Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme








télécharger 151.24 Kb.
titreAfrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme
page1/4
date de publication12.08.2018
taille151.24 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4
AFRIQUE/ TERRORISME/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme

0.1 – « Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari s'est exprimé, ce mercredi 3 février, devant le Parlement européen, réuni à Strasbourg en session plénière. « Depuis mon accession au pouvoir l'année dernière, a-t-il notamment déclaré, nous avons réorganisé les forces armées du Nigeria. Nous les avons repositionnées pour qu'elles puissent affronter efficacement les terroristes de Boko Haram ». « D'ailleurs, poursuit-il, tous les secteurs qui étaient naguère sous le contrôle de Boko Haram dans les Etats d'Adamawa, de Borno et de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, sont à nouveau sous notre contrôle. Les déplacés reviennent progressivement chez eux ».
Muhammadu Buhari l'affirme, « le gouvernement est déterminé à rebâtir les écoles, les hôpitaux et les infrastructures détruites par les terroristes. Aujourd'hui, les opérations de Boko Haram sont cantonnées à la zone de la forêt de Zambissa et leurs capacités à lancer des offensives de grande ampleur sont réduites. Boko Haram en est réduit à s'attaquer à des cibles telles que les marchés, des mosquées, des églises, et à utiliser des enfants innocents pour faire exploser des bombes artisanales ». »



0.2 – « La Libye, autre préoccupation du Nigeria : Enfin, le président nigérian a voulu mettre en garde la communauté internationale contre la « bombe à retardement stratégique» constituée par l'instabilité en Libye. « Le sud de la Libye, qui n'est soumis à aucune autorité, est devenu un "souk" d'armes qui menace la sécurité de la région du Sahel ainsi que la région d'Afrique du nord, et au-delà », a-t-il indiqué. « Nous devons par conséquent redoubler d'efforts pour trouver une solution durable à la crise libyenne », a encore insisté M. Buhari devant les eurodéputés. »


0.3 – « La Chine invite Maurice à rejoindre l'initiative "Nouvelle Route de la Soie maritime du XXIe siècle" : Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, au cours d'une visite de courtoisie au Premier ministre mauricien, Anerood Jugnauth, à Port-Louis mardi, a inivité l'île Maurice à rejoindre l'initiative chinoise "Nouvelle Route de la Soie maritime du XXIe siècle". Les discussions ont également porté sur le renforcement des relations entre la Chine et l'île Maurice, sur la perspective d'utiliser Maurice comme passerelle pour les entreprises chinoises à accéder au continent africain, comme une plate-forme pour les services financiers ainsi qu'un centre important pour la formation des ressources humaines. Wang Yi a salué le gouvernement mauricien pour avoir réussi un développement économique bien diversifié avec la création d'industries innovantes. Il s'est dit confiant que l'île Maurice est sur la bonne voie dans son ambition d'atteindre le second miracle économique grâce à la mise en œuvre de la Vision 2030 qui devrait aider le pays à atteindre le niveau d'une économie à revenu élevé. »

-----------------------------------------
1 - Boko Haram : Buhari devant le parlement européen
Dans le discours qu’il a prononcé mercredi à Strasbourg, le chef de l’Etat nigérian a présenté les œuvres entreprises par son gouvernement pour lutter contre le terrorisme. Le président nigérian Muhammadu Buhari s'est adressé au Parlement européen ce mercredi 3 février à Strasbourg. Dans son discours, il a remercié l'Union européenne pour son aide dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique en Afrique de l'ouest, anciennement appelé Boko Haram. Malgré les attaques meurtrières des insurgés dans le nord de son pays, il a décrit les efforts entrepris par son gouvernement, des efforts qui commenceraient à porter leurs fruits.

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari s'est exprimé, ce mercredi 3 février, devant le Parlement européen, réuni à Strasbourg en session plénière. « Depuis mon accession au pouvoir l'année dernière, a-t-il notamment déclaré, nous avons réorganisé les forces armées du Nigeria. Nous les avons repositionnées pour qu'elles puissent affronter efficacement les terroristes de Boko Haram ». « D'ailleurs, poursuit-il, tous les secteurs qui étaient naguère sous le contrôle de Boko Haram dans les Etats d'Adamawa, de Borno et de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, sont à nouveau sous notre contrôle. Les déplacés reviennent progressivement chez eux ».

