La théorie de la segmentation








télécharger 170.51 Kb.
titreLa théorie de la segmentation
page1/4
date de publication05.10.2017
taille170.51 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4
Dossier 1
La théorie de la segmentation
Doering et Piore 1971, Internal Labor market.
Ces deux auteurs ont fait des enquêtes aux usa et en Angleterre de 1964 à 1969, afin de mettre en valeur la présence de marché interne. Le marché interne est une forme particulière de gestion du travail. Ils ont observé que le marché du travail est divisé, segmenté, en 2 parties qui fonctionnent en fonction du principe de … On a deux catégories de travailleurs qui ne se font pas concurrence entre elles.

Cette division est-elle dûe a des imperfections informationnelles ? (=> salaire d’efficience) Est-ce un choix de carrière (on décide de ne pas suivre de formation et de se retrouver sur un marché d’emploi instable), ou cela relève-t-il d’initiative des entreprises qui divisent la main d’œuvre ? Pourquoi le font-elles ? Est-ce un objectif d’efficacité, d’efficience ?
Doering et Piore sont des institutionnalistes. On est à l’opposé des néoclassiques. Ce sont des keynésiens réformistes.

Ils se sont fondés sur deux analyses, une d’Lloyd Fisher, et une de Kerr datant de 1950.
Fisher a fait une étude sur le marché du travail et de la moisson en Californie. Les employeurs vont chercher dans les villages des paysans chaque matin, les embarquent dans les charrettes. Les paysans sont payés à la fin de la journée mais ne savent pas s‘ils seront employés le lendemain. On a donc une adéquation entre offre et demande => Marché néoclassique. Fisher dit que ce type de marché est extrêmement rare et c’est socialement scandaleux.
Kerr étudie et met en place la notion de balkanisation du marché du travail. Pour lui on n’a pas un simple dualisme, on a au contraire de multiples sous segments sur le marché du travail, donc de multiples marchés du travail sur lesquels les travailleurs ne se font pas concurrence.
Hirschman écrit en 1973, après Fisher et Kerr. Il sépare les travailleurs en deux catégories. D’un coté, on a ceux qui peuvent protester ce processus de protestation est appelé « voice ». De l’autre on a des salariés qui n’ont comme choix que le processus de ne pas s’exprimer, on appelle ce processus « exit ».
I] Terme
1] Division marché primaire / marché secondaire
On a tout d’abord une stratification, une division, des emplois, qui entraine une stratification des salariés.






Marché primaire

Marché secondaire

Stratification des emplois

Emplois stables

Emplois précaires et courts

Salaires élevés

Salaires bas

Qualification élevée

Qualification faible

Possibilité de carrière selon l’ancienneté etc.

Aucune carrière possible

Bonne conditions de travail

Mauvaises condition de travail

Stratification des salariés

Salariés anciens, formés, syndicalisés, socialement stables et intégrés

Faible ancienneté, salariés peu ou pas formés, non syndicalisés, et non intégrés.



Ce dualisme est permanent et structurel.
Le marché primaire va alimenter les entreprises à marché interne.

Le marché secondaire va alimenter les entreprises sans marché interne.

Le marché primaire et le marché secondaire sont dans le marché externe. Le marché interne est uniquement présent dans les entreprises. Le marché externe alimente les entreprises.
Une entreprise est constituée d’un cœur, le marché interne sur lequel on retrouve les travailleurs du marché primaire, et une périphérie qui est constituée d’emplois courts et précaires et qui correspondent au marché secondaire.
Piore divise le marché primaire en deux marchés. Le marché primaire inférieur et le marché primaire supérieur. Sur le marché primaire inférieur on retrouve les ouvriers et employés qui ont des carrières en interne. Le primaire supérieur est constitué de cadres qui sont des salariés spécifiques qui ont de hautes qualifications, de hauts salaires et socialement intégrés, mais leur carrière est mobile et faite en externe.
La dernière catégorie est constituée par les marchés professionnels sur lesquels on retrouve des travailleurs qui peuvent s’assimiler à des prestataires de service.

Alors que sur le marché secondaire on peut parler de travail précaire, MAIS sur le secondaire on ne trouve pas toutes les Forme Particulière d’Emploi (FPE).

