Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques








télécharger 0.57 Mb.
titrePolitique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques
page1/11
date de publication07.06.2017
taille0.57 Mb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11


André-Louis SANGUIN

Géographe, Université du Québec à Chicoutimi
(1977)

La géographie
politique

Un document produit en version numérique par Réjeanne Toussaint, ouvrière
bénévole, Chomedey, Ville Laval, Québec

Page web. Courriel: rtoussaint@aei.ca
Dans le cadre de la collection: "Les classiques des sciences sociales"

Site web: http://www.uqac.ca/Classiques_des_sciences_sociales/
Une collection développée en collaboration avec la Bibliothèque

Paul-Émile-Boulet de l'Université du Québec à Chicoutimi

Site web: http://bibliotheque.uqac.uquebec.ca/index.htm




Politique d'utilisation
de la bibliothèque des Classiques



Toute reproduction et rediffusion de nos fichiers est interdite, même avec la mention de leur provenance, sans l’autorisation formelle, écrite, du fondateur des Classiques des sciences sociales, Jean-Marie Tremblay, sociologue.
Les fichiers des Classiques des sciences sociales ne peuvent sans autorisation formelle:
- être hébergés (en fichier ou page web, en totalité ou en partie) sur un serveur autre que celui des Classiques.

- servir de base de travail à un autre fichier modifié ensuite par tout autre moyen (couleur, police, mise en page, extraits, support, etc...),
Les fichiers (.html, .doc, .pdf, .rtf, .jpg, .gif) disponibles sur le site Les Classiques des sciences sociales sont la propriété des Classiques des sciences sociales, un organisme à but non lucratif composé exclusivement de bénévoles.
Ils sont disponibles pour une utilisation intellectuelle et personnelle et, en aucun cas, commerciale. Toute utilisation à des fins commerciales des fichiers sur ce site est strictement interdite et toute rediffusion est également strictement interdite.
L'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission.
Jean-Marie Tremblay, sociologue

Fondateur et Président-directeur général,

LES CLASSIQUES DES SCIENCES SOCIALES.

Cette édition électronique a été réalisée par Réjeanne Toussaint, bénévole,

Courriel: rtoussaint@aei.ca
à partir de :

André-Louis Sanguin,
La géographie politique.
Paris : Les Presses universitaires de France, 1re édition, 1977, 183 pp. Collection : Le géographe.

M André-Louis Sanguin nous a accordé le 29 avril 2012 son autorisation de diffuser électroniquement toutes ses publications, en accès libre, dans Les Classiques des sciences sociales.
Courriel : André-Louis Sanguin : al.sanguin@orange.fr


Polices de caractères utilisée : Times New Roman, 14 points.
Édition électronique réalisée avec le traitement de textes Microsoft Word 2008 pour Macintosh.
Mise en page sur papier format : LETTRE US, 8.5’’ x 11’’.
Édition numérique réalisée le 14 août 2014 à Chicoutimi, Ville de Saguenay, Québec.

André-Louis SANGUIN

Géographe, Université du Québec à Chicoutimi
La géographie politique

Paris : Les Presses universitaires de France, 1re édition, 1977, 183 pp. Collection : Le géographe.

[5]
LA GÉOGRAPHIE POLITIQUE
Sommaire
Quatrième de couverture

Introduction [7]
Première partie

LA GÉOGRAPHIE ET L'ÉTAT [13]
Chapitre I. — Le territoire politique [15]
1. La morphométrie territoriale [17]

2. Position et localisation [27]

3. Les habitants du territoire [38]

4. Territorialité et sentiment d'appartenance [46]

Chapitre II. — L'État national [54]
1. Nation et État [55]

2. Minorités nationales et sous-nations [64]

3. Noyau central et capitale [71]

4. Les catégories d'États [77]
Deuxième partie

POLITIQUE PUBLIQUE ET GÉOGRAPHIE [85]
Chapitre I. — L'organisation locale et régionale... [89]
1. Les politiques d'État [90]

