Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d'une culture qui est «anti-femmes». M. Harper a aussi dit que porter un niqab était inacceptable et contraire aux valeurs canadiennes








télécharger 44.93 Kb.
titreLe premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d'une culture qui est «anti-femmes». M. Harper a aussi dit que porter un niqab était inacceptable et contraire aux valeurs canadiennes
date de publication04.07.2017
taille44.93 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
Le niqab est le produit d'une culture « anti-femmes », dit Harper

Mise à jour le mardi 10 mars 2015 à 21 h 05 HAE La Presse Canadienne Joan Bryden

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/201503/10/01-4851039-le-niqab-est-le-produit-dune-culture-anti-femmes-dit-harper.php

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d'une culture qui est « anti-femmes ». M. Harper a aussi dit que porter un niqab était inacceptable et contraire aux valeurs canadiennes.

Le premier ministre précise son discours sur le niqab, alors même que le chef libéral Justin Trudeau l'accuse d'attiser les préjugés contre les musulmans.

Entre autres choses, M. Trudeau a cité le ministre de l'Immigration Chris Alexander qualifiant le hijab - foulard couvrant les cheveux, mais laissant le visage à découvert - de perversion des valeurs canadiennes, et le député conservateur au Nouveau-Brunswick John Williamson, ancien directeur des communications de M. Harper, faisant référence en fin de semaine aux travailleurs blancs et ceux à la « peau brune ».

M. Harper a ignoré ces exemples et a plutôt réitéré sa position du mois dernier selon laquelle il juge qu'il est « offensant » de porter un niqab - couvrant le visage pour ne laisser qu'entrevoir les yeux - lors d'un serment de citoyenneté canadienne.

M. Harper a signifié son intention le mois dernier de faire appel d'une décision en cour invalidant une interdiction aux femmes de porter le niqab lors du serment de citoyenneté canadienne.

Le premier ministre a argué à la Chambre des communes que M. Trudeau ne semblait pas comprendre « pourquoi presque tous les Canadiens s'opposent au port d'éléments couvrant le visage durant les cérémonies de citoyenneté ».

« C'est très facile à comprendre, a ajouté M. Harper. Pourquoi les Canadiens, à l'opposé de nos propres valeurs, embrasseraient une pratique à cette occasion qui n'est pas transparente, qui n'est pas ouverte et, honnêtement, qui est enracinée dans une culture qui est anti-femmes? »

La réponse de M. Harper montre que les conservateurs « en remettent vraiment sur les politiques de la peur », a dit M. Trudeau plus tard mardi.

Parler à répétition du niqab et du hijab comme s'il s'agissait de la même chose montre que le gouvernement « est prêt à semer la confusion de manière à encourager l'ignorance, et franchement alimenter les craintes et l'anxiété à un moment où les gens s'inquiètent du terrorisme et de l'extrémisme », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière d'éthique Charlie Angus a accusé M. Harper de présenter « une religion entière » comme étant anti-femmes.

« Si j'étais un Canadien musulman, je serais très, très, très inquiet de la voie empruntée par notre premier ministre avec ce genre de discours racial sensible », a exprimé M. Angus.

Trudeau essuie des critiques de la communauté juive

Mais M. Trudeau fait aussi face à des critiques d'alimenter la peur à la suite d'un discours, lundi soir, dans lequel il a soutenu que M. Harper et ses ministres employaient le même genre d'arguments ayant mené à certaines des démonstrations de racisme les plus honteuses par le passé au Canada, incluant le rejet de réfugiés juifs fuyant l'Allemagne dans les années 1930 et 1940.

Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes a déploré la comparaison avec ces anciennes restrictions à l'immigration juive, que le chef de la direction du centre Shimon Koffler Fogel a présentées comme le produit d'une « large discrimination institutionnelle et sociale » contre les Juifs à cette époque.

Les Juifs canadiens faisaient alors l'objet de quotas d'admission dans les universités, d'exclusions de clubs sociaux, d'entreprises et même de certains parcs publics, a exposé M. Fogel, arguant que l'intolérance subie par les musulmans et d'autres minorités aujourd'hui ne pouvait tout simplement pas se comparer à une telle situation.

Le port du niqab est un droit pour Justin Trudeau

Mise à jour le mercredi 11 mars 2015 à 14 h 30 HAE Le niqab, terrain glissant politique : analyse d'Emmanuelle Latraverse

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2015/03/11/004-justin-trudeau-plc-niqab-droits-minorites.shtml

Le port du niqab est acceptable en tout temps et en tout lieu au Canada, selon le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau. Ce dernier a repris les grandes lignes de son discours de lundi dernier, à Toronto, pour accuser le gouvernement du premier ministre Stephen Harper d'attiser la peur des Canadiens afin d'en retirer des bénéfices électoraux.

