La course aux armements








télécharger 99.98 Kb.
titreLa course aux armements
page3/4
date de publication12.08.2018
taille99.98 Kb.
typeCours
l.21-bal.com > droit > Cours
1   2   3   4

Coexistence pacifique et nouvelles crises (1953-1962)
En mars 1953, Staline meurt. Il est remplacé par Nikita Khrouchtchev, qui condamne les crimes de Staline et permet la coexistence pacifique (1956) : les deux blocs ne s’affrontent plus qu’idéologiquement.
Bien qu’officiellement les deux puissances ne se soient jamais affrontées directement, il semble que plus d’une centaine d’avions espions américains aient été abattus lors de survols de l’espace aérien soviétique. Dès 1950, un PB4Y Privateer est abattu par la chasse soviétique. À partir de 1956, les Américains utilisent des U2 volant à plus de 20 000 mètres d’altitude. Mais, en mai 1960, l’un d’eux est abattu et son pilote, Francis Gary Powers, est emprisonné à la suite d’un procès très médiatisé. Les Américains créeront alors une lignée d’avions espions de plus en plus perfectionnés, avant de développer un programme de satellites de surveillance.
Durant cette période, il y a un dialogue plus ouvert entre les dirigeants des deux blocs. Khrouchtchev rencontre Eisenhower en 1956 au Royaume-Uni, en 1959 aux États-Unis, en 1960 en France et Kennedy en 1961 à Vienne[20]. En effet, le jeune démocrate John F. Kennedy a gagné les élections de 1960. Il préfère une coexistence pacifique avec l’URSS, mais veut en même temps empêcher le communisme de se répandre dans le Tiers-Monde. Il créé donc « l’Alliance pour le Progrès » pour aider l’Amérique latine, il accroît l’aide américaine au Congo-Kinshasa, il envoie des « conseillers militaires » au Laos et au Viêt Nam.

L’insurrection de Budapest (1956)

23 octobre 1956, Budapest, début de l’insurrection. Le bloc soviétique vit une importante crise cristallisée par la révolte hongroise à Budapest, laquelle mène à une répression soviétique au moment des Jeux Olympiques d’été de 1956.
La crise de Suez (1956)

Cette crise ne fait pas partie de la guerre froide au sens strict du terme, puisqu’elle n’est pas un conflit opposant de manière directe les États-Unis et l’URSS. Certains voient toutefois dans cette crise la fin des actions autonomes des deux blocs et l’intègrent donc à la guerre froide.
En 1956, le monde assiste à une guerre entre l’Égypte d’une part, la France, le Royaume-Uni et Israël d’autre part. La France et le Royaume-Uni subissent les pressions des deux superpuissances, lesquelles n’apprécient pas de ne pas avoir été mis au courant de l’opération autour du canal de Suez. L’URSS menace d’utiliser l’arme atomique, car elle y voit une guerre coloniale. Dans ce dossier, les deux grandes puissances adoptent la même position.
La deuxième crise de Berlin (1961)

Rencontre de Kennedy et Khrouchtchev à Vienne, 1961Entre 1949 et 1961, 2.6 millions d’Allemands de l’Est transitèrent par Berlin pour passer en RFA. Cette hémorragie démographique était un désastre économique pour la RDA, car c’étaient surtout des ingénieurs, des médecins et des ouvriers spécialisés qui commirent le « délit de fuite » (Republikflucht). En même temps, elle était une catastrophe politique en ce qu’elle portait atteinte à l’image de marque officielle de la RDA.


Le Mur de Berlin est l’un des symboles majeurs de la guerre froide. En juin 1961, Kennedy et Khrouchtchev se rencontrent a Vienne. Khrouchtchev annonce qu'il va signer un traité de paix avec l'Allemagne de l'Est, ce qui priverait les États-Unis de leur accès à Berlin-Ouest. Kennedy juge la situation inacceptable et la conférence ne mène a rien. Khrouchtchev envoie son armée devant Berlin-Ouest. Kennedy riposte en étalant les chars américains devant les forces soviétiques et en augmentant le budget militaire américain. Khrouchtchev recule son armée sous la pression.
Le 13 août 1961, la construction du mur de Berlin entre le secteur soviétique et les trois secteurs occidentaux met fin à ce « débauchage systématique de citoyens de la République démocratique allemande ». [22] Mais, étant donné que les autorités est-allemandes et soviétiques ne firent aucune tentative pour bloquer les voies de communication entre la RFA et Berlin-Ouest et que, par ailleurs, Khrouchtchev ne mit pas en question le statut quadripartite de la ville, la réaction des Occidentaux se limita à des protestations verbales et à des gestes symboliques : la visite à Berlin-Ouest du général Lucius D. Clay, l’organisateur du pont aérien, et le renforcement de la garnison américaine par 1500 hommes. En effet, aux yeux des Occidentaux, la construction du Mur ne constituait qu’une agression à l’égard des Allemands de l’Est et ne menaçait pas les three essentials (c’est-à-dire les intérêts essentiels) du bloc de l’Ouest. [


