Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962








télécharger 329.32 Kb.
titreExtrait du rituel Romain Latin-Français de 1962
page1/4
date de publication04.02.2018
taille329.32 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4


Le Sacrement

de Baptême


conféré aux adultes

e

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962

Pour les diocèses de langue française
Texte augmenté du rituel du baptême par étapes

Publié le 16 avril 1962

NB. La célébration liturgique prévoit l’utilisation de la colonne de gauche (caractères ordinaires), certaines traductions françaises (ici en italique, comme les exorcismes ou les formules sacramentales) n’étant données que pour la compréhension des fidèles. Cette édition, au singulier, convient pour le baptême d’un homme ou d’une femme.

© Fraternité Saint-Pierre 2012

[ 1er degré – Baptême par étapes ]
1. Au pied de l’autel
1. Le prêtre, revêtu du surplis, de l’étole et de la chape violette, se rend au pied de l’autel avec ses ministres, et à genoux, demande humblement à Dieu d’être digne d’administrer un tel sacrement ; il implore l’aide divine, puis se relève, se signe et dit :



V. Deus in adjutórium meum inténde.

R. Dómine ad adjuvándum me festína.

V. Gloria Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto.

R. Sicut erat in princípio, et nunc et semper : et in sǽcula sæculórum. Amen.

V. O Dieu, venez à mon aide.

R. Seigneur, hâtez-vous de me secourir.

V. Gloire soit au Père, au Fils et au Saint-Esprit.

R. Comme il était au commencement, maintenant, et toujours, dans les siècles des siècles. Amen.


2. Puis il continue avec le clergé présent :


Ant. Effúndam super vos aquam mundam, et mundabímini ab ómnibus inquinaméntis vestris, dicit Dóminus.

Antienne. Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés de toutes vos souillures, dit le Seigneur.


Psaume 8

Dómine, Dóminus noster, * quam admirábile est nomen tuum in univérsa terra !

Quóniam eleváta est magnificéntia tua * super cælos.

Ex ore infántium et lacténtium perfecísti laudem propter inimícos tuos, * ut déstruas inimícum et ultórem.

Quóniam vidébo cælos tuos, ópera digitórum tuórum : * lunam et stellas, quæ tu fundásti.

Quid est homo quod memor es eius ? * aut fílius hóminis, quóniam vísitas eum ?

Minuísti eum paulo minus ab Angelis, glória et honóre coronásti eum : * et constituísti eum super ópera mánuum tuárum.

Omnia subiecísti sub pédibus eius, * oves et boves univérsas : ínsuper et pécora campi.

Vólucres cæli, et pisces maris, * qui perámbulant sémitas maris.

Dómine, Dóminus noster, * quam admirábile est nomen tuum in univérsa terra !

Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.

Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.

Seigneur, notre Seigneur, * que votre nom est admirable dans toute la terre !

Car votre magnificence est élevée * au-dessus des cieux.

De la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle vous avez tiré une louange parfaite contre vos adversaires, * pour détruire l’ennemi et le vengeur.

Quand je verrai vos cieux, les œuvres de vos doigts, * la lune et les étoiles que vous avez créées.

Qu’est-ce que l’homme, pour que vous vous souveniez de lui ? * ou le fils de l’homme, pour que vous le visitiez ?

Vous l’avez abaissé un peu au-dessous des Anges, vous l’avez couronné de gloire et d’honneur :* et vous l’avez établi sur les ouvrages de vos mains.

Vous avez mis toutes choses sous ses pieds, * toutes les brebis, et tous les bœufs : et même les animaux des champs.

Les oiseaux du ciel, et les poissons de la mer, * qui parcourent les sentiers de la mer.

Seigneur, notre Seigneur, * que votre nom est admirable dans toute la terre !

Gloire au Père, et au Fils, * et au Saint-Esprit.

Comme il était au commencement, et maintenant, et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.


Psaume 28

Afférte Dómino, fílii Dei : * afférte Dómino fílios aríetum.

