D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter








télécharger 23.62 Kb.
titreD’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter
date de publication04.02.2018
taille23.62 Kb.
typeEssai
l.21-bal.com > documents > Essai
Proposition de contribution pour le Web pédagogique

Je suis professeure de Français en collège depuis 10 ans. Mes élèves me voient comme une professeure « gentille » (parfois trop : ils me réclament des punitions !) et ils me respectent. Le souci qu’il me reste à gérer est le bavardage diffus dans certaines classes…

Je suis également formatrice dans le domaine transversal.

Je ne prétends pas livrer des solutions miracle, mais je me propose de donner quelques conseils issus de mes lectures et de mon expérience.

GESTION DE CLASSE AU COLLEGE
Je ne leur permets de s’asseoir que lorsque le calme est total.
Pour mettre les élèves en état de travailler, il convient de ritualiser l'entrée en classe (être à un endroit précis chaque jour, ne rien faire pendant qu'ils s'installent, les saluer, les regarder, assurer la transition avec le cours précédent, annoncer l'objectif du jour = créer des attentes) ; de même la fin du cours (signifier qu'on a fini ou pas encore, annoncer le programme du cours suivant, faire noter les devoirs, respecter les horaires, assurer la responsabilité collective des lieux).

Lors d’un travail à faire en classe, d’une manière générale, je donne les consignes, je les fais noter et je vérifie que tout le monde a bien compris avant de commencer le travail. J’indique un temps approximatif pour l’exécuter, puis je vois où ils en sont et j’ajuste si nécessaire. Quand la classe s’agite, il est possible que les consignes ne soient pas comprises : on peut alors arrêter un travail, et ré expliquer à la classe entière.



En groupes, je ne les autorise pas à communiquer entre les groupes. Il faut parfois leur apprendre à chuchoter au sein d’un groupe, car ils confondent parler à voix basse et chuchoter. Les déplacements en cours sont interdits, sauf dans le cadre d’un travail de groupe.

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter.

Je vérifie systématiquement le travail qui était à faire, en début d’heure, pour les classes de 6e et 5e ; au moins une fois sur deux pour les 4e et 3e.



Je marque une certaine distance, je n’entre pas dans le jeu des élèves quand ils m’interpellent pour m’entraîner sur des sujets extérieurs au cours.
Il faut savoir que, dans l’établissement, si la Vie scolaire est forte, qu’il existe une politique d’établissement et que les professeurs communiquent entre eux au sujet d’une classe commune, la classe se passe en général très bien.

Souvent, le point commun à toutes les difficultés, c’est le problème de décalage des langages : verbal, corporel… Les codes de la communication scolaire ne sont pas toujours maîtrisés par les élèves. Il faut alors choisir le langage le plus clair, le plus simple, surtout avec les élèves en marge du système scolaire ou les élèves issus de l’immigration. Une attitude méprisante ou une question peut être ressentie comme une agression ; ainsi que le fait de regarder un élève dans les yeux. Dans ce dernier cas, il faut expliquer pourquoi on le fait.

L’essentiel est également de connaître ses classes et ses élèves : il faut conduire une relation rapidement, être disponible pour les élèves, les respecter.
Quand on fait des cours pertinents, on associe les élèves à cette pertinence. Quand le travail est respectable, le professeur est respecté. Quand il respecte les élèves, il est respecté. Quand il tient ce qu’il dit, il est respecté. Quand les élèves sentent que le professeur ne prend pas des décisions arbitraires, mais qu’elles sont en symbiose avec l’équipe pédagogique et administrative, il est respecté. Les grosses erreurs à ne pas commettre sont de ne pas préparer ses cours et de ne pas être à l’écoute.

Associés à des projets, individuels ou collectifs, les élèves se découvrent totalement différents.
Être sur le mode du contrat avec les élèves est une solution, surtout pour les élèves les indisciplinés : cela les responsabilise.

Je ne me lance jamais dans des discussions sans fin et inutiles, sur le mode de la justification, avec un élève contestataire. Je ne relève pas les interventions de certains élèves qui veulent se faire remarquer.

