La gestion des biens des personnes vulnerables








télécharger 202.95 Kb.
titreLa gestion des biens des personnes vulnerables
page1/4
date de publication19.12.2016
taille202.95 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4
DROIT PATRIMONIAL DE LA FAMILLE 

LA GESTION DES BIENS DES PERSONNES VULNERABLES

INTRODUCTION : LA NOTION DE PERSONNE VULNERABLE

  • Comment le droit prend en compte un fait social qu’est la vulnérabilité ? Comment légiférer

  • Droit = produits de rapports sociaux, évolue au fil des époques, imparfait car humain, pose libertés et interdictions, jamais neutre

I – LES CATEGORIES DE PERSONNES VISEES

A – LA PERSONNE HANDICAPPEE

  • Vocabulaire : Personne « en situation de handicap »

depuis 2005, l’incapable majeur  le majeur protégé

  • Définition du handicap :

  • Notion a-juridique pdt longtemps, déf° difficile

  • XVIII° siècle en GB. : « hand & cap », la main dans le chapeau  XIX° s.: poids de course des chevaux = mettre un handicap (infligé au meilleur pour être mis à égalité)  Fin XIX° s. : déficiente

  • Handicap = déficience, invalidité, inaptitude,

Reçu de manière négative au départ (charité, assistance), envisagé par la reconnaissance de droits fondamentaux (égalité, autonomie, insertion, citoyenneté), après courant de lutte contre la maltraitance, notion de « bientraitance » aujourd’hui

  • Justice = balance entre droits collectifs et droits individuels. Faut-il des droits dérogatoires parmi les droits collectifs ?

  •  OUI pour égalité % autres membres

  •   NON CAR crainte de stigmatisation, provoque des discriminations

Grande Loi sur le Handicap 1975, Loi Carbonnier

Loi 11 fév. 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

art. L 144 CASF : toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques d’une polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant

  • « Citoyen à part entière » et non « citoyen à part »




B – AGE DE LA PERSONNE : art. 488 C. Civ.

  • Le jeune âge

  • Minorité = critère de vulnérabilité, le mineur est juridiquement incapable et ne dispose pas de sa capacité d’exercice mais uniquement de sa capacité de jouissance

  • Capacité juridique expressément reconnue au mineur par le droit :

    • IVG sans l’accord d’un parent MAIS uniquement accompagné par un majeur

    • Acte médical (L 4 mars 2002) MAIS titulaires de l’AP non prévenus en cas de refus de soins

  • Le Grand âge

  • « la personne âgée dépendante », qu’est ce qu’une personne âgée en droit ? = Personne (# biens) phys (#mor) qui a la personnalité juridique

  • Âge déterminant MAIS fait biologique (idem naissance, mort) indépendant de la volonté de la personne ; point d’entrée dans une situation juridique (23 ans Pdt, 35 ans Sénateur)

  • Foisonnement des textes sur la problématique des âges : maintien à domicile, fin de vie, Charte des Droits Fondamentaux de l’union Européenne, déc. 2000 avec une rubrique « droits des personnes âgées », suspension d’une peine pénale pour raison médicale (Affaire Papon)

C- LA PERSONNE MALADE

  • Définie à contrario, pers. qui n’est pas en bonne santé

  • Santé (OMS) = état de complet bien être physique, mental et social ne consistant pas en une absence de maladie ou d’infirmité  Doctrine (encore ne faut-il pas mourir de faim !)  Déf° revue par OMS

II – PRISE EN COMPTE DE LA VULNERABILITE PAR LE DROIT

DEFINITION

  • Non juridiquement définie, vulnérabilité = personne susceptible d’être attaquée ou blessée dans son intégrité physique ou morale. Se déclinent des critères : âge, santé, dépendance, handicap…

  • Vulnérabilité = notion ignorée du droit civil qui distingue capables et incapables, exception faite au trouble mental

ET DROIT PENAL

  • Circonstance aggravante : peine aggravée du fait de la vulnérabilité de la victime (atteinte à la personne physique, aux biens (vol, escroquerie MAIS non circ. Aggravante de l’ABC  !)

