Réunion régionale








télécharger 85.41 Kb.
titreRéunion régionale
page1/2
date de publication05.02.2018
taille85.41 Kb.
typeRéunion
l.21-bal.com > économie > Réunion
  1   2

cid:image001.png@01cb74f0.75a96580oecd_eng_text




Groupe de travail sur les politiques en faveur des petites et moyennes entreprises, de l’entreprenariat et du développement du capital humain

7eme réunion régionale

23-24 Septembre 2014
Centre de Conférence OCDE

Paris, France



POLITIQUES DES PME EN FAVEUR DE LA CREATION D’EMPLOIS DANS LA REGION MENA
– Résumé de la réunion –

Objectifs de la réunion

Plus de 70 décideurs politiques, experts, et représentants d’organisations multilatérales, venant de 14 pays de la région MENA et de 9 pays de l’OCDE1, ont participé le 23-24 Septembre 2014 à Paris au Groupe de travail MENA-OCDE sur les politiques en faveur des PME, de l'entrepreneuriat et du développement du capital humain. Cette réunion a été caractérisée par un dialogue politique sur des défis clés liés aux emplois, à la croissance économique, et à la productivité à travers la promotion de l’entreprenariat et du développement des PME dans le Moyen Orient et Afrique du Nord. A cette occasion, divers sujets ont été évoqués :

  • Le contexte économique et socio-politique et ses implications pour le développement du secteur privé et les politiques en faveur des PME;

  • La promotion des PME et de l’entrepreneuriat afin de lutter contre le chômage des jeunes et promouvoir une implication plus grande des femmes dans l’économie, y compris à travers la promotion de l’entrepreneuriat des femmes ;

  • Le renforcement des capacités dans le suivi et de l’évaluation des politiques et programmes en faveur des PME.

L’évaluation des politiques en faveur des PME réalisée par l’OCDE, la Commission européenne, et la Fondation européenne pour la formation (ETF) « Indice des politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 : Évaluation sur la base du « Small Business Act pour l'Europe » a été présentée. Les participants ont également échangé leurs opinions en vue d’identifier les domaines de travail prioritaires du Groupe de travail pour la période 2015-2016.

Discours d'ouverture

Mme Nicola Ehlermann-Cache, Chef du Programme MENA-OCDE, M. Sadok Bejja, Directeur général de la promotion des PME, Ministère tunisien de l'Énergie, de l'Industrie et des Mines et Mme Maria Ludovica Agro, Directeur général de la politique industrielle, de la compétitivité et des PME, Ministère du Développement économique en Italie ont fait part de leurs mots d’accueil aux participants à la réunion. L'événement a été tenu à un moment crucial dans la région MENA, alors que les pays connaissent une phase de transition politique et un contexte économique et politique complexe.

Mme Nicola Ehlermann-Cache a souligné l'importance d’une croissance tirée par le secteur privé afin de favoriser la création d'emplois, au vu des taux de chômage élevés dans la région, en particulier chez les jeunes. Elle a invité les membres du Groupe de travail à contribuer à cet important réseau, qui vise à mobiliser les partenaires dans le dialogue régional et l’examen par les pairs sur des questions se rapportant spécifiquement à la croissance des PME et au développement et à la promotion de l’entrepreneuriat. Elle a également noté que les conclusions de cette réunion seraient portées à l'attention du Groupe de pilotage MENA-OCDE, l'organe directeur de l'Initiative MENA-OCDE sur la gouvernance et l'investissement à l’appui du développement, qui prévoit de se réunir le 5 février 2015.2

M. Sadok Bejja a rappelé le rôle crucial joué par les PME dans l'économie tunisienne ainsi que dans la région MENA. Il a aussi souligné l'importance du débat autour des politiques en faveur des PME dans les forums régionaux et internationaux. Il a indiqué que la Tunisie, comme d'autres pays de la région, a pris des mesures importantes pour améliorer la compétitivité des PME. Il a affirmé qu’un forum régional comme le Groupe de travail MENA-OCDE sur les PME est crucial afin de partager les expériences et d’identifier les politiques optimales.

Mme Maria Ludovica Agro a rappelé que l’Europe et la région MENA ont les taux de chômage les plus élevés au monde. Elle a souligné que ces deux régions partagent par conséquent un défi commun : garantir que la croissance se traduise par la création d'emplois. Elle a salué l’action du Groupe de travail en tant que forum important pour le dialogue politique et économique et l'échange d'expériences dans la région MENA. Mme Ludovica Agro a noté que le Groupe de travail aborde les principales questions auxquelles la région doit faire face en matière de politiques en faveur des PME, comme la création d'emplois dans le secteur privé.

Résultats de la réunion

Les éléments suivants résument les principales interventions ainsi que les messages clés émis par les participants lors des différentes sessions de la réunion.

Session 1: L'évolution économique récente de la région MENA et ses implications pour la politique d'entreprise

Lors de cette première session, les principaux défis de l’élaboration de politiques économiques au sein de la région MENA ont été présentés, et les problématiques clés de cette réunion ont été définies.

