L’ancmsp s’engage à la cjc








télécharger 21.19 Kb.
titreL’ancmsp s’engage à la cjc
date de publication04.02.2018
taille21.19 Kb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
L’ANCMSP s’engage à la CJC
Fort de son activité au sein de la CJC (Confédération des Jeunes Chercheurs), l’ANCSMP a su s’imposer comme une pièce centrale dans l’organisation nationale de représentation des doctorants. Via cette organisation interlocutrice du ministère, l’ANCSMP peut ainsi défendre nos droits à l’échelon national, possibilité renforcée par la présence de ses membres au sein du bureau de la confédération.
Depuis 10 ans, la Confédération des jeunes chercheurs a pour but de représenter les chercheurs en début de carrière, doctorants et docteurs, au niveau national. Ainsi, elle est devenue un partenaire reconnu des instances ministérielles et parlementaires, tout autant que des acteurs politiques, universitaires et médiatiques.
L’ANCMSP a depuis longtemps fait le choix de faire partie de cette organisation mêmes si nous ne sommes pas d’accord avec absolument tout ce qui s’y décide. Par cette stratégie et un investissement renouvelé dans la vie de la CJC, nous avons pu nous imposer sans opposition comme un membre central de la Confédération sans trahir la défense de nos intérêts et notre but : dépeindre la réalité de la poursuite du doctorat en France loin du financement à 100 % et de la thèse en 3 ans.

Des opérations « coup de poing » à l’expertise



Issu du mouvement HotDocs de 1995, la Confédération est créée le 2 mars 1996. Elle organise un certain nombre d’opération « coup de poing » : interruption d’une séance de l’Académie des Sciences en décembre 1996 par une centaine de doctorants, intervention lors d’une émission de radio en direct en février 1997. Un de ses premiers faits d’armes est la promotion du projet de Contrat de Thèse (prémisse de la charte des thèses), lors des États Généraux de l’Université organisés par F.Bayrou au printemps 1996 puis sa mise en place dans tous les établissements en décembre 1998. Partenaire reconnue, elle participe à la consultation nationale organisée dans le cadre de la mission parlementaire Cohen-Le Déaut.

Les années 2000 voient une forte mobilisation de la Confédération autour de la revalorisation et de l’indexation de l’allocation de recherche. Cette action nécessitera une mobilisation constante durant plus d’un an et demi (pétition rassemblant plus de 13 000 signatures, deux manifestations à Paris, plusieurs rencontre avec le ministère et Matignon) avant d’aboutir à une première revalorisation de 5,5% à compter du 1er janvier 2002, renouvelée au 1er janvier 2003.

La CJC s’est ensuite saisie les nouvelles problématiques de la représentation des jeunes chercheurs au sein des instances universitaires et la transformation des libéralités en salaires. A son actif il faut signaler notamment le Rapport sur les conditions de travail illégales des jeunes chercheurs remis le 6 Février 2004 à Mme Haigneré, ministre délégué à la recherche et l’ensemble de son travail sur le sujet des « libéralités ».

Des moyens pour nous faire entendre



La CJC c’est d’abord une quarantaine d’associations françaises de jeunes chercheurs contractuels, doctorants et post-doctorants et donc un réseau d’information et d’échanges qui nous permet de nous confronter à la réalité des différents établissements et des différentes disciplines. Mais la CJC c’est surtout une organisation considérée comme représentative et à ce titre écoutée et sollicitée par le ministère et les politiques. En 2002 la liste présentée par la CJC au collège B du CNESER arrive en 3ème position. Elle obtient un siège et le statut d’organisation représentative de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle œuvre aussi au niveau européen via EURODOCS dont elle est membre fondatrice, et dont plusieurs présidents furent membres de la CJC.
En pratique, la CJC a été auditionnée par le parlement lors de la LPR et de la préparation de la loi de finance 2007. Elle a établi des contacts avec les commissions recherche des différents partis de gouvernement. Elle a pris position commune avec certains syndicats au CNESER (UNEF) concernant la réforme de l’arrêté de la formation doctorale.

Enfin, la CJC est reconnue pour son expertise par notre ministère. Lors des derniers mois, des délégations de la CJC avec des membres de l’ANCSMP en leur sein, se sont rendu au ministère trois fois : en mai au cabinet de François Goulard, en juin et juillet avec la DGRI et la DGES.

