Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des








télécharger 1.84 Mb.
titreOuvrage numérisé grâce à l’obligeance des
page1/40
date de publication06.10.2017
taille1.84 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   40


@

Henri CORDIER
HISTOIRE

GÉNÉRALE

DE LA CHINE

III

1368 - 1820


à partir de :

HISTOIRE GÉNÉRALE DE LA CHINE

et de ses relations avec les pays étrangers depuis les temps les plus anciens jusqu’à la chute de la dynastie manchoue
par Henri CORDIER (1849-1925)
III. Depuis l'avènement des Ming (1368)

jusqu’à la mort de Kia K'ing (1820)

Librairie Paul Geuthner, Paris, 1920, 428 pages.

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des

Archives des Missions Étrangères de Paris



http://www.mepasie.org

Édition en format texte par

Pierre Palpant

www.chineancienne.fr

juillet 2013

TABLE DES MATIÈRES

Chapitre I : XXIe Dynastie : Les Ming (1368-1644). Houng Wou.

Chapitre II : Les Ming (suite). Kien-Wen Ti.

Chapitre III : Les Ming (suite). Young Lo.

Chapitre IV : Les Ming (suite).

Chapitre V : Les Ming (suite).

Chapitre VI : Les Ming (suite). Wan Li.

Chapitre VII : Les Ming (fin).

Chapitre VIII : Le Monde au XVe siècle.

Chapitre IX : Le Portugal : La Découverte du cap de Bonne-Espérance.

Chapitre X : Les Portugais dans l'océan Indien.

Chapitre XI : Malacca.

Chapitre XII : Arrivée des Portugais en Chine.

Chapitre XIII : Arrivée des Portugais à Macao.

Chapitre XIV : Saint François-Xavier et les missions.

Chapitre XV : Les Espagnols.

Chapitre XVI : Le début des Anglais dans l'Extrême-Orient.

Chapitre XVII : Le début des Anglais dans l'Extrême-Orient (suite).

Chapitre XVIII : Le début des Anglais dans l'Extrême-Orient (suite).

Chapitre XIX : Les Hollandais.

Chapitre XX : XXIIe Dynastie : Les Ts'ing (1644). Chouen Tche (1644-1662).

Chapitre XXI : K'ang Hi (1662-1722).

Chapitre XXII : K'ang. Hi (suite).

Chapitre XXIII : K'ang Hi (suite).

Chapitre XXIV : K'ang Hi (suite).

Chapitre XXV : K'ang Hi (fin). Young Tcheng.

Chapitre XXVI : K'ien Loung.

Chapitre XXVII : K'ien Loung (suite).

Chapitre XXVIII : K'ien Loung (fin).

Chapitre XXIX : Kia K'ing.

*

Tableaux dynastiques :

I. Hia — II. Chang — III. Tcheou — IV. Ts’in — V. Han — VI. Chou Han — VII. Tsin — VIII. Soung — IX. Ts'i — X. Leang — XI. Tch'en — XII. Souei — XIII. T'ang — XIV. Heou Leang — XV. Heou T'ang — XVI. Heou Tsin — XVII. Heou Han — XVIII. Heou Tcheou — XIX. Soung — XX. Youen — XXI. Ming — XXII. Ts'ing.
*

Notes

CHAPITRE I

XXIe Dynastie : Les Ming (1368-1644)

Houng Wou

@

T'ai Tsou Houng Wou

Houng Wou (Kou chouei), l'empereur « mendiant », ainsi surnommé à cause de ses débuts misérables, maître de la capitale et de la plus grande partie de l'empire, avait encore à briser la résistance des quelques chefs, restés fidèles à la dynastie mongole, et à terminer la pacification de la Chine. La prise de Yen King, après la marche triomphale de Houng Wou, n'avait pas ébranlé la situation de K'ouk'ou Timour dans le Chan Si, de Li Se-tche, dans le Chen Si ; l'empereur s'employa immédiatement à les réduire.

Pacification du Chan Si

Dès la 9e lune, Foung Tsoung-yi, T'ang Ho et Yang king venant du midi, quittaient la cour pour le Chan Si, précédant leur général en chef Su Ta, qui se mit en route le mois suivant ; d'autre part Tch'ang Yu-tch'ouen assurait la défense de la région autour de Pao Ting où il laissait Li Kié comme gouverneur. Foung Tsoung-yi et T'ang Ho passèrent le Houang Ho avec leurs troupes et occupèrent Houai King dont le commandant Pe Lo-tchu s'enfuit à leur approche. Yu Jen fut détaché pour marcher vers Lou Tcheou (Lou Ngan fou, Chan Si) et, en route, s'empara de Young Tcheou et préposa Tchen Sin à la garde de cette ville (101).

