Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ?








télécharger 315.22 Kb.
titreQuel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ?
page2/7
date de publication07.10.2017
taille315.22 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

1. L’Education à l’environnement pour un développement durable, pourquoi ? Comment ?

1.1 Une actualité brûlante : une humanité mise au défi


1.1.1 Des évènements

Le protocole de Kyoto rediscuté à Montréal en 2005, le porte-avion Clémenceau, le site Internet « défi pour la terre », la charte de l’environnement, l’exposition de l’Education Nationale sur « le développement durable, pourquoi ? », les titres nombreux des magazines sur le réchauffement climatique, la campagne « Réduisons nos déchets »… la liste pourrait être longue.

Depuis plus de 30 ans certains nous annoncent que cela ne pourra durer éternellement, que nous ne pourrons exploiter sans fin et sans loi notre planète, le seul vaisseau de l’humanité.

Actuellement, on reparle du pétrole, dont on nous dit que les réserves ne tiendront plus que 40 ans, au rythme actuel d’exploitation. Tout cela pour nous faire prendre conscience qu’un changement est nécessaire et qu’il vaut mieux le préparer pour éviter des bouleversements trop brutaux. D’énormes défis sont à relever par l’humanité entière. Les politiques sont-ils prêts à relever le gant ? L’éducation est considérée comme un outil de changement et l’Education Nationale fait un premier pas en élargissant au développement durable la perspective de l’éducation à l’environnement déjà prévue dans les textes.
1.1.2 Des textes

Résolutions, charte de l’environnement, textes officiels à tous les niveaux…

Depuis peu existe la Charte de l’environnement intégrée en 2005 à la Constitution française dont l'article 8 affirme que "l'éducation et la formation à l'environnement doivent contribuer à l'exercice des droits et des devoirs". L'EEDD participe donc d'un projet de société affirmé par la représentation nationale en matière d'environnement.

En 2002, les Nations Unies ont confié à l'UNESCO la responsabilité de la promotion de la décennie pour l'éducation en vue du développement durable (2005-2014) et l'élaboration d'un projet de programme d'application international. Ce programme devrait proposer aux gouvernements des moyens pour promouvoir et améliorer l'intégration de l'éducation en vue du développement durable dans leurs politiques, stratégies et plans éducatifs.

Selon l’UNESCO, l’objectif général de l’EDD est de donner aux citoyens les capacités d’œuvrer à améliorer l’environnement et les rapports sociaux, ce qui implique de leur part engagement et participation active. 

Nous retrouvons les mêmes finalités de l'éducation à l'environnement dans la plupart des pays : la sensibilisation, la transmission des connaissances, l'accession à des valeurs et l'acquisition de comportements.

En 2003, la France a mis en place une stratégie nationale de développement durable. Elle prévoit, entre autres de renforcer le lien entre école et société civile pour permettre au futur citoyen d'acquérir une culture structurée et raisonnée en matière d'environnement et de développement durable pour en faire un acteur responsable.

Textes officiels de l’Education Nationale


  • La circulaire n°2004-110 du 8 juillet 2004, parue au lien_externeBO n°28 du 15 juillet 2004, relative à la généralisation de l'éducation à l'environnement pour un développement durable.1 Cette circulaire concerne les enseignements élémentaire et secondaire.

  • La note de service publiée au BO n°25 du 24 juin 2004 portant sur les instructions pédagogiques pour une éducation au développement et à la solidarité internationale

L’éducation au développement et à la solidarité internationale vise à faire comprendre les grands déséquilibres mondiaux et à permettre la réflexion sur les moyens d’y remédier, afin que tous les peuples et toutes les personnes aient le droit de contribuer au développement, d’en bénéficier. Elle incite les jeunes à s’engager dans des actions, ainsi qu’y invitent le guide de l’engagement et le site dédié à l’engagement des jeunes.
Les étapes de la mise en place de l'EEDD en France

Depuis 2003, rapports, colloques et expérimentations ont permis cette mise en place2
1.2 La notion d’Education à l’environnement pour un développement durable (EEDD)