Une stratégie payante d’entrée de notre part



L’ANCMSP a fait le pari de travailler au sein de la CJC qui par son fonctionnement laisse la porte ouverte à la discussion et à la prise de responsabilité.

Les concepts et valeurs de base de la CJC visent une démocratie participative chère à ses fondateurs alors pétris d’une logique libertaire (comme quoi...) Quand une nouvelle question se pose à la CJC, elle cherche à s’approprier la question, concerte l’ensemble de ses membres, obtient le consensus et porte au vote lors des réunions nationales. Au quotidien, la CJC fonctionne sans l’aide de personnels permanents, uniquement grâce au bénévolat, et essentiellement en réseau, grâce à l’Internet. De nombreuses listes de discussion thématiques permettent un travail continu des différentes cellules de réflexion de l’association.

Le bureau de la CJC n'a qu'une valeur légale et symbolique: il n'est ni l'organe exécutif, ni l'organe décisionnel. La ligne d’action et de réflexion de la CJC est décidée (et votée) principalement lors de l’Assemblée générale et des deux réunions annuelles du Conseil d’administration, où tous les membres sont représentés. Le CA est souverain et à l’initiative de toute décision et position de la CJC. C’est pourquoi le Bureau n’a qu’un rôle de représentation et de gestion, dans lequel il est aidé d’une Cellule de coordination. Ainsi n'importe quel membre de la CJC peut la représenter et parler en son nom.
La stratégie de l’ANCMSP a été simple : investir les dossiers, porter nos positions, rechercher le consensus et représenter la CJC lors d’évènements.

Les raisons d’un engagement



Malgré sa volonté transdisciplinaire, force est de constater que la CJC est surtout composée d’associations de doctorants en sciences dites « dures » .

L’ANCMSP est donc la seule association disciplinaire d’envergure nationale à participer aux travaux de la CJC. Cette caractéristique ainsi que l’engagement fort de l’ANCMSP lors des Etats Généraux de la recherche permet à notre association de bénéficier d’une « écoute » au sein de la CJC. Si au départ, l’ANCMSP a cherché à défendre une pseudo spécificité des sciences sociales, elle a au contact d’autres associations pris conscience que d’autres lignes de fractures avaient autant de sens dans l’ensemble du milieu universitaire français. Les phénomènes de précarité ne sont pas du monopole de nos disciplines. Les questions en terme d’encadrement, de reconversion dans le monde extra universitaire, de la non reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives ou au sein de l’administration se posent partout. Ainsi malgré nos préjugés, nous nous retrouvons par exemple dans les mêmes problématiques que la majorité des doctorants en biologie (objet « pointu » et non vendable, faiblesse du nombre de postes).

La problématique actuelle reste souvent cantonnée à la reconversion sur des postes de R&D où certains types de docteurs entrent en concurrence avec des diplômés d’écoles d’ingénieurs. Il ne s’agit pas tant d’une opposition « sciences dures » - SHS, qu’en réalité une certaine vision de la bonne voie de reconversion du doctorant tourné vers des entreprises de haute technologie et à haute valeur ajoutée.

Les sciences sociales à la CJC !



Notre politique a été de retenir certaines associations de SHS qui hésitaient à s’investire mais aussi d’intégrer d’autres associations partenaires. Cela a été le cas récemment de l’association ASPASIE, association de jeunes chercheurs en science politique d’Aix en Provence. L’ANCMSP a été le moteur de la constitution d’un nouveau groupe de membres actifs beaucoup plus ouverts à nos problématiques.

Les 14 et 15 octobre dernier, s’est déroulé à Montpellier l’AG de la CJC. Le renouvellement du bureau a été marqué par une montée en puissance des doctorants issus de SHS. A coté de la présidente sociologue, on trouve un gestionnaire, une sociologue et deux politistes membres du bureau de l’ANCMSP. Cette présence de l’ANCMSP au sommet de la CJC est l’occasion pour nous de non seulement faire entendre notre voix, mais bâtir des positions à nos couleurs.

