Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010








télécharger 215.39 Kb.
titreInstruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010
page1/3
date de publication05.07.2017
taille215.39 Kb.
typeInstruction
l.21-bal.com > documents > Instruction
  1   2   3
PROJET
DU POLE D’ACTIVITES ET DE SOINS (PASA)

DEDIE AUX RESIDENTS DE L’EHPAD DU CENTRE HOSPITALIER DE SAINT AULAYE

Hôpital CHENARD

DECEMBRE 2011

Le projet a été élaboré en référence aux documents suivants:


  • Loi n° 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale.

  • Plan Alzheimer 2008-2012, notamment la mesure 16

  • Prise en soins du patient Alzheimer en institution Docteur Geneviève DEMOURES - Denise STRUBEL. 09/2009. Editions MASSON

  • Les bonnes pratiques de soins en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Direction générale de la santé. Direction générale de l’action sociale. Société française de gériatrie et gérontologie. Octobre 2007.

  • Recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM

  • La bientraitance : définitions et repères pour la mise en oeuvre. Juillet 2008.

  • Les attentes de la personne et le projet personnalisé. Janvier 2009

  • l’accompagnement des personnes atteintes d’une maladie d’Alzheimer ou apparentée en établissement médico-social ». Février 2009.

- HAS. Recommandations de bonne pratique. Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs. Mai 2009.

- Circulaire N° DGAS /DSS/DHOS/2009/195 du 06/07/09 relative à la mise œuvre du volet médico-social du plan « Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 » et notamment l’annexe 1.

  • HAS. Diagnostic et prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Mars 2008.

  • Instruction DGCS/DHOS du 07/01/10 et instruction DHOS du 23/02/2010

  • Circulaire interministérielle DGCS/5C/DSS/1A/2010/179 du 31/05/10 relative aux orientations de l’exercice 2010

  • Circulaire interministérielle DGCS/5C/DSS/1A/2011/160 du 29/04/11 relative aux orientations de l’exercice 2011


Par le groupe de travail composé de :


  • Madame THOMAS Nadine, directrice,

  • Monsieur le Docteur DUMONTET, médecin coordonnateur et Président de la CME

  • Monsieur TAVERNE Alain, Cadre supérieur de santé,

  • Mme FARGEOUT Laurence, Cadre de santé EHPAD

  • Monsieur SOURY, psychologue

  • Mme MOTARD Christine, AMP

  • Mme PAIREMAURE Cécilia, Aide Soignante et titulaire diplôme d’AMP




  1. Le projet ALZHEIMER de L’etablissement

Le projet de création d’une unité dédiée aux résidents atteints d’une maladie d’ALZHEIMER ou d’une maladie apparentée a été intégré au projet d’établissement depuis 2004. L’objectif principal était d’accompagner les personnes concernées dans un lieu individualisé lorsqu’elles ne peuvent plus être correctement suivies, pour des raisons de sécurité, d’états d’errance, de respect des droits des résidents non déments à vivre dans le calme, ainsi qu’en raison d’une nécessaire spécialisation de l’équipe.
Ce projet a été porté par toute une équipe  et un médecin coordonnateur gérontologue qui partage les valeurs affirmés dans le projet de soins depuis 2005 : 
- La personne âgée, quel que soit son état aux plans biologique, psychologique et social est unique au monde, un être humain à part entière, un être de communication.

- Prendre soin d’une personne âgée en gériatrie, c’est prendre en compte et répondre aux besoins d’un être bio psycho social qui a le droit de choisir son projet de vie et ainsi rester acteur du cours de sa vie.

- Prendre soin en gériatrie c’est donner du sens à nos actions, tant pour le résident et ses proches que pour le soignant, de façon à être dans le désir et le plaisir à recevoir et à donner des soins.

- L’organisation des soins doit être fondée sur les ressources physiques, psychiques, sociales culturelles et spirituelles de la personne âgée.

- Les objectifs de soins sont déterminés avec le résident, ses proches en collaboration directe avec l’équipe.

