Et les traductions regroupées dans notre rubrique








télécharger 278.57 Kb.
titreEt les traductions regroupées dans notre rubrique
page1/9
date de publication10.10.2017
taille278.57 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9
A LA MEMOIRE DES 1 500 000 VICTIMES ARMENIENNES

24 avril 2017 : 102e anniversaire du génocide arménien de 1915

perpétré par le gouvernement Jeune-Turc

102 ans de déni : ça suffit !

-------------------------------------------------------------------







    1. VEILLE MEDIA

Vendredi 10 février 2017
Retrouvez les informations sur notre site :

http://www.collectifvan.org

Rubrique Info Collectif VAN :

http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1

et Rubrique News (Revue de Presse) :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=4&page=1
------------------------------------------------------------------

 

 







    1. SOMMAIRE

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] vous propose une revue de presse des informations parues dans la presse francophone sur les thèmes concernant le négationnisme, le racisme, l'antisémitisme, le génocide arménien, la Shoah, le génocide des Tutsi, les crimes perpétrés au Darfour, la Turquie, l'Union européenne, l'occupation de Chypre, etc... Nous vous suggérons également de prendre le temps de lire ou relire les articles mis en ligne dans la rubrique Info Collectif VAN et les traductions regroupées dans notre rubrique Actions VAN. Par ailleurs, certains articles en anglais, allemand, turc, etc, ne sont disponibles que dans la newsletter Word que nous générons chaque jour. Pour la recevoir, abonnez-vous à la Veille-Média : c'est gratuit ! Vous recevrez le document du lundi au vendredi dans votre boîte email. Bonne lecture!

10/02/2017 - Kedistan
Turquie : 4 464 licenciements dont la légendaire Öget Öktem Tanör

10/02/2017 - Collectif VAN
Collectif VAN : l'éphéméride du 10 février

08/02/2017 - Ambassade de France en Arménie
Presse arménienne : Revue du 8 février 2017

09/02/2017 - Ministère des Affaires étrangères d’Arménie
Francophonie/Arménie: Première réunion de la Commission interministérielle

10/02/2017 - Libération
Turquie: référendum prévu en avril sur le renforcement des pouvoirs d’Erdogan

10/02/2017 - Euronews
Funérailles des trois soldats turcs tués par un raid russe en Syrie

09/02/2017 - RFI
Poutine s'excuse auprès d'Erdogan pour les soldats turcs tués en Syrie

10/02/2017 - NAM
Tensions accrues entre Minsk et Erevan

09/02/2017 - Europe1
Trois soldats turcs tués "accidentellement" dans un raid russe en Syrie

10/02/2017 - Bnai Brith France
Agenda - Mairie Paris 3 / Journée "Génocides: Mémoire, Transmission, Prévention"

10/02/2017 - Béatrice Bouniol - La Croix
La commémoration des génocides en débat

09/02/2017 - Fabien Morin - BFMTV
Charles Aznavour: "Je suis sûr qu'on va regretter François Hollande"

10/02/2017 - Info Turk
Asli Erdogan vit "avec l'ombre de la prison", mais ne se taira pas

09/02/2017 - Le Parisien
Alfortville : les Arméniens se mobilisent pour Alep

10/02/2017 - NAM
Première du film documentaire « Les enfants du Couvent » sur les survivants arméniens du Dersim

09/02/2017 - Métro Montréal
Holocauste: des étudiants républicains s'excusent

09/02/2017 - Le Parisien
Yusuf Islam, ex-Cat Stevens, discute en Turquie d'un projet de mosquée au Royaume-Uni

    1. INFOS COLLECTIF VAN

Turquie : 4 464 licenciements dont la légendaire Öget Öktem Tanör







Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente cette information publiée sur Kedistan le 10 février 2017.

Kedistan

4 464 licenciements dont la légendaire Öget Öktem Tanör

10 février 2017

Le décret n° 686 du 7 février 2017, prononce le licenciement à nouveau de 4 464 employés du secteur public. 2 585 dans l’éducation nationale, 49 au ministère de l’intérieur, 417 à la sécurité nationale, 893 au sein de la gendarmerie et comme de coutume les universitaires n’y échappent pas : 330 femmes et hommes sont mis sur la touche…

Dans ce dernier lot de 330, se trouve le Professeur Ibrahim Kaboğlu, Président du Département principal de Droit Constitutionnel de l’Université de Marmara à Istanbul et Professeur Öget Öktem Tanör, une doyenne de 82 ans, considérée comme “légendaire” dans les milieux universitaires.

