Introduction generale








télécharger 62.96 Kb.
titreIntroduction generale
date de publication20.12.2016
taille62.96 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos

| Page


INTRODUCTION GENERALE

Chaque niveau d’étude a ses exigences, c’est dans le cadre de projet de recherche, notons que nous réalisons ce travail qui l’alcoolisme reste une réalité qui à fait et continue à être une matière à réflexion dans le monde scientifique. Parmi la littérature en la matière, nous citons :


  • PAUL GAUTIER, qui approchant les sociétés des être vivant déclare qu’elles connaissent des maladies. Parmi ces maladies dans son ouvrage les maladies sociales1 il parle de l’alcoolisme disant que l’alcool, en effet un poison, qu’il soit comme la soutenu Duclaux un aliment, c’est à dire qu’il puisse fournir de la chaleur à l’organisme, ce ci ne contre dit pas cela autre qu’il est même a ce point de vue un mouvais aliment en ce sens que pour un semblable en effet thermique il revient trois fois plus cher que le lait… il continue à dire que l’alcoolisme, en effet conduit à toutes les déchéances, aussi bien intellectuelles et morales que physiques.

  • HUGUES CRONELLE dans son ouvrage l’hygiène2 soulève les effets néfastes de l’alcoolisme dans l’organisme et ses méfais sur l’individu et sur l’entourage que nous appelons sociaux.

  • IDZUMBUIR ASSOP. J dans ses enseignements de criminologie, dispensés en deuxième graduat droit3 note que l’alcoolisme reste non seulement un facteur de la criminalité, mais aussi de la récidive des délinquants.


Cette littérature sur l’alcoolisme reste satisfaisante mais en ce qui nous concerne, nous analysons comme un comportement pathologie médicale à Kinshasa.
De nos jours la déviance reste manifeste partout ailleurs et particulièrement en R.D.C. et singulièrement Kinshasa. Elle est favorisée par plusieurs facteurs et causes entre autre, l’alcoolisme.


Ainsi, nous nous posons les questions suivantes :

  • l’alcoolisme à Kinshasa reste-t-il pathologique ?

  • En quoi est-*il alors pathologique et quels en sont les facteurs et les causes ?

  • S’il en est ainsi, que faut pour nous en débarrasser ?


De par ces interrogations ? Nous supposons que :

  • L’alcoolisme peut être un comportement pathologique à Kinshasa suite à beaucoup d’actes déviants qu’il favorise ; et plus particulièrement dans la commune de KALAMU.

  • Il est à la base de beaucoup d’accidents de circulation, des troubles familiaux, des dépenses incontrôlées etc., les causes en sont : le goût plaisir, l’hérédité, l’habitude, la pauvreté et la tolérance des débits de boissons, la présence des industries des boissons et les publicités en matière restent les facteurs ;


Pour y remédier, il faudra des campagnes de sensibilisation anti-alcool et recourir à la loi.
Dans l’analyse de notre objet d’étude, puisque nous devons ressortir l’impact de l’alcool à Kinshasa et surtout à Kalamu, nous avions recouru à la méthode fonctionnaliste car ‘’l’analyse fonctionnelle a pour but, l’exploitation des faits sociaux, à tous les niveaux de développement, par leur fonction, par le rôle qu’ils jouent dans le système total de la culture, par la matière dont ils sont relier les uns aux autres à l’intérieur de ce système…’’4 et les techniques d’interview, documentaire et nos vécus quotidiens, nous ont servi pour collecter les donner.
Tout en soulevant que le choix porté à ce sujet reste motivé par nos vécus quotidiens ; nous notons sur le plan pratique que notre étude doit attirer l’attention de la population sur les abus de l’alcool et les antivaleurs qui en découlent afin que le pouvoir public tire des conséquences. Aussi scientifiquement parlant, notre étude est une exploration par la méthode sociologique un domaine marqué. A travers notre analyse, la sociologie ressort la force réelle de l’alcoolisme qui serte pathologique, ainsi, nous ouvrons de ce fait, un champ de réflexion pour les chercheurs.