- L’analyse systémique des besoins et des attentes est réalisée à partir d’un recueil de donnée prenant en compte l’histoire de vie et les habitudes de vie
Et qui adhèrent aux fondamentaux de la bientraitance :
- Une culture du respect de la personne et de son histoire, de sa dignité et de sa singularité

- Une manière d’être des professionnels au-delà d’une série d’actes

- Une valorisation de l’expression des usagers

- Un aller-retour permanent entre penser et agir

- Une démarche continue d’adaptation à une situation donnée
Le projet de l’unité Alzheimer énonçait également et, déjà, une orientation de type PASA de l’EHPAD : «  au-delà de la prise en soins spécifique des personnes atteintes de maladie dAlzheimer au apparentée, il sagit également de créer des passerelles de type PASA (en référence au cahier des charges de la circulaire du 06/07/09) avec le reste de lEHPAD pour éviter un cloisonnement trop important de lunité dédiée. Lordonnancement des locaux répond également à cet objectif. »
L’unité a ouvert en avril 2010 avec une capacité de 18 lits ; le premier bilan est très satisfaisant : La qualité de l’accompagnement, la qualité de la formalisation et le professionnalisme développés au sein de l’unité dédiée sont en passe de devenir une référence pour améliorer la qualité des soins et la qualité de vie de l’ensemble des résidents de l’EHPAD; mais il apparaît aujourd’hui que la philosophie de prise en charge développée dans cette unité, qui commence à se répandre dans le reste de l’EHPAD, nécessite le développement d’activités sociales et thérapeutiques pour les personnes, qui ne relevant pas de l’unité dédiées présentent néanmoins des troubles du comportement modérés, et ce dans un périmètre adapté.
Ainsi dans le prolongement même du projet de l’unité d’Alzheimer, un projet de PASA s’est imposé dans l’établissement, à la demande même des équipes de l’EHPAD.
Certaines activités qui relèvent d’une prise en charge PASA sont déjà mises en place de façon disséminée dans l’établissement sur 3 pôles géographiques distincts : L’espace « Accueil et lieux de convivialité » situé dans le prolongement du hall d’entrée principal incluant le parcours de marche extérieur, la salle « Bontemps », salle polyvalente d’animation, et une salle de l’espace qui sera ensuite dédié au PASA : dite « Salle des confitures » ;

Certes, certaines de ces activités (la Gymnastique, les Ateliers mémoire), sont coordonnées par des professionnels formés, mais elles sont encore mal intégrées dans une prise en charge globale évaluée de la personne en lien avec tous les professionnels ; la plupart des autres activités sont le « fait » des 2 AMP de l’équipe d’animation qui n’arrivent pas à prendre en soins, pour un objectif thérapeutique ciblé, les personnes qui devraient être concernées en fonction d’une évaluation NPI.


    1. Les objectifs du projet « PASA » sont donc :




  • Mettre en place une prise en charge adaptée aux personnes « souffrant de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée, compliquée de symptômes psycho-comportementaux modérés qui altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents », qui seront ciblées après une évaluation complète parmi les résidents de l’EHPAD, à l’exclusion de ceux qui sont dans l’unité de type Alzheimer ; l’esprit du projet est que qu’un maximum de personnes, hormis les personnes en Gir 5 et 6, et celles déjà dans l’unité d’Alzheimer, puissent bénéficier d’une prise en charge ciblée sur des activités thérapeutiques adaptées à leur capacité et aussi longtemps que nécessaire ; il est donc misé sur la multiplicité et la variété des activités sur un cycle répétitif de 4 semaines. Les ateliers devront accueillir, suivant leur nature de 1 à 14 personnes maximum en même temps.

Amélioration globale mais personnalisée de la prise en charge au sein de l’EHPAD


  • Donner une orientation thérapeutique aux « activités » déjà mises en place et développer de nouveaux ateliers avec des objectifs plus ciblés faisant appel à des compétences spécifiques.



  • D’unifier un lieu PASA pour donner cohérence au projet et à la prise en charge



    1. Localisation et environnement


Il est fait le choix d’un secteur « calme », où les passages seront limités, facilement accessible à partir des lieux d’hébergement de l’EHPAD et qui, de préférence n’a pas été concerné par l’opération de restructuration de 2007-2009 ; l’entrée sera adaptée pour assurer la gestion des sorties vers l’extérieur du PASA et pour assurer la sécurité des personnes accueillies dans le PASA, sans créer des situations anxiogènes. L’espace pourra accueillir les familles, permettra les activités collectives et individuelle et disposera d’un espace repas avec office.



  1. Le projet « PASA » dans le projet global de l’établissement

Le projet de créer un espace PASA s’inscrit dans le projet global de l’EHPAD dont il est une composante qui s’articule avec les autres micros projets :


  • La finalisation de la restructuration de l’EHPAD avec notamment l’identification des espaces

  • L’optimisation du fonctionnement du secteur « Alzheimer » : meilleure réponse aux demandes d’admission, en termes de volume et en termes de qualité de prise en soins.

  • La réappropriation et la mise en valeur des espaces extérieurs de l’établissement, le positionnement d’accès pertinents et sécurisés pour les différents secteurs.