2. Les services publics [95]

3. Les subdivisions administratives de l'État [104]

4. Le gouvernement municipal et métropolitain [113]
Chapitre II. — Le comportement électoral [122]
1. Élections et géographie [123]

2. Le territoire électoral [127]

3. Les variables spatiales du vote [130]

Troisième partie

GÉOGRAPHIE ET AFFAIRES INTERNATIONALES [137]

Chapitre I. — L'espace aquatique, aérien et cosmique [139]
1. Géographie politique et droit de la mer [139]

2. L'accès maritime des États encerclés [148]

3. Fleuves internationaux et bassins hydrographiques partagés [154]

4. L'espace aérien et extra-atmosphérique [161]

Chapitre II. — Le système international [165]
1. Décadence du colonialisme et résurgence du nationalisme [166]

2. Supranationalisme et organisations internationales [170]

3. Nouveaux systèmes multinationaux [172]
Conclusion [177]
Orientation bibliographique [181]

LA GÉOGRAPHIE POLITIQUE
Quatrième de couverture

Retour au sommaire

La géographie politique peut être définie comme l'analyse des conséquences spatiales du processus politique. A une époque où la planification et la qualité du milieu ont largement remplacé le laissez-faire dans la tentative pour diriger le changement environnemental, la géographie politique occupe un terrain très significatif à cause de ses liens avec la nature des espaces politiques et le fonctionnement des organisations politiques.

En France, cette branche de la géographie humaine demeure malheureusement un thème délaissé. L'auteur propose une synthèse sur le sujet, se fondant, d'une part, sur ses travaux personnels menés en Europe et en Amérique du Nord et, d'autre part, sur l'abondante littérature anglo-saxonne consacrée à ce thème.

L'ouvrage proposé ici cherche à fournir au lecteur un sens du but, du domaine d'étude et de la structure conceptuelle de la géographie politique contemporaine. Un effort d'équilibre a été recherché pour traduire le plus concrètement possible les approches et les lignes d'investigation de cette discipline réformée et rénovée.

A.-L. Sanguin est professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi.

[7]


LA GÉOGRAPHIE POLITIQUE
INTRODUCTION

Retour au sommaire

La géographie politique est une enfant légitime de la géographie humaine. L'une et l'autre s'attardent sur le jeu des facteurs physiques et humains, sur l'interaction entre la terre et l'homme. L'une et l'autre cherchent à découvrir et à expliquer les diverses symbioses de la nature et de la société.

La géographie politique, branche spécifique parmi les sciences géographiques, est concernée plus particulièrement par les relations entre les facteurs géographiques et les entités politiques. Lorsque l'organisation humaine de l'espace et les influences historico-culturelles sont reliées aux constructions politiques, nous sommes au cœur de la géographie politique. Alors que la géographie physique travaille sur les régions dites naturelles, le champ d'étude de la géographie politique se concentre, en premier lieu, sur les États et les Nations. Le but de la géographie politique est de déterminer comment les organisations politiques sont ajustées aux conditions physiographiques et comment ces facteurs affectent les relations internationales. Étant donné que tous les paysages politiques ont une origine humaine, ils sont, en conséquence, sujets à de perpétuelles fluctuations. Les réalités politico-géographiques d'aujourd'hui peuvent facilement devenir les mythes de demain ; le contraire est également vrai. Lorsque l'on examine les relations changeantes entre le territoire et le peuple, soit dans un État, soit entre les États, le géographe est confronté à des structures surimposées parce que de source humaine. C'est pourquoi l'analyse et l'évaluation des problèmes de géographie politique ne font pas partie du domaine des sciences naturelles.

