B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11








télécharger 464.22 Kb.
titreB. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11
page7/17
date de publication08.06.2017
taille464.22 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   17
Jean Piaget et le développement de la capacité de connaître

  1. La genèse de la connaissance individuelle

Piaget est notamment connu pour sa façon d'étudier comment pense un enfant en jouant avec lui. Comme Socrate, il n’a pas peur d’utiliser son charme, son humour jubilatoire et des questions précises pour viser cette partie de l’être qui sait, et percevoir ce qu'elle ne sait pas (encore). À la différence de Socrate, Piaget étudie le développement de l’intelligence et de la connaissance chez l’enfant. Un adolescent de 12 ans peut répondre aux questions de Socrate, un enfant de 7 ans ne peut pas. L’enfant de 7 ans à un langage moins maîtrisé, une autre façon de ressentir et une capacité de raisonner incomplète qui mène à des impasses. Un enfant peut répondre à certaines questions sur le carré, mais pas à toutes. Il est possible que son intuition intérieure platonicienne soit innée, mais sa capacité de puiser dans ce savoir a besoin d’être éduquée, de se développer. Piaget pensait que les propriétés du carré mettent un certain temps (a) pour s’implanter dans le nonconscient d’un individu, et un temps encore plus grand (b) pour se manifester dans la conscience. Ainsi une opération peut être effectuée correctement à un certain âge, de façon automatique et nonconsciente, et comprise à un autre. Chomsky donnait des exemples de connaissances innées qui génèrent une forme d'intuition accessible à la conscience. Piaget fournit de beaux exemples de cette rencontre entre activité profonde, activité de la conscience et activité pédagogique. Ce n'est pas pour rien qu'il fut apprécié par les institutions scolaires. L'on voit là, que Platon avait su rassembler une série de thèmes qui aujourd'hui se disséminent dans plusieurs théories.

        1. La marche à quatre pattes

Cet exemple reprend la question posée par Christine Caldwell sur la prise de conscience de ce qui se passe dans le corps, du geste que le corps effectue automatiquement, sans forcément faire appel à la conscience. Piaget et Androula Henriques — Christophides utilisèrent cette expérience pour saisir le rapport qui s’instaure entre geste et conscience, et qui permet une prise de conscience de ce qui se passe au niveau du geste :

La procédure adoptée consiste d'abord à demander au sujet de marcher à quatre pattes pendant une dizaine de mètres, puis d'expliquer verbalement comment il a fait. Après quoi, on lui fait montrer les mouvements qu'il imagine sur un petit ours, dont les pattes sont articulées. Si nécessaire l'expérimentateur se met lui-même par terre et l'enfant lui donne ses instructions : quel membre avancer d'abord, etc. Ensuite le sujet est prié de recommencer sa marche à quatre pattes, mais en faisant bien attention à ce qu'il fait et en le décrivant au fur et à mesure. En cas de prise de conscience erronée, on demande à l'enfant d'exécuter les mouvements qu'il a lui-même décrits et de vérifier si sa description est correcte. Enfin, si tout cela ne suffit pas, on suggère une marche à quatre pattes rapides s'arrêtant lorsqu'on dit « stop » en faisant alors analyser le dernier mouvement ébauché. (Piaget et Henriques-Christophides 1974, p.12)