Notre analyse spatialement a été sur la population de la ville de Kinshasa et plus particulièrement dans la commune de Kalamu. Sur le plan temporel, elle va de 7997 à nos jours. Cependant le temps imparti, le problème des finances, de transport ont été les difficultés connues lors de notre démarche.
Outre l’introduction et la conclusion suggestive, notre analyse évolue dans deux chapitres dont le premier consiste à la définition des concepts et la présentation du milieu d’étude, et second qui se propose à dénoncer les causes et les facteurs de l’alcoolisme à Kinshasa, précisément dans la commune » de Kalamu et démontre en quoi il est un comportement pathologique.

CHAPITRE 1. DES GENERALITES
A travers ce chapitre, nous allons définir le concept de l’alcoolisme et de comportement pathologique, ainsi qu’une brève présentation de la ville de Kinshasa, notre milieu d’étude ; particulièrement, la commune de Kalamu.
SECTION 1. DEFINITION DES CONCEPTS


      1. De l’alcoolisme


Le concept d’alcoolisme dérive de l’alcool qui signifie en ce qui nous concerne de boisson contenant de l’alcoolisme reste ‘’essentiellement un trouble du comportement, se manifestant par l’absorption de quantité nocives de boisson alcoolisées’’5. De son coté, M. Georges A. Heuse de notre que ’’l’alcoolisme est une tare physiologique pour la compréhension et la répression de laquelle la plus part des sciences humaines sont requises’’6. De notre part, nous notons avec le Professeur KABA que l’alcoolisme reste ‘’ un abus des boissons alcooliques et l’ensemble des troubles que ces abus entrainent’’7. Nous notons le fait tant les troubles au niveau individuel que social.


      1. Le comportement pathologique


Quand on parle de pathologique, l’on sous entend pathologie et de pathologie, pathos du grec, qui signifie ‘’peine, malade, difficulté, problème, souffrance…’’8. Mieux encore la déviance. Ainsi, un comportement pathologique est celui qui quelqu‘un dans un état de déviance.


      1. La déviance


La mauvaise utilisation de la liberté que Dieu a donnée à l’homme.

  • .Déviante primaire : c’est déviant qui porte atteinte à une norme de façon occasionnelle avec une implication marginale sur son statut.

  • Déviante secondaire : c’est une classe spéciale de déviants. Si l’acte posé par un déviant primaire devient répétitif ou cela devient une habitude.


SECTION 2. DE LA VILLE DE KINSHASA 
Cadre de notre étude,  Autrefois appelé ‘’ Kinshasa ‘’9 la ville de Kinshasa était alors un village où s’alignait une suite des huttes à l’endroit actuel du port, puis Léopoldville, elle est devenue ‘’capitale du Congo Belge en 1929’’10 et n’a été divisée en commune que plus tard.
Léopoldville recevra l’appellation de ‘’Kinshasa le 01 juillet 1966 ‘’11. Elle est la véritable porte de l’Afrique centrale avec plus de cinq millions d’habitants.
La ville de Kinshasa a toutes les attributions des personnes administratives territoriales décentralisées. Elle a une personnalité financière, fiscale, juridique et a un patrimoine. Elle est administrée par un gouverneur urbain, nommé par le président de la république ; et sous la tutelle du gouvernement de la république.
Définissant la fonction urbaine comme le rôle que joue la ville dans une société’12, nous notons que la ville de Kinshasa remplit plusieurs fonctions : elle est la capitale de la République Démocratique du Congo (R.D.C.), siège des intuitions publiques et privées, des firmes internationales et des confessions religieuses.
On y trouve des nombreuses activités commerciales, industrielles, culturelles, et même agricoles. C’est pourquoi Marc Pain a dit : « l’on pourrait même dire que tout est focalisé sur Kinshasa. Capitale magnifiée, elle est le siège d’une concentration étonnante du pouvoir et des hommes, des affaires et des créations prestigieuses »13 tout, le problème de chômage, de la pauvreté, de faim, des enfants de rue, de transport, de violence… restent les réalités sociales à Kinshasa sans oublier la présence des activités informelles.

SECTION 3. DE LA COMMUNE DE KALAMU
Etant donné que notre étude s’est effectuée à KINSHASA et particulièrement dans la commune de Kalamu, nous en donnons une brève description.