Les FPE correspondent aux CDD, temps partiel, intérims, contrats aidés etc.
2] Segmentation entre marché externe et interne
Les marchés externes sont assimilés le plus souvent à un marché néoclassique en concurrence pure et parfaite. Tandis que les marchés internes vont être des modes de gestion d’emplois spécifiques. Le marché interne est un mécanisme d’allocation administrative ou bureaucratique des ressources de l’entreprise, qui dépend du comportement des entreprises et de leur gestion de la main d’œuvre par directives orales ou écrites. C’est un marché du travail qui n’en est pas un, sur lequel on aura des règles de négociations salariales, de recrutement, des grilles de qualification, des négociations sectorielles ou de branches. On a un compromis entre l’entreprise et le syndicat, et des avantages qui sont donnés aux salariés.
L’entreprise va ainsi prémunir les salariés de la concurrence des marchés externes en cloisonnant à l’entrée du marché interne. (Les fonctionnaires sont protégés de la concurrence par l’obtention du diplôme).

Exemple des USA avec le system de closed shop. Si tu n’es pas syndiqué, tu n’entres pas dans l’entreprise  Les travailleurs du marché internes sont protégés des outsiders non syndiqués.
En France c’est plutôt la théorie de la file d’attente de Thurow. Les outsiders font ont fil d’attente devant le marché interne. Les premiers sont les travailleurs les plus qualifiés.
II] Raison d’existence de marchés internes
1] L’explication post-institutionnaliste
Ils fondent l’existence des marchés internes sur deux explications :
1] Présence de technologie spécifique
Trois caractéristiques prévalent

~ Spécificité des qualifications requises

~ Nécessaire formation sur le tas : Learning by doing

~ Existence de coutumes, ce qu’on appelle la culture d’entreprise.
La catégorie la plus importante est la spécificité des qualifications. Si les qualifications sont spécifiques, on aura par conséquent une formation sur le tas, ce qui engendre les coutumes spécifiques.

Les coûts de formation spécifique font que les entreprises ont intérêt à stabilisé leur main d’œuvre pour éviter les coûts de turn-over. => Explication en termes d’efficience. L’entreprise a fait ce choix parce que ça maximise son profit.
2] Un niveau incompressible de demande
Selon le niveau de la demande anticipée, les entreprises embauchent un certain nombre de salariés. Or cette demande étant relativement stable et automatique. La demande incompressible sera réalisée par les travailleurs en interne (CDI, stable, long termes).

Explication en termes d’efficience. C’est efficient pour l’entreprise de constituer un marché interne et d’avoir une main d’œuvre précaire à coté. On parle de déterminisme technico-organisationnel. C’est l’organisation de l’entreprise qui détermine la présence de marché interne et la présence de précarité sur le marché du travail.
2] La réinterprétation néoclassique
Les néoclassiques considèrent que l’entreprise est une boite noire est on a uniquement une vision de l’entreprise qui est réduite à une relation technique entre inputs et outputs
Pour les néoclassiques, tous les travailleurs sont identiques. Le marché primaire est constitué des entreprises où les coûts de main d’œuvre sont très élevées à cause de technique de production différentes. Sur le marché secondaire on n’a pas de technique de production particulière. Chez les néoclassiques, le chômage est volontaire. Si on échoue sur le marché primaire, on peut toujours trouver un emploi sur le marché secondaire.

La théorie du capital humain de Becker. C’est un économiste néoclassique, qui étudie les marchés un peu spéciaux style marché du mariage, marché de la maternité. Il a sorti une étude sur la peine de mort.

Le capital humain constitue l’ensemble des capacités innées et acquises des individus. L’investissement en formation sera constitué des études, et de la volonté de migration.

On aura donc une séparation avec un marché sur lequel évoluent les individus qui ont un fort niveau de qualification, et de l’autre, on aura un marché sur lequel évoluent les individus qu’on n’a pas voulu se former.
Théorie néokeynésienne : Selon les néokeynésiens, l’entreprise en présence de technologie spécifique a intérêt doit stabiliser sa main d’œuvre. Afin d’éviter les forts coûts de turn over du à la présence de technologie de production particulière.
Mais les néokeynésien considèrent que le chômage est involontaire. Or, du fait même de la présence d’un marché concurrentiel, cela suppose qu’il n’y a pas de chômage involontaire dans cette représentation. En effet, si on ne trouve pas sur le marché primaire où prévaut le salaire d’efficience, les travailleurs ont la possibilité d’aller sur le marché secondaire, où prévaut la concurrence.

Ils reprennent l’idée d’un chômage d’attente à l’entrée du marché primaire. Les travailleurs qui devraient travailler sur le marché primaire envoie un signal au marché primaire. Mais on leur oppose que ce chômage peut être assimilé à un chômage de la recherche d’emploi. (Théorie du job surch => Stigler 1961).