M. Trudeau a soutenu que la défense des droits individuels des minorités est ce qui fait la force du pays. « Une des choses qui fait la réussite du Canada, c'est que nous sommes un pays qui protège les droits des minorités », a-t-il déclaré. « Nous avons pu développer une société où le respect des droits est reconnu. »

La société canadienne dispose des outils nécessaires pour permettre à ses citoyens de vivre ensemble dans la diversité, selon M. Trudeau.

Il avance que le port du niqab au cours d'une cérémonie d'assermentation de la citoyenneté canadienne constitue un faux débat, puisque la femme qui désirerait le faire serait tenue de lever son voile à des fins d'identification avant de participer à une telle cérémonie.

Le premier ministre Stephen Harper a déjà indiqué qu'il jugeait inacceptable qu'une femme porte le niqab au cours de la cérémonie d'obtention de la citoyenneté canadienne.

« Il y a des balises pour les douanes et pour les avions pour assurer la sécurité. On a des balises très claires au niveau de la sécurité, au niveau du bon fonctionnement de notre société. »— Stephen Harper 

« Ce gouvernement, ce premier ministre en particulier, pratique une politique de peur et de division, a martelé le chef du PLC. Je trouve que de parler de façon aussi générale d'une culture large et complexe démontre un désir de simplifier pour pouvoir passer un message de peur qui n'est pas digne d'un premier ministre. »

Tout comme ce fut le cas lors du débat sur la charte des valeurs québécoises, M. Trudeau croit que les Canadiens rejetteront cette politique. « Je vois très clairement par les conversations que j'ai, par la réaction à mon discours de lundi soir, que les Canadiens sont du même avis », a-t-il conclu.

La plupart des Canadiens souhaitent l'interdiction du niqab en public

La plupart des Canadiens souhaitent l'interdiction du niqab en public

La plupart des Canadiens souhaitent l'interdiction du niqab en public

La plupart des Canadiens souhaitent l'interdiction du niqab en public


Le plupart des canadiens souhaitent l’interdiction du niqab en public

Vendredi, 20 mars 2015 21:28MISE à JOUR Vendredi, 20 mars 2015 21:34

http://www.journaldemontreal.com/2015/03/20/la-plupart-des-canadiens-souhaitent-linterdiction-du-niqab-en-public

MONTRÉAL – Une majorité de Canadiens estiment que le niqab, ce voile recouvrant tout le visage sauf les yeux, devrait être interdit dans les espaces publics et une proportion encore plus forte croient qu’il ne devrait pas être porté lors de cérémonies de citoyenneté, selon un sondage Léger.

Ce sondage a été réalisé pour l’Association des études canadiennes. Il confirme que 70 % des répondants partagent l’avis du premier ministre Stephen Harper d’interdire le niqab lors des cérémonies d'assermentation pour recevoir la citoyenneté canadienne, et qu’il faut y participer à visage découvert.

«C’est facile à comprendre, a dit M. Harper, la semaine dernière, à la Chambre des communes. Pourquoi des Canadiens, contrairement à nos propres valeurs, souscriraient au moment d’obtenir leur citoyenneté à une pratique qui n’est pas transparente, qui n’est pas ouverte et qui, franchement, est enracinée dans une culture qui est contre les femmes?»

Pour 60 % des répondants, le niqab devrait être interdit dans les espaces publics, notamment les bureaux gouvernementaux et les cours de justice.

Parmi tous les répondants au sondage, les Québécois et les gens du troisième âge sont plus enclins que les autres Canadiens à appuyer les restrictions concernant le niqab. D’autre part, les plus jeunes répondants ont tendance à s’opposer à ces restrictions.

Imposition du niqab
Ce sondage révèle également que 58 % des Canadiens sont d’avis que «le niqab est imposé aux femmes par leurs familles et leur communauté», tandis que 19 % des répondants ne sont pas d’accord avec cette affirmation, et que 23 % ne le savent pas.

Plus d’un tiers des Canadiens, ce qui inclut la moitié des répondants québécois et des aînés, sont d’accord avec cette affirmation : «Je suis étonné et fâché quand je vois une femme qui porte le niqab».

Le débat entourant le port de ce voile a été ravivé à la suite d’une récente décision de la Cour fédérale qui renverse une règle mise en place par les conservateurs pour interdire le port du niqab durant les cérémonies d’assermentation.