  • Elément constitutif

  • Délaissement : art. 223-3 CP canicule, laisse une personne seule sciemment, 5 ans + 75 000 €

  • Abandon de famille : non paiement d’obligations alimentaires pendant au moins deux mois

  • Violences habituelles : au-delà de la circ aggravante, Jp très sévère (2 fois suffisent)

  • Abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de faiblesse : c/ biens, puis c/ personnes Loi 12 juin 01 mouvements sectaires, preuve exigée, aggravation pour gourous

  • Art. L 122-8 C. Conso : démarchage à domicile, téléphone, time share

Promotion de la « bientraitance », INSTR MIN. 22 mars 2007 – Plan de développement de la bientraitance été 2007

PARTIE 1 : LES MAJEURS PROTEGES


  • Evolution du droit des incapacités concomitamment à l’appréhension de la maladie

  • Au départ : Eloignement pour ne pas nuire à la société PAR mise en place de régimes rigides et lourds avec une seule protection du patrimoine

    • Interdiction judiciaire = personnes dans un état habituel d’imbécillité, de démence ou de fureur : mise en place d’un régime de représentation du majeur alors mis à l’écart (asiles)

    • Dation de conseils judiciaires : régime d’assistance pour les faibles d’esprit et prodigues

  • Loi 3 janv. 1968, Loi Carbonnier

    • Principe d’indépendance entre le traitement médical et le régime juridique de protection

    • Protection des intérêts patrimoniaux traitée

    • Protection de la personne délaissée

  • Loi 5 mars 2007

    • Entrée en vigueur au 1er janv. 2009 exception faite du mandat de protection future




    • 4 Acteurs … 3 Procédures

    • 4 acteurs : médecin, autorité judiciaire (JDT), famille (priorité donnée par la loi de 2007), majeur protégé (consentement)

    • 3 procédures : sauvegarde de justice, curatelle, tutelle



TITRE 1er : LES CONDITIONS DES REGIMES DE PROTECTION


    • Principe = capacité, Exception = incapacité alors interprétée strictement CAR le droit interprète strictement les exceptions

    • Objectif : protection et non la défiance


CHAPITRE 1 : LES CONDITIONS DE FOND section  : principes communs a tout regime

I – MAJORITE

  • Art. 488 C. Civ. Fixe la majorité à 18 ans, âge à

partir duquel on est capable d’accomplir tous les actes de la vie civile ouvrant le Titre XI, De la majorité et des majeurs protégés par la loi

  • Placement sous un régime de protection SI AFM personnelles et ne peut pourvoir seul à ses intérêts

  • Applicable au mineur émancipé par extension

  • Mineur sous un régime de protection : demande formée dans l’année précédant sa majorité . Lutte c/ interruptions de protection, « minorité prolongée » dans d’autres pays (Belgique)

II – NECESSITE

    • Altération des facultés personnelles

  • Altération des facultés mentales : résulte de

maladie, infirmité, affaiblissement dû à l’âge (1ère cause d’ouverture d’un régime 75F/60H), toute forme d’atteinte

  • Altération des facultés corporelles : SI expression

de la volonté empêchée, preuve que la personne est hors d’état de manifester sa volonté, conjuguée avec AFM 

    • Prodigalité, Intempérance ou oisiveté

  • Prodigalité (dépenses), intempérance (jouir à hauts

risques de certaines substances, drogues), oisiveté (ne veut rien faire) … SI cela expose la personne à tomber dans le besoin ou compromet l’exécution de ses obl° fam.

  • Pas de certificat médical exigé

  • Curatelle uniquement, pas de tutelle

    • Besoin de protection :

  • Cumul des situations avec le besoin de la personne, impossibilité de pourvoir seul à ses intérêts (art. 488 C. civ.)

