Et la clef de la paix








télécharger 0.53 Mb.
titreEt la clef de la paix
page8/9
date de publication12.08.2018
taille0.53 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

Note de l’éditeur au lecteur 

Dans le récit original, on trouve le nom de Théodore l’Ame Perdue, cependant, personne n’a été capable de justifier le choix de ce nom, alors qu’il ne savait pas encore ce qui allait lui arriver, et que de surcroît, à aucun moment du récit il ne le justifie, fait rare dans les romans de chevalerie, où les chevaliers ont une certaine fierté à porter leur surnom.

Mais en général, la véracité des faits présentés dans ce roman reste floue, Buccelin l’anonyme, auteur de la préface, prétend pourtant avoir connu ce personnage, mais rien ne nous dit qu’il n’a pas inventé cette histoire, tout en restant anonyme et en utilisant quelques faits historiques, pour éviter la censure de son époque. La vive dénonciation de l’Inquisition qui est faite tout au long de cet ouvrage aurait en effet pu être sanctionnée comme l’a été une multitude d’autres à cette époque. Le fait que tout cela ne soit que pure invention pourrait ainsi concorder avec le nom du personnage, que l’auteur aurait choisi et inventé, en rapport avec la fin de l’histoire qu’il avait prévue.

Quant à l’existence du chevalier Théodore, personne d’autre que lui ne l’a prouvée.

Et la légende des Clordes garde ainsi tout son mystère. Car si l’auteur décrit avec un réalisme impressionnant ce qu’il y voit – et il est d’ailleurs le seul à proposer autant de détails sur cette légende –, encore une fois rien n’a été prouvé, et le gouffre des Clordes n’a jamais été retrouvé.

Enfin, l’allusion au Seigneur des Ténèbres qui est faite au chapitre dernier ne semble rien prouver, en effet, de nombreux mages noirs ont pris le nom de Seigneur des Ténèbres au cours de l’histoire de la communauté magique. Quelques autres mages noirs cités ont en effet existé, mais il n’est nulle part ailleurs question de l’existence des autres, qui semblent avoir été inventés par l’auteur, à moins que tout cela soit vrai… on laissera ainsi au lecteur tirer les conclusions qui lui semblent les plus logiques.

HARRY POTTER

ET LA CLEF DE LA PAIX
CHAPITRE 54 : ENTERREMENTS ET QUIDDITCH



  • Vous croyez que tout ça est vrai ? demanda Ron brusquement.

  • Je ne sais pas, ce n’est qu’une légende, bien sûr !

  • C’est quoi un Boudon ? demanda Harry.

  • Je suppose que ça doit avoir la même signification que Moldu mais le terme doit être ancien, répondit Hermione.

  • Et pour le Seigneur des Ténèbres, ça ne peut pas être Voldemort, le livre date de 1043, personne n’aurait pu prédire qu’il allait venir !

  • C’est justement ça le problème, le livre ne nous dit à aucun moment si ces mages noirs ont daté d’avant ou d’après l’écriture du livre. Certains sont d’avant, ça c’est sûr, c’est ce que dit Théodore, mais pour ceux qu’il ne connaît pas, soit ils sont très anciens mais ça me semble suspect, des mages noirs aussi anciens… sinon, ce sont des mages noirs du futur et le Seigneur des Ténèbres dont il parle est alors Voldemort… il faut que j’aille à la bibliothèque…

  • Quoi ! dit Ron, mais on en revient !

  • Et bien il faut y retourner, la seule chose qui nous permettra de conclure quoi que ce soit est ce Kristerval, s’il a existé, alors on pourra soit dire que ce livre n’est qu’inventé ou que cette légende est vraie, mais il faudrait alors que l’on trouve le gouffre, sinon ça ne prouverait rien !

  • Mais c’est l’heure de manger, dit Giny les ramenant à la réalité, tout le monde a commencé à descendre…

  • Abelforth, je pense qu’il saura nous en dire plus, il faut y aller après manger, alors, qu’est-ce que vous attendez ? allons manger !

    Ils descendirent en toute vitesse pour ne pas arriver en retard au repas. Les derniers élèves étaient encore en train de s’y rendre.

    Pendant tout le repas, Hermione n’avait cessé de réfléchir, et cela se voyait au fait que par moments elle s’était arrêtée de manger, semblant réfléchir profondément.

    Elle regardait Harry et Ron avec insistance pour qu’ils se dépêchent.

    A la fin du repas, le professeur Chourave se leva cependant, le professeur Dillantis étant encore une fois absent du repas, pour faire un discours.

  • Bonjour ! L’ensemble des professeurs tient à vous dire qu’ils sont plutôt satisfaits de vos résultats aux examens, et de votre sérieux depuis le début de l’année. Le professeur Maugrey est notamment très content du niveau de ses élèves de septième année…

  • C’était de l’ironie ! coupa Maugrey dans un grognement.