Afférte Dómino glóriam et honórem, afférte Dómino glóriam nómini eius : * adoráte Dóminum in átrio sancto eius.
Vox Dómini super aquas, Deus maiestátis intónuit : * Dóminus super aquas multas.

Vox Dómini in virtúte : * vox Dómini in magnificéntia.
Vox Dómini confringéntis cedros : * et confrínget Dóminus cedros Líbani.
Et commínuet eas tamquam vítulum Líbani : * et diléctus quemádmodum fílius unicórnium.

Vox Dómini intercidéntis flammam ignis : * vox Dómini concutiéntis desértum : et commovébit Dóminus desértum Cades.

Vox Dómini præparántis cervos, et revelábit condénsa : * et in templo eius omnes dicent glóriam.

Dóminus dilúvium inhabitáre facit : * et sedébit Dóminus Rex in ætérnum.

Dóminus virtútem pópulo suo dabit : * Dóminus benedícet pópulo suo in pace.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.

Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.

Offrez au Seigneur, enfants de Dieu : * offrez au Seigneur les petits des béliers.

Offrez au Seigneur gloire et honneur, offrez au Seigneur la gloire due à son nom : * adorez le Seigneur dans son saint parvis.

La voix du Seigneur est au-dessus des eaux, le Dieu de majesté a tonné : * le Seigneur au-dessus des grandes eaux.

La voix du Seigneur dans la puissance : * la voix du Seigneur dans la majesté.

La voix du Seigneur brise les cèdres : * et le Seigneur brisera les cèdres du Liban.

Il les mettra en pièces comme un jeune taureau du Liban : * et le bien-aimé sera comme le petit des licornes.

La voix du Seigneur fait jaillir des flammes de feu : * la voix du Seigneur ébranle le désert : et le Seigneur fera tressaillir le désert de Cadès.

La voix du Seigneur prépare les cerfs, et découvre les lieux sombres : * et dans son temple, tous diront : Gloire.

Le Seigneur fait persister le déluge : * et le Seigneur siègera en Roi à jamais.

Le Seigneur donnera la force à son peuple : * le Seigneur bénira son peuple dans la paix.

Gloire au Père, et au Fils, * et au Saint-Esprit.

Comme il était au commencement, et maintenant, et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.


Psaume 41

Quemádmodum desíderat cervus ad fontes aquárum : * ita desíderat ánima mea ad te, Deus.

Sitívit ánima mea ad Deum fortem vivum : * quando véniam, et apparébo ante fáciem Dei ?

Fuérunt mihi lácrimæ meæ panes die ac nocte : * dum dícitur mihi quotídie : Ubi est Deus tuus ?

Hæc recordátus sum, et effúdi in me ánimam meam : * quóniam transíbo in locum tabernáculi admirábilis, usque ad domum Dei.
In voce exsultatiónis, et confessiónis : * sonus epulántis.

Quare tristis es, ánima mea ? * et quare contúrbas me ?

Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi : * salutáre vultus mei, et Deus meus.

Ad meípsum ánima mea conturbáta est : * proptérea memor ero tui de terra Iordánis, et Hermóniim a monte módico.
Abyssus abyssum ínvocat, * in voce cataractárum tuárum.

Omnia excélsa tua, et fluctus tui * super me transiérunt.

In die mandávit Dóminus misericórdiam suam : * et nocte cánticum eius.

Apud me orátio Deo vitæ meæ, * dicam Deo : Suscéptor meus es.
Quare oblítus es mei ? * et quare contristátus incédo, dum afflígit me inimícus ?

Dum confringúntur ossa mea, * exprobravérunt mihi qui tríbulant me inimíci mei.

Dum dicunt mihi per síngulos dies : Ubi est Deus tuus ? * quare tristis es, ánima mea ? et quare contúrbas me ?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi : * salutáre vultus mei, et Deus meus.

Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.

Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, * et in sǽcula sæculórum. Amen.