À la onzième lune, Su Ta, ayant pris Tchao Tcheou, marcha sur T'aï Youen, défendu par K'ou K'ou Timour qui, surpris par Ko Yin et Tch'ang Yu-tch'ouen, s'enfuit au Kan Sou, tandis que son lieutenant Hopima se rendait avec 40.000 hommes ; à la suite de cette victoire, T'aï Youen capitula, et, sans grande résistance, les autres villes de la p.006 province. Che Tcheou, Yo Tcheou, Hin Tcheou, Ko Tcheou, Kiang Tcheou firent leur soumission : les Ming étaient maîtres de tout le Chan Si.

Le Japon

Les Japonais, qui avaient des relations avec la Chine depuis les Han Postérieurs, et payé le tribut sous les Wei, les Soung, les Souei et les T'ang, écumaient constamment les côtes de la Chine. En 1368, ces Wo Jen, comme les appelaient les Chinois, débarquèrent au Chan Toung ; l'année suivante à la 4e lune, ils apparurent pour la première fois à Tsoung Ming, île à l'estuaire du Yang Tseu qui se forma au VIIe siècle de notre ère ; en 1370, ils y débarquèrent par surprise et pillèrent Hai Men, dont ils s'emparèrent à la 5e lune de 1416, mais dont ils furent chassés deux jours plus tard ; ils devaient envahir l'île à diverses reprises, mais ils en furent toujours expulsés et ne réussirent jamais à s'y établir. Cette même année, 1370, une ambassade chinoise au Japon ramena le bonze japonais Tsou Lai et un certain nombre de prisonniers chinois. Tsou Lai, bien reçu à Nan King, retourna dans son pays avec huit bonzes chinois, qui s'étant livrés à un prosélytisme ardent, furent expulsés au bout de deux ans. En 1374 et en 1387, nouvelles apparitions des pirates japonais sur les côtes de Chine.

Pendant ce temps, Houng Wou commençait à réformer les usages de la cour ; il diminua les dépenses ; aux ornements d'or et d'argent des chars et des meubles, il substitua le cuivre ; il réduisit un personnel nombreux et coûteux.

Conquête du Chen Si

À la première lune de 1369, maître du Chan Si, Su Ta, avec ses généraux Tch'ang Yu-tch'ouen et Foung Tsoung-yi, franchit le Houang Ho pour conquérir le Chen Si défendu par Li Se-tche, qui s'enferma dans Foung Siang, tandis que les Chinois occupaient Ts'in Youen (Si Ngan) que leur livrèrent les habitants. Après la prise de Kouan Kia Toung par Su Ta, Li Se-tche s'enfuit à Lin Tao et Foung Siang fut occupé sans combat ; les troupes ming entrèrent à Loung Tcheou et à Tsin Tcheou, puis à Koung Tch'ang ; enfin Lin Tao fut investi et Li Se-tche, voyant la partie perdue, vint se rendre à Foung Tsoung-yi, tandis que Tchang Se-tao, p.007 qui se trouvait à King Yang, s'enfuit à Ning Hia. Maître de Lin Tao, Su Ta reçoit la soumission de Tchang Sang- tchen, gouverneur de King Yang ; ce n'était qu'une feinte. T'ang Ho, envoyé par Su Ta pour occuper cette ville, se méfiant de Tchang Sang-tchen, va à sa rencontre et le presse dans King Yang, dont une des portes lui est ouverte par trahison. Tchang Sang-tchen et son père se jettent dans un puits dont on les retire pour leur trancher la tête. Le Chen Si était soumis ; le commandement de l'armée est remis à Foung Tsoung-yi et Su Ta avec T'ang Ho se rend à la cour où il est reçu avec les plus grands honneurs.

Houng Pao-pao

Profitant du départ de Su Ta, Houng Pao-pao, général à Ning Hia, va, par Sou Tcheou, camper sous les murs de Lan Tcheou, défendu avec zèle par Tchang Wen, mais il est obligé de lever le siège de cette ville à la nouvelle de l'arrivée de secours.

L'unité de l'empire était réalisée ; d'adversaires il ne restait plus que Chouen Ti, au nord de Yen King, et Houng Pao-pao et son armée dans le nord-ouest de la Chine. Su Ta fut envoyé contre ce dernier, Li Wen-tchoung fut chargé d'opérer contre l'ex-empereur des Youen ; franchissant Kiu Young kouan, Li Wen-tchoung, après plusieurs succès, occupe Chang Tou et s'avance avec tant de rapidité vers Ying tch'ang, où résidaient les derniers Youen, que cette ville lui ouvrit ses portes. Le petit-fils de Chouen Ti, Maïtilipala [Maï-te Lipasu], ainsi que les princesses mongoles, furent conduits à la cour. Maïtilipala eut la vie sauve et fut créé prince du troisième ordre (1370), mais obligé de changer son vêtement tartare pour un costume chinois ; seul, le prince héritier des Youen, Ngaijeouchilipata, réussit à s'enfuir avec une dizaine de cavaliers, vainement poursuivi par des soldats de Li Wen-tchoung, qui termina la pacification de la région à Hing Tcheou et à Houng Lo Chan.

