Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france








télécharger 101.9 Kb.
titreBilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france
page1/3
date de publication03.07.2017
taille101.9 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
BILAN ET MEMOIRES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE EN France


  • Le bilan de la guerre est lourd pour la France et le problème qui se pose à la fin de celle-ci est : comment sortir de la guerre ?

  • Une reconstruction est nécessaire, comme après toute guerre, dévastatrice par nature, mais il ne s’agit pas seulement de reconstruction matérielle et économique ; compte tenu de la spécificité de la situation française, la reconstruction doit aussi être envisagée au plan moral et politique. La situation est donc particulièrement délicate.

  • La société française est profondément divisée. Les Français furent d’abord largement attentistes puis hostiles à Vichy et deux camps s’affrontent dans ce que l’on peut assimiler à une guerre civile : d’un côté les partisans de Vichy et de la collaboration, et d’un autre côté les forces issues de la Résistance.

  • La problématique est délicate : comment sortir d’une guerre pendant laquelle la République a été remplacée par un régime collaborationniste qui a profondément divisé les Français.




  • Entre mémoires et histoire

  • La question des mémoires de la guerre est en rapport avec l’état de la recherche contemporaine et avec l’intérêt que l’on porte de plus en plus à la mémoire. En fait, le bilan de la guerre est par bien des aspects particulièrement lourd à porter ; les conséquences du conflit ont marqué les mémoires mais celles-ci évoluent au fil des temps. Il revient à l’historien d’en écrire l’histoire.

  • La mémoire est un phénomène complexe, largement subjectif: la mémoire intègre une expérience, un vécu ou un ressenti, une large part d’émotion, de sensibilité. Elle est une forme de présence du passé qui renvoie sans cesse au présent, à ses inquiétudes, à ses attentes. Elle évolue entre souvenirs, amnésie, refoulement et revitalisation. La mémoire sélectionne, laissant parfois dans l’ombre ce qui dérange ou effraie, elle se déforme par l’interprétation que tel ou tel témoin fait de son passé à la lumière de ce qui est survenu depuis. Elle peut être déformée sous la pression d’une volonté délibérée de désinformation, elle s’entretient par les manuels d’histoire, par les témoignages du livre et de l’image, les commémorations ; elle peut aussi s’étioler, s’affaiblir, être blessée par l’oubli ou s’effacer avec le temps. En fait il n’y a pas une mémoire mais des mémoires : il s’agit toujours d’individus ou de groupes.

  • L’histoire, elle demeure, en s’appuyant sur les faits et sur les documents qui les attestent. Elle est fondamentalement une « remise à distance ». Il s’agit pour l’historien de faire l’histoire de la mémoire collective ou des mémoires. Il s’agit de faire la part de ce qui est intégré à la mémoire collective et de ce qui est refoulé, de faire la part des distorsions de tel ou tel évènement historique et de les analyser car elles sont le révélateur du rapport que la société dans son ensemble entretient avec son histoire et donc de l’image qu’elle a d’elle-même. Il n'existe pas pour l'historien de « devoir de mémoire » cristallisé dans des revendications catégorielles ou communautaristes, mais bien un devoir d'histoire, un devoir d'intelligence. La seconde guerre mondiale et la shoah sont sur ce plan des exemples achevés.

  • Le problème est donc de savoir comment a évolué l’image des années de guerre chez les Français et dans les différents groupes sociaux qui ont vécu celle-ci. Dans quelles conditions et pour quelles raisons n’émerge que tardivement une mémoire de la Shoah en France.

I. LA FRANCE AU SORTIR DE LA GUERRE.

A. LE BILAN HUMAIN ET MATERIEL DE LA GUERRE

1°) Les pertes humaines

  • La France est un des pays les moins touchés à l’échelle mondiale (cf. cours sur le monde en 45 ou le tableau du livre page 25)

a) La surmortalité due à la guerre.

    • Le première guerre mondiale avait fait 1,4 millions de morts, la seconde environ 600 000. Les civils ont été autant touchés que les militaires qui ont laissé 290 000 morts sur les champs de bataille. Les périodes de combat furent brèves, mais meurtrières. En % de la population, le nombre de morts s’élève à 1,5 %, ce qui n’a rien de comparable avec les 18 % de la Pologne ou les 14 % de la Russie.

