Et la clef de la paix








télécharger 0.53 Mb.
titreEt la clef de la paix
page5/9
date de publication12.08.2018
taille0.53 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9

HARRY POTTER

ET LA CLEF DE LA PAIX
CHAPITRE 52 : LA BIBLIOTHEQUE DIRK DAWLISH

    Dans l’appartement, il n’y avait personne, Giny n’était toujours pas rentrée de son examen, et Harry pensa qu’elle devait avoir des difficultés.

    L’examen des sixième année se déroulait en effet dans les cachots, et pour ceux qui ne connaissaient pas quelques sortilèges supplémentaires comme Harry, chaque examen pratique était une épreuve très difficile.

    De plus Harry, les sixième année devaient certainement avoir la même épreuve que celle que les septième année avaient eu la semaine précédente, à quelques détails près, et elle était très éprouvante.

    Il était maintenant presque seize heures et Harry avaient décidé de rester ici pour attendre Ron et Hermione qui n’étaient pas loin derrière lui.

    Il avait ainsi pu ressortir le livre que lui avait donné Octave Melodge sur les Phénix. Il avait continué de le lire un peu en vrac, lisant certains passages de la fin, puis revenant au début. Il avait ainsi commencé à lire le chapitre sur la communication entre le sorcier et son Phénix Conjugué, pour comprendre ce qu’Hermione lui avait un jour expliqué sur la possibilité du Phénix de lancer le sortilège auquel pense son sorcier Conjugué.

    Le livre indiquait qu’il fallait pour cela que le lien entre le sorcier et le Phénix soit déjà fort, mais surtout varié. En fait, il ne devait pas être un simple lien de pensée, il devait aussi toucher les sentiments mais surtout la Magie. Et Harry n’était pas sûr que son lien magique avec Fumseck soit aussi fort que son lien de pensée. Cependant, le livre disait que les deux étaient liés et que développer un de ces liens devait immanquablement développer l’autre à force d’entraînement.

    Sinon, pour le développer indépendamment, le sorcier devait absolument utiliser sa Magie en utilisant la détermination du Phénix, afin que ce dernier puisse la concevoir alors qu’il connaît plus naturellement sa Magie propre.

  • Oh Harry ! dit soudain Hermione, ouvrant brusquement la porte de l’appartement alors qu’il était toujours en train de lire le livre. Dobby glissa de la chaise à côté de lui et Fumseck émit un cri aigu.

  • Qu’est-c’qui s’passe ? demanda Harry, surpris.

  • C’est horrible, vraiment horrible, tu te rends compte que le professeur Tofty m’a arraché la feuille des mains ! j’en étais seulement à la question 7.1.3.3, si seulement j’avais eu le temps au moins de finir ma réponse, non seulement je n’aurais pas les points sur la suite, mais en plus j’aurais été incomplète sur cette question, et puis je suis certaine de m’être embrouillée à la question 1.4.3., j’hésitais à rentrer dans le blockhaus, et puis finalement j’ai mis non, mais je suis certaine qu’il fallait mettre oui, car sinon la question aurait été plus précise, mais en même temps, cet Eruptif, il aurait tout explosé, et les autres, comment ils vont faire, ils ne connaissaient pas ces créatures, Maugrey a dû s’imaginer qu’après l’attaque ils auraient dû s’informer, il va être en colère, et puis la troisième partie, tu te rends compte, les questions étaient très techniques, on n’avait pas révisé ça, c’était plus de l’intuition, mais je n’ai jamais d’intuition, c’est toujours à cause de ça que je rate les épreuves importantes, et toi Harry, pourquoi t’es-tu jeté dans cette eau, il y avait la pierre à côté, il fallait s’en servir, et puis la question revenait après dans l’épreuve, oh ! mais c’est horrible, l’incantation du sortilège de Transfert, je crois que j’ai oublié de la mettre, ils la dem… quoi que non, ils ne la demandaient pas, c’est bizarre, j’espère que je n’ai pas oublié de lire une page du sujet, et je n’ai même pas eu le temps de manger, l’épreuve était extraordinairement longue, que va dire Maugrey ? je n’ai même pas lue la partie huit, s’il y avait des questions importantes dedans, je ne vais même pas avoir un A, tu t’imagines avoir un P, et comment je vais faire pour l’orientation, tu crois que le professeur Maugrey va encore vouloir de moi après ça, c’est fichu, j’espère au moins que Ronnie chérie a réussi, il s’en est tellement bien sorti durant l’épreuve, contrairement à moi, je me suis faite piquer par un cactus dans la salle de la fontaine, heureusement que j’ai rapidement utilisé un sortilège de Caillotisation, la blessure s’est guérie de justesse, j’aurais dû m’en douter qu’il ne fallait pas s’y frotter, et puis finalement, il suffisait de détruire cette fontaine, c’était pourtant évident, on voyait bien qu’elle n’avait pas de fond et puis elle était là en plein milieu, elle ne pouvait pas servir à rien, finalement, ce sortilège de Fragmentation était utile pour l’épreuve, ils ne nous demandaient pas bêtement de détruire des murs… c’était la fontaine, et à propos du mur avec les Filets du Diable, tu t’en es vachement bien sorti, j’ai mis énormément de temps à le passer, Ron m’a même doublé à cet endroit, j’étais épuisée à la fin et le Filet du Diable a failli m’étrangler, et quelqu’un m’a tiré le pied, Maugrey n’a même pas vu, c’est scandaleux, mais on a quand même été les meilleurs tous les trois, sur la fin, on les a semés, mais quand je suis sortie de l’épreuve, ils devaient presque tous être arrivés, et Ginny, tu crois qu’elle s’ooooooh ! tu as vu Trelawney, je suis sûr que Maugrey l’a ensorcelée de force, bien sûr je n’ai pas été assez idiote pour aller respirer sa pourriture, quand même…