[8]

Dans la hiérarchie des espaces politiquement organisés, l'État occupe indiscutablement une position privilégiée et de grande signification pratique. Toutefois, contrairement à une certaine époque où la géographie politique mettait uniquement l'accent sur l'État, on ne doit pas perdre de vue, aujourd'hui, le niveau supranational et le niveau infra-national. Quel que soit l'espace politique envisagé, il est, dans tous les cas, clairement défini. Tout territoire politique a des frontières ; on peut mesurer facilement sa superficie, sa population et ses ressources. Toute surface politique est aussi le résultat d'une décision humaine ou d'une suite de décisions. La plupart des espaces politiquement organisés s'inscrivent dans une perspective pyramidale. Au bas de la pyramide, on retrouve des unités comme la circonscription électorale, le gouvernement municipal ou encore le parc national. Au milieu de la pyramide, se rencontrent des espaces politiques de niveau intermédiaire comme le département français, le land allemand, l’oblast soviétique ou le state étatsunien. Au sommet de la pyramide, se localise l'État national, et au-dessus de lui, l'organisation internationale, soit de type militaire comme l’otan, soit économique comme le Marché commun, soit encore culturel comme le Commonwealth ou, à la limite, mondialiste comme l’onu. À tous les niveaux, le citoyen est directement ou indirectement concerné dans sa vie quotidienne et dans son bien-être individuel.

La géographie politique n'est pas une discipline récente. Elle fut fondée par Ratzel en 1897 et elle a enthousiasmé, dans le passé, certains des géographes universitaires les plus renommés. Elle a contribué, d'une façon notable, à l'émergence d'une pensée réellement scientifique en géographie. Bien que les études qu'elle a suscitées soient extrêmement nombreuses 1, la géographie politique n'a jamais été un centre d'intérêt majeur parmi les géographes francophones [9] et ceux-ci, après 1945, l'ont carrément ignorée. La raison essentielle expliquant cette situation est due au fait que le concept de géographie politique a trop longtemps été confondu avec celui de geopolitik. Cela soulève des problèmes considérables aussi bien dans la dimension historique que théorique. Les conséquences et les traumatismes laissés par la geopolitik nazie ont découragé bon nombre de géographes. La geopolitik était une pseudo-science mettant la géographie au service de la politique et de la conquête territoriale ; elle disparut lamentablement dans l'holocauste hitlérien.

Malgré son nom, la géographie politique n'est pas une géographie politisée. Beaucoup de géographes ont ressenti, depuis 1945, le besoin de rétablir la réputation de cette discipline après les dommages subis par la forme aberrante de la geopolitik. Les géographes anglo-saxons, les premiers, ont substitué à cette mauvaise géopolitique une approche plus circonspecte des problèmes territoriaux de l'organisation politique. Ceci explique pourquoi, depuis une vingtaine d'années, la géographie politique connaît un renouveau, une évolution et une ampleur insoupçonnés 2. Une approche plus théorique, des formulations d'hypothèses plus rigoureuses, des analyses plus comparatives, un corps conceptuel plus structuré donnent désormais à la géographie politique l'image d'une discipline académique respectée et enrichissante.

La géographie est ordinairement définie comme la science concernée par l'identification, l'analyse et l'interprétation des distributions et associations spatiales de phénomènes à la surface du globe. Comme telle, la différenciation du phénomène politique d'un lieu à l'autre est l'essence même de la géographie politique. L'espace politique est multidimensionnel. Il est horizontal lorsque l'on considère la forme, la taille, la position et les ressources d'une unité politique. [10] Il est vertical lorsque l'on considère le jeu des objectifs politiques, des lois, du découpage administratif, des buts culturels sur le plan horizontal. L'espace politique a aussi une troisième dimension, le temps, laquelle implique l'interaction des dimensions verticale et horizontale dans une période donnée. Ces trois dimensions ne sont pas absolues parce que la sélection des critères pour leur mesure et leur interprétation est subjective.

