I. Conflit programmé Conception de la loi








télécharger 218.1 Kb.
titreI. Conflit programmé Conception de la loi
page1/9
date de publication05.11.2016
taille218.1 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9



Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh1

La Suisse face à l'inégalité entre homme et femme en droit musulman


1998

www.sami-adeeb.com


saldeeb@bluewin.ch





Introduction


On estime le nombre des musulmans en Suisse à 200'000 personnes aux­quelles il faut ajouter quelque dizaines de milliers d'ex-Yougoslaves échap­pés à la guerre, inscrits ou non à la police des étrangers. Parmi ces musul­mans, il y a environ huit milles citoyens suisses dont un tiers auraient embrassé leur nouvelle religion à la suite d'un mariage mixte1.

Ces musulmans sont parfois mariés avec une coreligionnaire provenant de leurs pays d'origine. Mais il arrive souvent qu'ils cherchent une épouse non musulmane en Suisse, par manque de femmes musulmanes, par amour ou pour obtenir un permis de séjour. Or, le droit de famille des musulmans est le domaine le plus marqué par le droit religieux qui établit une inégalité entre l'homme et la femme, inégalité contraire aux normes internationales et suisses. Cette étude vise à examiner comment la Suisse gère cette situation.


I. Conflit programmé

1. Conception de la loi


Le droit a trois sources principales:

- Le consentement démocratique: c'est le cas de la Suisse. Une loi, adop­tée aujourd'hui, peut être changée demain, avec l'accord des acteurs politiques.

- La dictature: un dictateur impose une norme; cette norme ne change que si le dictateur le souhaite. Il est difficile de faire entendre raison à ce dernier car cela signifie qu'il s'est trompé. La loi du dictateur durera autant que durera le dictateur lui-même. Sous son pouvoir, on n'a plus le droit d'user de son cerveau.

- La révélation: un homme, bénéficiant d'un certain charisme, réussit à faire croire à un groupe humain, qu'il a reçu un message divin dit «révé­lation». Certes, on peut y croire ou ne pas croire. Mais si le pouvoir donne son soutien à la loi révélée, le choix disparaît et on tombe dans la dictature, parce que la loi révélée exige une démission de la raison. Contrairement aux lois démocratiques, continuellement remises en question et mises à jour, il n'est pas possible d'avoir une mise à jour de la Bible, de l'Evangile ou du Coran. C'est un texte immuable.
La coupure entre ces trois systèmes n'est pas totale. Un Etat démocratique peut aussi avoir des citoyens qui pensent que la révélation est la source du droit, et n'admettent pas que l'Etat fabrique la loi comme on fabrique le fromage. Ils n'admettent donc pas que la majorité puisse décider pour eux de questions touchant à la vie et à la mort. Ainsi en France, à titre d'exemple, la loi de la République permet l'avortement et l'usage des contraceptifs. Mais certains refusent cette loi parce qu'ils estiment qu'elle est contraire à la loi «révélée», et vont dans les hôpitaux pour empêcher les avortements. Ainsi naît un conflit entre le droit religieux et le droit étatique même dans les pays occidentaux dits «démocratiques».

2. Loi révélée chez les musulmans


Chez les juifs, la Bible et le Talmud ont permis aux rabbins l'établissement d'un système juridique complet dont personne ne devrait s'en écarter. Invo­quant la Bible (Deutéronome 13:1 et 29:28 et Lévitique 23:14), Maïmonide (1135-1204) n'hésite pas à préconiser la peine de mort par strangulation contre celui qui conteste l'application des normes bibliques en tout temps et en tout lieu1.

On retrouve cette même conception chez les musulmans pour qui le Coran, parole de Dieu, constitue la première source du droit, et la Sunnah (récits de Mahomet, messager de Dieu et interprète par excellence de sa parole et de sa volonté), la deuxième source du droit. A partir de ces deux sources, les légistes classiques ont forgé un système juridique qui couvre l'ensemble des problèmes de la vie.

Bien que la plupart des Constitutions des pays arabes affirment que l'Islam est la religion d'Etat et que le droit musulman est une source princi­pale, voire la source principale du droit, le droit musulman ne couvre aujourd'hui que le droit de la famille et le droit successoral, ainsi que le droit pénal dans quelques pays comme l'Arabie saoudite. Les autres domai­nes du droit des Etats musulmans sont régis par des lois importées princi­palement de l'Occident, à commencer par la Constitution elle-même, le système judiciaire, le droit civil, le droit commercial et le droit pénal.

Malgré cette dichotomie entre les principes et la pratique, les musul­mans estiment généralement qu'ils ont le devoir d'appliquer les normes musulmanes dans tous les domaines de leur vie. Ils se basent notamment sur les deux passages coraniques suivants:


  1. Ceux qui ne jugent pas les hommes d'après ce que Dieu a révélé sont des mécréants, ... injustes, ... pervers (Coran 5:44, 45, 47).

  2. Lorsque Dieu et son prophète ont pris une décision, il ne convient ni à un croyant, ni à une croyante de maintenir son choix sur cette affaire. Celui qui dés­obéit à Dieu et à son prophète s'égare totalement et manifestement (Coran 33:36).


Ceci est à la base de la tension entre le pouvoir et les islamistes. Muhammad Mitwalli Al-Sha'rawi, personnalité religieuse et politique égyptienne, a dit: «Si j'étais le responsable de ce pays ou la personne chargée d'appliquer la loi de Dieu, je donnerais un délai d'une année à celui qui rejette l'Islam, lui accordant le droit de dire qu'il n'est plus musulman. Alors je le dispenserais de l'application du droit musulman en le condamnant à mort en tant qu'apostat»2.

Ce qui vient d'être dit diffère de la conception du droit dans les pays occidentaux «chrétiens». De ce fait, au lieu de parler, sur le plan juridique, de culture judéo-chrétienne, il faut plutôt parler de culture judéo-musul­mane.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

I. Conflit programmé Conception de la loi iconComparaison entre la conception islamique et la conception occidentale...

I. Conflit programmé Conception de la loi iconI. Conflit entre la loi positive et le droit musulman

I. Conflit programmé Conception de la loi iconI. Raisons des défis: conception différente de la loi

I. Conflit programmé Conception de la loi iconConception d'un Programme Prévisionnel des Dangers liés aux Installations...

I. Conflit programmé Conception de la loi iconL’impact de la conception musulmane et occidentale de la loi sur...

I. Conflit programmé Conception de la loi iconSystème de règle de conflit de loi
«or» est interdite (index de variation en fonction de l’or) en droit du ci on admet la validité de la clause «or» pourtant prohibée...

I. Conflit programmé Conception de la loi iconNote préliminaire : parcours, méthodologie et conception de la recherche...
...

I. Conflit programmé Conception de la loi iconLes modifications du projet de loi par rapport à l’accord du 11 janvier 2013
«les règles en matière de conflit d’intérêt (partenaires sociaux exerçant un mandat ou ayant un lien avec l’organisme assureur candidat)»....

I. Conflit programmé Conception de la loi iconPartie Raisons du conflit

I. Conflit programmé Conception de la loi iconB. Le conflit épistémologique des sciences humaines








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com