Bibliographie Introduction








télécharger 344.03 Kb.
titreBibliographie Introduction
page1/11
date de publication10.10.2017
taille344.03 Kb.
typeBibliographie
l.21-bal.com > loi > Bibliographie
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
Tourisme Rural au Maroc
Introduction

Chapitre I : généralités sur le tourisme rural


  1. Définition du tourisme rural

  2. Les différentes dénominations en rapport avec le tourisme rural

  3. Le Tourisme rural International

Chapitre II : Tourisme rural au Maroc : contexte général et enjeux

  1. Analyse de l’offre et de la demande en espace rural Marocaine

  1. Analyse de la demande

  2. Analyse de l’offre

  1. Analyse SWOT

  2. Stratégie de développement du tourisme rural

Chapitre III : marketing du tourisme rural

  1. Définition des concepts

  1. Le Marketing

  2. Le marketing touristique

  1. Comprendre les marchés et les clients

  1. Le marché touristique

  2. l’analyse des besoins et comportement de la clientèle touristique

  1. Les spécificités de la demande touristique

  1. L’analyse globale de la demande

  2. Segmentation du marché touristique

  1. Le Mix Marketing du Tourisme Rural

  1. La stratégie du produit

  2. La stratégie du prix

  3. La stratégie de communication

  4. La stratégie de distribution

Etude de cas : PAT de chefchouen

Conclusion

Bibliographie

Introduction :
Le tourisme rural semble constituer un moyen de revitaliser les territoires ruraux et de diversifier les activités dans cet espace en créant toute une dynamique s’exprimant par une diversité d’acteurs engagés à développer toute une gamme d’activités, principalement axées vers une clientèle de plus en plus demandeuse en loisirs.
Le Maroc dispose de potentialités réelles dont la valorisation bien planifiée pourrait contribuer à la promotion du tourisme rural dans la plupart de ses régions et à l’amélioration des conditions de vie des populations tout en préservant le patrimoine naturel et culturel marocain ainsi que l’environnement. D’une part, le Maroc est un pays riche en milieux naturels (déserts, montagnes, plaines, côtes) et en biodiversité avec un taux d’endémisme de 20%. . D’autre part, ce pays présente des richesses culturelles et des traditions d’accueil inégalées lui conférant des opportunités pour promouvoir et développer le tourisme rural
Le tourisme rural est considéré comme une stratégie d’avenir en contribuant à ancrer les populations dans leur territoire et donc à promouvoir le développement socio-économique de zones périphériques. Les acteurs locaux ont pris conscience des possibilités qu’offre le tourisme rural en raison de son effet multiplicateur, qu’il s’agisse de produire des revenus complémentaires, de susciter des synergies ou d’entraîner une demande d’infrastructures et de services d’appui au monde rural dans l’intérêt conjugué de la population locale et des visiteurs. La promotion du tourisme rural répond également à la nécessité de trouver des solutions pour contrer la crise économique et les conséquences des réformes structurelles de l'agriculture. Le tourisme rural ouvre une porte vers la préservation d’espaces et de modes de vie pouvant potentiellement être utiles tant aux résidants qu’aux futures générations urbaines.

Notre problématique c’est de savoir qu’elle est la valeur ajouté que présente ce type e tourisme par rapport aux autres ? qu’ils sont les personnes qui séjournent dans l’espace rural , leurs besoins et leurs motivation ? Comment on peut appliquer la démarche marketing dans le management d’une destination rural ?
Afin de répondre a ces question, nous allons présentés dans une premier partie des généralités sur le tourisme rural afin de bien positionner le concept du tourisme rural ainsi que les différentes dénominations en liaison avec ce type de tourisme ;
La deuxième partie c’est pour développer le tourisme rural au Maroc, quelle place et quel rôle ? Est ce que l’offre est en mesure de répondre à la demande ? Et qu’il est la place du tourisme rural dans la nouvelle politique touristique (vision 2010) ?
La 3eme partie c’est le marketing appliquer au tourisme Rural, l’analyse de la clientèle la segmentation et le MIX Marketing.
En dernier partie c’est notre étude de cas concernant le PAT de Chaouen.


Chapitre I : généralités sur le tourisme rural


  1. Définition du tourisme rural


Dans sa définition la plus large : le tourisme rural c’est tout simplement la pratique du tourisme en espace rural (par opposition à espace urbain), quel qu’en soit la forme. Lorsque l’on y ajoute d’autres critères qui tendent à réserver cette dénomination « rurale » à certains comportements qualitatifs uniquement (respect des traditions, etc.)
Le tourisme rural, lui, se définit selon cinq critères :


  • L’activité est d’initiative locale : on n’a pas décidé à Agadir d’implanter des équipements en Taroudant. Ce sont les gens de Taroudant eux-mêmes qui gèrent leurs affaires.

  • Le développement est maîtrisé localement : autrement dit, on évitera que sous l’injonction d’agents extérieurs, le village de pêcheurs ne se transforme en village de marinas ou le port de pêche en port de plaisance.