Muhammadu Buhari l'affirme, « le gouvernement est déterminé à rebâtir les écoles, les hôpitaux et les infrastructures détruites par les terroristes. Aujourd'hui, les opérations de Boko Haram sont cantonnées à la zone de la forêt de Zambissa et leurs capacités à lancer des offensives de grande ampleur sont réduites. Boko Haram en est réduit à s'attaquer à des cibles telles que les marchés, des mosquées, des églises, et à utiliser des enfants innocents pour faire exploser des bombes artisanales ».
_ La Libye, autre préoccupation du Nigeria
Enfin, le président nigérian a voulu mettre en garde la communauté internationale contre la « bombe à retardement stratégique» constituée par l'instabilité en Libye. « Le sud de la Libye, qui n'est soumis à aucune autorité, est devenu un "souk" d'armes qui menace la sécurité de la région du Sahel ainsi que la région d'Afrique du nord, et au-delà », a-t-il indiqué. « Nous devons par conséquent redoubler d'efforts pour trouver une solution durable à la crise libyenne », a encore insisté M. Buhari devant les eurodéputés.
General News of Thursday, 4 February 2016
http://www.cameroonweb.com/CameroonHomePage/NewsArchive/Boko-Haram-Buhari-devant-le-parlement-europ-en-356698
-------------------------------------------
2 - Boko Haram au coeur du discours du Président Buhari au Parlement Européen
Dans son adresse aux parlementaires européens à Strasbourg mercredi, le président nigérian a réaffirmé son engagement dans les recherches des écolières enlevées en avril 2014 au nord du Nigeria ; un enlèvement qui avait provoqué l‘émoi international. Le chef de l’Etat a appelé la communauté internationale à fournir davantage de soutien aux personnes dans la région du lac Tchad, touchée par l’insurrection du groupe terroriste depuis plus de six ans.
« Tous les secteurs qui étaient naguère sous le contrôle de Boko Haram dans les Etats d’Adamawa, de Borno et de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, sont à nouveau sous notre contrôle. Les déplacés reviennent progressivement chez eux », a précisé un Muhammadu Buhari enthousiaste. Il a par ailleurs invité l’Europe à coopérer plus activement avec le Nigeria afin d‘éradiquer la corruption et les activités criminelles.

Le leader de la première puissance économique africaine conclura sa tournée européenne par une visite à Londres ce jeudi.
http://fr.africanews.com/2016/02/04/boko-haram-au-coeur-de-la-tribune-du-president-buhari-au-parlement-europeen/
--------------------------------------------
3 - Pour le président nigérian, l'instabilité en Libye est une «bombe à retardement»
Le chef-d'Etat du Nigeria, Muhammadu Buhari, a mis en garde la communauté internationale contre la «bombe à retardement stratégique» que constitue l'instabilité en Libye, l'exhortant le 3 février à «trouver une solution durable à la crise libyenne».

Devant le Parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg, le président Muhammadu Buhari a souhaité exprimer ses «graves préoccupations à propos de la situation alarmante dans le sud de la Libye» qui est en train de devenir selon lui «une bombe à retardement stratégique pour l'Afrique et l'Europe aussi». «Le Sud de la Libye, qui n'est soumis à aucune autorité, est devenu un "souk" d'armes qui menace la sécurité de la région du Sahel, ainsi que la région d'Afrique du Nord, et au-delà», a averti le président nigérian qui a appelé à «redoubler d'efforts pour trouver une solution durable à la crise libyenne».
Depuis la chute de Mouammar Kadafi en 2011, la Libye est plongée dans le chaos et livrée à des groupes armés. Deux de ces groupes s'y disputent le pouvoir depuis la prise de la capitale Tripoli par des milices islamistes à l'été 2014. L'Etat islamique a profité de cette instabilité pour prendre le contrôle de la ville de Syrte et de ses environs, à environ 450 km à l'est de Tripoli.
Le 1er février à Tobrouk (Nord-Est), le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a quitté le gouvernement d'union nationale qui avait été formé le 19 janvier dernier à Tunis, sous l'égide de l'ONU, par les représentants des deux parlements libyens pour mettre fin au chaos dans le pays. En décembre dernier, des négociations sous l'égide de l'ONU entre les factions libyennes rivales avaient permis la signature d'un accord pour former un gouvernement d'unité nationale.
Aux yeux de la communauté internationale, seul un gouvernement d'unité nationale peut constituer un interlocuteur fiable, susceptible de lutter contre Daesh et de mieux controler l'immigration à destination de l'Europe qui transite par la Libye.

