Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19








télécharger 291.78 Kb.
titreIntroduction : les héritages de la Révolution Française et du 19
page5/10
date de publication14.07.2017
taille291.78 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

- Il souhaite rétablir la balance commerciale, à cause du Franc Fort :

- On prend donc des mesures protectionnistes : renforcement des tarifs douaniers pour baisser les exportations, avec des quotas sur les différents produits.

- Restreindre le budget : bloquer les salaires, renforcer la fiscalité, réduire la masse monétaire en circulation : Mesures de décrets-lois qui imposent une baisse de 10% en juillet 1935 sur l’ensemble des dépenses de l’Etat, intérêts bons du trésor.


      1. Conséquences politiques de la crise économique


Quelques scandales apparaissent, mais dans ce contexte économique, cela apparait scandaleux, avec les difficultés de la population.

Tous ces adversaires du régime parlementaire utilisent ces scandales pour dénoncer le fonctionnement même du régime. Cette contestation est exploitée dès 1932.

Une évolution vers une sorte de fascisme est crainte. La France craint que cela vient d’Italie.

Les socialistes restent sous la critique des communistes, traité de socio fascistes ou socio traitre.
L’incapacité des gouvernements à résoudre la crise, s’ajoute un nouveau scandale : l’affaire dite Stavisky : Homme d’affaire véreux, juif, compris dans une faillite du crédit municipal de Bayonne, stimule l’activité des ligues. De plus, des personnalités proches du gouvernement sont évoquées dans ce dossier.

Stavisky est retrouvé mort dans un chalet, dans des conditions suspectes. Par conséquent, on assiste à une escalade dans la dénonciation du Gouvernement, dirigé par Daladier (succédé à Herriot).

Daladier décide de porter un coup aux ligues antiparlementaires, et pour ce faire limoge le préfet de police de Paris : Jean Chiappe, réputé compréhensible de l’agitation des ligues. Cela n’a pas calmé les ligues, qui appellent pour le 6 février 1934 à une manifestation de grande ampleur pour protester contre le Gouvernement. Cette journée ne rassemble pas que des ligues, mais aussi ceux qui sont mécontent, à gauche comme à droite. Il y a un affrontement violent avec 15 morts et 1300 blessés.

      1. Les conséquences immédiates du 6 février


- Daladier démissionne, suite à sa décision de limoger Chiappe. Il est remplacé par Gaston Doumergue, qualifié d’Union Nationale.

- La façon d’analyser les évènements qu’a eu le PCF : « Frot et Dalladier fusilleur ». Ils sont responsables.

- Le Gouvernement se trouve pris en tenaille le 7 février, entre l’antiparlementarisme de droite et l’hostilité des communistes de gauche.

- Manifestation du 9 février qui dénonce le gouvernement.



    1. Le Front Populaire




      1. La dynamique du Front Populaire



Les socialistes sont sensibles aux attaques du Parti Communiste, traités de fasciste.

C’est la raison pour laquelle, les socialistes décident d’organiser une journée centrée sur la dénonciation de la menace fasciste en France.

Organisation de la même manifestation du PCF le 12 février.
En fin de journée, les deux cortèges empruntent un passage commun, et au lieu d’assister à des batailles, les militants de la CGTU et socialistes décident de mêler leurs deux défilés dans une seule et unique manifestation contre le fascisme et les ligues.
Un autre élément intervient, à Moscou. Staline décide de modifier sa stratégie. Avant objectif simple : favoriser l’épuration et la cohésion dans les rangs communistes. A partir de 1934, Staline a achevé sa prise de contrôle de l’ensemble de la société. Il a surtout une menace extérieure : l’Allemagne. Il craint que se développe en France, un appui pour l’Allemagne. Par conséquent, il adopte une stratégie de coopération entre communistes et socialistes. Il convoque à Moscou M. Thorez (représentant du PCF) et lui indique la ligne que le PCF doit tenir, c'est-à-dire un rassemblement populaire antifasciste : Front Populaire.
Thorez indique qu’il faut changer de stratégie. En juillet 1934, les socialistes rentrent dans le jeu proposé par les Communistes.
Le parti radical est sollicité. Mendès France et Zay veulent rejoindre le Front Populaire. En octobre 1935, ils s’allient.
La même année, se réalise la réunification du syndicalisme Marxiste, entre la CGT et CGTU.


      1. Programme de gouvernement et victoire en mai 1936


Il y a des concessions, et des réformes minimalistes pour les réformes de structures, pour satisfaire les radicaux :

- La Nationalisation des industries de Guerre.

- Réformation de la Banque de France, pour assouplir les crédits.
Réduction de la durée du travail sans réduction de salaire. Semaine de 40 heures
Anti fascisme du Front Populaire. Ce principe contribue à la victoire électorale du Front Populaire confirmée le 3 mai 1936. (378-598). Majorité dans laquelle les forces sont les suivantes :

- Les Communistes : 72 députés (12-72)

- Parti socialiste : 147 députés
Le 4 juin 1936, Blum, chez des socialistes prend la direction du gouvernement, et les communistes n’entrent pas dans ce gouvernement. La discussion sur la composition du gouvernement a duré 1 mois.
Pour la 1ère fois des femmes entrent au gouvernement de la République, et notamment Irène Joliot Curie.