La crise des missiles cubains (1962)

Photographie aérienne des missiles nucléaires soviétiques installés à CubaLa crise des missiles cubains mit plus nettement en évidence la menace d’une guerre nucléaire. En janvier 1959, les guérilleros de Fidel Castro avaient renversé le dictateur Fulgencio Batista, soutenu par les États-Unis. Le nouveau régime prit une série de mesures qui lui valurent l’hostilité croissante de Washington : en 1959, démantèlement des latifundia ; signature d’un accord commercial avec l’URSS en mai 1960, après la réduction des achats de sucre cubain par les États-Unis ; en juin et juillet, confiscation des entreprises nord-américaines, qui contrôlaient, outre la totalité des raffineries de pétrole, 40 % de l’industrie sucrière, 80 % du tabac et 90 % des mines.
À titre de représailles, le gouvernement américain, soumis à la pression des milieux d’affaires, met en place un embargo économique de l’île en octobre 1960 et, le 2 janvier 1961, il rompt les relations diplomatiques avec La Havane. En même temps, la CIA recrutait des « forces anticastristes » parmi les réfugiés cubains. Au début du mois d’avril, Kennedy donna son accord à un projet d’invasion de l’île, tout en refusant d’engager des troupes américaines et en limitant les effectifs à 1 200 Cubains. Le débarquement, qui eut lieu le 17 avril 1961 dans la Baie des Cochons, fut un désastre. Kennedy se déclare seul responsable, mais, en privé, accuse la CIA de lui avoir menti et de l'avoir manipulé. Le président se brouille avec l'agence. Il déclare a ses conseillers: " Je vais tailler la CIA en pièces et en répandre les lambeaux à tous les vents." La CIA œuvre désormais clandestinement contre Castro, en collaborant avec la Mafia, ce qui frustra Kennedy.
En juillet 1961, Cuba signifie son appartenance au « bloc socialiste ». Le 4 septembre 1962, le pays conclut un accord d’assistance militaire avec l’URSS et, une semaine plus tard, Moscou déclare que toute attaque contre Cuba provoquerait une riposte nucléaire. Le Congrès américain pour sa part vote le 3 octobre une résolution qui met en demeure contre toute « action subversive dans l’hémisphère occidental ». Kennedy interdit cependant l’opération Northwoods mise au point et proposée par l’état-major, laquelle prévoyait d’orchestrer une série d’attentats contre les États-Unis, puis d’en accuser Cuba afin de mobiliser l’opinion publique contre Castro.
Le 14 octobre 1962, un avion américain U2 photographie sur l’île de Cuba des rampes de lancement pour missiles nucléaires à moyenne portée (IRBM et MRBM), capables d’atteindre le territoire américain. En même temps, la Maison Blanche apprend que 24 cargos soviétiques transportant des fusées et des bombardiers Iliouchine font route vers Cuba (opération Anadyr).
Dans la journée du 22, Kennedy, après avoir hésité entre l’inaction et le bombardement des rampes de lancement, se décide pour le blocus maritime de l’île. Cette « riposte graduée », proportionnée à la menace, laisse à Khrouchtchev le choix entre l’escalade ou la négociation. Mais Kennedy utilise la plus grande fermeté, afin de forcer Khrouchtchev à reculer. Le 24 octobre, les premiers cargos soviétiques font demi-tour. Ajoutons toutefois que Moscou ne peut contacter immédiatement les sous-marins armés de torpilles à tête nucléaire (opération Kama) qui accompagnent le convoi avec mission de le protéger (fait qui ne sera révélé qu’en 2001). Entre-temps, un arrangement permettant à Khrouchtchev de sauver la face est négocié en coulisse entre émissaires officieux. Le 26 et le 27 octobre, dans deux messages, le Kremlin propose le retrait des armes offensives ; en contrepartie, les Américains devraient s’engager à ne pas renverser le régime cubain et à retirer les fusées Jupiter installées en Turquie, et pointées vers l’URSS. Le 28 octobre, Kennedy accepte ce compromis in extremis. Il demande toutefois de cacher le fait que les États-Unis retiraient leurs missiles de Turquie. Khrouchtchev accepta, et il crut avoir gagné la partie. Or, il avait été dupé. Kennedy avait décidé de retirer les missiles de Turquie bien avant la crise. De plus, la reculade de Khrouchtchev l'a humilié devant Castro, Mao Zedong et les autres chefs communistes. C'est décidement Kennedy qui a gagné la partie, en plus il voit sa popularité et son prestige mondial monter en flèche.
Le dénouement de la crise fut un succès politique pour les États-Unis, quoiqu’ils doivent tolérer un pays communiste à l’intérieur de leur « périmètre de défense ». D’autre part, cette « diplomatie au bord du gouffre » avait effrayé « jusqu’aux plus hauts décideurs, au point de les rappeler à un comportement rationnel. » [26] L’installation d’un téléphone rouge, ligne directe entre Moscou et Washington, et l’ouverture de négociations sur la limitation des armements concrétisèrent ce retour à la rationalité. Kennedy, devenu encore plus populaire, change la politique de son pays vers un plan un peu plus pacifique. Mais il n'a pas le temps de mettre en place toutes ses idées: le 22 novembre 1963, en voyage à Dallas, Texas, Kennedy parade dans les rues de la ville en limousine décapotable. Lors du défilé, Kennedy est assassiné en pleine gloire par un tireur d'élite embusqué, et ce devant les yeux horrifiés de la foule. Khrouchtchev, quant à lui, sort très affaibli de la crise. En 1964, il fut remplacé par Brejnev.