À la deuxième lune de 1370, Su Ta marcha contre Houng Pao-pao, dont il fait reconnaître les positions au delà de Ping Si par Teng Yu, qui perdit du monde. À peine arrivé devant les fortifications formidables que faisait élever p.008 Houng Pao-pao, Su Ta les attaqua avec fureur : 84.500 hommes restèrent sur le carreau : les princes de Tan et de Wen Tsi des Youen, le prince chinois Yen Tseu-hiao, les généraux Hantchar, Hou Lin-tche, Yen Foung-sien, Li King-tchang, Tchahan bougha, ainsi qu'un grand nombre d'autres officiers et 1.875 soldats furent faits prisonniers ; 15.280 chevaux, quantité de chameaux, de mulets et d'autres bestiaux, et généralement tout le bagage furent la proie du vainqueur (1370) (102).

Le désastre de l'armée de Houng Pao-pao avait été complet, mais ce général y avait échappé avec sa femme et quelques cavaliers et, franchissant le Houang Ho sur un radeau, il s'enfuit à Ning Hia puis à Ho Lin, où il retrouva le prince Ngaijeouchilipata qu'il fit reconnaître comme empereur des Youen (1370) (103). Houng Pao-pao survécut encore cinq ans à sa défaite ; nous le retrouverons plus tard ; il mourut à la deuxième lune de 1375, dans la retraite qu'il avait choisie au nord du King Chan, département de Holanahai ; sa femme, Mao Che, se suicida.

À la suite de sa victoire, Su Ta envoya Teng Yu avec des troupes chez les T'oufan, dont le chef Ho la nan pou ne fit aucune difficulté pour se soumettre malgré ses sympathies pour les Mongols. Teng Yu poussa à l'ouest du Houang Ho, au nord-ouest du Kan Sou et, suivant les instructions de Su Ta, installa Wei Tcheng comme gouverneur de Ho Tcheou, dont la population et les maisons avaient été détruites par les Mongols. À la onzième lune de 1370, les généraux victorieux Su Ta et Li Wen-tchoung rentraient à Kien K'ang (Nan King).

Lieou K'ieou

À la première lune de 1371, Houng Wou envoya Yang Tsa en ambassade aux Lieou K'ieou pour notifier son avènement ; le roi de Tchoung Chan, l'une des trois divisions (Chan Nan, Chan Pe et Tchoung Chan) de l'archipel reconnut la suzeraineté de la Chine ; en 1391, l'empereur envoya 36 familles chinoises dans les îles (104).

Leao Toung. Fou Kien

p.009 À la deuxième lune de 1371, Lieou Yi, gouverneur du Leao Toung, se soumit aux Ming, mais il fut tué par les partisans des Youen ; l'empereur confia le gouvernement de la province à Tchang Leang-tso et à Fang Kao. L'année suivante une expédition fut dirigée sur le Se Tch'ouan, sous la conduite de Tcheou Tcheng, Leao Young-tchoung, Yang Kiang et Ye Chen, pour les forces navales et Fou Yeou-te pour les forces de terre ; T'ang Ho établit dans la province l'administration des Ming, après s'être emparé de Tch'oung K'ing à la 6e lune de 1371 et celle de Tch'eng Tou ; Ming Chen, prince de Hia, se rendit et reçut le titre de comte.

Houng Wou, décidé à en finir avec le prince héritier des Youen et Houng Pao-pao, leva une grande armée de 400.000 hommes répartie en trois divisions ; à la tête de la première était placé le généralissime Su Ta, qui sortit à la deuxième lune de 1372 par Yen Men et se rendit à Ho Lin ; Li Wen-tchoung, commandant la seconde division, franchit Kiu Young kouan ; enfin Foung Cheng avec la troisième division se dirigea vers l'ouest du Kan Sou. Su Ta débuta par un échec ; s'étant avancé jusqu'à la Toula, où était campé Houng Pao-pao, il attaqua ce dernier avec des troupes inférieures en nombre et se fit battre, tandis que son lieutenant T'ang Ho était défait à Ki teou chan. D'autre part, l'avant-garde de Foung Cheng, dirigée par Fou Yeou-te, défit au delà de Si Leang les Mongols commandés par Che Tseu-kan, qui fuit vers Young Tch'ang, puis à Oulakan, les troupes de Tourtchiba. Fou Yeou-te rejoint Foung Cheng à Kouei Lin Chan. Le chef des Tartares, Pouha, est tué dans sa retraite et ses lieutenants se rendent ; à Etsina, Pouyen Timour fait sa soumission à Fou Yeou-te, qui s'avance vers Pi kia chan et achève de battre les Mongols. Li Wen-tchoung s'avança sur la Toula, mais il fut obligé par Halatchan de reculer jusqu'au Lou Wen Ho ; la faim et la soif lui causèrent de grandes difficultés dans le Cha Mo, mais il réussit néanmoins, ainsi que son lieutenant Kouchi, à battre un certain nombre de partis mongols.

