«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur»








télécharger 66.98 Kb.
titre«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur»
date de publication03.07.2017
taille66.98 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos

1 STI2D : Histoire, Sujet 1 : De Gaulle


Sujet d’étude 1 : Charles de Gaulle, une vie d’engagements
Introduction


« Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur » (Mémoires de Guerre, tome 1, l’Appel (1940-42), 1954)

Le Général de Gaulle est un des plus grandes figures de l’Histoire de France. Héros de la France Libre durant la 2°GM, il a créé la V° République dont il est devenu président en 1958 et a marqué durablement la vie politique française.

Problématique : En quoi la vie du Général de Gaulle illustre-t-elle son engagement ?




  1. Le soldat et le patriote (1890-1939)


Fiche-doc 1 (p.36)

Doc 2 p.37 : Lettre à Paul Reynaud (1935) sur les chars

1/ Présentez le document (nature, source, date, destinataire)

2/ Résumez les arguments utilisés pour convaincre de la nécessité de développer l’arme blindée


Nature : Lettre

Date : 14 janvier 1935 (entre-deux-guerres)

Destinataire : Paul Reynaud, Ministre de la Guerre

Source : Evelyne Dermey : Paul Reynaud, mon père (biographie, 1980)

Menace du réarmement allemand et développement des blindés (3 divisions + 3 en constru pour 1936)

Retard français dans ce domaine

Critique de la hiérarchie (incompétence, incompréhension, culpabilité)

Ses idées sont appliquées par l’ennemi et pas par son propre pays




  1. Jeunesse et formation


Charles de Gaulle naît à Lille en 1890 au sein d’une famille d’intellectuels bourgeois monarchistes et catholiques. Originaire du Nord, la famille vit à Paris où de Gaulle fait ses études dans des écoles catholiques avant de se destiner à une carrière militaire.

Il entre à l’Ecole militaire de Saint-Cyr en 1908 et en ressort officier en 1912.



  1. Le militaire


Capitaine en 1915, De Gaulle participe à la 1° GM, notamment à la bataille de Verdun. Blessé 3 fois, il est fait prisonnier et passe 2 ans et demi en captivité en Allemagne malgré 5 tentatives d’évasion.

Décoré pour sa bravoure, il est envoyé en mission en Pologne en 1919 et 1920 puis entre à l’Ecole de Guerre en 1922 et gravit les échelons (commandant en 1927, colonel en 1937) tout en donnant des cours comme instructeur militaire.



  1. Le théoricien des chars et le sous-secrétaire d’état


Affecté à l’Etat-Major du Maréchal Pétain qui en fait son protégé, il écrit des ouvrages de théorie militaire (« Au fil de l’épée » en 1927, « Vers l’armée de métier » en 1934, « La France et son armée » en 1938)) où il recommande l’emploi de l’arme blindée et fait la promotion de l’utilisation des chars en se basant sur ce que fait l’Allemagne dont il craint le désir de revanche. Ses idées se heurtent toutefois à la stratégie défensive adoptée par l’armée française (notamment la Ligne Maginot)


  1. Le rebelle (1940-58)




  1. Le 18 Juin 1940


Apocalypse : L’écrasement (3’ – 32’) = 29’
Travail en autonomie : 5’ de lecture + audio + 10’ de préparation + 5’ de passage = 20’

Fiche-doc 2 : p.37

Doc 1 p.37 : Chrono 1940

Doc 2 p.37 : Texte Appel du 18 Juin
1/ Présentez le document 4 p.37 (nature, date, destinataire) et présentez le contexte historique qui explique cet appel (à partir de la chronologie de juin 1940 : doc 3 p.37)

2/ Résumez en quoi consiste cet appel et quels arguments l’auteur utilise pour inciter les Français à poursuivre le combat
Correction = 5’

1/ Nature : Appel radiodiffusé à la BBC

Auteur : Général Charles de Gaulle, ex-secrétaire d’état à la Guerre (du 5 au 16 juin dans le gouvernement de Paul Reynaud)