1.2.1 Définitions

EDUCATION

« Le droit à l'éducation est garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d'élever son niveau de formation initiale et continue, de s'insérer dans la vie sociale et professionnelle, d'exercer sa citoyenneté »3

Voilà pour les objectifs mais les moyens pour les atteindre sont toujours objet de débats…
ENVIRONNEMENT

L’environnement est constitué de “l’ensemble des éléments qui, dans la complexité de leurs relations, constitue le cadre, le milieu, les conditions de vie pour l’homme” (Pierre George, géographe).4

L’environnement n’est donc pas seulement ce qui nous environne mais bien les interrelations, sans hiérarchie, entre l’homme, la nature, la société et le temps.

  • l’homme est partie prenante du milieu naturel dans l’utilisation des ressources naturelles mais aussi comme source de différentes formes de pollution

  • l’homme aussi dans sa relation à ses semblables, dans la dimension sociale et économique

  • l’homme enfin dans sa relation au temps, hier mais surtout demain. Quelle terre pour nos enfants ? 5


DEVELOPPEMENT DURABLE

1987 : Gro Harlem Brundtland dans le rapport de l'ONU intitulé Notre avenir à tous, crée ce terme : "Le développement durable est un développement qui correspond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs." »  « Sustainable development » peut être traduit par d’autres termes…

1992 : le Sommet de la Terre à Rio institutionnalise cette notion. 173 pays signent la « Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement » ainsi qu’un document de proposition d’actions « l’agenda pour le 21ème siècle »  ou agenda 21.

2002 : Sommet mondial du développement durable de Johannesbourg.
Le développement durable repose sur 3 piliers (voir figure1): efficacité économique, protection de l’environnement et équité sociale, il s’articule autour de 5 idées : solidarité, approche systémique, gouvernance/ participation citoyenne, consomm’action et principe de précaution et repose sur 10 principes d’action locale : approche globale, penser au long terme, agir sur les causes, faire des économies dans la production et la consommation, principe pollueur-payeur, impliquer l’ensemble des acteurs, valoriser les ressources et réalités locales, esprit de solidarité et de coopération, adapter les projets à la bonne échelle et articuler le global/ local.

Cette notion dont on parle tant demeure pourtant assez floue, et peut être acceptée de différentes façons. Une « durabilité forte » insiste davantage sur la sauvegarde du capital naturel, une « durabilité faible » met l’accent sur la croissance économique et l’efficacité dans l’utilisation des différents facteurs.

concept_schema

Figure le développement n'est durable que dans la mesure où l'efficacité des activités économiques contribue au bien-être social sans remettre en cause les mécanismes de régulation de notre environnement

Ce flou peut soit rendre cette notion inapplicable soit au contraire laisser un jeu créant un espace de dialogue. Il faut donc arriver à négocier pour rendre durable un développement qui actuellement ne l’est pas. Une transformation profonde du monde (et des humains ?) est nécessaire pour cela…
Une régulation internationale est vaine si le développement durable ne se décline pas à l’échelle locale où des agendas 21 locaux doivent se mettre en place. Des agendas 21 d’établissements scolaires peuvent donc exister.

Adopter de nouveaux comportements quotidiens, porter un regard plus solidaire sur les autres et sur la planète, rompre avec les habitudes de consommation destructrices, les enfants, les jeunes et tous les citoyens font l’apprentissage d’un 21ème siècle à construire.
Le développement durable peut-il être vu comme une méthode de réflexion ?6

Nous vivons dans un monde incertain. Le développement durable, ce serait une volonté de réconcilier le local et le planétaire, la nature à la fois comme ressource et comme système, le temps court des besoins immédiats et le temps long des générations. Il nous oblige à relier des problèmes séparés et plus profondément à justifier nos actions dans plusieurs registres en nous référant à plusieurs échelles et à plusieurs sociétés

Ce concept peut constituer non une solution mais plutôt une méthode qui serait une manière de réfléchir et de justifier des choix.

