«rapport provisoire»








titre«rapport provisoire»
page11/20
date de publication04.07.2017
taille0.6 Mb.
typeRapport
l.21-bal.com > loi > Rapport
1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   20

5. PLAN DE LUTTE ANTIPARASITAIRE ET DE GESTION DES PESTICIDES


L’ensemble des faiblesses constatées à tous les niveaux de la filière production agricole ; -institutionnel et réglementaire, - encadrement de la production agricole et de manipulation des pesticides et enfin, - circuits existants de distribution et de commercialisation des pesticides démontrent l’intérêt de la préparation et de la mise en œuvre d’un plan de lutte antiparasitaire et de gestion des pesticides adapté aux activités agricoles de l’axe Matadi-Kinshasa-Kikwit. De plus, il est important que le plan de lutte antiparasitaire et de gestion prévoie une série de formation en cascade qui permettra aux différents niveaux d’utilisation et de manipulation des pesticides d’acquérir les connaissances minimales requises pour se procurer et manipuler les pesticides en minimisant les risques pour la santé et l’environnement.
Rappel des principales contraintes identifiées dans la gestion des pesticides :

  • Contraintes au plan institutionnel et réglementaire

  • Contraintes techniques

  • Contraintes en matière d’IEC et renforcement des capacités

  • Contraintes en matière de contrôle, suivi-évaluation



5.1 Les préalables du plan


Un programme de lutte antiparasitaire exige, au départ, la maîtrise d’un certain nombre des préalables à inclure dans le processus du plan. Ces préalables sont décrits dans les paragraphes qui suivent.

5.1.1 Organisation de l’encadrement des producteurs agricoles


Au regard de l’enquête menée sur terrain dans le cadre de ce travail, nous proposons d’étoffer et d’intensifier l’encadrement des producteurs agricoles pour qu’ils puissent eux-mêmes :

  1. Maîtriser les cultures retenues par le programme et leur gestion ;

  2. Maîtriser la production et la conservation des récoltes et des semences ;

  3. Observer et se poser des questions sur son environnement, sa santé et sa production tout en procédant à la recherche des solutions sous la facilitation et l’œil de la personne ressource ;

  4. Améliorer l’hygiène familiale et son alimentation ;

  5. Orienter son exploitation par l’étude du compte d’exploitation ;

  6. S’émanciper grâce aux thèmes spécifiques développés au cours de leur journée d’apprentissage



5.1.2 Connaissance des Pesticides


Un pesticide est toute substance ou préparation chimique, biologique ou naturelle permettant de sauvegarder la santé des plantes, des cultures, des récoltes en les protégeant efficacement de manière directe ou indirecte contre leurs ennemis naturels. Les produits de lutte comprennent les herbicides, les insecticides, les fongicides, les algicides, les nématicides, les produits de préservation des matériaux et du bois et tous les produits de lutte ou de répulsion contre les rongeurs et les insectes. Ils sont conçus soit pour perturber la biologie des ravageurs soit pour les tuer directement et sont composés de deux sortes d’éléments :

  • la matière active : substance qui détruit ou empêche l’ennemi de la culture de s’installer ;

  • les adjuvants : servent de support à cette matière active tout en renforçant son action du fait de leurs qualités (mouillant, dispersant, fixant, solvant, …).


La connaissance des pesticides facilite le choix d’un produit approprié pour résoudre un problème spécifique posé. Ici nous rejoignons la politique opérationnelle de la Banque Mondiale PO 4.09 «Lutte antiparasitaire», qui établit les critères minimaux applicables à la sélection et à l’utilisation des pesticides dans le cadre des projets qu’elle finance. Il s’agit de :

  1. Les produits retenus doivent avoir des effets négligeables sur la santé humaine ;

  2. Leur efficacité contre les espèces visées doit être établie ;

  3. Ils doivent avoir des effets très limités sur les espèces non ciblées et sur l’environnement. Les méthodes, le moment de l’intervention et la fréquence des applications doivent permettre de protéger au maximum les ennemis naturels. Il doit être démontré que les pesticides utilisés sont inoffensifs pour les habitants et les animaux domestiques dans les zones traitées ainsi que pour le personnel qui les applique.

  4. Leur utilisation doit tenir compte de la nécessité de prévenir l’apparition d’espèces résistantes.

  5. La Banque Mondiale donne également des critères minimaux, notamment pour ce qui concerne l’emballage et l’étiquetage des produits.



1   ...   7   8   9   10   11   12   13   14   ...   20

similaire:

«rapport provisoire» iconRapport provisoire d’execution du budget general

«rapport provisoire» iconRapport final d’Assistance Technique version provisoire

«rapport provisoire» iconRÉsumé liste des personnes consultées par le commissariat géNÉral...

«rapport provisoire» iconRapport provisoire
«schéma unique» (lisibilité pour le citoyen, efficacité de la planification…). Ils se sont interrogés sur le lien entre leur contribution...

«rapport provisoire» iconProgramme (Provisoire)

«rapport provisoire» iconTexte provisoire, proposé pour la

«rapport provisoire» iconProgramme officiel provisoire présenté

«rapport provisoire» iconAnnexe I plate-forme provisoire de l'ufp

«rapport provisoire» iconQui assume la responsabilité du contenu du P. V. de la réception provisoire ?

«rapport provisoire» iconNote : La motivation de cette décision pourrait surprendre dans la...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com