  • Ah… euh donc non, vous auriez pu mieux faire quand même ! On espère donc que vous serez très sérieux cette semaine en vue des examens du week-end prochain. En attendant, nous vous rappelons que vous êtes attendus normalement demain au petit-déjeuner et que vous pouvez encore faire une demande d’invitation de vos familles aux cérémonies d’enterrement. Et afin d’avoir toute votre attention maintenant, je tiens également à vous parler de la semaine suivante. Vous savez que officiellement la rentrée des classes s’effectue après-demain, lundi 2 septembre. Les professeurs auront ainsi une surcharge de travail importante durant la journée soirée et la journée de demain, nous vous rassemblerons donc tous demain soir à dix-neuf heures dans la Grande Salle afin de vous donner déjà vos emplois du temps de la semaine, ainsi que les informations usuelles concernant la rentrée des classes. Bien sûr, nous attendons de vous un comportement exemplaire durant l’après-midi de la journée de demain, pendant que les professeurs seront occupés. Vous pourrez notamment procéder aux entraînements de Quidditch et profiter du parc qui rouvre ses portes à nouveau dès demain. Les élèves de Gryffondor pourront profiter du parc de treize heures à quatorze heures trente, les élèves de Serdaigle pourront en profiter de quatorze heures trente à seize heures, les élèves de Poufsouffle de seize heures à dix-sept heures trente, les élèves de Serpentard de dix-sept heures trente à dix-neuf heures, nous vous informons cependant que pour l’équipe de Serpentard, vous devrez constituer une équipe sans les élèves de septième année qui ne devraient en théorie jamais revenir à Poudlard. Mais je suppose que personne ne veut de leurs nouvelles. Je vous rappelle donc que vous pouvez demandez à vos capitaines respectifs et à vos directeurs de maison des informations complémentaires. Le premier match de Quidditch se déroulera d’ailleurs dans un mois et demie environ, et nous vous demandons une lutte loyale entre les quatre maisons, si des incidents entre joueurs des équipes de Quidditch sont rapportés, le tournoi sera simplement annulé. Pour tout ce qui est relatif à l’organisation de la rentrée, Monsieur le Ministre en personne viendra nous en parler demain soir. En attendant, nous vous demandons de respecter le deuil demain matin et nous vous souhaitons une bonne soirée de repos.

    Les élèves quittèrent la table dans des raclements de chaise, et Hermione les pressa pour qu’ils aillent voir Abelforth.

    Ils tournèrent discrètement dans le couloir qui menait à la salle du Phénix et Harry prononça le mot de passe réglisse, qui n’avait d’ailleurs toujours pas changé depuis le début de l’année.

    Harry posa la main sur la pierre qui dépassait du mur et celui-ci laissa apparaître l’entrée de la salle Albus Dumbledore.

    La pièce avait retrouvé son aspect normal et Abelforth avait dû y faire du rangement. Le vase était sur la table et ils s’y accrochèrent tous les quatre.

    Ils ressentirent la traditionnelle sensation qu’un crochet s’accrochait quelque part à leur nombril, typique du voyage par Portoloin, et ils atterrirent à plat ventre autour du vase, dans le jardin d’Abelforth.

    La lumière de la maison était allumée et Harry frappa à la porte.

  • Qui est-ce ? demanda une voix grave.

  • C’est Harry, et votre parfum de glace préféré est la framboise.

  • Oho ! Plus vraiment depuis que j’ai découvert le sorbet à la pomme ! dit-il en ouvrant la porte. Figurez-vous que j’ai rendu une petite visite au magasin que nous avions visité ensemble… ils m’ont reconnu même si j’avais cette fois teint mes cheveux en jaune fluo. Mais bon, j’ai quand même payé avec de la monnaie moldue, cette fois…

  • Euh… dit Hermione.

  • Ah oui, je suppose que si vous venez un samedi soir, c’est que vous avez des choses très importantes à me dire, n’est-ce pas ?

  • Oui, on a peut-être découvert quelque chose d’important sur Voldemort.

  • Ah oui, entrez, on va voir ça au chaud.

  • Ils entrèrent et allèrent s’asseoir autour du canapé. Abelforth avait changé la décoration à l’intérieur de sa maison et avait mis maintenant des couleurs très vives. Les murs étaient vert pomme et le mobilier était devenu très moderne. La seule chose de bizarre était le poste de télévision qui était complètement carbonisé, comme s’il avait explosé, alors que le reste de la pièce était parfaitement propre.

  • Qu’est-il arrivé à la télé ? demanda Hermione alors qu’Abelforth était parti chercher des glaces.

  • Et bien en l’allumant, elle a explosé, je suppose que c’est à cause des sortilèges anti-transplanage, ça avait fait pareil à une de mes radios… et elle a ravagé le salon que j’ai dû refaire en le modernisant un peu bien sûr. Il va falloir que je la démonte pour regarder ce qui ne va pas.

  • Je crois qu’elle est complètement grillée, dit Harry, ça va être dur à réparer…

  • Oui, c’est ce qu’il me semble aussi, c’est dommage, à cause de ça j’ai raté le match de rugby l’autre jour…

    Harry explosa de rire.

  • C’est quoi le rugby ? demanda Ron.

  • Un sport aussi violent que le Quidditch où les joueurs sont sans arrêt en train de se renverser tout ça pour attraper un ballon, dit Hermione sèchement…

  • Pas du tout ! s’exclama Abelforth, le rugby est un sport très intéressant… mais cette année, le plus important reste la coupe du monde de football en France, je prévois déjà d’aller à la finale…

  • Hum

  • Ah oui… vous aviez découvert quelque chose d’important. Alors ?

  • C’est à propos de la légende des Clordes, on croit que l’auteur de ce livre (elle posa le livre sur la table devant Abelforth qui venait de s’asseoir avec eux, déposant une boîte pleine de sorbets à la pomme) a évoqué Voldemort.

  • Comment ça, il date de 1043, d’après la couverture.

  • Oui, mais regardez, il dit que les mages noirs naissent dans le gouffre des Clordes et qu’il y est allé, qu’il a vu les noms et j’ai pensé que si tout ça est vrai, les Clordes savaient avant quel mage noir allait venir puisque c’est elles qui les fabriquent ! C’est le dernier chapitre.

    Abelforth cherchait en réfléchissait à ce qu’Hermione venait de lui dire.

    Il lut entièrement le chapitre, à vitesse rapide, et ils virent ses sourcils s’écarquiller à un moment, comme s’il avait découvert quelque chose d’important.

  • Il va nous falloir découvrir l’auteur de ce livre coûte que coûte, ou trouver des éditions anciennes du livre pour voir si le texte était le même, de toute évidence, nous avons ici quelque chose de très important… n’avez-vous pas remarque que deux autres mages noirs que vous connaissez bien sont évoqués ?