Le développement durable réintroduit une ambiguïté : le progrès peut être à la fois source d'une vie meilleure et de destruction irréversible. Cela nous renvoie nécessairement à la production scientifique et technologique, donc à la place et à la responsabilité des chercheurs et des enseignants. Le développement durable pourra donc acquérir un vrai statut quand il introduira une réelle ambivalence dans notre manière de considérer la production de connaissances, quand il permettra d'introduire du débat sur les priorités et les enjeux de la connaissance.
EDUCATION A L’ENVIRONNEMENT POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE

La nature transversale et pluridisciplinaire du développement durable implique une nouvelle manière de penser l'enseignement.

L’EEDD présente des applications dans les différents champs disciplinaires et pourrait devenir un biais à privilégier pour le développement des apprentissages fondamentaux, à commencer par les compétences transversales d'ordre intellectuel, affectif, cognitif, communicationnel, socioprofessionnel, ...

Actuellement, le cloisonnement des disciplines ne débouche pas forcément sur une prise en compte des valeurs - à commencer par l'altérité - qui sous-tendent le développement durable

L’EEDD tend à devenir progressivement universelle. Mais autant nous pouvons développer une vision unique sur son volet écologique (nécessité de réduire les pollutions, de sauvegarder la biodiversité, ...), autant sa dimension sociale relève de la reconnaissance de la diversité culturelle et du respect nécessaire des différents groupes socioculturels qui peuplent notre planète. L'éducation, à commencer par l'enseignement du primaire au supérieur, est peut-être le lieu privilégié pour favoriser le changement des mentalités, des pratiques et représentations relatives au développement durable et à l'interculturalité. Or l'école représente le lieu privilégié des apprentissages à vivre ensemble.

1.2.2 Enjeux et objectifs de l’EEDD

ENJEUX 7:

  • Citoyen : éducation, sensibilisation, action, comportement

  • Sociétal : participation, responsabilisation, recul critique

  • Environnemental : protection, respect, préservation

  • Planétaire, spatiotemporel : avenir, long terme, paix, répartition des richesses

  • Pédagogique : interdisciplinarité, changement de méthodes pédagogiques

  • Méthodologique : remise en cause des certitudes, éviter les dérives extrêmes

  • Valeur : solidarité, partage, respect de l’autre, urgence


D’après la circulaire n°2004-110 du 8 juillet 2004, parue au http://eduscol.education.fr/d0002/lien_externe.gifBO n°28 du 15 juillet 2004, relative à la généralisation de l'éducation à l'environnement pour un développement durable.8 Cette éducation doit permettre aux élèves :

  • d’acquérir des connaissances et des méthodes nécessaires pour se situer dans leur environnement et y agir de manière responsable.

  • sans catastrophisme mais avec lucidité les aider à mieux percevoir l’interdépendance des sociétés humaines avec l’ensemble du système planétaire et la nécessité pour tous d’adopter des comportements propices à la gestion durable de celui-ci ainsi qu’au développement d’une solidarité mondiale.

Vouloir éduquer à l'environnement nécessite de prendre en compte trois séries d'objectifs :

  • fltriblddes objectifs de structuration de concepts, comme ceux d'espace, de temps, de ressources, d'écosystème, de production, de consommation, d'aménagement

  • des objectifs de méthodes et de démarches, comme les méthodes d'enquête, de mesures, la démarche expérimentale, la modélisation

  • des objectifs d'attitudes comme l'esprit critique, l'initiative, la décision, l'engagement, la résolution de problème par l'action, l'implication dans la résolution des problèmes, la coopération, la solidarité 9

Il n'est cependant pas question de pratiquer un "enseignement des choix", mais bien une "éducation AU choix" en donnant à chacun le moyen de construire ses propres réponses susceptibles de guider ses actions. Les enjeux liés à la formation civique, l'utilité sociale de la démarche donnent le véritable sens de l'EEDD.
 Vouloir éduquer à l’environnement est avant tout vouloir éduquer et cela dans une société aux transformations rapides où les connaissances apparaissent révocables : éduquer invite à la créativité et même à une éthique de contestation.