Öget Öktem Tanör est la première neuropsychologue de Turquie, une femme d’une richesse et d’une énergie incroyable. Nous voudrions donc vous parler d’elle, hélas à l’occasion d’un décret parmi tant d’autres, qui liquide la matière grise et la richesse intellectuelle, mais aussi humaine, frappant sans différencier universitaires ou guichetier, femme ou homme, jeune ou âgé, châtiant ainsi cerveau qui pense, langue qui parle, mains qui travaillent, et détruisant du jour au lendemain la vie de milliers de familles.

Si Öget fait partie du lot, ce n’est pas pour rien. Et si Öget est considérée comme “légendaire” ce n’est pas pour rien non plus.

Rien que ce petit extrait d’une interview très complète, réalisée par Aktuel Psikoloji, en octobre 2016, vous mettra au parfum.

Laissons la parole à Öget :

Dès mes 15 ans, j’exprimais mon intérêt pour la neuropsychologie et la neurologie comportementale, bien sûr, sans en connaitre les termes, je disais avec mes mots enfantins :“Que se passe dans le cerveau, quand un être humain porte son attention à quelque chose ? que se passe dans notre cerveau quand nous apprenons quelque chose et que nous l’enregistrons dans notre mémoire ? Moi, je veux apprendre tout ça !”. Ainsi j’annonçais à mes parents que je souhaitais faire des études de médecine… Et, mes parents me répondaient qu’on n’enseignait pas ce genre de choses en médecine.

Bien sur, j’étais aussi curieuse pour les autres domaines de la médecine, et j’étais également consciente que je serais heureuse d’aider les patients.

J’ai perdu ma mère, lorsque j’avais 16 ans. Au lycée, comme je parlais bien devant le public et j’écrivais des belles dissertations en littérature, mes professeurs m’orientaient toujours vers le droit, ils/elles me forçaient même… A la fin du lycée, j’ai de nouveau parlé avec mon père de ma très forte curiosité pour -avec les termes d’aujourd’hui- “le lien entre les neuro-sciences et les comportements”, et répété que je voulais aller en “médecine”. Et encore une fois, mon père m’a répondu que je ne trouverai pas cet enseignement en médecine et que je ferais mieux d’aller en droit. Je me suis alors inscrite à la faculté de droit. Je me souviens très bien, que le premier jour déjà, assise dans l’amphi, je me disais avec tristesse “Qu’est-ce que je fais ici, ma place est en médecine !” J’ai terminé le droit et je suis devenue assistante dans le département de droit constitutionnel. Mais, dès la deuxième année de droit, je suivais avec grand plaisir, les cours de neurologie, de psychiatrie, à l’Université de médecine Çapa et lisais les manuels universitaires.

Après avoir terminé mes études de droit, j’ai de nouveau sollicité mon père pour la médecine, mais il m’a dit que ce n’était plus possible. Je suis donc partie à New York avec une bourse. Là-bas, j’ai fait une psychanalyse pendant un an et demi, et j’ai été convaincue qu’il n’était pas du tout “scandaleux” de changer de métier.

Mais, mon psychanalyste m’a dit que ce que je voulais apprendre ne dépasserait pas une page (et je sais aujourd’hui que ce n’était pas vrai), m’a donc conseillé de passer plutôt par la voie de psychologie que par la médecine. A mon retour, j’ai de nouveau sollicité mon père, et ma demande a été de nouveau refusée. J’ai donc suivi le conseil de ma psychiatre. Le Directeur du département de la psychologie de la Faculté de lettres a accepté que fasse un doctorat, à condition de suivre tous les cours pendant 2 ans, et de passer un examen. Mon père n’a rien dit. Alors, j’ai donc commencé à suivre les cours de psychologie. La deuxième année, le département de la psychologie m’a demandé comme assistante. J’ai alors fait un passage latérale de l’assistanat de droit à la psychologie. Durant la toute première année de mon assistanat, j’ai fait la demande de cours de psychologie et de physiologie, et j’ai commencé à l’enseigner.

Plus tard, suite au coup d’Etat de 1971, vers la fin 1972 mon mari1et moi, avons été obligés de quitter la Turquie avec de faux passeports. Nous sommes devenus des exilés politiques en Suisse, à Genève. J’ai appris le français en un an, et j’ai commencé à suivre des cours sélectionnés dans le programme du département de psychologie de l’Université de Genève. J’ai fait enfin une vraie rencontre avec la neuropsychologie. En 1974, après l’amnistie déclarée par le gouvernement Ecevit [CHP], nous sommes rentrés au pays. Avec un grand coup de chance, j’ai appris que la Faculté de médecine de Cerrahpaşa allait ouvrir un doctorat aux diploméEs de psychologie, à condition de suivre certains cours de médecine et de défendre une thèse. En plus, c’était des matières que j’adorais ! Neurologie, psychiatrie, physiologie, anatomie… Je me suis tout de suite inscrite, et j’ai commencé mes études en 1975. J’ai satisfait ma soif de savoir autant que je souhaitais, j’ai étudié plein de matières de médecine, et en même temps je me suis formée dans la neuropsychologie. J’ai présenté un doctorat en 1981. Ensuite, en 1983, un professeur m’a ouvert une possibilité de travail à la Neurologie à Çapa. Et j’y ai fondé le premier laboratoire de neuropsychologie en Turquie.