  • Moi oui… coupa Harry.

    Hermione s’arrêta, essoufflée par sa longue phrase sans avoir entendu la réponse de Harry.

  • Que disais-tu, Harry ?

  • Je disais que moi oui, j’ai d’abord respiré la vapeur, et puis j’ai vite arrêté, je savais que c’était un piège, en fait.

  • QUOI ! s’exclama-t-elle, restant bouche bée. Oh non, Harry, ne me dis pas que toi non plus tu as raté l’épreuve, tu aurais dû réussir au moins ça, enfin, tu as toujours su que cette femme n’est qu’une imposteur, et le reste, tu as réussi ?

  • Oui, j’ai bien réussi, je pense juste que je suis allé un peu trop vite dans la rivière, j’aurais dû faire plus attention et me reculer pour utiliser la pierre en voyant cette eau rouge, sinon le reste s’est bien passé.

  • Ca me rassure, mais quand même, je suis sûre que Maugrey va être très déçu, je pense qu’il va falloir qu’on se rattrape, on a intérêt à avoir des bonnes notes la prochaine fois, je pense que je ne vais même pas avoir vingt-cinq points…

  • Ne t’inquiète pas et regarde plutôt ça, lui dit Harry en lui tendant le livre qu’il lisait.

    Hermione prit le livre et se plongea dans le passage que Harry lisait. Elle dévora ensuite presque tout le chapitre en une dizaine de minutes, alors que Harry avait passé presque deux heures à le lire tranquillement ainsi que le chapitre suivant qui traitait de la Magie propre aux Phénix, tentant de bien comprendre ce qu’il lisait.

  • Très intéressant, dit-elle après avoir terminé le chapitre. C’est une bonne idée de t’occuper de ça, je pense que Fumseck et toi, vous pouvez augmenter mutuellement vos pouvoirs, ça se voit déjà que vous êtes plus fort, j’avais déjà lu ce passage-là, maintenant tu dois bien comprendre, avec tout ce que t’a appris Abelforth, tout n’est qu’une affaire d’échange de rayonnements, ta pensée et celle de Fumseck sont déjà maintenant reliées sans cesse par une sorte de lien qui canalise les rayonnements magiques, vous vous échangez en fait énormément de potentiels magiques, qui vous servent à augmenter vos pouvoirs. Mais il est possible d’en faire de même entre vos Magies respectives, bien qu’elles soient de nature différente, ça vous permettra d’être beaucoup plus synchronisés et de faire de la Magie beaucoup plus forte, une Magie très peu connue ce qui sera un énorme atout. Et il est vrai que le lien de la pensée peut aider à ça, puisqu’il est très connu que la Magie peut se fixer à la pensée, pas naturellement bien sûr, mais il existe un sortilège pour favoriser cette fixation mais j’ai oublié son nom, Abelforth t’en dira plus…

  • Dobby sait faire ça, oh oui, Dobby veut aider Harry Potter ! dit l’elfe qui avait enfin pris l’habitude de ne plus appeler Harry « Maître ».

  • Ah oui ? demanda Hermione.

  • Dobby sait faire plein de choses, ses ancêtres lui ont appris de la Magie très difficile ! Et Mr Abelforth avait dit que Dobby aiderait Harry Potter pour son entraînement. Dobby en est tout honoré, dit l’elfe en s’inclinant aux pieds de Harry. La Magie des elfes est très différente de la Magie des sorciers, mais la Magie des elfes peut aider à augmenter la Magie du sorcier !

    Ce fut maintenant au tour de Ron de revenir de l’examen, l’air content de lui.

  • Ronnie, comment ça s’est passé ? demanda Hermione inquiète, se levant brusquement de sa chaise.

  • Plutôt bien, répondit Ron, mais on ne va pas parler de ça maintenant que c’est fini…

  • Très bien, dans ce cas on va aller à la bibliothèque, j’ai une recherche à faire.

  • A la bibliothèque ? demanda Ron, surpris.

  • Oui, c’est important ! Demain, on n’aura sûrement pas le temps, et puis je parie que Harry va consacrer son après-midi au Quidditch, n’est-ce pas ?

