Ce cours traitera des questions suivantes








télécharger 227.16 Kb.
titreCe cours traitera des questions suivantes
page1/5
date de publication08.08.2018
taille227.16 Kb.
typeCours
l.21-bal.com > loi > Cours
  1   2   3   4   5
Faire impression pour la gloire ou le déshonneur

Kiddouch Hachem et ‘Hilloul Hachem
Le Kiddouch Hachem – le précepte consistant à sanctifier le nom de D., et le ‘Hilloul Hachem – l’interdiction correspondante de blasphémer ou de profaner Son nom – sont deux principes fondamentaux de la vie quotidienne de tout Juif, et pourtant pas forcément bien connus. Patienter longuement dans une file d’attente interminable pour finir, lorsque vient son tour, par un « merci » courtois à un caissier fatigué, ou, au contraire, se faufiler dans la queue éveillant ainsi la colère des personnes autour crée respectivement un Kiddouch Hachem, ou un ‘Hilloul Hachem.

Comme ce cours l’illustrera, le Kiddouch Hachem est défini comme la promotion de D. dans le monde, témoignant de Son omniprésence, de Son omniscience, de Sa toute puissance et de Sa souveraineté sur l’humanité. Comme le verset le proclame, la nation d’Israël a été créée dans ce but : « Ce peuple que Je Me suis formé [afin qu’] ils proclament Ma gloire » (Yéchayahou/Isaïe 43 : 21). « Proclamer la gloire de D. » est la définition essentielle du Kiddouch Hachem. En définitive, le Kiddouch Hachem entraîne la conscience positive de la Présence divine dans le monde. Au contraire, le ‘Hilloul Hachem compromet la conscience positive de D. dans le monde.

Si l’on y réfléchit, il semble remarquable que la sanctification ou la profanation du nom de D. dépendent des actions de l’Homme. Ceci est en fait le cas uniquement en vertu de la bonté infinie de D. De par Son désir de prodiguer du bien à l’humanité, D. a mis entre nos mains la capacité d’augmenter ou de diminuer Sa gloire (Sa sanctification ou profanation). En accomplissant notre but de sanctifier D., nous pouvons aider à amener le monde à son aboutissement.

Ce cours traitera des questions suivantes :

  • Pourquoi le Kiddouch Hachem est-il considéré comme une valeur fondamentale du Judaïsme ?

  • Pourquoi devons-nous toujours éviter de faire un ‘Hilloul Hachem ?

  • Les notions de Kiddouch Hachem et ‘Hilloul Hachem ne s’appliquent-elles qu’en public ?

  • Quels sont les exemples de Kiddouch Hachem et ‘Hilloul Hachem dans la vie de tous les jours ?

  • Existe-t-il des situations où nous avons l’obligation de choisir de souffrir le martyre plutôt que de transgresser la Torah ?



Plan du Cours


Première Partie. Le Concept de Kiddouch Hachem
Deuxième Partie. Le Concept de ‘Hilloul Hachem

A. La gravité du ‘Hilloul Hachem

B. Un comportement qui manque de raffinement peut constituer un ‘Hilloul Hachem

C. ‘Hilloul Hachem en privé
Troisième Partie. Le Kiddouch Hachem à travers le martyre
Quatrième Partie. Chacun d’entre nous peut faire un Kiddouch Hachem
Première Partie. Le Concept de Kiddouch Hachem

L’histoire suivante est une introduction au concept de Kiddouch Hachem.

Il n’y a pas de doute, l’incident le plus célèbre impliquant Rabbi Yaakov Kamenetsky (1891-1986) à Tzitevian [Lituanie] – et l’un de ceux qu’il sentait qu’il était une mitsva de publier – concernait le receveur des postes local. Peu après qu’il ait endossé la position de rabbin, un Juif vint chez Reb Yaakov et lui dit que le receveur des postes lui avait rendu par erreur la monnaie sur un billet de cent lit au lieu du billet de dix lit que ce dernier lui avait donné. Reb Yaakov conseilla à l’homme de rendre l’argent.

