A l'accès aux fonctions ecclésiales p. 04 à 09








télécharger 237.58 Kb.
titreA l'accès aux fonctions ecclésiales p. 04 à 09
page2/3
date de publication04.02.2018
taille237.58 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3

- En conformité avec la Parole de Dieu, l’Église répond favorablement qu’à des demandes de bénédiction de mariage célébrant l’union exclusive d’un homme et d’une femme, en acceptant que la cérémonie ait lieu dans ses locaux.



« Pour cette raison l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Therefore what God has joined together, let no one separate.” Ce que Dieu a uni, ne se sépare pas ».

Matthieu 19:5-6
- Il est préférable de ne pas célébrer de cérémonie religieuse pour un couple chez lequel un des conjoints se revendique d’une religion musulmane, arabe ou autre que chrétienne.

« Ne vous mettez pas sous un même joug avec les infidèles; car qu'y a-t-il de commun entre la justice et l'iniquité? Et quelle union y a-t-il entre la lumière et les ténèbres ? …» 2 Cor. 6: 14
Cependant, le pasteur et les anciens restent les seuls juges pour accepter ou pas la cérémonie de mariage pour un couple n’ayant pas la même foi.

« Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. Si le non-croyant se sépare, qu'il se sépare; le frère ou la sœur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. Car que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari ? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme ? « 1 Cor. 7 : 14 à16
- La célébration d’une union mixte entre une autre église de confession chrétienne (catholique, évangélique…) et le centre évangélique protestant de Bernay est possible dans le cas où ladite église proclame le nom de Jésus. Un entretien préliminaire sera demandé avec le représentant de ladite église.
- Les personnes mariées civilement dans une autre région ou mariées civilement depuis plusieurs années doivent fournir un extrait de mariage civil.
- L’Église du Centre Evangélique Protestant de Bernay ne reconnaît pas le PACS. L’Église ne cautionne pas ce contrat établi entre deux personnes majeures, indépendamment de leur sexe, et qui a pour objet d'organiser leur vie commune. En effet, la loi instaurant le Pacs a été votée en 1999 sous le gouvernement Jospin dans le but de « prendre en compte une partie des revendications des couples de même sexe qui aspiraient à une reconnaissance globale de leur statut, alors que la jurisprudence de la Cour de cassation refusait de regarder leur union comme un concubinage ».


- Le pasteur et le Conseil d’Anciens restent seul juge pour accorder ou non une cérémonie de mariage sans avoir à se justifier.
b) Cas particuliers
En cas de remariage, après un veuvage, la bible déclare :

« Une femme est liée à son mari aussi longtemps qu'il vit. Mais si le mari meurt, elle est libre d’épouser qui elle veut, mais il doit appartenir au Seigneur ». Cor. 7 : 39

En cas de remariage après un divorce, le pasteur et les anciens restent les seuls juges pour accepter ou pas la cérémonie de mariage.
« Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère ». Math. 19 : 9Cross references: Références croisées:

  1. 1 Corinthians 7:39 : Ro 7:2, 3 1 Corinthiens 7:39 : Ro 7:2, 3

  2. 1 Corinthians 7:39 : 2Co 6:14 1 Corinthiens 7:39 : 2Co 6:14



c) Maître de cérémonie
La bénédiction de l’union est célébrée par le pasteur ou un ancien en accord avec les époux.


d) Mise à disposition des locaux de l’église
L’Église ne demande aucune compensation financière pour la célébration d’un mariage.
Si les futurs époux souhaitent réserver gracieusement une des salles de l’église pour organiser un vin d’honneur, il leur sera accordé sous certaines conditions :

  • la salle doit être disponible le jour de la cérémonie

  • la totalité du public accueilli ne doit pas excéder 50 personnes.

  • La totalité des dépenses engendrée pour le vin d’honneur (boissons, gâteaux, vaisselles, décorations…) doit être financée par les mariés.

  • le ménage, après la cérémonie, est à la charge des mariés.


Article 21 : Présentation d’un enfant
Une présentation d’enfant est une démarche familiale vécue au sein de l’Église. Les parents ou les personnes responsables de l'enfant demandent à Dieu de bénir celui-ci en présence des membres de l'Église.
C'est aussi l'occasion pour l'Église de s'engager aux côtés des parents dans l'accompagnement spirituel de l'enfant.
La demande est faite au pasteur par les responsables légaux.
L’enfant présenté doit avoir au moins un des ses parents qui soit chrétien, né de nouveau et baptisé, étant donné la dimension d’engagement publique du (des) parent(s) d’élever son (leur) enfant selon l’enseignement biblique.
Il n’y a pas de limite d'âge à la présentation d'enfants.
La présentation d’un enfant ne saurait être assimilée à la circoncision ou au baptême. Cette cérémonie ne fait pas de l’enfant un(e) chrétien(ne). Elle est accomplie dans l'esprit de Marc 10 : 16.
« Puis Il (Jésus) les prit dans ses bras et les (enfants) bénit en posant les mains sur eux ».