Les néokeynésiens répondent par la présence de salaire d’efficience sur le marché secondaire. Il y a deux marché, un salaire d’efficience sur le marché primaire, mai sil y en a aussi un sur le marché secondaire (mais il est plus bas). Si un SMIC légal est fixé sur le marché secondaire, on sera au dessus du salaire de marché, et on peut avoir du chômage involontaire.

3] Détermination sociopolitique : La critique radicale
La critique radicale vient des USA où on a dans les années 1970, un développement de nouveaux économistes. Ces radicaux seront censurés par le maccartisme. Ils seront censurés sur les luttes de classe, les lutte de pouvoir etc.

Auteur radicaux : Harry Braverman ; Stephen Marglin, What’s bosses do, 1970 ; Reich.
On a une relecture de la segmentation et une critique très fort du déterminisme technico économique de Piore et Doeringer. Leur critique se porte principalement sur le fait qu’il existe des entreprises qui ont des mêmes techniques, des mêmes débouchés, mais qui ne gèrent pas de la même façon la main d’œuvre. La deuxième critique porte surtout sur la critique de Becker. On observe aux USA des inégalités entre salarié de même qualification. Exemple : une différence homme / femme ; noirs / blanc.

Finalement les radicaux vont passer à un déterminisme social de la lutte des classes.
Le capitalisme et les phases de l’histoire longue du capitalisme
Capitalisme : Mode de régulation fondé sur l’accumulation du capital.
1] L’exploration d’un nouveau mode de régulation
2] La consolidation du nouveau mode de régulation
3] L’apogée du mode de régulation
4] La crise
Au 19e siècle on a une prolétarisation du monde agricole. Les paysans qui travaillaient dans les champs et sur leur machine vont aller peu à peu dans la ville, dans les fabriques. Mais en même temps ces ouvriers continuent à travailler au champ lors des moissons. Et ensuite les ouvriers viennent travailler uniquement ne ville et travaillent à l’usine. A la fin du XIXe siècle on a une homogénéisation de main d’œuvre.
En terme radical, on a une soumission formelle des ouvriers. C’est le fait que l’ouvrier continu à avoir un savoir faire, un certain pouvoir sur l’organisation de la production, mais il est dépossédé de son outil de travail.

La 2e étape est le passage à la soumission réelle. On a une subordination à une organisation de travail. L’ouvrier est dépossédé de son outil de travail mais aussi du mode de production => Taylorisme. OST en 1905, Taylor raconte comment organiser le travail dans une entreprise. Dans ce système de production, on a une division entre l’exécution et la conception du travail.

On a des résistances ouvrières qui se forment face le taylorisme. Des ouvriers se révoltent face au taylorisme. On passe à un système fordiste => fixe dollar day, convoyeur, consommation de masse /production de masse. Sous le fordisme se développe une réelle culture d’entreprises. Cette dernière attribue des logements aux travailleurs. On leur impose des normes de moralité, et on n’a pas de syndicat chez Ford. On a une gestion paternaliste du travail.
Exemple  de Gazier : Les mouvements sociaux créent la segmentation. Les insiders ont des revendications salariale, les entreprises vont leur donné, et le poids de la protection des insiders sera reporter sur les outsiders du marché secondaire.

4] Détermination organisationnelle : La Nouvelle Economie Institutionnelle (NEI)
Néo-institutionnaliste, théorie des organisations.
La détermination organisationnelle, on l’a doit à la théorie de la nouvelle économie institutionnelle. Les économistes qui défendent cette théorie sont les néo-institutionnalistes.
Coase parle de la boite noire. La nature de la firme, 1938.

Williamson s’intéresse aux hiérarchies. Marché et hiérarchie, 1975.

Ils s’intéressent aux transactions. Pour Coase, les transactions ont un coût. Si on se place sur le marché, quand un agent échange avec un autre, il signe un contrat. La mise en place de ce contrat entraine des coûts, ce qu’on appelle coût de transaction.
Exemple : contrat avec une entreprise. Coûts d’information => ANPE, temps pour aller au salon de l’étudiant. 1 heure de temps passé dans les transports est évalué à 10€20. Coût d’opportunité (temps passé à une activité n’est pas passé à une autre activité). Coûts du CV, du LM etc. Coût d’information quand l’entreprise cherche à avoir des informations sur nous. Coûts d’établissement du contrat. Coûts de mise en œuvre du contrat (si on se fait virer avant la fin du CDD on va devant le tribunal).
Il y a aussi des coûts d’internalisation. Si les agents choisissent de créer une entreprise, on aura des coûts internes à l’entreprise. => Coûts de hiérarchie, de surveillance du salarié, coût de mobilisation de la main d’œuvre.