      1. L’action et les réalisations du Front Populaire.




        1. Une action sous la pression : les accords Matignon


Des grèves de soutien au Gouvernement, donc les ouvriers perçoivent la difficulté des problèmes.

Ces grévistes sont détendus, calmes, raconté par Weil (prof philo, socialiste, très fasciné par la classe ouvrière, et en perçoit les combats et difficultés. Elle travaille à la chaine pour tester mais trop dur.
La France est dans une situation économique mauvaise. Dès juin, le Comité des forges (Medef) s’adresse aux dirigeants socialistes : il va falloir intervenir pour trouver une solution.

Le 6 juin, Blum ne considère pas les occupations d’usine comme quelque chose de légal.

Dans la nuit du 7 au 8 juin, il convoque d’urgence les partenaires sociaux, et les accords de Matignon sont signés : Augmentation de salaire immédiate, et la liberté syndicale. De plus, systématisation des conventions collectives.



        1. Les réformes fondamentales du Front Populaire


Les lois du 11 et 12 juin 1936 : Semaines de 40 heures et Congés payés sur 12 jours ouvrables.

De plus, Nationalisation de l’armement, statut BDF. De plus, un projet n’aboutit pas, qui venait de Jean Zay. Projet de l’ENA (1945 seulement).

Scolarité obligatoire de 13 à 14 ans. (16 en 1959)
Prise de contrôle par l’Etat de l’ensemble du Réseau ferroviaire français : SNCF dont l’Etat est majoritaire.



      1. Difficultés et mort du front populaire




        1. Difficultés économiques


Les difficultés sont telles qu’il faut trouver un moyen pour relancer l’activité économique. Blum est obligé en septembre 1936, de dévalué le franc de 57% qui immédiatement engendre une baisse considérable de crédit.
Redémarrage spectaculaire, que personne n’a vu. Le Gouvernement apparait suspect. Il faut maintenir la pression dans les entreprises pour que les lois des 40 heures apparaissent.
A partir de septembre 1936, des mouvements de grève récurrents se produisent dans les entreprises. Loi des 40 heures appliquée dès 1937.
Le Sénat refuse à Blum les pleins pouvoirs financiers. En juin 1937, Blum démissionne.


        1. Difficultés des relations avec les communistes


Blum a été très tôt sous les attaques des presses d’extrême droite. R.Salengro a été pris comme cible par la presse, en ressortant des histoires de la 1ère guerre mondiale, en le traitant de traitre. Il s’est suicidé, et cela marque l’atmosphère d’hostilité dans laquelle le gouvernement devait travailler.

A partir de l’automne 1936, une attaque de la gauche, des communistes. Le PCF communiste critique de plus en plus la position de la France dans la guerre d’Espagne. Cette guerre éclate en juillet 1936, lorsque Franco intervient. C’est le début d’une guerre civile d’un genre particulier qui va durer 3 ans, dans laquelle les forces européennes interviennent. Du côté des Franquistes intervient des forces allemandes et italiennes, et du coté des Républicains, le soutien du Komintern qui met sur pied les brigades internationales.
La Grande Bretagne ne veut pas intervenir dans la Guerre d’Espagne et proclame sa neutralité, et cela provoque le mécontentement puis la colère des communistes qui estime qu’il y a une trahison.
La fusillade en mars 1937 à Clichy. Blum avait dissous les ligues, qu’elles soient radicale, monarchistes, antiparlementaires. Le Parti Social français organisait des réunions publiques à Clichy. Le PCF demande à Blum l’interdiction de ces réunions. Le Gouvernement fait savoir qu’il n’y a pas de raisons.

Le PCF trouble la réunion, et les forces de l’ordre interviennent, et se termine par la mort de 5 participants et des centaines de blessés.

Cela génère une répétition de l’histoire : Blum Fusilleur.
La fragilité du front populaire venait sans doute d’espoirs irréalisables, et le ciment de cette coalition était trop fragile, le fascisme était trop faible.



    1. Le Gouvernement Daladier : Le redressement économique et la marche à la guerre




      1. Redressement économique et politique familiale


Après la chute du 1er gouvernement Blum en juin 1937, il y a eu un gouvernement dirigé par Chotant qui a procédé à une seconde dévaluation, qui a permis à la France de commencer un redressement économique et lorsqu’en 1938, Daladier revient au pouvoir, il procède à une 3ème dévaluation du franc. Cela commence un redressement économique. Ce redressement a été pris dans un ensemble de mesures, redonne une compétitivité.

En novembre 1938, Paul Reynaud adopte une série de Décret-loi, qui d’une part augmente les impôts pour limiter le risque de dérapage de l’inflation, et aménagement de la loi des 40 heures :

- Baisse du chômage de 25 %

- Il y avait pour la 1ère fois l’affirmation d’une volonté de politique familiale, avec d’une part une majoration des allocations familiales, et surtout la déconnection des allocations familiales par rapports aux négociations salariales dans les entreprises.