La « Détente » (1963 - 1974)
Les accords nucléaires

Malgré ses accords, le stock d'armement nucléaire des deux grands est resté trés importantAu lendemain de la crise des missiles cubains, qui a failli plonger le monde dans une Troisième Guerre mondiale, les États-Unis et l’URSS décident de se rapprocher pour maîtriser, dans un esprit de transparence, un équilibre désormais fondé sur une « destruction mutuelle assurée » (MAD en anglais).
Dès juin 1963, un « téléphone rouge », liaison permanente par télétype entre le Kremlin et la Maison Blanche, leur permet de se concerter immédiatement et d’éviter ainsi une diplomatie « au bord du gouffre ».
En août 1963, ils signent le traité de Moscou, qui interdit les essais nucléaires atmosphériques et sous-marins.
L'assassinat de John F. Kennedy à Dallas le 22 novembre 1963 bouleverse la planète, partout les gens pleurent ce jeune président, l'URSS y comprise. Le successeur de Kennedy, Lyndon Johnson, s'engage à poursuivre la détente. Johnson va malheureusement engager son pays dans la guerre du Vietnam.
En janvier 1968, par le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), issu d’un projet conjoint américano-soviétique présenté à la Commission du désarmement à Genève, ils s’engagent, ensemble avec le Royaume-Uni, à ne transférer ni armes ni technologie nucléaires aux ENDAN (États non dotés d’armes nucléaires).
En mai 1972, les accords SALT 1 (Strategic Armements Limitation Talks), signés par Nixon et Brejnev, limitent les armements défensifs anti-missiles (ABM) à deux sites pour chacun des deux pays et gèlent pour une durée de cinq ans les armes nucléaires offensives, c’est-à-dire les rampes de lancement fixes pour missiles intercontinentaux (ICBM) et les missiles installés sur sous-marins (SLBM).
En juin 1979, Carter et Brejnev signent les accords SALT II, négociés depuis 1974 dans le prolongement de SALT 1. Ces accords prévoient un gel des lanceurs à ogives multiples (MIRV) et un contrôle réciproque des armes nucléaires. Ils ne furent pas ratifiés par le Sénat américain en raison de l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique, les deux parties déclarant toutefois qu’elles en respecteraient les clauses.
Les mobiles de ce rapprochement sont multiples. Il y a d’abord à l’évidence la volonté de se dégager d’une course aux armements de plus en plus coûteuse, et absurde en raison de la « capacité de surextermination » (overkill) des arsenaux nucléaires ; par ailleurs, l’URSS est contestée par la République populaire de Chine, la rupture sino-soviétique permettant, dans le cadre d’une diplomatie désormais triangulaire, un rapprochement sino-américain ; en même temps, en raison d’une économie qui stagne, l’URSS a besoin d’une aide extérieure que les États-Unis lient à des accords politiques (le linkage de Henry Kissinger) ; et enfin, les États-Unis, de leur côté, sont engagés dans la guerre du Viêt Nam qui absorbe une part excessive du budget américain : d’où le désir des deux « adversaires-partenaires » (Raymond Aron) d’aboutir à une gestion raisonnable de la guerre froide.