  • Le caractère local est valorisé : la nature, les traditions gastronomiques et artistiques font qu’on est en Chaouen et non pas en Toronto ! …… Car ce qui caractérise fondamentalement le tourisme rural, c’est la nature du produit, non son implantation territoriale.

  • Une gestion rigoureusement locale : ce sont les gens de la région qui accueillent la clientèle et non des cadres venus d’ailleurs.

  • L’essentiel des retombées économiques est local,



Selon Henri Grolleau (1993), « ... tourisme d’échelle locale, il est d’initiative et de gestion locales, il vise des retombées locales, il valorise les ressources naturelles, les paysages, les patrimoines et la culture locale »,

Et de sa part Euroter annonce que, « Le tourisme rural se définit dans l’économie globale du tourisme comme la valorisation touristique des espaces agrestes, des ressources naturelles, du patrimoine culturel, du bâti rural, des traditions villageoises, des produits du terroir, par des produits labellisés, illustratifs des identités régionales, couvrant les besoins des consommateurs en hébergement, restauration, activités de loisirs, animation et services divers, à des fins de développement local durable et de réponse adéquate aux besoins de loisirs dans la société moderne, dans une nouvelle solidarité sociale ville-campagne ».


  1. Les différentes dénominations du tourisme rural



Lorsque l’on parle de « tourisme rural », bon nombre de personnes, en particulier celles qui n’œuvrent pas dans le tourisme et ne sont pas familiarisées avec ses différents concepts, entendent « écotourisme ».

D’autres dénominations qualifiant le tourisme ont également cours, tant chez les spécialistes que dans le public : agrotourisme, tourisme vert, tourisme durable, etc.
Le terme « tourisme de montagne» ne désigne en fait qu’une localisation géographique donnée, comme le sont aussi « tourisme du désert » ou « tourisme des îles ». On peut pratiquer en milieu montagnard l’écotourisme, l’agrotourisme, le tourisme vert, le tourisme rural, le tourisme durable, mais aussi d’autres formes de tourisme (industriel, sportif, etc.).

D’autres qualificatifs sont parfois adjoints au tourisme, comme « tourisme doux », « tourisme alternatif », « tourisme de nature ». Ils peuvent être considérés comme des expressions différentes mais proches des termes explicités ci-après. Leur signification sera donc abordée dans le cadre des explications des concepts déjà listés.
Il n’existe généralement pas de définition officielle reconnue par tous, de façon internationale, pour les différentes dénominations mentionnées précédemment, comme c’est par contre le cas pour la définition d’un « touriste » établie par l’OMT et désormais acceptée et appliquée par tous. Mais des propositions ont été faites dans certains cas, notamment par l’OMT, et différents colloques et instances ont proposé leur propre définition.


  • L’ECOTOURISME


« Je voudrais souligner que le tourisme rural n’est pas un simple gadget, et que l’écotourisme est beaucoup plus qu’une mode passagère. Il convient donc ni de confondre, ni d’interchanger ces deux concepts. Même si l’écotourisme constitue une composante importante du tourisme rural, le tourisme rural ne se limite pas aux voyages de découverte du milieu naturel… »1
C’est la manière de faire du tourisme fondée sur le désir de découvrir la nature, et de respecter, de préserver et de valoriser, les équilibres naturels et culturels des lieux et des populations où il s’exerce.
Selon l’OMT il est possible d'en résumer les caractéristiques générales comme suit :


  • L’écotourisme rassemble toutes les formes de tourisme qui ont axées sur la nature et dans lesquelles la principale motivation du tourisme est d'observer et d'apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles

  • Il comporte une part d'éducation et d'interprétation

  • Il est généralement organisé, mais pas uniquement, pour des groupes restreints par de petites entreprises locales spécialisées. On trouve aussi des opérateurs étrangers de dimensions variables qui organisent, gèrent ou commercialisent des circuits éco touristiques, habituellement pour de petits groupes

  • L’écotourisme s'accompagne de retombées négatives limitées sur l'environnement naturel et socioculturel




  • Agrotourisme


C’est en général la pratique du tourisme en relation directe avec le monde des exploitants agricoles.

L’agrotourisme est une activité touristique complémentaire à l’agriculture. Il met en relation des producteurs (trices) agricoles avec des touristes ou des excursionnistes, permettant ainsi à ces derniers de découvrir le milieu agricole, l’agriculture et sa production à travers l’accueil et l’information que leur réserve leur hôte2.
L’offre agrotouristique se compose de catégories de produits et services :

  • visite et animation à la ferme

  • Hébergement

  • Restauration mettant en valeur principalement les produits de la ferme et en complémentarité l’utilisation des produits agroalimentaires régionaux, afin que ces deux sources de produits constituent la composition principale du menu

  • Promotion et vente de produits agroalimentaires


Il convient de souligner que ce sont les services d’accueil et de diffusion d’informations à caractère agricole qui en spécifient l’aspect agrotouristique.