  • Grindelwald, dit Harry.

  • Certes, mais il y en a deux autres…

  • Nous les aurions vu, dit Hermione.

  • Le Roi Atomiseur de Boudons, dit Abelforth avec un sourire. Ca ne vous dit rien…

  • R.A.B. ! dit Hermione gravement.

  • Quel est le rapport ? dit Harry qui ne comprenait pas.

  • R.A.B. est un raccourci de « Roi Atomiseur de Boudons » !

  • Et la Fleur du Mal ? demanda Abelforth.

  • La Fleur du Mal… murmura Hermione.

    Harry ne voyait pas qui aurait pu prendre ce nom-là.

  • Pétunia ! s’exclama soudain Hermione… oui, le pétunia est une fleur, et Pétunia est une mage noir, la Fleur du Mal, comment a-t-on pu ne pas s’en rendre compte avant ?

    Harry trouvait qu’il y avait quelque chose de bizarre dans cette légende des Clordes. Même si l’auteur avait tout inventé ce livre récemment, comment aurait-il pu savoir que R.A.B. n’était pas complètement mort ?

    Il en venait à croire que tout cela était vrai même s’il trouvait cette légende un peu tirée par les cheveux. Cela l’aurait beaucoup étonné que l’âme de Voldemort soit née du gouffre des Clordes.

    De plus, ce gouffre n’existait plus et il n’aurait pas pu naître puisqu’il n’y avait plus de sacrifice, du moins il n’en avait pas entendu parler.

  • Bien, je vais devoir vous laisser, j’ai besoin d’un avis important, repassez demain quand vous pouvez, je suis désolé de vous laisser comme ça, mais ça me semble vraiment important.

  • D’accord, il y a quelque chose de grave ? demanda Hermione.

  • Peut-être, je crois qu’il vaut mieux éviter que ce livre soit montré au grand jour, j’ai peur que ça ne donne des idées à Voldemort, même si bien sûr les Clordes n’existent pas. A demain et merci pour cette information.

    Ils ressortirent donc pour obéir à Abelforth, et celui-ci transplana immédiatement à côté d’eux, alors qu’ils allaient emprunter le Portoloin.

    De retour à Poudlard, Hermione était intenable, et ils ne purent l’empêcher d’aller à la bibliothèque. Elle voulait savoir si Kristerval avait véritablement existé.

  • Je pense que j’aurais lu quelque chose là-dessus…

  • Tu n’as peut-être pas vu, il y a tellement de livres ici…

  • Oui, regardez dans celui-ci : la Lutte du Pouvoir, je ne l’ai jamais lu mais il parle de tous les problèmes qu’a rencontré le Ministère pour garder le pouvoir. Pendant ce temps je m’occupe de la Clef de la Résistance.

    Harry, Ron et Ginny s’étaient donc tous les trois penchés sur la Lutte du Pouvoir, et ils cherchaient dans le sommaire où ils pourraient éventuellement trouver quelque chose sur ce Kristerval.

    D’après le livre de Théodore, c’était un mage noir qui devait avoir vécu aux alentours des années 1050, et il était donc venu après le Chevalier de l’Ombre.

    C’est alors que Harry mit en évidence un autre problème.

  • Hermione, entre Kristerval et Grindelwald, comment est-il possible qu’il n’y ait pas eu d’autre mage noir, il y a quand même près de neuf cent ans qui les séparent…

  • C’est vrai, mais tu ne crois pas que dans la description, l’auteur en a oublié quelques uns ?

  • Je ne pense pas, alors pourquoi il aurait mis en particulier ceux-là après ? Et une fois avoir découvert le nom du Chevalier de l’Ombre, j’ai compris qu’il les citait tous…

  • C’est possible, mais pourtant je t’assure qu’il y a eu d’autres mages noirs pendant cette période, il n’est question d’aucune trêve dans la lutte entre le Bien et le Mal.

  • Alors peut-être que ces mages noirs-là ne provenaient pas du gouffre des Clordes.

  • Harry, il faudrait d’abord savoir si le gouffre existe…

    Ils continuèrent ainsi de chercher dans le livre, mais Hermione était redoutable d’efficacité et trouva la première quelque chose.

  • Bien sûr, écoutez :

    La dernière fois que le Ministère aura véritablement tremblé face à un mage noir fut durant la période allant de 1061 à 1169, face à un jeune mage noir qui se déclare déjà comme l’un des plus terribles à l’âge de seulement dix-neuf ans, Kristerval. Il règnera ainsi jusqu’à l’âge de cent vingt-six ans. Cependant, personne n’a été capable d’expliquer les raisons de sa disparition, personne ne croyant à une mort naturelle.



  • Il est mort à l’âge de cent vingt-six ans, et donc s’il est mort en 1169, ça ferait qu’il est né en…

  • 1043 ! dit Ron.

  • Ooooooh ! cria Hermione.

  • Ces Clordes commencent à m’inquiéter un peu, dit Harry, j’espère qu’on aura une réponse rapidement. J’ai peur moi aussi que tout ça monte à la tête de Voldemort s’il l’apprenait.

  • Et pour l’autre, je ne me souviens plus de son nom… dit Hermione.

  • Keelan le Maître, compléta Harry.

  • Oui… vous pensez que c’est un mage noir du futur ? demanda-t-elle.

  • Sûrement, puisque ça marche pour les autres… dit Harry.

  • Mais il devrait y en avoir d’autres alors, dit Ron, ce Keelan ne peut pas être le dernier ?

  • Je ne sais pas, c’est possible que Théodore ce soit arrêté de lire les tombes au bout d’un moment aussi… ce qui est le plus bizarre est toujours l’absence de mages noirs entre Kristerval et Grindelwald. Il faudra relire le passage mais je ne crois pas qu’il s’arrête à un moment de citer les noms, à part à la fin bien sûr.