Contexte : Défaite de la France

Démission du gouvernement Reynaud le 16 juin remplacé par Maréchal Pétain

Armistice du 17 juin 1940 demandé par Maréchal Pétain / De Gaulle s’envole pour Londres le 17 juin depuis Bordeaux. Reçu par Churchill

De Gaulle souhaite continuer le combat contrairement au Général Weygand et au Maréchal Pétain
Docu De Gaulle, l’Homme du destin = 5’

5’ – 7’ = 2’

7’ – 10’ = 3’

Correction 2 = 5’
2/ Rappel de la Défaite et du nouveau Gouvernement et de l’armistice (sans citer Pétain)

  • Reconnaissance de la défaite et de la > de l’ennemi

  • Pas une défaite définitive

  • Empire

  • Alliés (RU), guerre mondiale

  • Invitation à tous les Français qui souhaitent poursuivre le combat à le rejoindre à Londres. X catégories : Officiers, soldats, ingénieurs, ouvriers spécialisés dans l’armement


Docu De Gaulle, l’Homme du destin = 3’

9’30 – 12’
Appel du 22 juin  = 2’

Correction 3 = 5’

  • Accusation du gouvernement accusé de trahison (« cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude »)

  • Délégitimation du gouv : « Des gouvernants de rencontre »

  • « La France a perdu une bataille mais n’a pas perdu la guerre », « rien n’est perdu »

  • Rappel de « guerre mondiale », » monde libre » (USA)

  • Croyance en la victoire finale : un jour ces forces écraseront l’ennemi, la France doit être là le jour de la victoire

  • « Je convie tous les Français » (va plus loin qu’une simple armée)

  • Valeurs : « Liberté, Honneur, Patrie, Grandeur »

  • Action + valeurs morales quasi-religieuses : « sacrifice, espérance »


Apocalypse : 32 – 38’ = 6’

De Gaulle, l’homme du destin 12’30 – 15’ = 3’

Trace écrite = 5’

Lors de la 2°GM, à la tête d’un bataillon de chars à Metz, il participe à 2 contre-offensives sans succès à Montcornet et Abbeville en Mai 1940.

Face à la Débâcle, le nouveau Président du Conseil des Ministres, Paul Reynaud, le fait entrer au gouvernement au poste de sous-secrétaire d’Etat à la Guerre. Il est chargé de coordonner la guerre avec les Britanniques et est envoyé à Londres pendant que les troupes allemandes entrent dans Paris le 14 Juin.

Le 17 Juin, de retour, il apprend la démission de Reynaud et la nomination du Maréchal Pétain comme nouveau chef du gouvernement qui demande l’armistice. Refusant d’abandonner le combat, De Gaulle quitte la France pour Londres d’où il envoie le 18 juin un appel à la BBC à tous les Français afin de poursuivre le combat.




  1. Le chef de la France Libre


Docu : le géant aux pieds d’argile = 20-39 = 19’
Doc 1 p.38 : Droit de vote Femmes

Trace écrite = 10’


Après avoir été reconnu par le PM britannique Winston Churchill comme chef des Français Libres, il rallie des territoires coloniaux (Afrique Equatoriale Française, Madagascar) puis organise l’armée de la France Libre. Malgré des échecs (Dakar en septembre 1940 où les vichystes repoussent les gaullistes), les forces françaises participent aux côtés des Alliés à la guerre contre l’Allemagne et l’Italie, notamment en Afrique (Batailles de Koufra, Bir-Hakeim).

A partir de 1942, il unifie la Résistance grâce à l’action de Jean Moulin. Après l’invasion de la zone sud et le débarquement anglo-américain en Afrique du nord, il installe son gouvernement à Alger. Chef du CFLN puis du GPRF en 1944, il prépare la Libération et réorganise l’armée française qui participe aux campagnes d’Italie (1943-44) puis au débarquement de Provence (1944). A la Libération, il restaure la République et la démocratie en organisant de nouvelles élections et en donnant le droit de vote aux femmes en 1944.

