B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11








télécharger 464.22 Kb.
titreB. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11
page10/17
date de publication08.06.2017
taille464.22 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   17
Platon et Athènes

Platon est né à Athènes en 430 avant Jésus-Christ dans une famille richissime et aristocratique. Gouvernée par Périclès, la république d'Athènes vivait alors son âge d'or. La mère de Platon, Periktionè, descend d’un des premiers grands hommes d’État d’Athènes, le législateur Solon. Le père de Platon, Arison, meurt tôt. Periktionè se remarie avec son oncle Pyrilampes, un homme puissant qui a soutenu Périclès et la République. C’est chez lui que Platon a grandi.

Un an au paravent, Sparte avait attaqué Athènes, commençant ainsi l'interminable guerre du Péloponnèse (431 -404 ). Platon aura 26 ans quand cette guerre, perdue par Athènes, se terminera. Il a donc grandi dans une Athènes qui perd sa puissance, vivant sans doute ce qu'ont vécu les Européens du XXe siècle dans une Europe qui détruit sa puissance en s'infligeant deux guerres mondiales horribles. Le déclin d'Athènes commence dès la mort de Périclès en 428, car Athènes ne put jamais retrouver une figure politique aussi prestigieuse. Cette décadence devint palpable quand les Athéniens soutinrent un jeune politicien et général prometteur nommé Alcibiade, qui participa notamment au Banquet d'Agathon et qui fut élève de Socrate. Alcibiade mena une campagne inutile et suicidaire en Sicile avec l'armée athénienne, puis passa à l'ennemi. Il est probable que ses conseils jouèrent un rôle déterminant dans la chute d'Athènes.

Le régime royaliste de Sparte fit tomber la République, et confia en 404 les rênes d'Athènes à Trente oligarques aristocrates et royalistes. Critias (l’oncle de la mère de Platon) et Charmide (l'oncle maternel de Platon) faisaient partie de ces tyrans qui gouvernèrent plutôt mal et violemment pendant un an. Platon avait aussi une partie importante de sa famille dans le camp Républicain. Comme Socrate et Aristophane, il avait souffert de l'incapacité de la république à gouverner, et supportait mal l'incroyable bêtise du gouvernement des Trente, vendu à Sparte comme le fut au XXe siècle, le gouvernement de Vichy en France, aux forces hitlériennes. En 403, le peuple athénien se souleva, tua notamment Critias et Charmide, et restaura une république. Comme dans la France de 1944, cette république mit en procès ceux qui avaient collaboré avec l'ennemi et les tyrans, et créa une nouvelle période de prospérité financière et intellectuelle qui ne retrouva néanmoins jamais le dynamisme qu'elle avait connu sous Périclès.

Entre temps, Platon avait reçu une excellente éducation, notamment avec Cratyle, élève du grand Héraclite. Platon a 7 ans quand Aristophane fait jouer Les Nuées, un satyre de Socrate. Le Socrate d'alors est décrit comme un sophiste, un chef de secte :

Qui, par leur raisonnement et les discours, vous démontre que le ciel est un étouffoir, qu'il nous enveloppe, et que nous sommes des charbons. Ces gens-là vous apprennent moyennant finance à faire triompher par le raisonnement le juste et l'injuste. (Aristophane 423, Les nuées, p.156)

C'est un Socrate déjà cinquantenaire, que Platon rencontre 15 ans plus tard. Socrate devint pour Platon une telle référence qu’il est possible qu’Aristophane n’ait pas eu tout à fait tort de décrire Socrate comme un gourou. Ce sont sans doute Critias et Charmide qui ont présenté Platon à Socrate. Platon n’a pas trente ans quand le nouveau pouvoir républicain accuse Socrate de corrompre la jeunesse et de ne pas croire aux dieux de la cité. Socrate paye ici sans doute le prix d’une position politique ambiguë pendant les années précédentes. L'on sait, par ce qu'il a écrit dans la République et les Lois, que Platon avait souhaité qu'une tyrannie intelligente remplace la république. Cette opinion était peut-être aussi celle de Socrate. Cette position était incompatible avec la république renaissante d'Athènes. Condamné à mort, Socrate refuse de s’évader et boit la ciguë en 399.