  1. Situation géographique


La commune de Kalamu est une des 24 communes que comptent la ville de Kinshasa, la capitale de la R.D.C.elle est une entité politico-administrative décentralisée et doté d’une personnalité juridique.14
Elle est limitée au Nord par la commune de Kinshasa ; au Sud par la commune de Makala ; à l’Ouest par celle de Kasa-Vubu et à l’Est par la commune de Limete.
Elle renferme une étendue de 6.100 Km2, avec une population de plus au moins 15.378 habitants, soit une superficie de 233 Km2


  1. Situation socio-politico-administrative


La commune de Kalamu dépend de l’Hôpital de la ville de Kinshasa, qui a son tour dépend du Ministère de l’intérieur.
Cette commune est organisée des différents services qui s’occupent des différents aspects de la vie. Elle regorge des dispensaires, polycliniques, des pharmacies sans oublier les établissements de formations. On y trouve aussi des multiples activités commerciales, artisanales, sportives et des bars, hôtel et des coins de vente trop ambiants.
Cette commune compte 18 quartiers dont Matonge I, II et III, Kimbangu I, II et III, Yolo sud I, II, III, et IV ; Yolo-Nord I, II et III, avec le quartier Mpinzi, Kauka (1, 2, 3) et celui de Immo-Congo (ex 20 Mai).
La commune de Kalamu tend à devenir de plus en plus une entité é à caractère commercial. Elle comporte plusieurs centre commerciaux ou marchés locaux et maisons importantes de commerce. Ce qui considère à la commune un caractère particulier.

CHAPITRE 2. L’ALCOOLISME ET LA DEVIANCE A KALAMU
A travers ce chapitre, nous allons démontre en quoi Kalamu, l’une des communes de la ville de Kinshasa, connait la déviance suite à l’alcoolisme. Ainsi, nous allons ressortir des facteurs et l’usage immodérés des boissons alcooliques et dans la suite, ressortir les actes déviants qui en découlent
SECTION 1. LES FACTEURS ET LES CAUSES DE L’ALCOOLISME A KALAMU
Nous entendons par les facteurs et causes de l’alcoolisme, tout élément objectif qui intervient à la matière. Les plus déterminants étant les causes. Ainsi, Larousse Médical retient comme causes et facteurs de l’alcoolisme,’’ la fabrication industrielle des alcools, les préjugés selon lesquels l’alcool donne la force ; la misère en ceci qu’on doit boire pour oublier le malheur ou la souffrance, sans oublier la profession exercée’’15.
De son côté, PAUL GAULTIER qu’on observe la chose surtout dans les pays froids, la recherche du plaisir est considéré comme un moyen de se soustraire aux sensations pénibles’’16.
L’alcoolisme à Kalamu selon nos enquêtes peut être aussi expliqué par ces même causes et facteurs. Une commune de la ville de Kinshasa, où l’on note la présence des brasseries (Bracongo et Bralima), avec la publicité de leurs produits, attirent la population de cette ville à la consommation de cette boisson alcoolique. En ce qui concerne le plaisir, ‘’Matonge’’ reste parmi les centres les plus connus et ambiants de la capitale où les gens passent leurs temps du loisir avec toutes les conséquences possibles autour de la boisson. L’observation nous laisse noter que les manifestations comme : mariage, naissance, baptême et autres n’ont jamais été organisées à Kalamu sans recourir aux boissons alcooliques.
Certains de nos enquêtes nous ont confirmés qu’ils se donnent aux boissons alcooliques suite à des problèmes sociaux. Ils y trouvent solution pour oublier la souffrance. A Kalamu, comme pour toute la ville de Kinshasa, la saison sèche (Elanga) reste aussi retenue parmi les facteurs de l’alcoolisme à cause du froid.


SECTION 2. LES ACTES DEVIANTS ET L’ALCOOLISME A KALAMU
Rappelons que l’acte déviant n’est autre que celui qui s’écarte de la norme sociale. Il est déclaré : infraction par les juristes, crime par les criminologues, péché par les hommes de la bible… sans nous lancer dans le débat des concepts, nous, en pathologie sociale, nous retenons l’acte déviant. Ainsi, la déviance consiste à ‘’passer outre l’ordre établi, offense contre la norme’’17. Bref, c’est la remise en question de l’ordre existant.
PAUL Gautier note que l’alcoolisme conduit ‘’à toutes les déchéances, aussi bien intellectuelles et morales que physique…’18’ avec les conséquences sur le plan social.
Les actes suivants sont perpétrés parmi tant d’autres à Kalamu suite à l’alcoolisme :

  • L’absentéisme au travail et des cas de violaces sexuelles et imprévues ;

  • Les cas d’abandon des familles et dépenses incontrôlées ; a Matonge, les jeunes filles amènent souvent leurs amants dans les bars et en état d’ivresse, ces derniers font des dépenses énormes et souvent même se voient violés et abandonnés par ces femmes.