  • Ah oui, dit Harry, dont le Quidditch était complètement sorti de son esprit.

  • Bien sûr, donc on va y aller maintenant, c’est pour une recherche importante, j’ai lu ça dans le même livre qu’un livre qui évoquait les vous-savez-quoi.

    Harry comprit qu’il s’agissait des Horcruxes et apparemment Ron aussi.

    Ils descendirent ainsi à la bibliothèque de Poudlard qui n’avait jamais été aussi déserte. Ainsi, lorsqu’ils y entrèrent, ils étaient les seuls avec Mme Pince qui les regarda entrer d’un air bizarre, montrant clairement qu’elle les trouvait suspects. Elle ne s’attendait pas à ce que des élèves viennent à la bibliothèque directement à la sortie des examens.

  • Et c’est quoi exactement ? demanda Harry. Je veux dire, où tu l’as lu ? Et ça s’appelle comment ?

  • J’ai lu dans la Salle du Phénix (elle avait baissé la voix afin que Mme Pince n’entende même pas qu’elle avait parlé) un livre dans lequel une certaine « légende des Clordes » était évoquée, mais je ne sais pas ce que c’est ! Je ne suis pas sûr non plus que ça ait un rapport avec les vous-savez-quoi, mais il est clair qu’il y avait un rapport avec l’immortalité…

  • Et c’est si urgent que ça ? demanda Harry.

  • Oui… et puis vous n’avez qu’à m’aider et ça ira plus vite, on devrait trouver ça dans les livres anciens qui parlent d’histoire de la Magie…

  • C’est de l’histoire de la Magie ! s’exclama Ron, choqué.

  • Oui, répondit Hermione sur un ton sec.

  • Et pourquoi tu lis ça ? Tu devrais être contente d’en être débarrassée ! lui rappela Ron.

  • Tu ne devrais pas dire ça, vous vous rendrez bien vite compte qu’on aura justement besoin de ça, un retour aux sources de notre communauté nous permettrait de mieux comprendre son évolution. Il y a beaucoup de choses très importantes mais on verra ça plus tard (elle se tourna vers Harry). Pour l’instant je rassemble des informations, mais tu verras ensuite que ça te servira.

  • Des choses importantes ? demanda-t-il, surpris que l’histoire de la Magie puisse lui avoir un jour une utilité quelconque.

  • Tu verras bien, répondit Hermione sur un ton vague. Mais en attendant, j’aimerais que l’on fasse notre recherche, rien que le nom, ça promet d’être passionnant…

    Elle tourna dans l’allée qui contenait les livres les moins lus de la bibliothèque, ceux qui traitaient d’histoire de la Magie. En fait, Hermione avait lu plus de livres à elle seule dans cette allée que l’ensemble des élèves depuis la fondation de l’école.

    Les livres étaient tous différents, de taille variée et de formes variées. Le seul point commun était qu’ils étaient très usés par le temps. La lumière avait éclairci leurs couvertures de cuir et la plupart du temps, les titres étaient effacés ou illisibles.

    Harry aurait préféré ne pas avoir à les toucher pour éviter d’en faire tomber les pages qui tenaient miraculeusement liées par des reliures rongées, afin d’éviter de subir la colère de Mme Pince, l’abominable bibliothécaire.

    Enfin, Harry se demandait comment ils pourraient trouver ce qu’ils voulaient parmi des livres sans titres. Cependant, Hermione ne rencontrait pas ce problème. Elle avait déjà pris un livre qui étaient à peine légèrement plus grand que son voisin de gauche et l’avait ouvert en plein milieu.

    Il n’y avait que du texte découpé en de très longs paragraphes et il aurait été difficile d’y trouver quoi que ce soit.

  • Je ne l’ai pas lu entièrement, dit-elle… il me semble qu’il me restait une partie du milieu…

  • Comment fais-tu pour reconnaître les livres ? demanda Harry.

  • C’est très simple, ils ne bougent jamais de place, ici. Donc il n’est pas difficile de savoir où est tel ou tel livre, expliqua-t-elle tout en feuilletant le livre.

    Elle fronça les sourcils et referma brusquement le livre, envoyant un nuage de poussière autour d’elle.

  • Non, je ne pense pas que ce soit là-dedans… Vous devriez chercher, dit-elle en voyant que Harry et Ron se contentaient de la regarder bêtement.

    Elle prit deux autres livres et en donna un à chacun.

    Après une demi-heure de recherche, Harry avait appris beaucoup de choses, notamment que l’un des Ministres de la Magie d’Angleterre avait remporté au XIIe siècle le tournoi de décapitation d’elfes de maison, chose qu’il s’était bien gardé de révéler à Hermione.

    Mais les recherches n’en avaient pas pour autant avancé.

  • C’est hallucinant ! se lamenta Hermione prise en défaut une rare fois de plus par la bibliothèque. Ce n’est quand même pas dans l’Historique des Contes des Noirceurs, j’espère…

  • Et pourquoi on n’irait pas à la bibliothèque du Ministère ? proposa Harry.