L'autorité ne se décrète pas, elle se construit. La punition est souvent une forme d’échec pour le professeur, même si elle permet éventuellement de maintenir l'ordre pendant un certain temps et avec certains élèves. Elle ne permet pas de gagner en autorité.
Des questions à se poser pour se remettre en question :

  • Mon arrivée en classe respire-t-elle la sérénité ?

  • Quelle image je donne à des adolescents sur la façon d'aborder un groupe, de prendre en compte les individus, de me mettre moi-même au travail ?

  • Est-ce que je peux / veux / accepte de modifier certains des comportements que j'ai spontanément adoptés face à la classe ?

Avoir un cadre ferme et précis (ce qui permet de laisser de la liberté après) :

  • A terme, l'idéal est bien sur que le silence des élèves vienne de l'intérêt du cours (et de sa clarté), mais il faut d'abord assurer la "discipline". Les élèves ne se rendront pas compte d'un bon cours dans le brouhaha.

  • Toujours annoncer les sanctions, toujours menacer avant d'agir : ne jamais prendre en traître (mais après, ne pas tarder).

  • Toujours faire ce qu'on dit, menaces ou promesses, sous peine d'être discrédité. Les menaces ne doivent donc pas être impossibles à tenir.

  • Ne pas vouloir un silence complet pendant une heure. A certains moments, il peut y avoir quelques minutes de détente (distribution de feuilles). L'essentiel est que la classe se taise à nouveau immédiatement quand on reprend les rênes et la parole.

  • Toujours bien prévenir en avance, de la date du contrôle, du travail à faire à la maison.

  • Déchirer et mettre ostensiblement à la poubelle (surtout au début) quand quelqu'un fait autre chose en classe.

  • Mais ne jamais déchirer sous les yeux de l’élève la punition qu’il vient de nous remettre.

  • Après une situation de tension, surtout ne pas se couper de l'élève. S'intéresser à lui la fois d'après, le faire lire, distribuer etc.

  • Autres conseils difficiles à tenir au début… : ne pas hésiter à couper la parole des élèves si ce qu'ils disent n'est pas intéressant, ne pas hésiter à séparer des "filles gentilles mais bavardes".

A rappeler à la 1ère occasion :

  • Principe général : "Je préviens toujours une première fois, la deuxième c'est trop tard, je sanctionne".

  • "Parler en levant la main" (ça permet de faire participer tout le monde et pas toujours les mêmes, ça permet de faire réfléchir 5 secondes ceux qui allaient donner une réponse idiote).

  • On peut mettre l'élève pénible au fond à l'envers, ou devant avec du travail (livre à recopier, phrase à tous les temps).

En situation de conflit :

  • Rappel de la loi = sanction prise.

  • Accorder du prix à la parole de l’élève permet d’ouvrir la discussion et de progresser.

  • Donner du temps : « On en reparlera demain : réfléchis. »

  • Ne pas chercher à avoir le dernier mot.

  • Dédramatiser chaque situation pour se sentir bien ensuite et assurer davantage en cours.

  • Penser à travailler avec les structures extérieures à l’établissement pour faire prendre conscience aux élèves que le collège est une mini société avec ses propres règles.

Un facteur essentiel de motivation est le plaisir. La source du plaisir ne peut être que vous, c'est à vous en premier d'aimer enseigner ce que vous enseignez en le rendant intéressant. Ce n'est pas incompatible avec le respect du sacro-saint programme. D'abord pour une raison de fond : il est impossible de "finir" le programme… Faites donc que ce soit vous qui choisissiez ce que vous traiterez moins intensément, et pas le manque de temps en juin. Comment choisir ce sur quoi vous mettrez davantage l'accent? Ce qui vous fait plaisir à vous, c'est là que vous serez le meilleur. On peut même avoir envie d'y consacrer un projet au long court, qui conduira les élèves à creuser un sujet de leur choix, depuis la recherche de l'information jusqu'au compte-rendu.

