Rapport de projet








télécharger 264.22 Kb.
titreRapport de projet
page4/11
date de publication07.02.2018
taille264.22 Kb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

3. Coût du travail

3.1 Aperçu du coût du travail


Les statistiques officielles reprennent rarement le coût du travail dans le secteur agricole.Ceci est certainement dû au fait que, dans les statistiques sur les rémunérations et le coût du travail, seules les exploitations comptant au moins dix employés sont généralement prises en compte. Or, comme le montre le chapitre trois, les exploitations sont généralement de petite taille. C'est pourquoi le Geopa-Copa a demandé à ses membres de lui fournir des informations détaillées en vue de calculer le coût du travail horaire. Dans le cadre de cet exercice, il n'a pas été possible d'obtenir dans tous les cas des données exactes sur les rémunérations horaires et paiements complémentaires, en conséquence les données se fondent en partie sur les salaires conventionnels, les salaires minimums ou sur des estimations faites par les membres interrogés. Les lacunes suivantes sont toutefois constatées :
- Les données relatives aux rémunérations réellement payées ne sont disponibles que pour la Finlande, l'Italie, la Suède et la Hongrie. Pour le Danemark, le Royaume-Uni, la Pologne et la Lituanie, nous n'avons que des estimations. En Autriche, en Espagne, aux Pays-Bas, au Portugal, en Lettonie et en Irlande seules les conventions collectives sont données. En Espagne, selon les données fournies par les organisations membres, les salaires conventionnels sont identiques aux salaires effectifs. Pour les Pays-Bas également, ce sont les mêmes valeurs qui ont été données pour les salaires conventionnels et effectifs. Enfin en France et en Belgique, les calculs du coût du travail se fondent sur les données relatives aux salaires minimums et représentent donc la valeur plancher du coût du travail réel.

-Les données relatives aux paiements complémentaires réellement versés sont disponibles pour l'Autriche et la Finlande. Pour les Pays-Bas et le Danemark, les informations concrètes indiquent que dans ces pays il n'y a aucun paiement complémentaire.

-Les données relatives à la durée moyenne des paiements versés en cas de maladie ne sont disponibles que pour l'Autriche, la Belgique, la Suède, la Lituanie, le Danemark, la Lettonie et la Hongrie. En outre, l'information fournie indique que les employeurs au Portugal et en Italie ne versent aucune rémunération en cas de maladie.

-Il est également très difficile d'avoir un aperçu des coûts supplémentaires divers, c.-à-d. des éléments qui ne sont pas inclus dans le salaire, déduction faite des cotisations sociales versées par l'employeur. Les données détaillées ne sont disponibles que pour l'Espagne et la Finlande. En outre, il existe des estimations pour l'Autriche, les Pays-Bas, la France et la Hongrie. Pour ces coûts spécifiques, le plus juste est de partir du principe qu'ils sont sous-estimés.

-Dans la plupart des cas, les données exactes à ce sujet ne sont pas disponibles, il est donc impossible d'obtenir des chiffres précis quant au temps de travail réellement effectué (ceci est particulièrement criant, quand les données relatives aux rémunérations ne sont présentées que sur une base mensuelle) et au nombre d'heures supplémentaires réel.