Comme le cerf soupire après les sources des eaux : * ainsi mon âme soupire vers vous, Dieu.

Mon âme a soif du Dieu fort et vivant : * Quand viendrai-je, et paraîtrai-je devant la face de Dieu ?

Mes larmes ont été mon pain le jour et la nuit : * pendant qu’on me dit tous les jours : Où est ton Dieu ?

Je me suis souvenu de ces choses, et j’ai répandu mon âme au dedans de moi-même ; * car je passerai dans le lieu du tabernacle admirable jusqu’à la maison de Dieu.

Parmi les chants d’allégresse et de louange : * pareils au bruit d’un festin.

Pourquoi es-tu triste, mon âme ? * et pourquoi me troubles-tu ?

Espère en Dieu, car je Le louerai encore : * Lui le salut de mon visage et mon Dieu.

Mon âme a été toute troublée en moi-même : * c’est pourquoi je me souviendrai de vous, du pays du Jourdain, de l’Hermon, et de la petite montagne.

L’abîme appelle l’abîme, * au bruit de vos cataractes.

Toutes vos vagues élevées et vos flots * ont passé sur moi.

Pendant le jour, le Seigneur a envoyé sa miséricorde : * et la nuit son cantique.

En moi est une prière pour le Dieu de ma vie, * je dirai à Dieu : Vous êtes mon défenseur.

Pourquoi m’avez-vous oublié ? * et pourquoi faut-il que j’avance attristé, tandis que l’ennemi m’afflige ?

Pendant que mes os sont brisés, * mes ennemis qui me persécutent m’accablent par leurs reproches.

Pendant qu’ils me disent tous les jours : Où est ton Dieu ? * Pourquoi es-tu triste, mon âme ? et pourquoi me troubles-tu ?

Espère en Dieu, car je Le louerai encore : * Lui le salut de mon visage et mon Dieu.

Gloire au Père, et au Fils, * et au Saint-Esprit.

Comme il était au commencement, et maintenant, et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.



Ant. Effúndam super vos aquam mundam, et mundabímini ab ómnibus inquinaméntis vestris, dicit Dóminus.

Antienne. Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés de toutes vos souillures, dit le Seigneur.


3. Après la répétition de l’antienne, la prière se fait plus pressante :


Seigneur, ayez pitié.

Christ, ayez pitié.

Seigneur, ayez pitié.

Notre Père (à voix basse)…

V. Et ne nous laissez pas succomber à la tentation.

R. Mais délivrez-nous du mal.

V. Seigneur, exaucez ma prière.

R. Et que mon cri parvienne jusqu’à vous.

V. Le Seigneur soit avec vous.

R. Et avec votre esprit.

Prions.

Dieu éternel et tout-puissant, qui avez donné à vos serviteurs de reconnaître la gloire de la Trinité éternelle en confessant la vraie foi, et d’en adorer l’unité dans sa puissance et sa majesté, nous vous demandons que cette foi inébranlable nous préserve toujours contre toute adversité.
Prions.

Ecoutez nos prières, Dieu tout-puissant, et que, par votre force, les gestes de notre ministère humain obtiennent leur efficacité.


Kýrie, eléison.

Christe, eléison.

Kýrie, eléison.

Pater noster (secreto).

V. Et ne nos indúcas in tentatiónem.

R. Sed líbera nos a malo.

V. Domine, exáudi oratiónem meam.

R. Et clamor meus ad te véniat.

V. Dóminus vobíscum.

R. Et cum spíritu tuo.

Orémus. Oratio

Omnipotens, sempitérne Deus, qui dedísti fámulis tuis in confessióne veræ fídei, ætérnæ Trinitátis glóriam agnóscere, et in poténtia majestátis adoráre unitátem : quǽsumus ; ut, ejúsdem fídei firmitáte, ab ómnibus semper muniámur advérsis.

Orémus. Oratio

Adésto supplicatiónibus nostris, omnípotens Deus : et quod humilitátis nostræ geréndum est ministério, tuæ virtútis impleátur efféctu.