    Hermione ne percuta pas car elle avait déjà pris un autre livre encore plus couvert de poussière que tous les autres, qui avait laissé sortir – à la plus grande horreur de Ron – une araignée velue qui était descendue jusqu’au sol par un fil avant de finir écrasée sous la chaussure d’Harry.

  • Que disais-tu ? demanda Hermione.

  • Je disais qu’on devrait peut-être aller à la bibliothèque du Ministère, répéta Harry.

  • Ben oui, mais quelle idiote, pourquoi n’y ai-je pas pensé avant ! la bibliothèque Dirk Dawlish, je voulais y aller en plus… si cet examen ne me l’avait pas fait oublier… Vous pensez qu’on peut y aller ?

  • Normalement oui. Je croyais qu’elle était faite pour nous ? demanda Harry.

  • On y va tout de suite, alors, pendant qu’on a un peu de temps libre, car ensuite, durant la semaine, on sera encore débordés, je suis certaine que notre examen de samedi prochain sera encore plus difficile, avec la semaine que nous réservent les professeurs, et nos résultats catastrophiques à celui-ci…

  • On n’aura jamais de week-end libre ? coupa Ron.

  • Non, bien sûr, je te rappelle qu’à la fin de l’année, nous passons les ASPIC ! Et je suppose que la prochaine fois, nous aurons encore des examens théoriques, on a fait beaucoup de choses déjà, je pense que les professeurs devraient nous proposer des épreuves du type de celles qui nous seront posées aux nouvelles épreuves d’ASPIC, je pense que Maugrey nous en dira plus quant à l’épreuve d’hier, je ne pense pas que ce soit vraiment dans le style des épreuves d’ASPIC. Si j’étais eux, je pense que je mettrai une partie sur les Philtres de Confusion, ça mêle plusieurs disciplines…

  • C’était justement la partie huit, dit Harry.

  • Quoi ! oh non mais c’est une catastrophe, c’est tellement important…

  • C’était juste trois ou quatre questions, coupa de suite Harry, et là ça ne touchait que les potions, rien d’autre.

  • Oui mais quand même, c’était la seule partie qui concernait les potions, j’espère que Maugrey ne va rien dire au professeur Slughorn, il pourrait croire que je me désintéresse des potions…

  • Allons à la bibliothèque, dit Harry pour la faire taire.

  • Euh oui… j’aimerais bien que l’on trouve quelque chose sur ces Clordes, vous pensez que c’est quoi ? demanda-t-elle.

  • Aucune idée, répondit Harry.

  • Ca doit être des créatures très dangereuses, dit Ron.

  • Vraiment ?

    Elle rangea ses livres dans son sac et pressa Harry et Ron pour qu’ils se dépêchent.

  • Je pense que tant qu’on y est, on a intérêt à passer notre soirée là-bas, il doit y avoir tellement de choses à voir, dit-elle sur un ton émerveillé.

    Ron n’était pas très enjoué à l’idée d’aller passer une soirée à la bibliothèque mais tant qu’il était près d’Hermione, cela le contentait.

    Les couloirs étaient toujours emplis de monde et les élèves faisaient beaucoup de bruit malgré le retour après les examens de la surveillance d’une partie des professeurs dans les couloirs. Maugrey et Mrs Bett étaient les plus impliqués dans ce travail et ils n’hésitaient pas à coincer les fauteurs de trouble en utilisant leurs méthodes particulières : Mrs Bett leur fonçait dessus avec son balai pour les rabattre vers Maugrey qui les stupéfixait.

    Ainsi, beaucoup d’élèves s’étaient installés à la cafétéria pour assister en direct à ces courses-poursuites dans le couloir du troisième étage.

    Cependant, les autres professeurs devaient être occupés à la correction des épreuves théoriques des examens, à moins que ce travail n’ait été confié aux examinateurs venus pour l’occasion. Enfin, l’organisation de la rentrée devenait urgente, puisqu’ils devraient commencer les programmes officiels dès le début de la semaine qui suivait, avec tout ce qui allait avec, c’est-à-dire les nouveaux emplois du temps, les conseils d’orientation…

    La Porte à Transplaner qui menait au Hall de la Paix se trouvait dans le hall du Ministère de la Magie, et ils devaient s’y rendre en passant par le bureau des Aurors de Poudlard, au deuxième étage.

    La pièce avait légèrement changé, on voyait que des personnes supplémentaires y travaillaient, et un bureau d’accueil y avait été installé, où travaillait une jeune sorcière qui était en train de dépouiller les nombreuses notes de services qui arrivaient à ce bureau. Derrière elle, Tonks discutait avec un autre Auror, ils étaient tous les deux de dos, penchés sur des grands parchemins que Harry, Ron et Hermione ne pouvaient pas voir.