L'Union européenne a promis une d'aide de 100 millions d'euros «dès le premier jour» où le gouvernement siégera, afin de l'aider à asseoir son autorité. Les 28 envisagent même des sanctions contre les responsables qui entraveraient ce processus.
International / 4 févr. 2016/ Avec AFP
https://francais.rt.com/international/15077-muhammadu-buhari-instabilite-libye
---------------------------------------------
4 - Le Parlement libyen rejette le gouvernement d'union nationale, selon des députés
Le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a rejeté lundi le gouvernement d'union nationale récemment formé dans le cadre de l'accord parrainé par l'ONU pour mettre fin au chaos dans ce pays, ont indiqué des députés à l'AFP.

«Nous avons voté le refus de la confiance au gouvernement et nous demandons [...] que soit présenté un nouveau gouvernement», a déclaré le député Ali al-Gaydi, à l'issue d'une session du parlement réuni à Tobrouk.
L'accord pour un gouvernement d'union nationale en Libye avait été décidé le 19 janvier dernier à Tunis, sous l'égide de l'ONU, par les représentants des deux parlements libyens. «Des 104 députés présents aujourd'hui, 89 ont dit non» à un cabinet de 32 ministres proposé par le conseil présidentiel dirigé par l'homme d'affaires tripolitain Fayez el-Sarraj, a indiqué Ali al-Gaydi. Le gouvernement de Fayez el-Sarraj aurait dû recueillir 119 voix, soit les deux tiers plus un, pour obtenir la confiance des parlementaires.
Le nombre de ministres jugé trop important est la raison avancée par le député el-Salhine Abdelnabi pour justifier le refus du parlement. Il a réclamé qu'un nouveau gouvernement plus restreint lui soit proposé. Le 19 janvier, les factions rivales libyennes, réunies dans la capitale tunisienne, avaient annoncé avoir conclu un accord de principe. Des représentants du pouvoir de l'est de la Libye, et du parlement de Tripoli dominé par les milices d'Aube de la Libye, avaient précédemment déclaré rejeter ce gouvernement d'unité mis en place sous la médiation des Nations unies.
Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 après l'intervention occidentale menée par la France et le Royaume-Uni, la Libye est en proie à une guerre civile destructrice. L'organisation terroriste Etat islamique a également profité du chaos ambiant pour installer de solides bastions dans l'ouest et le sud du pays, notamment dans la ville de Syrte.

25 janvier 2016/
https://francais.rt.com/international/14555-parlement-libyen-rejette-gouvernement-dunion
---------------------------------------------
5 - L'ONU condamne des attaques terroristes par Boko Haram au Nigeria
NEW YORK (Nations Unies), 2 février (Xinhua) -- Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné mardi "dans les termes les plus forts" les attaques terroristes du 30 janvier attribuées à Boko Haram contre le village de Dalori, proche de la ville nigériane de Maiduguri (nord-est).

Au moins 85 personnes ont été tuées dans cet attentat. Les assaillants auraient tiré sur les habitants avant de mettre le feu au village. Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité ont présenté leurs condoléances aux familles et aux amis des victimes, ainsi qu'au peuple et au gouvernement du Nigeria.

Ils ont salué les efforts de la région, notamment à travers la Force multinationale mixte, pour combattre de manière efficace Boko Haram et ont encouragé à davantage de progrès à cet égard. Ils ont souligné la nécessité de traduire en justice les auteurs de ces attaques terroristes.