    • La surmortalité civile s’élève à environ 500 000 décès, dus à la détérioration des conditions de vie pendant la guerre

b) Le déficit des naissances

    • Estimé à environ un million.

    • La fécondité et la natalité s’effondrent avec la guerre, mais la France connaît un léger redressement de la situation à partir de 1942


Conclusion partielle :

La ponction humaine de la guerre survient cependant dans un contexte démographique largement dégradé : vieillissement précoce de la population française du fait de la précocité de la transition démographique, catastrophe de la première guerre, stagnation et déclin démographique des années 30. Le redressement démographique spectaculaire de 1945 n’en est que plus étonnant !

2°) Des pertes matérielles considérables et une économie à reconstruire.

  • L’ensemble du territoire est affecté car les combats se sont déroulés dans tout le pays (74 départements touchés contre 13 en 14-18)

  • L’économie de pillage organisée par l’occupant allemand aggrave encore la situation

a) Les destructions engendrées par les combats, bombardements et sabotages.

  • Recul de toutes les productions pendant la guerre

1. Diminution de la production industrielle :

  • 60 000 usines détruites

  • Base 100 en 1938, indice 38 en 1944, 85 en 1947 

  • La production d’acier entre 1938 et 1945 a été divisée par 4.

2. Diminution de la production agricole

  • Par manque d’hommes, d’engrais, d’outillage, d’investissements : - 22 %

  • Le rationnement persiste jusqu’à la fin des années 40 et le marché noir avec lui. Les pénuries sont nombreuses, les carences alimentaires aussi, et bien entendu les prix s’envolent…

b) Les infrastructures de transport largement détruites

  • 115 grandes gares détruites, notamment les triages

  • 9000 ponts,

  • 2/3 des wagons de marchandises détruits

  • Les ports maritimes saccagés

c) Le patrimoine immobilier particulièrement endommagé

  • Deux millions d’habitations endommagées et un cruel problème de logement

  • Des villes particulièrement sinistrées, amas de ruines à reconstruire : Caen, Le Havre, Lorient, Saint-Nazaire…

  • Quelques unes pratiquement épargnées, comme Paris

B. LA RESTAURATION DE L’ETAT ET DE LA DEMOCRATIE.

1°) Première urgence, la question même du pouvoir

a) Eviter la tutelle américaine et redonner son rang à la France

1. La méfiance américaine

    • Les USA considèrent que Vichy, gouvernement légal, s’est montré solidaire des Allemands et que la France doit passer sous administration de l’AMGOT (Allied Military Government of the Occupied Territories).

    • De plus, Roosevelt n’apprécie pas du tout De Gaulle qu’il considère comme un aventuriste et un dictateur potentiel, et il s’efforce toujours de le maintenir à l’écart ... mais en vain.

2. L’action du Général De Gaulle

2.1. Sur les plans national et international

  • Le 25 Août au soir, De Gaulle est à Paris pour empêcher les alliés de prendre en main l’administration de la France et le 26 Août il descend triomphalement les Champs Elysées : la démonstration est faite du soutien populaire, donc de la légitimité du GPRF et de son chef !

  • Constatant que la population française se rallie massivement à cette nouvelle autorité, les USA, le 23 octobre 1944, reconnaissent le GPRF comme le gouvernement légal de la France

  • La France est présente à la capitulation allemande le 7 mai à Reims puis le 8 mai à Berlin (présence du général De Lattre de Tassigny)

  • Non seulement la France échappe à l’occupation militaire mais elle obtient une zone d’occupation en Allemagne

  • Elle obtient en outre une place de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU faisant donc ainsi partie des « 5 grands »

  • Toutefois, La France n’est pas invitée aux grandes conférences qui règlent le sort de l’Europe en 45 : Yalta et Postdam…

2.2. Sur le plan colonial

  • Pour prévenir les pressions des EUA en faveur de la décolonisation De Gaulle réunit la conférence Brazzaville dès janvier 44 avec les administrateurs de l’Empire. En fait il s’agit plus pour De Gaulle d’asseoir l’autorité de la France sur l’Empire que d’entamer une réelle évolution : puisque la conférence « exclut toute idée d’autonomie, toute possibilité dévolution hors du bloc français de l’Empire ».