  • Bonjour, c’est pour un témoignage ? demanda-t-elle avec un large sourire révélant des dents tordues et jaunies.

    Elle avait des cheveux bruns bouclés coiffés de manière à lui donner une allure de gros champignon. Cependant sa voix était très douce et elle semblait très sympathique.

  • Un témoignage ? demanda Hermione.

  • Nous recueillons des témoignages en vue des procès, expliqua-t-elle.

  • Ah, euh non, nous souhaitons seulement nous rendre à la bibliothèque Dirk Dawlish pour…

  • Bien sûr, mais il faut vous adresser au bureau voisin, les conseillers d’orientation vous expliqueront tout.

  • Merci beaucoup et au revoir, conclut Hermione poliment sans avoir laissé dire un mot à Harry et Ron.

    Elle entra ensuite dans le bureau voisin et Harry eut une expression d’horreur.

    La tapisserie sur les murs était d’une couleur vert kaki, avec de larges bandes d’une couleur située entre le vert et le blanc. Des rideaux rose bonbon étaient placés aux fenêtres et les murs étaient ornés d’assiettes décorées avec des chattons qui gambadaient dedans, on aurait dit que les couleurs étaient étudiées spécialement pour donner un résultat le plus horrible possible.

    Ombrage devait certainement y travailler par moments et elle avait visiblement déjà imposé son style.

    Mais heureusement, elle n’était pas dans le bureau à ce moment là. Il y avait seulement une sorcière âgée d’une cinquantaine d’années, un peu replète. Elle portait un long chapeau pointu noir et qui penchait un peu vers sa gauche, au-dessus de longs cheveux gris.

  • Bonjour, nous souhaiterions nous rendre à la bibliothèque Dirk Dawlish pour une recherche, expliqua Hermione.

  • Bonjour, répondit la sorcière d’une voix forte et grave. Vous êtes les premiers à le demander, le Ministre va être content, nous n’avions pas encore explicitement proposé aux élèves les visites mais la bibliothèque vous est bien ouverte. Je vous demande juste de laisser votre nom sur ce parchemin et de signer, vous signerez à nouveau lorsque vous reviendrez.

    Une armoire derrière s’ouvrit et un parchemin en sortit, volant à travers la pièce pour venir se poser sur le bureau devant eux après s’être enroulé sur lui-même, avoir comme rebondit sur des coussins invisibles au milieu des airs, puis déroulé.

    Hermione signa la première, suivie de Ron et Harry.

  • Très bien, dit la sorcière en récupérant le parchemin.

    Harry remarqua qu’elle n’avait pu s’empêcher de jeter un regard vers son front pour se confirmer qu’elle ne rêvait pas.

  • Le gardien va vous y conduire.

    Elle les accompagna dans la pièce où était placée la Porte à Transplaner, en passant sous une porte qui était cachée par les mêmes rideaux roses qu’il y avait devant les fenêtres.

  • Nestor, c’est pour le Hall de la Paix, explique leur le retour.

  • Très bien, suivez-moi, jeunes gens, dit l’un des deux hommes qui étaient dans la pièce.

    Le dénommé Nestor, un sorcier aux cheveux gris très courts et qui atteignait pratiquement la soixantaine d’années, passa le premier par la Porte à Transplaner pour les inviter à le suivre.

    Il y avait toujours beaucoup d’agitation au Département de la Lutte contre la Magie Noire et ils trouvèrent Scrimgeour en grande discussion avec Stridus Shiner devant le bureau de ce dernier.

  • Les premiers visiteurs de la bibliothèque ! annonça fièrement Nestor.

  • Ah, très bien, très bien… amusez-vous bien les jeunes, lança Scrimgeour machinalement sans regarder à qui il avait affaire.

    Et il était de nouveau plongé dans une discussion sérieuse avec le Directeur du Département.

  • Il devrait y avoir très bientôt une Porte à Transplaner qui vous y conduira directement. Il faut convenir que ce n’est pour l’instant pas très pratique de passer ici… on a toujours peur de faire perdre du temps à quelqu’un… les gens parlent de choses très sérieuses. Mais vous allez voir, ça vaut vraiment le coup d’y aller.

  • Vous êtes Auror ? demanda Hermione alors qu’ils entraient dans un des ascenseurs qui venaient de s’ouvrir devant eux.

  • Non, j’avais échoué à ma formation d’Auror lorsque j’avais postulé à ce travail, et depuis j’ai travaillé à des petits boulots au Ministère. Maintenant, je suis accompagnateur des visiteurs du Département de la Lutte contre la Magie Noire, les allées et venues doivent être sans cesse surveillées ici, pour s’assurer que personne ne reste illégalement. Et je garde aussi la Porte à Transplaner lorsqu’il n’y a pas beaucoup de travail. Je transmets de temps en temps des messages, c’est toujours plus rapide et plus sûr que les notes de services, il arrive parfois qu’elles se perdent parce que la personne a mal indiqué le destinataire. Par exemple les notices qui sont envoyées à Twalett finissent toujours dans les toilettes…

    Tous les trois lui lancèrent un regard interrogateur.

