A essor du libéralisme au sein de la représentation politique








télécharger 375.34 Kb.
titreA essor du libéralisme au sein de la représentation politique
page7/13
date de publication10.07.2017
taille375.34 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   13

Un déclin international


Le repli actuel du syndicalisme ne s’explique donc que marginalement par la qualité du dialogue social. Si tel était le cas, on ne pourrait pas comprendre pourquoi, dans des pays où ce dialogue est une pratique contractuelle ancienne, ordinaire et reconnue, les forces syndicales ont également enregistré un recul sensible ces deux ou trois dernières décennies. C’est le cas par exemple de l’Allemagne qui a vu son taux de syndicalisation reculer de 37% en 1975 à 29,7% en 2004, alors même que le système allemand faisait figure de modèle en la matière aux yeux de beaucoup. En réalité, ce recul est avéré dans la plupart des pays développés. En trente ans, le taux de syndicalisation moyen des pays de l’OCDE est passé d’un peu plus d’un tiers à environ un cinquième de la population active [5]. Aux Etats-Unis, il a perdu presque la moitié de ses effectifs [6], et au Japon pas loin de 40%. La Grande-Bretagne a, elle aussi, connu un fort recul (une chute de 27% entre 1975 et 1990, puis de 16% entre 1990 et 2004). Ce qui est vrai sur la longue période au niveau de l’ensemble des pays développés, se confirme sur la courte période au niveau européen. Dans l’UE à 25, le taux de syndicalisation a chuté de 32% en 1995 à 26% en 2001. Ce recul est en particulier tiré par le déclin massif de la syndicalisation dans les nouveaux États membres (de 43% à 20% sur la même période). Mais, dans l’ensemble, la proportion des salariés européens syndiqués n’a jamais été aussi faible depuis 1950, c’est-à-dire dix ans avant la période de croissance du syndicalisme qui avait caractérisé les années 1960-1975. On doit faire ici, il est vrai, une notable exception pour la Belgique et les pays scandinaves. Mais cette exception vient en grande partie du fait que les syndicats y jouent plus encore qu’ailleurs un rôle d’agence sociale conforme à l’une ou l’autre variante du « Système de Gand » : l’adhésion à ces organisations y conditionne l’accès à certains droits et prestations sociales, notamment en matière d’assurance-chômage et d’assurance-maladie. Le cas du mouvement syndical israélien dans les années 1980-1990 fournit d’ailleurs une inquiétante jurisprudence à cet égard : le taux de syndicalisation y a très nettement reculé lorsque le gouvernement a retiré la gestion du financement des services de santé des mains des organisations de salariés. Bien plus que la nature et la qualité du dialogue social dans chaque pays, ce qui fait problème, c’est donc bel et bien l’évolution de l’implantation du syndicalisme dans le tissu productif. Les disparités d’implantation sont en effet criantes. Entre secteur public et secteur privé, tout d’abord : aux Etats-Unis, pour ne citer qu’eux, le taux de syndicalisation dans le public est actuellement d’environ 40% contre 8% dans le privé. Entre grandes entreprises et PME-PMI-TPE, ensuite, ou entre secteurs industriels classiques et secteurs de services, l’écart est encore très significatif : le cas français est ici particulièrement frappant, le monde des PME constituant un quasi « désert syndical », de même que la plus grande partie du secteur des services à la personne. En somme, on peut dire, en forçant à peine le trait, que le syndicalisme occidental commence à ressembler à un îlot de travailleurs âgés [7] et protégés, perdu au milieu d’un océan de salariés plus ou moins précaires et disséminés.

Recul quantitatif, déséquilibre sectoriel... Deux conclusions s’imposent. La première en consolera peut-être quelques-uns : si le syndicalisme français est toujours (et depuis longtemps, à vrai dire) le dernier de sa classe, les dynamiques qui le tirent à la baisse sont loin d’être une singularité hexagonale et elles ne sauraient donc s’expliquer que marginalement par la culture politique nationale. La seconde, en revanche, est moins rassurante : le syndicalisme ne parvient plus à organiser le monde du travail dans sa forme actuelle. La cause s’en trouve moins dans la forme du dialogue entre les partenaires sociaux que dans les transformations du capitalisme ces vingt ou trente dernières années. Car ce sont elles qui affectent en profondeur le périmètre du mouvement syndical occidental.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   13

similaire:

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconOrganisation politique de la Suisse
...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconMise en contexte
«le devoir de juste représentation» (ci-après djr). 10 Autrement dit, le djr est le corollaire du monopole de représentation

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconAccord relatif au recrutement et au maintien dans l’emploi des seniors au sein de Pôle emploi
«seniors» assortie d’objectifs identifiés tout en veillant à assurer son articulation avec la politique globale de l’emploi au sein...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconBiographies de Victor Hugo
«l’intention littéraire et l’intention politique». Mais IL lui faudra encore cinq ans pour se défaire vraiment des «préjugés sucés...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconFiches droit institutionnel 1A
«l’ensemble des règles juridiques régissant l’exercice du pouvoir politique au sein de l’état»

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconDroit institutionnel comparé & droit matériel de l’UE
«l’ensemble des règles juridiques régissant l’exercice du pouvoir politique au sein de l’état». Constitution = pour les états

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconRapports internationaux Robert
«une branche de la politique qui concerne les relations entre Etats, un art de la représentation des intérêts d’un gouvernement à...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconChapitre histoire de l’ emergence des systemes de droit1
«droit naturel procédural7». On aurait tort cependant de limiter la rule of law à des critères formels et procéduraux, car elle porte...

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconEssor et polarisation des échanges internationaux depuis le XIX

A essor du libéralisme au sein de la représentation politique iconLes interrogations philosophiques, morales et politiques face à l’essor...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com