Les participants:

  • Ont noté que le ralentissement de la croissance économique depuis la crise financière mondiale en 2008 et l'instabilité socio-économique dans certains pays de la région ont eu un effet négatif sur le climat commercial et d’investissement et ont compliqué les défis de l’emploi et l’investissement;

  • Ont noté que malgré les circonstances socio-économiques actuelles dans plusieurs économies de la région MENA et leurs conséquences négatives en matière d’élaboration et de mise en œuvre des politiques, les réformes doivent continuer et être élargies, et la promotion des PME et de l’entrepreneuriat doit être priorisée ;

  • Ont souligné que des réformes exhaustives sont nécessaires, notamment en raison de la contribution limitée du secteur privé à la création d’emplois de meilleure qualité, mais aussi compte-tenu de l’existence de plusieurs problématiques structurelles. Ces problématiques sont retranscrites dans de larges secteurs informels, d’importantes distorsions issues de la proéminence du secteur public, un manque de concurrence et un comportement rentier. Ces phénomènes ont eu pour conséquence un faible taux d’entreprenariat, un taux de chômage élevé –surtout parmi les jeunes et les diplômés- et un faible taux de participation des femmes au marché du travail.

  • Ont convenu que les politiques en faveur des PME et de l’entrepreneuriat doivent spécifiquement répondre aux obstacles à la création et à la croissance des entreprises. Parmi ces obstacles, on retiendra une réglementation complexe du marché du travail, une bureaucratie excessive, un fort niveau de corruption, une autorité de la loi contestable, un faible accès au financement, et une inadéquation entre les besoins des entreprises et les compétences disponibles.

  • Ont souligné l’importance du dialogue et des efforts régionaux afin de répondre à ces défis structurels et de promouvoir la création et la croissance des entreprises ; et ont exprimé leur engagement à soutenir les politiques en faveur de la création d’emploi, la croissance économique et l’amélioration de la productivité.

Session 2: Présentation de l'évaluation des politiques en faveur des PME dans la région MENA: Amélioration de l'environnement des affaires et renforcement des institutions

Cette session a permis d’analyser les résultats de l'évaluation des politiques en faveur des PME au Moyen-Orient et en Afrique du Nord du bassin méditerranéen, menée par la Fondation européenne pour la formation, l'OCDE, la Commission européenne, en coopération avec la Banque européenne d'investissement. L'évaluation est basée sur le Small Business Act pour l'Europe, un outil global adopté par l'Union européenne pour guider l'élaboration des politiques en faveur des PME et leur mise en œuvre. Les discussions ont porté sur des domaines clés pour la création et la croissance des entreprises, en particulier l'amélioration de l'environnement des affaires et la promotion de la compétitivité des PME.

Les participants:

  • Ont salué la publication Indice des politiques en faveur des PME Afrique du Nord et Moyen-Orient 2014 : Évaluation sur la base du « Small Business Act pour l'Europe » - une évaluation des politiques en faveur des PME menées par l’OCDE, la Commission européenne, et la Fondation européenne pour la formation et en coopération avec la Banque européenne d'investissement.

  • Ont noté que la région MENA a fait des progrès – mais de manière graduelle - dans les principales dimensions politiques depuis la dernière évaluation en 2008, telles que l'amélioration du climat des affaires, le renforcement de la cohérence et la coordination des politiques, l'amélioration de l'accès au financement et le renforcement des services d'appui aux entreprises.

  • Ont convenu que plusieurs pays de la région MENA pourraient améliorer leurs politiques nationales en faveur des PME par le renforcement de leur capacité institutionnelle et une meilleure coordination. Les principales mesures pourraient comprendre les éléments suivants :

    • Intensifier les efforts pour améliorer le climat des affaires, en réalisant des évaluations sur le climat des affaires et en effectuant des analyses de l’impact réglementaire;

    • Adopter des approches stratégiques et globales concernant les politiques en faveur des PME, en identifiant les objectifs, les jalons, ainsi que les organismes responsables correspondants; l'établissement de mécanismes de coordination et de consultation avec le secteur privé; mettre les politiques en faveur des PME dans le contexte plus large de la politique économique;

    • Renforcer le suivi et l'évaluation afin de connaitre l'efficacité des politiques.

  • Ont souligné l'importance de la poursuite des efforts pour d’évaluation des politiques en faveur des PME, afin de suivre la performance des politiques mises en œuvre, d'analyser les défis communs et spécifiques à chaque pays et d'identifier les réponses politiques appropriées; ont suggéré que les évaluations soient effectuées sur une base plus régulière, notant que les capacités sont limitées.

Session 3: Suivi et évaluation des politiques relatives aux PME comme un élément essentiel de l'élaboration des politiques dans la région MENA

L'un des principaux messages qui se dégage de l'évaluation des politiques en faveur des PME présentées en Session 2 est que les pays de la région MENA doivent accroître considérablement leurs efforts visant à renforcer la surveillance de la politique en faveur des PME et de l'évaluation. Le développement de procédures de suivi et d'évaluation solides pour les programmes actuels et futurs est indispensable pour assurer la responsabilité de comptes et la capitalisation des connaissances.