Certains psychologues critiquent la procédure clinique de Piaget, parce qu'elle ne « fait » pas scientifique. Chaque interrogatoire ne se passe pas forcément de la même manière parce que chaque enfant est différent, et que chaque enfant ne peut dire ce qu'il sait que dans un contexte de confiance qui le motive. Comme ces expériences se déroulaient dans plusieurs écoles, Piaget ne contrôlait pas non plus des variables comme la taille de la pièce, la marque et le voltage des ampoules, etc. Une procédure standardisée en apparence ne permet pas de capturer cette activité intérieure nécessaire à la maïeutique socratique. Une procédure scientifique exigerait, selon ces critiques, qu'un expérimentateur (toujours le même) pose, chaque fois, les mêmes questions dans le même ordre et sur le même ton, et se contente de noter les réponses. J'ai plusieurs fois observé des chercheurs qui essayaient tellement de ressembler à un robot que les enfants avaient effectivement une tendance à réagir d'une façon uniforme : ils étaient perturbés. Ce type de procédure pseudo-scientifique est peut-être apprécié par certaines revues comportementalistes, mais leur utilisation implique que l'on se refuse à comprendre cette activité maïeutique qui intéresse tant Socrate et Piaget. Vous avez là un exemple de « tutelle » que certains psychologues voulaient que Piaget s'impose. Comme Kant, dans son écrit sur l'âge des lumières que j'ai cité dans la première partie de ce volume, Piaget préfère observer ce qu'il faut étudier, que d'écouter les sophistes à la mode. Il aime écouter l'enfant comme Socrate écoutait le jeune esclave du Ménon : c'est-à-dire en suivant les méandres du raisonnement d'un individu, pour essayer de comprendre la créativité intérieure qui engendre ce raisonnement.

Androula Henriques-Christophides était sans doute plus disciplinée que Jean Piaget, et utilisait moins son charme ; mais sa description de la procédure utilisée montre que découvrir comment un enfant perçoit ses gestes n'est pas une mince affaire. La procédure décrite a un « look » plus respectable que la procédure utilisée, tel que l'on pouvait la lire dans les protocoles. Ces expériences à la Piaget ont souvent lieu dans des écoles, pendant l'heure des cours. L'élève interrogé est parfois content de sortir d'un cours qui l'ennuie et de se retrouver en train de jouer à marcher par terre avec le trop gentil Piaget, ou la tout aussi agréable Androula. Il n'était pas interdit de rire quand l'enfant demandait au psychologue de bouger telle jambe de telle manière pendant que l'autre jambe et les deux bras étaient maintenus immobiles en l'air, pendant un moment d'équilibre fragile.

Piaget et Henriques-Christophides distinguent trois types de marches :

— Une marche en Z : les deux mains avancent d’abord, puis les deux genoux.

— Une marche en N : la main et le genou gauche avancent avant la main et le genou droit, ou l'inverse.

— Une marche en X : la main gauche et le genou droit avancent avant la main droite et le genou gauche.

Les trois marches sont utilisées à tous les âges, la marche en X plus souvent que les autres. À 4-5 ans la plupart des enfants, quelque soit la ou les marches qu'ils utilisent ne décrivent que la marche en Z. Leur nonconscient peut participer à une organisation qui utilise les trois marches, mais la conscience de l'enfant ne peut construire qu’une représentation en Z :

Sylvie (4 ans et 4 mois) marche quelques mètres (en X) : “Comment tu fais ? — Je bouge les mains, les bras, les pieds et les jambes et la tête. — Mais d'abord? — Je bouge tout en même temps. — (Sur l'ours.) D'abord celui-là (pied gauche), ça (pied droit), ça (main gauche) et ça (main droite.) — Marche encore une fois et remarque bien ce que tu fais ? — (Même description.) — Un enfant m'a dit que c'était comme ça (description en X). C'est juste ? — Non, d'abord ça et ça, etc. (description en Z)40. Tu me montres comment je dois faire (à terre). — Cette main, puis celle-là, puis ce pied puis celui-là (Z). » (Piaget et Henriques-Christophides 1974, p.12)

Ceci n'est que le résumé d'une discussion qui ressemble encore plus à un dialogue socratique si on lit le protocole original. Socrate lui-même n'aurait pas pu obtenir de cet enfant qu'il décrive une marche en X après avoir marché en X. Le corps peut faire comme s'il pensait en X, la conscience ne peut encore avoir ce type d'analyse. Pourtant, Androula ou Piaget ont même testé si l’enfant était capable de trouver la bonne raison s’ils la lui suggéraient.