  • Twalett dirige le Bureau de Coordination des Forces Internationales de Lutte contre la Magie Noire, il est haut placé au Ministère… Donc il préfère que je lui transmette les informations plutôt que de devoir aller les chercher dans les toilettes, c’est parfois gênant quand les informations sont hautement confidentielles. Mais sinon, je ne fais pas grand-chose, il n’y a pas beaucoup de travail en ce moment, j’en aurai plus lorsque le Hall de la Paix sera plus connu. Il faudrait que le Ministère en face la publicité, il serait dommage que tous ces investissements ne servent pas pleinement. Malheureusement, on ne peut plus compter sur la Gazette du Sorcier. Scrimgeour était furieux après les récents articles et le retour de Rita Sketter. Il a stoppé la collaboration avec eux et a demandé à ce que le Département de l’Information se dépêche de publier le premier numéro du Londonien, le futur journal du Ministère. Ils commencent directement avec une édition spéciale, c’est pour ça que ça prend du temps, mais au moins, elle sera très complète, j’ai hâte de la voir…

  • Quand est-ce que la parution viendra ? demanda Hermione.

    Ils venaient maintenant d’arriver dans le hall qui était très bruyant ce qui changeait de l’ambiance habituelle des samedis et dimanches où le Ministère était déserté.

    Les Portes à Transplaner qui menaient au Hall de la Paix et au Chemin de Traverse, placées exactement en face du bureau d’accueil qui était désormais à nouveau tenu par deux sorciers, étaient en libre accès. Elles étaient cependant sous la surveillance de trois Aurors qui étaient assis côté à côté sur des chaises de jardin placées entre les deux Portes.

    Ils discutaient assez joyeusement tout en surveillant chaque personne qui empruntait les Portes.

    Le Hall de la Paix était maintenant plein de vie. Les salles sur le mur de gauche, qui étaient vides lors de l’inauguration, se remplissaient petit à petit par des commerces.

    Certains étaient déjà aménagés entièrement et leur ouverture était imminente. D’autres étaient en cours d’aménagement et une sorcière était en train de fixer l’enseigne de son magasin de remèdes magiques.

  • Pour la parution… c’est très bientôt…, répondit Nestor sur un ton absent, marchant devant eux. Regardez ! un marchand de journaux s’installe, leur dit-il, c’est une excellente initiative du Ministre, il a absolument tenu à ce qu’une telle boutique soit installée ici, pour permettre le développement des petits journaux et magazines moins connus. Il n’y en avait pas au Chemin de Traverse car cela ne servait presque à rien et que personne n’aurait voulu se lancer dans ce travail, mais les gens ne peuvent pas connaître les différents journaux s’ils se contentent de se faire livrer par hibou la Gazette tous les matins.

    Harry essaya de voir quel genre de journaux différents de la Gazette il existait et releva surtout l’existence d’un grand nombre de magazines très spécialisés dans la cuisine sorcière, le Quidditch, les divertissements…

  • C’est une excellente initiative ! conclut Hermione qui aurait bien voulu visiter le magasin si elle en avait eu le temps.

    Ils traversèrent entièrement le Hall de la Paix, passant sous l’horloge géante puis devant la fontaine située entre les deux arches de l’entrée de la bibliothèque.

    Ils entrèrent et Nestor les conduisit au bureau d’accueil, où travaillaient côte à côté cinq sorcières et sorciers.

    Il alla voir la sorcière qui était installée tout à droite du bureau.

  • Bonjour Kessy ! voici les premiers visiteurs de Poudlard !

  • Salut, génial, on va pouvoir tester les badges, ravie de vous accueillir à la bibliothèque, jeunes gens.

    Kessy était en train de lire Sorcière Hebdo à son bureau, ayant l’air de ne jamais avoir vraiment beaucoup de travail.

    Ce que Harry retint le plus dans son apparence était ses grosses lunettes rondes qui lui donnaient un aspect de poisson rouge qui les regardait à travers un bocal.

  • Je te laisse t’en occuper, Kessy, on se retrouve au Chaudron à midi, reprit Nestor.

  • Oui, à tout à l’heure, répondit-elle d’une voix de gorge.

    Elle se retourna vers eux et les observa tour à tour.

  • Harry Potter ? demanda-t-elle après avoir examiné Harry, le contemplant d’un regard admiratif.

  • Oui, répondit Harry, c’est moi.

  • Et vous ?

  • Hermione Granger, répondit Hermione.

  • Et…

  • Ron Weasley.

  • Aha, bien sûr, je m’en doutais un peu, le fils d’Arthur, je le connais très bien, je travaillais dans le même Département que lui il y a quelques années, mais nous avons ensuite tous les deux changé. Très bien, je vous donne un badge, il faut que vous l’accrochiez sur votre poitrine. Vous viendrez le rendre dès que vous souhaitez rentrer.