  • On peut quand même chercher à propos de ce Keelan le Maître, mais ça me semble bizarre, ce nom fait beaucoup trop moderne pour avoir appartenu à l’histoire, ça me semble bien être un mage du futur.

    Ils cherchèrent donc dans les livres de l’allée de l’histoire de la Magie mais nulle part il n’était question d’un Keelan le Maître.

    Vers vingt heures, ils retournèrent donc dans leur appartement, ils n’auraient pas pu résister plus longtemps à la fatigue de toute manière.

    Ils dormirent ainsi lourdement.

    Harry rêva qu’il visitait le gouffre des Clordes, et qu’il avait finir par exploser comme avait explosé Théodore l’Ame Perdue.

    Il s’était ainsi réveillé en sursaut, vérifiant qu’il était toujours dans son corps, avant de se rendormir pour de nouveaux rêves.

    Le dimanche matin, tous les élèves s’étaient rendus en silence prendre leur petit-déjeuner dans la Grande Salle. De grands draps noirs en ornaient les poutres et le ciel magique était d’un gris morne, d’une couleur constante sur toute sa surface. Les nuages étaient fixes, c’était un peu comme si le temps s’était arrêté.

    Le moment était venu. Depuis la mort de McGonagall et Flitwick, Poudlard avait continué de vivre normalement, tous avaient mis de côté ce douloureux évènement. Involontairement, certes : la capture des Mangemorts, l’évasion de Rogue, la reprise des cours et l’arrivée de ce mystérieux professeur Dillantis y avaient contribué. Ces évènements importants avaient en effet nécessité des réponses urgentes et réfléchies.

    Mais la douleur n’en était que plus forte, et faisait naître en Harry un sentiment de culpabilité. D’abord car il pensait qu’il aurait pu sauver McGonagall s’il avait réussi à vaincre Pétunia. Il pensait aussi qu’il aurait pu sauver Flitwick s’il avait été plus offensif face aux Mangemorts, et s’il avait pris moins de risques. Ensuite, il trouvait qu’ils n’avaient pas respecté le deuil, et lui le premier.

    En effet, pendant les jours précédents, il avait continué de vivre normalement, il avait aussi rigolé, mais McGonagall et Flitwick ne le pourraient plus, eux qui s’étaient engagés dans la protection du château, eux qui s’étaient dévoués entièrement à leurs élèves durant de nombreuses années, eux qui avaient toujours soutenu Dumbledore et Harry dans les moments difficiles.

    Harry s’en voulait d’avoir fait comme s’il n’en était pas affecté pendant les quelques jours précédents. Il y avait certes pensé tous les soirs avant de s’endormir, et il y avait pensé durant toutes les nuits, refoulant involontairement cet évènement dans son inconscient, à cause de la fatigue qui s’accumulait depuis le mois de juillet.

    Tous cela le tracassait, et ce matin-là, il avait été incapable de manger quoi que ce soit, pris par l’amertume.

  • Harry, il ne faut pas que tu te sentes coupable, dit Hermione comme si elle avait lu dans ses pensées.

  • Je ne me sens pas coupable, répondit Harry sur un ton qui montrait que lui-même n’était pas convaincu de ce qu’il disait.

  • Ce n’est pas vrai, Harry, c’est toujours la même chose, je te connais. Tu penses que tu aurais pu faire quelque chose pour les sauver, mais la vérité est que tu ne pouvais pas tout faire, tu as déjà sauvé tout le monde en battant les Détraqueurs…

  • C’est grâce à Abelforth, s’il ne m’avait…

  • Certes, coupa Hermione, mais il fallait le faire quand même, beaucoup n’auraient pas réussi aussi bien que toi, et encore plus n’auraient pas essayé ! Ce que tu as fait est extraordinaire mais il faut que tu gardes à l’esprit que tu es un humain et que tu n’as pas le pouvoir d’être à plusieurs endroits en même temps !

    Ron, Ginny et Neville acquièscèrent.

    Harry était content de voir que ses amis le soutenaient, mais rien n’aurait pu lui enlever ce sentiment de culpabilité, c’était comme s’il se punissait pour ne pas y avoir pensé avant.

    Mais visiblement, il n’était pas le seul, tous avaient l’air déprimés, abattus. Et même Hermione qui essayait de rassurer Harry n’avait pas l’air d’avoir la conscience tranquille elle non plus.

    Le silence était horrible et les professeurs ne parlaient pas entre eux. Pour la première fois à part lors de l’examen de Maugrey, Hagrid venait de réapparaître, il pleurait bruyamment à la table des professeurs, et le professeur Chourave, l’une des seules professeurs qui restaient parmi les « anciens », n’arrivait pas à le consoler.

    Même Ombrage avait l’air triste ce qui montrait qu’elle était tout de même humaine.

    Enfin, bizarrement, le seul qui n’avait pas l’air affecté était le professeur Dillantis qui avait refait apparition. Mais c’était plus compréhensible puisqu’il ne connaissait pas les deux victimes. De plus, il aurait été inutile d’en tirer des conclusions quelconques puisque ce personnage était habituellement très peu expressif, il était impossible de déterminer son humeur, ses sentiments, ni dans ses attitudes, ni dans ses paroles. Ses discours étaient toujours semblables, il parlait sérieusement et solennellement : le ton grave. Et il terminait toujours ses discours par « que la force soit avec vous », et Harry était certain de l’avoir déjà entendu dans un film moldu.

    La fin du petit-déjeuner leur parut terriblement longue mais le professeur Dillantis finit par se lever. En temps normal, il serait passé inaperçu car il n’était pas plus grand debout qu’assis.