Selon Coase, si les coûts d’internalisation sont inférieurs aux coûts de production sur le marché, les individus ont intérêt à créer une entreprise.
Chez Williamson, il y a deux facteurs qui déterminent si on recourt au marché ou à l’entreprise :
1] La fréquence des transactions. Si on a une présence de transaction fréquente, on aura intérêt à gérer la production en interne.
2] Degré de spécificité des actifs. Si j’ai des actifs très spécifiques et non redéployables (Sunk cost = coûts irrécupérables / irréversibles), on aura intérêt à gérer la production en interne. Parce que les contrats sont incomplets.

III] Remarques complémentaires
Il existe un indice statistique qui permet de repérer si le secteur ou l’entreprise a un marché interne ou externe.

………………………………. Trou ………………………..

Soit on force les entreprise à stabiliser toute la main d’œuvre, soit on crée des politiques alternatives. Dans les politiques alternatives, on a par exemple Gazier qui propose la mise en place de marché transitionnel. Ce serait des marchés qui se situent entre deux emplois, permettant aux travailleurs licenciés de se retrouver sur un marché transitionnel (il reçoit une rémunération ainsi qu’une obligation de se former). C’est un marché qui permet la transition des travailleurs d’une entreprise à l’autre.
Piore nous disait à l’origine que les marchés primaires se développeraient grâce à la croissance et à des mesures structurelles, et que les marchés secondaires seraient voués à disparaitre. Puis Piore considère finalement que la segmentation résulte de stratégie d’offre (les spécificités techniques de production et de qualification) et de demande (la demande instable et incompressible peuvent entrainer la création de marché interne). Mais Piore observe qu’on va de plus en plus vers une demande instable. La demande étant instable, le travail devient de plus en plus flexible, donc aujourd’hui on n’a plus besoin de marché interne. Pour Piore on est dans un nouveau paradigme productif qui est celui de la spécialisation flexible.

Dossier 2
Comment est arrivée dans la sphère économique la notion de hiérarchie ? C’est le courant radical qui a parlé de hiérarchie à l’origine. Puis les néoclassiques ont répondu.
I] L’émergence d’un nouveau débat
A] Le courant radical
Le courant radical introduit la notion de hiérarchie et de pouvoir dans les années 1968 à 1985.

Avant les années 1960-65 on ne parlait pas du tout de hiérarchie en théorie économique. Les radicaux introduisent la notion de hiérarchie dans le but de la critiquer. La hiérarchie est inefficiente et l’horizontalité est souhaitable. Ils critiquent les rapports de pouvoir au sein de l’entreprise et donc le processus de production hiérarchique. Pour eux, la hiérarchie n’est la que pour permettre aux capitalistes de retirer une rente et de capter une rente du processus de production. Le but ultime de la hiérarchie serait de diviser les classes pour mieux régner.

Marglin étudie l’organisation scientifique du travail et établie une nouvelle interprétation de l’OST, en disant que ce n’est pas une stratégie d’efficience qui a entrainer la création de l’OST, mais que l’OST répond à une stratégie de luette des classes et d’exploitation de l’ouvrier. Ce n’est pas la technologie de production qui est à l’origine de l’OST puisque deux entreprises avec la même technique de production peuvent avoir une gestion de la main d’œuvre différente.

La forme organisationnelle efficace selon les radicaux est l’autogestion ; car elle permet d’augmenter les salaires, la participation individuelle aux décisions, et permet également de diminuer les coûts de surveillance inhérent à la hiérarchie.
B] La réponse du courant dominant
1] Alchian et Demstez
La réponse du courant dominant ce fait en 3 temps. On a d’abord les théoriciens de l’agence pour répondre aux radicaux. Ensuite on verra le conseil d’autorité vu par Arrow pour finir avec le réponse.
Les théoriciens de l’agence : Alchian et Demsetz en 1972. Ce sont des théoriciens des droits de propriété. Hypothèses : asymétrie d’information et incertitude. Quand eux étudient la production et l’échange, ils étudient cela en terme de droit de propriété.

Le droit de propriété se décompose en trois droits différents :

- Le droit d’utiliser l’actif que l’individu détient.

- Le droit de tirer un revenu de l’actif.

- Le droit de céder cet actif.

La fonction première des droits de propriété va être de fournir aux individus des incitations à créer, conserver, et valoriser ces actifs.