4. Suivant les cas, cette oraison, ainsi que les suivantes sont mises au masculin, au féminin, ou au pluriel.


Prions.

Accordez, Seigneur, à notre Élu(e), une fois instruit(e) des saints mystères d’être régénéré(e) par l’eau du Baptême et compté(e) parmi les membres de votre Église. Par le Christ Notre-Seigneur.

R. Amen.

Orémus. Oratio

Da, quǽsumus, Dómine, Elécto() nostro(), ut sanctis edóctus(-a) mystériis, et renovétur fonte Baptísmatis, et inter Ecclésiæ tuæ membra numerétur. Per Christum Dóminum nostrum.

R. Amen.


2. A la porte de l’église
5. Le prêtre se rend à la porte de l’église, et se place à l’entrée, le catéchumène étant à l’extérieur, avec son parrain et sa marraine. Le cas échéant, les hommes se placent à droite du prêtre et les femmes à gauche.

Puis le prêtre interroge le catéchumène. S’il y en a plusieurs, l’interrogatoire est individuel jusqu’à l’oraison « Te déprecor». Le premier soin du prêtre est de donner un nouveau nom, pour le mettre sous le patronage d’un saint : il et le fait entrer dans la famille des enfants de Dieu, le place sous sa protection, et lui donne en exemple. La première exhortation est une précatéchèse symbolique, avec la citation des deux commandements qui résument tous les autres, et une introduction au mystère de la Sainte Trinité.


Prêtre. Quel est votre nom ?

Catéchumène. N.

P. N., que demandez-vous à l’Église de Dieu ?

C. La Foi.

P. Que vous procure la Foi ?

C. La Vie éternelle.

P. Si vous voulez posséder la vie éternelle, observez les Commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. » Ces deux commandements résument toute la Loi et les Prophètes.

La foi consiste à adorer un seul Dieu en trois Personnes et les trois Personnes dans l’unité, sans confondre les Personnes et sans diviser la nature divine. Le Père est une Personne, le Fils en est une autre, le Saint-Esprit en est une troisième. Mais ces trois Personnes n’ont qu’une seule nature, une seule et même divinité.

Sacerd. Quo nomine vocáris ?

Catech. N.

S. N., quid petis ab Ecclésia Dei ?

C. Fidem.

S. Fides, quid tibi præstat ?

C. Vitam ætérnam.

S. Si vis habére vitam ætérnam, serva mandáta. Díliges Dóminum Deum tuum ex toto corde tuo, et ex tota ánima tua, et ex tota mente tua, et próximum tuum sicut te ipsum. In his duóbus mandátis tota Lex pendet, et Prophétæ.

Fides autem est, ut unum Deum in Trinitáte, et Trinitátem in unitáte veneréris, neque confundéndo persónas, neque substántiam separándo. Alia est enim persóna Patris, ália Fílii, ália Spíritus Sancti : sed horum trium una est substántia, et nónnisi una Divínitas.


6. Le prêtre interroge sur le degré de renoncement au péché :


P. N., renoncez-vous à Satan ?

C. J’y renonce.

P. Et à toutes les œuvres de Satan ?

C. J’y renonce.

P. Et à toutes ses séductions ?

C. J’y renonce.

S. N., abrenúntias sátanæ ?

C. Abrenúntio.

S. Et ómnibus opéribus ejus ?

C. Abrenúntio.
S. Et ómnibus pompis ejus ?

C. Abrenúntio.


7. Puis il interroge sur la connaissance du symbole de la Foi et des principaux mystères chrétiens :


P. Croyez-vous en Dieu le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre ?

C. Je crois.

P. Croyez-vous en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre-Seigneur, qui est né et qui a souffert la Passion ?

C. Je crois.

P. Croyez-vous aussi en l’Esprit-Saint, à la Sainte Église catholique, à la communion des Saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair et à la vie éternelle ?

