Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d'elaborer la regle de droit








télécharger 14.88 Kb.
titrePartie 2 – a qui est confie le pouvoir d'elaborer la regle de droit
date de publication21.10.2016
taille14.88 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
PARTIE 2 – A QUI EST CONFIE LE POUVOIR D'ELABORER LA REGLE DE DROIT
CHAPITRE 4 - La hiérarchie et la complémentarité des sources du droit

I. La primauté de la Constitution
La Constitution est l’ensemble des règles qui fixent la forme de l’État (République, par exemple) et déterminent l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs publics.

A. Le Conseil constitutionnel, gardien de la Constitution

1. Composition


Le Conseil constitutionnel est composé de neuf membres nommés pour neuf ans (trois par le président de la République, trois par le président de l’Assemblée nationale et trois par le président du Sénat) ; leur mandat n’est pas renouvelable. Par ailleurs, les anciens présidents de la République sont membres de droit du Conseil constitutionnel, en plus de neuf membres.

2. Attributions


Le Conseil constitutionnel exerce plusieurs missions, dont la principale est le contrôle de constitutionnalité : il vérifie la conformité des traités et des lois à la Constitution, à la demande du président de la République, du Premier ministre, du président de l’Assemblée nationale, du président du Sénat ou d’un groupe de soixante députés ou soixante sénateurs.


L’indépendance du Conseil constitutionnel, assurée par le caractère non renouvelable du mandat de ses membres, est une garantie de neutralité et d’objectivité : par exemple, dans l’exercice du contrôle de constitutionnalité, les critères d’appréciation seront exclusivement juridiques (et non politiques).

B. La primauté de la Constitution sur les traités internationaux

Sommet de la hiérarchie des normes, la Constitution prime les traités internationaux et le droit communautaire dérivé (règlements et directives).


Cette primauté est garantie par le Conseil constitutionnel. Les traités qu’il censure ne peuvent être ratifiés, à moins d’une modification de la Constitution. Par exemple, la ratification du traité de Maastricht, dont certaines dispositions avaient été déclarées inconstitutionnelles, n’est intervenue qu’après révision de la Constitution.

C. La primauté de la Constitution sur la loi et les règlements

La Constitution, dans ses articles 34 et 37, précise les domaines respectifs de la loi et des règlements. Le législateur et l’exécutif ne peuvent sortir des champs qui leurs sont assignés :


– les parlementaires ne peuvent traiter par la loi des sujets qui sont d’ordre réglementaire. Par exemple, en décembre 2004, le Conseil constitutionnel a invalidé six articles du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, car ils ne relevaient pas du domaine de la loi ;


– l’exécutif ne peut traiter par voie réglementaire des matières qui sont du domaine de la loi.


On peut en conclure que la Constitution prime la loi et les règlements, puisque les textes jugés contraires à la Constitution ne peuvent être promulgués.

II. L’importance des traités et du droit communautaire


  1. La primauté des traités sur les lois et règlements


Les traités internationaux priment les lois internes, à la double condition d’être régulièrement ratifiés et d’être appliqués par le(s) autre(s) pays signataire(s). Ce principe s’impose au juge : en cas de conflit de textes, il applique le traité, non la loi interne.

B. la hiérarchie et la complémentarité du droit communautaire dérivé et des lois internes

Le droit communautaire dérivé s’impose aux lois internes. Pour preuve de cette prééminence, la condamnation des États qui ne transcrivent pas les directives dans les délais fixés. Par exemple, la France a été condamnée par la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) pour n’avoir pas transcrit dans les délais la directive qui fixait à 25 minutes au moins le temps de conduite de l’épreuve pratique du permis de conduire.


Le droit communautaire dérivé et les lois internes sont complémentaires. En effet, au nom du principe de subsidiarité, l’Union n’intervient que dans les domaines qui ne peuvent être traités de façon plus efficace par les États membres. Pour le reste, ces derniers ont toute liberté de légiférer.

III. La place de la loi et des règlements
A. La hiérarchie et la complémentarité des lois et règlements
En droit interne, les lois et règlements sont à la fois hiérarchisés et complémentaires :


– hiérarchisés, car les règlements sont subordonnés à la loi. Le Conseil d’État, juridiction administrative suprême, peut invalider les actes réglementaires illicites en fondant sa décision sur la prééminence de la loi. Par exemple, le 10 février 2005, il a annulé un arrêté ministériel qui incluait la CGPME dans la liste des organisations professionnelles représentatives du secteur des métiers et de l’artisanat. En effet il a estimé que les critères de représentativité prévus par la loi n’étaient pas respectés ;


– complémentaires, car les règlements précisent la loi (règlements d’application) ou traitent de matières qui sont exclues du domaine de la loi (règlements autonomes).

B. La hiérarchie des règlements

Les règlements sont eux-mêmes hiérarchisés :


– décrets (autonomes et d’application),
– arrêtés ministériels,
– arrêtés municipaux.
IV. Le rang des sources non écrites
Hormis les cas où la loi elle-même renvoie à la coutume ou aux usages, la coutume et les usages ne peuvent déroger aux règles de droit écrites. Ils s’inscrivent donc en dernière position dans la hiérarchie des sources du droit.


PARTIE 2 – A QUI EST CONFIE LE POUVOIR D'ELABORER LA REGLE DE DROIT

CHAPITRE 4 - La hiérarchie et la complémentarité des sources du droit Page sur


similaire:

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d'elaborer la regle de droit

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Chapitre 3 • Les sources du droit
«loi» est synonyme d’une règle de droit qui s’impose à tous et qui est établie par une autorité publique compétente

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\La famille est mutante et le droit doit pouvoir répondre ŕ ces mutations....

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Introduction au droit – Personnes – Famille
«la cellule est composée d'un noyau», IL n'y a pas de commandement. C'est une réalité constatée qui par sa permanence est érigée...

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Système de règle de conflit de loi
«or» est interdite (index de variation en fonction de l’or) en droit du ci on admet la validité de la clause «or» pourtant prohibée...

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Cours de droit constitutionnel
...

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Fiche N° 11 : Droit public
«des contrats par lesquels une personne morale de droit public confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité...

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Le capitaine de bord doit être majeur et est respon-sable du matériel...

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Une gauche bien vivante !
Cette mesure ouvre une brèche dans le droit du sol, qui fait partie de notre identité républicaine et qui est attaqué depuis des...

Partie 2 – a qui est confie le pouvoir d\Bibliographie elementaire
«La règle n’est pas modèle fixe, c’est le souffle inspirateur qui structure»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com