Ce sondage a été effectué de mardi à jeudi dernier, auprès de 1711 répondants, avec une marge d’erreur de 2,5 %, 19 fois sur 20.
 

[CANADA] LES RELIGIEUSES POUR LES DROITS DES FEMMES RÉAGISSENT AU PORT DU NIQAB

Jeudi, 2 Avril, 2015 - 14:47

http://www.radiovm.com/decouvrir/proximo/canada-les-religieuses-pour-les-droits-des-femmes-reagissent-au-port-du-niqab

La discussion sur l’interdiction du port du niqab lors de la cérémonie d’assermentation pour l’obtention de la citoyenneté canadienne continue de faire réagir au pays. L’Association des religieuses pour les droits des femmes (ARDF), qui déplore des visées plus électoralistes que la recherche du bien commun, se prononce clairement contre le port de ce voile couvrant le visage à l’exception des yeux lors de tout acte public citoyen.

Les actes des services publics « doivent se donner et être reçus à visage découvert et ce, pour des raisons de sécurité, de paix sociale et du principe de l’égalité homme-femme », estime l’ARDF. Elle rejoint ainsi la position du Congrès musulman canadien (MCC), qui représente la voix des musulmans libéraux et progressistes du Canada.

Le niqab et la burqa utilisés comme des instruments par les islamistes
Le MCC dénonce les menées islamistes dans le pays et estime que le niqab et la burqa sont utilisés comme des instruments par les islamistes qui tentent d’enfermer les musulmans dans un ghetto et de les couper de la majorité de la société canadienne.

Une directive ministérielle de 2011, imposant l’interdiction du port du niqab lors du serment de citoyenneté, a été annulée en février dernier par la Cour fédérale du Canada. Les juges ont donné gain de cause à Zunera Ishaq, une habitante de Toronto d’origine pakistanaise qui s’était opposée à l’obligation de dévoiler son visage lors de la cérémonie de citoyenneté, affirmant que cela contrevenait à ses croyances religieuses.

Zunera Ishaq accepte de se dévoiler lors de contrôles de sécurité
Alors qu’elle veut devenir citoyenne du Canada, elle refuse catégoriquement de rester dévoilée pendant la prestation de serment alors qu’elle accepte de se découvrir le visage devant des fonctionnaires à des fins d’identifications et de sécurité.

En 2013, elle a intenté un recours en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés et a obtenu gain de cause. La Cour fédérale autorise donc les femmes musulmanes à prêter leur serment de citoyenneté en portant un voile intégral et invite Ottawa à mettre fin à la politique d’interdiction, jugée « illégale ». En affirmant, à propos du port du niqab, qu’il s’agit d’une pratique « enracinée dans une culture misogyne », le premier ministre conservateur Stephen Harper a annoncé que le gouvernement comptait faire appel contre cette décision de la Cour fédérale.

Pas de port du niqab lors des cérémonies d’assermentation
Tout en s’opposant au port du niqab lors des cérémonies d’assermentation de la citoyenneté canadienne – le port du voile dans cette circonstance est qualifié « d’offensant » -, le gouvernement Harper défend cependant le droit des femmes de travailler à visage couvert dans la fonction publique fédérale.

Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada, et Thomas Mulcair, chef du Nouveau parti démocratique du Canada (NPD), se sont pour leur part rangés derrière la décision du tribunal. Pour Mulcair, le premier ministre canadien alimente l’islamophobie lorsqu’il affirme que le port du niqab est « enraciné dans une culture qui est misogyne ».

Non à toute atteinte au droit d'être -- il faut s'opposer résolument à l'incitation à l'islamophobie de Harper

http://www.cpcml.ca/francais/Lmlq2015/Q45014.HTM Le Marxiste-Leniniste, Journal du Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste)

Le 10 mars 2015, pendant la période des questions à la Chambre des communes, Stephen Harper a lancé une attaque frontale contre le droit d'être. Il a déclaré : « Il est très facile de comprendre pourquoi nous ne permettons pas aux gens de se couvrir le visage durant les cérémonies de citoyenneté. Pourquoi les Canadiens iraient-ils à l'encontre de leurs propres valeurs et appuieraient-ils une pratique qui n'est ni transparente ni ouverte et qui est, honnêtement, enracinée dans une culture misogyne ? C'est inacceptable pour les Canadiens et les Canadiennes. »