C. Je crois.

S. Credis in Deum Patrem omnipoténtem, Creatórem cæli et terræ ?

C. Credo.

S. Credis in Jesum Chrístum, Fílium ejus únicum, Dóminum nostrum, natum, et passum ?

C. Credo.

S. Credis et in Spíri­tum Sanctum, sanctam Ecclésiam cathólicam, Sanctórum communiónem, remissiónem peccatórum, carnis resurrectiónem, et vitam ætérnam ?

C. Credo.


8. Le prêtre commence alors les rites libérateurs. En comprimant les lèvres, il souffle trois fois sur le visage du catéchumène : ce geste de mépris, fut celui du Christ pour chasser le démon et ses influences.


P. Retire-toi, esprit im­pur, et cède la place à l’Esprit-Saint Paraclet.

S. Exi ab eo (ea), spíritus immúnde, et da locum Spirítui Sancto Paráclito.


9. Le prêtre, les lèvres écartées, souffle en forme de croix sur le visage : ce nouveau geste, diffère nettement du précédent ; il manifeste l’effusion du « Souffle de Dieu», le Saint-Esprit.


P. N., recevez l’Esprit-Saint par ce souffle, et la bénédiction  de Dieu. Que la paix soit avec vous.

C. Et avec votre esprit.

S. N., áccipe Spíritum bonum per istam insufflatiónem, et Dei bene dictiónem. Pax tibi.

C. Et cum spíritu tuo.


10. Puis, avec son pouce, le prêtre trace une croix sur le front et sur la poitrine du catéchumène : tout chrétien est consacré au Christ, il est marqué de la croix, comme une protection victorieuse contre les attaques futures du démon. Le signe sur le front manifeste que le chrétien ne doit jamais rougir de sa foi ; celui sur le cœur, montre l’amour pour Jésus crucifié.


P. N., recevez le signe de la Croix sur votre front  et dans votre cœur . Accueillez la foi et ses enseignements divins, et vivez de telle manière, que vous puissiez être désormais le temple de Dieu. A votre entrée dans l’Église de Dieu, reconnaissez avec joie que vous avez échappé aux liens de la mort.

S. N., áccipe signum Crucis tam in fron te, quam in cor de : sume fidem cæléstium præceptórum. Talis esto móribus, ut templum Dei jam esse possis : ingressúsque (ingréssaque) ecclésiam Dei, evasísse te láqueos mortis, lætus (-a) agnósce.


Si le catéchumène vient du paganisme ou de l’idolâtrie :


P. Repoussez les idoles, rejetez les faux dieux.

S. Horrésce idóla, réspue simulácra.


[Ou, s’il vient du judaïsme :]


P. Repoussez l’infidélité des Juifs, rejetez leurs pratiques.

Horrésce Judáicam perfídiam, réspue Hebráicam superstitiónem.


[Ou, s’il vient de l’islam :]


P. Repoussez l’infidélité musulmane, rejetez le mal d’une religion infidèle.

S. Horrésce Mahuméticam perfídiam, réspue pravam sectam infidelitátis.


[Ou, s’il vient d’une hérésie ou d’une secte :]


P. Repoussez le mal de l’hérésie, rejetez les er­reurs de la secte N.

S. Horrésce hæréticam pravitátem, réspue nefárias sectas impiórum N.


Puis il poursuit :


P. Adorez Dieu le Père tout-puissant, et Jésus-Christ son Fils unique, Notre-Seigneur, qui viendra juger les vivants et les morts et le monde par le feu.

C. Amen.
Prions.

Je vous en supplie, Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout-puissant, daignez montrer à votre serviteur (servante) N. qui erre incertain(e) et inquiet (inquiète) dans la nuit de ce monde, le chemin de la vérité et de votre connaissance. Que ses yeux s’ouvrent pour vous reconnaître comme le seul Dieu, le Père dans le Fils, et le Fils dans le Père avec le Saint-Esprit ; et qu’il (elle) puisse recueillir, ici-bas et dans le monde à venir, le fruit de cette profession de foi. Par le Christ Notre-Seigneur.

