Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre








télécharger 37.07 Kb.
titreMacroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre
date de publication10.10.2017
taille37.07 Kb.
typeDocumentos
l.21-bal.com > loi > Documentos

Chapitre 4 : Le marché du travail


Mots clés
Loi de Beveridge
Loi d’Okun
Équilibre sur le marché du travail
Chômage volontaire (classique), chômage involontaire (néokeynésien)
Chômage classique, chômage keynésien
WS-PS
Salaire de réservation
Salaire d’efficience
Fordisme
Akerlof
Salaire nominal (fin de mois), salaire réel (PA)
Rigidités
Hétérogénéités
Taux de chômage
Taux de chômage d’équilibre
Production d’équilibre

I. Un retour sur les classiques : l’équilibre sur le marché du travail :

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre


  • Le prix est une variable d’ajustement

  • Équilibre instantané

Pas de problèmes de débouchés pour les entreprises. N’importe quelle quantité peut s’écouler, car les prix s’ajustent automatiquement, et l’offre crée sa propre demande. Les facteurs de production sont pleinement utilisés. Principe de CPP Il y a une dichotomie entre la sphère monétaire et la sphère réelle.


L’équilibre global


  • Équilibre sur le marché des biens et services (équilibre réel)

  • Équilibre sur le marché de la monnaie, qui fixe le niveau général des prix (équilibre monétaire par I)

  • Équilibre sur le marché du travail, qui détermine le niveau d’emploi


Le marché du travail


Situation de concurrence pure et parfaite

  • Homogénéité des travailleurs (interchangeables)

  • Atomicité du côté de l’offre (travailleurs) et de la demande (entreprises) -> pas de pouvoir sur les prix C’est l’entreprise qui demande du travail.

  • Libre entrée et sortie (et libre négociation des contrats de travail)

  • Information parfaite



À l’équilibre, il existe un taux de salaire réel tel que LO=LD


Représentation de l’équilibre classique sur le marché du travail




perte

de surplus social

Chômage classique

ND gauche : Le chômage involontaire correspond à tous ceux qui étaient disposés à travailler pour un salaire d’équilibre (w/p)* inférieur au salaire minimal institutionnel (w/p)min.

N0 droite : Le chômage volontaire correspond à ceux qui pourraient travailler, s’ils acceptaient le salaire offert par le marché. Leur salaire de réservation est supérieur au salaire effectif.

Croisement : prix d’équilibre et situation de plein emploi

La population embauchée : N* = équilibre sur le marché du travail
Ici on ne conçoit pas d’autres chômeurs volontaires

Lorsque salaire réel supérieur à salaire de réservation (le salaire auquel il nous est indifférent de travailler ou non)… Pourquoi ?

• Rapport de forces (pouvoirs et négociation) (grèves, syndicats, ext...)

• Salaire d’efficience ((Akerlof, asymétrie d’information : sélection adverse, aléa moral ; don) : la notion de connaissance , forme d’épanouissement.) / Akerlof : on ne vit pas dans un monde d’information parfaite. On ne connaît pas le niveau de productivité réelle des salariés. Les salaires proposés sont irrationnels, supérieurs à la norme, mais le salarié se sent du coup reconnu, il va ainsi de lui même augmenter son niveau de productivité (système de réciprocité).
Henri Ford (hausse du taux de salaire donc baisse rotation, baisse licenciements baisse couts formation) : il proposa à ses salariés un salaire 2,5 x supérieur à celui du marché.

II. Développements macroéconomiques


Courbe de Beveridge

:

moins l’offre d’emplois vacants

est importante, plus le chômage augmente.

Enjeu

:

efficacité processus

de réallocation

Comparaison entre deux pays

:

différence = niveau

d’assurance, de chômage ou de revenus intermédiaires

)

(

courbe noire

C’est le pays rouge qui est plus libéral que le pays noir :
peu de chomage et peu d’emploi dispo.

.

Dans le pays noir il ya

plus d’institution de protection

du marché du travail.

Loi d’Okun, hausse de la production=> baisse du taux

de chômage et hausse de l’em

ploi, à population active

donné.

Courbe de Beverid

ge

Relation chômage et activité : le chômage est élevé en période de récession (ralentissement de l’économie, sur 2 périodes de baisse du PIB) et faible en période d’expansion.

Équation de wage setting (WS) (niveau du salaire réel)


Loi d’Okun



w = P.F(u,z) -> w/P = F(u,z)

w= taux de salaire

P= niveau des prix

u= taux de chômage

z= institutions collectives (taux de développement – pouvoir de négociation)

Dans le pays en bleu clair, le coût d’opportunité à ne pas travailler est le plus important. Par exemple, si on touche en étant au chômage 99% du salaire que l’on toucherai en travaillant, on a une forte incitation à ne pas travailler. Il y a beaucoup d’institution dans le pays à la courbe bleu clair. è Le salaire réel varie négativement au taux de chômage

Équation de price setting (PS) (niveau des prix) :

w=cout marginal

-À l’équilibre de concurrence pure et parfaite

P= Cm

w = P

-En marchés non concurrentiels = monopole ou oligopole, pour calculer prix de vente en fonction des marges

P>CM (idée d’un mark-up, marge , quasi-rente : µ

P=(1+µ)w

µ = mark-up, difference entre prix et coûts marginaux



15= (1+0,5)10

Salaire réel : 10/15

 Influence du taux de marge sur le salaire réel Si on augmente marge, salaire réel diminue.