  • La puissance de la France outremer a été sérieusement ébranlée et entamée pendant la guerre et les premiers mouvements de contestation anticoloniale débutent dès le 8 mai 45 avec les émeutes de Sétif en Algérie.

b) Rétablir la République ?

  • Comment liquider le régime de Vichy et remettre en route la démocratie et les lois républicaines ?

1. Sur le plan strictement juridique

    • La période de Vichy est celle dite de « l’Etat français », régime qui a mis fin à la 3ème République.

    • Avec sa chute, il n’y a donc plus de texte de constitution qui définisse l’organisation des pouvoirs publics en France.

2. Sur le plan politique.

    • Pour De Gaulle et le GPRF, il n’y a aucun besoin de proclamer la République : en fait « La République rentre chez elle »

    • De Gaulle se refuse donc à proclamer la République à l’Hôtel de ville de Paris

  • A ses yeux, le régime de Vichy a exercé une autorité illégitime puisque se situant hors de la légalité républicaine. C’est en quelque sorte une parenthèse dans l’histoire de la République.

  • C’est lui même qui incarnait la France et la République aux pires moments de la défaite de 1940, et selon lui la République n’a donc jamais cessé d’exister à travers « la France Libre ».

    • Dans la France libérée il impose

  • La révocation des autorités de Vichy et leur remplacement par des autorités issues de la Résistance

  • Dès juin 44 des Commissaires de la République sont nommés dans les régions et remplacent les fonctionnaires de Vichy

  • De Gaulle nomme en septembre un gouvernement « d’unanimité nationale » avec les résistants de l’intérieur et de l’extérieur, les communistes et des membres de gouvernements de la IIIème République

  • L’abrogation de tout l’arsenal législatif de Vichy, proclamé nul et non avenu par décret dès août 44 puisque Vichy est considéré comme une « autorité de fait » mais non comme une autorité de droit.

  • La prolongation de l’autorité du gouvernement provisoire puisqu’il est impossible de procéder à des élections démocratiques pour plusieurs raisons :

  • Le territoire n’est pas encore totalement libéré

  • Les prisonniers et les travailleurs du STO1 sont encore nombreux en Allemagne

2°) La restauration de l’Etat et de son autorité.

a) L’effacement progressif de la Résistance

1. La Résistance, pouvoir de substitution à Vichy,

1.1. Avant la Libération

GPRF


Assemblée consultative

d’Alger

CNR

en

France occupée

1.2. Après la libération, le GPRF exerce son autorité :

  • Sur les pouvoirs locaux

  • Commissaires de la république (préfets), nommés par le GPRF

  • Comités locaux et départementaux de libération (CLL et CDL)

  • Sur les forces armées

  • FFL : Forces Française Libres, combattant avec les alliés

  • FFI : Forces Française de l’intérieur, (Armée secrète + FTPF2 ) c’est à dire forces armées de la Résistance intérieure.

2. Les causes de l’effacement de la Résistance

  • La volonté du général De Gaulle

  • Son caractère minoritaire dans la nation, et le divorce grandissant entre la majorité de la population et des organismes qui ne représentent que la minorité résistante

  • La vocation même de la résistance dont le but était de libérer le territoire, mais qui n’a aucune volonté enracinée de s’engager dans le combat politique

  • Sa division : incapacité à se constituer en parti important alors que les autres se reconstituent (ex : refus de l’UDSR, Union démocrate et socialiste de la Résistance avec Mitterrand, de s’allier avec le Front national qui est communiste)

  • Le refus du parti communiste de donner à la résistance un prolongement révolutionnaire en vue de la prise du pouvoir

b) Les menaces révolutionnaires et le rétablissement de l’ordre.

1. Le GPRF doit se faire reconnaître à l’intérieur

1.1. Un contexte de type prérévolutionnaire :

  • Un climat prérévolutionnaire

  • Les commissaires de la République trouvent en face d’eux dans chaque région des autorités de fait, les comités de libération (CLL et CDL), ainsi que des forces armées issues des FTP qui s’étaient constituées en « milices patriotiques » en mars 44 (sorte de police supplétive constituée de citoyens armés aux ordres des CDL.