Un ensemble de règles de vie scolaire quotidienne :

Arrivée à l’heure en cours, présence du matériel adéquat, travail rendu au moment voulu, interdiction de manger en cours, rapidité à la mise au travail, attention. Ce sont bien entendu des objectifs, bien banals somme toute, à atteindre : dans la réalité concrète des classes, ils sont déjà bien ambitieux.

Quand les lois ne sont pas respectées :

Les punitions doivent être progressives (c’est pourquoi il est important de tout noter dans un cahier, avec les dates). Voici mon échelle de punitions quant au travail par exemple, en sachant que tout est toujours à faire signer :

  • un 1er oubli de travail = un mot dans le carnet

  • 2e oubli = une punition en relation avec le travail non fait

  • 3e oubli = une retenue d’une heure

  • 4e oubli = une retenue de deux heures dont une heure de 17h à 18h

  • 5e oubli = un rapport de travail (copies au chef d’établissement, CPE, professeur principal et parents) + une retenue de deux heures, toutes les deux de 17h à 18h

Ainsi, dès le début de l’année, je repère les trous dans l’emploi du temps des élèves (permanence, travail de groupe...) en fonction des trous dans mon propre emploi du temps. En cas de travail non fait en classe ou hors classe, de cours manqué sans justification valable, l’élève vient faire l’heure de travail qu’il n’a pas faite ou a mal faite, dans ma classe dans la mesure du possible.

Quand on prévient les élèves dès le début de l’année de cette échelle, il n’y a aucune contestation ni sentiment d’injustice.

Voici une échelle d’actions au niveau de la discipline en classe, que j’ai trouvé sur le site d’un collègue :

JOUER LE JEU DE LA COMMUNICATION

niveau 0 : Accueil

niveau 1 : Observation verbale nominative

niveau 2 : Communication non verbale

niveau 3 : Rappel des consignes

niveau 4 : Utilisation de la voix

niveau 5 : Implication du professeur


PASSER A L'ACTION (interne à  la classe)

niveau 6 : Carnet de correspondance

niveau 7 : Changement de place

niveau 8 : Convocation à la fin du cours

niveau 9 : Coup de gueule

PASSER A L'ACTION EXTERNE

niveau 10 : Discussion avec les collègues

niveau 11 : Convocation chez le Responsable de niveau

niveau 12 : Retenue

niveau 13 : Convocation des parents

niveau 14 : Renvoi du cours


Bon courage à tous les néo titulaires en particulier !

Caroline Rousseau

similaire:

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconCe cours abordera les questions suivantes
«éloigner du mensonge» n'interdit pas seulement les mensonges verbaux qui causent une perte directe ou indirecte à notre prochain,...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconPremière partie Vous devez répondre de manière courte et précise à une série de 5 à 7 questions

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconLittérature russe
Dans ma table des questions philosophico-religieuses, je formule les perplexités accablantes qui nous guettent sur toute l’étendue...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconEmmanuel Kant
«ce qui constitue que la condition qui seule peut faire que quelque chose est une fin en soi, cela n’a pas seulement une valeur relative,...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconProposition sur le cheminement des personnes handicapées
«cheminement usuel» au sens de l’article 2 de l’arrêté du 1er août 2006. L’arrêté envisage cette notion de cheminement de manière...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconEtes-vous heureux dans tout ce que vous faites ?
«comment ça va ?» quand ça ne va pas tout à fait ou que le «Es-tu en paix ?» quand on ne l’est pas ! On peut répondre par un «oui...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconAu cours du xve siècle, L
«On en connaît plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une heure de conversation»

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconMatière d’examen = cours oral; ce qui n’a pas été évoqué du tout...
...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconCinq questions concernent les caractéristiques comportementales de...

D’une manière générale, j’essaie de ne pas répondre à des questions qui ne concernent pas le cours : je propose de venir à la fin de l’heure en discuter iconCours : Les anciens voire très anciens : éducation préscolaire Les...
«kindergarden», avec une pratique éducative mais pas scolaire, avec un taux de fréquentation d’environ 50% à 6 ans. Mais pourquoi...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com