La géographie politique apparaît donc comme l'analyse des conséquences spatiales du processus politique. Cette définition est suffisamment large pour inclure la nature plurale de cette discipline et pour l'insérer dans le courant principal de la théorie et de la recherche contemporaines en sciences sociales. Les processus politiques se déroulent dans l'espace et ont, par conséquent, des cadres de distribution. Il en découle des champs d'activité que l'on peut nommer espaces politiques. Aujourd'hui, alors que la planification gouvernementale a largement remplacé l'approche du laisser-faire dans la tentative pour diriger le changement environnemental, l'organisation politique et l'administration publique doivent être acceptés comme les processus culturels les plus autorisés. La géographie politique, à cause de ses liens directs avec la nature des espaces politiques et le fonctionnement des organisations politiques, occupe dès lors un terrain très significatif. L'intérêt grandissant pour les études politico-géographiques reflète cette signification contemporaine et permet d'examiner les moyens par lesquels le processus politique influence le développement de la société humaine.

La faiblesse passée de la géographie politique ne résidait pas tant dans ses techniques d'analyse (même si elles étaient imparfaites) que dans un manque de compréhension de sa propre substance, c'est-à-dire une incapacité à déterminer ses principes essentiels. La géographie politique apparaît maintenant comme l'une des branches renaissantes les plus passionnantes de la science géographique parce qu'elle a raffiné ses méthodes et concepts, approfondi son érudition [11] et parce qu'elle peut apporter une contribution utile à la connaissance des dilemmes majeurs qui divisent le monde. Partie d'une approche descriptive statique exclusivement consacrée aux territoires d'État, elle s'intéresse beaucoup plus aujourd'hui aux implications spatiales des processus politiques à tous les niveaux d'organisation. De cette façon, l'on aboutit à une dimension dynamique où l'espace politique n'est plus considéré comme une structure rigide mais comme un kaléidoscope où évolue l'activité politique. L'espace politique, à tous les paliers de l'organisation sociétale, demeure l'une des préoccupations majeures de la géographie politique.

L'ouvrage de Gottmann, paru en 1952, fut l'une des recherches qui contribuèrent, en leur temps, à réformer et purifier la géographie politique tout en l'infléchissant vers une dimension plus scientifique 3. Toutefois, aucune contribution notable en langue française n'a été publiée depuis cette époque. Le livre que nous proposons ici a plusieurs finalités. D'abord, il cherche à fournir au lecteur un sens du but, du champ d'étude et de la structure conceptuelle de la géographie politique contemporaine. Deuxièmement, il essaie de replacer la géographie politique dans le contexte de la géographie considérée comme un tout au sein du vaste domaine des sciences sociales. Troisièmement, un effort d'équilibre a été recherché pour traduire le plus concrètement possible les approches et les lignes d'investigation de la géographie politique moderne. Enfin, alors que la géographie politique demeure, en France, un thème délaissé, l'ouvrage propose une synthèse actualisée sur le sujet se fondant, d'une part, sur nos travaux personnels menés dans cette discipline tant en Amérique du Nord qu'en Europe et, d'autre part, sur l'abondante littérature anglo-saxonne consacrée à ce thème.

L'organisation du volume reflète ces différentes préoccupations. [12] La relation politique-espace est considérée comme un triptyque. Le premier volet expose les rapports entre la géographie et l'État, c'est-à-dire les problèmes de l'État vis-à-vis de sa morphologie interne. Le deuxième volet analyse les rapports entre la politique publique et la géographie, c'est-à-dire les liens entre l'État et ses propres effets spatiaux. Enfin, le troisième volet examine les rapports entre la géographie et les affaires internationales, c'est-à-dire la projection de l'État dans une perspective externe. En définitive, quels que puissent être les problèmes étudiés, la dimension spatiale demeure l'ingrédient vital de toute analyse en géographie politique.

[13]

LA GÉOGRAPHIE POLITIQUE
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d’utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques
«classique» du marché du travail dans la Théorie générale : hérésie et orthodoxie

Politique d\Politique d'utilisation de la bibliothèque des Classiques
«La Philosophie dans le monde actuel», Faculté de philosophie, Université Laval, ainsi que des organismes de recherche et de diffusion...

Politique d\I. Le cadre législatif du pouvoir d’exemption du crtc et la politique...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com