« Face aux bouleversements de nos sociétés, nous devons pratiquer une éducation pour le changement mais aussi pour la paix, la tolérance, la solidarité dans un véritable projet de société. » 10
1.2.3 Modalités de mise en oeuvre

« L’EEDD ne constitue pas une nouvelle discipline. Elle est généralisée dès la rentrée 2004 et :

  • doit intégrer certaines dimensions de l’éducation à la santé et au risque, à la citoyenneté et, plus généralement, au développement solidaire…

  • doit reposer sur des démarches pédagogiques diversifiées privilégiant des situations concrètes qui développeront chez les élèves la sensibilité, l’initiative, la créativité, le sens des responsabilités et de l’action….

La prérentrée offrira l’opportunité de travailler, dans les écoles et les établissements scolaires, à une mise en œuvre concertée et cohérente de cette démarche ».11
D’après l’UNESCO, L’EDD reflète une préoccupation pour une éducation de grande qualité, ayant les caractéristiques suivantes :
- Être interdisciplinaire et holistique : l’apprentissage en vue du développement s’inscrit dans l’ensemble des contenus et n’est pas une matière distincte
- Viser l’acquisition de valeurs : partager les valeurs et les principes qui fondent le développement durable
- Développer la pensée critique et la résolution des problèmes : inspirer la confiance en soi devant les dilemmes et les défis du développement durable
- Recourir à une multiplicité de méthodes : parole, arts plastiques, débats, expérience, pédagogies diverses qui modèlent les processus
- Encourager la prise de décisions en collectivité : les apprenants participent aux décisions sur la manière dont ils vont apprendre
- Être en accord avec la vie locale : en traitant les problèmes locaux aussi bien que mondiaux et en utilisant la langue la plus familière aux apprenants

1.2.3.1 Enseigner autrement

L’EEDD doit donc permettre de développer l’esprit critique, la créativité, l’écoute des autres, l’action au sein de la classe, de l’établissement et l’ouverture au monde. Ce ne doit pas être une approche militante car elle doit permettre aux jeunes de réfléchir et d’être en mesure de faire des choix respectueux de l’environnement. Respecter l’environnement, c’est se respecter soi-même, c’est respecter l’autre, ici et ailleurs, aujourd’hui et demain.

En Europe, les méthodes pédagogiques habituellement employées sont généralement variées parce que les enseignants ont tendance à revendiquer une liberté dans le choix de leur méthode d'enseignement. Si la méthode de résolution de problème (identification de la situation problème, inventaire des facteurs pouvant interagir, formulation d'hypothèses, mise en place de démarches d'investigation, analyse des informations recueillies, propositions de solutions alternatives) apparaît comme la plus adéquate pour l'éducation à l'environnement, d’autres méthodes sont fréquemment utilisées12

L'éducation à l'environnement aurait pour objectif de retisser des liens entre tous les acteurs d’une société et relève en cela de l'éducation fondamentale. Elle devrait se constituer comme une approche transversale redonnant du sens aux apprentissages scolaires, comme un pôle d'interaction entre connaissances scolaires et extrascolaires. Ainsi, il apparaît que l'éducation à l'environnement est reliée à d'autres dimensions de l'éducation "moderne", à savoir, l'éducation à la citoyenneté, l'éducation interculturelle, l'éducation à la santé, etc.

Comment éduquer ?

Selon Michel Gervais13 le premier problème est d’obtenir l’adhésion des élèves, pour cela le choix du thème est important. Puis quatre problèmes pédagogiques se présentent :

  • De l’indignation à l’action : l’ampleur du problème peut plonger la majorité dans l’abattement et mener à l’indifférence tandis qu’une minorité sera prête à agir sans délai. Il s’agira de canaliser l’énergie de cette minorité en faisant prendre conscience des conditions indispensables pour l’efficacité de l’action tout en motivant la majorité.