  • Partout des hommes armés prêts à faire la révolution

  • Partout des tribunaux populaires procédant à des jugements et des exécutions sommaires contre les collaborateurs (près de 10 000 personnes exécutées, avec ou sans jugement pendant l’été 44)

  • Le GPRF décide du désarmement des « milices patriotiques », malgré les protestations des résistants et surtout des communistes. Les résistants doivent s’engager dans l’armée française qui s’organise pour accélérer la libération du territoire et porter la guerre en Allemagne. Dès lors la résistance ne dispose plus d’une force armée à sa disposition et les CDL se délitent.

1.2. Le rôle et l’attitude du PCF

  • Son attitude dans la résistance a effacé celle de 1939, et son prestige est important

  • Il garde ses organisations propres (Front National et FTP), s’attribue le nom de parti des 75000 fusillés (le double de tous les morts de la résistance !!!... Une fourchette de 10 à 20 000 serait plus raisonnable et proche de la réalité)

  • Il cherche à s’approprier la Résistance. Ce faisant, l’opinion qui tend à assimiler résistance et communisme, se détache de la résistance ...

  • A son retour d’URSS3, Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, décide fin 44 de jouer le jeu démocratique :

  • le PCF ne tentera donc pas de prendre le pouvoir par la force

  • le 28 Octobre 44, avec l’appui de Thorez, ministre d’état, le GPRF décide la dissolution des milices patriotiques et leur intégration dans l’armée

Le problème de l’ordre est désormais réglé et il revient, plus ou moins vite selon les régions

2. Les élections municipales d’Avril Mai 1945

  • Premier pas vers un retour à la légalité

3. Le remplacement de l’épuration spontanée par des tribunaux réguliers et cohérents

  • Les tribunaux spontanés et révolutionnaires ont prononcé 10 à 40 000 condamnations (9000 morts environ)

  • Des tribunaux officiels sont créés :

  • Chambres civiques et Haute Cour de Justice

  • 163 077 dossiers instruits : répartition des peines prononcées

Mort 4 %

Travaux forcés 8 %

Réclusion 16 %

Dégradation nationale 25 %

Acquittement 17 %

Non lieu 30 %

  • Pétain est jugé, condamné à mort et sa peine sera commuée en réclusion à perpétuité  Pierre Laval et Maurice Darnand sera exécutés, parmi d’autres.

  • L’épuration fut sévère dans les milieux intellectuels et chez les humbles, modérée parmi les fonctionnaires et notamment les hauts fonctionnaires, faible dans les milieux économiques et chez les nantis.
  1   2   3

similaire:

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconRapport des sociétés à leur passé Etude de cas – L’historien et les...
«Paris»; 3 fois «libéré»; 6 fois «France». Toute la France a été résistante et unie dans la Seconde Guerre Mondiale, à l’entendre...

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconChapitre 1 : L’historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale en France
«La mémoire de la seconde guerre mondiale apparait comme une mémoire conflictuelle et politisée»

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconFiche de révision sur l'historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale
Les chambres à gaz sont un point de détail de l'histoire de la Seconde guerre mondiale

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconLa memoire de la seconde guerre mondiale
«est le grand art des mémoires et constitue une remarquable source pour identifier les mémoires et parcourir un itinéraire de leur...

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconMémoires de la Seconde Guerre mondiale
«la forme du gouvernement de la France est et demeure la République. En droit, celle-ci n’a pas cessé d’exister». Au soir de la libération...

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconLa seconde guerre mondiale, une guerre d’anéantissement

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconLa Seconde Guerre mondiale

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconLes grandes phases de la seconde guerre mondiale

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconThème 5 : Développements régionaux après la Seconde Guerre mondiale

Bilan et memoires de la seconde guerre mondiale en france iconSeconde guerre mondiale
«Sauf pour les fusils et les balles qui nous viennent en partie de la Grande Guerre (1914-1919), nous n'avons aucun stock de réserve.»...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com