Platon s’exile. Il se réfugie d’abord dans d'autres villes grecques pendant trois ans, puis part pour l’Afrique du Nord, où il passe un certain temps en Égypte. Il rencontre des Pythagoriciens au Sud de l’Italie, puis arrive en Sicile en 388, où il essaye de mettre en pratique ses théories politiques en soutenant et éduquant des tyrans plus ou moins éclairés. Cette aventure finit mal, et en 387 Platon rentre à Athènes. Il achète un gymnase situé dans le jardin d’Académos, près d’Athènes. Le gymnase devient « l’Académie » (c’est le nom des jardins), avec bibliothèque, salle de cours, chambres pour les étudiants, etc. L’organisation de cette école inspira la formation des Universités. C’est en effet la première école dans laquelle une équipe de spécialistes souvent prestigieux enseigne non seulement une approche particulière, mais l'ensemble des connaissances alors disponibles autour de la Méditerranée. L'enseignement de Platon est surtout décrit dans de nombreux dialogues qui relatent des discussions imaginaires entre Socrate et des personnalités athéniennes. Aristote passa une vingtaine d’années dans cette école, comme élève d’abord, puis comme enseignant, tout en essayant de trouver des espaces politiques pour appliquer ses théories.

Proche de sa famille, le vieux Platon lègue l'Académie à son neveu Speusippe. Vexé de ne pas devenir le directeur de l'Académie, Aristote quitte Athènes et rejoint Philippe de Macédoine. Il réussit là où Platon a échoué, puisqu'il devint le précepteur d'un des plus célèbres despotes de l'humanité : Alexandre le Grand. Cela démontre que les Athéniens avaient raison de se méfier de l'enseignement de Socrate, car au bout du compte c'est un élève de son élève le plus connu qui forma celui qui détruisit politiquement la Grèce et s’en servit pour conquérir Afrique et Asie.

      1. Le banquet bisexuel

La discussion du Banquet que j'ai amorcé pour présenter un débat sur les dialectiques harmonieuses est un exemple typique de comment on a tendance à écrire sur Platon. Le Platon que j'ai présenté est volontairement édulcoré, privé de ce qui pourrait distraire le lecteur d'une vision simpliste de l’Idéalisme du fondateur de la philosophie. Je n'ai pas par exemple insisté sur le fait que les dynamiques de l'Univers sont associées au dieu Éros. Comme Wilhelm Reich63, Platon n'a pas peur d'envisager une libido cosmique, et de penser que toutes les rencontres entre éléments ont quelque chose de commun avec ce qui se passe quand deux amants se rencontrent. L'amour humain est alors perçu comme un cas particulier d'un mécanisme universel. Platon n'essaye pas d'érotiser l'univers, mais plutôt de situer la complexité de chaque rencontre, qu'elle soit entre atomes, cellules ou animaux.

Cette dimension du discours de Platon est à la rigueur respectable, même si elle risque de choquer certains de ses lecteurs qui ont tendance à tourner la page dès que Platon aborde des sujets délicats. Mais Platon va plus loin. Non seulement il développe son sujet en explorant toutes sortes d'amours, qu'il décrit avec une imagination insolente, mais en plus il milite pour une vision bisexuelle - voir homosexuelle. Ce militantisme-là est associé au milieu des amis de Socrate, peut-être à celui des Trente oligarques et à l’entourage d'Alexandre le Grand. Autrement dit, c'est une bisexualité politisée et militante qui est présentée dans Le Banquet.

        1. Le banquet de la nostalgie

Platon a 70 ans quand il écrit Le Banquet, dans lequel il restitue avec une précision relative une discussion qui fit grand bruit à Athènes quand il avait 14 ans, et qu'il découvrait une sexualité probablement bisexuelle, avec autant d'enthousiasme sans doute que les vastes mondes de l'intellect. À 70 ans, il était devenu respectable, et se distingua en défendant l'égalité entre hommes et femmes. C'est sans doute avec un mélange de mélancolie et de fierté qu'il décrit ce banquet de la chair et de la pensée. Cette dimension temporelle échappe souvent au lecteur d'aujourd'hui, qui ne sent pas tout ce qui a changé pendant ces 56 ans de vie. Je m'imagine Le Banquet que pourraient écrire certains de mes amis. Il se déroulerait en 1970 dans une commune dans laquelle on explore les possibilités ouvertes par les Beatles, Daniel Cohn-Bendit et Timothy Leary ; les plaisirs d'une révolution sexuelle à une époque où aucune maladie vénérienne n'existait, et ceux des drogues plus ou moins douces comme le haschisch et le LSD. Ces jeunes gens seraient ouvertement hétérosexuels, bisexuels ou homosexuels. Ils passeraient des heures à explorer des nouvelles façons d'imaginer le monde, d'être, d'agir, d'aimer, en espérant pouvoir réinventer la roue et tous les rituels sociaux à venir. Ils évoqueraient les abîmes de la méditation, les inconscients jungiens et freudiens, les derviches tourneurs et Einstein ; le pour et le contre des maoïstes, trotskistes, anarchistes et autres groupes d'extrême gauche. Tout cela paraîtra presque insignifiant, ou pittoresque pour ceux qui sont nés en 2000, mais pour les amis auxquels je pense, ce fut un grand moment d'insouciance, de lutte pour les plaisirs de la vie, pour la paix et pour une amélioration du sort des diverses espèces, qu'ils se sentent glorieux d'avoir vécu. Évidemment, ce ne sont pas toutes les personnes nées après la Seconde Guerre mondiale en Europe de l'Ouest et en Amérique de Nord qui ont vécu comme cela. Dans toutes les couches de la population, la majorité n'osait pas ou était dégoûtée par ceux qui pratiquaient cette vie hédoniste et brillante, surtout dans certains milieux artistiques, académiques et politiques. Les enfants de cette génération trouvèrent vite une série de termes plus ou moins ironiques, voire dédaigneux, comme baba cool, hippie ou soixante-huitard pour désigner leurs parents. Le Banquet serait-il le livre d’un vieux sage qui se remémore, avec fierté, les années folles de sa jeunesse ?

