Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie.








télécharger 415.3 Kb.
titreRésumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie.
page6/7
date de publication06.02.2018
taille415.3 Kb.
typeRésumé
l.21-bal.com > économie > Résumé
1   2   3   4   5   6   7

Tableau 7 : AD – Thème politique

Le tableau 7 résume les résultats du modèle appliqué sur les deux variables politiques : le score des partis écologiques aux élections régionales et la part de la production d’ENR dans la consommation finale d’énergie visée par le SRCAE pour 2020. Ce modèle n’est pas significatif dans son ensemble (Pr > F = 34.42% >  = 5%). On peut donc conclure qu’il n’y a aucun effet de ces variables sur le développement régional des ENR en France métropolitaine.

Conclusion

L’objectif de cet article était de réaliser un état des lieux de la transition énergétique en France et plus précisément d’évaluer les performances des régions en matière de diversification du bouquet énergétique. Nous avons mobilisé les techniques d’analyse des données multidimensionnelles afin de proposer une typologie du développement régional des ENR pour l’année 2013 à partir de variables représentatives des bilans énergétiques régionaux. Un vaste ensemble de variables environnementales, économiques, démographiques, climatiques et géographiques ainsi que politiques ont été utilisées pour enrichir l’interprétation des classes et mieux comprendre les similitudes ou des dissemblances entre les classes. La classification établie met en évidence des spécificités régionales fortes et des performances contrastées entre les régions en matière de développement des ENR. Nous constatons que cinq profils différents émergent, le développement des ENR s’avère très contrasté selon les filières et les régions.

Ainsi, si les classes 1 et 2 couvraient plus de 30% de leur consommation électrique via la production d’énergies renouvelables, d’autres classes (3 et 4) se situaient en dessous de 10% en 2013. La production d’électricité d’origine renouvelable est relativement concentrée puisque les deux premières classes représentent plus de 64 % de la production nationale. Leurs « bonnes performances » sont largement liées à l’implantation historique de la filière hydraulique (régions montagneuses) sur ces territoires, qui reste la première filière d’énergie renouvelable de France. Elle s’impose comme énergie stockable, mature et non intermittente limitant ainsi le développement des filières éoliennes et biomasses même dans les régions où les conditions géographiques et climatiques sont favorables à ce type de production. Ainsi, le bouquet énergétique (hors hydraulique) est peu diversifié et repose en grande partie, dans le cas de la deuxième classe sur le nucléaire. Ces deux classes respectent dès 2013 les objectifs à atteindre à l’horizon de 2020 dans le cadre des Schémas Régionaux Climat Air Energie (SRCAE) établis en 2012 : ces résultats ne témoignent pas d’une politique volontariste en faveur du développement des ENR mais simplement d’une situation historiquement favorable. La classe 3 affiche les plus mauvais résultats, la part de la production d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie se situait à 8,5 % en 2013 (objectif SRCAE 2020 : 23,5 %), cette classe se caractérise par une filière biomasse très développée qui représente 36 % de la production d’ENR. Les parts de la production d’ENR dans la consommation finale d’énergie atteignaient respectivement 9,6 % et 15,47 % dans les classes 4 et 5, se situant en dessous des objectifs SRCAE 2020. Notons cependant que ces deux classes se caractérisent par un développement soutenu de la filière éolienne. Dans la classe 4, les combustibles fossiles restent une imposante importante du mix énergétique alors que dans la classe 5 le nucléaire domine.

L’implication des régions en terme de développement des énergies renouvelables semble d’autant plus forte que les régions ne bénéficient pas d’avantages historiques liés à la présence de la filière hydraulique. Nous observons que les classes 3, 4 et 5 ont consenti davantage d’efforts pour le développement des nouvelles filières d’ENR, par ailleurs les classes 3 et 4 consacrent également un budget important pour l’environnement et la lutte contre la pollution de l’air et le climat. Ces efforts inégalement répartis devraient cependant permettre à la France d’atteindre l’objectif fixé à 23 % par la loi de transition énergétique pour la croissance verte pour 2020 puisque les ENR représentaient déjà 21 % de la consommation finale d’énergie en 2013. Pour atteindre les objectifs 2030, il serait souhaitable que les efforts soient équitablement répartis entre les régions et que des objectifs spécifiques soient définis pour les nouvelles filières d’ENR.