    Elle sortit trois badges d’une des armoires derrière elle et leur en tendit un à chacun.

    C’était des gros badges rouges, de forme ronde, sur lesquels était imprimée la lettre « P » de couleur noire. Harry les trouvait un peu trop simples.

  • S’il vous plaît, pourriez-vous nous indiquer où se trouvent les livres d’Histoire de la Magie ? demanda Hermione alors que la sorcière cherchait quelque chose sous son bureau.

  • Pardon ? demanda-t-elle, croyant avoir halluciné.

    Aucune jeune fille normale n’aurait demandé où se trouvaient les livres d’Histoire de la Magie.

  • Je voulais savoir où se trouvent les livres d’Histoire de la Magie, répéta Hermione.

  • Au troisième étage… mais justement, j’allais vous donner un plan si vous voulez vous épargner la lecture du gros livre.

    Elle sortit plusieurs parchemins de la taille d’une carte postale.

  • Vous en voulez un chacun ? demanda-t-elle.

  • Non, merci, un seul suffira pour cette visite, on a déjà le gros livre, répondit Hermione sur un ton froid, n’appréciant pas la critique de ce livre.

  • Très bien, très bonne visite, leur souhaita Kessy avec un sourire, en lui tendant le petit plan.

    Celui-ci indiquait en effet que l’Histoire de la Magie se trouvait au troisième étage de la bibliothèque.

    La première impression qu’ils avaient eue de la bibliothèque se confirmait, c’était un endroit grandiose, à l’architecture particulière réussie, jusque dans ses moindres détails.

    Pour y entrer, il fallait contourner le bureau d’accueil, placé au cœur du plus grand hall que Harry n’avait jamais vu.

    Un très large escalier descendant, composé d’une dizaine de petites marches avec des rampes en or, permettait d’accéder au rez-de-chaussée immense qui faisait la taille d’un terrain de Quidditch. De grandes étagères robustes en bois foncé étaient remplies de milliers de livres qui firent apparaître des larmes de joie dans les yeux d’Hermione.

    Il y avait une allée principale, large d’une dizaine de mètres, au centre de laquelle il y avait plusieurs salons composés de fauteuils confortables pour y lire, ainsi que de tables de travail.

    Les différentes catégories de livres étaient indiquées par des lettres en or qui flottaient en ondulant et en se retournant sur elles-mêmes au dessus des différentes allées de la bibliothèque. Pour chaque catégorie, l’écriture principale était indiquée en anglais, mais il y avait en dessous la traduction en une foultitude d’autres langues.

    La salle avait en fait une forme d’amphithéâtre, il y avait trois autres balcons de plus en plus petits qui cerclaient les murs de la bibliothèque, soutenus par des gigantesques colonnes de marbre. Le plafond semblait tenir comme par Magie et des fenêtres magiques y avaient été installés, faisant parvenir de grands faisceaux d’une puissante lumière qui se reflétait sur toutes les objets en or de la bibliothèque.

    Au centre du hall, un grand panneau représentait un plan de la bibliothèque et des flèches indiquaient que l’accès principal aux étages se trouvait sur la droite.

    Ils s’y dirigèrent et passèrent sous une grande arche qui donnait sur une salle circulaire. Un large escalier était fixé le long du mur et montait en pente douce jusqu’au sommet de la bibliothèque.

    Sinon, on pouvait accéder aux étages en empruntant des ascenseurs dorés, situés en face d’eux. Le tout était largement illuminé par le plafond, par une sorte de coupole magique qui montrait un beau soleil.

    Etant donnée la grandeur du lieu, on avait l’impression qu’il n’y avait personne et les pas des visiteurs résonnaient fortement dans cet immense espace. Pourtant, de nombreuses personnes la visitaient, certaines venant probablement d’autres communautés magiques, au vu de leurs tenues vestimentaires et de leurs paroles incompréhensibles.

    A peine ils appuyèrent sur le bouton de l’ascenseur, celui-ci s’ouvrit, laissant apparaître une cage entièrement vitrée.

    L’ascenseur monta en flèche au troisième étage en vibrant si fort qu’ils faillirent tous les trois tomber. Cependant, face à la courte durée de la montée, cet inconvénient était supportable.

    L’ascenseur les déposa ainsi sur le même palier où arrivait le grand escalier. De l’autre côté d’une grande arche, il y avait le troisième étage.

    Il semblait tout aussi immense que ceux d’en dessous, bien qu’il fût pourtant plus petit. Il faisait tout le tour de la salle, tel une grande couronne fixée aux murs. Il était très bien éclairé par les fenêtres magiques du plafond et un grand panneau indiquait les directions à suivre pour trouver chaque catégorie de livre.

    Ainsi, la partie consacrée à l’histoire de la Magie se trouvait sur la partie gauche de la bibliothèque.

    A cet endroit, les murs n’étaient fait que de roche et on voyait vraiment que la bibliothèque n’était en fait qu’une immense grotte aménagée. L’endroit était merveilleux et il y avait même une cascade que l’on voyait couler dans une cavité parallèle creusée dans le mur, se jetant dans une fracture de la roche.