Maiduguri, qui compte environ 2,6 millions d'habitants, dont 1,6 million de déplacés selon l'ONU, a été frappée par de nombreux attentats ces derniers mois. Le groupe islamiste radical Boko Haram est apparu dans cette ville en 2002, avant de déclencher en 2009 une insurrection qui a fait plus de 17.000 morts au Nigeria et 2,6 millions de déplacés. Les insurgés ont essayé de reprendre Maiduguri à plusieurs reprises après en avoir été chassés il y a trois ans.
02-03-2016 09:26
http://fr.cntv.cn/2016/02/03/ARTInVBIK9R7SNcrbQZDj74Z160203.shtml
----------------------------------------------
6 - Communiqué de la 571eme réunion de la CPS au niveau des chefs d'État et de gouvernement sur la situation au Soudan du Sud
Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 571ème réunion tenue le 29 janvier 2015, au niveau des Chefs d’Etat et de Gouvernement, a adopté la décision qui suit sur la situation au Soudan du Sud :
Le Conseil,

1. Prend note des communications faites par la Présidente de la Commission, le Secrétaire Général des Nations unies, le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’UA, l'Ambassadeur Smail Chergui, le Haut Représentant de l'Union africaine sur le Soudan du Sud, l’ancien Président Alpha Oumar Konaré, le Président de la Commission conjointe de suivi et d'évaluation (JMEC), l'ancien Président Festus Gontebanye Mogae, sur leurs efforts en cours visant à aider les parties sud-soudanaises à mettre pleinement en œuvre l’Accord sur le règlement du conflit en République du Soudan du Sud, signé en août 2015. Le Conseil prend également note des déclarations faites par les représentants de la République du Soudan du Sud et de l’Ethiopie, en sa qualité de pays assumant la présidence de l’Autorité intergouvernementale pour le développement(IGAD);
2. Rappelle ses communiqués et communiqués de presse antérieurs sur la situation au Soudan du Sud, y compris le communiqué PSC/AHG/COMM.1 (DXXVII), adopté, lors de sa 547ème réunion tenue le 26 septembre 2015, à New York;
3. Félicite le Président de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le Premier Ministre Hailemariam Desalegn de l'Ethiopie, et les dirigeants de l'IGAD, en particulier le Président Uhuru Kenyatta, de la République du Kenya, le Président Yoweri Museveni de la République d'Ouganda, le Président Omar al-Bashir de la République du Soudan, pour leur engagement et leur soutien aux efforts de la JMEC et leur rôle actif à la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité au Soudan du Sud. À cet égard, le Conseil souligne qu’on ne peut parvenir à la stabilité et à la sécurité dans la région, qu’à travers une unité de vues pour aider le Soudan du Sud à relever ses défis;
4. Félicite le Président et les membres de la JMEC pour leur soutien continu et sans faille à la mise en œuvre de l'Accord. Le Conseil se félicite en outre de l'esprit collégial qui a présidé jusqu’ici aux délibérations des réunions de la JMEC, afin d’unir les parties autour de l’intérêt supérieur du peuple du Soudan du Sud. Le Conseil note avec satisfaction la détermination affichée par le JMEC à continuer d'interagir avec les parties, même pendant les périodes les plus difficiles du processus de mise en œuvre;
5. Salue l'engagement continu du Haut Représentant de l'UA à aider les parties sud soudanaises à surmonter leurs défis, ainsi que de l'engagement des partenaires régionaux et internationaux à appuyer le processus. À cet égard, le Conseil souligne l'engagement indéfectible de l’UA, en général, et du Haut Représentant de l'UA, en particulier, à aider les Sud-soudanais à relever les défis auxquels ils sont confrontés et à réaliser leur potentiel en tant que pays jeune et prospère désireux de répondre aux besoins de ses citoyens;