C. Amen.

S. Cole Deum Patrem omnipoténtem, et Jesum Christum, Fílium ejus únicum, Dóminum nostrum, qui ventúrus est judicáre vivos et mórtuos, et sǽculum per ignem.

C. Amen.
Orémus. Oratio

Te déprecor, Dómine Sancte, Pater omnípotens, ætérne Deus : ut huic fámulo tuo N., qui (fámulæ tuæ N., quæ) in hujus sǽculi nocte vagátur incértus(-a) ac dúbius(-a), viam veritátis et agnitiónis tuæ júbeas demonstrári : quátenus, reserátis óculis cordis sui, te unum Deum Patrem in Fílio, et Fílium in Patre cum Spíritu Sancto recognóscat, atque hujus confessiónis fructum, et hic, et in futúro sǽculo percípere mereátur. Per Christum Dóminum nostrum.

C. Amen



11. Puis, avec son pouce, le prêtre signe l’élu sur le front, sur les oreilles, sur les yeux, sur les narines, sur la bouche, sur la poitrine et sur les épaules. Le signe de la croix est le sceau du Christ, rappel de la rédemption, protection du chrétien. Il aidera le baptisé à rendre témoignage au Christ, à travers chacun de ses sens.


Je vous signe le front  pour que vous portiez la Croix du Seigneur.
Je vous signe les oreilles  pour que vous écoutiez les enseignements divins.
Je vous signe les yeux  pour que vous voyiez la gloire de Dieu.
Je vous signe les narines  pour que vous respiriez la bonne odeur du Christ.
Je vous signe les lèvres  pour que vous prononciez les paroles de vie.
Je vous signe le cœur  pour que vous croyiez en Dieu.
Je vous signe les épaules  pour que vous portiez le joug de son service.

Signo tibi fron tem, ut suscípias Crucem Dómini.

Signo tibi au res, ut áudias divína præcépta.

Signo tibi ócu los, ut vídeas claritátem Dei.
Signo tibi na res, ut odórem suavitátis Christi séntias.

Signo tibi os , ut loquáris verba vitæ.

Signo tibi pe ctus, ut credas in Deum.
Signo tibi scá pulas, ut suscípias jugum servitútis ejus.



Puis le prêtre fait des signes de croix avec sa main sur le corps tout entier, sans le toucher. C’est la consécration du corps comme « temple spirituel», où Dieu va habiter.


Je vous signe tout en­tier au nom du Père , et du Fils et du Saint- Esprit, afin que vous pos­sédiez la vie éternelle et que vous viviez dans les siècles des siècles. C. Amen.
Prions.

Seigneur, écoutez nos prières avec bonté. Entourez constamment de votre puissante protection N., votre Élu(e), que nous avons marqué(e) de la Croix du Seigneur. Faites qu’il (elle) garde les premiers éléments de la gloire divine et que, par sa fidélité à vos commandements, il (elle) puisse parvenir à la gloire de la nouvelle naissance. Par le Christ Notre-Seigneur.

C. Amen.
Prions.

Dieu, qui êtes le créateur du genre humain, mais aussi son rédempteur, soyez favorable à ceux que vous adoptez, et inscrivez dans l’Alliance nouvelle ces nouveaux enfants, afin que, devenus fils de la promesse, ils aient la joie de recevoir par votre grâce ce qu’ils n’avaient pu obtenir par leur naissance. Par le Christ Notre-Seigneur.

C. Amen.

Signo te totum in nómine Pa tris, et Fí lii, et Spíritus Sancti, ut hábeas vitam ætérnam, et vivas in sǽcula sæculórum.