    Au-dessus de l’allée principale qui longeait le mur, il y avait des panneaux dont les écritures en lettres magiques indiquaient le contenu des allées transversales de chaque partie de la bibliothèque.

    Ils avaient ainsi traversé d’abord la partie contenant les livres de jardinerie magique, puis la cuisine magique, avant d’en arriver à l’Histoire de la Magie.

    Le rayon était immense mais complètement désert. Au centre, il y avait un point de renseignement où était installée une sorcière qui avait l’air de s’ennuyer à mourir.

  • Bonjour, dit Hermione, pourriez-vous m’indiquer où je pourrais avoir des renseignements sur une certaine légende des Clordes, j’ai lu ça dans un livre mais elle était seulement évoquée et depuis je ne sais toujours pas ce que c’est.

  • Ah, la légende des Clordes, voyons, où est-ce que j’avais trouvé ça…, dit la sorcière en réfléchissant.

    C’était une vieille femme qui semblait ne travailler que pour gagner un minimum afin d’avoir un peu d’argent supplémentaire pour sa retraite.

  • Bien sûr… c’est le récit de Théodore l’Ame Perdue, comment ai-je pu ne pas y penser avant, l’œuvre a été traduite au mois de juillet dernier et j’ai pu la lire en anglais, ce sont les deux derniers chapitres de ses aventures, venez voir…

    Elle traversa l’étage de part en part, devant obligatoirement suivre sa forme arrondie, et entra dans la partie qui concernait la littérature du Moyen Age.

  • Il faut dire que ces derniers temps j’ai lu tellement de livres avec l’arrivée de cette bibliothèque, il y a des histoires vraiment merveilleuses. Par contre je ne sais pas vraiment où il est, on va demander à Myriam…

    La sorcière du bureau d’information qui s’occupait de l’aile droite du troisième étage semblait s’ennuyer tout autant que sa collègue de l’aile gauche, et elle fut ravie elle aussi d’avoir un peu de compagnie et de travail.

  • Le récit de Théodore l’Ame Perdue, sais-tu où il est ?

  • Bien sûr, voilà enfin des jeunes gens intéressés, c’est très rare, vous savez !

    Elle repartit dans l’allée principale et tourna dans le rayon où un panneau indiquait « nouveautés ».

  • Vous l’avez bien sûr ici en anglais mais je peux aussi vous le trouver en latin, en péruvien, en français, en népalais, en russe…

  • Non merci, l’anglais suffira, dit Hermione.

  • Très bien, bonne lecture ! dit-elle avec un large sourire.

    Hermione s’installa dans le fauteuil le plus proche et commença par examiner le livre. Il était très épais, faisant plus de sept cent pages. La couverture était en cuir marron et le livre semblait tout neuf.

    Sur la couverture, le titre était inscrit en relief dans le cuir, en caractères dorés, imitant une écriture à l’ancienne :
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Et la clef de la paix iconLa Famille : clef usée, clef perdue
«le Christ en fait des témoins en les pourvoyant du sens de la Foi et de la grâce de la Parole». Témoins : ce mot est le lien entre...

Et la clef de la paix icon21 Septembre 2013 «Journée de la Paix»
«aux femmes artisanes de la paix» et c’est elle qui est à l’origine de ce Prix de la Paix

Et la clef de la paix iconI. Devant les juges de paix de Surgères et de Courçon A. Pièce n°...

Et la clef de la paix iconI renouveau du sentiment religieux en France
«paix d'Allah» (C'est à dire la paix une fois que tout le monde aura été converti à l'islam par n'importe quel moyen)

Et la clef de la paix iconChapitre 6 : L’affrontement bipolaire (1945-1991)
«paix improbable, guerre impossible» : la guerre est impossible car on a l’arme absolue et paix improbable parce qu’on continue à...

Et la clef de la paix iconConférence débat au Centre Jean XXIII, Bangui
«Pour une paix véritable en République centrafricaine. Quelles en sont les conditions ?» IL convient de partir de l’a priori de la...

Et la clef de la paix icon«La paix est meilleure que tout ce qui n’est pas la paix», proverbe africain
«Organisations inscrites sur liste noire», «Al Quaïda», «Daesh», «Pays soutenant le terrorisme international» Le lexique des relations...

Et la clef de la paix iconA. la subordination de l’administration ou institution politique
«clef de voûte» des institutions, c’est à dire que ces pouvoirs ont été renforcés

Et la clef de la paix iconProjet d’Aménagement et de Développement Durable
«clef de voûte» du P. L. U. les parties du P. L. U. qui ont valeur juridique (orientations d’aménagement, documents graphiques et...

Et la clef de la paix iconInfo ud acces aux soins : le 28 avril doit faire date
«hôpital entreprise», aux logiques comptables qui asphyxient les établissements. A la clef, la poursuite des fermetures de lits,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com