Ces propos machistes et racistes de Harper visaient à justifier l'intention du gouvernement de porter en appel la décision du 6 février 2015 de la Cour fédérale dans l'affaire de Zunera Ishaq, une femme de nationalité pakistanaise, âgée de 29 ans et mère de trois enfant, qui avait fait une contestation judiciaire de l'édit anti-nibaq du gouvernement Harper. Le juge Keith Boswell a déterminé que la politique du gouvernement, en place depuis 2011, d'empêcher les femmes de porter le niqab lors d'une cérémonie de citoyenneté contrevenait à la Loi sur la citoyenneté actuelle. Le juge Boswell, une nomination récente de Harper à la Cour fédérale, a statué que la position du gouvernement que les candidats à la nationalité « sont tenus de retirer le voile qui couvre leur visage pour la partie de prestation de serment de la cérémonie » était incompatible avec l'article de loi qui impose aux juges de la citoyenneté qui « font prêter le serment de citoyenneté [...] l'obligation de permettre la plus grande liberté possible pour ce qui est de la profession de foi religieuse ou l'affirmation solennelle des nouveaux citoyens ».

Comment est-il possible, a demandé le juge Boswell, qu'une politique exige des candidats à la nationalité « de violer ou de renoncer à des principes fondamentaux de leur religion ? » « Par exemple, comment un juge de la citoyenneté pourrait-il permettre à un moine qui obéit à des règles strictes de silence la 'plus grande liberté possible' lors de la prestation de serment, s'il est tenu de trahir sa discipline et de rompre son silence ? »

Zunera Ishaq, une diplômée universitaire et une militante communautaire, a dénoncé la décision du gouvernement et défendu son droit d'être dans une lettre d'opinion publiée dans le Toronto Star le 16 mars. « Mon désir de vivre à ma façon est également une raison pourquoi j'ai choisi de contester la décision du gouvernement de me refuser la citoyenneté à moins que j'enlève mon niqab lors de ma cérémonie du serment, écrit-elle. J'ai enlevé mon niqab pour des raisons de sécurité et d'identité dans tous les cas où cela a été exigé de moi, comme quand j'ai fait prendre la photo de mon permis de conduire ou passé au contrôle de la sécurité aéroportuaire. Je vais enlever mon niqab encore une fois sans protester avant la cérémonie du serment pour que je puisse être convenablement identifiée. Je n'enlèverai pas mon niqab lors de la cérémonie comme telle tout juste parce que quelqu'un n'aime pas cela, même si cette personne est Stephen Harper. Je ne demande pas à M. Harper d'approuver mon choix de vie ou ma robe. Je ne lui demande certainement pas de parler en mon nom et de me 'sauver' de l'oppression, sans même avoir pris la peine de me contacter et de me parler. »

Le 19 mars, l'animatrice de l'émission The Current de la Radio de la CBC s'est entretenue avec trois femmes musulmanes sur le port du niqab. Cet entretien avec Shomyla Hammad de Mississauga, Rezan Mosa, étudiante à l'Université Western, et Khadra Ali, de Toronto, a bien montré comment les déclarations islamophobes de Harper au Parlement sont une attaque violente contre le droit d'être des Canadiens. Shomyla Hammad a expliqué qu'elle avait immigré au Canada en 2002. Mère de jeunes enfants à la maison, elle a entrepris l'étude de sa religion et en 2007 a décidé de porter le niqab pour se rapprocher de son Dieu. Malgré ses craintes d'être rejetée, ses amis musulmans et non musulmans ont entièrement accepté sa décision. Mais elle a dû surmonter la résistance de son mari qui croyait que s'il marchait avec elle dans la rue, les gens allait le juger parce qu'ils penseraient qu'il l'a forcée à porter le niqab. Elle a dit qu'elle pouvait comprendre les gens qui la fixent du regard ou font des commentaires ignorants parce qu'ils ne connaissent pas sa religion et son engagement personnel à porter un voile. Interrogée sur les propos de Harper, elle a répondu : « J'étais vraiment triste et choquée d'entendre cela. Je veux vraiment dire à Harper que vivant au Canada depuis 2002 et portant le hijab et niqab et étant musulmane, je n'ai jamais eu de problèmes avec les gens. Je dirais qu'il est en train de corrompre l'esprit des gens et de les monter contre nous. Alors ne faites pas cela. »