À 14 ans, Platon faisait partie de l’élite intellectuelle, à la mode, des années 410 à Athènes. On croise dans cette faune des personnages douteux mais brillants et puissants comme Alcibiade, et d'autres plus respectables comme Aristophane. Socrate était un des piliers de cette vie qui semble surtout réunir ceux qui peuvent échapper à la guerre pour briller en ville. À 70 ans, Platon parle de gens qui ont vécu la guerre en croyant qu'ils faisaient encore parti de la grande Athènes. Il s'adresse à des personnes qui vivent dans une Cité encore puissante (puisque même Alexandre le Grand n'osera pas l'attaquer militairement), parmi lesquels certains rêvent de retrouver la puissance d’antan. Platon invente une Atlantide qui aurait existé 9'000 ans plutôt, qui aurait été organisée de façon si parfaite, que les Athéniens devraient vouloir imiter cet idéal. Il est à cette époque en train de rédiger un vaste plan de réforme des mœurs et des lois qui permettront — espère-t-il — à Athènes de devenir une machine à gagner, plus puissante encore que celle de Périclès. Ce modèle totalitaire, qui inspira autant les fascistes que les communistes du vingtième siècle, était aussi austère que les propositions de Calvin et de Rousseau. Quand on l'accuse d'être devenu étroit d'esprit, il répond en écrivant Le Banquet. C'est la bande à Socrate, une ouverture totale d'imagination et d’intelligence, capable d'aborder tous les sujets, et d'envisager tous les comportements sans se préoccuper des tutelles moralisantes et religieuses que certains essayaient alors d'imposer aux intellectuels. Cette flamme s'éteindra avec le procès de Socrate. Sans connaître les détails de l'époque je suis persuadé qu'il y a un sentiment de ce type dans le Banquet, sans quoi il ne fait pas sens.

Dans ma première discussion du Banquet, j'ai fait comme tout le monde : je me suis débarrassé de toutes les phrases qui pouvaient détourner l'attention du lecteur d'une discussion qui se développe sur quelques pages seulement. Je voulais me concentrer sur l'harmonie, le discours du médecin, ne souhaitant pas que certains, choqués par des propos qui n'ont rien à voir avec la discussion sur la mise en accord de la diversité, arrêtent de me suivre. Ainsi, j'ai présenté le discours de Phèdre comme un discours sur l'amour, et le discours de Pausanias comme un discours sur la différence entre un amour noble qui permet à deux âmes de s'aimer, et un amour vulgaire qui unit des corps et des sexes seulement.

Ce que j'ai laissé de côté, pour ne pas tout mélanger, c'est ce qui se disait dans ces discours sur l'homosexualité, sur les femmes et sur les enfants. La plupart des livres que j'ai lus sur Platon contournent ce sujet ou le mettent en exergue pour choquer. Des histoires comme cela j'en entends. J'ai appris qu'il ne faut ni les banaliser, ni les glorifier, ni les ignorer. Platon ouvre le débat avec les discours les plus choquants pour attiser l'imagination du lecteur. S'il survit à cet électrochoc, il pourra plus facilement apprécier les discours les plus importants de cette œuvre, celui d'Aristophane qui influença Freud (1920, 6, pp. 72s), et celui de Socrate qui est un bijou de la littérature mondiale. C'est donc surtout sur les deux premiers discours que je vais me concentrer.

        1. Le banquet des militants

Je vous ai présenté le discours de Phèdre sur la force de l'amour, mais je ne vous ai pas précisé que les premiers exemples décrivent des amours entre jeunes hommes :

Je suis en effet, quant à moi, incapable de nommer un seul bien qui surpasse celui d'avoir, dès la jeunesse, un amant qui mérite son amour.64

Phèdre va jusqu'à supposer que si tous les soldats étaient homosexuels il n'y aurait plus de guerre !65 Cela dit, Phèdre admet volontiers qu'il peut aussi exister des amours profondes entre femmes et hommes, comme celui d'Alceste qui accepta de mourir à la place de son époux66.