  • ORD. JDT motivée SINON nullité 

III – INDEPENDANCE

    • Indépendance entre traitement médical / mesure de protection depuis Loi 3 janv. 1972

  • Chacun a son propre rôle : médecin soigne le patient, juge décide de la meilleure protection des intérêts civils

    • Collaboration étroite nécessaire néanmoins : AFM ou corporelles établie par un médecin

  • Médecin spécialiste : psychiatre établit un certificat médical pour Tutelle et Curatelle MAIS juge totalement libre

Médecin traitant : rôle important CAR Avis requis dans chaque de protection ex. : variation du régime, mariage…

IV – SUBSIDIARITE

    • Déploiement d’un régime de protection SSI règles du régime matrimonial insuffisantes :art. 498 C. Civ.

  • Communauté de vie

  • Pas d’empêchement : l’autre époux sous tutelle, époux méconnaissant la vie des affaires

  •   Autorisation du juge pour chaque acte, protection coûteuse, lourde et parfois inefficace car la personne conserve sa pleine capacité

    • Déploiement du régime de protection SSI

inefficience d’autres techniques de gestion des biens :

  • Mandat art. 1984 s.

  • Gestion d’affaires : gérant = tuteur de fait = tuteur


conditions propres aux divers régimes : Proportionnalité à AFM/C, situation familiale et patrimoniale

III – REPRESENTATION

  • Technique juridique qui permet

de désigner un tiers chargé d’agir au nom et pour le compte de la personne au lieu de place de celle-ci

 = perte de sa capacité d’exercice totalement/partiellement MAIS conservation de sa pleine capacité de jouissance (esclavage,mort civile)

  • Tutelle : art. 492 C. Civ.

Besoin d’être représenté de manière continue : AFM/C grave + continue (MAIS Jp libérale)


II – ASSISTANCE

  • Technique juridique connue,

fait d’exiger la présence et le consentement d’une tierce personne chargée de conseiller le majeur protégé

=  conserve sa pleine capacité d’exercice MAIS imparfaitement CAR validité de l’acte soumise à l’expression de la volonté du protégé + celle de l’assistant.

  • Curatelle : art. 508 C. Civ.

      • la personne peut agir elle-même,

elle n’est pas hors d’état d’agir MAIS un conseil la guide

      • intempérance,oisiveté,prodigalité:abrogée par Loi 5 mars 2007




I – SURVEILLANCE

  • Non concept juridique, fait de

laisser la personne capable d’accomplir tous les actes de la vie civile mais placée sous le contrôle bienveillant de l’autorité judiciaire

=  conserve sa pleine capacité d’exercice MAIS intervention du juge pour la protection de ses intérets 

  • Sauv. de Justice art. 491

  • action en rescision pour lésion

  • action en réduction pour excès

    • Solution temporaire, dans l’attente de l’ouverture T/C. Lenteur critiquée dans le monde médico-social


Flebilité entre les modes de protection : en vertu du principe de nécessité MAIS réexamen prévue uniquement par Loi de 2007.

CHAPITRE 2 : LES CONDITIONS DE FORME

 procédures de placement

I – PLACEMENT INITIAL

    • Déclaration médicale enregistrée au Parquet :

  • Aucun jugement nécessaire

  • Obligatoire SI  hospitalisée dans un ETM MAIS Facultatif pour autres situations

  • Avis du psychiatre obligatoire à la demande du Procureur de la République

  • Proc .R : Enregistrement (inscription sur un registre spécial) / refus d’enregistrement / demande de nouvel examen médical

    • Placement par le JDT

  • Saisi d’office ou par requérants (art. 491 C. Civ.)

  • Prononce l’ouverture d’une mesure de Sauvegarde : aucun recours possible

  • Décision transmisse au Proc .R pour Avis


A –
SAUVEGARDE DE JUSTICE
Art. 491-1 C.Civ.

    • Décision du JDT ou par le TGI sur recours de sa décision uniquement

      • Requérants à l’ouverture d’une tutelle :art. 493 C. Civ.