Cette façon d'interroger les enfants, proche du jeu, mobilise l'activité du sujet et requiert du psychologue non seulement une série précise de questions, mais aussi une écoute des détails du raisonnement de l'enfant. La plupart des enfants de 5 et 6 ans peuvent utiliser le modèle en Z et celui en N. Il ne s'agit pas ici de stades rigoureux puisque Piaget a même observé que certains adultes (probablement d'illustres penseurs académiques) étaient incapables de s'imaginer la solution en X. La solution en X devient stable vers 9-10 ans. J'ai remarqué41 que vers 11 ans, l'enfant peut jouer avec ces trois représentations et ces trois marches.

Piaget a utilisé cette méthode de recherche pour comprendre non seulement comment la conscience appréhende les gestes, mais aussi les idées mathématiques, logiques, géométriques et physiques proches de ce qui intéressait Socrate : le poids, le temps, etc.42 Il a chaque fois pu montrer qu'en questionnant un enfant de façon ludique mais en connaissant les réponses, il est possible de comprendre a) comment une conscience construit et appréhende une idée, b) que la maïeutique permet à l'enfant de clarifier sa représentation d'une idée, et c) les limites des représentations utilisées à un âge donné.

        1. Idéalisme des concepts/idéalisme des structures

Les lois logiques, qui finalement gouvernent le monde intellectuel, sont de leur nature, essentiellement invariables et communes, non seulement à tous les temps et à tous les lieux, mais aussi à tous les sujets quelconques, sans aucune distinction même entre ceux que nous appelons réels et chimériques : elles s’observent, au fond, jusque dans les songes… (Auguste Comte 1842, Cours de philosophie positive, 52e leçon)43

Mettons ensemble quelques étapes de l'histoire de la pensée :

Recule de l'intervention de Dieu : avant Darwin de nombreux Anglais croyaient que Dieu créait personnellement chaque chose, chaque plante, chaque animal et chaque humain. Après Newton et Darwin les Anglais croyants se contentent de penser que Dieu a créé les lois de la physique et de la biologie, mais qu'il intervient rarement dans le cours des événements engendré par ces lois.

Différenciation entre matière et organisation : La chimie a montré qu'une entité est toujours composée (a) d'éléments et (b) d'une organisation. Un groupe d'éléments identique organisé différemment forme des entités différentes.

À l'époque de Platon, les humains ne distinguaient pas encore clairement éléments et organisation. Une fois cette distinction inscrite dans la culture européenne, des penseurs utilisèrent spontanément les outils idéalistes pour la mettre en forme, et pour préciser ses implications. Ils admettent qu'il n'est plus possible, après Kant, Lamarck et Marx, d'appliquer les outils idéalistes aux éléments, mais continuent à les appliquer aux organisations qui n'avaient pas encore fait l'objet d'une critique détaillée. Cette étape peut être associée au recul de l'intervention de Dieu que je viens de décrire : l'idéalisme quitte définitivement les concepts pour essayer de survivre au niveau des organisations. C'est ce glissement qui caractérise le structuralisme de Jean Piaget, Claude Lévi-Strauss et Noam Chomsky.

Dans les dialogues de Platon, Socrate discute souvent de la définition de termes comme la connaissance, l'amour, etc. Les sciences humaines du vingtième siècle vont montrer qu'il est difficile de maintenir une vision idéaliste des idées, parce qu'elles varient parfois considérablement d'une culture à l'autre de deux points de vus :

— Le listage des idées varie. Ainsi certaines cultures peuvent avoir une notion de la beauté, mais pas de la vertu, et utilisent des Idées qui n'existent pas en Europe. L'enjeu est le suivant : il est possible que la conscience ait besoin de quelque chose comme des Idées pour fonctionner, et que ce soit l'intuition d'une exigence de la conscience qui a inspiré Platon. S'il existe des cultures complexes qui n'ont aucun équivalent à la notion platonicienne leur façon de comprendre Platon et la conscience sera fausse.