  • De l’engagement personnel à l’action collective : rechercher l’engagement d’un maximum d’élèves dans une démarche commune est déjà en soi une éducation au développement car elle apprend à écouter les autres et à en tenir compte.

  • De l’absence de solutions simples : il faut prendre en compte les conflits d’intérêts existant dans tout société et montrer que le développement est le résultat du dépassement de ces conflits

  • De la durée historique : le processus de développement ne peut se dérouler qu’au rythme du passage des générations. Redonner le sens des proportions historiques dans une société valorisant l’individualisme et l’existant.


La pédagogie de projet

L’élève est avant tout acteur, après une phase de prise de conscience et d’interrogations. La mise en place par les élèves, aidés par les adultes, de démarches de résolutions de problèmes sous la forme de visites, d’analyse de documents, de reportage développera une attitude responsable qui débouchera sur des actions concrètes et la diffusion de l’information.

Voici les éléments de la démarche :14

  • Point d’ancrage : partir de questions locales ou de problèmes d’actualité

  • Emergence des représentations : photographie instantanée qui évoluera au cours du temps et qui peut servir d’évaluation.

  • Problématique : c’est l’axe d’un projet, sa formulation est essentielle pour que l’action ait du sens. La recherche de problématique est un processus qui évolue en fonction des recherches et des sources documentaires.

  • Recherche documentaire : s’appuie sur les disciplines, le CDI mais aussi les partenaires extérieurs

  • Mise en système : les informations trouvées apportent des éléments pour comprendre la complexité de la situation. Pour appréhender cette notion de système, il faudra mettre en place les regards croisés des disciplines (interdisciplinarité). C’est une connaissance en mouvement.

  • L’action : après avoir imaginé des solutions au problème, les élèves agissent concrètement, se responsabilisent avec la prise en compte des limites de l’action citoyenne. Cette action peut être très diverse.

  • Evaluation : repère nécessaire pour l’apprenant et l’éducateur / des objectifs et des critères. Par l’élève en particulier au niveau des comportements, par chaque professeur dans sa discipline sur les objectifs cognitifs et méthodologiques, par l’équipe interdisciplinaire en regard des objectifs méthodologiques et des compétences attendues


L’enseignant devient un guide, il chemine avec les élèves, il n’a pas les réponses en amont contrairement à son rôle habituel.

Les sorties, leur préparation et leur exploitation constituent un véritable enrichissement, et sont des moments forts du projet. Les familles peuvent être, elles aussi, des actrices du projet, certes de façon ponctuelle, à l’occasion de travaux réalisés à la maison par exemple, mais cette implication peut se révéler essentielle. Les jeunes en découvrant un endroit peuvent aussi avoir envie de le faire découvrir à leurs parents…

Il faut faire attention à des dérives possibles, ne pas se limiter à un savoir encyclopédique, ne pas faire du dressage ni de l’endoctrinement, ne pas centrer tous ces efforts sur la méthodologie et perdre de vue les enjeux.

Pluridisciplinarité, interdisciplinarité, transdisciplinarité :

Ce sont des notions souvent abordées quand il s’agit d’EEDD : brèves définitions selon Christian Le Guillou.15

La pluridisciplinarité consiste à traiter une question en juxtaposant des apports de différentes disciplines, en fonction d'une finalité définie par  les protagonistes de la démarche. On la met en œuvre quand on se fixe l'objectif d'examiner un thème, une notion, un problème, avec une intention particulière, selon les différents points de vue disciplinaires.

L’interdisciplinarité fait interagir les disciplines pour construire un modèle simplifié de la réalité complexe (événement, situation, problème) que l'on appréhende, et cela en vue de prendre une décision ou d'orienter une action, relève de l'interdisciplinarité. On pourra proposer des situations qui ne peuvent être approchées valablement qu’à travers l’interaction de plusieurs disciplines.

