Thèse : face à une loi injuste, IL faut








télécharger 12.36 Kb.
titreThèse : face à une loi injuste, IL faut
date de publication19.12.2016
taille12.36 Kb.
typeThèse
l.21-bal.com > loi > Thèse
La thèse de Henry David Thoreau dans ce texte est que, face à une loi injuste, nous ne devons ni obéir, ni recourir aux voies légales visant à la faire modifier par voie démocratique, mais lui désobéir.
Pour démontrer cette thèse, Thoreau commence par affirmer qu’il existe des lois injustes, puis

(1) [1-3] pose la question à laquelle le texte cherche à répondre : face à une loi injuste, nous avons trois possibilités : l’obéissance résignée, l’obéissance provisoire en attendant de parvenir à faire modifier la loi, la désobéissance. Quelle option faut-il choisir ?

(2) Thoreau décrit ensuite la réponse donnée par la plupart des hommes dans une société démocratique : il faut obéir à la loi, en attendant d’avoir réuni une majorité suffisante pour la faire modifier. C’est la posture démocratique.

 Thoreau donne l’un de leurs arguments contre la désobéissance : la violation de la loi impliquerait des conséquences plus néfastes encore que la loi elle-même.

Il réfute cet argument : celui qui sera seul responsable de ces conséquences, ce sera encore l’Etat, et non celui qui aura désobéi.

(3) Thoreau énonce clairement sa propre thèse : face à une loi injuste, il faut désobéir ; si l’appareil d’Etat devient un appareil à produire de l’injustice, je dois tenter de lui faire obstacle ou, du moins, cesser de lui obéir.

 Thoreau donne l’argument qui, pour lui, justifie la désobéissance : obéir à une loi injuste, c’est se faire complice de l’injustice ; obéir à une loi que j’ai reconnue injuste, c’est me faire moi-même l’instrument de ce que ma conscience me désigne comme étant injuste.

(4) Thoreau revient alors à la thèse de ses adversaires : face à une loi injuste, il faut obéir, certes, mais tout en s’efforçant de faire modifier la loi en faisant appel aux voies de recours légales contre la loi (présenter des pétitions, etc.)

 Thoreau réfute cette fois directement la thèse ; selon lui, cette stratégie est erronée car, d’une part, cette « lutte légale » prend trop de temps ; or je n’ai pas à gaspiller ma vie à tenter d’améliorer le monde ; en revanche, ce que j’ai le devoir de faire, c’est de ne pas commettre d’injustice. Je n’ai donc pas à tenter de faire rectifier la loi, mais je ne dois pas lui obéir non plus.

(5) Le dernier paragraphe donne un exemple précis : celui de l’abolitionnisme (le mouvement qui cherche à obtenir l’abolition de l’esclavage). Thoreau énonce alors ce que devraient faire les abolitionnistes selon lui : non pas attendre d’avoir réuni une majorité pour enfin obtenir l’abolition des lois esclavagistes, mais bien cesser dès aujourd’hui de soutenir l’Etat esclavagiste.

 Il donne alors deux arguments qui justifient cette résistance à l’Etat dans l’exemple de l’esclavage : 1. si les abolitionnistes condamnent l’esclavage pour des raisons religieuses, ces raisons devraient leur suffire : si Dieu condamne l’esclavage, pourquoi aurais-je besoin, en plus, de l’accord de la majorité pour désobéir à un Etat esclavagiste ? 2. se déterminer en fonction de l’opinion de la majorité (être « démocrate ») est absurde, car la voix légitime, celle que l’on doit suivre, ce n’est pas celle qui réunit le plus de suffrages, c’est celle qui est conforme à la vérité et à la justice.
La thèse de Henry David Thoreau dans ce texte est que, face à une loi injuste, nous ne devons ni obéir, ni recourir aux voies légales visant à la faire modifier par voie démocratique, mais lui désobéir.
Pour démontrer cette thèse, Thoreau commence par affirmer qu’il existe des lois injustes, puis

(1) [1-3] pose la question à laquelle le texte cherche à répondre : face à une loi injuste, nous avons trois possibilités : l’obéissance résignée, l’obéissance provisoire en attendant de parvenir à faire modifier la loi, la désobéissance. Quelle option faut-il choisir ?

(2) Thoreau décrit ensuite la réponse donnée par la plupart des hommes dans une société démocratique : il faut obéir à la loi, en attendant d’avoir réuni une majorité suffisante pour la faire modifier. C’est la posture démocratique.