Quelques semaines plus tard, Reb Yaakov se trouvait au bureau de poste et cette fois-ci le receveur des postes lui donna plus de timbres que ceux pour lesquels il avait payé. Le sourire sur le visage de ce dernier lorsqu’il lui tendit les timbres alerta Reb Yaakov et il pensa que le receveur des postes le testait délibérément pour voir si l’autre Juif avait juste été bêtement honnête ou s’il avait agi selon les ordres du nouveau rabbin. Reb Yaakov était ravi qu’une telle opportunité de faire un Kiddouch Hachem se soit présentée à lui et il rendit immédiatement les timbres superflus. Des années plus tard, il apprit des survivants de l’Holocauste de Tzitevian que le receveur des postes avait été l’un des quelques habitants qui avaient bien voulu cacher des Juifs dans sa cave, et il était convaincu que de telles manifestations d’honnêteté avaient joué un rôle majeur dans cette décision. (Rabbi Yonason Rosenblum, Reb Yaakov, The Life and Times of HaGaon Rabbi Yaakov Kamenetsky, aux éditions Mesorah Publications, 1993 pp. 107-108)

De par son caractère fondamental dans la foi juive, la mitsva de Kiddouch Hachem est souvent citée comme la « plus grande » mitsva de la Torah, comme nous le verrons bientôt. C’est l’essence de notre existence en tant que nation. Où que nous soyons, quoi que nous fassions, sanctifier le Nom de D. est toujours d’actualité. Bien que parfois cela puisse sembler gênant, le peuple juif vit avec un projecteur braqué sur lui. En tant que Juif, nous sommes les représentants de D. dans le monde ; dans toutes nos entreprises, nous devons chercher à être de fidèles représentants, dont le rôle principal est de glorifier D.

1. Ner Le’Elef – Définition du Kiddouch Hachem.

Le Kiddouch Hachem est définit comme la promotion de D. dans le monde, témoignant de Son omniprésence, de Son omniscience, de Sa toute puissance et de Sa souveraineté sur l’humanité. Comme le verset le proclame, la nation d’Israël a été créé dans ce but : « Ce peuple que Je Me suis formé [afin qu’] ils proclament Ma gloire » (Yéchayahou/Isaïe 43 : 21). « Proclamer la gloire de D. » est la définition essentielle du Kiddouch Hachem. En définitive, le but du Kiddouch Hachem est d’amener la conscience positive de la Présence divine dans le monde. Comme le Rambam l’écrit dans le Sefer Hamitsvot (Mitsva Positive #9) « Il convient de proclamer la Présence de D. afin qu’Il soit connu dans le monde » –

.והיה בו ראוי שיפורסם הייחוד ויגלה ברבים

Au contraire, le ‘Hilloul Hachem compromet la conscience positive de D. dans le monde.

Comme nous le verrons plus tard, la mitsva de Kiddouch Hachem, et l’interdiction correspondante de ‘Hilloul Hachem, s’applique également dans des contextes moins public. Néanmoins, le niveau le plus haut de Kiddouch Hachem est atteint lorsque la mitsva est accomplie face à une assemblée de dix personnes, qui est le nombre minimum constituant un quorum (minyan). Il nous est enjoint, en tout premier lieu, de sanctifier le Nom de D. face à nos frères Juifs – partenaires dans la mission divine – la mitsva, cependant, inclut sanctifier D. face à des non-Juifs.

Bien que l’état des choses par lequel « le monde entier sera empli de la connaissance de D. » (Yéchayahou 11 : 9) sera amené par D. Lui-même, la mitsva de Kiddouch Hachem (et l’interdiction correspondante de ‘Hilloul Hachem) est une responsabilité constante incombant à chaque Juif de conduire le monde dans cette direction.

Les sources suivantes décrivent le concept de Kiddouch Hachem :

2. Vayikra (Le Lévitique) 22 : 32 – La source biblique.

Ne profanez pas Mon Saint Nom, afin que Je sois sanctifié au milieu des enfants d’Israël.

ולא תחללו את שם קדשי ונקדשתי בתוך בני ישראל.


3. Sifra 22 : 138 (cité par le Rambam/Maïmonide dans le Sefer HaMitsvot, Mitsva Positive #9) – La mission du peuple juif dans ce monde est de sanctifier le Nom de D. en public.

« Je suis l’Eternel votre D., qui vous ai fait sortir du pays d’Egypte pour être votre D. » – A condition que vous sanctifiez Mon Nom en public.