6. Exprime sa gratitude à la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS) pour son rôle important et son leadership dans le maintien de la paix et de la sécurité au Soudan du Sud dans des conditions difficiles. Le Conseil exprime également sa gratitude pour l’appui apporté à la MINUSS par les pays contributeurs de troupes et de personnel de police et les exhorte à poursuivre cet appui en ces moments où le peuple du Soudan du Sud traverse une période de transition critique dans son histoire;
7. Note avec une profonde préoccupation que les Parties sud-soudanaises n’ont pas respecté le délai fixé pour la formation du Gouvernement d'unité nationale de transition (TGoNU), tel que prévu dans l'Accord. Le Conseil appelle, par conséquent, les Parties, avec la facilitation de la JMEC et du Haut Représentant de l'UA, à surmonter d’urgence les obstacles qui ont empêché la formation du TGoNU. Compte tenu de l’importance que revêt le TGoNU pour la mise en œuvre réussie de l’Accord, le Conseil appelle fermement les Parties sud-soudanaises à le former d’urgence sans délai, et ses conditions préalables. Le Conseil exhorte en outre fermement Dr. Riek Machar Teny, Président de l’Armée du Mouvement de libération du peuple du Soudan- dans l’opposition (SPLM/A-IO) à retourner à Juba, afin de reprendre son poste, comme Premier Vice-Président du Soudan du Sud. En ce qui concerne la décision du GoSS de créer 28 États, le Conseil exhorte les parties à soumettre la question à une Commission nationale inclusive et participative chargée des frontières comprenant toutes les parties à l'Accord, qui devrait examiner les États proposés et leurs frontières, et, à cet égard, le Conseil souligne que cet examen ne doit pas empêcher la formation du TGoNU ;
8. Exprime en outre sa vive préoccupation face à la poursuite des violations de l'Accord de cessez-le, tel que rapporté par le Mécanisme de surveillance du cessez-le feu et des arrangements sécuritaires transitoires (CTSAMM), et encourage les parties à renoncer à ces violations susceptibles de compromettre la situation sécuritaire actuelle. Le Conseil souligne en outre qu’il n’y a pas de solution militaire aux défis auxquels le Soudan du Sud est confronté. Le Conseil appelle à la formation rapide du CTSAMM, doté de toutes les ressources humaines et de tous les équipements nécessaires et sous bonne protection, afin qu’il puisse s’acquitter, efficacement et rapidement, de ses missions. À cet égard, le Conseil appelle en outre à un appui international pour assurer que le CTSAMM est entièrement fonctionnel et en mesure d’accomplir son mandat;
9. Exhorte la Commission à conclure rapidement les arrangements nécessaires, y compris la mobilisation de ressources et le recrutement du personnel, afin de permettre la mise en place de la Mission de l'UA au Soudan du Sud (AUMISS). Le Conseil exhorte en outre la Commission à entreprendre les préparatifs nécessaires pour permettre à la Mission de s’acquitter, rapidement et efficacement, des tâches qui lui ont été confiées aux termes de l'Accord. À cet égard, le Conseil demande à la Commission de l'UA de mettre en œuvre, de toute urgence, les conclusions de l'Atelier du Comité ad hoc de haut niveau de l’UA tenu le 2 novembre 2015;
10. Félicite le Bureau de liaison de l'UA au Soudan du Sud, en particulier la Représentante spéciale, pour l’appui qu’il continue d’apporter aux efforts des Sud-soudanais, notamment à travers leur appui au Haut Représentant de l'UA, en application de l'Accord, et encourage le Bureau à continuer de travailler avec constance jusqu'à la mise en place de l'AUMISS;
11. Exhorte la communauté internationale à apporter son appui à la mise en œuvre de l'Accord d'une manière coordonnée, conformément aux mécanismes établis par l'Accord, en particulier la JMEC. Le Conseil se félicite de la création du forum des Partenaires de la JMEC, et exhorte à ce que ce mécanisme soit ouvert, afin de permettre à d'autres donateurs et amis d’apporter un appui financier au processus de mise en œuvre des différentes composantes de l'Accord;
12. Note avec préoccupation la situation économique en constante évolution au Soudan du Sud, en particulier avec la baisse des prix du pétrole sur le marché international, et note en outre que cette situation risque d'affecter le bon fonctionnement du Gouvernement, en particulier en ce qui concerne la fourniture de l'aide humanitaire aux populations affectées. À cet égard, le Conseil lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle apporte d'urgence l'assistance pour faire face à la situation humanitaire dans le pays. Le Conseil souligne en outre la nécessité de centrer l'assistance sur la stabilisation et la reconstruction à long terme du Soudan du Sud;
13. Exhorte fermement les Parties sud-soudanaises à lever immédiatement toutes les restrictions à l'accès humanitaire, et à assumer pleinement leurs responsabilités pour assurer la sûreté et la sécurité des travailleurs et des opérations humanitaires;
14. Appelle en outre les Parties et toutes les parties prenantes concernées à faciliter le retour volontaire, la réinstallation et la réhabilitation de tous les Sud-Soudanais déplacés et exilés de leurs foyers, afin qu'ils puissent reprendre leur vie en tant que citoyens libres;
15. Note avec appréciation le rapprochement entre les Présidents Omar Hassan Al Bashir et Salva Kiir Mayardit, des Républiques du Soudan et du Soudan du Sud respectivement, et leur accord pour normaliser les relations entre leurs pays. Le Conseil félicite la République du Soudan du Sud d’avoir retiré ses troupes à cinq miles (8 km) au sud de la frontière. Le Conseil félicite également la République du Soudan pour avoir convenu de réduire les frais de transit pour le pétrole et de rouvrir les points de passage frontaliers vers le Soudan du Sud. Le Conseil note que ces décisions faciliteront la communication, le commerce et les relations entre les deux pays et contribueront à stabiliser le Soudan du Sud;
16. Exhorte les deux Présidents à maintenir la dynamique créée par ces développements et à travailler étroitement avec le Groupe de mise en œuvre de haut niveau de l’UA pour le Soudan et le Soudan du Sud présidé par l’ancien Président Thabo Mbeki. Dans ce contexte, le Conseil renouvelle son appui aux efforts du Groupe de haut niveau visant à aider le Soudan et le Soudan du Sud à trouver des solutions aux questions pendantes dans la mise en œuvre de l’Accord de coopération de 2012;
17. Décide de rester activement saisi de la question.
Last Updated on Friday 29 January 2016
http://www.peaceau.org/fr/article/communique-de-la-571eme-reunion-de-la-cps-au-niveau-des-chefs-d-etat-et-de-gouvernement-sur-la-situation-au-soudan-du-sud