Article 22 : Inhumation



a) Inhumation pour les chrétiens


Le pasteur du CEP de Bernay accepte d’officier une inhumation pour une personne de confession chrétienne (évangélique, protestante, pentecôtiste, catholique…) dans ses locaux. C’est l’occasion d’annoncer la Parole de Dieu et de le glorifier pour l’espérance et l’assurance qu’il donne à ses enfants.

b) Inhumation pour les non-chrétiens
Pour la personne non chrétienne, le pasteur sollicité par la famille, officie au funérarium ou au cimetière.
c) Crémation
La parole de Dieu fait la part des choses entre la poussière et la cendre et quand le terme poussière est utilisé il n’y a pas d’équivoque possible. Il est souvent question de la cendre dans de nombreux textes bibliques, mais à chaque fois où ce mot est employé, il correspond au résidu solide d’une combustion de matière ou substance. Dieu n’utilise pas le mot cendre, mais le mot poussière quand il parle de la destinée de l’homme charnel.
« Tu es poussière et tu retourneras à la poussière ». Genèse 3 : 19
« Beaucoup de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et l’horreur éternelles ». Daniel 12 : 2
« Vous foulerez les méchants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds au jour que je prépare, dit l’Éternel des armées ». Malachie 4/3 : 3 - 21
Le feu est un puissant symbole, utilisé et enseigné depuis les temps immémoriaux. Le feu est indispensable à l’homme et va susciter un tel intérêt, que l’homme ira jusqu’à l’idolâtrer (1 Roi 11). Le feu de Dieu se présente sous deux aspects : comme feu purificateur ou comme un feu de jugement. Il symbolise aussi la présence de Dieu. Nous ne pouvons pas mélanger tous ces symboles pour les adapter à nos convictions. Une analyse détaillée des Écritures nous permet d’en connaître les bienfaits ou les méfaits.
Exemple : Du jugement

« C’est un feu exterminateur qui descend et consume les rebelles à dieu. Sodome et Gomorrhe symbolisaient l’abomination et la perversion, ce qui provoqua le jugement de Dieu ». Genèse 19 :24
Exemple : De la présence de Dieu

« L’Éternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider sur le chemin et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils marchent jour et nuit.

La colonne de nuée ne se retirait pas de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit ». Exode 13 : 21 et 22
Dans le Nouveau testament l’apôtre Paul déclarait aux Corinthiens :

« Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Semé corruptible, on ressuscite incorruptible.

Semé méprisable, on ressuscite glorieux. Semé plein de faiblesse, on ressuscite plein de force. Semé corps naturel, on ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps naturel, il y a aussi un corps spirituel ».  1 Corinthiens 15 : 42 à 44 
Il y a aussi un corps spirituel. L’apôtre Paul utilise quatre fois le verbe SEMER... C’est que forcément il y a un message à faire passer. Un paysan sait pertinemment que s’il veut récolter, il devra semer auparavant. Cette action incontournable de mise en terre de la semence, produira alors l’effet escompté du paysan qui récolte avec joie. Aucun paysan n’aura l’idée de bruler ses semences avant de les jeter en terre.

À l’image de cette semence nous pouvons effectuer un parallèle avec le corps mis en terre « Inhumé » et non pas incinéré.
« Nous croyons :

Que dans le corps mortel se trouve une semence spirituelle réelle, et son immortalité se manifeste à la résurrection ». Philippiens 3 : 20 et 21
De par la parole de Dieu faisant foi et par l’explication ci-dessus le Centre Evangélique Protestant de Bernay reconnait que la pratique à bruler les cadavres est une abomination devant l’Éternel. La coutume de l’incinération ou crémation vient de ceux qui ont peur de la mort ou tout simplement parce que l’homme athée* ne prend pas en considération le côté spirituel du problème, quand il envisage la crémation, mais seulement le côté économique, pratique et écologique.

Il semble donc très important de mettre à la lumière le côté spirituel qui ne peut laisser indifférent celui qui a une démarche sincère.

Le simple fait que la majeure partie des gens qui se font incinérer sont des personnes athées*, oblige l’Église du CEP de Bernay à présenter à ces personnes une explication spirituelle.

Dans le cas d’un désaccord avec la famille du défunt avec les textes bibliques cités ci-dessus, L’Église le C.E.P de Bernay, engage la seule responsabilité de la famille devant Dieu. L’Église souhaite que toute personne convertie à Jésus Christ soit inhumée et non rejetée comme nous l’enseigne Paul aux Colossiens.
« Or vous, autrefois, vous étiez exclus de la présence de Dieu, vous étiez ses ennemis à cause de vos pensées qui vous amenaient à faire des œuvres mauvaises ; mais maintenant, Dieu vous a réconciliés avec lui par le sacrifice de son Fils qui a livré à la mort son corps humain, pour vous faire paraître saints, irréprochables et sans faute devant lui ». Colossiens 1 : 21 - 22
*Athée : qui nie l’existence de toute divinité

F) L’ÉGLISE ET LES ENFANTS
Article 23 : l’école du dimanche
L’école du dimanche est dispensée les dimanches matins pendant le culte.
a) Son rôle
L’École du Dimanche du Centre Évangélique Protestant de Bernay a pour but d’amener les enfants à la connaissance personnelle du salut en Jésus-Christ.
En aucun cas, les pratiques exercées à l’école relevant de l’inspection académique ne doivent s’apparenterà l’école du dimanche.
b) Les exigences de l’Église


  • La condition essentielle pour enseigner dans l’école du dimanche est une foi personnelle en Jésus-Christ, Dieu et Sauveur.