— Le contenu d'une Idée varie également. J'ai, par exemple, souvent entendu des Européens critiquer le sens esthétique des Etats-uniens, en faisant des mines de dégoût. J'ai aussi entendu des Etats-uniens critiquer l'esthétique maniérée des Européens, en faisant des mimiques ironiques.

Ainsi on ne trouve pas les mêmes catégories sonores (les gammes changent d'un continent à l'autre), visuelles (le nombre de couleurs distinguées change d'une langue à l'autre), et psychologiques (la liste des émotions change d'une culture à l'autre). La notion de beauté féminine varie aussi. Hume et Kant ont montré que la définition d'une notion dépend de la structure de la pensée d'une espèce ; puis les biologistes ont montré que certaines notions innées (comme le fonctionnement parental) avaient été construites par les tâtonnements de l'histoire des espèces. Par contre, il demeure toujours difficile d'expliquer, sans invoquer Dieu, que les lois de la nature semblent avoir la cohérence et la logique que décrivent les mathématiques. C’était déjà l’hypothèse de Platon. Avant l'éclosion de l'intelligence artificielle, dans les années 1970, de nombreux savants pensaient que les structures de l'Univers avaient une cohérence qui correspond à une logique unique44. Lorsqu'un savant constate une incohérence dans les données, il suppose par défaut que les données sont incomplètes.

Un autre élément idéaliste que l'on trouve dans le discours structuraliste, est la notion que structures et éléments sont des dimensions distinctes de la réalité. C’est une organisation de l’oxygène et de l’hydrogène qui crée les propriétés émergentes de l’eau. L'on retrouve là, la différence entre âme et corps effectuée par Platon, qui s'étend, chez Piaget, à une différence de nature entre l'affectif et le cognitif. Pour Piaget l'affectif est l'énergétique des structures cognitives. Il y aurait donc d’après lui (a) une énergétique, (b) des structures, et (c) des objets psychiques (des représentations et des schèmes d'action). Ces trois dimensions de la psyché fonctionnent en parallèle. L’activité mentale est le produit de leur coordination. Les structures de base de l’activité mentale sont nécessairement nonconscientes, car si ce sont des structures qui dynamisent les activités conscientes, alors la conscience ne peut pas appréhender ce qui la contient et l'anime, par introspection. Les distinctions opérées par l'esprit humain entre organisation et éléments seraient « objectives ». L'on retrouve là, la notion dans laquelle l'esprit humain aurait la capacité de distinguer de façon adéquate les articulations qui existent dans la réalité. L'histoire de l'évolution des esprits aurait alors remplacé le monde des Idées de Platon, pour donner à chaque organisme humain la capacité miraculeuse de savoir, en son for intérieur, l'organisation des choses.

Pour en revenir à mes positions théoriques, je ne vois aucune raison de postuler qu'une organisation est forcément logique, ou que la distinction élément/organisation existe objectivement. Ces notions sont des outils intellectuels qui ont permis à la réflexion scientifique d'avoir une certaine efficacité.

        1. Logique naturelle et constructivisme

Admettons que je n'ai pas la capacité de me représenter ce qu'est une structure cognitive, mais qu'elle existe. Dans l'exemple de la marche à quatre pattes, la structure cognitive est l'organisation mentale qui me permet de distinguer divers types de marches. Le schème d'action est ma façon de marcher à quatre pattes, et ce que j'éprouve en marchant à quatre pattes est mon énergétique. Une certaine forme d’activité consciente est une des dimensions de cette activité. Je simplifie le modèle de Piaget, mais ces distinctions suffisent pour cette discussion. Trois types d'explications classiques sont généralement utilisés pour analyser ce genre de modèle45:

a) Une explication empiriste, inspirée par le philosophe Locke puis par les comportementalistes en psychologie : Ce type de modèle prévoit que des actions comme la marche à quatre pattes et la conscience de la manière dont elle s’effectue, sont des schèmes moteurs et mentaux qui s’apprennent. L'argumentation de Piaget est soutenue par l’observation que certains éminents collègues ne savent pas comment observer leur marche à quatre pattes. Un empiriste ne peut pas expliquer que le développement de la conscience suit un ordre logique, que, par exemple, c'est toujours la marche en X, logiquement la plus complexe, qui est saisie en dernier.46

b) Une explication innéiste, inspirée par le philosophe Leibniz puis par les éthologues : Le modèle innéiste prévoit que la capacité de marcher à quatre pattes et de devenir conscient de sa façon de marcher, est innée, préprogrammée, et forgée par l'évolution des espèces. Ainsi, le développement observé par Piaget est expliqué par la maturation du système nerveux. En effet, le cerveau met des années à se former, et il est possible que chez l'enfant de cinq ans les connexions nerveuses nécessaires pour le fonctionnement de la conscience ne soient pas encore établies. Ce type d’analyse a plus de mal à expliquer qu'un éminent collègue de Piaget, n'arrive pas à prendre conscience de sa marche en X. Mais elle explique élégamment que le développement de tous les enfants suit le même ordre, allant du plus simple au plus complexe.

c) Piaget s'est souvent présenté comme le compromis suisse entre empirisme et innéisme. Il admet que certaines capacités de base sont innées, mais ces capacités prévoient une mise en application, une calibration du schème de base à la réalité. Cette deuxième étape requiert une éducation. Ainsi, la capacité de parler est innée, mais parler français demande une longue éducation. Lorsque cette éducation est insuffisante, ou trop tardive, le Français d'une personne est manifestement déficient d'après les critères reconnus par l'Académie française entre le XVIIe et le XXe siècle. Cette position est soutenue par l’impression robuste que l'organisme humain a su s'adapter à une grande variété d'environnements géographiques et sociaux, et qu'il serait difficile d'expliquer cette adaptabilité sans supposer qu'il est génétiquement prévu qu'un comportement inné doit suivre des instructions locales avant de pouvoir se développer pleinement. Piaget suppose qu'un organisme doit ensuite attendre de « voir » quels schèmes se développent et de quelle manière, avant de construire les derniers détails de la structure mentale globale qui coordonne tout cela. Cela explique la lente maturation (une dizaine d'années pour Piaget, une vingtaine d'années pour certains, et toute une vie pour d'autres) des structures mentales. Ce que je viens de résumer est l'aspect toujours apprécié de la théorie piagétienne. Cette théorie est aujourd'hui qualifiée de constructiviste, pour souligner le fait que le résultat final exige une construction effectuée par l'individu et son entourage. La théorie constructiviste n’est pas nécessairement structuraliste, ou idéaliste. Une théorie constructiviste n’exige pas que la dimension de l’organisation de la matière fonctionne comme un manuel de logique.

Piaget avait une créativité qui cherchait à comprendre la logique naturelle utilisée pour penser, mais cette créativité était aussi fidèle aux personnes, souvent idéalistes, qui l’ont influencé lors de sa jeunesse. Par une sorte de fidélité excessive à cette jeunesse, Piaget refusa d’abandonner un certain nombre de thèmes idéalistes qui n’étaient pas fondamentalement inscrits dans ce qu‘il découvrait, mais qui l’inspirait et le motivait. Il voulait devenir le Socrate des logiciens, qui les aiderait à formaliser cette façon de penser qui mène à l’intelligence. C’est dans cet esprit qu'il distingue logique naturelle et logique socialement construite. La logique naturelle est la logique suivie dans la réalité par les dynamiques de la nature, celle qui anime notamment la pensée humaine. Cette logique est partiellement formalisée par les logiciens qui essayent de construire des systèmes logiques et mathématiques les plus pertinents possibles. Comme Platon, Piaget croyait que c’était en étudiant des individus que l’on pouvait expliciter la logique sous-jacente des Idées47 ; comme Platon, il psychologisait. Il se demandait si ce que les logiciens ont formalisé correspond aux opérations de la « pensée » naturelle . Sa réponse est la suivante :