    3.2 Niveau du coût du travail


Les résultats pour l'année 2012 montrent que, parmi les 16 pays évalués, le Danemark est de loin le pays où le niveau du coût est le plus élevé avec plus de 28€ à l'heure (tableau 4-1). Cependant la qualité des calculs et la comparabilité des valeurs restent limitées, comme mentionné au paragraphe 3.1. Le Danemark nous donne des évaluations du salaire effectif, or si on calculait le coût du travail sur la base des conventions collectives, le niveau de ce coût se monterait à tout juste 25€. Ce qui resterait malgré tout la valeur la plus conséquente des pays analysés. En se fondant sur les salaires minimums, le coût du travail serait alors de 22€. En Suède, au Royaume-Uni et en Finlande le coût du travail va de 22€ à 24€. En Autriche, en France,aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie le coût du travail varie de 17€ à 14€. En Irlande, le coût du travail horaire se monte à 11€, alors qu'en Espagne il est de 9€ et tombe donc sous la barre fatidique des 10€. Le coût du travail au Portugal et dans les nouveaux Etats membres comme la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Lituanie est encore plus faible. Dans ces pays, le coût du travail horaire oscille entre seulement 5€ et 3€. En découle un classement, malgré les difficultés de collecte des données et de comparabilité, qui n'est pas sans rappeler les pratiques du secteur de la manufacture. Là aussi, les pays scandinaves sont en tête du peloton. Par contre le coût du travail semble proportionnellement très élevé dans le secteur agricole britannique. En effet dans l'industrie manufacturière, le Royaume-Uni se trouve dans la moyenne, avec un coût bien inférieur à ceux des pays du Benelux, de l'Autriche et de l'Irlande. Dans le secteur agricole britannique par contre, le coût du travail est deux fois plus élevé qu'en Irlande et bien supérieur à celui du groupe composé de l'Autriche, de la France, de la Belgique et des Pays-Bas, qui pris dans leur ensemble présentent un coût du travail dans le secteur industriel élevé à très élevé.
Tableau 3-1 : Coût du travail dans le secteur agricole

en Euro par heure de travail effectuée par un travailleur permanent




2012

2006

Danemark

28,37

18,88

Suède

23,77

15,80

Royaume-Uni

22,16

10,26

Finlande

21,58

12,31

Autriche

16,63

13,32

France

16,61

10,61

Pays-Bas

15,73

12,42

Belgique

15,19

12,30

Italie

13,72

11,15

Irlande

11,22

7,28

Espagne

9,38

8,50

Hongrie

5,28

2,02

Portugal

4,35

4,33

Lettonie

3,90

1,22

Pologne

3,32

1,85

Lituanie

3,13

2,36

2006 : les données se fondent sur les salaires établis par conventions collectives et donc uniquement comparables aux données de 2012.

2012 : les données relatives aux revenus sont les salaires minimums en Belgique et en France ; les salaires conventionnels en Autriche, en Espagne, aux Pays-Bas, au Portugal, en Lettonie et en Irlande ; et les revenus effectifs au Royaume-Uni, en Finlande, en Italie, en Suède, en Lituanie, au Danemark, en Pologne et en Hongrie. Pour ces derniers, les revenus effectifs au Royaume-Uni, en Lituanie, au Danemark et en Pologne sont le fruit d'une évaluation fournie par les organisations membres du Geopa – Copa.

Source : Geopa-Copa

Exemples de calcul du coût du travail :

Tableau 3 2: structure du coût du travail en France et en Suède pour la main d'oeuvre permanente

Données fournies par les membres du Geopa-Copa, présentées sous forme simplifiée




A
Salaire minimum

B
Rémuné-ration brute fixée par conven-tion collective

C
Paiement excep-tionnel fixé par conven-tion collective

D
Rémuné-ration brute effective

E
Paiements excep-tionnels effectifs

F
Congés payés

G
Jours fériés

H
Congés de maladie

I

Sécurité sociale

J
Coûts divers

Pays

En devise nationale

En devise nationale

En devise nationale ou en tant que multiple d'un salaire mensuel

En devise nationale

En devise nationale ou en tant que multiple d'un salaire mensuel

En jours de travail

En jours de travail

En jours de travail (unique-ment si payés par l'employ-eur

En pourcentage de la rémunération annuelle brute

En pourcentage de la rémunération annuelle brute

France

9,43 Euro







Minimum 9,43 Euro




25

Jusqu'à 11 (selon le calendrier)

Pas de moyenne

33

Environ 12

Suède










126,66skr

Non disponible

25

10

10 déduction faite d'un jour de carence

31,42

4,16 1)