Rezan Mosa dit que ses parents, surtout son père, se sont opposés à sa décision personnelle de porter le niqab parce qu'ils craignaient qu'elle se fasse attaquer à cause de son choix de vêtements. « Ils ont peur quand il arrive des événement comme à comme à Paris ou à Chapel Hill, parce que les gens pourraient être en colère et s'en prendre à moi. » Interrogée sur les propos de Harper, elle a répondu : « Je suis née et ait grandi au Canada et il parle de valeurs canadiennes. Je veux parler de cela parce que je sens que je suis tout aussi canadienne que les autres Canadiens. Donc, ses commentaires sur la façon dont que je m'habille me mettent vraiment en colère, il me font sentir marginalisée, j'ai l'impression de ne pas avoir ma place ici. En tenant de tels propos, il soutient ceux qui font des commentaires semblables. » [ . . . ]

Dans plusieurs des articles écrits contre les attaques de Harper, il est expliqué que le gouvernement n'est pas préoccupé par la décision future de la Cour d'appel puisqu'elle ne sera rendue qu'après les élections. Certains soutiennent que l'objectif principal de Harper est de faire de cette question un « enjeu politique » pour dérouter l'électorat et inciter au racisme. Le chroniqueur du Vancouver Sun, Stephen Hume, a écrit un article le 16 mars intitulé « Si il y a un pays qui a une culture anti-femme, c'est bien le Canada ». Dans son article, il cite les statistiques inquiétantes de meurtres, d'agressions sexuelles et d'autres actes de violence contre les femmes au Canada, et le fait que le gouvernement refuse d'établir une enquête nationale sur les femmes autochtones assassinées ou portées disparues au Canada.

De l'autre côté, le député conservateur de Bruce Grey-Owen Dound, Larry Miller, a dû présenter des excuses pour les propos qu'il a tenus sur les ondes de CSFOS de Parry Sound le jour où Stephen Harper a lancé son épithète au sujet des femmes qui portent le nijaq. « Franchement, si vous n'êtes pas prête à montrer votre visage lors d'une cérémonie pour vous joindre au meilleur pays au monde, franchement si vous n'aimez pas ça ou que vous ne voulez pas le faire, au diable, retournez d'où vous venez ! », a lancé M. Miller. Lorsqu'il a présenté ses excuses il a dit que ces paroles étaient « mal à propos » mais qu'il est quand même d'accord avec le premier ministre quand il dit que les femmes ne doivent pas porter le niqab quand elles font le serment de citoyenneté.

Plus de 500 000 femmes canadiennes sont musulmanes. La moitié d'entre elles sont nées au Canada, et une petite minorité d'entre elles ont choisi de porter le niqab. Les femmes qui portent le niqab sont prêtes à l'enlever à des fins de sécurité comme l'obtention d'un permis ou pour prendre l'avion. Mais ces faits ne comptent pas pour de Harper. Le but des attaques contre le droit d'une femme de choisir les vêtements qu'elle veut porter en public à une cérémonie de citoyenneté est d'alimenter l'islamophobie, de dérouter et de diviser la collectivité politique.

La meilleure riposte à la sortie de Harper contre le droit d'être est de renforcer l'opposition organisée au projet de loi C-51, la Loi antiterroriste de 2015, qui repose également sur l'islamophobie, et d'intensifier le travail organisé pour défaire Harper en 2015.

similaire:

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Les Françaises musulmanes portant le voile islamique
«respectabilité», et aussi paradoxalement son indépendance vis-à-vis de sa famille. Certaines de ces femmes voilées, par ailleurs...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Nous disons non aux politiques du Premier Ministre et du gouvernement...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\La liberté d’expression (pp. 4-5 de l’album)
«Femmes du Zimbabwe Debout». Celui-ci œuvre à donner une voix aux femmes de son pays et à leur donner la confiance nécessaire pour...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Périodiquement la question des Droits des Femmes revient. Tantôt...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Organisation de Femmes Egalité
«sa loi comme IL le voudra dans son entreprise». Or, les femmes salariées, concentrées dans des secteurs où les abus sont monnaie...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Ou la bataille pour l’émancipation et l’égalité de 1791 à nos jours
Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que de gaulle dans son Ordonnance du 21 avril 1944. L’engagement...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\L'Union Africaine (UA) s'est embarquée dans une nouvelle étape pour...
«Réunion stratégique sur l’égalité entre hommes et femmes et la participation effective des femmes dans les organes de décision de...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Note aux lecteurs
«féminines» est rare alors que les femmes qui investissent les secteurs masculins ont suscité multiples réflexions !

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Observatoire de la parité
«les femmes battues» vont oser enfin sortir leur souffrance du privé pour l’exprimer publiquement-, mais devenir aussi également...

Le premier ministre Stephen Harper en remet sur son opposition aux foulards couvrant le visage de certaines femmes musulmanes, les qualifiant de produits d\Programme anti-rides ancestral venu du Japon, le Kobido stimule l’ensemble...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com