Enfin, les analyses discriminantes (AD) montrent que parmi les six thèmes considérés, cinq permettent de différencier les classes. Concernant l’environnement, les émissions de gaz à effet de serre, le nombre de centrales nucléaire ainsi que le montant des investissements spécifiques pour la lutte contre la pollution de l’air et du climat permettent de différencier les classes. La spécialisation sectorielle (services versus industrie) ainsi que la performance économique évaluée par le PIB par habitant sont également des vecteurs de différenciation des classes. Parmi les variables climatiques et géographiques, seul le point culminant s’est révélé discriminant, il révèle la spécificité de régions montagneuses dans lesquelles l’hydraulique domine. De même en ce qui concerne les variables de la population, seul le nombre d’habitants des classes de régions explique leur développement des ENR. Enfin, aucun effet des variables politiques sur le développement régional des ENR en France métropolitaine n’a pu être établi.

Ces résultats ont permis d’identifier les facteurs qui contribuent au développement des énergies renouvelables à l’échelle des régions, ils seront utiles pour construire un modèle économétrique explicatif de l’évolution de la consommation d’énergies renouvelables (au niveau agrégé, régional et par filières). Néanmoins, pour mieux appréhender les efforts régionaux en termes de promotion des énergies renouvelables, il nous semble nécessaire d’adopter une approche dynamique. Nous nous proposons dans une future recherche d’utiliser des méthodes d’analyse des données multidimensionnels évolutives afin de prendre compte la dimension temporelle. Nous étudierons le développement des ENR sur la période 1990-2015. Par ailleurs, la dimension temporelle est importante en matière d’énergie, des délais importants peuvent exister entre la décision d’investir dans des équipements, la mise en place de ces équipements et la production d’énergie.

Références bibliographiques

Acket C., Vaillant J., (2011), Les énergies renouvelables:  état des lieux et PERSPECTIVES, Editions Technip.
AKLIN M., URPELAINEN J., (2013), POLITICAL COMPETITION, PATH DEPENDENCE, AND THE STRATEGY OF SUSTAINABLE ENERGY TRANSITIONS, n° 57, p. 643–658.
APERGIS N., PAYNE JE., (2009), ENERGY CONSUMPTION AND ECONOMIC GROWTH: EVIDENCE FROM THE COMMONWEALTH OF INDEPENDENT STATES, Energy Econ, n°31, P.7.
AYRES R., VOUDOURIS V., (2014), THE ECONOMIC GROWTH ENIGMA: CAPITAL, LABOUR AND USEFUL ENERGY? , Elsevier, Energy Policy n°64, p. 17-19.
BARRETT S., (2009), THE COMING GLOBAL CLIMATE–TECHNOLOGY REVOLUTION, J Econ Perspect, n°23, p.53–75.
BECKERMAN W., (1992), ECONOMIC GROWTH AND THE ENVIRONMENT: WHOSE GROWTH? WHOSE ENVIRONMENT?, World Development,20,p. 481-496.
Boiteau C., (2015),  Les enjeux de la réforme territoriale : Energie et développement DURABLE, RFAP N°156.
Brock WA., Taylor MS., (2010), The green Solow model, Journal of Economic Growth, N°. 15, p. 127 – 153.
CARLEY S., (2009), State renewable energy electricity policies: An empirical evaluation of effectiveness, Elsevier, Energy Policy 37, p. 3071-3073.
CELEUX G., (1990), ANALYSE DISCRIMINANTE SUR VARIABLES CONTINUES, Collection didactique INRIA.
Dangerman A., Schellnhuber J., (2013), Energy systems transformation, Proc Natl Acad Sci n°110, p. 549–558
DE CHARENTENAY J., LESEUR A., BORDIER C., (2012), Le Schéma régional climat-air-énergie : un outil d'orientation pour la transition énergétique et climatique des régions FRANÇAISES, Etude Climat CDC, n°36,P.5.
DUMAS M., RISING J., URPELAINEN J., (2016), Political competition and renewable energy transitions over long time horizons: A dynamic approach, Elsevier, Ecological Economics n° 124, p. 175-177.
DURUISSEAU K., (2016), Nouvelle géographie et territorialisation des énergies renouvelables : L’exemple du solaire photovoltaïque dans le Sud de la France, (MMSH) d’Aix-en-Provence.
Fiore K., (2006), Irréversibilité Mixte, valeur d'option et modularité : une application à l'investissement électronucléaire, Economies et Sociétés, série Economie de l'Energie (ISMEA), n°10-11, pp.1595-1618.
FOUQUET D., JOHANSSON TB., (2008), European renewable energy policy at crossroads-Focus on electricity support mechanisms, Elsevier, Energy Policy n° 36, p. 4079-4081.
Grossman G M., Krueger AB., (1991), Environmental impacts of the North American Free Trade Agreement, NBER working paper 3914.
Haveman R., (1989), Thoughts on the sustainable development concept and the environmental effects of economic policy, paper presented to an OECD seminar on sustainable development (October).