Yun Nan

Le Yun Nan, dont K'oublaï avait jadis fait la conquête, p.010 était passé aux mains du prince de Leang qui avait reconnu la suzeraineté de Chouen Ti ; en 1372, Houng Wou envoya au Yun Nan, Wang Yi pour obtenir la soumission du prince de Leang qui était assez disposé à accepter l'autorité des Ming, lorsque l'arrivée imprévue de Todo, fils du prince des Youen, modifia ses intentions, et saisi de frayeur, il fit massacrer l'envoyé impérial et son escorte. Trois années plus tard, Houng Wou crut gagner le prince de Leang en lui renvoyant Tié Ju-youen, son ambassadeur chez les Youen, qui avait été fait prisonnier par Su Ta. Tié Ju-youen, accompagné de l'agent Ming, Wou Yun, fit massacrer en route ce dernier, qui ne voulait pas se présenter au nom des Youen. En 1381, Houng Wou, auquel sa longanimité avait si mal réussi, fit réunir au Hou Kouang, sous le commandement de Fou Yeou-te, une grande armée de 300.000 hommes. Fou Yeou-te choisit 50.000 hommes pour aller au Yun Nan, par le Se Tch'ouan et Wou San, sous les ordres de Ko Yin, tandis que lui-même s'y rendait par le Kouei Tcheou ; ses généraux Lan Yu et Mou Yin s'emparèrent de Pou Ting et de Pou Ngan. Le prince du Yun Nari Patchalaourmi confia son armée au général Talima qui, après avoir repoussé d'abord les Ming sur le Loung Kiang, fut battu et fait prisonnier avec 20.000 hommes. Fou Yéou-te laissa Mou Yin et Lan Yu marcher sur la capitale et se dirigea vers Wou San pour rejoindre Ko Yin. Le prince de Yun Nan s'enfuit au Lo Tso chan et se précipita avec sa famille et son ministre Tatilou dans l'étang de Tien Chi. Lan Yu et Mou Yin pénètrent dans Yun Nan, capitale de la province et, le lendemain, reçoivent à Kin Ma Chan, la soumission de Yesien Timour (1381). Mou Yin, laissant Lan Yu, va retrouver Fou Yeou-te à Wou San ; Ko Yin avait eu des difficultés pour forcer la route ; il réussit à les surmonter et son armée à son tour pénétra au Yun Nan ; une révolte des peuples de cette province fut sévèrement réprimée en 1382 par Fou Yeou-te et Mou Yin ; les deux généraux ne revinrent du Yun Nan à la cour qu'à la 4e lune de 1384, après avoir pacifié la région du Kin Cha Kiang. Fou Yeou-te fut créé Hing koue koung.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   40

similaire:

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconOuvrage numérisé grâce à l’obligeance des

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconOuvrage numérisé grâce à l’obligeance des

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconOuvrage numérisé grâce à l’obligeance des

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconOuvrage numérisé grâce à l’obligeance des
«Venez, disait-il en terminant, passer quelques années avec moi et remplacer les pauvres enfants que j'ai tant aimés.»

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconObjet de la délibération : Convention d’organisation temporaire de la maîtrise d’ouvrage
«Lorsque la réalisation, la réutilisation ou la réhabilitation d’un ouvrage ou d’un ensemble d’ouvrages relèvent simultanément de...

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconNumérisé par Jean Alméras

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconConnected Drive – une plus-value grâce à l’interconnexion. Introduction. 3
«Dynamic Light Spot». Grâce à son faisceau ponctuel, les piétons sont encore mieux visibles de nuit et les accidents sont évités

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconNationaliste et antiparlementaire, IL mène de grandes campagnes contre...
«affaires», grâce à un ton accrocheur et à de grandes campagnes autour des "affaires". Proche de l'extrême-droite, Le Matin se rallie...

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des iconCahier des Clauses Administratives Particulières (C. C. A. P) Maître de l’ouvrage

Ouvrage numérisé grâce à l’obligeance des icon[note : un clic sur en tête de volume et des chapitres et en fin...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com