אני ה' אשר הוצאתי אתכם מארץ מצרים להיות לכם לאלהים (ויקרא כ"ה ל"ח) על מנת שתקדשו שמי ברבים.

La mission principale du peuple juif dans ce monde est de sanctifier le Nom de D. et, de cette façon, répandre la connaissance de D. parmi les autres.

Le verset de la Source 1 semble limiter la portée du Kiddouch Hachem à un public juif. La source suivante explique que nous avons aussi l’obligation de sanctifier le Nom de D. face à des non-Juifs.

4. Sefer Mitsvot Guédolot (Smag), Mitsva Positive #74 – Nous sommes dispersés à travers la Diaspora afin de répandre la conscience de D. parmi les nations parmi lesquelles nous vivons.

J’ai déjà enseigné aux Juifs qui sont exilés en Espagne et au reste des exilés d’Europe que maintenant que l’exil s’est prolongé pendant si longtemps, le peuple juif doit se séparer des vanités de ce monde et se rattacher au sceau de D., c’est-à-dire la vérité ; qu’ils ne doivent mentir ni aux Juifs, ni aux non-Juifs, ni les escroquer d’aucune manière, et ils doivent se sanctifier avec ce qui leur est permis, comme il est dit : «  Les survivants d’Israël ne commettront plus d’injustice et ne diront plus de mensonges ; on ne surprendra dans leur bouche aucun langage trompeur » (Tséfania/Céphania 3 : 13).

Et lorsque D. viendra les sauver, ils diront : « Il a agi à juste titre, car ils sont un peuple de vérité et la Torah de vérité est en leur bouche ». Mais s’ils agissent avec fourberie envers les non-Juifs, ces derniers diront : « Regardez ce que D. a fait – Il a choisi comme Sa part des voleurs et des escrocs ».

Et il est aussi écrit : « Je l’implanterai dans le pays » (Hochéa/Osée 2 : 25). Une personne ne sème un kur [de graines] que pour trouver plusieurs kur. Ainsi a fait D. en semant [le peuple d’] Israël dans d’autres pays afin que des prosélytes s’ajoutent à leurs rangs ; mais tant qu’ils agissent avec ruse, qui se joindra à eux ?

כבר דרשתי לגלות ירושלים אשר בספרד ולשאר גלויות אדום כי עתה שהאריך הגלות יותר מדאי יש לישראל להבדל מהבלי העולם ולאחוז בחותמו של הקב"ה שהוא אמת ושלא לשקר לא לישראל ולא לגוים ולא להטעותם בשום ענין ולקדש עצמם אף במותר להם שנאמר "שארית ישראל לא יעשו עולה ולא ידברו כזב ולא ימצא בפיהם לשון תרמית" (צפניה ג,יג).

וכשיבא הקב"ה להושיעם יאמרו הגוים בדין עשה כי הם אנשי אמת ותורת אמת בפיהם אבל אם יתנהגו עם הגוים ברמאות יאמרו ראו מה עשה הקב"ה שבחר לחלקו גנבים ורמאים.

ועוד כתוב "וזרעתיה לי כארץ" (הושע ב,כה) כלום זורע אדם כור אחד אלא למצוא כמה כורים כך זרע הקב"ה את ישראל בארצות כדי שיתוספו עליהם גרים וכל זמן שהם מתנהגים בהן ברמאות מי ידבק בהם.

L’incident suivant illustre un Kiddouch Hachem accomplit avec des non-Juifs :

Le mercredi 12 Février, Josh Stern, originaire d’Israël, visitait la ville de New York sous une tempête de neige et dans un froid glacial. Josh avait prévu de rencontrer Malka Hirschfeld, une directrice principale du Camp Chira, afin de faire des projets pour l’été. Bravant les conditions météorologiques qui auraient dû le garder à la maison, Josh conduisait avec précaution la Ford Taurus de son beau-père, descendant l’avenue N, une avenue à sens unique dans Flatbush. La circulation était clairsemée mais, soudain, le rétroviseur de Josh s’emplit de l’image menaçante d’une camionnette faisant des tonneaux en descendant la rue.