Une nouvelle priorité : l’emploi des docteurs



A coté du poste de Secrétaire nous avons obtenu le poste de Vice-président chargé de l’Emploi des docteurs. C’est une victoire pour nous de gérer cette question qui touche non seulement au recrutement académique mais surtout à l’emploi dans les fonctions publiques et la reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives et dans le monde de l’entreprise.

Nous nous félicitons que cette stratégie d’action au sein de la CJC débouche sur la mise en agenda de questions centrales pour notre association.

Et maintenant ?



Dans cette année d’élection, la CJC entend peser sur les décisions. Elle force les candidats à s’engager et œuvre afin d’anticiper la future réforme des universités qui se profile courant été 2007. Cette année sera aussi une année d’élection universitaire avec le scrutin du CNESER en mars prochain, instance consultative où la CJC déjà présente compte sur vous pour augmenter son poids.

Différents dossiers restent ouverts au centre desquels celui de l’emploi des docteurs, mais encore et toujours la résorption des libéralités, l’accueil administratif des chercheurs étrangers et la réforme du statut des ATER
(Encart)

Le vote de la LOPR



La CJC a effectué un gros travail de lobbying lors de l’adoption du Pacte pour la Recherche. On peut noter deux avancés notables : le doctorat est reconnu comme une expérience professionnelle et concernant les CIFRE, leur nombre est augmenté et étendu aux collectivités territoriales, aux associations et aux chambres consulaires.


(Encart)

La réforme du 7 Août 2006 de l’arrêté relatif à la formation doctorale



Cette réforme recentre le troisième cycle sur le doctorat reconnu comme une expérience professionnelle. Cet arrêté vise à améliorer le « statut » des doctorants. Le nombre de leurs représentants dans les conseils des ED est augmenté. Le nombre de doctorants par encadrant est fixé au niveau des Conseils Scientifiques.

(Encart)

Une revalorisation qui passe à l’attrape



Reste en suspens la promesse de la revalorisation à hauteur de 1.5 fois le SMIC. Si devant l’assemblée M Goulard s’était engagé sur ce point, il a été dit un temps qu’il y aurait en réalité une progressivité sur 3 ans de l’AR pour finir à 1.5 SMIC en 3ème année en octobre 2007. Les derniers débats autours de la loi de finance nous fait craindre le pire : le couplage AR et monitorat, avec en plus un monitorat qui passerait à deux ans sur les deux premières années.

similaire:

L’ancmsp s’engage à la cjc iconCompte rendu du we cjc samedi 22 octobre 2005 Matin 9h00-9h30 : Accueil des participants
«Professionnalisation des structures et des pratiques des acteurs de la formation doctorale»

L’ancmsp s’engage à la cjc iconNotre Cabinet s’engage à

L’ancmsp s’engage à la cjc iconMotion : Le Conseil d'administration de l'aemb soutien l'organisation...

L’ancmsp s’engage à la cjc iconEt procureur général du Québec
«d’aide psychologique que poursuivi au criminel», le procureur de la couronne a engagé des procédures criminelles injustifiées et...

L’ancmsp s’engage à la cjc iconContrat par lequel 1 pers, le salarie, s’engage a effectuer des prestations...

L’ancmsp s’engage à la cjc iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«guerre mondiale» qui engage presque toutes les grandes puissances mondiales sur cinq ou six pays

L’ancmsp s’engage à la cjc iconParcours de competences elevage laitier
«500 000 demandeurs d’emploi supplémentaires en formation», le fafsea s’est engagé à mettre en place des actions ciblées notamment...

L’ancmsp s’engage à la cjc iconPourquoi faut-il voter non au referendum
«ekenao ve ny volavolan-dalàmpanorenana hirosoana amin'ny Repoblika fatahaefatra ?», j'engage à dire non parce que contrairement...

L’ancmsp s’engage à la cjc iconPanorama de la presse quotidienne nationale du mardi 27 janvier 2009
«à l'identique» des réseaux après la tempête de 1999. Le plan d'enfouissement engagé par erdf ferait la part trop belle aux nouvelles...

L’ancmsp s’engage à la cjc iconDeliberations de la reunion du conseil municipal du 10/10/2014
«la commune de renwez assure R. T. E. du caractère certain et non aléatoire de la réalisation du projet et s’engage à compenser une...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com