HOFFERT MI., CALDEIRA K., BENFORD G., CRISWELL DR., GREEN C., HERZOG H., (2002), ADVANCED TECHNOLOGY PATHS TO GLOBAL CLIMATE STABILITY: ENERGY FOR A GREENHOUSE PLANET, n°298, Issue 5595, pp. 981-987.
HUBERTY C. (1994) APPLIED DISCRIMINANT ANALYSIS, Wiley
JEULIN M., DELBOSC A. (2011), Le rôle des collectivités territoriales dans le soutien public aux énergies renouvelables - Exemples en Europe et en FRANCE, Etude Climat CDC, n° 30, novembre
Kraft J., and Kraft A., (1978), On the relationship between energy and GNP, Journal of Energy and Development, 3, p. 401-403.
Kuznets S., (1955), Economic Growth and Income Equality, American Economic Review, 45, p.1 – 28.
LEBART L., MORINEAU A., PIRON M., (2000), STATISTIQUE EXPLORATOIRE MULTIDIMENSIONNELLE, 3ème édition Dunod, p. 439.
Lee C., Chang C., (2007), Energy consumption and GDP revisited: a panel analysis of developed and developing countries, Energy Econ, n°29, P.23.
Loorbach D., (2010), Transition management for sustainable development: a prescriptive, complexity-based governance framework, Governance n°23, p.161–183.
PACESILA M., BURCEA S.G., COLESCA S.E., (2016), Analysis of renewable energies in European Union, Renewable and Sustainable Energy Reviews 56–170.
Payne JE., (2009), On the dynamics of energy consumption and output in the US, Appl Energy, 86, P.7.
OCDE., (2015), Rapport accompagnant l’inventaire OCDE des mesures de soutien pour les combustibles fossiles, 21 septembre.
ODUM EP., (1971), FUNDAMENTALS OF ECOLOGY, Philadelphia, PA, W.B. Saunders.
ROEGEN NC., (2006), La décroissance : Entropie, Ecologie, Economie, Editions Sang de la Terre, Paris.
SAIDI K., Ben MBAREK M., (2016), Nuclear energy, renewable energy, CO2 emissions, and economic growth for nine developed countries: Evidence from panel Granger causality tests, Progress in Nuclear Energy n° 88, p.364-367.
 SAPORTA G., (2006), PROBABILITES, ANALYSE DES DONNEES ET STATISTIQUE, 2ème édition Technip, p. 492.
Solow RM., (1956), A contribution to the theory of economic growth, Quarterly Journal of Economics, LXX, p. 65 – 94.
SMITH., KERN F., RAVEN R., VERHEES B., (2014), Spaces for sustainable innovation: solar photovoltaic electricity in the UK, Technol Forecast Soc Chang, n°81, p. 115–130.
Stern D., (2003), energy and economic growth, department of economics, renselaer polytechnic institute, USA, 12180, P.3590.
TORVANGER A., MEADOWCROFT J., (2011), the political economy of technology support: Making decisions about CCS and low carbon energy technologies, Global Environmental Change, n° 21, p. 303–312.
TOTH FL., ROGNER H., (2006), Oil and nuclear power: Past, present and future, Energy Economics, n° 28, p. 1–25.
UNRUH G., (2000), Understanding carbon lock-in, Energy Policy, n°28, p. 817-830.
Zuindeau B., (2005), Analyse économique des disparités écologiques spatiales : une étude à partir des départements français, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n°3, juillet, p. 331-354.