 Thoreau donne l’un de leurs arguments contre la désobéissance : la violation de la loi impliquerait des conséquences plus néfastes encore que la loi elle-même.

 Il réfute cet argument : celui qui sera seul responsable de ces conséquences, ce sera encore l’Etat, et non celui qui aura désobéi.

(3) Thoreau énonce clairement sa propre thèse : face à une loi injuste, il faut désobéir ; si l’appareil d’Etat devient un appareil à produire de l’injustice, je dois tenter de lui faire obstacle ou, du moins, cesser de lui obéir.

 Thoreau donne l’argument qui, pour lui, justifie la désobéissance : obéir à une loi injuste, c’est se faire complice de l’injustice ; obéir à une loi que j’ai reconnue injuste, c’est me faire moi-même l’instrument de ce que ma conscience me désigne comme étant injuste.

(4) Thoreau revient alors à la thèse de ses adversaires : face à une loi injuste, il faut obéir, certes, mais tout en s’efforçant de faire modifier la loi en faisant appel aux voies de recours légales contre la loi (présenter des pétitions, etc.)

 Thoreau réfute cette fois directement la thèse ; selon lui, cette stratégie est erronée car, d’une part, cette « lutte légale » prend trop de temps ; or je n’ai pas à gaspiller ma vie à tenter d’améliorer le monde ; en revanche, ce que j’ai le devoir de faire, c’est de ne pas commettre d’injustice. Je n’ai donc pas à tenter de faire rectifier la loi, mais je ne dois pas lui obéir non plus.

(5) Le dernier paragraphe donne un exemple précis : celui de l’abolitionnisme (le mouvement qui cherche à obtenir l’abolition de l’esclavage). Thoreau énonce alors ce que devraient faire les abolitionnistes selon lui : non pas attendre d’avoir réuni une majorité pour enfin obtenir l’abolition des lois esclavagistes, mais bien cesser dès aujourd’hui de soutenir l’Etat esclavagiste.

 Il donne alors deux arguments qui justifient cette résistance à l’Etat dans l’exemple de l’esclavage : 1. si les abolitionnistes condamnent l’esclavage pour des raisons religieuses, ces raisons devraient leur suffire : si Dieu condamne l’esclavage, pourquoi aurais-je besoin, en plus, de l’accord de la majorité pour désobéir à un Etat esclavagiste ? 2. se déterminer en fonction de l’opinion de la majorité (être « démocrate ») est absurde, car la voix légitime, celle que l’on doit suivre, ce n’est pas celle qui réunit le plus de suffrages, c’est celle qui est conforme à la vérité et à la justice.

similaire:

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconFaisant parti d’une des fameuses citations importantes d’Aristote,...
«méchant» ignorant et qui veut faire passer ses désirs avant l’intérêt général et qui préfère la loi de la jungle, ou celui du «gentil»...

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconAnalyse detaillee du projet de loi macron : En route pour le «régressisme» ?
«socialisme» par le mot «progressisme» ! Quant on découvre la loi Macron IL faut au moins inventer le mot «régressisme». Jamais sans...

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconL’outil d’auto-diagnostic pour une prévention détection
«Jeudis de la Prévention» : le Face à Face. Des entretiens gratuits et confidentiels au service des chefs d’entreprise

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconLes ventes de la fnac en légère progression au troisième trimestre
«Face au défi climatique, IL faut savoir jouer collectif et mettre entre parenthèses, la compétition entre nos entreprise»

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconThèse soutenue publiquement par Sang-Ha suh le 10 Juillet 2006
«avec projection», de cette thèse aux membres du Conseil scientifique et à leurs expliquer pourquoi cette thèse ne devait pas être...

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconTHÈse pour le diplôme d’État
«loi Veil»(2); cette loi a été reconduite en 1979 et définitivement légalisée le 1er janvier 1980 : elle permettait d’avoir recours...

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconRègles substantielles ou de fond
«toute personnes a droit à ce que sa cause soit entendue par un tribunal établi par la loi» → IL faut nécessairement une juridiction...

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconDossier conçu par Thierry Rogel – professeur de sciences économiques et sociales1
«valeurs traditionnelles» ? Quelle position face à l’ivg, au pacs, à l’homosexualité ? Enfin, IL ne faut pas négliger la montée des...

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconL’assurance vie face a la loi tepa

Thèse : face à une loi injuste, IL faut iconLoi de mobilisation pour le logement : ce qu'il faut retenir








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com