Le projet de PASA redistribue et équilibre la capacité de chacun des secteurs EHPAD.

2-1 La finalisation de la restructuration de l’EHPAD avec notamment l’identification optimale des espaces
Une partie centrale de l’établissement, dite la « rotonde » distribuant les accès aux nouveaux secteurs identifiés de l’EHPAD, dont notamment le secteur « Alzheimer », n’a pas été restructurée ; elle abrite 2 chambres à deux lits et deux chambres seules qui ne sont plus adaptées aux nouvelles exigences de confort (manque de douche), un office relais et une salle d’activité ; le cadre est sombre, sans ouverture suffisante sur l’extérieur, la conception architecturale est anguleuse, le tout offrant un cadre de vie moyennement agréable.
Deux chambres doubles du bâtiment « Chenard » qui auraient du être incluses dans le secteur Alzheimer, ont été artificiellement rattachées à ce secteur de la « rotonde » pour limiter les coûts de fonctionnement de l’unité Alzheimer (déficit de crédits de fonctionnement dans le cadre de la convergence tarifaire appliquée à l’établissement à l’ouverture de l’unité Alzheimer malgré son inscription en terme de financement dans la primo convention de 2005).

De fait la restructuration n’est pas finalisée et les secteurs sont mal identifiés.

La résolution de ces problèmes a présidé le choix de l’implantation du PASA qui s’est donc naturellement imposé sur le secteur de cette rotonde avec les redistributions suivantes :



    • L’implantation du PASA « supprime », sur le secteur « Hébergement classique » :

2 Chambres individuelles

1 lit dans une chambre double qui devient individuelle (réhabilitée à cette occasion)


    • Il fait basculer 2 chambres doubles et une chambre individuelle dans le secteur Alzheimer « Chenard », espace d’hébergement qui devait logiquement faire partie de ce secteur dans le projet de restructuration.




    • Les 3 chambres supprimées par l’implantation du PASA sont recrées au deuxième étage de l’unité Chenard où est disponible une zone non exploitée et prête à être reconvertie en chambres.



L’implantation du PASA répond également au besoin d’optimiser le fonctionnement du secteur Alzheimer.


2-2 L’optimisation du fonctionnement du secteur « Alzheimer » 
Actuellement l’unité est distribuée sur 2 niveaux mais seul le premier est le véritable lieu de vie, le deuxième ne servant que de lieu de sommeil (pour 9 des 18 lits actuels) ; ce fonctionnement induit des déplacements importants et laisse le deuxième étage « sans vie » avec en plus des espaces « vacants » qu’il serait important d’optimiser puisqu’ils sont déjà desservis par tous les réseaux et équipés de tous les dispositifs de sécurité nécessaires.
De part l’implantation du PASA, l’unité Chenard augmenterait sa capacité de 8 lits :

  • 5 lits au RDC

  • 3 lits à l’étage.


Ce seuil permettrait de mettre en place 2 unités de 12 et 14 lits, avec une organisation rationnelle (chacune des 2 unités ayant son propre lieu de vie), une optimisation du personnel (les agents restent sur leur secteur, limitent les déplacements et se consacrent entièrement aux résidents dont ils ont la responsabilité, dans une ambiance CANTOU)
Le seuil de 12 résidents correspond :

-à une prise en charge de qualité :
Conformément aux prescriptions de Mr J.M VETEL, détaillées dans ses écrits sur la «  Conception architecturale des structures d’accueil des patients atteints de la maladie d’ALZHEIMER» :

« L’unité elle-même est de petite taille, ce qui constitue un groupe non anxiogène ; ces petites unités facilitent les relations amicales et la socialisation parmi les patients : elles renforcent le sentiment d’appartenance à un groupe, des contacts s’établissent avec toujours les mêmes personnes à chaque moment de la journée et chaque jour»,
-à une prise en charge optimisée en termes de coûts :

Actuellement les postes soignants de l’unité d’Alzheimer (18 résidents) sont tous les jours de :

3 Postes de matin de 7.50Hs

3 Postes de soir de 7.50Hs

0.5 Poste de nuit (poste partagé avec reste de l’EHPAD dont la couverture est de 2 postes AS et 0.5 IDE)

En ajoutant 1 Poste matin et 1 poste soir on pourrait obtenir un binôme permanent de 2 agents pour prendre en soins respectivement 12 et 14 résidents, soit un cout personnel au résident inférieur à la configuration actuelle (6 postes de jour pour 18 résidents = 0.33 par résident et 8 postes de jour pour 26 résidents = 0.31 par résident).