Josh fit ce que la plupart des conducteurs auraient fait dans de pareilles circonstances. Il se rabattit sur la droite, retint son souffle et pria pour que la collision soit minime. Sa prière fut exaucée. Il entendit un crissement et sentit l’impact – non de la gauche comme il l’attendait, mais de la droite. Le rétroviseur latéral à la droite de la Taurus avait frappé le rétroviseur du côté conducteur d’une Porsche rouge. Ce n’était pas un vieux modèle standard. C’était la toute nouvelle 911 Carrera 4S. Conçue pour le champ de courses avec une puissance de 450 chevaux, 0-60 MPH en 4.1 secondes, elle ne coûte que 9 320 000$. Prenant le prix et le divisant par mètre, le dommage que Josh avait infligé était facilement un nombre à 4 chiffres. Josh remarqua une plaque de licence temporaire en papier accrochée à la fenêtre où était inscrite la date de délivrance : 11 Février – la veille, une voiture flambant neuve !

Avec l’alarme qui hurlait à tue-tête, Josh supposait que le propriétaire serait là d’une minute à l’autre, mais, peut-être à cause du froid, ou parce que les sirènes sonnent constamment à Gotham, personne n’apparut. Josh appela Malka sur son téléphone portable et lui demanda de sortir, étant donné qu’elle habitait un tout petit peu plus bas. Malka jeta un coup d’œil sur la voiture scintillante et remarqua : « Elle n’appartient pas à quelqu’un du quartier. Si j’étais vous » suggéra-t-elle « je ne resterais pas là. »

« Je ne peux pas faire ça » protesta Josh. « C’était un accident, mais je l’ai heurtée ».

« Je ne pense vraiment pas que vous devriez rester ici » insista Malka.

« Je ne peux pas juste m’en aller – je dois lui faire savoir que je l’ai heurtée ».

« Vous plaisantez ?! » glapit Malka. « Nous sommes à New York. Le type va vous tuer! De plus si vous restez encore un peu ici vous allez geler. Quoi qu’il en soit vous êtes cuit ! »

« Retournez chez vous et j’arrive tout de suite ». Josh écrivit un petit mot, le plaça sur la Porsche, gara sa voiture et monta à l’appartement de Malka pour régler son affaire.

Josh se sentait toujours coupable, même après avoir laissé le petit mot et avoir délibérément mis sa chaise face à la rue. Après presque deux heures, il vit ce qui devait être le propriétaire regarder avec inquiétude sa voiture et… pleurer. L’homme, la trentaine, était pieds nus et ne portait qu’un short. Josh le montra du doigt mais Malka ne le connaissait pas. Josh mit son manteau et se dirigea vers la porte malgré les suppliques désespérées de Malka l’invitant à reconsidérer la question.

Josh s’approcha silencieusement de l’homme qui fulminait, se frappant les côtés pour se réchauffer et haletant tandis qu’il sanglotait de gros pleurs. « Est-ce votre voiture ? » demanda Josh. Nick Accordo répondit, à personne en particulier : « Toute neuve, toute NEUVE ! Je viens de l’avoir ; je viens de l’avoir! Pouvez-vous y croire ? Je ne l’ai même pas eu un jour et regardez ! Si jamais j’attrape ce – »

« Je suis vraiment désolé » réussit à placer Josh dans ce moment critique. « Je suis vraiment désolé, mais j’ai heurté votre voiture. C’était un accident. J’attends ici depuis environ un heure et demie ».

Soudain Nick s’arrêta d’haleter et commença à cligner des yeux comme si la neige qui tombait était en réalité des oignons fraichement émincés. « J’y crois pas. Tu te moques de moi. »

« Comme je vous l’ai dit, je suis vraiment désolé. »

« Incroyable, incroyable » dit Nick, exposant à nouveau sa tendance à la répétition. « Je ne te crois vraiment pas mec ; t’es de New York? »

Soudain, une femme apparut de l’autre côté de la rue et Nick l’interpella : « Carmella, ce gars a heurté ma voiture ! Il m’a heurté il y a une heure et demie et il a attendu pour me le dire ».

« T’es pas de New York toi ?! », affirma Carmella roulant les yeux d’étonnement.

