contrairement à l’engagement présidentiel du 30 juin dernier dans Les Echos, aucune disposition n’est prise par l’exécutif pour une prorogation jusqu’à fin 2017. Un signal qui ne crée pas le climat de confiance nécessaire à la création de projets d’investissement productif. Il faut à présent lui trouver une suite concrète et efficace.
Quelle est la suite de votre action ?

Nous œuvrons pour remettre l’industrie dans le cœur du débat, notamment dans le contexte actuel de campagne présidentielle. Nous devons prendre en main la transformation numérique, levier de la nécessaire montée en gamme de notre tissu productif.

Le SYMOP ira ainsi à la rencontre des présidentiables dans un premier temps, mais également des nouveaux députés pour les sensibiliser à la nécessité de soutenir l’industrie française et les inviter à être audacieux et à encourager la modernisation de l’outil de production français. Pour cela, nous leur proposerons de s’engager avec le contrat de mandature proposé dans le Manifeste. Un cap partagé avec les industriels qui allie investissement et innovation productive pour créer les conditions du renouveau industriel français.

Un engagement que nous poursuivrons car l’industrie doit redevenir une préoccupation nationale.

A propos du SYMOP

Le SYMOP, syndicat des machines et technologies de production, représente 260 entreprises qui regroupent 16 500 salariés et réalisent un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros.

Le SYMOP a fait du redressement de l’industrie française sa priorité absolue depuis 7 années, avec la robotique d’abord, sur l’investissement productif maintenant. Un travail d’information et de conviction, précurseur en 2009, nécessaire aujourd’hui et indispensable pour demain.

Une action utile au service de l’intérêt général avec un impact concret sur l’adaptation des industriels aux problématiques de production et la sensibilisation des Français. Un engagement qui sera poursuivi car l’industrie doit redevenir une préoccupation nationale.


1 International Federation of Robotics, World Robotics, annual report, 2014.

2 Projet de loi de finances pour 2016, évaluations préalables des articles du projet de loi, République Française, 2016. Sources IFR


similaire:

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconIii production Ecrite
«manifeste des 343», regroupant les signatures des 343 femmes affirmant avoir subi un avortement et appelant les autorités à prendre...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconRésumé : Liane a quatorze ans. Après des débuts prometteurs, elle...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconLa Ve
«rang de la France» dans le monde. La France se dote de la bombe atomique (1960) et affirme son indépendance à l’égard des États-Unis...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconLe programme «Vert Demain sur le Bassin de l'Or»
«Vert Demain sur le Bassin de l'Or» a pour objectif de réduire les apports de produits phytosanitaires et d’engrais

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconChambre de commerce et d’industrie marseille-provence
«L’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’industrie assure l’animation de l’ensemble du réseau des chambres de commerce...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconChambre de commerce et d’industrie marseille-provence
«L’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’industrie assure l’animation de l’ensemble du réseau des chambres de commerce...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconChapitre 1 : Les facteurs de production La combinaison des facteurs de production
«biens utilisés pour la production». on distingue de ce point de vue le capital fixe (les machines, les équipements) et le capital...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconExercice 1 : (Bac sti2d polynésie 2014)
«la boîte prélevée au hasard dans la production est non conforme». On prélève au hasard 200 boîtes dans la production. La production...

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconVotre société a moins de 8 ans, Cleantech Republic vous invite à participer à son concours
«Star» pour le lauréat et 1 an niveau «Conquête» pour les candidats distingués

Le symop restitue son Manifeste «France, Terre de Production – 5 ans pour penser et bâtir l’industrie de demain» iconCoeurs et à éclairer la terre, en vue de son retour
«sous ce pédagogue», étant «fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ». Pour Waggoner, par contre et cela est juste, les dix commandements,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com