    Tous attendaient que cet enterrement fût fini, afin d’enfin expulser ce poids qu’ils avaient en eux.

  • Bonjour, passer aux adieux, il va falloir. Grande est notre douleur, mais pour revivre sans ce triste souvenir, dans le respect des victimes, il faut éclaircir les choses. Cette barbarie, en nous doit entretenir l’espoir. L’espoir d’un monde meilleur, où chaque sorcier, en paix pourrait vivre. Dans la lutte contre Voldemort, nous devons persévérer, et même dans ces moments, notre force, nous devons rassembler. Que la force soit avec nous, toujours. Minerva McGonagall et Filius Flitwick, personnellement, je ne connaissais pas. Mais pour vous, ils se sont dévoués. Pour assurer la plus noble des tâches qu’est l’éducation des nouvelles générations, ils ont tout donné. A notre communauté, ils ont beaucoup donné, et aujourd’hui, non seulement nous, mais l’ensemble des sorciers devons leur rendre l’hommage qui leur est dû. Courageusement, il se sont battus, toujours engagés dans la lutte contre les forces du Mal. C’est ce qui leur a coûté la vie, mais Poudlard se souviendra d’eux éternellement, car les grandes personnes, jamais ne sont oubliées. Ainsi, ils seront enterrés au même endroit qu’Albus Dumbledore l’a été, cela faisait partie des dernières volontés de celui-ci, c’était inscrit dans ses dernières volontés, et les familles des victimes ont accepté.

    Aux alentours de huit heures, Rufus Scrimgeour arriva, vêtu d’un costume noir, et coiffé pour une fois, accompagné d’une délégation de personnalités haut placées au sein du Ministère.

    Hagrid ouvrit les portes du parc, de nombreuses chaises avaient été placées près de la tombe de Dumbledore, et un chemin délimité par des rubans noirs y menait, partant du château.

    Puis les parents et de nombreuses personnes que Harry ne connaissait pas arrivèrent par la Porte à Transplaner du deuxième étage, menés par les Aurors qui avaient vêtu des costumes noirs.

    Ils allèrent d’abord s’installer dans le parc.

  • Notre tour est venu de nous y rendre, dit solennellement le professeur Dillantis. Vos directeurs de maison, vous allez suivre.

    Slughorn fit signe aux Serpentards de le suivre, puis ce fut au tour du professeur Philipett, nouveau directeur de Serdaigle, d’appeler ses élèves. Ensuite, le professeur Chourave et le professeur Lupin emmenèrent leurs élèves qui suivaient en silence.

    Ils s’assirent sur les chaises qui restaient au fond.

    Une estrade avait été montée face aux tombes. Celle de Dumbledore était au centre et deux socles similaires à celui qui supportait la sienne étaient placés de chaque côté. Sur celui de gauche, il y avait le corps de McGonagall, sur celui de droite, il y avait celui de Flitwick.

    Le même petit homme qui était présent lors de l’enterrement de Dumbledore était là lui aussi, sur l’estrade, à côté de Rufus Scrimgeour.

    Il prononça un discours inaudible pour Harry d’où il était puis se fut au Ministre de parler. Lui, il pouvait l’entendre car il s’exprimait avec une fois forte et claire.

  • Minerva McGonagall et Filius Flitwick resteront toujours dans nos mémoires comme des personnes qui se seront dévouées pour la protection de notre communauté et pour l’éducation des jeunes. Ils se seront battu pour défendre la vie des élèves mais aussi l’héritage historique qu’est l’école de Poudlard, en la protégeant de l’attaque d’une armée de terribles créatures, menées par Voldemort. Ils font partie des personnes qui auront toujours lutté face à cet homme qui ne peut plus en être un maintenant. Ils se seront engagés jusqu’à la mort, et à ce titre, le Ministère leur remet l’Ordre de Merlin, première classe, à titre posthume.

    Il descendit de l’estrade et sur chacun des corps, qui étaient couverts d’un drap noir, il déposa l’insigne qui représentait l’Ordre de Merlin, celle que Harry avait déjà reçue.

    Enfin, il remonta sur l’estrade.

  • Mais nous devons penser aussi aux familles des victimes et aux proches qui sont bouleversés, Minerva McGonagall et Filius Flitwick étaient des gens honnêtes et respectables, qui vivaient heureux, qui aimaient et étaient aimés de leurs proches.

    Harry remarqua alors une très vieille femme qui pleurait au premier rang. De dos, il ne pouvait pas voir son visage mais il était certain que c’était la mère de McGonagall.

    Une larme vint à ses yeux, et il la laissa couler. Cette femme semblait seule face à la détresse et cela le révoltait, elle devait être aussi gentille que ne l’avait été McGonagall.

    Hagrid pleurait lui aussi très fort et on l’entendait de loin, cependant, personne ne pouvait le lui reprocher. Il venait de perdre des amis très proches, d’abord Dumbledore qui l’avait toujours soutenu, et puis McGonagall qui avait fait de même après la mort de celui-là.

    Une nouvelle ère commençait à Poudlard, la génération de l’Ordre du Phénix était en train de s’en aller. Harry savait que comme Dumbledore, il devait assumer la lourde tâche de devoir rassembler autour de lui tous les gens qui avaient encore un espoir de vaincre Voldemort, et qui ne voulaient pas rester passifs.

    Plus rien ne serait pareil, plus rien ne serait comme avant, il ne pourrait plus compter sur le soutien de personnes plus âgées. Le seul adulte qui lui restait était encore Lupin, et il savait qu’il ne devait pas s’éloigner de lui.

    Tout comme Dumbledore, il devrait apprendre beaucoup de choses tout seul. Abelforth l’aiderait certes, mais pour l’essentiel, il devrait se construire.

