A essor du libéralisme au sein de la représentation politique








télécharger 375.34 Kb.
titreA essor du libéralisme au sein de la représentation politique
page8/13
date de publication10.07.2017
taille375.34 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

Le capitalisme séparateur


Quelles sont ces transformations ? Pour faire court, je me concentrerai sur celles qui concourent à l’avènement de ce que j’appellerai un capitalisme séparateur.

La tertiarisation de l’économie est la plus souvent citée. L’économie industrielle regroupait les salariés dans de grands collectifs de travail à l’abri de vastes ateliers de production, favorisant la formation de « conditions communes » et l’émergence de consciences collectives. Une large partie de la main d’œuvre se regroupait ainsi dans de grandes entreprises intégrées. Paradoxalement, alors même que la condition salariale s’est considérablement développée, la situation du salariat paraît de moins en moins unifiée. L’économie de services qui progresse continuellement joue en effet sur un tout autre registre. Elle repose tout d’abord sur un tissu d’entreprises généralement plus petites : mesurée à leurs effectifs, la taille moyenne des entreprises françaises a ainsi diminué d’un tiers environ lors de la grande période de désindustrialisation (1980-1995). Mais ce processus de dispersion se prolonge dans les entreprises elles-mêmes : la tertiarisation tend en effet à promouvoir des emplois où les relations interpersonnelles (avec le client, notamment), les qualités individuelles, la polyvalence et la mobilité se substituent à la simple « force de travail » comme critères d’évaluation du travail, et compliquent un peu plus la formation de « conditions communes ». Or, c’est bien sur cette part de généralité dans le travailleur (« la force de travail ») comme dans le collectif (« la condition ouvrière ») que s’était appuyé le mouvement syndical depuis la seconde révolution industrielle. Du reste, les récentes divergences au sein de l’AFL-CIO aux Etats-Unis et la sécession de certains syndicats de services [8] se comprennent aussi à la lumière de ces considérations.

De fait, le poids global des services dans l’économie ne dit pas tout. Le capitalisme séparateur se nourrit également de l’individualisation des relations d’emploi, y compris dans les grandes entreprises. Où ces relations étaient caractérisées par la stabilité de formes statutaires ou quasi-statutaires dans l’économie industrielle, elles sont presque partout marquées aujourd’hui par la flexibilité et/ou l’instabilité. La multiplication des contrats de travail à durée déterminée (actuellement, près de deux tiers des embauches se font en CDD en France), des temps partiels (choisis, mais plus souvent subis, en particulier chez les femmes), ainsi que l’individualisation des modes de rémunération, la croissance des formes de travail indépendant (professionnels autonomes, organisation par projet, etc.)…, tous ces facteurs compliquent d’autant l’effort de syndicalisation. Ils hypothèquent la capacité des syndicats à parler au nom d’un salariat rassemblé, à se présenter comme des « lieux de synthèse », voire à cartelliser sous des formes plus corporatistes les intérêts des salariés pour éviter qu’ils ne se fassent concurrence sur le marché du travail [9].

En outre, des relations d’emploi plus flexibles entraînent inévitablement des carrières professionnelles plus discontinues, plus accidentées, des changements de secteur d’activité et des périodes de chômage plus ou moins nombreuses, plus ou moins longues. Du point de vue de syndicats qui se structurèrent d’abord sur un modèle corporatiste (par métier) et qui s’adaptèrent ensuite au modèle de l’organisation industrielle taylorienne, ces nouveaux parcours professionnels sont très difficiles à suivre : ils nécessitent un accompagnement mobile et « sur mesure » que le quadrillage du monde du travail en grands collectifs de métier ou de condition peine à organiser. Bref, les nouvelles biographies professionnelles passent bien souvent sous les radars des organisations syndicales.

Cette difficulté à suivre des trajectoires de plus en plus accidentées et complexes est accrue, dans le cas français, par la segmentation du marché du travail. Le fait que les droits sociaux et les statuts varient selon les branches professionnelles et les métiers, ne favorise pas non plus la continuité de la protection et de la représentation des salariés. Au-delà de leur rôle d’agence sociale, l’un des secrets de la belle vitalité des syndicats nordiques tient peut-être aussi au fait qu’ils ont affaire à un marché du travail beaucoup plus unifié de ce point de vue. Les droits y sont plus facilement transférables d’un emploi et d’un secteur à l’autre.

Le capitalisme séparateur prend également la forme d’une fragmentation du système productif. Par toutes sortes de stratégies de réorganisation et de relocalisation des unités de production, il s’apparente de plus en plus à un vaste Lego dont les figures et les combinaisons sont d’ailleurs assez variées selon les secteurs et les stratégies, comme l’ont montré Suzanne Berger et ses collègues du MIT [10]. L’entreprise « modulaire » peut ainsi externaliser des segments de son activité soit en recourant à des sous-traitants nationaux, soit en délocalisant à l’étranger, soit en filialisant certaines activités… Elle tend à se concentrer sur ce qu’elle fait le mieux, c’est-à-dire sur ses atouts concurrentiels, et à déléguer à d’autres le reste. C’est ainsi que l’entreprise sans usine est entrée dans l’ordre du pensable : Nike se résume, pour l’essentiel, à quelques unités de design et à un centre de commandement qui gère l’organisation d’un vaste ensemble de contrats de sous-traitance et de fournisseurs sur plusieurs continents. Les ordinateurs Dell ne passent que quelques minutes dans les usines d’assemblage du même nom… En exagérant, on pourrait dire que certaines entreprises ne seront bientôt plus que de purs systèmes d’information orchestrant la répartition des risques et contrôlant le fonctionnement d’un réseau de liens contractuels déployés à l’échelle intercontinentale.

En cassant l’unité de production intégrale qui caractérisait l’économie industrielle fordiste, cette modularisation met aussi à mal les solidarités du travail que celle-ci favorisait. Car il est bien évident que tisser de nouvelles solidarités entre ouvriers chinois et allemands risque de s’avérer très complexe. Il est même tout à fait possible de voir ressurgir, comme au début du XXe siècle, des formes de nationalisme syndical plus ou moins xénophobes, qui pourront alors s’envelopper pudiquement dans le vocabulaire du « patriotisme économique » [11].
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconOrganisation politique de la Suisse
...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconMise en contexte
«le devoir de juste représentation» (ci-après djr). 10 Autrement dit, le djr est le corollaire du monopole de représentation

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconAccord relatif au recrutement et au maintien dans l’emploi des seniors au sein de Pôle emploi
«seniors» assortie d’objectifs identifiés tout en veillant à assurer son articulation avec la politique globale de l’emploi au sein...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconBiographies de Victor Hugo
«l’intention littéraire et l’intention politique». Mais IL lui faudra encore cinq ans pour se défaire vraiment des «préjugés sucés...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconFiches droit institutionnel 1A
«l’ensemble des règles juridiques régissant l’exercice du pouvoir politique au sein de l’état»

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconDroit institutionnel comparé & droit matériel de l’UE
«l’ensemble des règles juridiques régissant l’exercice du pouvoir politique au sein de l’état». Constitution = pour les états

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconRapports internationaux Robert
«une branche de la politique qui concerne les relations entre Etats, un art de la représentation des intérêts d’un gouvernement à...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconChapitre histoire de l’ emergence des systemes de droit1
«droit naturel procédural7». On aurait tort cependant de limiter la rule of law à des critères formels et procéduraux, car elle porte...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconEssor et polarisation des échanges internationaux depuis le XIX

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconLes interrogations philosophiques, morales et politiques face à l’essor...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com