    • Personnes pouvant forment directement une demande d’ouverture : , conjoint, ascendant, descendant, frères et sœurs, curateur, Ministère Public, JDT d’office + concubin et pacsé (Loi 5 mars 2007)

 JDT doit rentre une décision judiciaire susceptible de recours.

    • Personnes pouvant donner avis de la cause justificatrice d’ouverture : autres parents, alliés, amis, médecin traitant, directeur d’ETM

 JDT a un pouvoir d’appréciation (ouverture/non), décisions ou pouvoir insusceptible de recours car relève de ASJF.

  • JDT du lieu du domicile de 

  • Procédure simple et posant des garanties sérieuses pour la personnes (atteinte à son état)

    • Requête présentée au JDT contenant des mentions obligatoires + Certificat médical obligatoire d’un médecin spécialiste choisir une liste établie par le Proc. R SAUF empêchement de la personne refusant l’examen

    • Instruction : audition de la personne (SAUF préjudice)+ présence du médecin traitant + sur convocation / au domicile / constat de carence + Avis du médecin traitant OBL. + toutes mesures diligentées (enquêtes sociales, auditions de proches, alliés…) + Prononcé d’une SJ dans l’attente du jugement de T/C

    • Droits et défense de la personne : Conseil à la personne, protection de sa vie privée (audience en Chambre du Conseil, à huis clos)

    • Jugement : notification à la personne + requérant + tuteur + Proc. R

    • Recours : appel dans un délai de 15 jours

      • Jugement de refus d’ouverture = |requérant initial| peut seul former appel

      • Jugement d’ouverture = toutes les personnes de l’art. 493 al. 1er


B – TUTELLE

    • Idem Tutelle art. 509 C. Civ.

C- CURATELLE

II – MODIFICATION ULTERIEURE ET CESSATION

    • Principe de nécessité : adaptation aux besoins de la personne DONC modification du régime SI nouvelle situation

    • Date de réexamen : peut être fixée par le juge

A – MODIFICATION

B – CESSATION

    • Accentuation :

  • Procédure de droit commun (idem I)B))

  • Prise d’effet à la cessation de l’ancien : 0 discontinuité

    • Assouplissement

  • Procédure de droit commun SAUF réexamen

  • Parallélisme des formes

    • Sauvegarde de Justice : art. 491-6 C. Civ.

  • ouverture d’une tutelle / curatelle

  • nouvelle déclaration médicale

  • radiation de la déclaration par le Proc. R

  • Péremption de la déclaration médicale (2m/6m)

  • Rejet de la demande de tutelle / curatelle

    • Curatelle et Tutelle :art. 507 et 509 C. Civ.

  • Jugement de mainlevée constatant la disparition des causes d’ouverture : aucune recours possible

 publicite

    • Sauvegarde de Justice : Information du Proc. R  Inscription sur un registre spécial tenu au Parquet, consultable

    • Tutelle et Curatelle : Inscription en marge de l’acte de naissance + Répertoire civil tenu au TGI à peine d’inopposabilité et après un délai de 2 mois + RCS / RM


TITRE 2nd  : LES EFFETS DES REGIMES DE PROTECTION

    • JDT peut toujours visiter ou faire visiter la personne protégée de manière à contrôler les conditions de vie du majeur

    • Conservation du logement et des meubles meublant aussi longtemps que possible : Conventions de jouissances précaires (tuteur/bail), autorisation JDT pour actes importants + Avis médecin traitant

    • Objets personnels et intimes, souvenirs : gardés à disposition du majeur, éventuellement par l’ETM


effets de la sauvegarde de justice

Entière capacité patrimoniale et extrapatrimoniale SAUF restrictions = juré d’assise, logement avec autorisation JDT

I – OUVERTURE DE DEUX ACTIONS SPECIALES,  TGI

II – ACTION EN NULLITE POUR TROUBLE MENTAL PROPRE A TOUT MAJEUR

III – ADMINISTRATION DES BIENS DU MAJEUR PROTEGE

    • Action en rescision pour lésion : art. 491-2

  • Déséquilibre des prestations réciproques dans

la transaction (|contrats synallagmatiques|), preuve par tous moyen

  • Aucun niveau de lésion imposé, pas de preuve du trouble mental CAD déséquilibre + ouverture SJ suffisants, ASJF qui regarde bonne foi,utilité/inutilité,fortune de l’intéressé