Contrecarré par les partis qui s’opposent à ses projets de Constitution, il démissionne en janvier 1946



  1. La traversée du désert


Docu : le géant aux pieds d’argile = 39’-51’ = 12’
Doc 2 p.38 : Discours Bayeux

Correction Questions 3 et 4 p.39 = 5’ oral + 10’ correction = 15’

3/ Pouvoir exécutif : arbitre, garant des institutions (article 5)

Pouvoir exécutif > PM : nomme le PM et le gouvernement et le limoge (‘article 8)

>Pouvoir législatif : article 20 (gouvernement responsable devant le Parlement, pas le Président)

Article 16 : pouvoirs exceptionnels
4/ Président au-dessus des partis, arbitre au-dessus des partis

Pouvoir exécutif, nomme le PM et le Gouvernement

Promulgation des lois et décrets

Arbitre (accorder l’intérêt général)
Magnard : doc 6 et 7 p.48 : RPF et Mémoires

Docu : le géant aux pieds d’argile = 51’ – 1h01 = 10’

C’est le début de la « traversée du désert ». Dès 1946, lors du discours de Bayeux, il propose une constitution à l’opposée de celle adoptée pour la IV° République, où le pouvoir exécutif, notamment celui du Président de la République, a la prééminence. Il fonde en 1947 un parti, le RPF, pour défendre ses idées. Malgré quelques succès, le RPF est un échec et il est dissous par De Gaulle en 1954. Il prend alors sa retraite politique à Colombey-les-deux-églises et publie ses « Mémoires de Guerre ».
Tracé écrite = 5’

Général Charles de Gaulle

(né à Lille le 22 novembre 1890

Mort à Colombey-les-deux-églises, le 9 novembre 1970)
Issu d’une famille bourgeoise catholique monarchiste, il est influencé par les auteurs nationalistes et monarchistes comme Maurras ou Barrès. Elève à Saint-Cyr, il est capitaine durant la 1° Guerre mondiale où il est fait prisonnier à Verdun en 1916 et passe 2 ans et demi en captivité en Allemagne.

Durant l’entre-deux-guerres, il est envoyé en mission en 1920-21 pour former la jeune armée polonaise qui combat l’Armée rouge puis est affecté en Allemagne et au Liban. Affecté au secrétariat général de la Défense nationale, il y développe ses théories dans ses 4 livres sur la guerre de mouvement et l’emploi des blindés dans des unités autonomes qui sont en contradiction avec la stratégie défensive adoptée par l’Etat-major et illustré par la ligne Maginot. Cela provoque sa brouille avec son mentor, le Maréchal Pétain.

Promu Colonel, il dirige une unité de chars à Metz avant de participer aux combats de mai 1940 et d’être promu général de brigade (à titre provisoire). Il s’y distingue notamment par la contre-offensive de Montcornet mais ne dispose pas assez de chars pour valider son avantage. Le 6 juin 1940, Paul Reynaud, Président du Conseil, le nomme secrétaire d’état à la Défense nationale dans son nouveau gouvernement. De Gaulle est alors chargé de coordonner les actions militaires avec les anglais. C’est notamment lui qui dicte le 16 juin la proposition d’union du Royaume-Uni et de la France proposée par Churchill mais refusé par le gouvernement français. A son retour à Bordeaux (où s’est réfugié le gouvernement), il apprend la démission de Paul Reynaud, la nomination du Maréchal Pétain comme Président du Conseil et la décision d’armistice annoncée à 12h le 17 juin par ce dernier. Il part alors pour Londres et y lance son célèbre appel à la poursuit du combat sur les ondes de la BBC. Soutenu par Churchill et malgré de nombreuses tensions avec Churchill et Roosevelt, il parvient à se faire reconnaître comme le chef de la France libre. Ne voulant pas seulement recréer une armée française, il crée les bases d’un véritable contre-Etat contre le gouvernement de Pétain à Vichy, qu’il ne reconnaît pas. La création des FFL (Frorces Françaises Libres) qui participent dès 1941 aux combats en Afrique et au Levant, grâce aussi au ralliement de nombreuses colonies d’Afrique, la France Libre de De Gaulle devient la France combattante.