  • Le tourisme durable


Le développement du tourisme durable répond aux besoins des touristes et des régions qui les accueillent, tout en ménageant et améliorant les possibilités futures. Il doit se traduire par une gestion de toutes les ressources permettant à la fois de satisfaire les besoins économiques, esthétiques et sociaux, et de préserver l’intégrité culturelle, les écosystèmes, la bio-diversité et les systèmes de soutien de la vie.3

Le tourisme rural, dès lors qu’il s’intègre dans une problématique de développement durable, contribue concrètement à la sauvegarde du patrimoine rural, naturel et culturel ; à titre d’exemples, on peut évoquer les résultats positifs de projets de développement touristique comportant :
L’entretien de chemins et sentiers de randonnée – le débroussaillage de rivières – le dégagement de sources et ruisseaux – la réfection de vieux ponts et l’aménagement de passerelles et de sites de pique-nique – les parcours et postes de découverte et d’observation de la flore et de la faune

  • la reconstitution de paysages par remontée de murets de pierres sèches, la consolidation des terrasses de terrains pentus, le reboisement d’espaces forestiers, etc.

  • ou encore, la relance de la culture de variétés locales de plantes et de fruits, la promotion de produits et recettes du terroir, le réveil de vieux métiers manuels, la réhabilitation de maisons rurales de pierre ou en terre crue, de toitures de lauze ou de chaume, la restauration du patrimoine vernaculaire, la mémorisation des contes et légendes, l’animation locale à partir de traditions festives et folkloriques, etc. »



Le tourisme durable est, comme l’écotourisme, une manière de pratiquer le tourisme. Mais alors que l’écotourisme s’applique de façon privilégiée dans les espaces naturels, le tourisme durable est un concept qui s’applique à toutes les formes de tourisme : stations balnéaires ou de montagne intégrées, tourisme urbain, tourisme d’affaires et de congrès, tourisme de pèlerinage, etc. aussi bien qu’au tourisme rural.



  1. Le Tourisme rural International



Dans un contexte mondial où la nécessité de rapprocher les peuples et les cultures est plus que jamais évidente et où il est démontré que le touriste européen souhaite se tourner vers de nouvelles formes de tourisme plus interactives et plus authentiques, le développement d’un tourisme rural offrant des découvertes innovantes en connivence avec la population locale, et notamment les agriculteurs et agricultrices, semble être réellement judicieux et pouvoir répondre à des enjeux réels de coopération économique.

Les voyages touristiques ruraux contribuent pour une large part aux 4 milliards de dollars (US) générés par l’industrie touristique mondiale. On estime que les activités touristiques rurales (écotourisme, aventure et voyage éducatif) représentent entre 15 % et 20 % de l’économie touristique internationale, ces données indiquent que l’économie touristique rurale peut être un facteur de grande importance.

Ainsi et afin de positionner le tourisme rural Marocain dans le marché rural international, on étudier les offres des produits de quelques pays, à savoir, la France, la Thaïlande et la Belgique.

  • France (Saint Martin d’Ardèche)

En 2005, la consommation touristique en France s’élève à 108,11 milliards d’euros, dont environ 59 milliards pour les résidents. La part de l’espace rural en terme de consommation touristique représente 19,3 % soit environ 20 milliards d’euros.

Le tourisme rural représente ainsi près du tiers de la fréquentation touristique française (28 % des nuitées). Il est essentiellement non marchand (78 % des nuitées effectuées à la campagne en 2005 ont eu lieu en résidence secondaire ou chez des parents et amis) et peu rémunérateur.

Saint-Martin-d'Ardèche est une commune française, située dans le département de l'Ardèche et la région Rhône-Alpes. Classé 2ème en juin 2007 au "Palmarès des Lieux de Vacances" du Nouvel Observateur, Saint-Martin-d'Ardèche est à la porte Sud des Gorges. Cette commune propose des hôtels, plusieurs campings ainsi que des gîtes et autres chambres d'hôtes. Depuis la réalisation de la "Route Touristique des Gorges - RTGA" des centaines de milliers de visiteurs découvrent ou revisitent la contrée. Le village est labellisé "Station Verte"

Au nord et à l'ouest, sur les coteaux et près de la moitié de la superficie de la commune, ce sont des étendues de garrigues et de chênes verts. Sur quelques versants de collines et sur l'étroite plaine qui suit, soit sur près de 300 ha de surfaces agricoles utilisées (S.A.U.), on compte environ 170 ha de vignes, une cinquantaine d'hectares de céréales mais moins de 10 ha en vergers. La production de vin est de très haute qualité, notamment dans les A.O.C. "Côtes du Rhône" et "Côtes du Rhône Village".

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Bibliographie Introduction iconBibliographie introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie 1- introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie. Introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie Introduction

Bibliographie Introduction iconBibliographie introduction générale

Bibliographie Introduction iconBibliographie introduction
«fortification des frontières» : un mur bien réel accompagné d’un ensemble de contrôles

Bibliographie Introduction iconBibliographie p. 21 Introduction Nous avons élaboré ce dossier à...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com