  • Nullité relative, prescription 5 ans apd de la connaissance de l’acte par le majeur  cessation de la Sauvegarde de Justice

  • Intentée par tout requérant + héritiers si décès

  • Confirmation de l’acte possible

  • Pas de rachat de la lésion : « payer + pour rendre l’acte valable »

    • Réduction pour excès :

  • Aucun déséquilibre mais inutilité de la transaction, disproportion par rapport, non au prix, mais aux capacités financières du majeur

  • Réduction pour excès 

  • Pas de nullité (en principe, SAUF bien indivisible) MAIS réduction à des proportions compatibles

  • ASJF, régime identique à la rescision pour lésion, bonne foi du cocontractant regardée.

    • art. 489 C. Civ. : « pour passer valablement un acte il faut être sain d’esprit » Donc a contrario Nullité pour trouble mental

    • Nullité relative pour trouble mental

  • preuve impérative du trouble mental (c/ actions spéciales)

  • preuve facilitée par l’o uverture d’une SJ

La personne gère seule son patrimoine MAIS LEG prévoit des modes de gestion pour suppléer le majeur

    • Gestion des biens avec un mandataire

  • Mandat conventionnel : art. 491-3 C. Civ.

  • Prend effet SI  a désigné avant/après SJ un mandataire

  • Actes d’administration uniquement (mandat général) SAUF mandat spécial pour un acte particulier (acte de disposition)

  • Librement révocable à tout moment, également par le JDT SI donné en considération d’une période de sauvegarde

  • Révocation d’office par JDT à tout moment dans l’intérêt du majeur, contrôle sur comptes.

  • Mandat judiciaire : art. 491-5 C. Civ.

  • Si 0 système : tout intéressé avise JDT  désignation d’un mandataire spécial

  • subsidiarité,|mandat spécial| MS Jp libérale

  • juge libre dans la désignation du mandataire, décision toujours motivée

    • Gestion des biens sans mandataire

      • Gestion d’affaires : art. 491-4 C. Civ.

      • Actes conservatoires :


effets de la tutelle

I – ORGANES

A – TUTELLE FAMILIALE

    • Tutelle complète : art. 495 C. Civ.

      • Règles de la tutelle des majeurs calquées sur la tutelle des mineurs MAIS particularités CAR 0 protection de l’immaturité (c/ mineurs) DONC principe d’incapacité d’exercice avec des tempéraments

      • Organes :

  • JDT

  • Tuteur, représente le majeur

        1. Pas de tutelle testamentaire  MAIS Loi 5 mars 2007 prévoit le MPF

        2. Tutelle légale: art. 496 C. Civ. époux = tuteur de son conjoint SAUF cessation de la communauté de vie OU motif du juge d’intérêt du majeur

        3. Tutelle dative : tuteur désigné par CDF lui-même désigné par JDT

        4. Interdiction = médecin traitant, préposé EtS MAIS présence CDF 

        5. Tutelle = charge publique, personnelle et obligatoire Mais art. 496-1 prévoit des causes de décharge. 5 ans max SAUF conjoint / descendant.

    • Conseil de Famille (CDF) : art. 407 à 409 C. Civ. Composé de 4 à 6 personnes désignées par JDC parmi lesquelles alliés, amis, voisins, toute personne s’intéressant au majeur. Présidé par JDT mais non membre. Le tuteur une fois désigné ne peut plus siéger (juge et partie !)

    • Subrogé tuteur : Désigné par le JDT, intervient en cas de conflit majeur/tuteur. Rare en pratique CAR pénurie ‘‘déjà’’de tuteur

      1. Tutelle en forme d’administration légale :

      1. Tuteur dit Administrateur légal uniquement (sans CDF ni Subrogé Tuteur) choisi parmi les parents ou alliés (+ restreint que le tuteur) + aptitude particulière à gérer le biens de la personne.