    Les êtres de l’eau étaient là, ils chantaient dans la langue que Harry ne comprenait pas mais que Dumbledore comprenait, lui.

    Il lui restait beaucoup de choses à apprendre avant d’arriver un jour à son niveau, et il était plus motivé que jamais. Il savait que ce ne serait pas à Poudlard qu’il apprendrait tout ça, mais ce serait le fait de voyager.

    Finalement, les corps s’enflammèrent, et lorsque les flammes s’éteignirent, les corps étaient enfermés dans des tombes blanches identiques à celle de Dumbledore.

    Les rumeurs commencèrent finalement à se répandre à nouveaux alors que plusieurs sorciers commençaient à quitter les lieux.

    Les élèves étaient en train de retourner au château en désordre.

    Harry était à nouveau pris par la réflexion, la même réflexion qu’il avait eue lors de l’enterrement de Dumbledore.

    Il savait qu’à un moment, lorsqu’il partirait à la découverte du monde, il faudrait qu’il laisse Ginny. Pour une raison qu’il ne connaissait pas, il sentait qu’il avait besoin de solitude pour pouvoir progresser et augmenter ses pouvoirs.

    Cependant, il ne pouvait pas s’empêcher d’aimer Ginny, il la trouvait magnifique avec ses larmes aux yeux, et il était heureux de pouvoir lui tenir la main pour retourner au château.

    De même, Ron et Hermione se tenaient la main, comme si le fait de s’aimer pouvait diminuer la douleur.

    Ils avaient tous décidé de laisser de côté la légende des Clordes pour cette journée.

    Ils avaient énormément besoin de repos. A force de s’entraîner, ils étaient épuisés, et ils avaient besoin de retrouver la joie et la bonne humeur de la salle commune de Gryffondor.

    Ainsi, ils avaient retrouvé leurs amis de toujours devant la cheminée de la salle commune qui brûlait doucement, réchauffant l’atmosphère.

    Mais la vie devait reprendre son cours. Dehors, les oiseaux chantaient, profitant de la journée qui s’annonçait belle. Le soleil se reflétait maintenant sur la surface du lac, et ils décidèrent d’aller se promener ensemble dans le parc. Il n’était que dix heures du matin, et la promenade leur permettrait d’expulser leur tristesse, afin de pouvoir profiter pleinement de l’après-midi, ils sentaient que c’était nécessaire.

    Ils firent le tour du parc, longeant le lac, et s’arrêtant un moment pour observer le calmar géant qui nageait à sa surface.

    Puis ils continuèrent et Harry s’arrêta un moment devant le hêtre où s’était déroulée la scène qu’il avait vu dans la pensine de Rogue, pendant laquelle son père et Sirius avaient attaqué le jeune Rogue.

    Il se dit que tout cela n’était que des disputes d’adolescents, et il respectait maintenant Rogue autant qu’il respectait Dumbledore.

    Puis ils longèrent la Forêt Interdite, les deux couples les mains dans les mains, les autres marchant devant.

    Ils s’arrêtèrent devant les trois tombes et Harry eut une pensée pour Dumbledore, McGonagall et Flitwick.

    Puis ils continuèrent leur chemin, passant devant la maison de Hagrid, il n’était pas là en ce moment. Il devait être au château, pensa Harry.

    On voyait des créatures magiques enfermées dans les cages, des Véracrasses en particulier.

    Harry eut un sourire. Le temps où il avait découvert Poudlard avec toutes ses merveilles était bien loin, il se sentait maintenant même au-delà des sorciers, il avait une mission bien plus difficile que de simplement s’intégrer au monde de la Magie, trouver un travail.

    En se promenant dans ce parc, il avait ainsi l’impression de remonter le temps.

    Ils continuait leur promenade, on voyait au loin, de l’autre côté du portail de l’entrée du parc, le chemin qui menait à Pré-au-Lard. Il reconnut la colline sur laquelle ils avaient libéré Rita Sketter après l’avoir enfermé dans un bocal pendant plusieurs jours.

    Le village de Pré-au-Lard lui refit penser à Sirius, le parrain, et l’un des seuls véritables membres de sa famille qu’il n’avait jamais connu. Mais malheureusement, il faisait lui aussi partie de la liste des victimes de Voldemort.

    Il se souvenait des deux années qu’avait passées Sirius à se cacher, et à cause du Ministère, ils n’avaient pas pu se connaître plus.

    Harry aurait pourtant voulu en savoir plus sur ses parents, il n’avait que quelques photos d’eux et toujours les mêmes descriptions, et ils lui manquaient même s’il ne les avait jamais connus.

    Aux alentours de midi, ils retournèrent au château, libérés par cette promenade. Au cours du repas, les élèves avaient déjà retrouvé leur joie de vivre, car malgré toutes les embûches sur son chemin, la vie de la communauté ne s’arrêterait jamais.

    En dessous de l’affiche qui indiquait que les sélections de Quidditch allait avoir lieu, il y avait la liste des élèves qui s’étaient inscrits, elle était interminable, et Harry se dit qu’il allait avoir du travail cette année encore.

    Il lui faudrait être efficace pour arriver à constituer une équipe en seulement une heure et demie, mais il fallait le faire, il commença à réfléchir aux exercices qu’il allait faire faire aux prétendants, l’année dernière, il avait dû faire le tri entre ceux qui étaient là uniquement pour le voir de plus près et ceux qui voulaient véritablement intégrer l’équipe de Quidditch.

    A treize heures moins dix, ils commencèrent à rejoindre le terrain de Quidditch, ayant revêtu leur tenue.

    Harry était content de pouvoir enfin tester la tenue de Quidditch que lui avaient donnée Fred et George Weasley.

    Elle était souple et très mince mais à peine il l’enfilait, celle-ci devenait très solide, et il ne sentait pas les coups qu’on pouvait lui infliger, sans pour autant le gêner dans ses mouvements.