Sur cette base théorie Alchian et Demsetz ont élaboré une théorie de la firme. Ils considèrent que l’entreprise est une forme d’organisation efficiente de la production en équipe. Pour eux, l’entreprise est un lieu de coopération entre différents agents. Le problème est qu’on est dans un monde d’incertitude et d’asymétrie d’information. L’asymétrie d’information et l’incertitude amène un aléa moral et la sélection adverse. Pour que l’entreprise marche il faut qu’on contrôle l’activité des parties prenantes. L’employeur a un statut particulier dans l’entreprise, qui est celui de créancier résiduel, en cela que c’est lui qui reçoit le rendement résiduel. C’est ce rendement résiduel qui va l’inciter à veiller à la meilleure utilisation possible des ressources. Ce contrôle est légitimé uniquement par la présence de contrat incomplet. Selon Alchian et Demsetz, la firme ne se caractérise pas par l’existence d’un pouvoir d’autorité différent de celui qui existe dans une relation de marché.

On n’a pas de hiérarchie donc tout ce que disent les radicaux sur la lutte des classes etc. n’a pas de raison d’être.
2] Arrow
Arrow ne parle pas de hiérarchie, mais d’autorité. Selon lui, il existe bien une autorité dans une entreprise, mais il ne l’explique pas par la lutte des classes, mais en matière de coordination et de transmission de l’information.

Dès 1974, il évoque la responsabilité du pouvoir dans l’organisation. On retrouve des thèmes actuels sur la responsabilité sociale des entreprises (entreprise qui prend en compte les intérêt de tous les acteurs de l’entreprise).
II] La réponse néoinstitutionnelle : La théorie des coûts de transaction
A] Coase
Dans un article de 1937, il pose la question de la nature de l’entreprise. Pour lui, l’entreprise est un arrangement institutionnel alternatif au marché. L’entreprise est une forme de coordination administrative par la hiérarchie. Dans l’entreprise, on supprime le système de prix, dont la mobilisation a un coût.

Selon Coase, on a des coûts de recours au marché, qui sont les coûts de découverte des prix adéquats, les prix de négociations, les coûts de conclusion des contrats.

On a également des coûts d’internalisation, qui sont les coûts du fonctionnement d’une entreprise.

Selon Coase, on a un rendement décroissant de la fonction entrepreneuriale. La taille de l’entreprise serait limitée à un certain nombre d’activités et d’individus. Si les coûts de recours au marché son supérieurs aux coûts d’internationalisation, il faut créer une entreprise.
B] Williamson
Williamson tire ses inspirations de Coase et de Commons (1934). Commons est un institutionnaliste américain qui a pris comme unité fondamentale de l’analyse économique la transaction. La transaction est l’échange d’un bien ou service. Williamson, en réponse aux radicaux (qui pensent que l’entreprise est le résultat d’une lutte des classes), pour lui l’entreprise est le résultat d’une stratégie d’efficience.

Williamson va d’abord faire une analyse empirique et ensuite il va élaborer sa théorie. Son analyse empirique compare l’organisation hiérarchique avec le groupe de paires. Il en conclut que l’organisation hiérarchique est plus efficiente que le groupe de paires. [Dans son article, on observe qu’en réalité, le groupe de paire serait moins efficience uniquement de deux points sur 50].

Ensuite, Williamson élabore une théorie de la firme. Il élabore une théorie du choix des arrangements institutionnels. Pour lui, comme pour Coase, les entreprises sont une forme alternative d’organisation de la production.
1] Les hypothèses
  1   2   3   4

similaire:

La théorie de la segmentation iconLa recherche qualitative
«côté de la théorie n'ont pas été à peu près autant de succès. En fait, «grande théorie» est toujours aussi influent et répandue...

La théorie de la segmentation iconLa théorie du genre existe-t-elle ? A partir de cette question si...
«théorie» soit cachée derrière ce concept. Mais cette dénégation n’a tout simplement aucun sens

La théorie de la segmentation iconQuels droits d’auteur pour le traducteur professionnel ?
«arts appliqués». C’est ce qu’on appelle la théorie de l’unité de l’art selon laquelle la même loi doit être appliquée à tous les...

La théorie de la segmentation iconCréer le désordre dans l’ordre établi. C’est la théorie de la conquête chaotique
«parfois égoïstes» de groupes étrangers préoccupés non pas par la stabilité de l’Etat ou des Etats visé(s) mais par la protection...

La théorie de la segmentation iconAtomistique théorie atomique

La théorie de la segmentation iconThéorie de l’activité correction

La théorie de la segmentation iconLivre I théorie générale de la commercialité

La théorie de la segmentation iconChapitre 1 : La théorie ricardienne de l’échange international

La théorie de la segmentation iconL'histoire de l'ess à travers le prisme de la théorie de la régulation

La théorie de la segmentation iconPartie 1: Une théorie de l'hérédité déjà ancienne








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com