  • Selon les agences et agents de contrôle social qui ont fait l’objet de nos visites, ils nous ont rassuré que des cas d’injures publiques, des couts et blessures, d’attentats aux mœurs, des délits sexuels et d’imprudences portés à leur connaissance trouvent aussi comme cause l’état d’ivresse d’alcool. A cette liste s’ajoutent aussi, des cas d’accident de circulation.

  • A Kalamu, précisément à Matonge, les cas de tapages nocturnes sont enregistrés car sous les effets de l’ivresse, la musique est jouée sans mesure de volume.

  • Nous avons aussi constatés les femmes qui restent dans les bars pour se prostituera n’importe qui et n’importe comment, la boisson alcoolique leur servent de stimulant…


Voilà les actes déviants retenus à Kalamu suite à l’alcoolisme qui n’en reste qu’un facteur parmi tant d’autres. C’est pour cela que Madame Professeur IDZUMBUIR ASSOP note dans ses études sur l’alcoolisme et criminalité qu’il est presque unanimes admis que l’alcoolisme est un facteur de la criminalité voir aussi de la récidive des délinquants19.

CONCLUSION ET SUGGESTION
De part notre étude sur l’alcoolisme comme comportement pathologique, qui a été analysé par la méthode fonctionnaliste avec la technique documentaire, d’interview< et de l’observation.

Nous sommes arrivés à noter qu’à Kinshasa ; et particulièrement dans la commune de Kalamu, l’alcoolisme non seulement est un fait pathogène car prédispose les Kinois à la déviance, mais aussi reste pathologique. Il est favorisé par la présence des industries des boissons et tant d’autres endogènes et exogène.
L’alcoolisme est à la base des actes déviants tels que : l’absentéisme au travail, des violations, des troubles familiaux, des dépenses incontrôlées, des délits sexuels…
On note aussi les cas d’accidents de circulation et des cas de prostitution. Ainsi l’alcoolisme reste un mal avec les conséquences fatales non seulement pour l’alcoolisme de Kalamu, mais aussi pour sa famille et la société Kinoise, sans oublier la nation congolaise toute entière.
Comme tous les phénomènes sociaux, de nombreuses causes, nombreux par suite sont des remèdes à lui appliquer. Nous y proposons des remèdes légaux, matériels et moraux. C’est pour cela que l’autorité publique doit intervenir pour réglementer la production, la vente et surtout les publicités sur les boissons alcooliques. Elle peut intervenir par les impôts et taxes pour décourager les operateurs de ce secteur. Elle doit arrêter l’anarchie de multiplication des débits des boissons et des bars, et sanctionner sévèrement les cas de récidives dus à l’alcoolisme.
Aux moralistes et toutes personnalités averties, d’intervenir par des séminaires et propagandes antialcooliques afin de dissuader la population en la matière. Ceci reste notre modeste contribution, et nous ouvrons en conséquence une matière à réflexion pour le monde scientifique.

BIBLIOGRAPHIE

  1. BAECK, L.., Léopoldville, Phénomène urbain africain in Zaïre, vol. X, n°6 Bruxelles, 1952




  1. DUCHENE, ‘’L’alcoolisme est essentiellement un trouble du comportement…’’in Actes et travaux de la 1ére Conférence interafricaine Anti alcoolisme, Abidjan, 23-30 juillet 1956.




  1. GOUNELLE Hugues, Hygiène, éd. Foucher, Paris, 1969.




  1. IDZUMBUIR ASSOP. J., Criminologie, G2 Droit/B, (inédit), UNIKIN, 1994-1995.




  1. KABILA KATUYUDINKUNA, Aperçu sur la croissance de la ville de Kinshasa, Mémoire (inédit), UNAZA, juillet, 1976.




  1. PAIN MARC, Kinshasa ville et la cité, Ed. OROSTON, Paris, 1984.




  1. KUYUNSA B.G., Pathologie sociale L1 Sociologie (cours inédit), SSAP, UNIKIN ? 1990-2000.




  1. KUYUNSA B.G., & SHOMBA K.S., Initiation aux méthodes de recherche en sciences sociales, P.U.Z, 1995.




  1. GAULTIER PAUL, les malades sociales, Hachette et Cie, Paris, 1913.




  1. SHOMBA, K.S. & KUYUNSA B.G., Dynamique sociale et sous-développemental République démocratique du Congo, PUC, Kinshasa, 2000.


TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION GENERALE :……………………………………………………………………………1

CHAPITRE 1 : DES GENERALITES……………………………………………………………………….4
SECTION 1 : DEFITIONS DES CONCEPTS…………………………………………………………...4

SECTION 2 : DE LA VILLE DE KINSHASA…………………………………………………………..5

SECTION 3 : DE LA COMMUNE DE KALAMU……………………………………………………...6

CHAPITRE 2 : L’ALCOOLISME ET LA DEVIANCE A KALAMU……………………………………...7
SECTION 1 : LES FACTEURS ET LES CAUSES DE L’ALCOOLISME A KALAMU……………...7

SECTION 2 : LES ACTES DEVIANTS ET ALCOOLISME A KALAMU………………………........8

CONCLUSION ET SUGGESTIONS………………………………………………………………………...9
BIBLIOGRAPHIE…………………………………………………………………………………………..10
TABLE DES MATIERES…………………………………………………………………………………..11



1 GAUTIER Paul, les malades sociales, Hachette et Cie, Paris, 1913, p

2 GOUNELLE HUGUES, Hygiène, éd. Foucher, Paris, 1969.

3 IDZUMBUIR ASSOP. J., Criminologie, G2 Droit/B (inédit), UNIKIN, 1994-1995.

4 MERCIER P., cité par Kuyunsa B.G & Shomba, K.S., initiation aux méthodes de recherche en Sciences sociales, PUZ, p. 107.

5 DUCHENE, ‘’l’alcoolisme est essentiellement un trouble du comportement..’’ In actes et travaux de la 1ére conférence inter africaine Anti alcoolisme, Abidjan, 23-30 juillet, 1956, p.27.

6 M. Georges A. H. , l’alcoolisme est urne tare socio physique pour la compréhension et la répression de laquelle la plus part des sciences sont réacquises in op. Cit. p. 17.

7 KABA, Cours de pharmacologie spéciale, 1ére doctorat Médecine, UNIKIN ? 1994-1995.

8 KUYUNSA B.G., pathologie sociale, L1 sociologie, FSSAP, UNIKIN, 1999-2000

9 BAECK , L., Léopoldville, phénomène urbain Africain in Zaïre, vol. X, n°6 Bruxelles, 1952, p. 622.

10 BAECK, L, Op. cit., p.8.

11 Idem, p.9.

12 KABILA KATUYUDINKUNA, Aperçu sur la croissance de la ville de Kinshasa, Mémoire (inédit), UNAZA,  juillet, 1976, p.19.

13 PAIN Marc, Kinshasa ville et la Cité, Ed. ORSTON, paris, 1994, p 83.

14 Ordonnance- loi n°082/006 et 082/008 du 25 février 1982 portant organisation politique et administrative de la république du Zaïre.

15 Larousse médical illustre, librairie Larousse, paris, p. 114.

16 Ittre cité par Paul Gautier, op, cit., p.85.

17 SHOMBA, K.S & KUYUNSA B.G., dynamique sociale et sous développement en R.D.C. PUC. Kinshasa,. 2000, pp.15-16.

18 PAUL GAUTRIER, OP cit , p 69.

19 IDZUMBUIR, ASSOP, op cit (in edit).

similaire:

Introduction generale iconIntroduction générale Au Droit
«introduction générale au droit», auteur : François T; Jean Luc Aubert, collection U«Intro droit et thèmes fondamentaux du droit...

Introduction generale iconCours du semestre. Introduction générale
«On» c’est la direction générale aidée des cabinets de consultant. Pour une pme l’étudiant stagiaire a une fonction de consultant...

Introduction generale iconII. introduction generale

Introduction generale iconBibliographie introduction générale

Introduction generale iconIntroduction générale au droit

Introduction generale iconCours 1 : Introduction générale

Introduction generale iconAppartenance et ethnicite introduction générale

Introduction generale iconIntroduction générale premiere partie : la terminologie et la terminotique

Introduction generale iconIntroduction generale sur le droit des entreprises

Introduction generale iconCours Introduction générale
«équité», statuer, s'interroger sur les lois sauf quand la loi le lui permet expressément








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com