Oui et non : ce n’est nullement exact si l’on désigne sous ce terme la pensée consciente du sujet, avec ses intuitions et ses sentiments d’évidence, car ceux-ci varient au cours de l’histoire et du développement, et sont loin de suffire à « fonder » une logique. Par contre, si l’on dépasse les observables48 et que l’on cherche à reconstituer les structures, non pas de ce que le sujet sait dire ou penser consciemment, mais de ce qu’il sait « faire » au moyen de ses opérations lors de la solution des problèmes nouveaux pour lui, alors on se trouve en présence de structures logicisables. (Piaget 1970, L’épistémologie génétique, p.82)

Dans cette réponse, comme chez Platon, l’on constate que si logique il y a dans l’esprit humain, celle-ci se situe en profondeur. Par contre, ce n’est pas ici le contenu de la pensée qui peut devenir logique, mais sa structure, son fonctionnement. Piaget étudie par exemple la logique sous-jacente à l’activité ludique d’un enfant, puis se demande comment cette logique se reformule pour devenir une logique conceptuelle49. Il est convaincu que l'intelligence tend vers un fonctionnement de plus en plus cohérent, logique, sensible aux contradictions. C'est ce que montrent toutes ses recherches. Dans le travail sur la marche à quatre pattes50, j'ai remarqué qu'après les trois stades distingués par Piaget et Weil, les enfants apprennent à jouer avec les trois représentations possibles de la marche à quatre pattes. Je me dis aujourd'hui que les enfants genevois de onze ans arrivent peut-être tous à une vision logique de certaines notions de base comme l'emboîtement et la sériation, mais que plus tard il se passe d'autres opérations plus complexes que Piaget n'aurait pas pu expliquer avec son obsession de tout réduire à une structure logique. Il croyait qu'il suffisait d'étudier l'enfant de 0 à 12 ans pour analyser le développement mental. Je ne peux m'empêcher de croire que cette pensée logique est une pensée de pubère, et que Piaget préféra rester fidèle à sa logique de pubère que de dévoiler des formes de pensée plus complexes auxquelles il n'a jamais su s'accommoder, mais qu'il utilisait à longueur de journée. Sa mauvaise foi était par exemple légendaire.

En fondant ce qu'il appelle l'épistémologie génétique51, Piaget essaye de coordonner recherches formelles et recherches empiriques. Ce projet était une des bases de l'intelligence artificielle dans les années 1960. En effet, l'intelligence artificielle coordonne (a) l'étude des mécanismes cognitifs qui permettent aux humains de réfléchir sur ce qui se passe ; (b) l'étude spéculative de systèmes formels mathématiques, logiques et de programmation ; et (c) l'étude de ce qui permet à une machine informatique de fonctionner aussi facilement que possible.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   17

similaire:

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconCommuniqué de presse
«Contrastes et Harmonies», 1er nuancier dédié à l’accessibilité des erp (Etablissements Recevant du Public)

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconRésumé Questions et mises en application

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconRésumé Questions et mises en application

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconMises en candidatures pour le conseil d’administration

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconQuelques mises au point sur la fonction des services dans la croissance

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconExclusif: nos mamans violées au kivu mises en valeurs dans une série...

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconActions mises en place : quelques exemples
«7 affaires de justice» permet d’intervenir auprès de 10 à 30 personnes, à partir de 11 ans

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconLettre de coopération
«la Loi», et l'examen du rendement financier de la Première Nation au moyen des Normes mises en place par le cgfpn

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconRemarques de la
«risque sectaire» avec détermination et honnêteté intellectuelle. Pour ceci, certaines actions sont incontournables et doivent être...

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconLois collectées mises à jour le 09/12/2012
«Principe de Peter», par Lawrence j peter et Raymond Hull, bouleversa une existence professionnelle qui se résumait à la seule fonction...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com