1) Assurance retraite

Source : Geopa-Copa

Sur la base de ces données, le calcul du coût du travail s'établit comme suit :
France : pour tous les pays, nous partons du principe suivant : une semaine de 5 jours et 260 jours de travail potentiels. Le salaire horaire est également versé les jours rémunérés et les jours où il n'y a pas de travail. En France, il y a 25 jours de congé, 11 jours fériés et environ 10 jours de congés maladie indemnisés (estimation). Sur les 260 jours de travail rémunéré, il ne reste que 214 jours de travail effectif (soit 260 jours – 25 jours – 11 jours – 10 jours). De ces 214 jours, et à un tarif horaire de 9,43 Euro par heure travaillée, le salaire versé par heure est effectivement de 11,45 Euro (soit 9,43 Euro * 260/214). A cela s'ajoutent les paiements complémentaires à concurrence de 33% versés à la sécurité sociale et les frais divers à concurrence de 12%. Ainsi, le coût du travail horaire se monte à :

9,43 Euro * (260/214)* (1+0,33+0,12) = 16,61 Euro
Suède : en Suède le premier jour de maladie n'est pas indemnisé. Ainsi, nous ne partons pas du principe de 260 jours de travail rémunéré, mais bien de 259 jours. 44 jours de travail sont indemnisés (25 +10 + (10-1)), bien qu'aucun travail ne soit accompli ces jours-là. L'année ne compte alors que 215 jours de travail (259 jours – 44 jours). Donc le coût du travail horaire s'établit selon le calcul suivant :

126,66 skr * (259/215) * (1+0,3142+0,0416) = 206,87 skr (= 23,77 Euro)
Par rapport au dernier calcul effectué par le Geopa-Copa en 2006, une augmentation marquée est constatée dans la plupart des pays. La différence est particulièrement visible au Royaume-Uni et en Finlande. Mais en France et en Irlande aussi les taux de variation sont considérables. En Hongrie et en Pologne le coût du travail a même enregistré une augmentation spectaculaire. Plusieurs causes sont à l'origine de cette augmentation :

Sur une période de six ans, les salaires et le coût du travail ont réellement augmenté.

Le bilan de 2006 se fonde exclusivement sur les salaires conventionnels. Dans la présente étude les salaires effectifs sont également pris en compte.

Les coûts supplémentaires sont compilés différemment dans le bilan de 2006 par rapport à la présente étude.

Alors qu'en 2006 les pays membres du Geopa-Copa ont donné directement le niveau du coût du travail, dans la présente étude ils sont calculés sur la base des données détaillées fournies par les membres. Ceci rend les résultats plus transparents et plus uniformes. Ainsi la comparabilité des résultats en est améliorée.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Rapport de projet iconRapport final Préparé par Stéphanie Tremblay Chargée de projet (2013-2014)...
«Universal Design for Learning» ou cua aux réalités québécoises de nos établissements francophones d’enseignement supérieur 19

Rapport de projet iconRapport de presentation / projet

Rapport de projet iconRapport du projet multimédia

Rapport de projet iconLe rapport avance 28 propositions bâtissant un projet professionnel...

Rapport de projet iconOrganiser un Accueil collectif de Mineurs (acm) s’inscrit dans une...

Rapport de projet iconLe projet artistique et culturel du demandeur le rapport d’activité(s)...

Rapport de projet iconRapport de recherche final préparé pour l'ophq
«Projet d'expérimentation» de l'Office des personnes handicapées du Québec (ophq)

Rapport de projet iconRapport provisoire
«schéma unique» (lisibilité pour le citoyen, efficacité de la planification…). Ils se sont interrogés sur le lien entre leur contribution...

Rapport de projet iconAvant-projet d’amendement gouvernemental au projet de loi portant...

Rapport de projet iconProjet «les Euréliales» décision sur l’engagement du projet








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com