Début de la politique familiale française complétée par le code de la famille : c’est la cellule de base de la société, et cela justifie l’implication de l’Etat en faveur de sa prospérité et de sa stabilité.
Ces décret lois de novembre 1938, avait quelque chose de très impopulaire : l’aménagement de la loi des 40 heures.



      1. La marche à la guerre


En septembre 1938, l’Allemagne envahit une partie de la Tchécoslovaquie. Ils annexent les sudètes. Il y a donc violation du traité de Versailles. La France, allié des tchèques, doivent intervenir militairement. Mais elle n’y va pas mécaniquement.
Daladier consulte Chamberlain (GB). Réunion à Munich (France-Italie-GB-All). Accords de Munich le 30 septembre.

Daladier annonce la paix et évite la guerre.
En septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne pour récupérer Dantzig. Les Anglais déclarent l’Allemagne le 3 septembre, puis la France en soirée.


    1. Repères culturels de la France des années 30




      1. Un fascisme Français ?


Il y a eu un fascisme français représenté essentiellement par un parti fondé en 1936 :

Doriot est un des membres du Komintern. Il est un homme dont la place, les ambitions l’envergue, l’influence déplaisait profondément à Staline. Staline ne supportait pas les manifestations d’indépendances. Le fait d’avoir décidé de son propre de pratiquer une logique de front populaire, et Staline a viré Doriot du PCF. Il a été exclu en juin 1934.
Il a donc fondé le parti populaire français en 1936. Cet anti communisme, condition du fascisme s’est mêlé à un culte de la personnalité une dimension révolutionnaire, orienté dans le renversement de la société bourgeoise, conservatrice.
Le fascisme n’est pas libéral. Toute opposition à la démocratie parlementaire telle qu’elle fonctionnait en France dans les années 30 a été qualifiée de fasciste d’où l’amalgame de réalités très différentes, et sont considérés comme fasciste l’action française, les croix de feu.



      1. Une production culturelle en partie marquée par la volonté d’engagement


Barrès avant la guerre, entre deux guerres : Gide, après la guerre : Sartre.
Distinguer les années 30 des années 20 :

- Une partie des intellectuels voulait une révolte dans les années 20, avec le nihilisme

- Les années 30 voit une revalorisation de la notion d’engagement. Le front populaire est un souffle d’espoir, et l’engagement contre le parti fascisme hitlérien, italien.
Cet engagement est à Gauche. La guerre d’Espagne voit les intellectuels français de gauche se mobiliser pour les Républicains, notamment Malraud (prix Goncourt : la condition humaine en 1933). Un autre intellectuel est Picasso avec Guernica.
Bernanos est un intellectuel catholique proche de l’action française dans les années 20. Il s’est réfugié par la suite aux Baléares et a été témoin de certains épisodes de la guerre d’Espagne, et notamment de l’exaction et des violences des franquistes.
L’engagement ne concerne pas que la gauche.

Dimension raciste et xénophobe.
Céline représente un courant antisémite.
Gide se fait connaitre assez tôt bien avant Malraux puisqu’il publie en 1927 « voyage au Congo » qui s’oppose au colonialisme. Mais il reste un esprit libre, courtisé par le PCF. Il publie « retour de l’URSS », fortement critiqué.


      1. Une culture populaire plus variée véhiculée par des média plus diversifiés.


Impact marginal des intellectuels.

Cependant la guerre a fait évoluer les choses.

Gide avait écrit en 1897 un ouvrage «  les nourritures terrestres » : cet ouvrage avait été un échec. Après guerre, il décide de le rééditer en 1927, et grand succès. C’est le signe que l’opinion comprend le texte différemment selon l’histoire.

Idem pour Proust « du côté de chez Swam » : bide, mais succès avec la suite du roman, après la guerre.
La culture populaire se repère dans la presse. Ils ont accès à de nouveaux médias : avec Match.
Près largement lue, jusque dans les couches populaires, car le journal apporte aussi la pensée politique.
La grande nouveauté est aussi le cinéma parlant, qui explose en 1930 : Gabin, Morgan,
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa Révolution française

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa Révolution française et le xixè siècle

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconRevolution française, guerres de vendee : histoire, litterature

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconL'histoire du droit du travail débute avec la Révolution française

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconEgo sum : Un français ayant vécu la Révolution française et l’Empire

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconChapitre 1 La notion de famille à travers les siècles Section 1 :...
«la famille sera toujours à la base des sociétés» et Will Durant2 que «la famille est le noyau de la civilisation»

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLivre premier révolution et contre-révolution
«Du Pain, la Paix et de la Terre !» se répandait dans le pays, résumant toutes les aspirations anciennes et les espoirs de l'heure...

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa révolution française a été une période de grands changements politiques,...

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconThème 1 : principes valeurs et symboles de la citoyenneté Européenne
«liberté- égalité- fraternité». Devise née pendant la révolution française et inscrite dans la ddhc de 1789

Introduction : les héritages de la Révolution Française et du 19 iconLa Révolution française de 1789, en abolissant les Orres et les Pivilèges,...
«l’encombrement des connaissances» et proposait ce que la réforme Haby définira comme «smic culturel» devenu aujourd’hui le «socle...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com