  • Le moniteur doit être assidu dans la vie de l’Église.




  • Le moniteur surveille individuellement ses élèves pendant l’instruction générale.




  • L’ensemble des moniteurs se concerte pour préparer le programme de l’année.




  • Les moniteurs et un responsable sont choisis par le pasteur selon leurs aptitudes.


c) Les élèves


  • Tout enfant est admis sur la demande de ses parents, accompagnée d’un formulaire d’engagement (voir annexes).




  • Les enfants âgés de 3 à 9 ans (basé sur l’année scolaire) peuvent accéder à l’école du dimanche. Les âges peuvent être modulables. L’école du dimanche n’est pas une garderie et les plus jeunes enfants seront dirigés vers la garderie ou resteront dans l’assemblée avec leurs parents.




  • L’enfant doit se plier aux règles fixées par son moniteur.

En cas de non-respects des règles imposées par le moniteur, l’enfant peut être exclu ponctuellement de l’école du dimanche. Il rejoindra alors ses parents dans l’assemblée.


  • L’enfant peut être sollicité à venir un autre jour que le dimanche, à titre exceptionnel, pour des répétitions relatives à la fête de Noël.


- L’enfant peut être convié à une sortie d’une demie journée ou d’une journée, avec une autorisation des parents signée et sous la responsabilité d’un animateur agréé détenteur d’un BAFA.

Article 23 bis : Le caté
Le caté est dispensée les dimanches matins après la louange du culte.
a) Son rôle
Le caté du Centre Protestant Évangélique de Bernay a pour but d’amener les enfants à la connaissance personnelle du salut en Jésus-Christ.
En aucun cas, les pratiques exercées à l’école relevant de l’inspection académique ne doivent s’apparenterau caté.
b) Les exigences de l’Église


  • La condition essentielle pour enseigner au caté est une foi personnelle en Jésus-Christ, Dieu et Sauveur.




  • Le moniteur doit être assidu dans la vie de l’Église.




  • Le moniteur surveille individuellement ses élèves pendant l’instruction générale.




  • Les moniteurs sont choisis par le pasteur selon leurs aptitudes et leur âge (jeunes adultes). Le pasteur est le responsable de l’équipe de moniteurs.


c) Les adolescents


  • Tout adolescent est admis sur la demande de ses parents, accompagnée d’un formulaire d’engagement (voir annexes).




  • Les adolescents âgés de 10 à 15 ans (basé sur l’année scolaire) peuvent accéder au caté. Les âges peuvent être modulables.




  • L’adolescent doit se plier aux règles fixées par son moniteur.

En cas de non-respects des règles imposées par le moniteur, l’adolescent peut être exclu ponctuellement du caté. Il rejoindra alors ses parents dans l’assemblée.


  • L’adolescent peut être sollicité à venir un autre jour que le dimanche, à titre exceptionnel, par exemple, pour des répétitions relatives à la fête de Noël avec le groupe de jeunes.


- L’adolescent peut être convié à une sortie allant d’une demi-journée à une semaine, avec une autorisation des parents signée et sous la responsabilité d’un animateur agréé détenteur d’un BAFA. La sortie aura pour but de créer une cohésion dans le groupe d’adolescents.
1   2   3

similaire:

A l\Arrêté du 4 avril 2016 modifiant l'arrêté du 31 juillet 2014 relatif...
«Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l'exercice de ses fonctions, IL est...

A l\Arrêté du 15 juillet 2015 relatif aux brevets d’aptitude aux fonctions...

A l\Relatif à la collecte de données à caractère personnel relatives...
«Base concours» ont pour finalités la production d’études et de statistiques anonymes ainsi que la réalisation de travaux de recherche...

A l\Le droit constitutionnel est rattaché au droit public
Les fonctions judiciaires sont distinctes et demeurent toujours séparées des fonctions administratives

A l\L’association de consommateurs ufc-que choisir dénonce une «fracture...
«fracture sanitaire» dans l’accès aux soins. Les dépassements d’honoraires des médecins sont en cause

A l\Accès aux activités centralisées et décentralisées

A l\Accès aux activités centralisées et décentralisées

A l\Info ud acces aux soins : le 28 avril doit faire date
«hôpital entreprise», aux logiques comptables qui asphyxient les établissements. A la clef, la poursuite des fermetures de lits,...

A l\Au moment où l’accès aux lycées s’ouvre plus largement, la démocratisation régresse

A l\Chapitre 1 – Les acteurs et les grandes fonctions économiques
«Peut-on faire confiance aux économistes ? Réussites et échecs de la science économique», De Boeck, 2017, p. 20








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com