Au départ, les départements de psychiatrie, neurologie et neurochirurgie se sont intéressés à la neuropsychologie et ont commencé à me demander mon avis sur leurs patients. Ensuite Cerrahpaşa et d’autres hôpitaux de Bakırköy, ont commencé à m’envoyer leur patients. Plus tard la “renommée” de la neuropsychologie a dépassé la ville d’Istanbul. Les départements de neurologie des universités de Bursa, Izmir, Ankara, ont commencé à envoyer leurs psychologues pour des stages. J’ai formé donc, en “apprentissage”, 12 personnes comme neuropsychologues. Nous avons accueilli d’autres stagiaires plus tard, mais je pense que j’ai formé ces 12 personnes d’une façon “totale”. C’est comme cela que je suis devenue “le père fondateur” du domaine de neuropsychologie en Turquie.


A la lecture de cette première partie d’interview, on constate que dès les années 1970, la république turque malmenait et menaçait ses universitaires, pour des raisons politiques. Le “savoir” impressionne donc tout autant les “militaires” d’hier que les “bigots nationalistes” d’aujourd’hui, parce qu’il est source d’émancipation, alors que l’ignorance est source de pouvoir pour celui qui l’entretient.

Appel à contribution : L’interview d’Aktüel Psikoloji continue sur le Neuropsychologie, qui reste un domaine peu connu du public y compris pour les kedi néophytes. Nous savons que nous avons des lectrices et lecteurs qui travaillent sur ce sujet, et certains, franco-turcs/ques connaissent inévitablement et souvent personnellement Öget. Si vous êtes partants pour traduire la suite de l’interview, eh bien, contactez-nous !

Traductions & rédaction par Kedistan.

http://www.kedistan.net/2017/02/10/4-464-licenciements-oget-oktem-tanor/

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=95601

Francophonie/Arménie: Première réunion de la Commission interministérielle




Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire ce Communiqué de presse du Ministère des Affaires étrangères d’Arménie publié le 2 février 2017.


Ministère des Affaires étrangères d’Arménie

Communiqués de presse

Première réunion de la Commission interministérielle pour le Sommet de la Francophonie en Arménie

09.02.2017

La première réunion de la Commission interministérielle pour la coordination des travaux préparatoires du 17ème Sommet de la Francophonie, présidée par le Premier ministre d’Arménie, s’est tenue le 9 février, au siège du gouvernement.

Comme l’a souligné Edward Nalbandian, Ministre des Affaires étrangères d’Arménie, en 2018 l’Arménie va accueillir le Sommet de la Francophonie et assumer pour une durée de deux ans la présidence de cette importante organisation incluant 84 États et gouvernements membres de plein droit, membres associés et observateurs․ Pour une première fois l’Arménie va organiser un événement international de tel ampleur et de tel haut niveau. Il est prévu d’accueillir les chefs d’Etats et de Gouvernements de plusieurs dizaines de pays ainsi que des délégations d’un important nombre d’organisations partenaires de l’OIF: il est prévu l’arrivée en Arménie de plus de 100 délégations avec un nombre approximatif des invités de quelque 4000 personnes au total.

Le Sommet, qui va durer deux jours, sera précédé, d’abord par la session du Conseil Permanent, et ensuite - par la Conférence Ministérielle, étalées sur trois jours. Au cours du Sommet, une attention particulière sera accordée aux grandes orientations telles que le développement durable, l’innovation, les technologies de l'information, la diversité culturelle, les questions de la jeunesse et bien d’autres.

L’événement offre la possibilité d’organiser un forum d’affaires avec une large représentation des compagnies et des entreprises francophones. Dans le cadre du forum, il a été proposé d’organiser une exposition de produits et de services arméniens susceptible de présenter les atouts de l’Arménie en matière des possibilités d’investissements, du potentiel commercial et économique, son l'attractivité touristique.

Le Premier Ministre, Karen Karapetyan, a accordé une grande importance à l’organisation de haut niveau d’un tel événement à grande échelle, en constatant : “C’est un événement d’importance majeure, une plateforme très intéressante à plusieurs égards qui nous offre aussi l’opportunité de faire mieux connaître notre pays avec tout son potentiel”.

Le Chef du Gouvernement arménien a donné les consignes aux ministères et aux institutions concernés de désigner des responsables précis pour qu’ils soient inclus dans le groupe de travail mis en place et dirigé par le Ministère des Affaires étrangères d’Arménie.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique
«Notre résistance contre le régime fasciste est en train de se mettre en place.»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com