    A treize heures, de nombreux élèves étaient venus assister aux entraînements. Les Gryffondor étaient présents sur le terrain, alors que de nombreux élèves d’autres maisons étaient dans les tribunes pour y assister simplement.

    Il commença par vérifier que les élèves présents n’étaient que des Gryffondor pour ne pas avoir à perdre de temps, à l’aide de la liste, et cette année, aucun élève d’une autre maison n’avait tenté de tricher.

  • Bien, d’abord vous allez essayer de reprendre – ou de prendre – vos habitudes sur un balai, on va tous faire un tour de terrain, suivez-moi et ne vous collez pas, je ne veux pas de blessé dès le début.

    Il siffla un coup dans son sifflet et démarra lentement sur son Eclair de Feu.

    Cet exercice permettait de repérer tout de suite les première année qui voulaient essayer de passer outre le règlement.

    En effet, étant donné qu’ils n’avaient jamais eu encore de cours de balai volant, ils n’avaient pas réussi à faire décoller leurs balais ce qui réglait les problèmes.

    Ensuite, il y avait ceux qui savaient faire décoller leur balai mais qui ne tenaient pas plus de dix secondes en l’air.

    Ainsi, en deux minutes, la moitié des prétendants devaient déjà se débarrasser de leurs illusions.

    Harry décida alors d’accélérer peu, tout en tenant compte du fait que son balai allait environ deux fois plus vite que les autres en vitesse de pointe.

    Il se posa et décida de faire le point quand aux places disponibles. Demelza Robins, une des poursuiveuses qui avait intégré l’équipe l’année dernière était là, ainsi que les deux batteurs, Jimmy Peakes et Ritchie Coote.

  • Bien, normalement, l’équipe de l’année dernière va être gardée, à moins que quelqu’un de meilleure se présente, mais on doit quand même trouver quelqu’un pour remplacer Katie Bell, c’est normalement Dean qui est prioritaire puisqu’il l’avait déjà remplacée l’année dernière, il devrait donc être titularisé. Mais il faut aussi désigner une équipe de remplaçants, pour cela, on va donc procéder à des essais normaux et je vais vous regarder faire pour faire un classement à chaque poste, je vous donnerai les résultats à la fin.

    L’entraînement commença d’abord par les poursuiveurs, le premier exercice était simple, il consistait à se faire des passes avec le Souaffle tout en restant au sol, ce qui en élimina encore certains. Ensuite, Harry demanda de faire le même exercice mais sur le balai, sans bouger, puis en bougeant.

    Il était clair que Ginny était largement la meilleure et de toute façon Harry n’hésiterait pas une seconde à la conserver dans l’équipe. Cependant, une jeune fille de deuxième année montra ses talents.

    Elle paraissait à première vue toute petite et très fragile mais elle était d’une agilité étonnante sur un balai, et elle ne manquait jamais ses passes. Il était juste regrettable qu’elle n’ait eu avec elle qu’un vieux balai de l’école car Harry aurait bien voulu voir ce que cela donnerait à haute vitesse.

    Cette jeune fille s’appelait Tharsilla Delors, et les poursuiveurs seraient donc elle, Dean Thomas qui était bien meilleur que Demelza Robins, et Ginny.

    Harry repéra aussi qui pourrait entrer dans l’équipe des remplaçants et il annoncerait cela plus tard.

    Quant aux batteurs, devant ceux qui s’étaient présentés, il fut obligé de garder Jimmy Peakes et Ritchie Coote, puisqu’ils n’étaient même pas capable de taper dans le Cognard sans se donner un coup dans le dos en le ratant, ou alors ils l’envoyaient n’importe où, ou ils tombaient du balai en faisant de trop grands gestes.

    Harry se demandait ainsi comment il ferait si jamais il y avait besoin de remplaçants, puisque aucun n’aurait le niveau pour participer à un match de Quidditch, même avec un entraînement intensif, semblait-il.

    Enfin, pour les gardiens, Ron était de loin le meilleur et il avait encore une fois arrêté les cinq tirs, alors que le deuxième meilleur n’en avait arrêté que trois.

    Sinon, en ce qui concernait l’attrapeur, il prendrait bien évidemment le poste.

  • Bien, je vous annonce la constitution de l’équipe titulaire, Ron sera gardien, Jimmy et Ritchie seront batteurs, Ginny, Dean et Tharsilla seront poursuiveurs et je serai attrapeurs. Ceux qui pourront être remplaçants et qui pourront participer aux entraînements sont : Demelza, Ragenulfus, Waldo, Altildis, Fardulfe, Alcuin et Nominoë, en fonction des emplois du temps, je donnerai la date des prochains entraînements, ce serait bien qu’on commence dès mercredi, vous verrez sur le tableau d’affichage.

    Lentement, la foule des Gryffondor repartit au château, alors que les Serdaigle faisaient leur entrée sur le terrain.

  • Et ben, ça promet, dit Harry à Ron et à Ginny qui étaient à côté de lui. Ils ne savent même pas tenir sur un balai.

  • Ca a l’air encore pire que l’année dernière, dit Ron.

  • On a intérêt à ne pas se blesser, dit Ginny, avec l’équipe de remplaçants qu’il y a, on va se faire détruire par les autres. Quoi que, il va falloir voir ce que vont donner les autres, je ne pense pas que ça sera vraiment mieux que nous.

  • Oui, je pense aussi, dit Harry. Le Quidditch était beaucoup mieux au début, Fred et George faisaient tout !

  • On se rattrapera à la coupe du monde, dit Ron, il y aura du beau Quidditch.

    De retour au château, ils allèrent dans la salle commune.

    Il y avait des nouveautés sur le tableau d’affichage, c’étaient les résultats des épreuves qui avaient eu lieu la veille.