La transdisciplinarité, quant à elle, renvoie aux procédures de transfert de concepts, de modèles, d'outils d'une discipline à une autre. Ces transferts sont réalisés pour éclairer une situation, résoudre des problèmes, construire de nouveaux modèles. Elle travaille au niveau des paradigmes les plus fondamentaux des disciplines pour produire de nouveaux savoirs d'où résultent de nouveaux objets, de nouvelles méthodes, de nouveaux langages. Selon cette optique, on tente de mettre en place des démarches que l’apprenant peut mobiliser dans plusieurs disciplines.

Cependant, beaucoup de projets sont pluridisciplinaires plus qu’interdisciplinaires : les disciplines ont le même objet d’étude, se côtoient souvent, avec peu de productions véritablement communes aux objectifs transversaux. Il existe une nécessité de formation des enseignants au travail interdisciplinaire.

L’EEDD est un moyen pour l’ensemble de l’équipe éducative de mettre sa discipline au service d’un effort de compréhension global du monde réel. Elle devient un des points de rencontre entre le monde de l’école et le reste de la société.

1.2.3.2 Quel cadre pédagogique choisir ?

Un certain nombre de pistes pour la mise en œuvre de l’EEDD sont possibles

  • Intégration dans le cadre disciplinaire : possible et utile, toutes les disciplines permettent de l’aborder

  • Mettre en place des projets

  • S’appuyer sur des dispositifs  16

  • S’inscrire dans des « éducations à » : à la santé et aux risques, à la citoyenneté, à l’orientation, aux médias, au développement solidaire

  • Valoriser le travail des élèves


1.2.3.3 Des conditions de réussite 

Pour arriver à un changement de comportement durable chez l'élève qui devrait transmettre le message, voici les maîtres mots :

INTERDISCIPLINARITE - PARTENARIAT - TRAVAIL D’EQUIPE - DEMARCHE DE PROJET

Travail d’équipe /interdisciplinarité:

  • Réflexion vers une approche interniveau et interdisciplinaire (de par sa définition, l'EEDD ne peut être que au minimum pluridisciplinaire)

  • Importance du travail en équipe pédagogique et du travail en équipe des élèves

  • Constitution d’équipes motivées par l’EEDD la plus large possible dans l’établissement

Projet concret :

  • Relier le DD à la vie de l’établissement

  • Adapter les pratiques aux spécificités de l’établissement

  • DD à vivre tous les jours dans des actions concrètes

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconEducation à l’Environnement et au Développement Durable
«Our Common Future» (Notre avenir à tous) publié en 1987 est l’un des documents fondateurs du développement durable et a servi de...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconI. Intervention de Frédéric Ricard, Ingénieur en chef des ponts,...
«l’automatisation des véhicules» pour le conseil général de l’environnement et du développement durable (cgedd)

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconDiscours officiels et presentations institutionnelles-jeudi 24 avril 2014
«Quels objectifs millénaires de développement durable (omdd) post-2015 pourrions-nous compter pour assurer un développement juste...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconL’hôpital et son histoire
«Un musée est au service du développement et du progrès d’une société (…). IL fait des recherches concernant les témoins matériels...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconDess management Public, module 10 : Cours économie pour un développement durable, cadrage

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconProgramme d’appui au développement local dans la region de mopti...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconVers une meilleure protection de l’environnement en Afrique
«le droit des peuples au développement», à «la paix et à un environnement satisfaisant», qui, doivent s’impliquer d’avantages, conformément...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconLe Programme d’action du Sommet Mondial du Développement Durable...
«société harmonieuse et respectueuse de l’environnement», nous aurons beaucoup de travail à faire

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconProgramme du Symposium Session I
«la réglementation Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (icpe)», dont les fondements datent de la Loi du...

Quel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement pour un développement durable ? iconUn programme pour l’environnement, par le développement de la Filière...
«bois énergie» et le «bois construction». Ce rapport fut suivi par l'annonce en Conseil des ministres, fin 1998, d'un «Plan Bois...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com