Cette relation est appelée relation PS (price-setting). Elle est représentée par une droite horizontale. Le salaire réel induit par la détermination des prix est constant. Il est égal à 1/(1+ !) et donc indépendant du taux de chômage.

Influence du taux de marge sur le salaire réel.

Si on augmente la marge, le salaire réel diminue.

Taux de chômage

d’équilibre (structurel)

µ est l’écart entre ce qu’on paye un travailleur pour une production, et le salaire nécessaire à la récupération de cette production
On remarque l’équation de price-setting est indifférente au taux de chômage. En revanche l’équation de Wage-setting en dépend.

Taux de chômage d’équilibre structurel u, qui résulte

-de l’égalité entre WS et PS

-du taux de salaire



Le taux de chômage structurel est le taux de chômage pour lequel le salaire réel choisi lors de la détermination des salaires est égal au salaire réel induit par la détermination des prix. Càd que l’évolution du salaire réel doit être égale à l’évolution des prix et si ce n’est pas le cas, il y aura chômage.

Les déplacements de l’équilibre






Déplacement de la courbe de WS, car augmentation des institutions collectives (z) (augmentation salaire minimun) donc moins de gens travaillent. Le taux de salaire d’équilibre est resté le meme.
Déplacement de PS vers le bas, car u augmente donc moins de concurrence, le taux de salaire réel est plus faible, augmentation du nombre de chômeurs (volontaires). Si le taux de marge augmente, l’équilibre se fait à un salaire réel plus bas.
Taux d’emploi d’équilibre et production :

Détermination de l’emploi d’équilibre : taux d’emploi (N/pop qui peut travailler) lorsque le taux de chômage (U/L) est à l’équilibre

Taux de chômage d’équilibre : u / Chômage : U / Population active : L / Emploi d’équilibre : N

(L-N)/L= (pop active-le nombre de gens qui travaillent) -> chômage

Emploi d’équilibre : N=L(1-u)

Production d’équilibre Y = N  associé avec emploi d’équilibre où chaque travailleur représente une production finale. On va associer chaque niveau Y à un niveau N.

Ex : si L = 100 millions, u=5% -> N=100 millions (1-0,05)=95 millions


L’hétérogénéité des taux de chômage et taux d’emploi


-entre pays (législation, chocs macroéconomiques, politiques économiques)

-entre populations d’un même pays (jeunes, femmes, non-qualifiés)

-temps


Exercice :

Demande de travail est une fonction croissante du progrès technique et décroissante des salaires. L’offre de travail N est considérée comme exogène et fixe.

W/P cpp=salaire d’équilibre

Tracez une représentation graphique d’une situation d’équilibre dans un plan travail-salaire réel, avec une courbe d’offre de travail verticale et une demande de travail dont vous déterminerez logiquement la forme.



En situation de concurrence pure et parfaite, lorsque le progrès technique diminue, la demande de travail diminue, et on passe de w/P à w’/P.


similaire:

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre icon1 Visions de la macroéconomie (conceptions de la macroéconomie)
«vieux» modèle classique (IL y a vraiment, en économie, un avant, un pendant, et un après Keynes)

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconPrix d’un chiot : le pourquoi, le comment…
«tunes» !!! J’en trouve un pour moitié prix sur les petites annonces !!! Ou encore… si je ne prends pas le lof, vous me faites 50%...

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconI. Les élasticités : concepts et applications
«giffen», biens «veblen», élasticité-croisée, biens complémentaires, biens substituables, choc d’offre, choc de demande, subvention,...

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconModalités détaillées de l’offre : pro club panasonic
«installateur(s)») pour l’achat d’une ou plusieurs pac air/eau et/ou air/air panasonic indiqué(s) à l’article. Offre non cumulable...

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconModele de lettre de soumission offre tecnique

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconQuestion Comment évoluent l’offre et la demande par rapport au prix ?

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconAcompte Somme versée sur un prix de prestation de service impliquant...

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconArticle 2 : le méchant co2
«poêle à frire» (sur le feu, bien sûr) si nous ne réduisons pas drastiquement nos émissions de co2, à n’importe quel prix, même au...

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconI : Le prix du travail détermine l’emploi et la production : une analyse en termes de marchés
«somme» des courbes d’offre individuelles et a la même forme (fonction croissante du salaire réel)

Macroéconomie, à prix flexibles : sur un modèle d’offre iconSchéma de «quelques» notions du cours pour s’y retrouver un peu
«parfait». On peut donc confronter l’offre et la demande et trouver un point d’équilibre où sera fixé le prix et la quantité de bien...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
l.21-bal.com