-----------------------------------------------
  1   2   3   4

similaire:

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme icon«La paix est meilleure que tout ce qui n’est pas la paix», proverbe africain
«Organisations inscrites sur liste noire», «Al Quaïda», «Daesh», «Pays soutenant le terrorisme international» Le lexique des relations...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconU. S. Terrorism risk insurance act of 2002 as amended not purchased clause
«acte de terrorisme» tel que défini dans la Loi Fédérale Américaine relative à l’Assurance des Risques de Terrorisme (us terrorism...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconLa mise en place de systèmes d’information aml dans les institutions...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconPortant autorisation unique de certains traitements de données à...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconKrugman, prix Nobel d'économie, fustige le virage libéral de Hollande
«Scandal in France» publiée par le «New York Times», et traduite en français par la rtbf, se révèle être une charge contre la politique...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconVers une meilleure protection de l’environnement en Afrique
«le droit des peuples au développement», à «la paix et à un environnement satisfaisant», qui, doivent s’impliquer d’avantages, conformément...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconUnion des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie
«afin de prévenir les actes de terrorisme, les agents des services de police et de gendarmerie nationale peuvent exiger des opérateurs...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconLutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme
«Maitrise de la qualité» énonce des principes fondamentaux à respecter par la structure d’exercice professionnel notamment en matière...

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconDiscours au colloque "La Démocratie face au terrorisme"

Afrique/ terrorisme/ paix et developpement : Le président nigérian appelle à une union mondiale contre le terrorisme iconDiscours au colloque "La Démocratie face au terrorisme"








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com