Nick se tourna vers Josh. « Nick Accordo, qui êtes-vous ? »

« Josh Stern. Je voudrais vous donner les détails de l’assurance, mais ne pensez-vous pas qu’on devrait faire ça à l’intérieur ? »

Soit Nick n’avait pas entendu la proposition de Josh, soit il ne l’enregistra pas, mais il n’avait qu’une chose à dire qu’il répéta à plusieurs reprises : « Je te promets, je ne prendrais pas plus que le coût des réparations, pas un penny de plus. » Josh lui fournit les détails de l’assurance de son beau-père et s’excusa à nouveau pour l’accident qu’il avait causé. Trois semaines plus tard, le beau-père de Josh reçut par la poste la lettre suivante :

Cher Mr Wasserman,

Je voudrais partager avec vous mes sentiments à propos de votre gendre, Josh Stern. J’ai vécu à New York toute ma vie, et je crois – comme ils le disent – que nous, New Yorkais, avons un problème d’attitude. J’en suis conscient. Et je m’attends effectivement à ce que les choses se passent d’une certaine manière. Mais en ce jour d’hiver froid, jour que je n’oublierai jamais, Josh a transformé ma philosophie de la vie. Encore plus important, il changea mon attitude. C’était un moment de grande émotion pour ma sœur et pour moi, pour des raisons que Josh ne pouvait deviner. Ma mère était décédée soudainement la nuit précédente et, à un moment où j’étais au fond en colère contre le monde entier, Josh m’apprit qu’il existait encore des gens avec un sens des responsabilités, fair play, profondément intègres et généreux.

L’irritation par laquelle je suis passé avec la réparation de la voiture valait bien la peine pour la leçon que j’ai prise et pour le privilège de rencontrer une personne modeste et honnête comme votre gendre. J’ai raconté ce que Josh a fait à beaucoup de gens lors des funérailles de ma mère et tout le monde était très impressionné par sa probité et son humanité. Je sais que, dans le ciel, ma mère sourit de la gentillesse de Josh et de sa droiture. Ma mère a toujours pensé que j’étais trop critique et trop méfiant (elle n’est pas née à NY, ni n’y a été élevée). Par conséquent, même si les évènements de ce mercredi me retardèrent, je crois qu’elle me pardonnera pour avoir été en retard à sa veillée mortuaire.

Avec mes respects,

Nicholas Accordo

(De Hanoch Teller, The Great Divide, in Too Beautiful, aux éditions Feldheim et NYC Publishers)
  1   2   3   4   5

similaire:

Ce cours traitera des questions suivantes iconCe cours traitera des questions suivantes

Ce cours traitera des questions suivantes iconCe cours traitera des questions suivantes
«mauvais». Une attitude positive envers les autres peut redéfinir totalement le contexte de nos vies et révolutionner nos relations...

Ce cours traitera des questions suivantes iconCe cours traitera des questions suivantes
«l’exil grec», bien que le peuple juif n’ait pas été banni de leur pays en ce temps-là. L’exil était de nature spirituelle, l’héritage...

Ce cours traitera des questions suivantes iconCe cours permettra de répondre aux questions suivantes
«Je n’ai plus d’endroit où résider sur la terre. Ce n’est plus la mienne. D’ailleurs, je vais y ôter ma Présence.»

Ce cours traitera des questions suivantes iconCe cours abordera les questions suivantes
«éloigner du mensonge» n'interdit pas seulement les mensonges verbaux qui causent une perte directe ou indirecte à notre prochain,...

Ce cours traitera des questions suivantes iconLa prise en charge de la fin de vie– 31/01/2017
«Les points essentiels de la loi Leonetti», répondez aux questions suivantes

Ce cours traitera des questions suivantes iconEn vous aidant des documents ci-dessous, ou en suivant les liens,...
«Opération Litani» en mars 1978, opération «Paix en Galilée» en 1982, occupation de la zone dite «de sécurité» jusqu'en mai 2000

Ce cours traitera des questions suivantes iconQuestions de cours de pc*

Ce cours traitera des questions suivantes iconExamen : Interrogation écrite avec questions de cours
«personnes administratives»ou «autorité publique de l'État», et sont des agents au service de l'administration

Ce cours traitera des questions suivantes iconCours du prof. Denis baranger liste des questions de l’epreuve orale...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com