      2. Pouvoir de faire seul : tous actes conservatoires, d’administration, autorisation du JDT pour actes d’administration

      3.  déficients mentaux mineurs sans espoir de retrouver facultés mentales

      4. Modification par JDT à tout moment : principe de nécessité

B – TUTELLE EXTRAFAMILIALE

      1. Tutelle d’Etat :art. 433 C. Civ.

      1. Tutelle familiale vacante Etat. Aucun CDF ni subrogé tuteur, |tuteur|

      2. Dévolution Préfets>Directeurs DASS>Associations Tutélaires / notaire

      3. Loi 5 mars 2007 : MJPM choisi sur liste (professionnalisation)

    1. Tutelle en gérance : art. 499 C. Civ.

      1. Désignation d’un gérant de tutelle chargé de percevoir les revenus de la personne et de les employer pour son entretien et ses obligations alimentaires

      2. Seul pouvoir d’administration courante, autorisation JDT pour autre tout acte

Ii – INCAPACITE DU MAJEUR

A – ETENDUE TEMPORELLE

    • Point de départ de l’incapacité = prononcé de l’incapacité (jugement) MAIS Opposabilité au tiers = 2 mois  formalité de publicité

    • Nullité de droit des actes  ouverture de la tutelle : art. 502 C. Civ.

      1. Nullité de droit : DONC aucun pouvoir du juge (pas d’examen d’acte lésionnaire / empire d’un trouble mental / bonne ou mauvaise foi du cocontractant)

      2. Saisine TGI obligatoire : pouvoir d’appréciation du juge limité

      3. Nullité relative, protection d’un intérêt privé : 5 ans (art. 1304 C. Civ.)

      4. Demandée par le majeur  cessation de la mesure pendant 5 ans

      5. Autorisation par le juge du majeur à accomplir seul certaines actes : sphère de capacité accordée par le juge




  • Nullité possible des actes  ouverture de la tutelle : art. 503 C. Civ.

      1. Possible et non automatique, SSI cause existait notoirement

      2. Preuve de la cause facilitée par l’ouverture de la tutelle

      3. « connaissance du cocontractant » suffisante selon Jp

      4. ASJF


B – ETENDUE MATERIELLE

  • Rappel : Incapacité touche la capacité d’exercice  TOUS actes patrimoniaux et extrapatrimoniaux. Tuteur = pouvoir de représentation du majeur CAD prendre soin de la personne (protection de la personne renforcée par Loi 5 mars 2007) et de la gestion de son patrimoine.

  • Pouvoirs du tuteur :

      1. tous actes d’administration 

      2. actes de disposition : autorisation CDF

      3. gestion en bon père de famille  « prudent, diligent et avisé » Loi 5 mars 07

      4. dommages-intérêts  responsabilité du tuteur accentué par Loi 2007

  • Atténuation de l’incapacité du majeur :

      1. décision judiciaire

      2. usage : « actes usuels nécessaires à la vie courante quotidienne »

      3. légale : art. 504 s. C. Civ. : mariage, pacs, testament, donation, filiation

 Doctrine : liste exhaustive limitative, primauté du consentement pour tous

les actes personnels, Loi du 5 mars 2007 ne clarifie par la situation




effets de la curatelle


I – ORGANES

  • Juge des Tutelles

  • Curateur :

      1. Désigné par le JDT

      2. Curatelle légale = époux SAUF cessation de la communauté de vie

      3. Choisi parmi la famille ou extérieur (office notariée ou ministérielle)

      4. Assiste le majeur pour tous les actes qui auraient requis dans la tutelle l’autorisation du CDF = actes de disposition

      5. Aucune administration (aucun acte d’admnistration effectué par le majeur) : gestion courante effectuée par le majeur

      6. JDT en cas de conflit

II – INCAPACITE DU MAJEUR EN CURATELLE

a - etendue

B – SORT DES ACTES

  • Majeur frappé d’une seule incapacité partielle DONC il peut accomplir tous les actes pour lesquels la loi n’impose expressément l’assistance du curateur.