    RESULTAT DES EPREUVES DU 31 AOUT

    Les résultats des épreuves nous étant parvenus, les élèves de Gryffondor de toutes les années sont priés de venir les récupérer le plus rapidement possible dans la Grande Salle.

    Professeur Maugrey

    Hermione était déjà terrifiée à l’idée d’avoir les résultats.

  • Oh non ! S’ils nous convoquent déjà, c’est qu’ils ne sont pas contents de nous, dit-elle.

  • Mais non, allons-y, dit Ron.

    Ils descendirent dans la Grande Salle, il y avait déjà beaucoup de monde, et pas seulement des Gryffondor.

    Sept tables avaient été placées, une pour chaque année, Maugrey s’occupait évidemment des septième année, et Mrs Bett qui était à côté de lui s’occupait des sixième année.

  • Bonjour, Potter, voici tes résultats.

    Il lui tendit un parchemin avec ses résultats.




    Epreuve n°2

    Samedi 31 août 1997

    Harry Potter

    Ecole de Sorcellerie de Poudlard

    Discipline

    Professeur

    Note

    Appréciation et remarques

    Epreuves pratiques 

    RFSP 

    Mr Maugrey

    A

    Très efficace, mais quelques erreurs à corriger cependant.

    Botanique

    Mrs Chourave

    O

    Une épreuve parfaitement réussie ! Continuez dans cette voie.

    Appréciation générale du président du jury de l’épreuve pratique

    Mr Maugrey

    /

    Elève qui se démarque par son aisance face à des situations difficiles. Attention cependant à ne pas réagir trop vite.

    Total des points obtenus pour le tournoi du Gnome Vaillant à l’épreuve pratique

    Mr Maugrey

    41/50

    Excellent pour la vitesse, mais quelques décisions risquées.

    Epreuves théoriques

    RFSP

    Mr Maugrey

    E

    Très bon, mais il faudrait faire de même en pratique.

    DCFM

    Mrs Bett

    O

    C’est fantastique !

    Vous feriez un excellent éleveur de chauves-souris !

    Métamorphoses

    Mr Lupin

    O

    Excellent travail, de très bonnes idées.

    Sortilèges

    Mr Dillantis

    E

    Très bon malgré une étourderie.

    Botanique

    Mrs Chourave

    A

    Très bon pour ce qui est plantes maléfiques, mais il va falloir absolument s’intéresser aux plantes utiles.

    Potions

    Mr Slughorn

    E

    Assez bien, mais vous pourriez faire aussi bien à l’écrit qu’en pratique en participant plus en classe.

    Créatures maléfiques

    Mr Hagrid

    O

    Sait ecsélent : èllève trai aint et raissé !

    Appréciation générale du président du jury de l’épreuve théorique

    Mr Tofty

    /

    Très bonne copie, un peu court peut-être.

    Harry était plutôt content de ses résultats, il aurait été accepté dans toutes les épreuves si c’était une véritable épreuve.

    Hermione, elle, semblait complètement choquée. Elle avait obtenu trente-huit points au classement du Gnome Vaillant ce qui était une très bonne note, mais elle avait eu un T en potions pour ne pas avoir fait la partie huit, elle avait eu cependant obtenu de nombreux Optimal.

    Ron, avait également trente-huit points en épreuve pratique, et il avait également obtenu plusieurs O, ce qui l’avait ravi.

  • Plutôt bien, tous les trois, grogna Maugrey, heureusement que vous êtes là… ah Mrs Brown, vous devriez m’écouter quand je vous dis de vous concentrer un peu plus, vos résultats sont catastrophiques.

    Lavande venait de récupérer ses résultats, accompagnée de Parvati, elles n’avaient pas l’air toutes les deux de rigoler en voyant leurs résultats.

  • Et n’oubliez pas de prendre la correction de l’épreuve théorique…


1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Et la clef de la paix iconLa Famille : clef usée, clef perdue
«le Christ en fait des témoins en les pourvoyant du sens de la Foi et de la grâce de la Parole». Témoins : ce mot est le lien entre...

Et la clef de la paix icon21 Septembre 2013 «Journée de la Paix»
«aux femmes artisanes de la paix» et c’est elle qui est à l’origine de ce Prix de la Paix

Et la clef de la paix iconI. Devant les juges de paix de Surgères et de Courçon A. Pièce n°...

Et la clef de la paix iconI renouveau du sentiment religieux en France
«paix d'Allah» (C'est à dire la paix une fois que tout le monde aura été converti à l'islam par n'importe quel moyen)

Et la clef de la paix iconChapitre 6 : L’affrontement bipolaire (1945-1991)
«paix improbable, guerre impossible» : la guerre est impossible car on a l’arme absolue et paix improbable parce qu’on continue à...

Et la clef de la paix iconConférence débat au Centre Jean XXIII, Bangui
«Pour une paix véritable en République centrafricaine. Quelles en sont les conditions ?» IL convient de partir de l’a priori de la...

Et la clef de la paix icon«La paix est meilleure que tout ce qui n’est pas la paix», proverbe africain
«Organisations inscrites sur liste noire», «Al Quaïda», «Daesh», «Pays soutenant le terrorisme international» Le lexique des relations...

Et la clef de la paix iconA. la subordination de l’administration ou institution politique
«clef de voûte» des institutions, c’est à dire que ces pouvoirs ont été renforcés

Et la clef de la paix iconProjet d’Aménagement et de Développement Durable
«clef de voûte» du P. L. U. les parties du P. L. U. qui ont valeur juridique (orientations d’aménagement, documents graphiques et...

Et la clef de la paix iconInfo ud acces aux soins : le 28 avril doit faire date
«hôpital entreprise», aux logiques comptables qui asphyxient les établissements. A la clef, la poursuite des fermetures de lits,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com