Annexes

Variable

Description

Source

Les variables environnementales




EGES.hab

Les émissions de gaz à effet de serre (Tonnes /hab)

DREAL

PRG

Le potentiel de réchauffement global (TeCO2)

CITEPA

DR.PE.Hab

Les dépenses régionales par habitant pour la politique d’énergie (euros /hab)

DGCL

Dep.Invest

 Les dépenses d'investissement régionales pour l'environnement (euros /hab)

DGCL

Dep.Fonct 

 Les dépenses de fonctionnement régionales pour l'environnement (euros /hab)

MT.ICA.hab

Montant des investissements spécifiques pour lutter contre la pollution de l’air et le climat (euros/hab)

Enquête ANTIPOL

MDE

Mesure de la dégradation de l'environnement (euros /hab)

INSEE

CN

Centrales nucléaires (nombre)

Inventaire ANDRA

Les variables relatives à la population

Pop

La population (nombre)

INSEE

Dens

La densité de la population (hab/km2)

INED

TU

Le taux d'urbanisation (%)

INSEE

DE.hab

Les dépenses pour l'éducation par habitant (Euros/hab)

DGCL

pop.act.occu

Caractéristiques de la population de 15 à 64 ans

INSEE

pop. inactive

Caractéristiques de la population de 15 à 64 ans (%)

INSEE

Part dip.pop

La part des diplômés dans la population (%)

INSEE

Les variables relatives aux performances économiques




DS.hab

Les dépenses pour la santé par habitant (Euros/hab)

DGCL

D. R&D.hab

Les dépenses en R&D par habitant (Euros/hab)

Eurostat

Pib.val.hab

Le PIB par habitant en valeur ( Euros/hab)

INSEE

TC.Pib.hab

Le taux de croissance du PIB par habitant (%)

INSEE

R.hab.val

Le revenu par habitant en valeur (Euros/hab)

INSEE

TC

Le taux de chômage (%)

INSEE

Inv.hab

L'investissement (Euros/hab)

DGCL

BR.hab

Le budget de la région (Euros/hab)

DGCL

PI.hab

La production industrielle par habitant(M€/hab)

INSEE

Les variables structurelles

 

Agr.VA

La part de l'agriculture dans la VA (%)

INSEE

Ind.VA

La part de l'industrie dans la Va (%)

INSEE

Ser.VA

La part des services dans la VA (%)

INSEE

ESA.ET

L'emploi dans le secteur agricole en % de l'emploi total

INSEE

ESI.ET

L'emploi dans le secteur industriel en % de l'emploi total

INSEE

ESS.ET

L'emploi dans le secteur des services en % de l'emploi total

INSEE

PCVAS

Part de la valeur ajoutée brute dans les secteurs du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement, de la restauration et des services divers dans la valeur ajouté des services (%)

INSEE

PAVAS

Part de la valeur ajoutée brute dans les secteurs de l'administration publique, de l'enseignement, de la santé humaine et de l'action sociale dans la valeur ajouté des services (%)

INSEE

PIEVAI

Part de la valeur ajoutée brute dans les secteurs de l'industrie extractive, l'énergie, l'eau, la gestion des déchets et la dépollution dans la valeur ajouté industrielle (%)

INSEE

PALVAI

Part de la valeur ajoutée brute dans les secteurs de la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac dans la valeur ajouté industrielle (%)

INSEE

PCRVAI

Part de la valeur ajoutée brute dans les secteurs de la cokéfaction et du raffinage dans la valeur ajouté industrielle (%)

INSEE

PEIMVAS

Part de la valeur ajoutée brute dans les secteurs de la fabrication d'équipements électriques et informatiques et de machines dans la valeur ajouté industrielle (%)

INSEE

PMTVAI

Part de la valeur ajoutée brute dans le secteur de la fabrication de matériels de transport dans la valeur ajouté industrielle (%)