Les participants:

  • Ont souligné que les pays de la région MENA doivent développer des mécanismes de suivi et d'évaluation des politiques en faveur des PME, ainsi que des données plus détaillées et comparables au niveau international.

  • Ont salué les outils développés par l’OCDE ayant pour objectif l’amélioration de la qualité des statistiques, tels que : la collecte de statistiques structurelles et démographiques des entreprises (SDBS), Entrepreneurship at Glance 2014, et le manuel Eurostat-OCDE sur les statistiques démographiques des entreprises.

  • Ont pris bonne note de l'invitation de l'OCDE à rejoindre le tableau de bord sur le financement des PME et des entrepreneurs, qui établit un cadre international global pour le monitoring de l'accès des PME et des entrepreneurs au financement et dispose d’une plate-forme de discussion autour des nouvelles tendances et des bonnes pratiques en matière politique. Rejoindre le tableau de bord impliquerait la nomination d'un expert national en coordination avec le Secrétariat de l'OCDE. Cet expert serait spécialisé dans les statistiques de financement des PME, et aurait accès aux données pour la préparation du profil du pays. Il n’y a aucun engagement financier.

  • Ont rappelé que les pratiques de certains pays de la région MENA (tels que l'Observatoire nouvellement créé pour suivre les MPME au Maroc et le New Economic Imperative aux Émirats Arabes Unis) et dans les pays membres de l'OCDE (le suivi et l'évaluation des politiques relatives aux PME dans le cadre de le "Small Business Act" en Italie) pourraient également servir d’exemple afin d’améliorer les politiques et programmes en faveur des PME dans d'autres pays de la région.

Session 4: Favoriser l'entreprenariat des femmes dans la région MENA

Permettre aux femmes entrepreneurs de prospérer exige que les décideurs politiques reconnaissent et rendent compte de leurs besoins par l'intégration de la question du genre dans les politiques en faveur des PME. Durant cette session, les participants ont discuté des obstacles auxquels se heurtent les femmes entrepreneurs dans la région et les moyens par lesquels les politiques en faveur des PME peuvent intégrer leurs besoins.

Les participants :

  • Ont mis l’accent sur l'importance des résultats de la publication «Women in Business 2014 » de l'OCDE, qui présente le travail de l'OCDE sur l'intégration économique des femmes dans la région MENA à partir de trois points de vue: l'éducation, l'emploi et l'entrepreneuriat.3 Ces recherches ont révélé que des améliorations du niveau d'éducation des femmes dans la région n’ont pas entrainé une hausse des taux d'emploi ou d'entrepreneuriat. Afin de stimuler l'esprit d'entreprise des femmes, l'accès aux services de développement des entreprises (BDS), au financement et à l'emploi pourrait être amélioré. La participation des femmes au marché du travail est plus forte dans le secteur public et dans le milieu universitaire.

  • Ont mis en évidence les principaux obstacles auxquels les femmes sont confrontées dans le milieu du travail, tels que l’infériorité des salaires, la discrimination à l'embauche, et l’octroi de congé familial. Les participants ont également souligné qu’une intégration accrue des femmes au marché du travail dans la région MENA devrait conduire à une meilleure performance de l'entreprise et des taux plus élevés de croissance du PIB.

  • Ont évoqué la nécessité de valoriser davantage l'entrepreneuriat féminin. Le renforcement de la coopération public-privé en vue de l'élimination des obstacles à l'entrepreneuriat féminin, ainsi que le soutien à la conciliation de l‘activité professionnelle et la vie privée des mesures importantes pour atteindre cet objectif.

  • Ont examiné les mesures possibles afin d’encourager l'entrepreneuriat féminin. Les mesures proposées ont compris la mise en place d’incitations financières, d’un système d’attribution des emplois dans le secteur privé à des étudiantes performantes. Ces mesures inciteraient les femmes du secteur public à se tourner vers des emplois du secteur privé. Il est également nécessaire de fournir des formations adaptées aux besoins des femmes, différents de ceux des hommes.
  1   2

similaire:

Réunion régionale iconRéunion cce. Pour le déroulement de la réunion, Madame Dudillieu...

Réunion régionale iconRapport de la conference regionale

Réunion régionale iconRéunion à 10H45 Présents à la réunion

Réunion régionale iconPlateforme regionale de democratie sanitaire

Réunion régionale icon1. dispositions relatives au but et a la composition de la ligue regionale 3

Réunion régionale iconCité Mixte régionale (cmr) Janson de Sailly

Réunion régionale iconSociete regionale de medecine et d’hygiene du travail de montpellier

Réunion régionale iconL’Union Européenne (UE) est l’exemple le plus aboutit d’intégration régionale

Réunion régionale iconFinances – Chambre Régionale des Comptes – Lettre d’observation définitive

Réunion régionale iconBibliographie p. 122
«l’identité bretonne», et la perception de la presse quotidienne régionale par divers








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com