En 1942, il rassemble la Résistance qui se rallie à lui, non sans hésitations. L’action intérieure de Jean Moulin et du CNR (Comté National de la Résistance) y contribuent beaucoup. Après le débarquement anglo-américain en Afrique du nord, il crée le CFLN (Comité Français de Libération Nationale) et doit accepter à ses côtés le Général Giraud, ancien vichyste, que lui imposent les américains, méfiants vis-à-vis du Général jusqu’à la fin de la guerre.

Dès 1943 toutefois, il s’impose et installe à Alger en 1944 le GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française). La libération de la France en 1944 lui permet un retour triomphal en France où il est acclamé, notamment à Paris, le lendemain de sa libération. La participation active des armées françaises de Leclerc, Juin, De Lattre de Tassigny à la libération de l’Europe, son obstination aussi, finissent par avoir réticence des Alliés qui le reconnaissent comme le représentant légitime de la France tandis que s’écroule l’Etat du Maréchal Pétain. Il dirige le gouvernement provisoire jusqu’en 1946, organisant les premières élections et donnant le droit de vote aux femmes. En désaccord avec les partis sur la Constitution de la IV° République, pour laquelle il souhaite un pouvoir exécutif fort, il démissionne le 20 janvier 1946 et fait campagne pour le non, notamment dans le célèbre « Discours de Bayeux » de juin 1946.

La Constitution adoptée, opposant à cette IV° République, il fonde son parti politique, le RPF (Rassemblement du Peuple Français). Malgré un fort succès en 1947-48, le parti décline à partir de 1949 face à la « 3° Force ». Les députés du Général lui font défection (il invente alors l’expression « aller à la soupe »). Il dissout alors le RPF en 1953 et entre dans sa « traversée du désert », retiré à Colombey-les-deux-églises.

La crise de la IV° République qu’accentue la Guerre d’Algérie, provoque l’insurrection du 13 mai 1958 à Alger. Le Comité de Salut Public fait appel à lui et il se déclare prêt à prendre la tête du gouvernement. Le 1er juin, il est investi par la Chambre des députés, en tant que dernier Président du Conseil de la IV° République avec les pouvoirs constituants. Il fait ainsi rédiger par Michel Debré, son Garde des Sceaux, une Constitution qui reprend les thèmes du discours de Bayeux et qui est adoptée en septembre 1958. C’est la création de la V° République. Il en est élu Président en décembre et entre officiellement en fonction en janvier 1959.

Fragilisé par la crise de Mai 68, le pouvoir du Général de Gaulle a effectué un redressent trompeur. Au sein même de sa famille politique, nombreux sont ceux qui se tournent vers Georges Pompidou que De Gaulle a écarté. Un référendum organisé en 1969 sur la réforme du Sénat et des régions, est refusé par le peuple. Il démissionne le lendemain


  1. Le Monarque républicain : Le Président




  1. La pratique personnelle et autoritaire du pouvoir

  2. Le Gaullisme

  3. L’échec final et la démission



http://www.enquete-debat.fr/wp-content/uploads/2010/05/degaulle1.jpg

NOM : DE GAULLE

Prénom : Charles

Date et lieu de naissance : 22 novembre 1890 à Lille

Date et lieu de décès : 9 novembre 1970 à Colombey-les-deux-églises

Fils de : Henri de Gaulle et Jeanne Maillot

Taille : 1.90m

Formation : Ecole militaire de Saint-Cyr (1908-12)
CARRIERE MILITAIRE

  • 1° Guerre mondiale :

Capitaine (1915), 3 fois blessé, fait prisonnier à Verdun. 2 ans et demi de captivité en Allemagne (1916-18, 5 tentatives d’évasion)