INSEE

PAIVAI

Part de la valeur ajoutée brute dans le secteur de la fabrication d'autres produits industriels dans la valeur ajouté industrielle (%)

INSEE

PCVAI

Part de la valeur ajoutée brute dans le secteur de la construction dans la valeur ajouté des services (%)

INSEE

PEIEXEInd

Part des emplois dans les industries extractives dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEALEInd

Part des emplois dans la fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PETHEind

Part des emplois dans la fabrication de textiles, industries de l'habillement, industrie du cuir et de la chaussure dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEBPEInd

Part des emplois dans le travail du bois, industries du papier et imprimerie dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PCREInd

Part des emplois dans la cokéfaction et raffinage dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEICEInd

Part des emplois dans l'industrie chimique dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEPHEInd

Part des emplois dans l'industrie pharmaceutique dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PECPEInd

Part des emplois dans la fabrication de produits en caoutchouc et en plastique ainsi que d'autres produits minéraux non métalliques dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEMETEInd

Part des emplois dans la métallurgie et fabrication de produits métalliques à l'exception des machines et des équipements dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEIEOEInd

Part des Emplois dans la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEEEInd

Part des emplois dans la fabrication d'équipements électriques dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEMEEInd

Part des emplois dans la fabrication de machines et d'équipements dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PETEInd

Part des emplois dans la fabrication de matériels de transport dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEAIEInd

Part des emplois dans les autres industries manufacturières ; réparation et installation de machines et d'équipements dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEEGEInd

Part des emplois dans la production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PEPEEInd

Part des emplois dans la production et distribution d'eau ; assainissement, gestion des déchets et dépollution dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

PECEInd

Part des emplois dans la construction dans l’emploi total dans l’industrie (%)

INSEE

Les variables climatiques et géographiques

 

SUP

Superficie (ha)

INSEE

Temp

Température (°C)

Météo-France

Enso

Ensoleillement (H)

Météo-France

Vent

vitesse du Vent (Km/h)

Météo-France

Pluie

Pluie (mm)

Météo-France.

C.Eau

Cours d’eau

BRGM

(Bureau de la recherche géologique et minière)

S.forêt

Superficie forêts (ha)

IGN

P.Culm

Point culminant

BRGM


Les variables politiques

 

Obj. SRCAE

La part de la production d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie visée en 2020 par le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) (%)

SOeS

SPE

Le score des partis écologiques dans les élections régionales (nombre)

Ministère de l’Intérieur
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconDates de remise des candidatures
«Transition énergétique et changement climatique» du contrat de plan Etat Région 2015-2020 (Etat/ademe/ctc), ainsi qu’aux objectifs...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconLe crédit d’impôt transition énergétique dédié aux travaux d’économies...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconPolitiques publiques Les acteurs des politiques publiques
«acteur des politiques publiques», IL faut entendre celui qui agit stratégiquement dans l’action publique, à titre individuel ou...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconProgramme anti-rides ancestral venu du Japon, le Kobido stimule l’ensemble...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. icon2 La protection de l’enfance aujourd’hui et la loi de réforme du 5 mars 2007
«l’enfance» n’est pas reconnue et dès que l’enfant n’a plus besoin de sa mère ou de sa nourrice (soit, vers l’âge de 7 ans), IL est...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconLes partis politiques aujourd’hui

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconRésumé du budget
Ce premier budget que je présente à titre de ministre des Finances est guidé par une volonté de rigueur et de transparence. IL répond...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconDebat d’orientation des finances publiques pour 2013 (dofp)
«de partage du travail», mais nous savons aujourd’hui que la perte globale de compétitivité de notre économie, nous en a fait perdre...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconRésumé de l’ouvrage
«biens-services», élaborés par des structures de production partenariales amorçant ainsi une transition vers un équilibre de concurrence...

Résumé La transition énergétique vers des énergies bas-carbone est aujourd’hui un paradigme dominant des politiques publiques liées à l’énergie. iconLancement du dispositif Carbone Local
«Carbone Local» pourront être délivrés par un organisme certificateur de crédit carbone








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com