La couverture de nuit peut rester identique.

Sachant que le secteur de la rotonde, diminué de 8 lits, peut supporter la réduction de 1 poste matin, le surcoût global pour l’établissement n’est que d’un poste jour de 7.50Hs pour faire fonctionner deux secteurs Alzheimer au lieu d’un seul.

2-3 La réappropriation et la mise en valeur des espaces extérieurs de l’établissement

L’unité Alzheimer ouverte en Avril 2010, n’est actuellement accessible que par l’intérieur ou par l’escalier extérieur sud ; son entrée principale intérieure traverse donc ce qui va devenir la zone du PASA. Sa sortie de secours (sur la façade avant de l’établissement-le long de la RD5 qui est actuellement en travaux d’aménagement-)doit donc être repensée pour devenir l’entrée principale : un programme « Travaux d’aménagement de l’entrée de l’unité Alzheimer» doit être impérativement fait de manière concomitante à l’installation du PASA ; il sera profité de ces travaux extérieurs pour aménager et sécuriser les cheminements publics à partir des aires de stationnement ainsi que pour positionner un espace extérieur sécurisé complémentaire pour les résidents de l’unité Chenard (Alzheimer).
L’ensemble de ces aménagements achèvera la restructuration complète de l’établissement : la finalisation d’un fonctionnement intérieur cohérent, la finalisation de l’identification de tous les accès avec des cheminements et des espaces extérieurs adaptés aux visiteurs, aux résidents et patients.



  1. LA POPULATION CIBLEE :


« Résident souffrant de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée, compliquée de symptômes psycho-comportementaux modérés qui altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents »
Le secteur EHPAD de l’établissement héberge 44% des résidents pour lesquels le diagnostic de démence a été posé. (Pathos juin 2009)

La classification PATHOS de juin 2009 dénombre 15 des résidents déments du groupe GPP 6 comme étant susceptibles d’être perturbateurs. Les 15 résidents dénombrés représentent 17% de l’effectif des résidents présents au moment de l’étude (effectif réduit à 93 résidents présents en raison des travaux de restructuration).
Une évaluation effectuée en novembre 2009 par le médecin coordonnateur et l’équipe EHPAD identifie 22% de résidents présentant des troubles psycho comportementaux modérés à sévères qui « altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents »
Les résidents concernés, parmi les 103 résidents de l’EHPAD, hormis les 18 qui sont actuellement dans l’unité sécurisée, seront ceux dont l’évaluation réalisée à partir des grilles NPI, et en cas d’agitation, les résultats de l’échelle d’agitation de Cohen-Mansfield seront conformes aux critères ci-après.

Sont éligibles à un PASA les résidents :

  • Ayant une maladie d'Alzheimer ou maladie apparenté (critères DSM IV ou NINCDS-ADRDA)

  • Et des troubles du comportement modérés mesurés par un score strictement supérieur à 3, à au moins un des items de l’échelle NPI-ES (inventaire neuropsychiatrique-version équipe soignante).

  • Et des troubles du comportement qui :

o   altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et des autres résidents,

o   et dont l’ampleur est mesurée par l’échelle de retentissement du NPI-ES entre 2 et 4,

o   et qui interviennent selon une fréquence d’au moins une fois par semaine lors du mois précédent.

  • Et n’ayant pas de syndrome confusionnel (défini par la Haute autorité de santé - HAS : « Confusion aiguë chez la personne âgée : prise en charge initiale de l’agitation » - Mai 2009)

  • Et mobiles, c'est-à-dire capables de se déplacer seul, y compris en fauteuil roulant.

  • Et ne remplissant pas les critères d’admissibilité en "Unitée Alzheimer" de l'EHPAD.


L'EHPAD dispose d'une file active d’au moins 20 patients éligibles parmi les résidents hébergés.


  1   2   3

similaire:

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconInstruction n°dgs/SD2C/dhos/P2/2007/180 du 2 mai 2007 relative à...

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 icon'instruction n°dgcs/SD3B/dgos/sdr4/cnsa/2014/221
«repérage, diagnostic et interventions précoces» en s’appuyant sur les éléments du pré-diagnostic départemental présenté lors de...

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconL’instruction ou l’information est la phase de la procédure pendant...

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconInstruction. 2

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconInstruction n

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconInstruction finale

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconInstruction dgs/corruss n

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconInstruction financière page 8

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconL’instruction des demandes

Instruction dgcs/dhos du 07/01/10 et instruction dhos du 23/02/2010 iconL’instruction et le fonctionnement de l’apa








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com