  • Entre-deux-guerres :

1919-21 : Mission en Pologne (Guerre soviéto-polonaise)

1922 : Entre à l’Ecole de Guerre

Instructeur et théoricien militaire (état-major du Maréchal Pétain)

1929-31 : Mission au Levant (Beyrouth)

1937 : Colonel


  • 2° Guerre mondiale

1940 : Général de brigade (à titre provisoire)

Combats à Montcornet et Abbeville (mai 1940)
CARRIERE POLITIQUE

1940 : Sous-secrétaire d’Etat à la Guerre

1940-46 : Chef de la France Libre (1940-42), du CFLN (Comité Français de Libération Nationale, 1942-44) puis du GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française, 1944-46)

1947 : Fondateur du RPF (Rassemblement du Peuple Français)

1958 : Président du Conseil de la IV° République (juin-décembre)

1958-69 : 1er Président de la V° République (élu en 1958, réélu en 1965)
OUVRAGES

1932 : « Le fil de l’épée »

1934 : « Vers l’armée de métier »

1938 : « La France et son armée »

1954-59 : « Mémoires de Guerre »

1970 : « Mémoires d’espoir »




http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2015/07/de-gaulle.jpg



http://www.enquete-debat.fr/wp-content/uploads/2010/05/degaulle1.jpg

NOM : DE GAULLE

Prénom : Charles

Date et lieu de naissance : …………………………………

Date et lieu de décès : ……………………………………….

Fils de : …………….……….. et …………………

Taille : ………..

Formation : ……………………………………………………
CARRIERE MILITAIRE

  • 1° Guerre mondiale :

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….


  • Entre-deux-guerres :

1919-21 : ……………………………………………………………………………………

1922 : ………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………..

1929-31 : …………………………………………………………………………………...

1937 :………………………………………………………………………………………..


  • 2° Guerre mondiale

1940 : ………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………..
CARRIERE POLITIQUE

1940 : ………………………………………………………………………………………

1940-46 : ………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………..……………………………………………………………………………………………….

1947 : ………………………………………………………………………………………

1958 : ………………………………………………………………………………………

1958-69 : …………………………………………………………………………………..
OUVRAGES

1932 : ……………………………………………………………….

1934 : ……………………………………………………………….

1938 : ……………………………………………………………….

1954-59 : ……………………………………………………………

1970 : ……………………………………………………………….

http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2015/07/de-gaulle.jpg



similaire:

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconDepuis la loi du 7 mars 2009, France Télévisions regroupe au sein...

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconBibliographie et outils de travail 16 Ressources internet 16 Histoire...
«Bouquins», 2 volumes, préface de Pierre Vidal-Naquet, édition par Hervé Duchêne, 2006

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconI de la puissance coloniale, au porte-parole des peuples opprimés ? II
«politique de grandeur» destinée à redonner confiance aux Français et affirmer de nouveau la puissance de la France. Depuis le début...

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconLoi de Développement et de Modernisation des Services Touristiques
...

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconLa Ve
«rang de la France» dans le monde. La France se dote de la bombe atomique (1960) et affirme son indépendance à l’égard des États-Unis...

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconI – La traçabilité médicale en France – son cadre légal
«sang contaminé» et de la «vache folle», néanmoins on constate que la recherche de traçabilité était en germe en France depuis longtemps...

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconOrganisation du tourisme en france
«Atout France», agence de développement touristique de la France. Cette agence

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconBibliographie / web graphie / rapports
«bien être». De plus la France n’est pas encore confronté à la concurrence (96% de la clientèle est fidèle à la France)

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconFrance • “Une France vraiment pas moderne”

«Je me suis longtemps fait une certaine idée de la France […] La France ne peut être la France sans la grandeur» iconRetraite en France
«existe en France plus de 600 régimes de retraite de base, [et] plus de 6 000 régimes de retraites complémentaires» On peut distinguer...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com