Pausanias va plus loin que son compagnon, lorsqu'il distingue deux déesses de l'amour, deux amours, l'Aphrodite Céleste et l'Aphrodite Populaire67:

Celui qui tient à Aphrodite la Populaire est lui-même vraiment populaire, et ses réalisations ont lieu à l'aventure : c'est lui qu'aiment ceux d'entre les hommes qui n'ont point de valeur ; et les gens de cette espèce, en premier lieu n'aiment pas moins les femmes que les jeunes garçons ; en second lieu, ils aiment le corps de ceux qu'ils aiment plus que leur âme. (Platon, Le Banquet, 181 a-b, traduction de Léon Robin, p.705)

Cette première Aphrodite ‘participe de la femelle et du mâle’, alors que l'Aphrodite céleste 'ne participe pas de la femelle, mais du mâle seulement'68 :

Ceux dont l'inspiration provient de cet Amour-là se tournent précisément vers le sexe mâle, chérissant le sexe qui naturellement est le plus vigoureux et a davantage d'intelligence. J'ajoute qu'on les reconnaîtrait, jusque dans cet amour même des jeunes garçons ceux qui reçoivent sans mélange, leur élan de cet Amour-là : ils n'aiment en effet les jeunes garçons que lorsque ceux — ci ont déjà commencé d'avoir de l'intelligence, ce qui se produit au voisinage du temps où la barbe pousse69. (Platon, Le Banquet, 181c-d, traduction de Léon Robin, p.705)

Le psychothérapeute que je suis ne peut pas ignorer les violences inouïes que les hommes se sont permises pendant des millénaires, même dans les démocraties du XXe siècle en Europe, envers des femmes qui n'honoraient pas leur supériorité fondamentale. À propos de ces passages de Platon, l'on a tout dit. Le laïus habituel est une sorte de pseudo ouverture « anthropologique » qui se résume à un commentaire du genre : à l'époque, c'était normal ! Il y a un certain nombre de choses qui semblent normales à l'époque :

— L'humanité a de tout temps considéré que toute personne, capable de faire un enfant, est sexuellement adulte. Ce n'est que très récemment, et dans quelques cultures seulement, que l'on accorde la maturité sexuelle quand on peut également supposer une maturité plus générale (entre 16 et 21 ans dans la France du XXe siècle).

— Effectivement on trouve des représentations de relations homosexuelles en Grèce, et effectivement il n'y avait pas de tabous sur ce type de relations qui n'étaient pas rares.

Mais la norme demeurait hétérosexuelle. Ainsi, dans Homère, ce sont les couples d'Hector /Andromaque et Ulysse /Pénélope qui dominent l'Iliade et l'Odyssée ; et la relation Achille/Patrocle est présentée comme une relation d'amitié entre deux personnes apparemment hétérosexuelles. C'est notamment parce qu'Agamemnon s'empare de la maîtresse d'Achille que les Grecs doivent subir les foudres d'Hector. Voilà pourquoi, il me semble que le discours présenté au Banquet de Platon n'est pas banalement homosexuel, mais fait partie d'un militantisme caractéristique des amis de Socrate, ou plutôt du milieu dans lequel Socrate circulait. Il n'était pas banal ou coutumier de croire que seuls les hommes méritent un amour pur. Même le vieux Platon ne le pensait pas. Platon se présente, par à travers la bouche de Pausanias, comme plus moral que ses contemporains, puisqu'il trouve bêtement charnel de s'amouracher d'un enfant de moins de 10 ans. Cela dit, cette bêtise-là est présentée comme étant tout aussi stupide que d'aimer une femme adulte, pas plus.

1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   17

similaire:

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconCommuniqué de presse
«Contrastes et Harmonies», 1er nuancier dédié à l’accessibilité des erp (Etablissements Recevant du Public)

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconRésumé Questions et mises en application

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconRésumé Questions et mises en application

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconMises en candidatures pour le conseil d’administration

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconQuelques mises au point sur la fonction des services dans la croissance

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconExclusif: nos mamans violées au kivu mises en valeurs dans une série...

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconActions mises en place : quelques exemples
«7 affaires de justice» permet d’intervenir auprès de 10 à 30 personnes, à partir de 11 ans

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconLettre de coopération
«la Loi», et l'examen du rendement financier de la Première Nation au moyen des Normes mises en place par le cgfpn

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconRemarques de la
«risque sectaire» avec détermination et honnêteté intellectuelle. Pour ceci, certaines actions sont incontournables et doivent être...

B. Harmonies et dissonances mises en dialectiques 11 iconLois collectées mises à jour le 09/12/2012
«Principe de Peter», par Lawrence j peter et Raymond Hull, bouleversa une existence professionnelle qui se résumait à la seule fonction...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com