La « détente » en Europe (1962 - 1975)
Dans chacun des deux blocs, pro-soviétique et pro-américain, les deux Grands sont contestés. Le modèle soviétique est contesté en Europe de l’Est. En 1968 la Tchécoslovaquie est envahie par les troupes du Pacte de Varsovie : le Printemps de Prague touche à sa fin. À l’Ouest, De Gaulle prend ses distances avec les É.-U et l’OTAN. En 1969, Willy Brandt devient chancelier de la RFA et engage une politique de rapprochement et d’ouverture à l’Est dénommée l'Ostpolitik. Les deux États se reconnaissent mutuellement en 1972 et entrent à l’ONU en 1973. Le Mur de Berlin devient de plus en plus perméable.
En 1975, les accords d’Helsinki sont signés par 33 États européens, dont l’URSS (mais aussi le Canada et les É.-U.). Les accords doivent permettre la coopération entre les États, la libre circulation des personnes et le respect des droits de l’homme.
Les limites de la « Détente »
Les deux Grands sont impliqués dans des conflits importants. Tous deux mènent une lutte d’influence dans les pays du tiers monde.
De 1964 à 1975, la guerre du Viêt Nam oppose indirectement les grandes puissances, à travers le Nord Viêt Nam stalinien et le Sud Viêt Nam capitaliste. Les États-Unis s’engagent militairement au Viêt Nam à partir de 1962.
Guerre du Viêt Nam

Les États-Unis soutiennent de nombreux dictateurs et provoquent plusieurs coups d’État (Cambodge en 1970, Chili en 1973…), dans le seul but de contenir l’empire soviétique. En Amérique latine, le régime castriste soutient des guérillas révolutionnaires contre ces dictateurs, qui se soldent par des échecs.

La guerre fraîche (1975 - 1985)

Situation de l’alignement des pays du Monde sur les deux blocs en 1980; les guérillas liées à la guerre froide sont mentionnées.
La course aux armements et l’équilibre de la terreur

Dans un but militaire, plusieurs pays s’équipent de matériel, souvent au-delà de ce qui est en pratique nécessaire pour assurer leur survie et leur domination, qu’elle soit géopolitique ou économique. Les États-Unis et l’URSS ont acquis de façon frénétique du matériel de destruction où chacun a tenté de démontrer sa supériorité sur l’autre. Cependant, à l’usure, cette course aux armements n’a pas mené à un vainqueur.
Pendant cette course, ces deux pays ont créé un climat de terreur chez leurs ennemis. Chemin faisant, ils ont démontré qu’ils possédaient un arsenal nucléaire suffisant pour détruire quiconque s’opposerait de façon notable à leurs plans. Étant assuré de leur destruction mutuelle, ils ont maintenu ce qui est appelé l’équilibre de la terreur, c’est-à-dire une situation où personne ne peut gagner suite à un conflit nucléaire.

Guerres en Afrique

En Afrique, les guerillas communistes prennent le pouvoir après 1975 dans les pays nouvellements indépendants de l'ancien empire colonial portugais (Angola, Mozambique...) et entament des actions militaires en direction de l'Afrique du Sud avec l'appui de l'armée Cubaine, ce qui entraine de véritables batailles rangées notamment en Namibie. En Éthiopie, l'armée rouge et les forces cubaines interviennent contre les mouvements luttant contre la dictature de Mengistu Haile Mariam à partir de 1976. Des actions de déstabilisations sont entreprises parfois contrecarrées comme le sauvetage de Kolwezi par l'armée française.
1   2   3   4

similaire:

La course aux armements iconFabien kenderian maître de conférences hdr en droit privé à l’Université de Bordeaux
«Codes Bleus», 14e éd., 2015 (1527 p.). Ce code commenté, qui fait l’objet d’une réédition annuelle, rassemble les textes relatifs...

La course aux armements icon2014 boyer olivier/appavou dolores Lycée Mahatma Gandhi 20/01/2014...
«complémentaire aux enseignements», en particulier les activités artistiques et assurer l’aide aux devoirs et aux leçons

La course aux armements icon«Un papa, une maman. On ne ment pas aux enfants»
«L’aide aux personnes confrontées aux épreuves de la vie» et «La sensibilisation du public et des décideurs à la protection de la...

La course aux armements iconArticle 2 origine de propriete le terrain figurant aux plans ci-annexés...
«Plan de composition d’ensemble du projet». Les distances de cette zone constructible aux différentes limites entre lots, aux propriétés...

La course aux armements iconPortant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet...
«services informatiques aux organisations» sont fixées conformément aux dispositions du présent arrêté

La course aux armements icon2011 Naissance d'une politique de la génétique. Dépistage, biomédecine, enjeux sociaux
«vivre ensemble», ce livre en prise directe avec la recherche la plus récente a pour ambition de devenir un outil de référence destiné...

La course aux armements iconLettre encyclique deus caritas est du souverain pontife benoît XVI...
«Tu aimeras ton prochain comme toi-même» (19, 18; cf. Mc 12, 29-31). Comme Dieu nous a aimés le premier (cf. 1 Jn 4, 10), l’amour...

La course aux armements icon1. loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés

La course aux armements iconPRÉvention des risques liés aux bâtiments et aux installations

La course aux armements iconComment le modèle républicain a-t-il répondu aux mutations et aux défis du xxe siècle ?








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com