C. Amen.
Orémus. Oratio

Preces nostras, quǽsumus, Dómine, cleménter exáudi, et hunc Eléctum tuum N. (hanc Eléctam tuam N.) Crucis Domínicæ impressióne signátum(-am), perpétua virtúte custódi : ut, magnitúdinis glóriæ tuæ rudiménta servans, per custódiam mandatórum tuórum ad regeneratiónis glóriam perveníre mereátur. Per Christum Dóminum nostrum.

C. Amen.
Orémus. Oratio

Deus, qui humáni géneris ita es cónditor, ut sis étiam reformátor, propitiáre pópulis adoptívis, et novo testaménto sóbolem novæ prolis adscríbe : ut fílii promissiónis, quod non potuérunt ássequi per natúram, gáudeant suscepísse per grátiam. Per Christum Dóminum nostrum.

C. Amen.


12. Le prêtre impose la main sur la tête de l’élu, et garde la main étendue. Ce geste d’autorité symbolise la prise de possession par Dieu du catéchumène, en même temps que l’appel à la grâce d’en haut.


Prions.

Dieu tout-puissant et éternel, Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, daignez regarder votre serviteur (servante) N., que vous avez appelé(e) à la Foi. Écartez de lui (d’elle) tout aveuglement du cœur ; brisez tous les liens par lesquels Satan le (la) tenait attaché(e). Ouvrez-lui la porte, Seigneur, dans votre miséricorde ; qu’imprégné(e) du sel, symbole de votre sagesse, il (elle) ne soit pas atteint(e) par l’infection des passions mauvaises : mais qu’au parfum de vos enseignements, il (elle) vous serve avec joie dans votre Église, progresse de jour en jour et soit digne, après avoir pris le remède du sel, de parvenir à la grâce du Baptême. Par le Christ Notre-Seigneur.

C. Amen.

Orémus. Oratio

Omnípotens sempitérne Deus, Pater Dómini nostri Jesu Christi, respícere dignáre super hunc fámulum tuum N., quem (hanc fámulam tuam N., quam) ad rudiménta fídei vocáre dignátus es : omnem cæcitátem cordis ab eo (ea) expélle : disrúmpe omnes láqueos sátanæ, quibus fúerat colligátus (-a) : áperi ei, Dómine, jánuam pietátis tuæ, ut, signo sapiéntiæ tuæ imbútus (-a), ómnium cupiditátum fœtóribus cáreat, et ad suávem odórem præceptórum tuórum lætus (-a) tibi in Ecclésia tua desérviat, et profíciat de die in diem, ut idóneus (-a) efficiátur accédere ad grátiam Baptísmi tui, salis percépta medicína. Per eúmdem Christum Dóminum nostrum.

C. Amen.


Si le baptême est fait par étapes, c’est alors le premier renvoi :


[P. Allez en paix, et que le Seigneur soit avec vous.

C. Amen.]

[S. Vade in pace et Dóminus sit tecum.

C. Amen.]


  1   2   3   4

similaire:

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconExtrait du rituel du baptême

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconÊtre dessous, tenir bon, le terme latin
«hypostase» en français et hupokeïménon, littéralement le «jeté-dessous»1, qui a été aussi rendu en latin par subjectum, d'où notre...

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconPhonétique historique du Latin à l’Ancien français

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconL’invention de la citoyenneté dans le monde antique
«lac romain». Rome étend son empire sur trois continents. Sur ces territoires divisés en provinces (du latin pro vincere = territoire...

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconGeorges Cuvier, Naturaliste français (Montbéliard 1769-Paris 1832)....

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconLe passé simple français dérive du parfait latin ( thème du perfectum...
...

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 icon16 octobre 1962 était promulgué la première Constitution du Burundi

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconL'autorite francaise en algerie rétrospective de la conquête à l'indépendance (1830-1962)

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconP roblématique : Que se passe-t-il après les invasions barbares et...
«L’ancienne loi qui prétend interdire sans raison le mariage des gens qui sont de même condition est déclarée nulle. La loi suivante...

Extrait du rituel Romain Latin-Français de 1962 iconTraduction et notes de Romain Descendre








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com