(art. 510 C. Civ.)Même lorsque l’assistance du majeur par un curateur est requise, le consentement du majeur est nécessaire

      1. Actes d’administration : majeur seul

      2. Actes conservatoires : majeur seul

      3. Actes de disposition :

        1. d’importance 2ndaire : vente des fruits d’un immeuble, majeur seul

        2. de première importance: assistance du curateur, ex. vente, aliénation, sortie du patrimoine.




  • Actes personnels : art. 513 C. Civ.

      1. mariage, pacs, conventions matrimoniales…

      2. consentement de la personne protégée DONC critiques de la doctrine s’évanouissent.

  • Aménagement par le juge

      1. Enumération des actes que le majeur peut ou non faire seul :

      2. Limite / aggravation de la capacité




  • Perception des revenus de la personne

      1. curateur perçoit les revenus (art. 512)

      2. « pointe de représentation judiciaire dans un régime d’assistance.

  • Assistance du curateur nécessaire

      1. Curateur assiste le majeur = acte valable  actions de droit commun (VC/TM…)

      2. Curateur n’assiste pas : art. 510-1

        1. Action en nullité relative exercée par le majeur protégé/ héritiers/le curateur MAIS non par le cocontractant

        2. nullité non de droit MAIS  critique de la doctrine favorable à une nullité de droit

        3. extinction de l’action par confirmation par le curateur / majeur  cessation du régime de curatelle.




  • Assistance du curateur inutile

      1. Acte valable en principe

      2. Actions spécifiques ouvertes

        1. Action en nullité pour trouble mental, ouverture de la curatelle facilite la preuve du trouble mental

        2. Art. 510-3 : action en rescision pour lésion et réduction pour excès, renvoi à la Sauvegarde de Justice









  1   2   3   4

similaire:

La gestion des biens des personnes vulnerables iconNouveau statut de protection pour les personnes incapables
«administration provisoire» des biens constitue la base, mais a été étendu aux personnes. En outre, IL existe désormais une distinction...

La gestion des biens des personnes vulnerables iconFiche N° 9 : Police des ports
«police» désigne de manière générale l'activité consistant à assurer la sécurité des personnes et des biens en faisant appliquer...

La gestion des biens des personnes vulnerables iconDiagnostic de la gestion des déchets
«Eco-école», les élèves de première es ont mené une enquête sur la gestion des déchets au lycée. Pour cela, ils ont établi un questionnaire...

La gestion des biens des personnes vulnerables iconLe droit à l’image des biens 1
«droit dérivé», de nature patrimoniale, compte tenu de la valeur marchande de l’image des personnes connues du public

La gestion des biens des personnes vulnerables icon1ère partie L’accès difficile à un logement pour les moins de 30 ans
«vulnérables», tel que les sans abris, les personnes âgées et notamment les jeunes

La gestion des biens des personnes vulnerables iconTahmazian c. Sears Canada inc
«Toutes les personnes physiques s’étant vues proposer et/ou ayant acheté au Québec une garantie prolongée sur des biens vendus par...

La gestion des biens des personnes vulnerables iconPartie 1 : Gestion des ressources humaines et gestion des conditions de travail
«pauses» dans la journée. Ces conditions se stabilisent depuis une dizaine d’années, on ne progresse plus en matière de gestion de...

La gestion des biens des personnes vulnerables iconAdresse : XXX
«Lamirand & Associés» s’oblige à apporter tous ses soins à la bonne gestion des biens immobiliers qui lui sont confiés et à se conformer...

La gestion des biens des personnes vulnerables iconIntroduction au droit des personnes et des biens
«Les lois sont faites pour les hommes, et non les hommes pour les lois» Portalis

La gestion des biens des personnes vulnerables iconNos projets dans l’accompagnement et l’insertion professionnelle
«pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées», qui a reconnu enfin le...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com